Fourmis : les conditions environnementales influencent les castes | EntomoNews | Scoop.it

 

Des chercheurs lausannois sont parvenus à démontrer que chez les fourmis, les conditions environnementales subies par la reine influencent la génération suivante. En plongeant la reine en hibernation artificielle, ils ont pu en manipuler la descendance.

 

C'est un des mystères du monde des insectes: on ignore encore comment des oeufs ayant le même patrimoine génétique peuvent produire des individus aussi différents qu'une reine fertile ou des ouvrières stériles. Jusqu'ici, on partait du principe que comme chez les abeilles, c'est la nourriture qui fait la différence.

 

L'équipe de Romain Libbrecht, de l'Université de Lausanne, vient de montrer que les conditions environnementales ont une influence. Ils ont constaté que les reines de la fourmi moissonneuse américaine Pogonomyrmex rugosus ne produisent de nouvelles reines que lorsqu'elles ont hiberné.

 

Pour ce faire, ils ont plongé des reines en hibernation artificielle et administré à d'autres une hormone simulant l'hibernation. La proportion de reines et d'ouvrières a ainsi pu être influencée artificiellement, écrivent les scientifiques dans la revue "Proceedings of the National Academy of Sciences" (PNAS).

 

L'hibernation stimule en effet chez la reine la production d'une hormone qui influence la réserve de nourriture placée dans les oeufs. Les oeufs riches en nourriture produisent des reines, les autres des ouvrières.

 

[...]