EntomoNews
Follow
Find tag "évolution"
84.1K views | +13 today
EntomoNews
Dernières nouvelles des insectes, collemboles, myriapodes et autres arthropodes...
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La crise d’épilepsie : une activité primitive du cerveau dont les mécanismes sont conservés à travers les espèces

La crise d’épilepsie : une activité primitive du cerveau dont les mécanismes sont conservés à travers les espèces | EntomoNews | Scoop.it
Tout semble différencier une mouche d'un homme. Et pourtant, aussi étonnant que cela puisse paraitre, des chercheurs de l'Inserm dirigés par Christophe Bernard et Viktor Jirsa au sein de l’Institut de Neurosciences des Systèmes (INS) – Inserm U1106 à Marseille viennent de montrer que les crises d'épilepsie suivent des règles mathématiques simples et conservées à travers les espèces. La crise d’épilepsie est une forme d’activité neuronale qui est encodée dans tout cerveau sain, mais qui ne s’exprime que dans situations pathologiques. Grâce à l'identification de ces principes de base, les chercheurs ont pu classer rigoureusement les crises en 16 types distincts ; une classification qui sera très utile aux cliniciens pour envisager des traitements de plus en plus personnalisés et rechercher de nouveaux médicaments. Ces travaux sont publiés dans la revue Brain Continue reading →


→ On the nature of seizure dynamics
http://brain.oxfordjournals.org/content/early/2014/06/10/brain.awu133.short?rss=1http://


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des fossiles de mouches pour mieux comprendre la grande révolution écologique

Des fossiles de mouches pour mieux comprendre la grande révolution écologique | EntomoNews | Scoop.it

BE Canada. Les Bulletins Electroniques des Ambassades de France.


« Les Prof. Bruce Archibald et Rolf Mathewes de l'Université Simon Fraser font partie d'une équipe de biologistes qui a découvert trois nouvelles espèces disparues de fossiles de mouches à grosse tête. Selon leurs recherches, publiées dans The Canadian Entomologist, ces fossiles présentent une évolution précoce qui irait de pair avec une révolution écologique, celle qui a formé nos communautés naturelles modernes. »

« Les trois nouvelles espèces de mouches fossiles à grosse tête sont membres de la famille actuelle des Pipunculidae. Le premier fossile, Metanephrocerus belgardeae, est suffisamment bien conservé pour être considéré comme une nouvelle espèce. Il a été nommé en l'honneur de celui qui l'a découvert, Azure Rain Belgarde, un étudiant de la Paschal Sherman Indian School, qui l'a découvert lors d'une mission de terrain dans l'Etat de Washington. »

« Les deux autres espèces, plus énigmatiques, sont décrites à partir de fossiles moins complets découverts à Quilchena dans le sud de la Colombie-Britannique. "Les mouches à grosse tête sont un groupe d'insectes étranges, dont les têtes sont presque entièrement couvertes par leurs yeux bulbeux et composés, qu'ils utilisent pour chasser principalement des insectes ravageurs de jardin", explique le Prof. Archibald. "Les espèces nouvellement découvertes ont été préservées dans des gisements fossiles de l'Eocène vieux de 49 à 52 millions d'années, soit à 12-15 millions d'années après l'extinction des dinosaures. Cette extinction a également perturbé les forêts, où les dinosaures ont vécu, avec souvent comme conséquences une moindre diversité et une chaîne alimentaire fortement perturbée pendant des millions d'années ". »

« À l'époque de ces mouches, l'Eocène, les forêts s'étaient à nouveau diversifiées, mais cette fois avec de nombreuses nouvelles espèces végétales à fleurs qui nous sont familières aujourd'hui, comme les bouleaux, les érables, et bien d'autres. L'établissement de ces nouvelles forêts s'est accompagné d'une diversité croissante d'insectes pollinisateurs et d'herbivores, ainsi que de leurs prédateurs, y compris ces mouches à grosse tête. "Ces nouvelles découvertes sur l'histoire de l'origine de ces curieuses mouches constitue une partie du puzzle composant l'importante révolution éco-évolutive que constituent la mise en place de relations prédateurs-proies et l'augmentation de la biodiversité lors de la formation de nouveaux écosystèmes" conclut le Prof. Archibald. »


Article original: Archibald S. Bruce, C. Kehlmaiera and R. W. Mathewesa1 2014. "Early Eocene big headed flies (Diptera: Pipunculidae) from the Okanagan Highlands, western North America". The Canadian Entomologist.



[Image : Metanephrocerus belgardeae Holotype, SR 08-06-02. (A), photograph]


Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :

Découverte de trois nouvelles espèces fossiles de mouches à grosse tête



more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Ancient 'fig wasp' lived tens of million years before figs / Un ancien pollinisateur du figuier existait avant les figuiers

Ancient 'fig wasp' lived tens of million years before figs / Un ancien pollinisateur du figuier existait avant les figuiers | EntomoNews | Scoop.it

News Bureau | University of Illinois. « CHAMPAIGN, Ill. — A 115-million-year-old fossilized wasp from northeast Brazil presents a baffling puzzle to researchers. The wasp’s ovipositor, the organ through which it lays its eggs, looks a lot like those of present-day wasps that lay their eggs in figs. The problem, researchers say, is that figs arose about 65 million years after this wasp was alive. »


[...]


« Paleoentomologist Sam Heads, of the Illinois Natural History Survey, discovered the fossil of a parasitic wasp that lived in the time of dinosaurs. »


[...]


[Image] « Although it lived roughly 65 million years before the earliest known occurrence of figs, the fossil wasp’s ovipositor closely resembles those of today’s fig wasps. »


[Parviformosus wohlrabeae gen. et sp. nov., Hymenoptera, Pteromalidae]


Bernadette Cassel's insight:


Sur le mutualisme figuier-pollinisateur, un document en ligne de l'UPMC "Les figuiers et leur communauté de chalcidiens : histoire évolutive, coévolution,  écologie des communautés"


Jousselin : Les figuiers et leurs communautés de Chalcidiens

www.edu.upmc.fr/sdv/desdevises/master_sduee/PDFs/Jousselin08.pdf‎



more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'évolution de nouvelles espèces ne nécessite que quelques modifications génétiques

L'évolution de nouvelles espèces ne nécessite que quelques modifications génétiques | EntomoNews | Scoop.it
Only a few genetic changes are needed to spur the evolution of new species—even if the original populations are still in contact and exchanging genes.


[Heliconius cydno & H. pachinus, Lepidoptera, Nymphalidae]

Bernadette Cassel's insight:


via Insect Archive "CNRS - Institut écologie et environnement - Publications de l'institut" Prospective génomique environnementale (p. 62 "Origines de la convergence évolutive chez les papillons Heliconius" http://www.cnrs.fr/fr/pdf/inee/inee-genomique-environnementale/#/62/)


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un mauvais camouflage entraîne de rapides changements écologiques dans une communauté d'insectes [en anglais]

Un mauvais camouflage entraîne de rapides changements écologiques dans une communauté d'insectes [en anglais] | EntomoNews | Scoop.it


Current Biology - Evolution of Camouflage Drives Rapid Ecological Change in an Insect Community


Highlights
  • Local maladaptation reduces population size in nature by attracting bird predators
  • Maladaptation increases the spatial scale of adaptation
  • Maladaptation reduces density and diversity of arthropods, and decreases herbivory


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un système nerveux d'un demi-milliard d'années [en anglais]

Un système nerveux d'un demi-milliard d'années [en anglais] | EntomoNews | Scoop.it
If I tell you that scientists have studied the nervous system of a creature that’s half a billion years old, it’s hard to appreciate what that means. Half a billion years is, to paraphrase Douglas ...


Reference: Tanaka, Hou, Ma, Edgecombe & Strausfeld. 2013. Chelicerate neural ground pattern in a Cambrian great appendage arthropod. Nature http://dx.doi.org/10.1038/nature12520


Bernadette Cassel's insight:


SUR SCOOP.IT : http://www.scoop.it/search?q=Alalcomenaeus


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La phylogénomique éclaire les relations évolutives entre les fourmis, les abeilles et les guêpes [en anglais]

La phylogénomique éclaire les relations évolutives entre les fourmis, les abeilles et les guêpes [en anglais] | EntomoNews | Scoop.it

 

"Current Biology - Phylogenomics Resolves Evolutionary Relationships among Ants, Bees, and Wasps"

 

Highlights :
• Genomic data resolve the phylogenetic relationships of ants, bees, and stinging wasps

• Ants are revealed to be the sister group of spheciform wasps and bees (Apoidea)Typical social wasps (e.g., yellow jackets) are not closely related to ants and bees

• Clades containing eusocial taxa are interposed among solitary ectoparasitoid wasps

 

Bernadette Cassel's insight:

 

(via Myrmecos "Genomic data reveal that ants and bees are close relatives" http://myrmecos.net/2013/10/03/genomic-data-reveal-that-ants-and-bees-are-close-relatives/)

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Évolution : quand la flore intestinale sépare une espèce

Évolution : quand la flore intestinale sépare une espèce | EntomoNews | Scoop.it
Lorsque deux populations d’une espèce sont séparées pendant de nombreuses générations, leurs génomes commencent à se différencier, car ils s’adaptent à leurs différents environnements. Finalement, ils peuvent devenir deux espèces distinctes. Mais aujourd’hui de nouvelles recherches suggèrent que ce n’est pas toujours l’incompatibilité de l’ADN qui arrête le croisement, il y a parfois des microbes intestinaux incompatibles.

 

[...]

 

L’étude publiée sur Science : The Hologenomic Basis of Speciation: Gut Bacteria Cause Hybrid Lethality in the Genus Nasonia. http://www.sciencemag.org/content/341/6146/667.abstract

 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L’évolution de coléoptères leur a fait grossir leurs cornes au détriment de leurs testicules

L’évolution de coléoptères leur a fait grossir leurs cornes au détriment de leurs testicules | EntomoNews | Scoop.it

 

Est-ce que vous pensez que les grosses voitures, les gros bateaux, les gros fusils (de chasse…) ont à voir avec la taille des organes génitaux ? Oui, si vous pratiquez la psychologie de comptoir, ou si vous êtes un scarabée. Fort heureusement les coléoptères ne conduisent pas et ne transportent pas de fusils, mais ils ont souvent d’énormes cornes qui leur servent d’armes. Certain pourrait imaginer que l’énergie utilisée pour développer ces cornes, l’est fait au détriment des parties génitales, et c’est l’hypothèse de chercheurs de l’université du Montana et d’Australie-Occidentale qui ont décidé de la vérifier. Il s’avère que, si vous empêchez un coléoptère de faire grandir sa corne, c’est ses testicules qui grossissent.

 

[...]

 

L’étude en libre accès publiée sur PNAS : Evolutionary trade-off between weapons and testes. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1637585/

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'évolution des mouches racontée par les taches

L'évolution des mouches racontée par les taches | EntomoNews | Scoop.it

Il y a quinze millions d'années environ, une tache de pigment noire est apparue chez l'ancêtre des mouches drosophiles tachetées actuelles.

 

Une équipe marseillaise, dirigée par Benjamin Prud'homme et Nicolas Gompel (contributeurs des "Carte blanche" du cahier Science&Techno du Monde) explique dans Science du 23 mars comment des interactions entre des gènes "peintres" et un gène "architecte" ont contribué à l'apparition de cet ornement.

 

Elle décrit comment, au fil de la différentiation des espèces, des motifs différents ont pu apparaître à partir d'un même thème génétique.


[Emergence and Diversification of Fly Pigmentation Through Evolution of a Gene Regulatory Module http://www.sciencemag.org/content/339/6126/1423]


________________________________________________________________

Des articles en libre accès :

• Un modèle d’évolution sans tache http://www.biofutur.com/Un-modele-d-evolution-sans-tache


• Comment naissent les taches http://www.liberation.fr/sciences/2013/03/22/comment-naissent-les-taches_890255



more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Punaises de lit: développement d'une résistance aux insecticides ; efficacité des traitements à la chaleur

Punaises de lit: développement d'une résistance aux insecticides ; efficacité des traitements à la chaleur | EntomoNews | Scoop.it

 

Les punaises de lit développent une résistance aux insecticides, suggère une étude américaine publiée dans la revue Scientific Reports.

 

Subba Palli de l'Université du Kentucky et ses collègues ont étudié 21 populations de punaises de lit recueillies dans des appartements infestés à proximité de l'université.

 

Ils ont identifié 14 gènes associés à des changements biologiques tels que le développement d'une peau plus épaisse qui empêche les poisons de pénétrer ainsi que des mutations qui empêchent les toxines d'atteindre le système nerveux, qui augmentent la production d'enzymes métabolisant les insecticides plus rapidement ou qui influencent comment les produits chimiques sont transportés dans l'organisme.

 

Certaines punaises utilisent ces quatre mécanismes, d'autres trois ou moins…

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ Bed bugs evolved unique adaptive strategy to resist pyrethroid insecticides http://www.nature.com/srep/2013/130314/srep01456/full/srep01456.html

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L’ADN des punaises de lit a muté

L’ADN des punaises de lit a muté | EntomoNews | Scoop.it

 

Jean-Michel Berenger souhaite recevoir vos punaises de lit !

 

En effet, il conduit actuellement un programme de recherche, établi sur 3 ans, avec le Dr Pascal Delaunay entomologiste médical et parasitologue au CHU de Nice, Arezki IZRI, entomologiste médical et parasitologue AP-HP Université Paris XIII et Olivier Chosidow, dermatologue AP-HP Université Paris XII. Ils sont d’ailleurs les seuls chercheurs en France à s’intéresser aux punaises de lit.

 

Le programme a pour objectif d’une part, d’identifier les germes contenus dans les punaises de lits et transmissibles par leur piqûre, mais aussi d’établir une génétique des populations de punaises de lit en France métropolitaine et d’étudier la résistance des punaises de lit aux insecticides.

 

Les chercheurs à l’internationale en sont désormais certains : si les punaises de lit résistent à une exposition directe et prolongée aux insecticides qui les exterminaient quelques années plus tôt, c’est que l’ADN des punaises de lit a muté. En identifiant les gènes responsables de cette résistance, les chercheurs espèrent trouver de nouveaux moyens de lutte contre les punaises de lit plus efficaces.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La plus petite oreille connue semblable à celle des mammifères appartient à une sauterelle

La plus petite oreille connue semblable à celle des mammifères appartient à une sauterelle | EntomoNews | Scoop.it


Une découverte fortuite a révélé que certains insectes ont été amenés à faire évoluer leurs oreilles comme celles des mammifères, avec une structure analogue en trois parties qui comprend une cavité remplie de liquide semblable à la cochlée (oreille interne) des mammifères.

« C’est l’animal le plus à ultrasons de la planète. C’est un fantastique exemple d’évolution convergente dans les structures auditives de formes de vie (mammifère-insectes) aussi éloignées.»

 

→ Convergent Evolution Between Insect and Mammalian Audition http://www.sciencemag.org/content/338/6109/968


[Copiphora gorgonensis, Orthoptera, Tettigoniidae]


 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des virus vecteurs de gènes entre Insectes

Des virus vecteurs de gènes entre Insectes | EntomoNews | Scoop.it

Université de Poitiers. «  Pour comprendre comment des gènes peuvent sauter entre différentes espèces, des chercheurs de l’institut de la recherche sur la biologie de l’insecte à Tours et du Laboratoire Ecologie et Biologie des Interactions à Poitiers ont réalisé une étude de génomique des populations sur un virus infectant des insectes. Ils ont montré que des gènes récemment échangés entre espèces éloignées de papillons étaient transmis par le virus en nombre infime au cours de chaque cycle infectieux. »


[...]


Référence :
Gilbert, C., A. Chateigner, L. Ernenwein, V. Barbe, A. Bézier, EA. Herniou & R. Cordaux. Population genomics supports baculoviruses as vectors of horizontal transfer of insect transposons. Nature Communications 5:3348 doi: 10.1038/ncomms4348 (2014).

Site web Nature Communications : http://www.nature.com/ncomms/index.html

Site web du Laboratoire Ecologie et Biologie des Interactions, UMR CNRS 7267, Université de Poitiers : http://ebi.labo.univ-poitiers.fr


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des nouvelles des insectes : « Made in USA »

Des nouvelles des insectes : « Made in USA » | EntomoNews | Scoop.it

Par Alain Fraval. Les Épingles entomologiques - OPIE-Insectes. « Made in USA »


« Nous avons parfois la visite de petites blattes des jardins et des bois du genre Ectobius : la Blatte laponne E. lapponicus, le Cafard pâle E. pallidus, la Blatte forestière ambrée E. vittiventris et E. lucidus (Blatt. Ectobiidés). Les États-uniens aussi, depuis quelques années, ces pestes peu gênantes ayant été importées d’Europe, leur aire d’origine avec l’Afrique - pensait-on sur la foi de fossiles de l’ambre de la Baltique datés de –44 millions d’années. »


« Jusqu’à la découverte de 4 espèces du genre, dont E. kohlsi, près de Rifle dans le Colorado, dans un terrain vieux de 49 millions d’années. Ectobius est donc considéré comme natif de l’Amérique du Nord et s’étant répandu et maintenu dans l’Ancien Monde. Avant d’être réintroduit tout récemment, il a disparu de son aire d’origine ; on ignore pourquoi. »


« Une histoire qui n’est pas sans rappeler celle (plus courte) d’Equus (cheval), genre né outre-Atlantique et éteint, réintroduit par les Espagnols 11 000 ans plus tard. »


« D’après notamment « Cockroach Reappears after 49 Million Year Hiatus », lu le 6 janvier 2014 à www.entsoc.org »


___________________________________________________________________

« The newly discovered species of Ectobius, specifically Ectobius kohlsi, are described in the January 2014 issue of Annals of the Entomological Society of America in an article called "Native Ectobius (Blattaria: Ectobiidae) From the Early Eocene Green River Formation of Colorado and Its Reintroduction to North America 49 Million Years Later." »


[Image via e! Science News "After a 49-million-year hiatus, a cockroach reappears in North America"] : « This is a 49-million-year-old Eocene Ectobius cockroach (Ectobius kohlsi) from Colorado. »


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Sir David Attenborough raconte l' « histoire oubliée » du naturaliste gallois Alfred Russel Wallace [en anglais]

Sir David Attenborough raconte l' « histoire oubliée » du naturaliste gallois Alfred Russel Wallace [en anglais] | EntomoNews | Scoop.it


On 7 November 2013, the Natural History Museum in London is unveiling a statue of the man who co-discovered the theory of evolution by natural selection.


Alfred Russel Wallace was a pioneering naturalist who discovered thousands of new species, published numerous books and conceived the most important theory in biology independently of Charles Darwin. But whilst Darwin has gone on to become a household name, Alfred Russel Wallace has largely remained in his shadow to this day.


[...]


via Twitter

Bernadette Cassel's insight:



The Natural History Museum



more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les abeilles ont connu une extinction massive lors de la disparition des dinosaures

Les abeilles ont connu une extinction massive lors de la disparition des dinosaures | EntomoNews | Scoop.it

Des chercheurs américains et australiens ont mené une étude génétique sur plusieurs groupes actuels d’abeilles. Celle-ci suggère que de nombreuses espèces de ces insectes ont disparu il y a 65 millions d'années, à la même époque que l’extinction massive des dinosaures.


[First Evidence for a Massive Extinction Event Affecting Bees Close to the K-T Boundary]


[Figure 1. Chronogram from the BEAST uncorrelated log normal relaxed clock analysis.

The outgroup, corbiculate apids, have been removed and the four Xylocopinae tribes are colour coded. The root node was set at 107Ceratina unimaculata (Ceratinini), Allodapula rozeni (Allodapini), Manuelia gayi (Manueliini) and Xylocopa sp. (Xylocopini).

doi:10.1371/journal.pone.0076683.g001]


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les arthropodes à grandes mains sont bien des ancêtres des araignées

Les arthropodes à grandes mains sont bien des ancêtres des araignées | EntomoNews | Scoop.it
Les arthropodes marins Megacheira seraient des chélicérates, si l’on en croit la reconstruction du système nerveux d’un Alalcomenaeus mort au Cambrien inférieur.
Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS :

→ Un système nerveux d'un demi-milliard d'années http://sco.lt/7yU8tV


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Étrange, la sauterelle verte naît parfois rose, jaune ou orange

Étrange, la sauterelle verte naît parfois rose, jaune ou orange | EntomoNews | Scoop.it


Certaines sortes de [sauterelles] sont peut-être mutantes. [Décrites pour la première fois dans les années 1870], les scuddéries à ailes oblongues pourraient avoir subi un changement génétique. Alors que leurs ancêtres étaient, semble-t-il, verts, un petit nombre d’individus arborent des couleurs vives, comme le jaune, l’orange et le rose vif.


Les généticiens ne connaissent pas avec certitude la cause de cette mutation. Les entomologistes ont longtemps pensé que ces couleurs étaient un symptôme d’érythrisme, une anomalie comparable à l’albinisme.


Des scientifiques de l’université de la préfecture d’Osaka, qui travaillent sur une espèce proche, penchent pour une cause génétique plutôt qu’environnementale. L’été dernier, des tests d’accouplement sur les scuddéries à ailes oblongues, réalisés à l’insectarium Audubon de La Nouvelle-Orléans, ont prolongé une étude menée au début du XXe siècle.


L’équipe actuelle est partie du postulat que le vert était un trait récessif – un bon camouflage qui rend les insectes de cette couleur les plus aptes à survivre. Arrivent en deuxième position les individus jaunes et orange, teintes provoquées par la dernière mue.


Les insectes roses sont les moins susceptibles de s’en sortir parce qu’ils ont cette couleur dès la naissance. Le rose est leur trait dominant, mais il en fait des proies faciles dès leur plus jeune âge.



[Amblycorypha oblongifolia, Orthoptera, Tettigoniidae]

Bernadette Cassel's insight:


→ In North American Katydids, Green isn’t the Dominant Colour, Pink is http://blogs.scientificamerican.com/running-ponies/2013/08/13/in-north-american-katydids-green-isnt-the-dominant-colour-pink-is/


more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from Science Actualités
Scoop.it!

Le big-bang du vivant décrypté

Le big-bang du vivant décrypté | EntomoNews | Scoop.it

 

Deux scientifiques britanniques viennent de publier un article récapitulant les probables causes de l'explosion du Cambrien, ce big-bang de l’évolution survenu il y a plus de 500 millions d'années, au cours duquel les espèces vivantes se sont brutalement complexifiées et diversifiées.

 


Via LeJournaldelaScience
Bernadette Cassel's insight:

 

→ Causes of the Cambrian Explosion

http://www.sciencemag.org/content/341/6152/1355

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Maintenir l’intolérance

Maintenir l’intolérance | EntomoNews | Scoop.it

 

En 2011, ce sont plus de  420 millions d’hectares de terres dans le Monde qui auront supporté une culture Bt, maïs ou cotonnier transgénique, exprimant une toxine de la bactérie Bacillus thuringiensis.

 

[...]

 

L’analyse de 77 travaux de suivi de l’évolution de la sensibilité de populations de ravageurs au champ, sur les 5 continents, vient d’être livrée. Sur 24 cas pris en compte, impliquant 13 espèces d’insectes déprédateurs et 6 variétés de Bt dans 8 pays, les auteurs en relèvent 5 où la moitié des individus de la population sont devenus tolérants à la toxine en 3 à 8 ans.

 

[...]

 

D’après entre autres « Five Insects Evolve Resistance to Engineered Seeds, Study Says » par Jack Kaskey. Lu le 10 juin 2013 à www.businessweek.com/news/
Article source : Insect resistance to Bt crops: lessons from the first billion acres. Nature Biotechnology 31 - doi:10.1038/nbt.2597


Bernadette Cassel's insight:

 

SUR ENTOMONEWS :

→ Plantes OGM : maintenant les insectes leur résistent http://sco.lt/8xqZG5

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'aversion des cafards au sucre : un exemple d'évolution rapide pour survivre

L'aversion des cafards au sucre : un exemple d'évolution rapide pour survivre | EntomoNews | Scoop.it

 

Des cafards, qui cohabitent avec l'humanité depuis des millénaires, ont développé en quelques années dans leurs gènes une aversion au sucre pour survivre dans la bataille qui les oppose aux humains, montre une recherche publiée jeudi.


Les exterminateurs ont commencé dans le milieu des années 1980 à utiliser du glucose, une forme de sucre, pour enrober les appâts empoisonnés et détruire ces insectes envahisseurs, source de maladies. Mais sept ou huit ans après le poison a cessé de faire effet. Les populations de cafards ont commencé à se multiplier rapidement, laissant les scientifiques pantois.


Jules Silverman, professeur d'entomologie à l'Université de Caroline du nord (sud-est) et co-auteur de l'étude publiée jeudi dans la revue Science, a découvert leur secret peu après.


Il a tout d'abord constaté que les cafards n'étaient pas devenus résistants aux insecticides, mais qu'ils refusaient tout simplement de manger des appâts contenant du glucose. Ce chercheur a également établi que cette aversion avait une cause génétique héréditaire transmise de générations en générations.

 

[...]

 

Bernadette Cassel's insight:

 

SUR INSECT ARCHIVE :

→ Évolution du goût : les cafards ne se laissent plus avoir par nos sucreries empoisonnées (vidéo) http://sco.lt/8A6flB

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des ailes non perdues mais juste masquées chez certains insectes

Des ailes non perdues mais juste masquées chez certains insectes | EntomoNews | Scoop.it

 

Les seuls appendices dorsaux connus des insectes modernes sont les ailes et leurs dérivés qui se trouvent uniquement sur le second et le troisième segment thoracique. Cependant, des excroissances ressemblant à des ailes existent sur d'autres segments parmi les fossiles connus d'insectes.

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ Insect Morphological Diversification Through the Modification of Wing Serial Homologs

http://www.sciencemag.org/content/early/2013/03/13/science.1234219

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La découverte d'insectes fossiles en Chine lève le voile sur une énigme paléontologique

La découverte d'insectes fossiles en Chine lève le voile sur une énigme paléontologique | EntomoNews | Scoop.it

 

Grâce à la découverte de nouveaux fossiles en Chine, une équipe internationale, dont le paléoentomologiste André Nel du laboratoire « Origine, Structure et Evolution de la Biodiversité » (Muséum national d'Histoire naturelle / CNRS), apporte de nouvelles informations sur les Strashilidae, un groupe d'insectes du Jurassique présent en Chine et en Russie. Ces fossiles ont permis de comprendre la morphologie originale de ces insectes mais aussi de lever le voile sur leur biologie et leur mode de vie, qui avaient fait l'objet de nombreuses spéculations jusqu'alors. Cette découverte est publiée le 21 février 2013 dans la revue Nature.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Une anémone de mer : les insecticides et les antidouleurs de demain

Une anémone de mer : les insecticides et les antidouleurs de demain | EntomoNews | Scoop.it

 

Des chercheurs du Laboratoire de Toxicologie de la KU Leuven ont découvert que le poison d'une anémone de mer était un insecticide plus puissant que le DDT et non-polluant.

[...]

"Nous avons été surpris : pourquoi une anémone de mer dispose-t-elle d'une arme puissante contre les insectes ? Les deux ne se rencontrent pratiquement jamais, cela semble totalement superflu d'un point de vue évolutif", explique Jan Tytgat.

[...]

"L'explication est peut-être la nécessité pour les anémones de se défendre contre les écrevisses et les crevettes, et de se nourrir de ces animaux. Selon l'évolution des espèces, ces crustacés sont étroitement apparentés aux insectes."

[...]

La découverte de ces poisons peut mener à l'élaboration de nouveaux insecticides non-toxiques pour l'environnement, indique le professeur Tytgat : "De nombreux insecticides actuels ne fonctionnement plus très bien car les insectes y sont devenus résistants. Ce n'est pas le cas du poison de l'anémone."

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ Zeeanemoon levert insecticiden en pijnstillers van morgen

http://nieuws.kuleuven.be/node/11558

 

more...
Danielle's comment, September 29, 2013 2:13 PM
tb