EntomoNews
Follow
Find
90.9K views | +167 today
EntomoNews
Dernières nouvelles des insectes, collemboles, myriapodes et autres arthropodes...
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Bernadette Cassel from Le flux d'Infogreen.lu
Scoop.it!

Réchauffement : papillons, oiseaux et plantes s'exilent en altitude

Réchauffement : papillons, oiseaux et plantes s'exilent en altitude | EntomoNews | Scoop.it

Faune et flore sont contraintes de s’adapter au changement climatique. Actuellement, on observe une migration de certaines espèces vers les plus hautes latitudes, et d’après une nouvelle étude, en montagne, des communautés grimpent en altitude. Plus mystérieux, il y aurait certaines espèces qui auraient au contraire tendance à se diriger vers de plus basses altitudes.


[L'étude] Plants, Birds and Butterflies: Short-Term Responses of Species Communities to Climate Warming Vary by Taxon and with Altitude


Via Pescalune, Frédéric Liégeois
more...
Christian Allié's curator insight, January 16, 2014 6:16 AM

.........""""""""""""".........

 

.........  La limite des arbres caractérise souvent un changement de milieu, où les conditions ne sont pas adéquates au développement des arbres

 

.. 

Au dessus de la limite d’arbres, les papillons deviennent frileux

Cette étude montre que les effets biologiques du changement climatique sont déjà enclenchés, et le rythme d’adaptation de la faune et la flore – en Suisse du moins — est rapide. Toutefois, la migration des espèces est loin d’être homogène et garde quelques mystères. En effet, l’équipe de Bâle rapporte qu’au dessus de la limite des arbres, aucune espèce de plante ou de papillon ne migre. Cette ligne définit la zone à partir de laquelle les conditions climatiques ne permettent plus aux arbres de se développer. Papillons et plantes vivant au-delà de cette limite auraient même tendance à migrer à de plus basses altitudes.

À ce jour, on ne sait expliquer pourquoi en altitude papillons et végétaux tendent à vivre à de plus basses altitudes. « Il est possible que l'utilisation des sols des les habitats à proximité de la limite d’arbres l’emporte sur les effets du réchauffement climatique. De nombreux alpages ont par exemple été abandonnés au cours de ces dernières années, explique Tobias Roth, impliqué dans l’étude. Il est également possible que les plantes alpines sont mieux protégés contre l'évolution des conditions climatiques, en raison de la surface très variée des paysages alpins. » D’après les auteurs, une chose est certaine, on ne peut expliquer cette différence de comportement à des différences d’accroissement de la température en fonction de l’altitude.

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Ophraella communa, le coléoptère qui pourrait détruire l'ambroisie

Ophraella communa, le coléoptère qui pourrait détruire l'ambroisie | EntomoNews | Scoop.it

"Ophraella communa, est un insecte qui pourrait participer à la destruction de l'ambroise, plante allergisante qui s'est fortement développée en Europe et en particulier dans plusieurs régions de France."


  

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Chikungunya : vers une épidémie de grande ampleur

Chikungunya : vers une épidémie de grande ampleur | EntomoNews | Scoop.it

France-Antilles. Santé en Guadeloupe. « La population ne semble pas avoir pris la mesure du risque. Le service de lutte anti-vectorielle en a notamment pris conscience samedi matin, à Baie-Mahault. »


[...]

___________________________________________________________________


Chikungunya aux Antilles Guyane : point de situation au 10 janvier 2014 par le CNEV (Centre National d'Expertise sur les Vecteurs) :


« La CIRE Antilles Guyane a publié un point épidémiologique actualisant la situation au regard  de la circulation du virus chikungunya aux Antilles Guyane.

Ainsi, l'épidémie est en progression à Saint-Martin (396 cas cliniquement évocateurs et 201 cas probables ou confirmés) et Saint Barthélémy (54 cas cliniquement évocateurs et 25 cas probables ou confirmés).

Plusieurs foyers de transmission autochtone ont été identifiés en Martinique (120 cas cliniquement évocateurs et 48 cas probables ou confirmés) ainsi qu'en Guadeloupe (10 cas probables ou confirmés).

Aucune transmission autochtone n'a été observée en Guyane. »

 

Accès direct au Point épidémiologique numéro 1/2014 de la CIRE Antilles-Guyane.


Bernadette Cassel's insight:


CIRE : Cellule interrégionale d'épidémiologie


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des fourmis dans l'espace : lancement réussi, regardez le décollage

Des fourmis dans l'espace : lancement réussi, regardez le décollage | EntomoNews | Scoop.it

MYTF1News. VIDEO. « La société américaine Orbital Sciences  a lancé avec succès jeudi sa capsule non-habitée Cygnus pour sa première  mission d'approvisionnement de la Station spatiale internationale (ISS)... »


[...]


« Pour cette mission, Cygnus doit transporter 1.461 kilos d'équipements  scientifiques pour des expériences, dont notamment des fourmis pour observer  leur comportement en microgravité, ainsi que du matériel pour étudier la  résistance microbienne aux antibiotiques. »


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les pollinisateurs européens à l’épreuve des biocarburants

Les pollinisateurs européens à l’épreuve des biocarburants | EntomoNews | Scoop.it

par Marine Jobert. Journal de l'environnement. « Il manquerait 7 milliards d’abeilles pour polliniser correctement les cultures européennes. La faute aux agrocarburants, rendus obligatoires dans les réservoirs, qui ont augmenté les surfaces cultivées. [...] »


« Les abeilles domestiques – et les apiculteurs – n’ont pas réussi à tenir le rythme effréné que la réglementation communautaire sur les biocarburants a imposé à l’agriculture européenne. C’est l’un des enseignements d’une étude publiée le 8 janvier dans Plos ONE. Centrés sur la demande en pollinisation des cultures européennes, des chercheurs de l'université de Reading (Royaume-Uni) ont constaté que la mise en culture de près de 4,2 millions d’hectares (+32%) de colza, soja ou tournesol non alimentaires a fait bondir les surfaces pollinisées de 17%. [...] »


[...]


« Alors, qui pollinise "à la place" des abeilles manquantes ? Les abeilles sauvages surtout, qui ont une efficacité pollinisatrice individuelle plus élevée que l’abeille domestique, mais une activité pollinisatrice plus faible, car elles sont souvent moins présentes et donc globalement moins actives. Mais [...] il existe très peu d’étude passées ou en cours sur la pollinisation par les bourdons et autres abeilles sauvages. « Tout le monde s’intéresse à Apis mellifera, mais on n’est qu’une poignée à travailler sur la pollinisation par les 1.000 espèces qu’on a en France », constate Bernard Vaissière. »


[L'étude] Agricultural Policies Exacerbate Honeybee Pollination Service Supply-Demand Mismatches Across Europe


Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :

L'Europe en grave déficit d'abeilles pour polliniser ses cultures


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le charançon de la patate douce est attiré par des couleurs différentes selon l'endroit où il se trouve

Le charançon de la patate douce est attiré par des couleurs différentes selon l'endroit où il se trouve | EntomoNews | Scoop.it

ScienceDaily. « Sweetpotato weevils differentially attracted to certain colors »


« New research shows that sweetpotato weevils are attracted to different colors, depending on whether they are indoors or outdoors. »



___________________________________________________________________

Via OPIE-Insectes : En épingle en 2014 "Bicolore"


Par Alain Fraval. « [...]  Cyclas formicarius (Col. Curculionidé) est un ravageur majeur de l’ipomée, alias patate douce, plante cultivée partout sous climats méditerranéens et tropicaux. Arrivé depuis peu aux Antilles, il y cause des pertes considérables. [...] Aux universités états-uniennes du Montana et de Guam, on a étudié les préférences des imagos du Charançon de la patate douce pour les couleurs : c’est le rouge qui les attire le mieux à l’extérieur, au champ. Mais, au labo, c’est le vert.

On n’a aucune explication pour cette originalité. »


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Connaissez-vous le virus Zika ?

Connaissez-vous le virus Zika ? | EntomoNews | Scoop.it

JIM.fr. « Le virus Zika (ZIKV) tire son nom d'une forêt en Ouganda où il a été identifié pour la première fois en 1947. Répandu dans les régions tropicales d'Asie et d'Afrique, c’est un Flavivirus, transmis par les moustiques du genre Aedes. » 


« La présentation clinique de l’infection à ZIKV est proche des autres arboviroses : éruption maculo-papuleuse, myalgies, fièvre et arthralgies, surtout distales. L’évolution est spontanément résolutive au bout d’une semaine au maximum, sans séquelle. Aucune complication grave ni décès n’a été rapporté dans le monde. Cependant, une évolution de la pathogénicité est possible lors d’une épidémie. Celles-ci ont été d’ailleurs peu décrites et restent mal connues. »


[...]


more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Inventer le monde
Scoop.it!

Le shrilk, inspiré de la cuticule des insectes, pourrait remplacer un jour le plastique

Le shrilk, inspiré de la cuticule des insectes, pourrait remplacer un jour le plastique | EntomoNews | Scoop.it

"Shrilk" : nouveau matériau.
Il est issu d'un labo d’ingénierie "biologiquement inspirée" et a des caractéristiques proches de celles d'insectes - résistant, biodégradable, léger - et pourrait remplacer le plastique…


Wyss Institute. « Inspired by Insect Cuticle, Wyss Researchers Develop Low-Cost Material with Exceptional Strength and Toughness »


[...]


« Natural insect cuticle, such as that found in the rigid exoskeleton of a housefly or grasshopper, is uniquely suited to the challenge of providing protection without adding weight or bulk. As such, it can deflect external chemical and physical strains without damaging the insect's internal components, while providing structure for the insect's muscles and wings. It is so light that it doesn't inhibit flight and so thin that it allows flexibility. Also remarkable is its ability to vary its properties, from rigid along the insect's body segments and wings to elastic along its limb joints. »


« Insect cuticle is a composite material consisting of layers of chitin, a polysaccharide polymer, and protein organized in a laminar, plywood-like structure. Mechanical and chemical interactions between these materials provide the cuticle with its unique mechanical and chemical properties. By studying these complex interactions and recreating this unique chemistry and laminar design in the lab, Fernandez and Ingber were able to engineer a thin, clear film that has the same composition and structure as insect cuticle. The material is called Shrilk because it is composed of fibroin protein from silk and from chitin, which is commonly extracted from discarded shrimp shells. »


[Image] « Shrilk is similar in strength and toughness to an aluminum alloy, but it is only half the weight. Shown here is a replica of an insect wing, which was made with the new material. »


Via Serge Meunier
Bernadette Cassel's insight:


Source : Wyss Institute for Biologically Inspired Engineering at Harvard University


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Comment le Caracara à gorge rouge parvient-il à piller des nids de guêpes agressives ?

Comment le Caracara à gorge rouge parvient-il à piller des nids de guêpes agressives ? | EntomoNews | Scoop.it

Ornithomedia.com. « Ce rapace possède-t-il des répulsifs chimiques naturels ou bien sa technique de pillage est-elle particulièrement efficace ? »


[Les Caracaras à gorge rouge Ibycter americanus (Falconidae) sont des prédateurs spécialisés de guêpes sociales en zone néotropicale. Il avait été suggéré que ces caracaras possèdaient des répulsifs chimiques qui leur permettaient de prendre le couvain des nids de guêpes sans se faire attaquer par les ouvrières.]


« Pour déterminer comment ces oiseaux parviennent à se nourrir de larves de guêpes et s'ils sont protégés chimiquement, des chercheurs de la Simon Fraser University (Canada) ont étudié les Caracaras à gorge rouge près du camp des Nouragues en Guyane française. [...] »


[...]


« Deux composés extraits de l'épiderme des pattes des caracaras, la sulcatone et l'iridodial, ont provoqué des réactions électrophysiologiques des antennes des guêpes. Ces substances sont aussi présentes dans les sécrétions défensives de fourmis arboricoles du genre Azteca. Ces composés ne semblent toutefois pas constituer de répulsifs anti-guêpes et leur présence sur la peau des rapaces pourrait s'expliquer par le fait qu'ils se sont posés au préalable sur des arbres où vivent des colonies de fourmis Azteca. Mais peut-être frottent-ils parfois ces fourmis sur leurs plumes ? »


« En conclusion, les Caracaras à gorge rouge parviennent à piller les nids de guêpes non pas grâce à une protection chimique mais à leur technique d'attaque rapide et efficace. »


[Image] « Nid de guêpes sociales, camp des Nouragues (Guyane).
Source : McCann et al. (2013) / Simon Fraser University »


[L'étude] Strike Fast, Strike Hard: The Red-Throated Caracara Exploits Absconding Behavior of Social Wasps during Nest Predation


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

En vidéo : une toile d'araignée chargée d'électricité

En vidéo : une toile d'araignée chargée d'électricité | EntomoNews | Scoop.it

Par Delphine Bossy, Futura-Sciences. « [...] Les araignées n’ont pas fini de nous surprendre. Déjà connues pour leur rôle de tisseuse de soie, elles sont également d’étonnantes électriciennes. Dans un article paru dans la revue Naturwissenschaften, les chercheurs Fritz Vollrath et Donald Edmonds révèlent que la toile de l’araignée Araneus diadematus est une très bonne conductrice d’électricité. Dans le réseau de filaments de soie, on peut observer des sortes de gouttelettes. Ce sont des poches de soie, renfermant un cocktail chimique et de l’eau qui génèrent des charges électriques dans la toile. »


[Vidéo] « Dans sa toile, l’araignée Araneus diadematus construit de petites gouttes de soie remplies d’eau et d’un cocktail chimique gluant. Ces petits motifs génèrent des charges électriques qui attirent les particules en suspension. © Fritz Vollrath et Donald Edmonds, Naturwissenschaften, 2013 »


[L'étude] Consequences of electrical conductivity in an orb spider's capture web


more...
Christian Allié's curator insight, January 8, 2014 3:35 AM

......""""""""""""""..........

 

.............  Araneus diadematus est une très bonne conductrice d’électricité. Dans le réseau de filaments de soie, on peut observer des sortes de gouttelettes. Ce sont des poches de soie, renfermant un cocktail chimique et de l’eau qui génèrent des charges électriques dans la toile.

Ultra-adhérent, ce cocktail peut être vu comme une sorte de glu, véritable aimant à eau, capable d’aspirer l’humidité environnante. Cette torsion électrique n’avait jusqu’alors jamais été signalée. Fritz Vollrath et Donald Edmonds montrent que la génération de charges dans les gouttelettes provoque de petites distorsions dans le champ électrique terrestre, mais seulement à quelques millimètres autour d’eux. Pour autant, ces variations de charges électriques permettent à la toile d’attirer les particules chargées, telles que le pollen ou les aérosols.......

 

...........

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le grillon champêtre comme symbole de la lutte pour la protection des prairies en Suisse

Le grillon champêtre comme symbole de la lutte pour la protection des prairies en Suisse | EntomoNews | Scoop.it

Par moha. RTS.ch. « Le grillon champêtre est l'animal de l'année 2014 »


[...]


« L'animal de l'année de Pro Natura en 2014 est le grillon champêtre. L'organisation de protection de la nature a choisi lundi de mettre en avant cet insecte pour attirer l'attention sur l'intensification de l'agriculture en Suisse. »


« L'habitat du grillon champêtre, prairies ensoleillées et fleuries, se réduit comme peau de chagrin, menaçant à terme la biodiversité, note Pro Natura. »


[...]


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un bilan de la faune et de la flore en 2013 dans le Cher

Un bilan de la faune et de la flore en 2013 dans le Cher | EntomoNews | Scoop.it

Par Alizée Golfier. Le Berry Républicain. « En 2013, des espèces ont été recensées, d’autres se sont faites plus rares et des habitats ont régressé. En 2014, la vigilance est toujours de mise. »


« Libellules, papillons, amphibiens, reptiles, oiseaux de tout plumage, pelouses calcicoles, résineux, chênes… Le Cher est un écrin accueillant pour une faune et une flore riches. [...] « Cela fait deux ou trois ans que l’on travaille sur la protection des amphibiens et particulièrement autour du sonneur à ventre jaune, explique Sébastien Brunet, chargé d’étude faune-flore à l’association Nature 18. [...]»


« L’association  s’est également penchée sur les cas de nos plus petits voisins : les insectes. Plus particulièrement les libellules et les papillons. « On a recensé 45 espèces de libellules sur 46 communes, retrace Sébastien Brunet. Parmi elles, quelques espèces rares d’ailleurs comme l’agrion orné dont on ne connaît qu’une seule station dans la Région Centre, et l’agrion de Mercure. »


[...]


[Image] « Observé dans deux nouvelles zones, le sonneur à ventre jaune est la surprise 2013. - S. Brunet NATURE 18 »


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les insectes du Paléozoïque étaient de petite taille comme aujourd'hui, les insectes géants du Carbonifère juste une exception !

Les insectes du Paléozoïque étaient de petite taille comme aujourd'hui, les insectes géants du Carbonifère juste une exception ! | EntomoNews | Scoop.it

Nature | Letter. « The earliest known holometabolous insects »


« The Eumetabola (Endopterygota (also known as Holometabola) plus Paraneoptera) have the highest number of species of any clade, and greatly contribute to animal species biodiversity. »


___________________________________________________________________



« Les insectes du Carbonifère ont longtemps été regardés comme exceptionnels du fait de leur gigantisme supposé et de l’existence de lignées aujourd’hui disparues, comme les Paléodictyoptères, toujours d’assez grande taille et dont certaines espèces possédaient trois paires d’ailes. »


« Mais les nouveaux fossiles découverts bouleversent la vision des écosystèmes de cette période ancienne ; ils comprennent les plus anciens représentant des Hémiptères (punaises et cigales), des Coléoptères (scarabées etc.) et des Hyménoptères (guêpes et fourmis), groupes qui constituent une part très importante des espèces connues actuellement sur Terre. »


[...]


« Ces insectes carbonifères nouvellement découverts ont aussi la particularité d’être les plus petits jamais trouvés à cette période, ce qui va à l’encontre des idées reçues sur la taille des organismes à cette époque. Les explications les plus fréquemment admises pour le gigantisme de certains insectes du Carbonifère, et du Permien qui a suivi, étaient basées sur l’augmentation significative du taux d’oxygène dans l’atmosphère lors de ces périodes. Ces nouvelles découvertes permettent de moduler cette théorie, maintenant de plus en plus discutée, en attribuant une explication écologique et non plus simplement physiologique à ce gigantisme (absence de vertébrés prédateurs aériens et d’autres compétiteurs avant le Permien moyen). »


(CNRS, Communiqué de presse du 16 octobre 2013)


___________________________________________________________________


Par Bourgoin Thierry ‏(via Twitter). "Palaeozoic insects were of small size just as today, giant carboniferous insects just an exception!" https://twitter.com/thibritb/status/417257703954997249


Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :

Dans l'ombre des géants du Carbonifère : les plus anciens représentants des insectes modernes découverts dans un terril du nord de la France


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des cultures génétiquement modifiées comme moyen de défense contre l'araignée rouge

Des cultures génétiquement modifiées comme moyen de défense contre l'araignée rouge | EntomoNews | Scoop.it

Bulletins-electroniques. BE Espagne. « Agronomie. Une protection naturelle des récoltes contre les invasions d'acariens »


« Une équipe de recherche de l'Institut des Sciences de la Vigne et du Vin (ICVV) de l'Université de La Rioja, a identifié, grâce à l'interaction de l'étude des génomes d'une plante et d'un acarien, une substance naturelle qui permettrait d'éviter de recourir à l'usage de pesticides dans la lutte contre les acariens parasites des espèces cultivées. »


[...]


« L'étude génomique menée par l'équipe de l'ICVV sur la plante Arabidopsis thaliana et sur un acarien appelé araignée rouge, a permis d'identifier un sucre, l'indol-3-glucosinolato, naturellement produit par Arabidopsis Thaliana, mais également par le brocoli, et qui s'avère mortel pour l'araignée rouge qui est incapable de digérer. »

« Cette molécule, l'indol-3-glucosinolato, présente l'avantage d'être sans danger pour la santé humaine, et pourrait même présenter des propriétés anti cancérigènes. Elle ouvre des possibilités d'études intéressantes dans le domaine de la modification génétique des plantes : des cultures génétiquement modifiées pour exprimer le gène qui conduit à la fabrication de l'indol-3-glucosinolato pourraient ainsi acquérir un moyen de défense efficace contre l'araignée rouge.
»


[Image] Identifican un 'arma' natural contra las plagas agrícolas


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Contre les essaims de criquets, un parasite intestinal...

Contre les essaims de criquets, un parasite intestinal... | EntomoNews | Scoop.it

Par Quentin Mauguit, Futura-Sciences. « Les essaims de criquets migrateurs sont ravageurs pour les cultures. Sans le savoir, un parasite intestinal pourrait nous avoir indiqué des solutions. En acidifiant son milieu d’accueil, cette microsporidie... »


[l'étude] Unveiling the mechanism by which microsporidian parasites prevent locust swarm behavior


« Locusts are infamous for their ability to aggregate into gregarious migratory swarms that pose a major threat to food security. Aggregation is elicited by an interplay of visual, tactile, and chemical stimuli, but the aggregation pheromone in feces is particularly important. Infection by the microsporidian parasite Paranosema (Nosema) locustae is known to inhibit aggregation of solitary Locusta migratoria manilensis and to induce gregarious locusts to shift back to solitary behavior. Here we suggest that P. locustae achieves this effect by acidifying the hindgut and modulating the locust immune response, which suppresses the growth of the hindgut bacteria that produce aggregation pheromones. This in turn reduces production of the neurotransmitter serotonin that initiates gregarious behavior. Healthy L. migratoria manilensis exposed to olfactory stimuli from parasite-infected locusts also produced significantly less serotonin, reducing gregarization. P. locustae also suppresses biosynthesis of the neurotransmitter dopamine that maintains gregarization. Our findings reveal the mechanisms by which P. locustae reduces production of aggregation pheromone and blocks the initiation and maintainence of gregarious behavior. »


[Locusta cinerascens ssp. manilensis, Orthoptera, Acrididae]


Bernadette Cassel's insight:


D'après une publication récente, l'espèce dont il s'agit dans cette étude n'est pas Locusta migratoria ssp. manilensis.

La bonne combinaison est  "Locusta cinerascens ssp. manilensis".


Mon attention a été attirée sur ce point par l'un des auteurs de la publication dont voici la référence :
Bernard DEFAUT, David MORICHON, Didier MORIN & Stéphane PUISSANT, 2013.- L’étude de phylogénie moléculaire réalisée par MA & al. (2012) sur le Criquet migrateur : nouvelles conclusions taxonomiques (Caelifera, Acrididae, Locustinae). Matériaux orthoptériques et entomocénotiques, 2013, 18 : 45-56.


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Suisse. Agroscope surveille le ravageur Drosophila suzukii

Suisse. Agroscope surveille le ravageur Drosophila suzukii | EntomoNews | Scoop.it

Agroscope. « La drosophile du cerisier, ou drosophile à ailes tachetées (Drosophila suzukii), a été signalée en Suisse pour la première fois en 2011. La dangerosité de ce ravageur est désormais avérée et menace aussi bien les jardiniers amateurs que les professionnels. Les petits fruits sont particulièrement touchés. Fonctionnel, le réseau national de surveillance par piégeage mis en place par Agroscope permet de suivre semaine par semaine l’évolution du ravageur et de réagir en conséquence. Les mesures préventives d’hygiène dans les cultures et le piégeage de masse permettent de réduire ou de retarder efficacement les attaques du ravageur. »


« En 2011, Agroscope a créé un groupe de travail, associant les cantons, les producteurs et les autres professionnels de la branche, pour contre-attaquer ce nouveau ravageur. Dès avril, un réseau national de détection, comprenant au moins 10 pièges de surveillance par canton, a été mis en place. Ces pièges ont été placés surtout dans les cultures de cerises et de fraises en début de saison, puis dans les myrtilles, mûres et framboises, et pour finir dans les pruniers et la vigne. Une carte de répartition du ravageur et la situation dans chaque canton ont été actualisées chaque semaine sur le site Internet www.drosophilasuzukii.agroscope.ch. En 2013, le ravageur s'est à nouveau manifesté dans tout le pays et les premières captures ont été effectuées 5 semaines plus tôt qu'en 2012. »


[...]


(via 20 Minutes "La drosophile du cerisier bien implantée")


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

9e conférence Louis Pasteur sur les maladies infectieuses émergentes

9e conférence Louis Pasteur sur les maladies infectieuses émergentes | EntomoNews | Scoop.it

CLP2014. « 9th Conference Louis Pasteur Emerging Infectious Diseases »


« Fifty years ago, the General Surgeon declared the end of the infectious diseases era based on the success of antimicrobial therapies that improved substantially the life expectancy in developed countries. However, infectious disease remained a problem in impoverished regions and rapid human development steadily increased the risk for emergence of new infectious diseases. The recent outbreaks of SARS, multidrug resistant MDM1 E. coli and the never-ending burden of malaria constitute such an example. »


Preliminary Scientific programme


Bernadette Cassel's insight:


Du 9 au 11 avril 2014 à l'Institut Pasteur de Paris


Cette conférence rassemblera un large éventail de participants : scientifiques de haut niveau, jeunes chercheurs et étudiants, travaillant sur les maladies émergentes bactériennes, parasitaires et virales ou sur l'étude des vecteurs et de l'impact du changement climatique  sur les épidémies.


Le but de ces journées est de mobiliser la communauté scientifique et d'encourager les chercheurs à développer leur collaboration.


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des nouvelles des insectes : « Made in USA »

Des nouvelles des insectes : « Made in USA » | EntomoNews | Scoop.it

Par Alain Fraval. Les Épingles entomologiques - OPIE-Insectes. « Made in USA »


« Nous avons parfois la visite de petites blattes des jardins et des bois du genre Ectobius : la Blatte laponne E. lapponicus, le Cafard pâle E. pallidus, la Blatte forestière ambrée E. vittiventris et E. lucidus (Blatt. Ectobiidés). Les États-uniens aussi, depuis quelques années, ces pestes peu gênantes ayant été importées d’Europe, leur aire d’origine avec l’Afrique - pensait-on sur la foi de fossiles de l’ambre de la Baltique datés de –44 millions d’années. »


« Jusqu’à la découverte de 4 espèces du genre, dont E. kohlsi, près de Rifle dans le Colorado, dans un terrain vieux de 49 millions d’années. Ectobius est donc considéré comme natif de l’Amérique du Nord et s’étant répandu et maintenu dans l’Ancien Monde. Avant d’être réintroduit tout récemment, il a disparu de son aire d’origine ; on ignore pourquoi. »


« Une histoire qui n’est pas sans rappeler celle (plus courte) d’Equus (cheval), genre né outre-Atlantique et éteint, réintroduit par les Espagnols 11 000 ans plus tard. »


« D’après notamment « Cockroach Reappears after 49 Million Year Hiatus », lu le 6 janvier 2014 à www.entsoc.org »


___________________________________________________________________

« The newly discovered species of Ectobius, specifically Ectobius kohlsi, are described in the January 2014 issue of Annals of the Entomological Society of America in an article called "Native Ectobius (Blattaria: Ectobiidae) From the Early Eocene Green River Formation of Colorado and Its Reintroduction to North America 49 Million Years Later." »


[Image via e! Science News "After a 49-million-year hiatus, a cockroach reappears in North America"] : « This is a 49-million-year-old Eocene Ectobius cockroach (Ectobius kohlsi) from Colorado. »


more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Mes passions natures
Scoop.it!

Une nouvelle espèce de homard baptisée en hommage à Nelson Mandela

Une nouvelle espèce de homard baptisée en hommage à Nelson Mandela | EntomoNews | Scoop.it
ANIMAUX - Cette espèce a été découverte au large des côtes sud-africaines...





[Image] « Le homard Munidopsis mandelai a été baptisé en hommage à Nelson Mandela. Muséum d'histoire naturelle de Londres »


Via Bourdoncle
more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Le flux d'Infogreen.lu
Scoop.it!

L'Europe en grave déficit d'abeilles pour polliniser ses cultures

L'Europe en grave déficit d'abeilles pour polliniser ses cultures | EntomoNews | Scoop.it
En raison du développement des cultures oléagineuses notamment utilisées dans les agrocarburants, les besoins de pollinisation ont crû cinq fois plus vite que le nombre de colonies d’abeilles entre 2005 et 2010, selon une revue scientifique.



Via Anne-Sophie, Frédéric Liégeois
Bernadette Cassel's insight:


Agricultural Policies Exacerbate Honeybee Pollination Service Supply-Demand Mismatches Across Europe



more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Biodiversité
Scoop.it!

Des crustacés standardisés comme indicateurs de la qualité des rivières

Des crustacés standardisés comme indicateurs de la qualité des rivières | EntomoNews | Scoop.it
Une équipe de l'Irstea a développé une nouvelle méthode de détection de la contamination chimique dans les cours d'eau. Sa particularité ? Elle repose sur un bio-indicateur, un crustacé, standardisé.


« Remonter jusqu'à la source des dégradations des rivières grâce à de petits crustacés, les gammares : c'est le pari que s'est lancé l'Institut de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (Irstea). Deux de ses équipes a élaboré une nouvelle méthodologie pour diagnostiquer la contamination chimique et la toxicité des milieux aquatiques. Si les bio-indicateurs constituent un révélateur bien connu de l'état écologique des cours d'eau, la méthode de l'Irstea présente une particularité : les organismes utilisées, avant d'être confrontées au milieu à tester, sont "standardisées". Après avoir été pêchées, elles sont exposées en laboratoire, aux mêmes conditions de température, de nourriture, etc. durant une période donnée avant leur transplantation sur les stations d'étude. »

[...]


Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :

Oséo : Des gammares, un prix et une start-up !


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Acariens, ondes GSM et pharmacie: la jeune innovation bruxelloise primée

Acariens, ondes GSM et pharmacie: la jeune innovation bruxelloise primée | EntomoNews | Scoop.it

Par Julien Rensonnet. lavenir. « La lutte contre les acariens, l’analyse des données de téléphonie et le conseil qualité à l’industrie pharmaceutique sont les trois domaines primés par le 3e prix bruxellois des Jeunes Entreprises Innovantes. Rencontre avec les lauréats. »


[...]


« Domobios réunit dans un même produit deux des obsessions de notre époque : la propreté et l’écologie. Spin-off de l’ULB et de l’UCL, cette très petite entreprise produit et commercialise des solutions vertes contre les acariens ou punaises de lit. Un produit qui concerne potentiellement énormément d’acheteurs: les allergies aux acariens sont les plus répandues au monde et concernent 10 à 15 % de la population mondiale. »


« Pierre Buffet, que propose Domobios?

— Notre solution contre les acariens est issue de 7 ans de recherche universitaire. Plutôt que de les attaquer avec des biocides, nous avons analysé leur «langage», leur «sociologie», pour mieux les comprendre. Sur cette base, nous leur dressons un «piège» pour les tromper. »


[...]


« Le prix Rise des Jeunes Entreprises Innovantes va vous permettre d’étendre votre gamme.

— Notre but est désormais de nous attaquer aux punaises de lit. Vous dormez à l’hôtel et le lendemain, vous croyez à une piqûre moustique. Mais après deux nuits, ça augmente comme une brûlure de cigarette. Sous votre matelas: des œufs, une colonie! Le phénomène grandit dans l’HoReCa des capitales car ces punaises résistent désormais aux insecticides: on s’attaque donc à leur univers en lançant une recherche de 3 ans. »


[...]

_________________________________________________________________


Vidéo de présentation par le Docteur Anne-Catherine Mailleux qui a mis au point la couverture anti-acariens

http://youtu.be/HGRjRWuo8bw


Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :

Une solution miracle (et belge) pour piéger les acariens ?


Allergique aux acariens ? Voici une invention bruxelloise qui pourrait bien vous changer la vie


→ Une solution écologique pour éliminer les acariens


more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Biodiversité
Scoop.it!

Le changement climatique pourrait perturber les saisons de vol des papillons

Le changement climatique pourrait perturber les saisons de vol des papillons | EntomoNews | Scoop.it

BE Canada. « Le calendrier de la saison de vol d'une grande variété de papillons est très sensible à la température et pourrait être modifié par le changement climatique, selon une étude de l'Université de Colombie Britannique (UBC) qui s'appuie sur des données météorologiques et les informations enregistrées dans les musées pendant plus d'un siècle. »


Sources :

- Communiqué de presse du 18 novembre 2013 de l'Université de Colombie Britannique - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/KUiE7

- Article original: Kharouba H.M., S.R. Paquette, J.T. Kerr, M. Vellend 2013. "Predicting the sensitivity of butterfly phenology to temperature over the past century". Global Change Biology. doi: 10.1111/gcb.12429 - http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/gcb.12429/abstract



Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le ver tueur de lombrics est entré en Ile-de-France !

Le ver tueur de lombrics est entré en Ile-de-France ! | EntomoNews | Scoop.it

Par philippegrecourt. Aulnaycap ! « Il s’appelle le Plathelminthe et risque de devenir le cauchemar des jardiniers franciliens. Le ver plat, tueur de lombrics, a été repéré dans le bois de Vincennes. Alerte à l'invasion. »


« C’est un entomologiste amateur qui a donné l’alerte après avoir repéré cet étrange ver dans son jardin il y a quelques mois. L’information a aussitôt été prise très au sérieux par le professeur Justine, chercheur au Muséum national d’histoire naturelle. Il a reconnu le plathelminthe terrestre invasif, un prédateur originaire de Nouvelle-Zélande qui se nourrit de nos bons vieux lombrics. Il fait déjà des ravages au Royaume-Uni où, dans certaines communes, ces derniers ont totalement disparu… »


« Un avis de recherche a été lancé au niveau national pour tenter de mesurer l’ampleur de l’invasion en France avec l’aide du public et, notamment, des jardiniers. Une opération de sciences participatives qui a donné des résultats spectaculaires. On sait aujourd’hui qu’au moins six espèces différentes de ces vers plats sont présentes dans l’Hexagone et que pratiquement tout le territoire est touché. Pour les scientifiques, c’est une véritable catastrophe écologique majeure qui est en marche… »


[...]


En cas de découverte, comparer avec les photos de la page du professeur Justine : http ://bit.ly/Plathelminthe. Puis contacter le professeur Justine pour savoir quoi faire ensuite. [...]


___________________________________________________________________


Jean-Lou Justine's Home Page

https://sites.google.com/site/jljjustine/plathelminthe-terrestre-invasif


« Pour des informations à jour et en continu, voir le compte Twitter (depuis le 20 septembre 2013)


Je tweete dès que je reçois une nouvelle mention de Plathelminthe terrestre invasif en France, bien confirmée avec photo.


Vous n'avez pas besoin d'avoir un compte Twitter pour lire ces infos, il suffit de cliquer sur https://twitter.com/Plathelminthe4 »

Bernadette Cassel's insight:
more...
Agriculture and economy's comment, March 8, 2014 3:11 AM
Le "Commonwealth" va nous apporter la "Commonmisery" !
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des arbres génétiquement modifiés près de Québec

Des arbres génétiquement modifiés près de Québec | EntomoNews | Scoop.it

Par Claudette Samson. Le Soleil (Québec). « Peu de gens le savent, mais les seules plantations d'arbres génétiquement modifiés (AGM) qui aient jamais été expérimentées en pleine nature au Canada l'ont été dans l'arrière-cour de Québec, à Valcartier. »


[...]


« La première expérience a consisté en la plantation, sur une superficie d'environ un demi-terrain de soccer, de peupliers auxquels on avait inoculé un gène marqueur provenant d'une bactérie que l'on trouve naturellement dans l'environnement, l'agrobacterium. L'addition de ce gène donnait aux feuilles de petites traces de couleur bleue, ce qui permettait de détecter facilement sa persistance année après année.

Contrairement aux plantes comme le maïs ou le canola qui sont resemées chaque année, les arbres durent dans le temps, d'où la nécessité d'évaluer l'effet sur une longue période. Le fait que le gène ait été ajouté aux feuilles permettait également d'évaluer la persistance de l'ADN dans l'environnement, explique M. Séguin au cours d'une entrevue accordée à son bureau du Centre de foresterie des Laurentides, face aux terrains de l'Université Laval. »


« Le deuxième essai, plus audacieux, a été effectué de 2000 à 2007 sur une parcelle voisine des peupliers d'une superficie équivalente. Cette fois, on avait modifié des épinettes en leur ajoutant le gène produisant la protéine insecticide de Bacillus thuringiensis (Bt) afin de les rendre résistantes à la tordeuse du bourgeon de l'épinette, avec 100 % de succès. »


[...]


« La Chine est le seul pays au monde à avoir autorisé la culture commerciale d'arbres génétiquement modifiés (AGM), des peupliers auxquels on a inoculé la toxine biologique de Bacillus thuringiensis pour les rendre résistants au longicorne asiatique. On peut toutefois penser que ce n'est qu'une question de temps pour que d'autres États autorisent eux aussi ce commerce. »


« Outre le Canada, la liste des pays chercheurs compte les États-Unis, le Brésil, la France, la Belgique, la Finlande, le Japon et la Nouvelle-Zélande. »


[...]

Bernadette Cassel's insight:


« La transgénèse consiste à insérer un gène étranger dans un organisme donné. Grâce à la génomique, les scientifiques peuvent activer certains gènes précis de l'organisme lui-même, choisis pour le rôle spécifique qu'ils jouent dans son développement. C'est ce qu'on appelle la cisgénèse. »


more...
No comment yet.