EntomoNews
Follow
Find tag "génétique"
80.8K views | +141 today
EntomoNews
Dernières nouvelles des insectes, collemboles, myriapodes et autres arthropodes...
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La peste, cette maladie vectorielle, de l’Antiquité au Moyen Âge

La peste, cette maladie vectorielle, de l’Antiquité au Moyen Âge | EntomoNews | Scoop.it

Par Nicolas Constans. Le Monde. « Les résurrections de la peste, de l’Antiquité au Moyen Âge »


« La première grande épidémie de peste de l'histoire est celle apparue à l'été 541 apr. J.-C. en Égypte, pendant le règne de l'empereur Justinien. Frappant durement l'empire byzantin, elle s'est étendue à l'Europe, traversant les royaumes francs pour finir dans les îles britanniques. Or une étude publiée aujourd'hui indique qu'elle n'est pas l'ancêtre de la seconde épidémie de peste, celle du Moyen Âge. Elles sont causées par deux souches différentes de la même bactérie. La peste de Justinien n'a donc pas eu de descendance. C'est ce qu'indique la reconstitution pour la première fois de l'ensemble de son génome, prélevé dans les dents de deux squelettes. Ces derniers provenaient d'un cimetière du VIe siècle apr. J.-C. situé en Bavière. »


« La découverte est d'importance. Car elle montre que la grande peste noire du Moyen Âge n'est pas due à la résurgence d'une souche ancienne de l'épidémie de Justinien, qui se serait fait oublier, quelque part dans une population de rats sans beaucoup de contact avec les hommes. Au contraire, elle montre la dangerosité de cette bactérie, capable de renaître sous une autre forme et de déclencher à nouveau une épidémie de grande ampleur, six cents ans après la fin de la première peste. »


[...]


« ... Certains scientifiques se demandent par exemple si les puces des rats sont bien les seules à véhiculer la maladie. D'autres vecteurs, comme les poux du corps, auraient pu intervenir au Moyen Âge. »


[...]


[Image] « Squelettes du VIe siècle apr. J.-C., d'où a été extrait l'ADN de la peste − M. Harbeck, université de Munich »


La publication scientifique : D. Wagner et al., The Lancet Infectious Diseases, 2014


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'évolution de nouvelles espèces ne nécessite que quelques modifications génétiques

L'évolution de nouvelles espèces ne nécessite que quelques modifications génétiques | EntomoNews | Scoop.it
Only a few genetic changes are needed to spur the evolution of new species—even if the original populations are still in contact and exchanging genes.


[Heliconius cydno & H. pachinus, Lepidoptera, Nymphalidae]

Bernadette Cassel's insight:


via Insect Archive "CNRS - Institut écologie et environnement - Publications de l'institut" Prospective génomique environnementale (p. 62 "Origines de la convergence évolutive chez les papillons Heliconius" http://www.cnrs.fr/fr/pdf/inee/inee-genomique-environnementale/#/62/)


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les abeilles ont connu une extinction massive lors de la disparition des dinosaures

Les abeilles ont connu une extinction massive lors de la disparition des dinosaures | EntomoNews | Scoop.it

Des chercheurs américains et australiens ont mené une étude génétique sur plusieurs groupes actuels d’abeilles. Celle-ci suggère que de nombreuses espèces de ces insectes ont disparu il y a 65 millions d'années, à la même époque que l’extinction massive des dinosaures.


[First Evidence for a Massive Extinction Event Affecting Bees Close to the K-T Boundary]


[Figure 1. Chronogram from the BEAST uncorrelated log normal relaxed clock analysis.

The outgroup, corbiculate apids, have been removed and the four Xylocopinae tribes are colour coded. The root node was set at 107Ceratina unimaculata (Ceratinini), Allodapula rozeni (Allodapini), Manuelia gayi (Manueliini) and Xylocopa sp. (Xylocopini).

doi:10.1371/journal.pone.0076683.g001]


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Étrange, la sauterelle verte naît parfois rose, jaune ou orange

Étrange, la sauterelle verte naît parfois rose, jaune ou orange | EntomoNews | Scoop.it


Certaines sortes de [sauterelles] sont peut-être mutantes. [Décrites pour la première fois dans les années 1870], les scuddéries à ailes oblongues pourraient avoir subi un changement génétique. Alors que leurs ancêtres étaient, semble-t-il, verts, un petit nombre d’individus arborent des couleurs vives, comme le jaune, l’orange et le rose vif.


Les généticiens ne connaissent pas avec certitude la cause de cette mutation. Les entomologistes ont longtemps pensé que ces couleurs étaient un symptôme d’érythrisme, une anomalie comparable à l’albinisme.


Des scientifiques de l’université de la préfecture d’Osaka, qui travaillent sur une espèce proche, penchent pour une cause génétique plutôt qu’environnementale. L’été dernier, des tests d’accouplement sur les scuddéries à ailes oblongues, réalisés à l’insectarium Audubon de La Nouvelle-Orléans, ont prolongé une étude menée au début du XXe siècle.


L’équipe actuelle est partie du postulat que le vert était un trait récessif – un bon camouflage qui rend les insectes de cette couleur les plus aptes à survivre. Arrivent en deuxième position les individus jaunes et orange, teintes provoquées par la dernière mue.


Les insectes roses sont les moins susceptibles de s’en sortir parce qu’ils ont cette couleur dès la naissance. Le rose est leur trait dominant, mais il en fait des proies faciles dès leur plus jeune âge.



[Amblycorypha oblongifolia, Orthoptera, Tettigoniidae]

Bernadette Cassel's insight:


→ In North American Katydids, Green isn’t the Dominant Colour, Pink is http://blogs.scientificamerican.com/running-ponies/2013/08/13/in-north-american-katydids-green-isnt-the-dominant-colour-pink-is/


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Thérapie génique naturelle chez les insectes, depuis des millions d’années !

Thérapie génique naturelle chez les insectes, depuis des millions d’années ! | EntomoNews | Scoop.it

 

Des guêpes de la famille des braconides parasitent des chenilles hôtes grâce à l’injection de gènes de virulence d’origine virale.

 

Ces gènes viennent d'être identifiés dans le génome de plusieurs espèces de guêpes, par une équipe de l'Institut de recherche sur la biologie de l'insecte (CNRS/Université François-Rabelais Tours), en collaboration avec le CEA/Genoscope d'Evry.

 

De manière surprenante la plupart de ces gènes d’immunosuppression sont conservés dans la même position dans le génome des guêpes depuis au moins 17 millions d’années !

 

Ces résultats, publiés dans la revue Philosophical Transactions of the Royal Society le 12 août 2013, permettent de mieux comprendre comment fonctionne cette thérapie génique inventée par les insectes, bien avant l’émergence des biotechnologies actuelles.

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ Functional endogenous viral elements in the genome of the parasitoid wasp Cotesia congregata: insights into the evolutionary dynamics of bracoviruses

http://rstb.royalsocietypublishing.org/content/368/1626/20130047.abstract?sid=7824c9d9-4b74-4c7e-92c8-ed553409495f

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

[Vidéo] Brésil : l'envol du moustique OGM

[Vidéo] Brésil : l'envol du moustique OGM | EntomoNews | Scoop.it
Au Brésil, la population se bat au quotidien avec les moustiques qui transmettent le virus de la dengue, une maladie tropicale potentiellement mortelle. Pour éradiquer l’épidémie qui sévit dans le pays, l’État parie sur les moustiques OGM.

 

Aedes aegypti OX513A

___________________________________________________________________

Ajouté le 15/04/2014 :


Un premier moustique GM autorisé, au Brésil - Journal de l'environnement


Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :

Santé : l'impact des insectes génétiquement modifiés


more...
Christian Allié's curator insight, July 12, 2013 12:16 PM

Cobayes or not, en Floride c'est "Niet",......... au Brésil "Hé bien, dansez maintenant"

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Maintenir l’intolérance

Maintenir l’intolérance | EntomoNews | Scoop.it

 

En 2011, ce sont plus de  420 millions d’hectares de terres dans le Monde qui auront supporté une culture Bt, maïs ou cotonnier transgénique, exprimant une toxine de la bactérie Bacillus thuringiensis.

 

[...]

 

L’analyse de 77 travaux de suivi de l’évolution de la sensibilité de populations de ravageurs au champ, sur les 5 continents, vient d’être livrée. Sur 24 cas pris en compte, impliquant 13 espèces d’insectes déprédateurs et 6 variétés de Bt dans 8 pays, les auteurs en relèvent 5 où la moitié des individus de la population sont devenus tolérants à la toxine en 3 à 8 ans.

 

[...]

 

D’après entre autres « Five Insects Evolve Resistance to Engineered Seeds, Study Says » par Jack Kaskey. Lu le 10 juin 2013 à www.businessweek.com/news/
Article source : Insect resistance to Bt crops: lessons from the first billion acres. Nature Biotechnology 31 - doi:10.1038/nbt.2597


Bernadette Cassel's insight:

 

SUR ENTOMONEWS :

→ Plantes OGM : maintenant les insectes leur résistent http://sco.lt/8xqZG5

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Plantes OGM : maintenant les insectes leur résistent

Plantes OGM : maintenant les insectes leur résistent | EntomoNews | Scoop.it

 

Il existe de plus en plus de cas d'insectes résistant à la protéine Bt de plantes génétiquement modifiées pour être protégées contre leurs attaques, une résistance qui varie en fonction des pratiques agricoles, affirme une étude publiée ce lundi.

Les auteurs de ces travaux, publiés dans Nature Biotechnology, ont passé en revue 77 études conduites dans huit pays et cinq continents à partir de données issues de champs abritant des OGM, principalement du maïs et du coton.


→ Insect resistance to Bt crops: lessons from the first billion acres

http://www.nature.com/nbt/journal/v31/n6/full/nbt.2597.html#access


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'aversion des cafards au sucre : un exemple d'évolution rapide pour survivre

L'aversion des cafards au sucre : un exemple d'évolution rapide pour survivre | EntomoNews | Scoop.it

 

Des cafards, qui cohabitent avec l'humanité depuis des millénaires, ont développé en quelques années dans leurs gènes une aversion au sucre pour survivre dans la bataille qui les oppose aux humains, montre une recherche publiée jeudi.


Les exterminateurs ont commencé dans le milieu des années 1980 à utiliser du glucose, une forme de sucre, pour enrober les appâts empoisonnés et détruire ces insectes envahisseurs, source de maladies. Mais sept ou huit ans après le poison a cessé de faire effet. Les populations de cafards ont commencé à se multiplier rapidement, laissant les scientifiques pantois.


Jules Silverman, professeur d'entomologie à l'Université de Caroline du nord (sud-est) et co-auteur de l'étude publiée jeudi dans la revue Science, a découvert leur secret peu après.


Il a tout d'abord constaté que les cafards n'étaient pas devenus résistants aux insecticides, mais qu'ils refusaient tout simplement de manger des appâts contenant du glucose. Ce chercheur a également établi que cette aversion avait une cause génétique héréditaire transmise de générations en générations.

 

[...]

 

Bernadette Cassel's insight:

 

SUR INSECT ARCHIVE :

→ Évolution du goût : les cafards ne se laissent plus avoir par nos sucreries empoisonnées (vidéo) http://sco.lt/8A6flB

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La mouche drosophile, un excellent modèle pour la cicatrisation des plaies

La mouche drosophile, un excellent modèle pour la cicatrisation des plaies | EntomoNews | Scoop.it

 

Actu santé : PLAIES: Découverte de nouvelles enzymes qui favorisent la cicatrisation - Genetics Society of America

 

Cette étude de la cicatrisation des plaies chez la mouche, présentée à la Réunion annuelle de la Genetics Society of America (Washington D.C), suggère de nouvelles cibles pour des médicaments cicatrisants. 8 nouveaux gènes jusque-là inconnus pour leur rôle dans la cicatrisation et de nouvelles enzymes comme les protéases à sérine pourraient bien donner lieu à de nouveaux pansements pour les plaies chroniques et même à de nouveaux traitements pour certaines affections dermatologiques comme le psoriasis ou l’eczéma.

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ Intersection of Drosophila innate immunity and epidermal wound response in the serine proteolytic pathway

http://www.dros-conf.org/2013/abstracts/text/f13531787.htm

 

→ Skin Deep: Fruit Flies Reveal Clues to Wound Healing in Humans

http://www.newswise.com/articles/skin-deep-fruit-flies-reveal-clues-to-wound-healing-in-humans

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

[Recherche] Le Nez en l'Air : Introduction à l'olfaction chez les insectes

[Recherche] Le Nez en l'Air : Introduction à l'olfaction chez les insectes | EntomoNews | Scoop.it

 

« D’après le Genoscope, qui a lancé un programme de séquençage sur plusieurs modèles d’étude de cette famille d’insecte, les noctuelles (papillons nocturnes phytophages) représentent à elles seules quotidiennement un-sixième des pertes agricoles mondiales !

 

[...]

 

Alors que chez les noctuelles, le stade responsable des dégâts dans la culture est le stade larvaire dit « ravageur », la majorité des travaux scientifiques étudient les noctuelles adultes. De même, alors que les données moléculaires sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus poussées, les données de terrains sont, elles, de plus en plus délaissées. Il devient compliqué de trouver des études écologiques récentes réintégrant ces ravageurs dans leur environnement et certaines questions sur l’écologie de ces insectes demeurent sans réponse. Se reproduisent-ils à proximité de leurs plantes hôtes ? Trouve-t-on les larves et les adultes au même endroit et au même moment ? Ce manque de données essentielles est un frein certain à la compréhension des relations entre génétique et écologie. Comment sans elles, associer un, ou des gènes, à un comportement précis de l’insecte qui pose problème, comme par exemple la recherche de nourriture et sa modulation par la prise alimentaire ou le cycle circadien ? A vue de nez, il est donc fort probable que l’étude de l’olfaction sur modèle insecte ait encore de belles années de polémiques et de découvertes devant elle…»

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Pourquoi les insectes n'éternuent pas ?

Pourquoi les insectes n'éternuent pas ? | EntomoNews | Scoop.it
Les insectes peuvent transporter les pires maladies sans pâtir de la présence de leurs mortels passagers, les virus. Des chercheurs lèvent le voile sur cette étrange immunité.
more...
Henri Guérin's comment, March 1, 2013 10:41 AM
Quand on cherche INSEEC, on trouve les insectes !!! Complètement scoopit
Bernadette Cassel's comment, March 1, 2013 2:12 PM
Dans ce sens-là, c'est pas grave ;)
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Comment un termite français est devenu américain

Comment un termite français est devenu américain | EntomoNews | Scoop.it

 

Décrit dans les années 1920, le termite de Saintonge, Reticulitermes santonensis, est l’une des six espèces de termites présentes sur le territoire français. Des chercheurs de l’Institut de recherche sur la biologie de l’insecte de Tours viennent de montrer, analyses génétiques à l’appui, que cet insecte appartient en réalité à l’espèce de termites la plus répandue aux Etats-Unis, R. flavipes, et serait plus précisément originaire du sud de la Louisiane.

 

Global genetic analysis reveals the putative native source of the invasive termite, Reticulitermes flavipes, in France


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des abeilles européennes infectées par un virus de végétaux

Des abeilles européennes infectées par un virus de végétaux | EntomoNews | Scoop.it

Par Quentin Mauguit, Futura-Sciences. « Apiculture : des abeilles ont été infectées par un virus de végétaux »


« Un nouveau virus s’en prenant aux abeilles domestiques a été découvert, mais il n’est pas inconnu. En effet, le virus des taches en anneaux du tabac s’en prend habituellement aux végétaux. Oui, il est bien passé sur un nouvel hôte, probablement au prix de nombreuses mutations génétiques. [...] »


[...]


« Le TRSV est un virus à ARN linéaire à simple brin appartenant à la famille des secoviridés. Il se caractérise par un important taux de mutation, ainsi que par l’absence d’un système de contrôle du matériel génétique répliqué. Ainsi, lorsqu’il se multiplie, cet agent infectieux donne naissance à de nouveaux virus qui lui sont apparentés, mais dont le patrimoine génétique varie légèrement (formation d’une quasi-espèce virale). Dans certains cas, les mutations procurent de nouveaux avantages, comme la capacité à s’en prendre à un nouvel hôte, même s’il s’agit dans le cas présent d’un animal. »

« Les abeilles examinées ont présenté des infections dans tout leur corps, ce qui prouve bien que le virus s’y développe. En revanche, il a aussi été décelé chez le varroa, mais uniquement dans le tractus intestinal. L’acarien n’est donc pas attaqué par le virus, qu’il a probablement attrapé en suçant l’hémolymphe d’un insecte. Autre conclusion : il peut servir de vecteur, et donc transmettre l’agent infectieux d’abeille en abeille, dans le cadre d’une dispersion horizontale. Par ailleurs, selon l’étude parue dans mBio, les œufs pondus par les reines infectées sont aussi contaminés, ce qui traduit une dispersion cette fois verticale, de la mère à l’enfant. »


[...]


[L'étude] Systemic Spread and Propagation of a Plant-Pathogenic Virus in European Honeybees, Apis mellifera


[Image] « Electron microscopy of TRSV particles from infected honeybees. The presence of TRSV particles in viral preparation was confirmed by RT-PCR assay. Bar, 100 nm. »


Bernadette Cassel's insight:


TRSV : Tobacco ring spot virus (virus des taches en anneaux du tabac)

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le chromosome X des pucerons est spécialisé dans la fonction mâle

Le chromosome X des pucerons est spécialisé dans la fonction mâle | EntomoNews | Scoop.it


Comment se règlent les conflits entre les sexes au niveau du génome ? Des chercheurs de l’Inra ont montré, chez le puceron du pois, une spécialisation du chromosome X dans la fonction mâle alors que les autres chromosomes sont spécialisés dans la fonction femelle. Publiés dans la revue PLoS Genetics et remarqués par la Faculty of 1000, ces résultats ouvrent des perspectives pour une meilleure compréhension du fonctionnement des génomes et des processus évolutifs conduisant à une expression des gènes différente selon le sexe.


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les blattes appartiennent à différents quartiers, tout comme les New-Yorkais [en anglais]

Les blattes appartiennent à différents quartiers, tout comme les New-Yorkais [en anglais] | EntomoNews | Scoop.it
Cockroaches from the Upper East Side, the Upper West Side and nearby Roosevelt Island all have a distinctly different genetic makeup from one another
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'IRBI explore la thérapie génique des insectes

L'IRBI explore la thérapie génique des insectes | EntomoNews | Scoop.it
L’Institut de recherche de l’université de Tours vient de publier une étude inédite sur le génome des guêpes. Très instructive pour les biotechnologies.
Bernadette Cassel's insight:

 

SUR ENTOMONEWS :

→ Thérapie génique naturelle chez les insectes, depuis des millions d’années ! http://sco.lt/6qKxub

 

→ Les insectes de l'IRBI bien logés http://sco.lt/9ANuSH

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Évolution : quand la flore intestinale sépare une espèce

Évolution : quand la flore intestinale sépare une espèce | EntomoNews | Scoop.it
Lorsque deux populations d’une espèce sont séparées pendant de nombreuses générations, leurs génomes commencent à se différencier, car ils s’adaptent à leurs différents environnements. Finalement, ils peuvent devenir deux espèces distinctes. Mais aujourd’hui de nouvelles recherches suggèrent que ce n’est pas toujours l’incompatibilité de l’ADN qui arrête le croisement, il y a parfois des microbes intestinaux incompatibles.

 

[...]

 

L’étude publiée sur Science : The Hologenomic Basis of Speciation: Gut Bacteria Cause Hybrid Lethality in the Genus Nasonia. http://www.sciencemag.org/content/341/6146/667.abstract

 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Insecticide causes changes in honeybee genes / L'exposition aux pesticides (néonicotinoïdes) modifie les gènes de l'abeille

Insecticide causes changes in honeybee genes / L'exposition aux pesticides (néonicotinoïdes) modifie les gènes de l'abeille | EntomoNews | Scoop.it
Exposure to a neonicotinoid insecticide causes changes to the genes of the honeybee.

 

New research by academics at The University of Nottingham has shown that exposure to a neonicotinoid insecticide causes changes to the genes of the honeybee.

 

The study, published in the online journal PLOS ONE, supports the recent decision taken by the European Commission to temporarily ban three neonicotinoids amid concerns that they could be linked to bee deaths.

 

[...]

 

Journal Reference:

Kamila Derecka, Martin J. Blythe, Sunir Malla, Diane P. Genereux, Alessandro Guffanti, Paolo Pavan, Anna Moles, Charles Snart, Thomas Ryder, Catharine A. Ortori, David A. Barrett, Eugene Schuster, Reinhard Stöger. Transient Exposure to Low Levels of Insecticide Affects Metabolic Networks of Honeybee Larvae. PLoS ONE, 2013; 8 (7): e68191 DOI: 10.1371/journal.pone.0068191

 

→ Transient Exposure to Low Levels of Insecticide Affects Metabolic Networks of Honeybee Larvae

http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0068191

 

Bernadette Cassel's insight:

 

Une nouvelle étude publiée par des chercheurs de l'Université de Nottingham a montré que l'exposition aux pesticides à base de néonicotinoïdes provoque des changements dans les gènes de l'abeille.

 

(d'après le début de l'article en anglais)

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le gène de l’homme attirant

Le gène de l’homme attirant | EntomoNews | Scoop.it

 

Il s’appelle orco, et peut être désactivé par génie génétique. C’est ce qu’ont fait Matthew DeGennaro et son équipe, au laboratoire de Neurogénétique et Éthologie de l’université Rockfeller (New-York, États-Unis).

 

[...]


Le cadre de ces travaux : l’amélioration des performances des répulsifs, arme indispensable contre les maladies transmises par les insectes hématophages.


D’après « GM Mosquitoes Lose Appetite for Humans », lu le 10 juin 2013 à /www.biosciencetechnology.com/news/

 

Bernadette Cassel's insight:

 

Les moustiques porteurs d'une mutation du gène Orco, crucial pour détecter les odeurs, ne sont pas repoussés par la peau imprégnée de DEET [le répulsif de référence], comme les moustiques normaux.

 

Ils atterrissent sur le bras (image du milieu), mais fuient dès le premier contact et s'envolent sans piquer (image de droite), ce qui montre que le DEET fonctionne à travers deux voies, olfactive et tactile.

 

(d'après la légende de l'image en anglais — Source : Université Rockefeller)

 

→ GM Mosquitoes Lose Appetite for Humans

http://www.biosciencetechnology.com/news/2013/06/gm-mosquitoes-lose-appetite-humans#.UbtNd5z7ldo

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le système de navigation des abeilles décrypté

Le système de navigation des abeilles décrypté | EntomoNews | Scoop.it

 

Les abeilles ne naissent pas avec la faculté de trouver des fleurs, ni avec le sens de l'orientation. Avant de pouvoir trouver et retrouver leur chemin, elles doivent apprendre à se repérer grâce au soleil. Mais comment y parviennent-elles? La réponse se trouve dans un gène. Nom de code: Egr.

 

Les vertébrés (dont ne font pas partie les abeilles) en sont dotés, et c'est ce qui leur permet l'apprentissage et la détection d'un environnement nouveau. Une étude effectuée par des biologistes de l'University of Illinois (USA), publiée dans la revue américaine The journal of experimental biology, a permis de découvrir que ce même gène, qui existe aussi chez l'abeille, s'activait lorsqu'elles apprenaient à trouver de la nourriture et la rapporter à la ruche.

 

[...]

 

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ Activity-dependent gene expression in honey bee mushroom bodies in response to orientation flight

http://jeb.biologists.org/content/216/11/2031.abstract?sid=6d79a794-218f-439c-9b8b-cf26b88c6fcf

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un gène manipulé allonge de 25% la vie des mouches drosophiles

Un gène manipulé allonge de 25% la vie des mouches drosophiles | EntomoNews | Scoop.it
La manipulation d'un seul gène impliqué dans la maladie de Parkinson a permis d'allonger la vie de mouches drosophiles de 25%, donnant potentiellement un éclairage important sur les maladies et le vieillissement chez l'homme, selon une recherche publiée lundi aux Etats-Unis.
Bernadette Cassel's insight:

 

→ Parkin overexpression during aging reduces proteotoxicity, alters mitochondrial dynamics, and extends lifespan

http://tinyurl.com/ctruppb (PNAS)

 

 

SUR INSECT ARCHIVE :

→ Parkin, un gène de Parkinson, capable de prolonger la vie? http://sco.lt/5Wb01B

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des scientifiques décodent le génome du dendroctone du pin ponderosa

Des scientifiques décodent le génome du dendroctone du pin ponderosa | EntomoNews | Scoop.it
Les jours où le dendroctone du pin ponderosa peut en toute quiétude ravager les forêts de la Colombie-Britannique et du centre -nord de l'Alberta pourraient être comptés, car des scientifiques ont décodé son génome.


 

Draft genome of the mountain pine beetle, Dendroctonus ponderosae Hopkins, a major forest pest


[Dendroctonus ponderosae, Coleoptera; Curculionoidea Scolytinae]


Bernadette Cassel's insight:

 

http://genomebiology.com/2013/14/3/R27/abstract


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Découverte d'un nouveau mécanisme de régulation de la migration cellulaire collective

Découverte d'un nouveau mécanisme de régulation de la migration cellulaire collective | EntomoNews | Scoop.it

 

 - Lorsque les cellules cancéreuses se déplacent en groupes -

 

Il existe peu de systèmes expérimentaux pour étudier les détails moléculaires de la migration cellulaire collective dans un tissu vivant. Le groupe du Dr Emery a étudié une migration cellulaire stéréotypée chez la mouche drosophile, un modèle expérimental favori des généticiens. Dans ce modèle, les chercheurs ont utilisé l’imagerie des cellules vivantes pour suivre le mouvement bien caractérisé des «cellules de bordure» dans l’ovaire de la mouche.

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ Rab11 regulates cell–cell communication during collective cell movements http://www.nature.com/ncb/journal/v15/n3/full/ncb2681.html

 

(Image : Chambre d’œuf de drosophile)

 

 

SUR LE MÊME SUJET :

 

→ Comment les cellules cancéreuses se déplacent en groupe

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/science/2013/03/12/002-cellules-deplacement-corps.shtml

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un gène dicte le comportement des fourmis de feu

Un gène dicte le comportement des fourmis de feu | EntomoNews | Scoop.it

 

Comment combattre cet insecte dévastateur ? Des chercheurs lausannois ont découvert chez la fourmi de feu un «chromosome social» qui explique pourquoi certaines colonies abritent une seule reine. Une découverte qui permettrait de trouver des parades génétiques.

 

Photo www.antweb.org (CC BY-SA 3.0)

 

[Solenopsis invicta — Grande Fourmi de Feu (GFF), Red Imported Fire Ant (RIFA) —, Hymenoptera, Formicidae]

Bernadette Cassel's insight:

 

→ A Y-like social chromosome causes alternative colony organization in fire ants

http://www.nature.com/nature/journal/vaop/ncurrent/full/nature11832.html

 

more...
No comment yet.