Epic pics
Follow
Find tag "Mad_in_France"
14.9K views | +1 today
Epic pics
Impressive picture
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

House of cards (mad in France)

House of cards (mad in France) | Epic pics | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Collage : les gueules cassées saisissantes de René Apallec

Collage : les gueules cassées saisissantes de René Apallec | Epic pics | Scoop.it

Découverte insolite dans un grenier du centre-ville de Toulouse, une série de près de 200 toiles, à base de peinture et de collage, rendent hommage aux gueules cassées, ces martyrs de la guerre de 14-18 dont nous commémorons cette année le centenaire. Leur auteur, un certain René Apallec, disparu dans l’anonymat le plus total, laissant derrière lui un legs plus que singulier.

La grande guerre, dont nous commémorons cette année les 100 ans, en plus d’être le premier conflit mondial marquant, laissa des traces indélébiles dans l’inconscient collectif, mais pas seulement. De retour du front, qu’ils soient français, allemands, anglais ou américains, "les gueules cassées" comme on les appelait alors un peu négligemment, portaient sur leurs visages les stigmates de la guerre. Ils symbolisaient le conflit dans ce qu’il eut de plus violent, de plus réel aussi. Impossible de les ignorer, ces malheureux soldats qui n’eurent pas la chance de bénéficier des progrès de la chirurgie moderne. Souvent stigmatisés, ces premières victimes d’un des conflits les plus meurtriers de tous les temps, furent honorées par un artiste anonyme : René Apallec.

D’Apellec on ne sait rien, même pas la date de naissance exacte. On le pense né dans la dernière décennie du 19e siècle dans la région de Bolbec (dans le 76). Il fut "peut-être" infirmier durant la première guerre mondiale. Pour le reste, son unique héritage (et pas des moindres) tient en une multitude de collages retrouvés récemment dans un grenier du centre de Toulouse. Selon ses biographes, René Apallec "ne faisant partie d’aucun mouvement ou famille artistique et a réalisé une grande partie de son œuvre dans le secret et refusait d’exposer ses collages, tout particulièrement les séries Mythologie Volatile et Gueules Cassées qu’il considérait politiquement incorrecte… ". Parmi ces sujets de prédilections, les gueules cassées donc, mais aussi le cinéma, la poésie, les mythologies antiques ou encore à la politique.

Ces œuvres, d’une originalité saisissante, témoigne en effet d’une vision pour le moins acérée de son temps et d’une grande imagination. Sa série de "gueules cassées" tout particulièrement. Parfois insoutenables, ces portraits pourtant classiques dans leur mise ne scène, révèlent en détail une technique singulière - entre peinture et collage de papier froissé - donnant un relief sans pitié aux visages détruits de ces combattants anonymes de la grande guerre.

>> Le site consacré aux gueules cassées de René Apallec

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

C'est l'état qui paye !

C'est l'état qui paye ! | Epic pics | Scoop.it
Jacques Le Bris's insight:

Grâce à ce raisonnement digne d'un fonctionnaire de base, on comprend mieux avec le premier d'entre eux pourquoi nous en sommes arrivés là en France !

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

FRANCE • Sarkozy : une parodie de Louis de Funès

FRANCE • Sarkozy : une parodie de Louis de Funès | Epic pics | Scoop.it

Avenir politique. Corruption.
Le retour de Sarkozy. 
Dessin de Mohr paru dans Frankfurter Allgemeine Zeitung, Francfort.



L'ex-président se lance dans la course de 2017 dans un entretien sur France 2. En juillet, un journaliste allemand décodait sa gestuelle et ses mimiques télévisuelles.

 

Cet homme d’Etat a un message important à délivrer à ses compatriotes car la France est mal partie. Son ton est grave. Si l’on entendait Nicolas Sarkozy à la radio, on serait vraiment inquiet. A la télévision, c’est autre chose.

Là, c’est le corps de l’ancien président qui assure la communication, en particulier ses épaules. Pendant que Sarkozy exprime sa pondération et sa profonde inquiétude, c’est d’abord la gauche qui se soulève, puis la droite. Alors qu’il médite à voix haute sur l’état de la justice et déclare que tout le monde pourrait être touché par une clique de juges gauchistes qui se livre à des campagnes politiques, son buste effectue un mouvement circulaire.

Nicolas Sarkozy porte un costume gris ajusté et on voit bien que tout le haut de son corps s’est mis en mouvement. Au fil de l’entretien, ses bras, ses mains et son visage développent également leur propre chorégraphie. Au bout de quelques minutes, Sarkozy doit changer de position sur son fauteuil au milieu de ses phrases pour donner vaguement l’impression que ces convulsions et ces spasmes sont volontaires. Les muscles de son visage finissent eux aussi par prendre leur indépendance.

Les sourcils se lèvent, puis se froncent, les commissures des lèvres s’étirent en un rictus étrange, comme dans une parodie de Louis de Funès. Il est toujours étonnant de voir qu’un retour prématuré peut ruiner une carrière politique et que ce n’est pas le scandale mais sa gestion qui tue la crédibilité d’une personnalité publique.

La plupart des citoyens n’ont ni le temps ni l’envie d’étudier de longs programmes et jaugent les personnalités politiques comme ils se forgent une opinion au jour le jour – et le plus important, c’est la perception visuelle. Ils entendent Nicolas Sarkozy lancer une mise en garde désintéressée contre une justice devenue folle, qui va bientôt prendre chaque citoyen pour cible, mais ils voient son corps brûler d’envie de se battre ou de fuir.

Comme ni l’un ni l’autre n’est possible dans un long différend avec la justice, l’ancien président se tortille furieusement sur son siège. Sarkozy déclare que le pays des droits de l’homme ne devrait pas permettre aux juges de l’agresser ainsi, mais la révolte de ses muscles traduit son désespoir et son désir de faire de ses problèmes ceux de tous les citoyens.

—Nils Minkmar

more...
No comment yet.