EntomoNews
173.5K views | +26 today
Follow
EntomoNews
Dernières nouvelles des insectes, collemboles, myriapodes et autres arthropodes...
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Bernadette Cassel from Apiculture, agriculture et environnement
Scoop.it!

Les néonicotinoïdes voyagent dans la chaîne alimentaire et viennent perturber les équilibres nuisibles-prédateurs... réduisant ainsi les rendements des cultures de soja !

Les néonicotinoïdes voyagent dans la chaîne alimentaire et viennent perturber les équilibres nuisibles-prédateurs...  réduisant ainsi les rendements des cultures de soja ! | EntomoNews | Scoop.it

"Neonicotinoid insecticide travels through a soil food chain, disrupting biological control of non-target pests and decreasing soya bean yield - Douglas - 2014 - Journal of Applied Ecology - Wiley Online Library"

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/1365-2664.12372/abstract


[Image] via Futurity "This insecticide lets more slugs eat crops"
http://www.futurity.org/slugs-neonicotinoids-crops-813302/


« Chlaenius tricolor, a ground beetle species, eats slugs. The researchers find that slugs transmit the neonicotinoid insecticide to predatory ground beetles, impairing or killing more than 60 percent of the beetles » 



Via ADAPRO LR
Bernadette Cassel's insight:


« ADAPRO LR's insight:

En résumé, il est dit dans l'article que les limaces n'étant pas sensibles aux néonicotinoïdes, elles les absorbent et les concentrent. Les insectes prédateurs des limaces, qui sont eux sensibles aux néonicotinoïdes, sont affectés par ces derniers et leur nombre diminue. Ce qui augmente la quantité de limaces dont la population n'est plus contrôlée par les prédateurs naturels et qui affectent de manière plus importante les rendements des cultures, ici la culture de soja. »

more...
ADAPRO LR's curator insight, December 8, 2014 4:58 AM

En résumé, il est dit dans l'article que les limaces n'étant pas sensibles aux néonicotinoïdes, elles les absorbent et les concentrent. Les insectes prédateurs des limaces, qui sont eux sensibles aux néonicotinoïdes, sont affectés par ces derniers et leur nombre diminue. Ce qui augmente la quantité de limaces dont la population n'est plus contrôlée par les prédateurs naturels et qui affectent de manière plus importante les rendements des cultures, ici la culture de soja.

 

Gene Ghys's curator insight, December 26, 2014 6:18 AM

Mais où donc sont passés les insectes ?! Épisode trépidant n°1     28 octobre 2014

+ suite

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Moins de diptères : La population des hirondelles bicolores en chute libre

Moins de diptères : La population des hirondelles bicolores en chute libre | EntomoNews | Scoop.it

 

Dans une étude intitulée « L'intensification de l'agriculture affecte les patrons saisonniers d'abondance des proies (diptères, insectes ailés) des hirondelles bicolores » publiée en début d'année dans la revue scientifique «Ecological applications», les chercheurs Sébastien Rioux-Paquette, Dany Grant, Fanie Pellerin et Marc Bélisle ont noté une baisse constante des effectifs de cette espèce entre 2006 et 2011, qu'ils imputent à l'agriculture intensive.

 

[...]

 

Les chercheurs ont mené leurs travaux dans 400 nichoirs installés dans 40 fermes du sud du Québec sur une superficie de 10 200 km2 entre la Rive-Sud de Montréal et Sherbrooke. Une corrélation étroite est apparue entre l'augmentation de cultures intensives d'est en ouest, la baisse du nombre de diptères (mouches, moustiques et taons) et la perte de masse corporelle des hirondelles bicolores.

 

[...]

 

more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Mes passions natures
Scoop.it!

Espagne : Les ruches mobiles pourront-elles sauver les ours ?

Espagne : Les ruches mobiles pourront-elles sauver les ours ? | EntomoNews | Scoop.it
Huit cent mille abeilles s’installent en montagne et volent au secours des ours bruns et des coqs de bruyère.

 

[...]

 

Les unités de pollinisation sont installées dans une zone de 550 kilomètres carrés, composée de nombreuses forêts de chênes et de hêtres. Le rôle des abeilles est d’augmenter la production de baies sauvages, en particulier celle de myrtilles, essentielles à l’alimentation de l’ours brun et du coq de bruyère.

 

[...]

 

 


Via Bourdoncle
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

WANTED - Appel à témoin ! INPN - Inventaire National du Patrimoine Naturel

WANTED - Appel à témoin ! INPN - Inventaire National du Patrimoine Naturel | EntomoNews | Scoop.it

 

Un Plathelminthe (ver plat) terrestre, prédateur de lombrics (ver de terre), vient d'être détecté cet hiver dans trois localités françaises (Finistère, Alpes-Maritimes, Corse). Ce genre de ver n'existe pas naturellement en Europe. Dans les quelques pays où des espèces proches ont été récemment détectés, comme en Angleterre, on observe une quasi disparition de sa proie (les lombrics), causant des pertes agronomiques et des déséquilibres majeurs sur les milieux naturels. Son origine serait l'hémisphère sud, le plus probablement la Nouvelle-Zélande.

 

Dans son aire de répartition naturelle, les lombrics ont développé des stratégies d'évitement qui leur permettent de se maintenir malgré ce prédateur. Mais en Europe, les lombrics ne sont pas préparés à cette menace. Or les lombrics sont des « espèces ingénieurs » : ils creusent des galeries qui aèrent le sol et permettent la circulation de l'eau, elles réassimilent la matière organique du sol, la rendant disponible et exploitable par les végétaux.

 

L'impact de leur disparition, autant pour les systèmes agricoles que naturels, serait un désastre. Les lombrics sont par ailleurs considérés dans beaucoup d'écosystèmes comme la biomasse animale la plus importante. Ils sont donc une ressource déterminante dans les chaînes alimentaires, permettant à de nombreux prédateurs naturels d'exister (insectes, oiseaux, mammifères, amphibiens...). Leur disparition pourrait provoquer la disparition de ces autres espèces...

 

Le ver plat invasif est assez facile à reconnaître. Il est un peu aplati, noir avec deux vagues bandes dorées. Il arrive qu'on le rencontre en amas emmêlé. C'est un organisme d'apparence anodine, mais d'un impact majeur pour l'environnement. Il n'est pas venimeux, mais peut être toxique si on l'ingère (et ne peut donc se substituer au lombric dans la chaîne alimentaire)...

 

Nous lançons donc un appel à témoin afin de réaliser une cartographie de son implantation.

 ___________________________________________________________________


  • Première découverte, photos publiées sur insecte.org le 17/03/2013 :


→ Plathelminthe à identifier

http://www.insecte.org/forum/viewtopic.php?f=71&t=107184


  • Partage des photos sur le blog "Jean-Lou Justine's Home Page" :

 

Première espèce (allongée, marron à lignes jaunes), nom de l'espèce actuellement inconnu

(ancien lien au 02/05/2013 : " Informations sur le Plathelminthe terrestre invasif en France" http://bit.ly/Plathelminthe)


more...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'éclairage public change la composition des communautés d'invertébrés

L'éclairage public change la composition des communautés d'invertébrés | EntomoNews | Scoop.it

« [...] Cinq types d'invertébrés étaient beaucoup plus nombreux dans les zones éclairées par les réverbères : les faucheux (Opiliones, arachnides cousins des araignées), les fourmis, les carabes, les cloportes et les amphipodes. Et cette sur-représentation était notable de jour comme de nuit pour trois d'entre eux (faucheux, fourmis et carabes).

 

Plus généralement, par comparaison aux zones situées à l'écart de l'éclairage public, celles situées sous les lampadaires contenaient bien plus d'individus appartenant à deux groupes de carnivores : les prédateurs et les charognards.

 

Ce déséquilibre au sein des espèces d'invertébrés pourrait faire boule de neige et, par le biais de la chaîne alimentaire par exemple, risquerait d'altérer l'ensemble d'un écosystème, s'inquiètent les auteurs, qui appellent à faire d'autres recherches sur la question. »

 

via @physorg_biology Light pollution transforming insect communities http://phys.org/news/2012-05-pollution-insect.html

 

Article source : http://rsbl.royalsocietypublishing.org/content/early/2012/05/15/rsbl.2012.0216.abstract

 

Falmouth. Photo by Kevin Murphy.

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

En image : les Plathelminthes tueurs de lombrics

En image : les Plathelminthes tueurs de lombrics | EntomoNews | Scoop.it


La carte des observations de Plathelminthes invasifs, établie le 2 octobre 2013 par Jean-Lou Justine pour les quatre espèces actuellement repérées et numérotées ici de 1 à 4. Deux ont pu être formellement identifiées : Kontikia ventrolineata (2), de couleur noire avec une discrète ligne claire sur le dos, observée dans le Finistère et dans les Pyrénées-Atlantiques, et Bipalium kewense (4), au corps plus long et fin, dans les Pyrénées.

Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :

WANTED - Appel à témoin ! INPN - Inventaire National du Patrimoine Naturel http://sco.lt/99s2e9


Informations sur le Plathelminthe terrestre invasif en France http://sco.lt/99s2e9


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Pourquoi les espèces voisines ne mangent pas la même chose

Pourquoi les espèces voisines ne mangent pas la même chose | EntomoNews | Scoop.it

 

Les espèces voisines consomment moins souvent les mêmes ressources que les espèces plus distantes. En effet, c'est la compétition pour les ressources, et non leur apparentement qui détermine les sources de nourriture des espèces d'une communauté. Sous l'effet de cette compétition, les espèces proches se sont spécialisées sur des ressources alimentaires différentes. Telle est la conclusion d'une étude menée par des chercheurs du CNRS, du Muséum national d'Histoire naturelle (1) et de l'Université d'Exeter (Royaume-Uni). Ces travaux ont été obtenus en étudiant avec un niveau de détail hors du commun les interactions trophiques entre espèces au sein d'une prairie anglaise. Publiés le 20 juin 2013 dans la revue Current Biology, ils permettent de mieux appréhender l'évolution des communautés écologiques à l'heure où certaines sont bousculées par le changement climatique et l'arrivée d'espèces invasives.

 

[...]

 

Notes :

(1) Les chercheurs français travaillent au Laboratoire « Origine, structure et évolution de la biodiversité » (CNRS / MNHN) et au Laboratoire « Conservation des espèces, suivi et restauration des populations » (CNRS / MNHN).

 

Références :

Evolutionary history and ecological processes shape a local multilevel antagonistic network, Marianne Elias, Colin Fontaine, F. J. Frank van Veen, Current Biology, 20 juin 2013

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Informations sur le Plathelminthe terrestre invasif en France

Informations sur le Plathelminthe terrestre invasif en France | EntomoNews | Scoop.it

 

[...]

 

Que dois-je faire si je trouve ce ver?

 

• D'abord, bien vérifier que c'est bien ce ver: comparer avec les photos de cette page.

 

• Ensuite, noter l'endroit (votre jardin? ailleurs? dans la terre? sous un pot de fleurs?)

 

• Récolter le ver avec beaucoup de soin (ne pas l'écraser, le casser).

 

• Le mettre dans une boîte fermée avec un peu de terre humide, mais pas dans l'eau.

 

• Garder la boîte au frais (cave, pièce fraîche) mais ne pas le congeler.

 

• Me contacter pour savoir quoi faire ensuite. 


[...]

 

Bernadette Cassel's insight:

 

SUR ENTOMONEWS :

→ WANTED - Appel à témoin ! INPN - Inventaire National du Patrimoine Naturel http://sco.lt/7GH7ib

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les prédateurs atténuent l'effet des températures extrêmes

Les prédateurs atténuent l'effet des températures extrêmes | EntomoNews | Scoop.it

 

Pour mieux résister aux variations climatiques extrêmes, les écosystèmes ont besoin de prédateurs. Leur présence contrebalance les effets de la température sur leurs proies.

 

C'est ce que des chercheurs du Département de sciences biologiques de l'Université Montréal ont démontré en laboratoire en reproduisant une chaîne alimentaire constituée de plants de poivron rouge, de pucerons verts du pêcher et de coccinelles.

 

more...
No comment yet.