'Au moment où l'Etat, les partenaires sociaux et les Régions vont rediscuter du compte personnel de formation (CPF), pourquoi ne pas jeter un regard rétrospectif sur la place occupée par le droit individuel à laformation (DIF) ? Innovation majeure de la réforme de la for­mation professionnelle de 2003 et 2004, le DIF a maintenant plus de neuf ans. Le recul sur l'usage et la mise en œuvre de ce dispositif permet de dépasser les conjectures et les hypothèses de départ, qui mélangeaient l'espérance d'un accès à la forma­tion pour tous, et les inquiétudes quant à son financement. Le constat est en réalité assez décevant. De fait, lorsqu'en 2011 seuls 5,2 % des salariés l'ont utilisé et avec une durée moyenne des formations qui stagne autour d'une vingtaine d'heures, le droit individuel à la formation n'a pas remporté le succès escompté. Le manque d'information et d'accompagnement des salariés peut expliquer son faible développement. En effet, l'existence d'un droit individuel ne suffit pas à en susciter l'usage ; le contexte, qui détermine les conditions favorables ou non de son application, reste décisif. Autre constat, le DIF n'a pas réduit les inégalités d'accès à la formation entre salariés.'