L'Amérique reste inquiète pour l'avenir de l'Europe | Europa | Scoop.it
À ses yeux, les problèmes fondamentaux de l'euro ne seront pas résolus par l'austérité fiscale.

 

Ni félicitations ni soulagement à la Maison-Blanche après l'accord conclu à Bruxelles la semaine dernière pour réformer la gouvernance de la zone euro. Le mieux que la présidence américaine ait trouvé à dire est qu'il marquait un progrès. «Nous pensons que des signes de progrès sont bons, c'est un signe de progrès mais davantage doit manifestement être fait», a expliqué Jay Carney, le porte-parole de Barack Obama. Au regard du temps passé par ce dernier sur ce dossier au cours des mois écoulés, et après la nouvelle tournée effectuée la semaine passée par Tim Geithner en vue d'inciter les Européens à agir de manière décisive, ce commentaire n'a au mieux que valeur d'encouragement....

...les problèmes fondamentaux de l'euro ne seront pas résolus par l'austérité fiscale, surtout dans le cas des pays du sud de la zone qui ont besoin de croissance pour surmonter leur surendettement. Cet ancien haut responsable du FMI, qui multiplie les critiques brutales de la gestion de la crise en zone euro depuis des mois, juge que l'éloignement de la Grande-Bretagne peut créer un dangereux précédent. À ses yeux, c'est le premier signe du danger d'un dégoût des opinions publiques pour les sacrifices qu'impose la construction d'une Europe intégrée...


Via Vincent DUBOIS