EntomoNews
Follow
Find tag "cerveau"
64.2K views | +56 today
EntomoNews
Dernières nouvelles des insectes, collemboles, myriapodes et autres arthropodes...
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Une protéine-prion, gardienne du souvenir - Le Monde

Une protéine-prion, gardienne du souvenir - Le Monde | EntomoNews | Scoop.it
Une protéine-prion, gardienne du souvenir
Le Monde
Kausik Si s'est intéressé à la mémoire de la mouche drosophile, chez laquelle il avait déjà découvert un prion analogue à CEPB : Orb2.
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les abeilles goûtent le sucre des plantes avec les griffes de leurs pattes

Les abeilles goûtent le sucre des plantes avec les griffes de leurs pattes | EntomoNews | Scoop.it

GuruMeditation. « Les abeilles aiment le nectar riche en sucre produit par les plantes et l’un des principaux moyens dont elles disposent pour le détecter, c’est avec les griffes de leurs pattes avant. »


[...]


« Gabriela et son équipe ont étudié des centaines d’abeilles, en observant ce qui se passait lorsque des solutions sucrées, amères et salées étaient appliquées sur les griffes (techniquement appelés tarsomères) de leurs membres antérieurs. »

« Selon le coauteur Martin Giurfa de l’Université de Toulouse, dans un communiqué de presse :

Les abeilles comptent sur leur vision des couleurs, sur leur mémoire et leur sens de l’odorat et du goût pour trouver le nectar et le pollen dans l’environnement en constante évolution autour de la colonie. La grande sensibilité des tarsomères aux sels et des griffes du tarse au sucre est impressionnante, étant donné que chaque tarse a moins de sensilles que les autres organes des sens. Le sens du goût de la griffe permet aux ouvrières de détecter le nectar dès qu’elles débarquent sur les fleurs. En outre, les abeilles planant au-dessus des étangs d’eau peuvent rapidement détecter la présence de sels dans l’eau à travers les tarsomères de leurs pattes pendantes. »


[Citation: de Brito Sanchez MG, Lorenzo E, Su S, Liu F, Zhan Y and Giurfa M (2014) The tarsal taste of honey bees: behavioral and electrophysiological analyses. Front. Behav. Neurosci. 8:25. doi: 10.3389/fnbeh.2014.00025]


___________________________________________________________________


Autre article (repéré le 12/03/2014) :

→ Actualité > En bref : les abeilles aiment le goût des piscines d'eau salée
http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/actu/d/zoologie-bref-abeilles-aiment-gout-piscines-eau-salee-52736/


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des abeilles qui choisissent la facilité !

Des abeilles qui choisissent la facilité ! | EntomoNews | Scoop.it


Science Actualités.fr. « Lorsque les êtres humains se rendent compte qu’ils manquent d’informations pour prendre une décision, ils la reportent ou recherchent des informations complémentaires. Eh bien, c’est la même chose chez les abeilles ! Selon une équipe australienne, les abeilles Apis mellifera évitent les tâches qu’elles estiment trop complexes. Un résultat déjà montré chez les primates. »


« Source : PNAS, 19 novembre 2013 »


___________________________________________________________________

LIEN :


Honey bees selectively avoid difficult choices


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

D'énigmatiques neurones aident les mouches à s'orienter [en anglais]

D'énigmatiques neurones aident les mouches à s'orienter [en anglais] | EntomoNews | Scoop.it
Neurons deep in the fly’s brain tune in to some of the same basic visual features that neurons in bigger animals such as humans pick out in their surroundings. The new research is an important milestone toward understanding how the fly brain extracts relevant information about a visual scene to guide behavior.
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Mouches des fruits - Des chercheurs autrichiens découvrent un remède potentiel contre la démence

Mouches des fruits - Des chercheurs autrichiens découvrent un remède potentiel contre la démence | EntomoNews | Scoop.it
Des chercheurs autrichiens découvrent un remède potentiel contre la démence---Des chercheurs autirichiens ont découvert un remède naturel qui pourrait jouer un rôle important dans le traitement de la démence.

 

[...]

 

Dans leur étude, les chercheurs ont effectué des tests sur les mouches des fruits, où il a été établi que les mouches âgées auxquelles la spermidine ont été administrée ont de meilleures capacités de mémoire. Confrontées à des stimulants, ces mouches âgées, qui avaient de mauvais résultats, ont réagi avec le même succès que les mouches plus jeunes.

 

Du fait que les mouches des fruits, comme les souris, ont des processus de mémoire similaires à ceux des êtres humains, les chercheurs espèrent que ces résultats positifs peuvent être adaptés pour le traitement de la démence chez les humains, avec des études sur les patients ciblés dans la prochaine étape.

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ Feeding fruit flies with spermidin suppresses age-dependent memory impairment

http://medicalxpress.com/news/2013-09-fruit-flies-spermidin-suppresses-age-dependent.html

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Science : des sacs à dos sur des libellules pour suivre leur activité

Science : des sacs à dos sur des libellules pour suivre leur activité | EntomoNews | Scoop.it
Et si la puissance des supercalculateurs de demain était déterminée par l’analyse du cerveau des libellules ? Les scientifiques se penchent actuellement sur les capacités cérébrales de ces insectes.

 

Le cerveau de la libellule doit être capable de faire de sérieux efforts de calcul dans un temps record si l’insecte espère pouvoir attraper ses proies en plein vol.

 

La libellule doit calculer sa propre trajectoire et celle de sa proie, trouver un point de rencontre avec sa cible et ajuster son vol en fonction des manœuvres d’évitement ou des éléments naturels variables.

Le neuro-scientifique Anthony Leonardo très intéressé par les capacités de ces odonates vient ainsi de créer un sac à dos permettant d’étudier l’activité neuronale des insectes pendant leur vol.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

De profondes similitudes entre le cerveau de l'homme et celui de la mouche pourraient faciliter la recherche en santé mentale

De profondes similitudes entre le  cerveau de l'homme et celui de la mouche pourraient faciliter la recherche en santé mentale | EntomoNews | Scoop.it
Scientists have revealed deep similarities in how the brain regulates behavior in arthropods (such as flies and crabs) and vertebrates (such as fish, mice and humans).
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des insectes utilisent les étoiles pour s'orienter : on a trouvé des bousiers qui suivaient la Voie Lactée !

Des insectes utilisent les étoiles pour s'orienter : on a trouvé des bousiers qui suivaient la Voie Lactée ! | EntomoNews | Scoop.it

ScienceDaily. « Dung beetles follow the milky way: Insects found to use stars for orientation »


« An insect with a tiny brain and minimal computing power has become the first animal proven to use the Milky Way for orientation. Scientists from South Africa and Sweden have published findings showing the link between dung beetles and the spray of stars which comprises our galaxy. »


[L'étude] Dung Beetles Use the Milky Way for Orientation: Current Biology


___________________________________________________________________

Articles en français :

→ Des scarabées s'orientent grâce à la Voie lactée

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/science/2013/01/24/002-bousiers-voie-lactee.shtml

 

→ Le scarabée bousier marche droit grâce à la Voie Lactée

http://blog.slate.fr/globule-et-telescope/2013/01/24/le-scarabee-bousier-marche-droit-grace-a-la-voie-lactee/


Bernadette Cassel's insight:

 

Un insecte au cerveau minuscule s'avère être le premier animal connu à se servir de la Voie Lactée  pour s'orienter. Des scientifiques d'Afrique du Sud et de Suède ont publié des résultats qui établissent un lien entre des bousiers et les étoiles de notre galaxie.


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les libellules sont capables, comme les humains, de concentrer leur attention sur une cible

Les libellules sont capables, comme les humains, de concentrer leur attention sur une cible | EntomoNews | Scoop.it

 

Des scientifiques ont découvert que les libellules peuvent faire quelque chose qui était auparavant estimé comme impossible chez les invertébrés. C’est ce qu’on appelle l’attention sélective. Comme les primates, les libellules ont des cellules cérébrales spécifiques qui leur permettent de se bloquer sur des objectifs précis lors de la traque de leurs proies, tout en ignorant les distractions potentielles. Cette découverte présente des informations importantes sur la sophistication du cerveau des insectes et pourrait éventuellement aider dans le développement de robots intelligents.

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ Selective Attention in an Insect Visual Neuron

http://www.cell.com/current-biology/retrieve/pii/S0960982212013929

 

Une vidéo :

→ Dragonflies have human-like 'selective attention'

http://www.youtube.com/watch?v=iyMU6wfSBTI&feature=player_embedded

 

L'article de Futura-Sciences :

→ Les sportifs et les libellules partagent l’attention sélective

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/zoologie/d/les-sportifs-et-les-libellules-partagent-lattention-selective_43671/

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Reproduction animale et comportements sexuels animaux | INRA

Reproduction animale et comportements sexuels animaux | INRA | EntomoNews | Scoop.it

"Pour attirer un partenaire, l’odeur joue un rôle primordial : les phéromones sont une véritable arme de séduction à laquelle les insectes succombent irrésistiblement. [...] Les mécanismes de l’olfaction impliqués dans la communication phéromonale des insectes sont maintenant bien connus. On sait que les antennes sont équipées de neurones olfactifs munis de récepteurs membranaires très spécifiques pour les phéromones. On sait aussi que des zones du cerveau de l’insecte comportent des structures dédiées au traitement des informations nerveuses fournies par ces neurones."

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un robot avec un cerveau d'abeille

Un robot avec un cerveau d'abeille | EntomoNews | Scoop.it

Portail pour la Science de l'Ambassade de France en Allemagne. «

Un projet entre l’Université libre de Berlin et le Centre Bernstein permet le développement d’un robot capable de percevoir des stimuli extérieurs et de répondre à ces influx. »


[...]


« Au cours d’une expérience, les scientifiques ont placé le robot au milieu d’une pièce dont les murs comportaient des taches rouges et bleues. Lorsque le robot scannait une couleur avec la caméra, un signal lumineux était déclenché par les scientifiques. Ce signal assurait une fonction de mémorisation par le robot en activant le réseau de neurones artificiels. Puis, le traitement de l’information permettait le contrôle des roues du robot, lequel avançait lorsqu’il observait la couleur rouge et reculait avec la couleur bleu. « Le robot est ainsi capable d’identifier un objet de couleur, puis de relier cette couleur à l’action désirée en quelques secondes » a déclaré Nawrot. Les chercheurs envisagent désormais d’ajouter d’autres formes d’apprentissage à ce réseau neuronal artificiel. »


[Image] Capture vidéo YouTube - Conditioned behavior in a robot controlled by a spiking neural network


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'EFSA évalue un lien potentiel entre deux néonicotinoïdes et la neurotoxicité développementale

L'EFSA évalue un lien potentiel entre deux néonicotinoïdes et la neurotoxicité développementale | EntomoNews | Scoop.it

EFSA Communiqué de presse. « Deux insecticides néonicotinoïdes – l'acétamipride et l'imidaclopride – peuvent avoir une incidence sur le développement du système nerveux humain, a déclaré l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Les experts de l'Autorité proposent que certains niveaux recommandés d'exposition acceptable à ces deux néonicotinoïdes soient abaissés pendant que des recherches complémentaires sont menées pour fournir des données plus fiables sur la neurotoxicité développementale (NTD). Le groupe scientifique de l'EFSA sur les produits phytopharmaceutiques et leurs résidus (groupe PPR) demande que des critères soient définis au niveau de l'UE pour rendre obligatoire la soumission d'études NTD dans le processus d'autorisation des pesticides. Cela pourrait inclure l'élaboration d'une stratégie d'essai complète pour évaluer le potentiel de neurotoxicité développementale des substances, y compris tous les néonicotinoïdes. »


___________________________________________________________________


Nicotine-Like Effects of the Neonicotinoid Insecticides Acetamiprid and Imidacloprid on Cerebellar Neurons from Neonatal Rats


more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Abeilles, intoxications et informations
Scoop.it!

Chez les abeilles, les antennes captent les champs électriques

Chez les abeilles, les antennes captent les champs électriques | EntomoNews | Scoop.it

Les abeilles perçoivent les champs électriques. L’information n’est pas nouvelle mais on vient seulement de comprendre... Tout reposerait sur la répulsion qu’ont les antennes pour les charges électriques positives. Et si insectes s'en servaient pour communiquer entre eux ? Un décryptage s’impose.
(...)

Des antennes électrosensibles chez les abeilles

Trois expériences ont été menées dans une salle dépourvue de perturbations électromagnétiques extérieures. Les champs émis par des abeilles chargées (tension de 0 à 450 volts) ont des composants de basses et de hautes fréquences. Pour commencer, ils ont été reproduits sur une baguette qui a ensuite été approchée de butineuses. Dans tous les cas, leurs antennes se sont mises à fléchir passivement à l’arrivée de l’objet. Dans la deuxième expérience, les chercheurs ont conditionné les abeilles pour qu’elles réagissent à un champ électrique précis, dont l’émission signalait la présence d’une récompense sucrée. Le test a été couronné de succès, ce qui signifie que ces insectes perçoivent les champs émis avec précision.

 

Enfin, des antennes ont été extraites de plusieurs spécimens, avec tous les organes attenants, puis exposées à la baguette chargée. Cette dernière les a de nouveau fait fléchir, provoquant la mise en mouvement des cellules sensorielles ciliées (ou mécanorécepteurs), d’après des mesures réalisées avec un vibromètre laser. Ces cellules sont observables dans l’organe de Johnson, qui se situe lui-même à la base des appendices. Des électrodes placées sur les axones partant de cet organe ont bien enregistré l’émission d’influx nerveux en présence d'un champ électrique. Leurs intensités respectives sont même liées. Ce mécanisme a été présenté dans les Proceedings of the Royal Society B.

 

Selon les auteurs, les abeilles pourraient l’exploiter pour dialoguer par champs électriques interposés. Ce nouveau mode de communication expliquerait comment elles se transmettent des informations dans l’obscurité, notamment lorsqu’elles réalisent leur danse indiquant la position d’une source de nourriture. Il reste maintenant à le prouver...


[Reception and learning of electric fields in bees * http://rspb.royalsocietypublishing.org/content/280/1759/20130528.abstract?sid=e8058831-57f0-4205-b26d-1031ecb67c62]



Via Bee Api?
Bernadette Cassel's insight:


* à ne pas confondre avec :

Detection and Learning of Floral Electric Fields by Bumblebees http://www.sciencemag.org/content/340/6128/66.full


(Sur EntomoNews "Les abeilles et les fleurs communiquent grâce au courant électrique" http://sco.lt/7EpwkT)


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les robots à la rescousse des abeilles et de l’humanité

Les robots à la rescousse des abeilles et de l’humanité | EntomoNews | Scoop.it
Les petites abeilles dronisées du laboratoire de robotique de Harvard suscitent le plus grand intérêt de la communauté scientifique américaine.

 

[...]

 

Les robobees peuvent atteindre jusqu’à cent battements à la seconde – assez pour flotter en l’air telle une abeille.

 

Le problème qui reste à résoudre est celui de leur autonomie. Les abeilles dronisées sont si petites qu’elles n’ont pas la place pour accueillir toute l’électronique et les batteries nécessaires pour effecteur des vols autonomes.

 

Une autre équipe de scientifique, anglaise cette fois, tente de retranscrire en langage informatique les mécanismes du cerveau d’une abeille pour ensuite les implanter dans un robot. Il s’agit du projet Green Brain.

 

Les premiers résultats des deux projets sont prévus pour fin 2014 / début 2015 et des ponts vont se créer entre les deux équipes.

 

[...]


[Vidéo] ▶ RoboBees to the Rescue | NOVA - YouTube
http://www.youtube.com/watch?v=OFN-lZyRpcc


Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :

Et voici venues les Robobees


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Une abeille reconnaît ses amies avec l'antenne droite

Une abeille reconnaît ses amies avec l'antenne droite | EntomoNews | Scoop.it
L'abeille réalise des tâches complexes, grâce à la latéralisation de son cerveau... et de ses antennes !
Bernadette Cassel's insight:

 

SUR INSECT ARCHIVE :

→ Honeybee friendships may shed light on human social life http://sco.lt/4zie3t

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les mouches dorment exactement comme nous [anglais]

Les mouches dorment exactement comme nous [anglais] | EntomoNews | Scoop.it

Flies sleep just like us

 

(Phys.org) —Researchers at The University of Queensland have discovered that, like humans, flies sleep in stages of different intensities.

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les pesticides nuisent à la capacité d’apprentissage des abeilles, mettant en jeu leur survie

Les pesticides nuisent à la capacité d’apprentissage des abeilles, mettant en jeu leur survie | EntomoNews | Scoop.it

 

Deux nouvelles études soulignent l’impact négatif sur la capacité d’apprentissage des abeilles à la suite d’une exposition à une combinaison de pesticides fréquemment utilisés en agriculture. Les chercheurs ont découvert que ces pesticides, utilisés lors de l’étude à des concentrations que l’on retrouve dans les champs, pourraient interférer avec les mécanismes d’apprentissage des cerveaux des abeilles. Ils ont également constaté que les abeilles exposées à ces pesticides combinés apprenaient plus lentement, ou oubliaient complètement les associations entre les odeurs florales et les récompenses en matière de nourriture.

 

Dans l’étude publiée mercredi dans Nature Communications, le Dr Christopher Connolly et son équipe de l’Université de Dundee se sont penchés sur l’impact, sur les cerveaux des abeilles, de deux pesticides fréquemment utilisés: les pesticides utilisés sur les cultures appelés néonictoninoïdes, et les coumaphos, qui sont utilisés dans les ruches pour tuer l’insecte Varroa, qui attaque les abeilles productrices de miel.

 

Les cerveaux d’abeilles intacts ont été exposés en laboratoire à des pesticides dont le niveau de concentration correspond à ce qui existe dans la nature; l’activité cérébrale a ensuite été enregistrée. Les scientifiques ont découvert que les deux genres de pesticides ciblaient la même région du cerveau impliqué dans l’apprentissage, provoquant des pertes cognitives. Si les deux pesticides sont utilisés ensemble, l’effet est plus grand.

 

L’étude est la première à démontrer que ces pesticides ont un impact directe sur la physiologie du cerveau d’un insecte pollinisateur. Les travaux ont été motivés par les recherches de scientifiques de l’Université de Newcastle qui ont découvert que des combinaisons des mêmes pesticides nuisaient à l’apprentissage et à la mémoire des abeilles. Ces études ont révélé que lorsque les abeilles sont exposées à des mélanges de ces pesticides pendant quatre jours, jusqu’à 30 pour cent d’entre elles étaient incapables d’apprendre ou obtenaient des résultats décevants lors de tests de mémoire. Encore une fois, les expériences répétaient les concentrations de pesticides que l’on retrouve dans la nature.

 

Les deux équipes de chercheurs ont fait part de leurs inquiétudes quant à l’utilisation de pesticides qui ciblent la même région du cerveau d’insectes, ainsi qu’à propos du risque de toxicité potentielle pour les insectes qui ne sont pas ciblés.

 

Au dire du Dr Connolly, « ensemble, ces études soulignent les dangers potentiels de l’exposition continue des pollinisateurs à des pesticides qui ciblent le système nerveux de l’insecte, et l’importance d’identifier les combinaisons de pesticides qui pourraient avoir un important impact sur la survie des insectes pollinisateurs ».

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ Cholinergic pesticides cause mushroom body neuronal inactivation in honeybees

http://www.nature.com/ncomms/journal/v4/n3/full/ncomms2648.html

 

→ Exposure to multiple cholinergic pesticides impairs olfactory learning and memory in honeybees

http://jeb.biologists.org/content/early/2013/02/04/jeb.083931.abstract

 

 

 

DANS "LES INSECTES NE PARLENT PAS FRANCAIS" :

 

→ Pesticide combination affects bees' ability to learn

http://sco.lt/67SurB

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les sportifs et les libellules partagent l’attention sélective

Les sportifs et les libellules partagent l’attention sélective | EntomoNews | Scoop.it
Comme de nombreux primates (dont nous faisons partie), les libellules possèdent une attention sélective : elles peuvent focaliser leurs sens sur une cible tout en négligeant le reste.
Bernadette Cassel's insight:

 

→ Les libellules sont capables, comme les humains, de concentrer leur attention sur une cible

http://www.scoop.it/t/entomonews/p/3900702893/les-libellules-sont-capables-comme-les-humains-de-concentrer-leur-attention-sur-une-cible

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des chercheurs ont rajeuni le cerveau… d’abeilles

Des chercheurs ont rajeuni le cerveau… d’abeilles | EntomoNews | Scoop.it
"Des recherches ont montré que quand les abeilles restent dans la ruche pour s'occuper des larves – les bébés abeilles –, elles conservent intactes leurs capacités cognitives. Cependant, une fois qu'elles ont fini de jouer les nourrices et qu'elles sortent pour chercher de la nourriture, elles commencent à vieillir très vite. Après seulement deux semaines, les butineuses ont les ailes usées, elles ont perdu leurs poils et, surtout, elles perdent leurs fonctions cérébrales, ce que l'on constate en mesurant leur capacité à apprendre de nouvelles choses."… Partant de ce constat, Gro Amdam et deux collègues se sont posé la question suivante : "Et que se passerait-il si nous demandions à des butineuses de se remettre à jouer les nourrices ?" Leur cerveau pourrait-il "remonter le temps" ?...
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Plus un animal est petit, plus son cerveau prend, proportionnellement au corps, de la place

Plus un animal est petit, plus son cerveau prend, proportionnellement au corps, de la place | EntomoNews | Scoop.it


Par Newtoon. Sur La Toile. « Pense avec tes pieds, dit la petite araignée »


« Plus un animal est petit, plus son cerveau prend, proportionnellement au corps, de la place. Cela est d'autant plus vrai que l'insecte a un comportement complexe (or, réaliser une toile n'est pas à la portée de tout le monde). Ces chercheurs ont donc regardé de près comment se passaient la « miniaturisation » cognitive et le comportement de toutes petites araignées comparées aux grandes (dans les forêts du Panama et du Costa-Rica, on trouve tous les modèles). »


« Plus l'araignée est petite, plus le cerveau devient, proportionnellement, grand. Il remplit de plus en plus les cavités du corps. Les systèmes nerveux centraux de ces « bestioles » se logent où il peut : il remplit 80 % des cavités corporelles, dont 25 % … dans les jambes. »

« Une cellule nerveuse ne peut se réduire de taille, et cela prend un certain espace. On voit donc de petites araignées immatures avec une protubérance très grosse à l'arrière. C'est surtout là pour loger le cerveau. De même, les fibres nerveuses (axones) ne peuvent se réduire, car les ions ne pourraient plus circuler. Une option de la Nature est de donner plus d'espace au système nerveux. »

« Pour être clair : le cerveau d'un homme (ou femme) a une masse de 2 à 3 % de celle du corps (l'oiseau mouche : 8% environ). Chez les plus petites fourmis, cela peut atteindre 15 %. Or, certaines araignées sont encore plus petites que cela. Imaginez alors ! »

 

→ Whole New Meaning for Thinking On Your Feet: Brains of Small Spiders Overflow Into Legs

http://www.sciencedaily.com/releases/2011/12/111212124707.htm   



___________________________________________________________________

ET AUSSI :


Les petites araignées ont un gros cerveau qui déborde dans leurs pattes. | GuruMeditation


« La recherche a été publiée dans SciVerse – Arthropod Structure & Development : The allometry of CNS size and consequences of miniaturization in orb-weaving and cleptoparasitic spiders et sur le site du Smithsonian A Whole New Meaning for Thinking on Your Feet. » 


more...
No comment yet.