L'ex-actrice française Brigitte Bardot demande au Japon de mettre un terme à sa "campagne meurtrière" de pêche à la baleine dans l'Antarctique et de s'occuper plutôt des animaux abandonnés dans la zone d'exclusion autour de la centrale nucléaire de Fukushima.

Dans une lettre ouverte au premier ministre nippon Yoshihiko Noda, datée d'hier, elle dénonce l'augmentation "indécente" de 27 millions de dollars du budget de la chasse baleinière "alors que la communauté internationale se mobilise pour venir en aide aux sinistrés du tsunami" dans le nord-est du Japon. "Les baleines sont en danger et chaque animal tué est un crime contre la biodiversité", poursuit la présidente de la Fondation Brigitte Bardot, qui rappelle que le gouvernement français a condamné au début du mois la reprise de la chasse "dite scientifique" dans l'Antarctique...