EntomoNews
Follow
Find tag "neurosciences"
83.8K views | +20 today
EntomoNews
Dernières nouvelles des insectes, collemboles, myriapodes et autres arthropodes...
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La crise d’épilepsie : une activité primitive du cerveau dont les mécanismes sont conservés à travers les espèces

La crise d’épilepsie : une activité primitive du cerveau dont les mécanismes sont conservés à travers les espèces | EntomoNews | Scoop.it
Tout semble différencier une mouche d'un homme. Et pourtant, aussi étonnant que cela puisse paraitre, des chercheurs de l'Inserm dirigés par Christophe Bernard et Viktor Jirsa au sein de l’Institut de Neurosciences des Systèmes (INS) – Inserm U1106 à Marseille viennent de montrer que les crises d'épilepsie suivent des règles mathématiques simples et conservées à travers les espèces. La crise d’épilepsie est une forme d’activité neuronale qui est encodée dans tout cerveau sain, mais qui ne s’exprime que dans situations pathologiques. Grâce à l'identification de ces principes de base, les chercheurs ont pu classer rigoureusement les crises en 16 types distincts ; une classification qui sera très utile aux cliniciens pour envisager des traitements de plus en plus personnalisés et rechercher de nouveaux médicaments. Ces travaux sont publiés dans la revue Brain Continue reading →


→ On the nature of seizure dynamics
http://brain.oxfordjournals.org/content/early/2014/06/10/brain.awu133.short?rss=1http://


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Vers l'arme anti-moustiques imparable

Vers l'arme anti-moustiques imparable | EntomoNews | Scoop.it

passionSanté.be. « La compréhension des mécanismes grâce auxquels le moustique localise sa proie est fondamentale pour parvenir à lui tendre des pièges. »

« On sait depuis longtemps que le moustique femelle (c’est elle qui pique) s’oriente vers sa victime grâce à son odorat. Les émanations de dioxyde de carbone (CO2) et toute une série d'odeurs émises par la peau sont irrésistibles. Dans le cadre de la lutte contre les maladies graves transmises par les moustiques, tromper leur odorat constitue une stratégie prometteuse. »


« Des chercheurs de l’université de Californie viennent d’effectuer une avancée importante. Ils ont en effet réussi à intervenir sur les cellules ultra-spécialisées (les neurones cpA), situées dans les organes olfactifs, qui permettent au moustique de se diriger avec une grande acuité vers sa proie. Les spécialistes ont trouvé cela en travaillant sur les espèces Aedes aegypti et Anopheles gambiae (vecteurs l’un de la dengue et de la fièvre jaune, l’autre du paludisme), qu’ils ont mises en présence de supports en verre imprégnés d’odeur de… pied humain. »


[L'étude : Cell - Stop the Biting: Targeting a Mosquito’s Sense of Smell http://www.cell.com/retrieve/pii/S0092867414001585]


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un robot avec un cerveau d'abeille

Un robot avec un cerveau d'abeille | EntomoNews | Scoop.it

Portail pour la Science de l'Ambassade de France en Allemagne. «

Un projet entre l’Université libre de Berlin et le Centre Bernstein permet le développement d’un robot capable de percevoir des stimuli extérieurs et de répondre à ces influx. »


[...]


« Au cours d’une expérience, les scientifiques ont placé le robot au milieu d’une pièce dont les murs comportaient des taches rouges et bleues. Lorsque le robot scannait une couleur avec la caméra, un signal lumineux était déclenché par les scientifiques. Ce signal assurait une fonction de mémorisation par le robot en activant le réseau de neurones artificiels. Puis, le traitement de l’information permettait le contrôle des roues du robot, lequel avançait lorsqu’il observait la couleur rouge et reculait avec la couleur bleu. « Le robot est ainsi capable d’identifier un objet de couleur, puis de relier cette couleur à l’action désirée en quelques secondes » a déclaré Nawrot. Les chercheurs envisagent désormais d’ajouter d’autres formes d’apprentissage à ce réseau neuronal artificiel. »


[Image] Capture vidéo YouTube - Conditioned behavior in a robot controlled by a spiking neural network


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

The Mantis Shrimp Sees Like A Satellite / La crevette-mante voit comme un satellite

The Mantis Shrimp Sees Like A Satellite / La crevette-mante voit comme un satellite | EntomoNews | Scoop.it

By Ed Yong. Phenomena: Not Exactly Rocket Science. « The most extraordinary eyes in the animal kingdom belong to the mantis shrimps, or stomatopods—pugilistic relatives of crabs and prawns, which are known for delivering extremely fast and powerful punches. Their eyes sit on stalks and move independently of one another. Each eye has “trinocular vision”—it can gauge depth and distance on its own by focusing on objects with three separate regions. They can see a special spiralling type of light called circularly polarised light that no other animal can. And they have a structure in their eyes that’s similar to technology found in CD and DVD players, only much more effective. »


« And now, Hanne Thoen from the University of Queensland has found that mantis shrimps see colour in a very different way to all other animals. »


« Thoen and Marshall have shown that mantis shrimps definitely don’t see colours in the same way as us, but what they actually do is a mystery. Now, they’re trying to work out what happens to signals when they leave the photoreceptors, and how these cells are connected to the brain. »


[...]


« Marshall adds that the mystery is relevant to one of the most important questions in neuroscience: How does a nervous system make sense of information from the outside world. “This is clearly a very different way of computing that information,” he says. “It’s not just about weird shrimp biology. It touches on a number of neuroscience questions.” »


Reference: Thoen, How, Choiu & Marshall. 2013. A Different Form of Color Vision in Mantis Shrimp. Science http://dx.doi.org/10.1126/science.1245824


More on mantis shrimps:


more...
Christian Allié's curator insight, February 3, 11:54 AM

...........""""""""""""""""""""""""..........

 

[  ........  ]

 

.......... 

The mantis shrimp has twelve different photoreceptors.

Eight of these cover the parts of the spectrum that we can see, while four cover the ultraviolet region. That seems like a ludicrous excess. If four or five receptors are all an animal needs, “why on earth do stomatopods need 12 channels?” says Justin Marshall, who led the new study.

The obvious answer is that they’re very good at discriminating between different colours..........

...........

Bernadette Cassel's comment, February 3, 6:32 PM
Christian, oui, c'est un blog que j'ai connu par Pierre Kerner (SSAFT - Café des sciences) et tout y est si bien expliqué qu'on en arrive à oublier que c'est en anglais ;) Bonne soirée aussi !
Christian Allié's comment, February 4, 8:07 AM
Bien noté l'info, merci Bernadette, pour l'anglais.... Quite a long time but I still can deal with......<br>M'en vais profiter du soleil (porte de la Camargue) Na vovo!
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Parkinson : Le rôle probable de la moisissure, d'après une étude sur la mouche

Parkinson : Le rôle probable de la moisissure, d'après une étude sur la mouche | EntomoNews | Scoop.it
La moisissure de la salle de bains ou de la cuisine en cause dans le développement de la maladie de Parkinson ?


[...] La maladie serait causée par une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux dont l’exposition aux pesticides.

 

Ici, les chercheurs de la State University of New Jersey et de la New Brunswick and Emory University ont testé différentes molécules que les champignons libèrent dans l’air pour évaluer leur toxicité, puis ont exposé des mouches drosophiles à 5 molécules différentes. La plus toxique a été appelée « 1-octène-3-ol ».


Les mouches exposées à cette molécule présentent une difficulté motrice et meurent bien avant des mouches non exposées, [...]


[...]


Source : Fungal-derived semiochemical 1-octen-3-ol disrupts dopamine packaging and causes neurodegeneration.


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des nouvelles des insectes : Chirurgie industrielle

Des nouvelles des insectes : Chirurgie industrielle | EntomoNews | Scoop.it

Par Alain Fraval. Opie-Insectes. « Amener une bouteille de drosos (Drosophila melanogaster) et la brancher sur la machine. Appuyer sur le bouton A. Jeter un œil dans la bino pour vérifier que les 100 individus (préalablement refroidis) sont en place, collés chacun au bout d’une baguette de verre. Appuyer sur le bouton B. La machine, grâce à un laser ultraviolet, perce un trou dans la capsule crânienne de chacune des mouches (20 à 350 µ de diamètre) et y dépose une goutte de Ringer (liquide physiologique). Pour terminer la manip, presser C : le stimulus à l’étude est appliqué et le système d’imagerie enregistre la réaction du cerveau. »


[...]


D’après « Zap! Lasers blast tiny holes in heads of flies to expose brains », par Charles Q. Choi. Lu le 1er novembre 2013 à www.nbcnews.com/science/


Image : le trou (dans l’œil), de 20 µ de diamètre et de 250 µ de profondeur, a été réalisé au moyen de 3 000 impulsions laser.

Bernadette Cassel's insight:


Un article de Alain Fraval sur la trépanation en série des mouches


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

D'énigmatiques neurones aident les mouches à s'orienter [en anglais]

D'énigmatiques neurones aident les mouches à s'orienter [en anglais] | EntomoNews | Scoop.it
Neurons deep in the fly’s brain tune in to some of the same basic visual features that neurons in bigger animals such as humans pick out in their surroundings. The new research is an important milestone toward understanding how the fly brain extracts relevant information about a visual scene to guide behavior.
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Science : des sacs à dos sur des libellules pour suivre leur activité

Science : des sacs à dos sur des libellules pour suivre leur activité | EntomoNews | Scoop.it
Et si la puissance des supercalculateurs de demain était déterminée par l’analyse du cerveau des libellules ? Les scientifiques se penchent actuellement sur les capacités cérébrales de ces insectes.

 

Le cerveau de la libellule doit être capable de faire de sérieux efforts de calcul dans un temps record si l’insecte espère pouvoir attraper ses proies en plein vol.

 

La libellule doit calculer sa propre trajectoire et celle de sa proie, trouver un point de rencontre avec sa cible et ajuster son vol en fonction des manœuvres d’évitement ou des éléments naturels variables.

Le neuro-scientifique Anthony Leonardo très intéressé par les capacités de ces odonates vient ainsi de créer un sac à dos permettant d’étudier l’activité neuronale des insectes pendant leur vol.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le cerveau de la mouche s'adapte à la famine

Le cerveau de la mouche s'adapte à la famine | EntomoNews | Scoop.it
Chez les drosophiles, le manque de nourriture inhibe les mécanismes de mémorisation à long terme. L’économie d’énergie qui en résulte augmente leur survie.
Bernadette Cassel's insight:

 

→ To Favor Survival Under Food Shortage, the Brain Disables Costly Memory

http://www.sciencemag.org/content/339/6118/440

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les homards souffrent-ils lorsqu'on les plonge dans l'eau bouillante ?

Les homards souffrent-ils lorsqu'on les plonge dans l'eau bouillante ? | EntomoNews | Scoop.it
Les crustacés souffrent-ils lorsqu'on les plonge dans l'eau bouillante ? Face au spectacle de milliers de homards cuisinés au Lobster Maine Festival, dans le Maine (États-Unis), l'écrivain et journaliste américain David Foster Wallace s'était justement posé cette question.


[...]


« Les crustacés ressentent-ils donc de la douleur ? Sans doute. Peuvent-ils souffrir dans la durée ? Cela impliquerait d'en savoir plus sur leur conscience, qui ne peut qu'être l'objet ,pour l'instant, d'hypothèses. Quoiqu'il en soit Elwood assure avoir changé la façon dont il traitait ses invertébrés en laboratoire. Quant à son ami cuisinier, il lui a emboîté le pas. "Nous sommes en train d'en savoir beaucoup plus sur la douleur et la nociception", conclut Crook. "Comment cela ne pourrait-il pas intéresser, même les plus sceptiques ?" »


Do lobsters and other invertebrates feel pain? New research has some answers. - The Washington Post


Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS

From www.sciencepresse.qc.ca - August 25, 2013 11:42 PM :

→  Aïe, les crustacés ressentent de la douleur !


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Une protéine-prion, gardienne du souvenir - Le Monde

Une protéine-prion, gardienne du souvenir - Le Monde | EntomoNews | Scoop.it
Une protéine-prion, gardienne du souvenir
Le Monde
Kausik Si s'est intéressé à la mémoire de la mouche drosophile, chez laquelle il avait déjà découvert un prion analogue à CEPB : Orb2.
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'étonnante vision des couleurs de la crevette-mante

L'étonnante vision des couleurs de la crevette-mante | EntomoNews | Scoop.it

Par Guillaume Jacquemont. Pour la Science. « Malgré une variété inhabituelle de cellules photoréceptrices, les crevettes-mantes distinguent assez mal les couleurs voisines. En cause, un traitement cérébral simplifié, plus économe en énergie. »


H. Thoen et al., A different form of color vision in Mantis Shrimp, Science, en ligne le 23/01/2013.


[image] « Les yeux des crevettes-mantes (ici l’espèce Pseudosquillana richeri) sont divisées en plusieurs parties : un hémisphère supérieur, une bande médiane (où sont situées les cellules photoréceptrices ) et un hémisphère inférieur. »


Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :

The Mantis Shrimp Sees Like A Satellite / La crevette-mante voit comme un satellite


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des abeilles qui choisissent la facilité !

Des abeilles qui choisissent la facilité ! | EntomoNews | Scoop.it


Science Actualités.fr. « Lorsque les êtres humains se rendent compte qu’ils manquent d’informations pour prendre une décision, ils la reportent ou recherchent des informations complémentaires. Eh bien, c’est la même chose chez les abeilles ! Selon une équipe australienne, les abeilles Apis mellifera évitent les tâches qu’elles estiment trop complexes. Un résultat déjà montré chez les primates. »


« Source : PNAS, 19 novembre 2013 »


___________________________________________________________________

LIEN :


Honey bees selectively avoid difficult choices


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Comment évaluer le libre arbitre d’une mouche ?

Comment évaluer le libre arbitre d’une mouche ? | EntomoNews | Scoop.it
Disposons-nous d’un libre arbitre ? Si ce n’est pas le cas, nous sommes à un palier en dessous de l’échelle métaphysique des mouches des fruits.


Effectivement, des scientifiques ont constaté que les mouches des fruits (drosophiles) ont un  libre arbitre. Et la chambre expérimentale pour mouche qu’ils ont créée afin de le découvrir est vraiment très étrange.


[...]


L’étude publiée sur PlosOne : Order in Spontaneous Behavior.


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Insectes cyborg : petits robots et grosses questions

Insectes cyborg : petits robots et grosses questions | EntomoNews | Scoop.it
Par Stanislas Kraland. Le HuffPost. « Est-ce un insecte ou un robot ? Les deux mon général. Lancé cet été sur une plateforme de crowdfunding par une entreprise éducative, le projet RoboRoach propose de démocratiser les neurosciences... en créant son propre cafard cyborg. »


« Si l’initiative peut faire sourire, des chercheurs de la North Carolina State University (NCSU) prennent la chose au sérieux. Ils estiment dans une étude que de petits cyborgs, comme ces cafards, pourraient se révéler utiles en cas de catastrophe, grâce à leur capacité à explorer éboulis, ruines et autres décombres. »


Cartographie en direct


« L'idée? Envoyer sur le terrain une nuée de cyborgs contrôlés à distance et équipés de capteurs électroniques.

"On s'est concentré sur la possibilité de cartographier les lieux où on ne pourrait suivre les cyborgs à la trace à cause de l'absence de GPS, comme un immeuble écroulé," précise dans un communiqué Edgar Lobaton, assistant-professeur d'ingénierie informatique et électrique à la NCSU. » 


« Dans un premier temps, les cyborgs exploreraient la zone de manière tout à fait aléatoire. Si le lieu est confiné et qu'ils croisent des victimes, les humains en seraient prévenus en surface grâce aux ondes radio émises par les biobots. »


« Une fois la nuée de cyborgs éparpillée, les cyborgs seraient ensuite instruits de continuer d'avancer jusqu'à ce qu'ils se retrouvent face à un mur et le suivent. En alternant mouvements aléatoires et suivis de mur, les cyborgs pourraient être amenées à se croiser et donc à le signaler en surface, toujours grâce à un signal radio. » 


« En surface justement, un ordinateur récupérerait les données. En les croisant grâce à un algorithme, les sauveteurs pourraient alors cartographier les décombres. "Cela donnerait aux premiers secours une idée de la topographie du lieu," explique le chercheur. » 


Polémique


« Technologiquement, c'est faisable. La preuve: ces insectes cyborg existent déjà, comme en témoignent les RoboRoach. » 


« Cependant, l'idée de prendre possession du corps d'êtres vivants grâce à la technologie crée d'ores et déjà la polémique. Lorsque les deux ingénieurs à l'origine de RoboRoach ont présenté leur projet à l'occasion d'une conférence TEDx à Detroit début octobre, le professeur de philosophie canadien Michael Allen Fox avait dénoncé "une manière de considérer des organismes vivants complexes comme s'il s'agissait de machines ou d'outils". » 


[...]


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Mouches des fruits - Des chercheurs autrichiens découvrent un remède potentiel contre la démence

Mouches des fruits - Des chercheurs autrichiens découvrent un remède potentiel contre la démence | EntomoNews | Scoop.it
Des chercheurs autrichiens découvrent un remède potentiel contre la démence---Des chercheurs autirichiens ont découvert un remède naturel qui pourrait jouer un rôle important dans le traitement de la démence.

 

[...]

 

Dans leur étude, les chercheurs ont effectué des tests sur les mouches des fruits, où il a été établi que les mouches âgées auxquelles la spermidine ont été administrée ont de meilleures capacités de mémoire. Confrontées à des stimulants, ces mouches âgées, qui avaient de mauvais résultats, ont réagi avec le même succès que les mouches plus jeunes.

 

Du fait que les mouches des fruits, comme les souris, ont des processus de mémoire similaires à ceux des êtres humains, les chercheurs espèrent que ces résultats positifs peuvent être adaptés pour le traitement de la démence chez les humains, avec des études sur les patients ciblés dans la prochaine étape.

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ Feeding fruit flies with spermidin suppresses age-dependent memory impairment

http://medicalxpress.com/news/2013-09-fruit-flies-spermidin-suppresses-age-dependent.html

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Nouvelles frontières en neurosciences sociales : Le cas du criquet pèlerin

Nouvelles frontières en neurosciences sociales : Le cas du criquet pèlerin | EntomoNews | Scoop.it

Le 21e Colloque Médecine et Recherche de la Fondation Ipsen de la série Neurosciences :  « Nouvelles frontières en neurosciences sociales »

 

[...]

 

La vie en société est largement répandue dans le monde animal, bien qu’elle soit plus significativement développée chez les insectes et les primates.

 

Vivre au sein d’un groupe social impose des exigences particulières en termes de stimulation sensorielle, d’entraide, de concurrence et de régulation de l’agression, pour ne signaler que quelques-uns des facteurs concernés. Par des mécanismes impliquant le système nerveux, les hormones, le métabolisme et le système immunitaire, ils contribuent à façonner le comportement des individus en rapport avec les nécessités de la vie en groupe.

 

Le cas du criquet pèlerin, Schistocerca gregaria, illustre très bien les effets du passage de la vie solitaire à la vie grégaire au sein d’une espèce (Steve Rogers, University of Cambridge, Cambridge, GB).

 

Lorsque la densité de la population croît et que la nourriture se fait plus rare les individus passent de la vie solitaire à une vie en groupe, ce qui occasionne des modifications dans leur comportement, leur apparence, leur taille, leur morphologie et la chimie de leur cerveau.

 

Il est possible d’étudier cette transition très précisément, et ce même au niveau d’un seul neurone parfaitement identifié.

 

Il a été établi il y a une vingtaine d'années que le volume du néocortex chez chaque espèce est en rapport avec la taille des groupes sociaux qu'elle forme selon le 'nombre de Dunbar' (Robin Dunbar, University of Oxford, Oxford). On met ainsi en évidence le fait que les espèces solitaires sont dotées d'un cortex plus petit que celles vivant en groupes élargis.

 

[...]

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ Le 21e Colloque Médecine et Recherche de la Fondation Ipsen de la série Neurosciences : «Nouvelles frontières en neurosciences sociales» http://tinyurl.com/cc67xwa

 

more...
No comment yet.