Dévastée par le tsunami et oubliée par les autorités, l'île d'Oshima tente de se reconstruire un avenir | Environnement, Pollution et Eco-Logis "AutreMent" | Scoop.it

Oshima (Japon) Envoyé spécial - Dans sa crique verdoyante, le petit port offre un paysage de désolation : les quais sont à fleur d'eau ou partiellement submergés ; deux lourds ferries ont été projetés sur la rive ; un monceau de débris et de gravats cache le toit de maisons éventrées ; une pelleteuse solitaire s'affaire à côté d'une broyeuse à bois. A une trentaine de minutes de bateau du port de Kesennuma, au nord-est de l'île de Honshu, la petite île d'Oshima en ferme la baie. On a dit qu'elle était son "rempart" contre la mer. Effectivement, cette île de 9 km2 a pris le tsunami du 11 mars de plein fouet. La vague l'a frappée des deux côtés et elle a été coupée en deux dans sa partie la plus basse.

Cinq mois après la catastrophe, comme d'autres petites îles de la région du Tohoku ou des communautés isolées à la pointe de caps, Oshima est oubliée des autorités japonaises : au ras du sol, la population essaie de "récupérer sa vie", comme le dit la patronne d'une petite auberge.

Remarque : Pour lire l'intégralité de l'article, vous devez être abonnés au Monde...


Via Pascal Faucompré