EntomoNews
Follow
Find tag "Afrique"
125.1K views | +2 today
EntomoNews
Dernières nouvelles des insectes, collemboles, myriapodes et autres arthropodes...
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le deuxième agent du paludisme originaire d’Afrique

Le deuxième agent du paludisme originaire d’Afrique | EntomoNews | Scoop.it
IRD : L’Institut de recherche pour le développement (IRD) est un organisme français de recherche, original et unique dans le paysage européen de la recherche pour le développement.


« Plasmodium vivax, le deuxième agent du paludisme dans le monde, a pour origine l’Afrique, et non l’Asie comme on le supposait. Une étude, que vient de publier Nature Communications , révèle que ce sont les grands singes africains qui ont infecté les hommes, avant que le parasite ne se propage à l’Asie et à l’Amérique latine où il sévit aujourd’hui. P. vivax s’avère très répandu chez nos cousins primates d’Afrique centrale. L’équipe de recherche a en effet découvert son ADN dans de nombreux échantillons fécaux de gorilles et chimpanzés. Le séquençage de cet ADN révèle que les parasites simiens sont très proches de ceux qui infectent les humains. Les grands singes constituent ainsi un réservoir naturel pour les personnes non résistantes à P. vivax en Afrique.  »


[...]


Références

et al. African origin of the malaria parasite Plasmodium vivax , Nature Communications , 2014, 5:3346. doi:10.1038/ncomms4346


Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :

Origine du paludisme à Plasmodium vivax chez l’Homme : l’étude des parasites de grands singes apporte un nouvel éclairage


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Au Sénégal, premières victoires décisives dans la lutte contre les mouches tsé-tsé

Au Sénégal, premières victoires décisives dans la lutte contre les mouches tsé-tsé | EntomoNews | Scoop.it

Par Claire Arsenault. RFI. « La mouche tsé-tsé est un redoutable parasite qui ruine les efforts des éleveurs de bovins africains. Au Sénégal, dans la région des Niayes, une campagne musclée porte déjà ses fruits. Le nombre de mouches y a nettement diminué, un résultat obtenu grâce à un programme de stérilisation à grande échelle des mouches mâles. »


[Image] « La Technique de l’insecte stérile (TIS) repose sur le lâcher en masse de mâles stériles pour réduire la reproduction. » FAO

more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Confidences Canopéennes
Scoop.it!

Valorisation de la chenille comestible Bunaeopsis aurantiaca dans la gestion communautaire des forêts du Sud-Kivu (République Démocratique du Congo)

Valorisation de la chenille comestible Bunaeopsis aurantiaca dans la gestion communautaire des forêts du Sud-Kivu (République Démocratique du Congo) | EntomoNews | Scoop.it
Qualités nutritives des chenilles

La consommation des insectes est une pratique ancienne. Bodenheimer (1951) a décrit le rôle important joué par les insectes dans la nutrition humaine en Afrique. Quelle peut être la valeur nutritionnelle des insectes? Des analyses portant sur quelques insectes comestibles montrent que, d’une façon générale, leur valeur nutritionnelle est comparable à celle des aliments courants. Leur composition chimique met en évidence leur richesse en protéines et lipides. Celle-ci atteint des proportions 2 à 3 fois supérieures à celle de la viande ou du poisson.

Leur taux de vitamines sont très appréciables, particulièrement en Niacine (acide nicotinique: Vit PP et de riboflavine Vit B2), vitamines B1 et B6 et sels minéraux (de Foliart, 1991). Ces taux sont parfois nettement supérieurs à ceux trouvés dans d’autres aliments de consommation courante. Les protéines des insectes sont particulièrement riches en lysine et thrionine (de Foliart, 1992).

Les insectes sont aussi riches en matières grasses. Ce sont donc des aliments très énergétiques: 100 g de certaines espèces de Saturnidae (de poids sec) apportent 397 à 543 kcal (Malaisse et Parent, 1980). Selon les espèces d’insectes, l’apport calorique est supérieur de 3 à 7 fois à celui du poisson.

La digestibilité des insectes est très élevée en raison de leur faible teneur en glucides ainsi que de l’équilibre entre le taux d’acides aminés essentiels et des lipides (Ramas-Elorduy, 1996).

 

http://www.fao.org/docrep/007/j3463f/j3463f07.htm


Via Christian Allié
more...
Christian Allié's curator insight, December 17, 2013 4:20 AM

.........""........

.... 

Introduction

1La province du Sud-Kivu présente naturellement de larges réserves forestières dont Ulindi, Mushwere, Kadubu et Kamano dans le territoire de Walungu, Lolemba et l’île Kifumbwe à Fizi, Mokanga, Kasombe, Mikelo et Itula à Shabunda, Kamonye, Kahuihuira et la vallée de la Ruzizi à Uvira ainsi que Mushwere à Kabare. Avec les crises politiques et les conflits armés qui se sont inféodés dans les espaces forestiers du Kivu depuis 1994, l’on assiste à une déforestation non sélective dans ces réserves forestières. La dynamique d’évolution de ces écosystèmes est aussi influencée par une exploitation artisanale de bois d’œuvre, la carbonisation et l’agriculture itinérante sur brûlis (GIZ/PBF, 2012). Plus l’on s’approche de la ville de Bukavu, plus la carbonisation et la coupe de bois pour la construction ou la cuisson de briques augmentent leur incidence sur la déforestation..........

.... 

MéthodologieMilieu de récolte des insectes étudiés

9Les insectes ayant fait l’objet de cette étude ont été récoltés dans la partie forestière du territoire de Mwenga non loin du chef-lieu (Fig. 1). Le territoire de Mwenga (zone de collecte) est caractérisé par un climat équatorial submontagnard et les précipitations y atteignent 2000mm voire 3000 mm.an-1 et sont bien reparties sur toute l’année mais avec un minimum relatif en juin et en juillet (Doumenge et al., 1997). Les températures moyennes sont comprises entre 17,5⁰C (à la station de Mwana) et 22,2⁰C (à la station de Kamituga) (Prigogine, 1978). Les monts Itombwe constituent l’un des sites critiques les plus importants pour la conservation de la diversité biologique de la République Démocratique du Congo et couvre l’une de régions les plus riches en espèces floristiques du pays et peut-être d’Afrique (Doumenge, 1990). ................

 

[ ..... ]

Conclusion

............ ......

........ L’intérêt de cette ressource exige également que des efforts de reboisement/reforestation ciblé utilisant les arbres à chenille et doivent être promus afin de pouvoir contribuer à la diversification des produits forestiers, sources de revenus pour les populations riveraines, ce qui permet en même temps de maintenir les équilibres écosystémiques forestiers. De surcroît, cet arbre à chenille est aussi apprécié pour ses fruits consommés par les humains et les animaux sauvages. Il serait également utile d’investiguer sur la possibilité de domestication de ces chenilles dans des plantations de tierces personnes (Balinga et al., 2004). Ces arbres peuvent donc être classés comme essences à protéger et dont l’abattage en forêt doit requérir d’une autorisation spéciale par les autorités compétentes à l’issue du constat de leur vieillesse avérée.

 

CF: Afrique de l'Ouest

Burkina Faso
Le ver de karité, caviar des savanes

(SYFIA) Dans l'Ouest du Burkina Faso, les karités ne donnent pas que des noix. Dans les premières semaines de l'hivernage, les femmes vont secouer leurs branches pour recueillir des milliers de larves dont raffolent les gourmets et qui se vendent à prix d'or............

http://www.syfia.info/index.php5?view=articles&action=voir&idArticle=1796

 

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Trypanosomose animale africaine : des glossines sous contrôle grâce à la lutte intégrée

Trypanosomose animale africaine : des glossines sous contrôle grâce à la lutte intégrée | EntomoNews | Scoop.it

CIRAD. « La trypanosomose animale africaine transmise par les glossines constitue encore aujourd'hui le principal obstacle au développement de l’élevage en Afrique subsaharienne. Cependant, les chercheurs disposent désormais de stratégies de contrôle des glossines adaptées à chaque situation au sein des pays concernés. Et ces stratégies sont payantes avec une réduction des glossines allant de 80 à 98 % dans certaines zones, permettant une lutte intégrée contre la maladie chez les animaux, associée à une réduction du risque pour l’homme. Dans d'autres zones, comme au Sénégal, la stratégie retenue vise l'élimination des glossines. Conséquence directe pour les quelque 1 500 éleveurs de la zone : leur niveau de vie devrait progresser de près de 30 %, par la simple augmentation de leurs productions de lait et de viande. Ces résultats contribuent à une campagne d’envergure à laquelle participe le Cirad, la Pan-African Tsetse and Trypanosomosis Eradication Campaign (Pattec), lancée au début des années 2000 pour combattre ce fléau dans toute l’Afrique »


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Description d'une nouvelle espèce de fourmi d'Afrique

Description d'une nouvelle espèce de fourmi d'Afrique | EntomoNews | Scoop.it


Taxonomic review of the ant genus Paratrechina, with a description of a new species from Africa


Abstract

With the recent finding of Paratrechina (broad sense) paraphyly, only Paratrechina longicornis remained in a redefined genus. As one of the most widely distributed ant species due to human transfer around the world, there is much interest in the biology of P. longicornis. One issue concerning P. longicornis has been as to where exactly the species is native, with both African and Asian native ranges being invoked in the literature. Here we report the discovery of a second species within Paratrechina. This species, P. zanjensis, is native to Africa (known from Angola, Mozambique and Tanzania), where it appears to be a dry miombo woodland species. Given the discovery of this new species, a reevaluation of the morphological definition of Paratrechina is provided; also provided is an updated generic level identification key. Given the available distribution information on P. longicornis, we conclude that P. longicornis remains most likely native to southeastern Asia, and that the discovery of a new species native to Africa makes Paratrechina yet another example of an ant genus that possesses an Afro-Asian distribution.


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

En Afrique de l’Ouest, les mouches des fruits ont trouvé leur maître

En Afrique de l’Ouest, les mouches des fruits ont trouvé leur maître | EntomoNews | Scoop.it


Les mouches des fruits occasionnent des pertes considérables dans les vergers d'Afrique de l’Ouest. Mangues, agrumes et anacardes deviennent impropres à la consommation à cause de leurs piqûres.


Mais ces mouches semblent avoir trouvé leur maître : la fourmi tisserande, l’un de leurs prédateurs, non seulement dévore leurs larves, mais émet aussi des signaux chimiques qui exercent un effet répulsif vis-à-vis de leurs femelles.


Une arme fatale que les chercheurs du Cirad et de l’International Institute of Tropical Agriculture (IITA), au Bénin, ont mise en évidence dans le cadre d’un projet régional de lutte contre les mouches des fruits, le Waffi (West African Fruit Fly Initiative).


Résultat : des fruits nettement moins attaqués et de qualité grandement améliorée.


Lire l’article dans l’espace « Résultats de recherche »


[Bactrocera invadens, Diptera, Tephritidae]


Bernadette Cassel's insight:


→ Comment les producteurs de mangues pourraient-ils se passer des fourmis tisserandes ! http://sco.lt/5sKjVh


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des chenilles africaines résistent au maïs OGM

Des chenilles africaines résistent au maïs OGM | EntomoNews | Scoop.it

 

 

Comme beaucoup d'autres plantes transgéniques, le maïs dit « Bt » synthétise son propre pesticide : une protéine toxique, produite dans ses feuilles et ses tiges, qui tue en quelques jours ses ravageurs. Imparable… sauf si les populations d'insectes s'adaptent à cette toxine !

 

Jusqu'à présent, les stratégies mises en place pour contrer l’apparition de résistances sont apparues efficaces. Mais des chercheurs de l’IRD et leurs partenaires sud-africains viennent de montrer qu’un papillon de nuit, Busseola fusca , a développé en Afrique du Sud un nouveau mode de défense contre la toxine Bt . Une résistance, génétiquement dominante contrairement au mécanisme classique, qui s'est propagée très rapidement.

 

Cette découverte, publiée dans PLoS ONE , remet en question le principe-même sur lequel repose la stratégie anti-résistance qui accompagne généralement l’utilisation des OGM.

 

[Busseola fusca, Lepidoptera, Noctuidae]


Dominant Inheritance of Field-Evolved Resistance to Bt Corn in Busseola fusca


Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMOSCIENCE :

Un papillon met en échec les maïs OGM Bt


more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Mes passions natures
Scoop.it!

Le Niger menacé par une invasion de criquets

Le Niger menacé par une invasion de criquets | EntomoNews | Scoop.it
Le Niger risque d'être confronté à une "invasion massive" de criquets pèlerins, un risque majeur pour les cultures de ce pays en difficulté économique.

Via Bourdoncle
more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Education environnement
Scoop.it!

Des plantes insecticides pour protéger les récoltes

Des plantes insecticides pour protéger les récoltes | EntomoNews | Scoop.it

 

Dans les pays du Sahel, les céréales constituent la base des aliments des populations africaines. Chaque année, les quantités consommées sont dépendantes de la pluviométrie mais surtout de la manière dont sont stockées les denrées. En effet, que la récolte soit bonne ou mauvaise, les paysans devront faire face à de nombreuses pertes post-récolte. Actuellement, les pertes dues aux insectes ravageurs sont estimées à un peu plus de 30%.

 

Afin d’éliminer coléoptères et autres insectes nuisibles présents dans les céréales stockées, les paysans utilisent des insecticides d’origine chimique dont l’utilisation ne cesse de faire des dégâts. Souvent analphabètes, les fermiers répandent ces produits de manière aléatoire, sans aucune précaution vestimentaire ou environnementale. Résultats, les souches deviennent résistantes, l’environnement est de plus en plus pollué et les intoxications sont parfois si sévères qu’elles mènent au décès du paysan. La recherche d’alternatives s’impose.

 

Le docteur Momar Talla Gueye travaille à l’Institut de Technologie Alimentaire de Dakar et est spécialiste du stockage des denrées alimentaires dans les pays africains. Dans le cadre de sa thèse réalisée à Gembloux Agro-Bio Tech, il a voyagé entre la Belgique et le Sénégal pour développer des systèmes de lutte naturels et respectueux de l’environnement. Il a notamment mis en exergue la valeur répulsive de trois plantes présentes en grande quantité dans l’Afrique de l’Ouest. Ces alternatives permettront aux paysans de lutter de manière efficace contre les insectes, en toute sécurité et à moindre coût.

 

La première plante, la Boscia Senegalensis est idéale pour protéger les semences dans les greniers. Elle doit encore faire l’objet de recherches afin de déterminer sa toxicité dans le cadre d’une protection des produits récoltés.

 

La deuxième, L’Hyptis Spicigera possède d’excellentes propriétés insecticides grâce aux effluves d’huiles essentielles qu’elle répand. Outre les tests effectués en laboratoire, le Docteur Gueye a construit avec son équipe des greniers dans différents villages pour tester les plantes en « grandeur nature ». Les huiles essentielles ont protégé pendant plus de 8 mois les épis de maïs stockés dans un grenier pourtant volontairement infesté d’insectes nuisibles.

 

Sa troisième recherche prouve que l’utilisation des fanes des épis de maïs broyés en petits morceaux et mélangés avec les grains agissent comme répulsif tout aussi efficacement qu’un insecticide classique.

 


Via Isabelle Heymans
Bernadette Cassel's insight:

 

→ Peste soit de ces insectes !

http://reflexions.ulg.ac.be/cms/c_346662/peste-soit-de-ces-insectes

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Afrique du Sud : un élevage industriel de mouches primé par l'ONU

Afrique du Sud : un élevage industriel de mouches primé par l'ONU | EntomoNews | Scoop.it

 

Une entreprise sud-africaine produisant des larves de mouches destinées à l'alimentation animale en recyclant du sang, des viscères, du fumier ou des déchets alimentaires a reçu mardi un prix de l'innovation en Afrique parrainé par l'ONU.

 

"Nous avons créé la première opération d'élevage industriel de mouches", a raconté mercredi Jason Drew, un membre de l'équipe de AgriProtein Technologies, une entreprise qui a développé le concept.

 

L'entreprise élève entre 7 et 8 millions de mouches femelles dans son établissement de Stellenbosch (sud-ouest).

 

Bien nourries, ces mouches pondent des oeufs qui sont déposés parmi les déchets, où ils éclosent. Les larves sont ensuite récoltées, séchées et broyées jusqu'à obtenir la consistance de cornflakes, et livrées à un fabricant d'aliments pour animaux.

 

"En 72 heures, un kilo d'oeufs se transforme en environ 380 kilos de larves", a relevé M. Drew.

 

Les larves séchées ont la même composition que la farine de poisson, couramment utilisée dans les aliments pour animaux.

 

[...]

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ Innovation Prize for Africa 2013 announces winners

http://vc4africa.biz/blog/2013/05/08/innovation-prize-for-africa-2013-announces-winners/

 

 

VIDÉOS [en anglais]

 

→  Innovation Prize for Africa

http://africaninnovationnews.com/videos/

 

(via Twitter)

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Mali : La guerre contre la mouche tsé-tsé est gagnée à 85 %

Mali : La guerre contre la mouche tsé-tsé est gagnée à 85 % | EntomoNews | Scoop.it

Depuis quelques années l’une actions du Ministère de l’élevage et de la pêche est d’exterminer la race de mouches tsé-tsé, dont la piqûre transmet plusieurs maladies aux hommes et au bétail, à travers le PATTEC qui a tenu la 8e Session de Comité de Pilotage. [...]

 

Pour mémoire, la trypanosomiase est une affection débilitante et mortelle chez l’homme et les animaux domestiques, transmise par les mouches Tsé-tsé ou glossines. Elle affecte 37 pays d’Afrique subsaharienne y compris le Mali, où elle constitue un obstacle majeur au développement socio-économique.

 

[...]

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Phéromone, l'arme de séduction du vieux beau "Bicyclus anynana"

Phéromone, l'arme de séduction du vieux beau "Bicyclus anynana" | EntomoNews | Scoop.it
Des chercheurs belges et hollandais viennent de démontrer, dans la revue Ecology Letters, que les phéromones sexuelles permettent une communication très subtile entre les animaux de l'espèce Bicyclus anynana. Chez ce papillon africain de jour, tout commence dans la nature par une rencontre sous les spots de lumière créés par les trouées de la canopée. Le mâle poursuit la femelle jusqu'au moment où celle-ci se pose. Puis entame sa cour en battant, durant une trentaine de secondes, ses ailes de façon stéréotypée, diffusant ainsi une phéromone vers les antennes de sa belle. Ce parfum, formé de trois molécules chimiques, est propre à chaque mâle. Il varie au cours de son existence et il est porteur d'une information sur son âge. Les femelles utilisent cette odeur pour sélectionner les mâles les plus âgés, vers qui va leur préférence.
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La lèpre, maladie oubliée, continue de mutiler des millions de personnes

La lèpre, maladie oubliée, continue de mutiler des millions de personnes | EntomoNews | Scoop.it

RFI Santé. « Trois jours de manifestations contre la lèpre s'achèvent ce dimanche 26 janvier. L’origine de cette maladie se perd dans la nuit des temps. Elle apparaît en Europe dès les premiers siècles de l’ère chrétienne. Dès lors, tout le bassin méditerranéen est contaminé. Au cours du XVIIIe siècle, elle disparaît progressivement de France et d’Europe. Aujourd’hui, en Afrique, en Asie, en Amérique, la lèpre est une maladie qui fait toujours peur et qui stigmatise encore ceux qui en sont atteints. Exemples au Sénégal et à Madagascar. »


[...]


« Parmi les organisations qui luttent contre cette maladie, il y a l’Ordre de Malte. Et son centre hospitalier de Dakar, qui fait partie intégrante du système de santé du Sénégal, s’intéresse à toutes les étapes du processus de lutte, dont les soins et la réinsertion. Pour Richard Pau, son directeur, les efforts pour lutter contre la lèpre ne sont pas suffisants : "Depuis qu’on a découvert le sida il y a quelques dizaines d’années, les trois plus grandes maladies qui intéressent tout le monde à commencer par l’OMS [Organisation mondiale de la santé, NDLR], c’est le sida, la tuberculose et le paludisme. Les autres maladies dont fait partie la lèpre ont été classées dans les maladies tropicales négligées (MTN)." »


Bernadette Cassel's insight:


Wikipédia :


« La lèpre est due à une infection par la bactérie Mycobacterium leprae.

Jusqu'à récemment, l'être humain était le seul réservoir naturel connu de Mycobacterium leprae, mais 15 % des tatous sauvages de Louisiane et du Texas ont été retrouvés porteurs de la maladie. Mycobacterium leprae peut être également présent dans le sol. »


« La transmission de Mycobacterium leprae est mal connue. [...] le sol infecté et les insectes vecteurs (punaises, moustiques) pourraient jouer un rôle dans la transmission de la maladie. »


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le combat contre les maladies négligées

Le combat contre les maladies négligées | EntomoNews | Scoop.it
Par Caroline Tourbe. France Info. « Il existe des maladies qui font des millions de victimes chaque année dans le monde. Et pourtant, pendant longtemps, les grands laboratoires pharmaceutiques ne s'y intéressaient pas du tout. Pourquoi ? Parce que ces maladies touchent principalement des pays pauvres qui ne sont pas des marchés solvables pour l'industrie.»
« Cette situation serait désespérante si les choses n'étaient pas en train de changer. C'est ce que confirme le docteur Bernard Pécoul, directeur de la Fondation "Initiative médicaments pour les maladies négligées" qui vient de fêter ses 10 ans. »

« "Cette fondation est née [en 2003] du fait qu'il y avait une panne pour les nouveaux médicaments contre ces maladies qui sont de grandes tueuses...", raconte le Dr. Pécoul. »

[...]

___________________________________________________________________

SUR LE MÊME SUJET (en accès limité) :
 
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Il a sauvé des millions de vies avec un insecte

Il a sauvé des millions de vies avec un insecte | EntomoNews | Scoop.it

Par Luigi Jorio, swissinfo.ch. « Hans Rudolf Herren est le premier suisse à décrocher le Right Livelihood Award, une sorte de Prix Nobel alternatif. Rencontre à Zurich avec un entomologiste idéaliste, dont le programme de lutte biologique a permis ni plus ni moins d’éviter une famine en Afrique. »


[...]


« Au Nigeria, à l’Institut international d’agriculture tropicale, il prend conscience de la menace qui plane sur l’Afrique. La cochenille du manioc, un parasite introduit accidentellement, fait des ravages dans les cultures de ce tubercule qui constitue la ressource alimentaire de base pour les populations indigènes. [...] »
 
« Les insecticides utilisés par les autorités locales se révèlent inefficaces et la sélection des variétés requiert trop de temps. Il ne reste alors qu’une option : revenir aux origines du parasite pour identifier son ennemi naturel. "Nous savions que la cochenille du manioc vivait en Amérique latine. Mais où exactement ?" Avec un fonds de 250 000 dollars, Hans Rudolf Herren part à l’exploration du continent sud-américain. Du Nord au Sud, il enquête dans les zones de diffusion originelles du manioc. »
 
« C’est finalement au Paraguay, aux confins du Brésil et de l’Argentine, qu’il découvre la solution pour l’Afrique : elle se présente sous la forme d’une simple guêpe, qui pond ses œufs dans les larves de cochenille et les tue. [...] »


[...]


more...
Christian Allié's curator insight, December 9, 2013 1:37 PM

......""......

"""......"""

.......... 

Libre choix aux agriculteurs

L’efficacité de la lutte biologique est largement attestée. Il ne s’agit toutefois pas d’une panacée universelle, soulignent plusieurs chercheurs. Ce qui fonctionne pour la cochenille du manioc n’est pas forcément adapté pour les autres parasites. A l’Ecole polytechnique de Zurich, le groupe de recherche sur les cultures biotechnologiques a par exemple développé une nouvelle variété de manioc transgénique résistante au virus dévastateur CBSD (Cassava Brown Streak disease).
 
Des projets qui provoquent un hochement de tête réprobateur chez Hans Rudolf Herren. Les OGM peuvent avoir des effets positifs à court terme. Mais à la longue, ils impliquent des coûts écologiques et sociaux importants: les sols s’appauvrissent, la biodiversité se réduit et les agriculteurs s’endettent toujours davantage pour acheter les semences. Dans les champs africains, la bataille d’Hans Rudolf Herren en faveur d’une agriculture durable s’est ainsi portée vers d’autres fronts. «Nous devons restaurer la démocratie. Ce sont les gens qui doivent décider ce qu’ils veulent cultiver, et de quelle manière. Pas les multinationales, qui ont de l’argent pour influencer les politiciens.»

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Pourquoi certains bousiers sont-ils les seuls insectes qui galopent ?

Pourquoi certains bousiers sont-ils les seuls insectes qui galopent ? | EntomoNews | Scoop.it


Un genre de bousier sud-africain a opté pour une démarche qui semble assez inefficace.
La plupart des insectes pratiquent la marche tripode, en gardant au moins trois pieds sur le sol tandis que les autres se déplacent. Ce type de marche est la plus courante dans le règne animal, sauf que trois espèces de bousier ont décidé de ne pas pratiquer la jambe alternante, en développant le seul galop connu dans le monde des insectes. Au lieu de déplacer les pattes de chaque côté séparément, le Pachysoma endroedyi, le P. Hippocrate et le P. glentoni déplacent chaque paire de pattes en phase, comme un lapin bondissant ou un cheval en course.


[...]


L’étude (Université de Lund, Suède – Université du Witwatersrand et Université de Pretoria, Afrique du Sud) publiée sur Current Biology : A new galloping gait in an insect.


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Comment les producteurs de mangues pourraient-ils se passer des fourmis tisserandes !

Comment les producteurs de mangues pourraient-ils se passer des fourmis tisserandes ! | EntomoNews | Scoop.it


La production fruitière d’Afrique de l’Ouest est victime d’un groupe de diptères téphritides rassemblés sous le nom de mouches des fruits. Ces insectes pondent à l’intérieur des fruits et leurs larves, qui s’en nourrissent, les détruisent.


Une espèce invasive originaire du Sri Lanka, Bactrocera invadens, est une des plus redoutables. Elle a été détectée en 2004 au Bénin, comme au Sénégal et au Togo. Elle s’est répandue depuis dans toute l’Afrique de l’Ouest, et les planteurs de manguiers, sans moyens de contrôle efficaces au début de l’invasion, se sont découragés.


Le Cirad et l’IITA ont lancé en 2008 un projet régional de lutte contre les mouches des fruits, le Waffi (West African Fruit Fly Initiative). Centré sur la mangue, ce projet avait pour objectif de mettre à la disposition des producteurs des techniques de lutte intégrée leur permettant de produire des fruits sains. C’est dans le cadre de ce projet, que les chercheurs se sont intéressés aux fourmis tisserandes, un agent de contrôle biologique des mouches des fruits et d’autres ravageurs des forêts d’Afrique de l’Ouest.


Les fourmis tisserandes africaines, Œcophylla longinoda, se rencontrent dans les forêts tropicales, où elles constituent des colonies complexes. Elles colonisent fréquemment les vergers de manguiers, d’agrumes et d’anacardiers, moins souvent les plantations de cacaoyers et de palmiers à huile. Elles ont la particularité de construire des nids arboricoles en « tissant » entre elles les feuilles des arbres avec les fils de soie produits par leurs larves. Ce sont aussi de féroces défenseurs de leur territoire, prêts à combattre tout intrus.


[...]


[Bactrocera invadens, Diptera, Tephritidae /

Œcophylla longinoda, Hymenoptera, Formicidae]

more...
Christian Allié's curator insight, October 24, 2013 8:33 AM

.....".........Avec les fourmis tisserandes, les producteurs de mangues disposent désormais d’un arsenal complet de moyens pour lutter contre les ravageurs de leurs vergers et produire des fruits sains tout en préservant l’environnement..............

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des essaims de criquets pèlerins envahissent des régions de la Mauritanie

Des essaims de criquets pèlerins envahissent des régions de la Mauritanie | EntomoNews | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un scorpion de 350 millions d'années découvert en Afrique du Sud

Un scorpion de 350 millions d'années découvert en Afrique du Sud | EntomoNews | Scoop.it
C'est le plus vieil animal terrestre ayant jamais vécu sur le  méga continent Gondwana. Un fossile de scorpion vieux de 350 millions d'années a été découvert en Afrique du Sud.
Bernadette Cassel's insight:

 

→ The earliest record of terrestrial animals in Gondwana: A scorpion from the Famennian (Late Devonian) Witpoort Formation of South Africa http://africaninvertebrates.org/ojs/index.php/AI/article/view/284

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Criquet pèlerin : Soudan

Criquet pèlerin : Soudan | EntomoNews | Scoop.it

 

Au cours de la première décade d'août, des pluies inhabituelles fortes sont tombées dans les aires de reproduction estivale du Soudan, entraînant inondations et destruction sur de vastes zones des États du Nord Darfour, Nord Kordofan, Khartoum, Fleuve Nil et Kassala. Les précipitations furent les plus importantes dans la partie centrale de l’aire de reproduction du Criquet pèlerin (Nord Kordofan et Khartoum). D’autres pluies sont annoncées dans les prochains jours. Après le retrait des eaux de crue, les conditions écologiques sont susceptibles de rester favorables à la reproduction pendant plusieurs mois. Actuellement, de faibles effectifs d’ailés solitaires sont dispersés à travers les zones précédemment mentionnées. Une reproduction à petite échelle est probablement en cours et entraînera une augmentation des effectifs acridiens.

Bernadette Cassel's insight:

 

Image : Pluies au Soudan 1-10 août 2013

 

→ L'observatoire acridien

http://www.fao.org/ag/locusts/fr/info/info/index.html

 

« Un service fourni par le Groupe acridiens et autres migrateurs nuisibles afin de surveiller la situation mondiale relative au criquet pèlerin et tenir les pays touchés et les donateurs au courant des développements prévus.Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) »

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le manioc : la plante des pauvres menacée en Afrique

Le manioc : la plante des pauvres menacée en Afrique | EntomoNews | Scoop.it

 

Le manioc, qui nourrit 500 millions de personnes dans le monde, est attaqué en Afrique par un virus [la striure brune du manioc (CBSD en anglais, pour Cassava Brown Streak disease)] en expansion d'Est en ouest à travers le continent. Un congrès de scientifiques et de donateurs réuni cette semaine en Italie va tenter de lui déclarer une guerre totale.

 

[...]

 

D'autant que d'autres fléaux frappent, tel le virus de la mosaïque du manioc (CMD en anglais), qui prive chaque année le continent de quelque 50 tonnes de récoltes. Le virus se répand en souches de plus en plus résistantes, à travers l'Afrique de l'Est et centrale.

 

Le CMD, apparu d'abord en Inde, est véhiculé par des mouches blanches (Bemisia Tabaci) qui prolifèrent depuis une vingtaine d'années.

 

"Tout récemment, note M. Fauquet, on a noté une nouvelle apparition de ces mouches en Zambie, donc vers l'Afrique australe, et aussi au Cameroun".

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un espoir dans la lutte contre les mouches tsé-tsé

Un espoir dans la lutte contre les mouches tsé-tsé | EntomoNews | Scoop.it
Dévastatrice pour le bétail et souvent mortelle pour l’homme, la maladie du sommeil transmise par la mouche tsé-tsé reste endémique dans de nombreux pays d’Afrique subsaharienne.

 

[...]

 

Depuis des décennies, les scientifiques cherchent à l’éradiquer, par tous les moyens : pulvérisations massives d’insecticide, piégeage dans des filets imprégnés ou stérilisation de mâles relâchés ensuite dans la nature.

 

Mais ces techniques, à l’efficacité variable, ont un coût élevé et des effets pervers. À Nairobi, des chercheurs de l’Icipe ont eu une autre idée. Observant que les waterbucks, sorte de grosses antilopes, n’étaient pas piqués, ils ont cherché à savoir pourquoi. « Nous avons découvert que leur odeur très forte repoussait les mouches tsé-tsé ; même les lions ne s’en approchent pas ! », raconte Rajinder Kumar Saini.

 

L’équipe a donc recréé en laboratoire un produit imitant l’odeur du waterbuck, ainsi qu’un petit réservoir métallique pour l’accrocher par un collier au cou des vaches. « C’est un peu comme si on déguisait les vaches en waterbucks », explique le chercheur. Testé à large échelle sur 1 500 vaches grâce à un financement de l’Union européenne, le produit s’est avéré extrêmement efficace avec une diminution de 90 % des cas.

 

[...]

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'alternative de la lutte biologique

L'alternative de la lutte biologique | EntomoNews | Scoop.it

 

Avec 55% de la production nationale de mangues, la Casamance ne couvre pourtant que 7% seulement du marché sénégalais. La faute aux fortes invasions de «bactrocera invadens» ou mouches des fruits, qui sont à l’origine de pertes de l’ordre de 60 à 80% de la récolte.

 

C’est pour prendre à bras-le-corps cette source du mal que depuis 2007, le gouvernement des États-Unis fournit une assistance au Sénégal dans sa lutte contre les invasions de mouches des fruits qui menacent les zones de production.

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ Intensification écologique - Projet Régional de Lutte Contre les Mouches des Fruits en Afrique de l'Ouest

http://www.cirad.bf/fr/anx/mouche1_02.php

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

En vidéo : une nouvelle blatte championne de saut

En vidéo : une nouvelle blatte championne de saut | EntomoNews | Scoop.it
Une espèce de blatte, qui a récemment été découverte en Afrique du Sud, effectue des bonds spectaculaires pour effectuer la plupart de ses déplacements.
more...
No comment yet.