EntomoNews
173.2K views | +92 today
Follow
EntomoNews
Dernières nouvelles des insectes, collemboles, myriapodes et autres arthropodes...
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La recherche au secours des protéagineux dans les régions Bretagne et Pays-de-la-Loire

La recherche au secours des protéagineux dans les régions Bretagne et Pays-de-la-Loire | EntomoNews | Scoop.it

Paysan Breton. « Autonomie : La recherche au secours des protéagineux »


« [...] Le Pôle agronomique de l'Ouest, à la demande des deux régions précitées, a construit un plan d'actions visant à développer la production de protéagineux. Il entend, par son programme de recherche nommé Securiprot, qui associe différentes compétences scientifiques, lever les freins techniques (maladies, salissement, ravageurs) aux cultures de pois, de lupin et de féverole. [...] »  

   

Trois insectes visés  

   

« L'IGEPP (Institut de Génétique, environnement et protection des plantes), travaillera, dans le cadre du programme, à l'acquisition de connaissances sur les organismes ravageurs, les dégâts associés, leurs ennemis naturels et les pratiques de protection. Trois insectes sont visés : la sitone du pois qui pourrait se développer à l'avenir en raison du changement climatique, le puceron vert du pois et le puceron noir de la fève, trop peu étudiés jusqu'à présent. Les effets des associations de plantes seront analysés. « Nous voulons étudier l'effet de protection des barbes de l'orge sur les ravageurs ou de celui, bénéfique, du blé dans la lutte contre le puceron vert du pois, par exemple », explique Bruno Jaloux, chercheur à l'institut. Un réseau de producteurs sera constitué pour un suivi régulier sur deux ans (piégeage, identification, notation). » 


[...]  


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Dans le Sichuan, des « hommes-abeilles » pollinisent à la main les vergers

Dans le Sichuan, des « hommes-abeilles » pollinisent à la main les vergers | EntomoNews | Scoop.it
Faute de butineuses, tuées par les insecticides, les paysans chinois pollinisent à la main leurs pommiers.


(via Scoop.it - Mes passions natures "Les hommes-abeilles du Sichuan")


more...
Christian Allié's curator insight, April 23, 2014 11:19 AM

.....""""""""""""""".........

 

[ ... ]

.......

La pollinisation manuelle permet aussi d'assurer une fécondation croisée avec les variétés de pommes les plus populaires sur le marché. Traiter minutieusement chaque fleur assure que l'arbre sera surchargé de fruits lorsque viendra la récolte.

An Jiandong, chercheur au département d'apiculture de l'Académie chinoise des sciences agricoles, constate qu'aucune étude sérieuse n'a jusqu'à présent été réalisée sur le déclin des pollinisateurs en Chine. « La pollinisation manuelle requiert beaucoup de main-d'oeuvre et les abeilles comprennent bien mieux les végétaux que les humains », estime M. An.

L'ironie de la situation n'échappe pas à Zhen Xiuqiong, l'agricultrice perchée sur sa branche : son mari est apiculteur. S'il loue bien ses abeilles à certains vergers de la région, hors de question de les laisser butiner les arbres qui occupent tant son épouse, car elle a la main lourde sur les insecticides. « Si ses abeilles pollinisaient ici, elles mourraient », craint Mme Zhen.

Son voisin, Kang Zhaogui, pense comme elle, d'autant qu'il convient de pulvériser les produits chimiques avant la floraison, de sorte qu'aucun loueur d'abeilles ne se risquerait dans sa plantation : « Les abeilles ne survivraient pas. »

[ ... ]

.............

Rescooped by Bernadette Cassel from Paysage et agriculture écologiques
Scoop.it!

30% de biodiversité et 50% d”abeilles en plus sur les fermes bio

30% de biodiversité et 50% d”abeilles en plus sur les fermes bio | EntomoNews | Scoop.it

Bionews - Vivez et découvrez un monde eco plein de bio et de nature ! « Selon une étude de l’université d’Oxford, les fermes bio offrent en moyenne 30% de biodiversité en plus, rapporte The Ecologist. »


[ → Organic farming benefits biodiversity - The Ecologist]



Via Yannick Andréano
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

AGIIR contre les insectes invasifs, une « Appli » de science participative

AGIIR contre les insectes invasifs, une « Appli » de science participative | EntomoNews | Scoop.it
AGIIR, est une application pour mobile développée par l’Inra qui permettra d’identifier, de mieux connaître, signaler voire gérer parfois, la présence de deux insectes majeurs qui envahissent le territoire : la chenille processionnaire du pin et le frelon asiatique à pattes jaunes. Cette application de science participative est à découvrir sur le stand de l’Inra.


[...]


« L’objectif est de permettre à chacun de reconnaître une espèce invasive, signaler sa présence dans un endroit donné, apprendre et mettre en œuvre les mesures qui s’imposent.
Grâce à des fiches, mais surtout à un outil de reconnaissance et de gestion par l'image, chacun est en mesure de les identifier. On peut ensuite gérer leur présence en suivant une démarche qui s’appuie sur l'expertise de spécialistes. L’insecte, une fois reconnu, peut être déclaré en remplissant un questionnaire succinct, complété ou non de photos. »


Bernadette Cassel's insight:


Au Salon de l'Agriculture :


« Sur le stand, les équipes des unités Santé et agroécologie du vignoble et Entomologie et forêt méditerranéenne vous invitent à découvrir cette nouvelle application. »


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Tempête à l'INRA autour d'un rapport sur l'agriculture biologique

Tempête à l'INRA autour d'un rapport sur l'agriculture biologique | EntomoNews | Scoop.it

Par Marie Astier. Reporterre. « Plus de cent chercheurs en agronomie ont envoyé une lettre à la direction de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA). Dans cette lettre, révélée par Reporterre, les chercheurs vilipendent le parti pris non scientifique d’une étude critiquant l’agriculture biologique. Face à cette bronca exceptionnelle, la direction de l’Institut agronomique se réfugie dans le silence. »


« Ils sont agronomes, géographes, économistes, sociologues, généticiens ou encore chercheurs en cancérologie. Ils travaillent dans des écoles d’agronomie, des universités ou des instituts reconnus de la recherche française, tels que le CNRS (Centre national de la recherche scientifique), l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) et l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale). »


« Ce matin, ils sont cent seize chercheurs à avoir signé en leur nom propre une longue lettre adressée au PDG de l’INRA. Reporterre a pu se la procurer : elle demande le retrait de ce qui était présenté comme une grande synthèse scientifique de l’institut sur l’agriculture biologique. Une copie a même été adressée au ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll. »

(...)


 Lettre à télécharger :


Demande de retrait du rapport INRA sur l'AB sls.pdf

http://www.reporterre.net/IMG/pdf/inra-demande_de_retrait_du_rapport_inra-lettre_v_0.pdf

                                

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La création d’un « superpoivron » ravive le débat sur la brevetabilité du vivant

La création d’un « superpoivron » ravive le débat sur la brevetabilité du vivant | EntomoNews | Scoop.it
Un brevet européen obtenu par le semencier Syngenta en 2013 est contesté par 34 organisations.


« Pourra-t-on un jour servir une ratatouille brevetée ? Les 34 organisations européennes qui ont déposé, lundi 3 février, un recours auprès de l'Office européen des brevets (OEB) contre la délivrance d'un brevet sur des poivrons résistant à la mouche blanche mis au point par le semencier Syngenta, espèrent bien que non.

« Nous pensons que Syngenta n'aurait pas dû obtenir de brevet pour quelque chose qu'il n'a pas inventé », assure François Meienberg, chargé des questions de propriété intellectuelle au sein de la Déclaration de Berne, association suisse qui a coordonné le recours.

La mouche blanche, ou aleurode du tabac, est l'un des principaux parasites du poivron, une culture dont la valeur commerciale dans le monde atteint environ 370 millions d'euros par an. La branche française de Syngenta a mis au point les premières variétés commerciales présentant une résistance à cet insecte. Ce sont toutes les plantes concernées qui sont couvertes par le brevet délivré en mai 2013.


"LES VARIÉTÉS DE PLANTES NE SONT PAS BREVETABLES"


Pour parvenir à ce résultat, Syngenta a utilisé un poivron sauvage de Jamaïque présentant la fameuse résistance, mais dont les fruits étaient trop petits pour être exploitables. Collectée dans les années 1970 sur l'île par... »


Bernadette Cassel's insight:


Liens vers des articles, sur le même sujet, en accès libre :


Free Pepper - « Libérez le poivron ! »

http://www.evb.ch/fr/p25021842.html


« Libérez le poivron ! » Résistance européenne contre la politique des brevets de Syngenta.
http://www.semencespaysannes.org/liberez_poivron__resistance_europeenn_contre_115-actu_199.php



more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le Rwanda mise sur le pyrèthre, insecticide naturel

Le Rwanda mise sur le pyrèthre, insecticide naturel | EntomoNews | Scoop.it

Jeune Afrique.« Au pied du parc des Volcans, sur la route qu'empruntent les touristes en chemin vers les gorilles des montagnes du nord du Rwanda, des paysans cueillent de petites fleurs blanches au coeur jaune: pour diversifier son économie, Kigali relance une culture longtemps laissée à l'abandon. »


« "C'est du pyrèthre, ça sert à faire de l'insecticide naturel", explique Laher Nyirakwiha, cultivatrice de 70 ans, pieds nus et foulard sur la tête, en jetant une poignée de fleurs dans un panier en osier. »


[...]


« Cette fleur de la famille des chrysanthèmes contient une substance organique, la pyréthrine, qui agit sur le système nerveux des nuisibles. »


[...]


« Le Rwanda est l'un des rares pays producteurs: seuls le Kenya, la Tanzanie et l'Australie, principalement en Tasmanie, produisent aussi cet insecticide naturel. »


more...
Christian Allié's curator insight, February 3, 2014 11:47 AM

..........""""""""""""""""""".........

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les députés s'opposent à l'autorisation du nouveau maïs transgénique

Les députés s'opposent à l'autorisation du nouveau maïs transgénique | EntomoNews | Scoop.it

Parlement européen. « Le maïs génétiquement modifié "Pioneer 1507" ne devrait pas être mis sur le marché à des fins de culture, car son pollen résistant aux insectes pourrait menacer des papillons diurnes et nocturnes non cibles, a affirmé le Parlement dans une résolution.  »


« Les députés appellent le Conseil à rejeter la proposition d'autorisation et invitent la Commission à attendre que les méthodes d'évaluation des risques soient améliorées avant de proposer ou de renouveler l'autorisation d'une variété d'OGM. »


[...]



more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Suisse. Agroscope surveille le ravageur Drosophila suzukii

Suisse. Agroscope surveille le ravageur Drosophila suzukii | EntomoNews | Scoop.it

Agroscope. « La drosophile du cerisier, ou drosophile à ailes tachetées (Drosophila suzukii), a été signalée en Suisse pour la première fois en 2011. La dangerosité de ce ravageur est désormais avérée et menace aussi bien les jardiniers amateurs que les professionnels. Les petits fruits sont particulièrement touchés. Fonctionnel, le réseau national de surveillance par piégeage mis en place par Agroscope permet de suivre semaine par semaine l’évolution du ravageur et de réagir en conséquence. Les mesures préventives d’hygiène dans les cultures et le piégeage de masse permettent de réduire ou de retarder efficacement les attaques du ravageur. »


« En 2011, Agroscope a créé un groupe de travail, associant les cantons, les producteurs et les autres professionnels de la branche, pour contre-attaquer ce nouveau ravageur. Dès avril, un réseau national de détection, comprenant au moins 10 pièges de surveillance par canton, a été mis en place. Ces pièges ont été placés surtout dans les cultures de cerises et de fraises en début de saison, puis dans les myrtilles, mûres et framboises, et pour finir dans les pruniers et la vigne. Une carte de répartition du ravageur et la situation dans chaque canton ont été actualisées chaque semaine sur le site Internet www.drosophilasuzukii.agroscope.ch. En 2013, le ravageur s'est à nouveau manifesté dans tout le pays et les premières captures ont été effectuées 5 semaines plus tôt qu'en 2012. »


[...]


(via 20 Minutes "La drosophile du cerisier bien implantée")


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le potentiel de pollinisation cartographié dans l'UE

Le potentiel de pollinisation cartographié dans l'UE | EntomoNews | Scoop.it

Pleinchamp. « Des scientifiques d'un centre de recherche dépendant de la Commission européenne (JRC, Institute for environment and sustainability) se sont livrés à un exercice : cartographier les différentes zones de l'Union européenne et en évaluer le potentiel de pollinisation par les insectes : abeilles, bourdons, papillons… L'indice RPP (Relative Pollination Potential) est estimé sur la capacité des zones à procurer des plantes à polliniser pour les insectes. Sans surprise, apparaissent des régions à forts déficits de pollinisation qui correspondent aux grandes plaines céréalières : Est du Royaume-Uni, Bassin parisien, plaine du Pô, Nord de l'Allemagne et de la Pologne. »


« Les chercheurs ont mesuré également la dépendance des productions agricoles à la pollinisation par les insectes. »




Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :

Europe's pollination potential for food crops mapped and assessed by JRC scientists


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Il a sauvé des millions de vies avec un insecte

Il a sauvé des millions de vies avec un insecte | EntomoNews | Scoop.it

Par Luigi Jorio, swissinfo.ch. « Hans Rudolf Herren est le premier suisse à décrocher le Right Livelihood Award, une sorte de Prix Nobel alternatif. Rencontre à Zurich avec un entomologiste idéaliste, dont le programme de lutte biologique a permis ni plus ni moins d’éviter une famine en Afrique. »


[...]


« Au Nigeria, à l’Institut international d’agriculture tropicale, il prend conscience de la menace qui plane sur l’Afrique. La cochenille du manioc, un parasite introduit accidentellement, fait des ravages dans les cultures de ce tubercule qui constitue la ressource alimentaire de base pour les populations indigènes. [...] »
 
« Les insecticides utilisés par les autorités locales se révèlent inefficaces et la sélection des variétés requiert trop de temps. Il ne reste alors qu’une option : revenir aux origines du parasite pour identifier son ennemi naturel. "Nous savions que la cochenille du manioc vivait en Amérique latine. Mais où exactement ?" Avec un fonds de 250 000 dollars, Hans Rudolf Herren part à l’exploration du continent sud-américain. Du Nord au Sud, il enquête dans les zones de diffusion originelles du manioc. »
 
« C’est finalement au Paraguay, aux confins du Brésil et de l’Argentine, qu’il découvre la solution pour l’Afrique : elle se présente sous la forme d’une simple guêpe, qui pond ses œufs dans les larves de cochenille et les tue. [...] »


[...]


more...
Christian Allié's curator insight, December 9, 2013 1:37 PM

......""......

"""......"""

.......... 

Libre choix aux agriculteurs

L’efficacité de la lutte biologique est largement attestée. Il ne s’agit toutefois pas d’une panacée universelle, soulignent plusieurs chercheurs. Ce qui fonctionne pour la cochenille du manioc n’est pas forcément adapté pour les autres parasites. A l’Ecole polytechnique de Zurich, le groupe de recherche sur les cultures biotechnologiques a par exemple développé une nouvelle variété de manioc transgénique résistante au virus dévastateur CBSD (Cassava Brown Streak disease).
 
Des projets qui provoquent un hochement de tête réprobateur chez Hans Rudolf Herren. Les OGM peuvent avoir des effets positifs à court terme. Mais à la longue, ils impliquent des coûts écologiques et sociaux importants: les sols s’appauvrissent, la biodiversité se réduit et les agriculteurs s’endettent toujours davantage pour acheter les semences. Dans les champs africains, la bataille d’Hans Rudolf Herren en faveur d’une agriculture durable s’est ainsi portée vers d’autres fronts. «Nous devons restaurer la démocratie. Ce sont les gens qui doivent décider ce qu’ils veulent cultiver, et de quelle manière. Pas les multinationales, qui ont de l’argent pour influencer les politiciens.»

Rescooped by Bernadette Cassel from Veille Scientifique Agroalimentaire - Agronomie
Scoop.it!

Des biopesticides dérivés de l'absinthe

Des biopesticides dérivés de l'absinthe | EntomoNews | Scoop.it

2013/11/19 > BE Espagne 131. « Le Centre de Recherche et de Technologie Agroalimentaire d'Aragon ( CITA) ainsi que le CSIC (Conseil Supérieur de Recherche Scientifique) et les Universités de Zaragoza et de La Laguna ont présenté le 25 octobre dernier un brevet pour le procédé de production organique d'un biopesticide contre les insectes, champignons et nématodes ravageurs de cultures. L'élaboration de ce biopesticide est basée sur l'utilisation d'extraits naturels d'absinthe (Artemisia absinthium). Le procédé d'élaboration du biopesticide inclut la production contrôlée au champ d'un chimiotype défini de l'absinthe, différentes méthodes d'extraction ainsi que la caractérisation chimique de l'essence extraite. »


[...]


Via Pierre-André Marechal
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Maïs : « La chrysomèle ne doit plus être considérée comme un insecte de quarantaine »

Maïs : « La chrysomèle ne doit plus être considérée comme un insecte de quarantaine » | EntomoNews | Scoop.it


La France Agricole. « Max Schulman, président du groupe de travail « céréales et oléagineux » du Copa-Cogeca (1),  est intervenu au cours du colloque « Produire avec la chrysomèle du maïs 20 ans après son arrivée en Europe » qui a eu lieu jeudi 28 novembre à Strasbourg. »


« Il a insisté : « le législateur européen doit comprendre qu'aujourd'hui il est impossible d'éradiquer l'insecte. » « Avec nos activités de lobbying , nous allons tout faire pour que la chrysomèle ne soit plus considérée comme un insecte de quarantaine, a-t-il complété. [...]


« [...] parmi les pistes évoquées pour supprimer les chrysomèles : l'utilisation de nématodes entomopathogènes, les OGM ou encore le système Attract & kill (CO2 pour attirer les larves suivi de l'application d'un insecticide), etc. »


[...]


(1) Comité des producteurs et coopératives agricoles de l'UE


[Diabrotica virgifera, Coleoptera, Chrysomelidae]


more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Le flux d'Infogreen.lu
Scoop.it!

L’épandage aérien de pesticides est enfin interdit

L’épandage aérien de pesticides est enfin interdit | EntomoNews | Scoop.it

C’est une belle victoire de la société civile : le Conseil d’Etat a suspendu le 6 mai les autorisations d’épandage aérien de pesticides en France. La bataille juridique a été menée par des environnementalistes antillais.


Via Aurélien BADET, Frédéric Liégeois
Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS

From www.lemonde.fr - January 17, 6:10 PM :

Apiculteurs consternés : Les épandages aériens de pesticides vont se poursuivre


more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Phytosanitaires et pesticides
Scoop.it!

Des odeurs pour lutter contre les insectes ravageurs des cultures

Des odeurs pour lutter contre les insectes ravageurs des cultures | EntomoNews | Scoop.it

INRA. « Des chercheurs de l’Inra de Rennes1 ont mis en évidence le rôle des odeurs issues des plantes dans la lutte contre les insectes ravageurs des cultures. Une alternative à l’utilisation de pesticides, testée sur la mouche du chou. »


Via Chambre d'agriculture de la Vendée, Isabelle Pélissié, Sylvain Rotillon
more...
Christian Allié's curator insight, April 7, 2014 4:57 AM

..........."""""""""""""""""""""""".........

 

..... 

Les larves de la mouche du chou provoquent d’importants dégâts dans les cultures en s’attaquant aux racines des plantes de la famille des brassicacées (chou, brocoli, radis, navet, colza…). Pour lutter contre cet insecte, les chercheurs ont testé sur le terrain l’action de certaines odeurs issues des plantes capables de fortement diminuer leur infestation par les ravageurs, mais également de stimuler l’action de leurs ennemis naturels.

Chasser d’un côté et attirer de l’autre
Les scientifiques ont ainsi sélectionné une dizaine de composés chimiques volatils (odeurs). Certains qui modifient le comportement de ponte du ravageur et d'autres qui stimulent l'action de ses ennemis naturels. Ils les ont testés sur les cultures de brocoli du domaine expérimental de l’Inra du Rheu. En pratique, ces odeurs réparties sur les parcelles à l'aide de diffuseurs agissent comme des leurres olfactifs. Le ravageur est repoussé par des odeurs placées dans des parcelles cultivées et concentré en bordure par des composés qui l'attirent et qui stimulent la présence de ses ennemis naturels. Avec cette stratégie dite de « push-pull », les chercheurs ont constaté une diminution de la ponte du ravageur sur le brocoli plusieurs années de suite.

Un protocole à affiner
Même si le protocole mis en place par les scientifiques donne de bons résultats, les conditions d’utilisation des odeurs nécessitent d’être optimisées. Les scientifiques ne savent pas encore ce qui se passe exactement entre les deux zones attractive et répulsive et s’interrogent sur une possible interférence entre elles. Pour explorer ces questions, des essais sont notamment prévus au printemps. Il reste également à déterminer si l’action des odeurs sur les insectes est directe ou si les plantes alentours les captent et changent alors leur comportement olfactif en émettant à leur tour des molécules odorantes qui trompent le ravageur.

1Unité mixte de recherche Inra/Agrocampus Ouest/Université de Rennes 1 Institut de génétique, environnement et protection des plantes (Igepp)

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Procès du viticulteur bio : « Je n'ai pas traité mes vignes et je l'assume »

Procès du viticulteur bio : « Je n'ai pas traité mes vignes et je l'assume » | EntomoNews | Scoop.it
Reportage. Emmanuel Giboulot comparaissait lundi pour avoir refusé d'utiliser des pesticides sur ses ceps exploités en biodynamie. La procureure a requis 1 000 euros d'amende.


Par Audrey Garric. Le Monde. « ... Droit face à la présidente du jury, Emmanuel Giboulot, habillé pour la circonstance d'une veste de costume noire et d'une chemise blanche, expose méthodiquement les raisons de son choix.

« La biodynamie, explique le vigneron installé sur la côte de Beaune et la haute côte de Nuits, consiste à créer un équilibre global au sein d'un milieu naturel, un écosystème qui fonctionne en autonomie. »

« L'insecticide, même autorisé en agriculture biologique, n'est pas sélectif : il aurait détruit la cicadelle, l'insecte vecteur de la flavescence dorée, mais aussi une partie de la faune auxiliaire sur laquelle je m'appuie pour réguler cet écosystème. Cela aurait réduit à néant tous mes efforts de développer des approches alternatives depuis que je me suis lancé en 1985. »


[...]


[Image] « Le viticulteur Emmanuel Giboulot devant le tribunal correctionnel de Dijon, lundi 24 février, après son procès. »


Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS

From www.lemonde.fr - February 24, 11:45 AM :

→  Le viticulteur bio qui dit non aux pesticides comparaît devant la justice


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Maraîchage : des filets anti-insectes pour éviter l’usage de pesticides

Maraîchage : des filets anti-insectes pour éviter l’usage de pesticides | EntomoNews | Scoop.it
Maraîchage : des filets anti-insectes pour éviter l’usage de pesticides : VIDEO. En plaçant de simples filets sur les cultures, l’usage de pesticides peut être réduit de 70 % voire totalement évité. C’est ce que montrent les résultats du projet BioNetAgro mené au Kenya...
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des biopesticides pour remplacer les pesticides de synthèse

Des biopesticides pour remplacer les pesticides de synthèse | EntomoNews | Scoop.it

BE Belgique. Les Bulletins Electroniques des Ambassades de France. « Fabriqués à partir d'organismes vivants ou de produits dérivés de ceux-ci, les biopesticides sont de plus en plus appelés à compléter, voire à remplacer, les pesticides de synthèse. Après trois ans d'efforts, une équipe emmenée par les universités de Liège (Gembloux Agro-Bio Tech), de Gand et de Lille, vient d'affiner les connaissances scientifiques sur une "famille" bien spécifique de molécules naturelles: les lipopeptides. Au point que leur production à l'échelle industrielle, demain ou après-demain, pourrait constituer une première mondiale. »

« En matière de protection des cultures, l'avenir n'est probablement plus aux pesticides de synthèse. Certes, ceux-ci ne disparaîtront évidemment pas du jour au lendemain de l'arsenal des cultivateurs. Ils risquent néanmoins de laisser progressivement la place à des produits plus naturels, capables de venir à bout des agents pathogènes - insectes, nématodes, champignons, bactéries... - qui, classiquement, font les cheveux blancs des agriculteurs, tout en évitant les effets pervers bien connus. Rémanence dans les sols et les nappes phréatiques, résistance des parasites (forçant à augmenter les doses ou à utiliser sans cesse de nouvelles molécules), problèmes de santé pour les utilisateurs (voire pour les consommateurs finaux) : telles sont les factures écologiques et sanitaires que la société est de moins en moins prête à payer.
»


[...]


[Image : À gauche, Bacillus subtilis à l'échelle macroscopique ; au milieu, cellules à l'échelle microscopique ; à droite, structure d'un lipopeptide produit par Bacillus]


more...
Christian Allié's curator insight, February 12, 2014 11:53 AM

........."""""""""""""""""""""""""""".........

 

[  ....  ]

 

......  Une réduction appréciable de la chimie

Ce n'est pas tout. Ces travaux, qui s'achèveront en mars 2014, laissent entrevoir la possibilité de mettre au point des biopesticides renfermant plusieurs lipopeptides, chacun ayant son mode d'action spécifique. Ainsi, les uns pourraient lutter directement contre le pathogène et les autres renforcer l'immunité de la plante. Une sorte d'action multiple qui réduirait à néant les mécanismes d'adaptation et de résistance, bien connus chez les végétaux traités aux pesticides classiques. "En raison des longs délais nécessaires avant toute homologation, il faudra peut-être encore quelques années avant que ces nouvelles molécules soient utilisées en routine par les agriculteurs. Probablement les utiliseront-ils en complément ou en alternance avec les pesticides chimiques. Mais si le recours à ces derniers est réduit de 40%, voire 60% ou plus, ce serait déjà un progrès immense". Et de glisser modestement que, si ces lipopeptides en tant que molécules bactériennes devaient arriver au stade de la commercialisation, ce serait - ni plus, ni moins- une première mondiale...

--

[1] Les mécanismes d'action de ces lipopeptides sur plusieurs maladies de la vigne, du riz et de l'orge ont également été étudiés, mais seulement en laboratoire.

Rescooped by Bernadette Cassel from Gaia Diary
Scoop.it!

Une nouvelle espèce pour la nature (et pour la vigne...) : Antispila oinophylla

Une nouvelle espèce pour la nature (et pour la vigne...) : Antispila oinophylla | EntomoNews | Scoop.it

The Guardian. « New to nature No 118: Antispila oinophylla »


« The identification of this new immigrant to Italy involved an investigation worthy of Sherlock Holmes, writes Quentin Wheeler »


[L'étude : Antispila oinophylla new species (Lepidoptera, Heliozelidae), a new North American grapevine leafminer invading Italian vineyards: taxonomy, DNA barcodes and life cycle]



Via Mariaschnee
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Apiculteurs consternés : Les épandages aériens de pesticides vont se poursuivre

Apiculteurs consternés : Les épandages aériens de pesticides vont se poursuivre | EntomoNews | Scoop.it

Par Martine Valo. Le Monde. « Pesticides : les épandages aériens vont se poursuivre »


« Des apiculteurs de Midi-Pyrénées aux défenseurs de l'environnement des Antilles, la nouvelle réglementation fait l'unanimité contre elle. »


[...]


« En 2012, l’arrivée d’un nouveau gouvernement avait pourtant fait naître quelque espoir, en particulier chez les apiculteurs consternés de voir déverser des insecticides dans les airs sans qu’ils aient le temps de mettre leurs abeilles à l’abri. Ils avaient déposé une plainte devant la justice à Toulouse et s’étaient fortement mobilisés, comme les associations de défense de l’environnement et de la santé, tandis que les élus Europe Ecologie-Les Verts réclamaient – en vain – un moratoire sur le recours à la cyperméthrine, un pesticide neurotoxique pour les abeilles déversé sur le maïs d’Aquitaine. »


[...]


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des cultures génétiquement modifiées comme moyen de défense contre l'araignée rouge

Des cultures génétiquement modifiées comme moyen de défense contre l'araignée rouge | EntomoNews | Scoop.it

Bulletins-electroniques. BE Espagne. « Agronomie. Une protection naturelle des récoltes contre les invasions d'acariens »


« Une équipe de recherche de l'Institut des Sciences de la Vigne et du Vin (ICVV) de l'Université de La Rioja, a identifié, grâce à l'interaction de l'étude des génomes d'une plante et d'un acarien, une substance naturelle qui permettrait d'éviter de recourir à l'usage de pesticides dans la lutte contre les acariens parasites des espèces cultivées. »


[...]


« L'étude génomique menée par l'équipe de l'ICVV sur la plante Arabidopsis thaliana et sur un acarien appelé araignée rouge, a permis d'identifier un sucre, l'indol-3-glucosinolato, naturellement produit par Arabidopsis Thaliana, mais également par le brocoli, et qui s'avère mortel pour l'araignée rouge qui est incapable de digérer. »

« Cette molécule, l'indol-3-glucosinolato, présente l'avantage d'être sans danger pour la santé humaine, et pourrait même présenter des propriétés anti cancérigènes. Elle ouvre des possibilités d'études intéressantes dans le domaine de la modification génétique des plantes : des cultures génétiquement modifiées pour exprimer le gène qui conduit à la fabrication de l'indol-3-glucosinolato pourraient ainsi acquérir un moyen de défense efficace contre l'araignée rouge.
»


[Image] Identifican un 'arma' natural contra las plagas agrícolas


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Greenpeace veut défendre les abeilles devant la justice européenne

Greenpeace veut défendre les abeilles devant la justice européenne | EntomoNews | Scoop.it

Le Point. « Les groupes Bayer et Syngenta demandent à la Cour de justice de l'UE l'annulation de l'interdiction de plusieurs pesticides tueurs d'abeille. »


« Greenpeace et plusieurs autres organisations environnementales ont annoncé lundi avoir demandé à la Cour de justice de l'UE (CJUE) de pouvoir être partie dans la défense contre les actions engagées par les groupe Bayer et Syngenta pour faire annuler l'interdiction de plusieurs pesticides tueurs d'abeilles. "Nous avons présenté une requête d'admission (comme partie de la défense) et nous espérons que la Cour va l'accepter", explique Marco Contiero, représentant de Greenpeace à Bruxelles. [...] »


[...]


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des poissons dans les rizières : un exemple d’agriculture durable ?

Des poissons dans les rizières : un exemple d’agriculture durable ? | EntomoNews | Scoop.it

Horizon-Durable.ch. « En Chine du Sud, un système agricole traditionnel consiste à associer à la riziculture l’élevage de poissons. Reconnue par la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) comme un modèle exemplaire d’agriculture durable, il restait malgré tout à mesurer scientifiquement les avantages de cette pratique ancestrale, et à comprendre les mécanismes qui sous-tendent sa viabilité. C’est désormais chose faite avec l’étude réalisée par des chercheurs chinois de l’université d’agriculture de Chine du sud. »


[...]


« L’étude a montré que la viabilité et la durabilité de ce système traditionnel s’expliquent par les interactions positives qui résultent de l’association de ces deux écosystèmes :

 

- d’un côté, le poisson agit comme un agent bio-régulateur pour le riz. La présence des carpes est bénéfique pour la riziculture car elle réduit le nombre d’insectes, le risque de maladies et les mauvaises herbes. Le besoin de pesticides s’en trouve ainsi considérablement réduit. En outre, l’azote contenu dans la nourriture pour poissons ainsi que certaines substances présentes dans les excréments des carpes sont récupérés en partie par le riz et par le sol, diminuant de cette façon l’utilisation d’engrais.

 

- inversement, la présence du riz est également bénéfique pour le poisson. Il améliore l’environnement pour les poissons (réduction de la température aquatique, ombres et abris, etc.), il capture l’azote et diminue la concentration d’ammoniaque dans l’eau, enfin, il leur fournit une nourriture plus abondante (les insectes présents sur les plants de riz heurtés par les carpes tombant dans l’eau). »


Bernadette Cassel's insight:


Via Reporterre "Pour la biodiversité, adoptons les bonnes vieilles méthodes agricoles, propose l'ONU


« L’ancienne pratique chinoise de l’élevage de poissons dans les rizières est un exemple de ce que le groupe espère ressusciter : ajouter des poissons à un paddy permet de gérer les insectes nuisibles sans l’utilisation de pesticides, fournit un engrais naturel pour les cultures, nourrit les oiseaux et autres animaux sauvages, et produit un approvisionnement durable en protéine pour les familles de riziculteurs. »


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Abeilles : 800.000 hectares en France menacés par un nouveau néonicotinoïde

Abeilles : 800.000 hectares en France menacés par un nouveau néonicotinoïde | EntomoNews | Scoop.it

L'Observatoire de l'Europe. « Le moratoire annoncé par le commissaire européen Borg du printemps dernier ciblait trois famille de néonicotinoïde, permettant d'exclure notamment l'insecticide de marque "Cruiser" pour la protection des maïs et colza. »

« Les abeilles devaient être "tranquilles" pour deux ans. Or, comme la décision de la Commission ne porte que sur trois familles de néonicotinoïde, le groupe Bayer a trouvé la parade en commercialisant massivement l'insecticide "Sonido" – contenant la molécule thiaclopride – dont la commission environnement au Parlement européen dans un avis de 2011 sur la santé des abeilles qui avait alerté sur les dangers de cette molécule pour les abeilles »

« Des estimations évaluent à 800.000 hectares en France de cultures traitées en 2014 avec ce produit, menaçant gravement les abeilles et donc l'ensemble de l'écosystème. Par ailleurs, il faut rappeler que les néonicotinoïdes sont classés potentiellement cancérogènes par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC).  Il est indispensable et urgent d'étendre l'interdiction à la molécule thiaclopride et donc au "Sonido", ainsi que de prendre l'initiative de revoir l'ensemble de la famille des néonicotinoïdes afin de compléter la liste autant que nécessaire pour la protection des abeilles. »

[...]


Image : Bayer "Insecticide pour le traitement des semences de maïs contre les taupins" http://www.bayer-agri.fr/produits/fiche/sonido/



Bernadette Cassel's insight:


SUR VARIÉTÉS ENTOMOLOGIQUES :

Sonido® traitement de semences : autorisation de mise sur le marché


more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from plant and insect vector
Scoop.it!

La filière de production d'agrumes est en danger en Guadeloupe

La filière de production d'agrumes est en danger en Guadeloupe | EntomoNews | Scoop.it

France Télévisions. « Les plantations d'agrumes de Guadeloupe sont touchées par la maladie du Citrus Greening. Elle provoque un blocage de la production de la sève dans les plants, ce qui entraîne des problèmes de croissance et d'apport en sucre pour les fruits. »


[...]


« Le Citrus Greening se développe dans les arbres suite à l'implantation d'une bactérie appelée Candidatus Liberibacter par un insecte, le Psylle. »


« La bactérie prolifère dans les milieux chauds, secs et à basse altitude. L'an dernier, certains producteurs avaient perdu 50% de leur récoltes. En 2013, sur la côté sous le vent, principale région productrice d'agrumes de Guadeloupe, les plantations de Baillif ou Vieux-Habitants enregistrent des pertes à hauteur de 90% de leurs récoltes totales. Certains agriculteurs sont mêmes obligés de jeter la totalité de leur production. En revanche dans les zones à flans de montagne et plus humides, le Psylle, vecteur de cette maladie, est peu présent et la contamination est moins importante. »


[Diaphorina citri (Asian Citrus Psyllid), Hemiptera, Psyllidae]



Via julien levy
Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :
Un insecte pillard


SUR INSECT ARCHIVE :

 → Can Scientists (and Wasps) Save Orange Juice? [Slide Show and Video]: Scientific American



more...
Christian Allié's curator insight, December 2, 2013 12:07 PM

......""......

.....  Il n'existe pas encore de traitement contre le Citrus Greening. Il est de plus très difficile de regénérer les plants touchés et de les étudier.

 

Seule la      ""modification génétique""     des pieds d'agrumes pourrait permettre d'empêcher la prolifération de la maladie.

90% des récoltes ont été perdues sur certaines zones

La bactérie prolifère dans les milieux chauds, secs et à basse altitude. L'an dernier, certains producteurs avaient perdu 50% de leur récoltes. En 2013, sur la côté sous le vent, principale région productrice d'agrumes de Guadeloupe, les plantations de Baillif ou Vieux-Habitants enregistrent des pertes à hauteur de 90% de leurs récoltes totales. Certains agriculteurs sont mêmes obligés de jeter la totalité de leur production. En revanche dans les zones à flans de montagne et plus humides, le Psylle, vecteur de cette maladie, est peu présent et la contamination est moins importante.