EntomoNews
173.4K views | +104 today
Follow
EntomoNews
Dernières nouvelles des insectes, collemboles, myriapodes et autres arthropodes...
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Recrutement réussi de fourmis moissonneuses

Recrutement réussi de fourmis moissonneuses | EntomoNews | Scoop.it

CNRS - Institut écologie et environnement - Actualités de l'institut. « Faire appel à des fourmis pour restaurer la végétation dégradée de la steppe de Crau. L’idée est originale et semblerait faire ses preuves. En effet, trois ans après avoir introduit des reines fondatrices dans les zones à réhabiliter, des chercheurs de l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale – IMBE (CNRS/Aix-Marseille Université/Université d’Avignon/IRD) observent les premières ouvrières se mettre au travail ! »    

      

[Image] « Après trois années de transplantation des reines fondatrices, les premières ouvrières ont commencé à constituer des greniers et dépotoirs contenant des graines dont les effets sur la distribution des espèces végétales sont maintenant attendus dans les toutes prochaines années © Adeline Bulot (UMR CNRS-IRD IMBE) » 

___________________________________________________________________

SUR LE MÊME SUJET :


→  Les fourmis moissonneuses au secours de la steppe de Crau - leJDD.fr    

     

Mission réussie pour les fourmis moissonneuses en plaine de Crau ! - SVT A L'AFFICHE - LeWebPédagogique    

      

Les fourmis moissonneuses redessinent la steppe de Crau - abonnés Le Monde             

               

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Ecologie du paysage : une contribution inédite à la lutte intégrée en Afrique

Ecologie du paysage : une contribution inédite à la lutte intégrée en Afrique | EntomoNews | Scoop.it

CIRAD. « Quels paysages réduisent la présence d'un papillon ravageur dans les champs de cotonniers au Bénin ? Réponse : ceux qui comportent des cultures de maïs. Ce résultat est le fruit de recherches inédites menées en Afrique de l’Ouest et faisant appel à l'écologie du paysage. Une approche innovante qui permet d'améliorer la lutte intégrée contre les ravageurs. »


« C'est la première fois que des recherches sur un ravageur prennent en compte l'écologie du paysage en Afrique. Elles concernent un papillon connu sous les noms de noctuelle de la tomate ou armigère (en latin Helicoverpa armigera). En Europe, en Asie ou en Afrique, il pond ses œufs sur plusieurs plantes cultivées (cotonnier, tomate et maïs principalement), les fleurs sont ensuite dévorées par les chenilles. Au Bénin, par exemple, les dégâts causés par l'insecte peuvent faire chuter les rendements des cotonniers jusqu’à 62 % ! »


« Ces recherches innovantes* ont été menées dans le cadre d'un doctorat** prochainement soutenu par Noelline Tsafack, et co-encadré par Philippe Menozzi, entomologiste au Cirad. »


[...]


« Pas simple d'étudier ce ravageur polyphage à l'échelle d'un paysage... La méthode classique d'abondance relative, mesurant le nombre d'individus par unité de surface, n'est pas pertinente sur des insectes aussi mobiles que des papillons. Pour connaître leurs déplacements, ce qui les attire et où ils vont pondre, les scientifiques ont eu recours à des marqueurs chimiques. Ils ont piégé des individus, puis analysé leurs ailes pour quantifier la proportion de deux isotopes stables de carbone. Cette proportion renseigne sur le type de photosynthèse, qui diffère selon les plantes avec lesquelles le papillon s'est nourri au stade larvaire, c'est-à-dire quand il était chenille. En particulier, le type de photosynthèse du maïs (C4) diffère de celui de la tomate et du coton (C3), ce qui permet, grâce aux marqueurs, de savoir si un papillon provient d'un champ de maïs ou non. Pour pousser plus loin l'analyse, Noelline Tsafack s'apprête à utiliser un second marqueur : le gossypol, une molécule spécifique du cotonnier. On la retrouve dans le corps des papillons quand, au stade chenille, ils se sont nourris de cotonniers. »


« Helicoverpa armigera étant un des ravageurs les plus répandus dans les zones tropicales et subtropicales, nul doute que ces innovations méthodologiques créeront un précédent en agronomie tropicale. »



* Tsafack N. et al. "Effects of landscape context and agricultural practices on the abundance of cotton bollworm Helicoverpa armigera in cotton fields: A case study in northern Benin". International Journal of Pest Management, octobre 2013, 59 (4) : 294-302

** Thèse dirigée par Avec Annie Ouin (Ecole nationale supérieure agronomique de Toulouse, unité mixte de recherche Dynafor), sur un financement MAE/FSP et Cirad.


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un nouveau centre dédié aux biotechnologies "jaunes"

Un nouveau centre dédié aux biotechnologies "jaunes" | EntomoNews | Scoop.it

Les Bulletins Electroniques des Ambassades de France. BE Allemagne. « Avec plus de 30 millions d'espèces connues, les insectes représentent un véritable "trésor pharmaceutique" dont il reste encore beaucoup à découvrir. Le développement de nouveaux produits basés sur les propriétés des insectes (biotechnologie "jaune") est récent, mais il est déjà internationalement reconnu comme un domaine innovant avec des perspectives de croissance considérables. En effet, la capacité des insectes à coloniser l'ensemble de la biosphère est le résultat d'une adaptabilité évolutive exceptionnelle. De nombreuses espèces d'insectes peuvent survivre dans des environnements extrêmes, et sont capables de métaboliser des substances à forte toxicité. La compréhension de leurs outils de synthèse moléculaire ouvre de nouvelles perspectives dans les domaines de la médecine (biotechnologie "rouge"), de la lutte antiparasitaire (biotechnologie "verte") et de la production industrielle (biotechnologie "blanche"). La recherche sur ces espèces doit également permettre le développement de modèles pour l'évaluation des risques éco-toxicologiques ou encore faciliter la production de nouveaux biocapteurs. »


[...]


Source :

LOEWE-Zentrum „Insektenbiotechnologie“ am Standort Gießen


Pour en savoir plus :

Site internet allemand dédié à la recherche en biotechnologie utilisant les insectes (en anglais): http://www.insekten-biotechnologie.de/en/start.html


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un mauvais camouflage entraîne de rapides changements écologiques dans une communauté d'insectes [en anglais]

Un mauvais camouflage entraîne de rapides changements écologiques dans une communauté d'insectes [en anglais] | EntomoNews | Scoop.it


Current Biology - Evolution of Camouflage Drives Rapid Ecological Change in an Insect Community


Highlights
  • Local maladaptation reduces population size in nature by attracting bird predators
  • Maladaptation increases the spatial scale of adaptation
  • Maladaptation reduces density and diversity of arthropods, and decreases herbivory


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les reines de la biosurveillance

Les reines de la biosurveillance | EntomoNews | Scoop.it

 

Entre 150 000 à 180 000 abeilles, soit trois colonies de 50 000 à 60 000 insectes, il n’en faut pas moins pour surveiller la qualité de l’air, de l’eau et des sols. Trois ruches, fournies par un apiculteur de Saujon, M. Duret, ont pris place dans la future zone d’activités du Gua, à proximité de celle du Fief des Justices, dans ce but. C’est la première fois qu’un tel dispositif voit le jour en Poitou-Charentes.

 

 

more...
No comment yet.
Rescooped by Bernadette Cassel from ECOLOGIE BIODIVERSITE PAYSAGE
Scoop.it!

Comment la biodiversité contrôle-t-elle les populations de ravageurs ?

Comment la biodiversité contrôle-t-elle les populations de ravageurs ? | EntomoNews | Scoop.it

 

Emily Martin, doctorante à l'Université de Bayreuth (Bavière), au sein de l'organisme TERRECO [1], mène actuellement une étude afin de mettre en évidence les liens existants entre : la structure des paysages, les habitats naturels, la biodiversité et l'écologie des ravageurs, et ce, dans le but d'identifier de nouveaux moyens de lutte anti-parasitaire.

 

Les premiers résultats de cette étude ont été publiés dans la revue scientifique PNAS [2].

Les travaux ont été menés en collaboration avec le professeur Ingolf Steffan-Dewenter de l'Université de Wurtzbourg (Bavière), et les professeurs Björn Reineking et Bumsuk Seo, tous deux de l'Université de Bayreuth (Bavière).

 

Source : bulletins-electroniques.com


Via agrodoc_ouest
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Expiscor, une sélection hebdomadaire, sur le blog Arthropod Ecology [anglais]

Expiscor, une sélection hebdomadaire, sur le blog Arthropod Ecology [anglais] | EntomoNews | Scoop.it

 

I am pleased to bring you the third edition of Expiscor – a weekly digest of discoveries and curiosities, from Arachnids, to natural history and beyond.  You can view previous postings here and here.

 

• I’ve been editing work from two of my Master’s students who will soon be graduating – both on Arctic spiders – here are a couple of great quotes from their work, about spiders: “There are a recognized 43,244 species and sub-species of spider worldwide,  46% of which are described based on only one sex” and “18% of total linyphiid species in the world found north of 60°”  WOW – clearly much work is needed in Arachnology, and we ought to work in the North for some families.

 

 

• More on spiders:

 

[...]

 

Bernadette Cassel's insight:

 

Troisième numéro de "Expiscor", une sélection hebdomadaire, sur le blog "Arthropod Ecology", des découvertes et curiosités, depuis les Arachnides jusqu'à l'histoire naturelle et plus.

 

Les deux premiers numéros (du 5 avril et du 29 mars) :

 

http://arthropodecology.com/2013/04/05/expiscor-5-april-2013/

http://arthropodecology.com/2013/03/29/expiscor-29-march-2013/

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Découvrez de surprenantes interactions vues à travers l’objectif des chercheurs

Découvrez de surprenantes interactions vues à travers l’objectif des chercheurs | EntomoNews | Scoop.it

 

Les vainqueurs du concours de photographies organisé par la revue BMC Ecology viennent d’être annoncés.

 

[...]

 

Les clichés en question ont été sélectionnés dans le cadre du concours organisé par la revue BMC Ecology. La compétition est ouverte exclusivement aux personnes affiliées à un institut de recherche et a été mise en place pour valoriser des images relatant des interactions écologiques, prises dans le cadre de travaux de recherche.

 

 

Bernadette Cassel's insight:

 

Image :

 

« Moritz Muschick remporte la première place avec son cliché représentant un phasme (Timema poppensis), camouflé par son hôte, un séquoia (Sequoia sempervirens). »

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les envahisseurs ailés sont de retour

Les envahisseurs ailés sont de retour | EntomoNews | Scoop.it
ENVIRONNEMENT - Les insectes exotiques font trembler palmiers et marronniers...


« Ils sont de retour avec les beaux jours: moustique tigre, charançon rouge, frelon asiatique ou mineuse du marronnier sortent de leur torpeur hivernale pour s’attaquer les uns aux ruches, les autres aux palmiers ou aux marronniers. Mais ces insectes venus des quatre coins du monde ne sont pas mus par de mauvaises intentions: ils profitent des déséquilibres écologiques provoqués par l’homme. » 


« "L’arrivée du moustique-tigre sur le pourtour méditerranéen coïnciderait avec les phases de démoustication, explique Arnaud Horellou, expert entomologiste pour le Service du patrimoine naturel au Muséum national d'Histoire naturelle. En réduisant la densité de moustiques autochtones, on a créé une brèche écologique qui lui a permis de s’installer."» 


« La présence d’arbres importés, comme le palmier, favorise aussi l’arrivée d’espèces  exotiques : "En métropole, le charançon rouge ravage uniquement les palmiers, qui sont des plantes ornementales exotiques. Il n’a donc aucun impact sur les écosystèmes locaux", précise l’entomologiste. Même phénomène pour le marronnier, importé en Europe au XVIIe siècle pour orner les avenues des villes, qui restait isolé de son écosystème naturel jusqu’à ce que la mineuse le rattrape. "Le fait d’amener des espèces exogènes créé un déséquilibre et une nouvelle niche écologique dans laquelle les insectes peuvent s’installer", poursuit Arnaud Horellou. »


[...] 


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Services écologiques : le nouvel élan humaniste des sciences environnementales ?

Services écologiques : le nouvel élan humaniste des sciences environnementales ? | EntomoNews | Scoop.it

BE Etats-Unis. Les Bulletins Electroniques des Ambassades de France. 

« Que vaut une forêt tropicale ? Combien rapporte une abeille sauvage ? Si ces questions paraissent d'abord naïves, elles occupent actuellement l'esprit d'un certain nombre de scientifiques et décideurs. Sacrilège, s'écrient certains, que de vouloir mettre un prix sur la Nature ! Il suffit de faire l'expérience d'une randonnée en forêt, d'un coucher de soleil sur l'océan, ou d'une dégustation de châtaignes ramassées dans un bois voisin pour comprendre que la Nature ne saurait être réduite à des chiffres sur un tableur Excel. Naïveté, répondent d'autres, de ne pas voir que les pressions actuelles dégradent rapidement les écosystèmes naturels, trop rapidement sans doute pour que les générations futures puissent en profiter. »


« Si le débat sur les services écologiques (ou écosystémiques) n'est pas simple, il parait intéressant de décrypter les positions des scientifiques et décideurs sur le sujet. »


[...]


more...
Christian Allié's curator insight, February 8, 2014 3:14 AM

.........."""""""""""""""............

 

[  ..............]

 

......... 

Le choix des valeurs, par essence subjectif, influence donc fortement les décisions et permettrait aux décideurs de modifier les critères afin d'aboutir "rationnellement" à n'importe quelle décision, y compris les moins respectueuses de l'environnement. Certains spécialistes de la conservation environnementale se montrent donc sceptiques et dénoncent un concept trop réducteur, abaissant l'extraordinaire richesse du monde naturel à des services pour les hommes. Qu'adviendra-t-il de cet insecte que nous estimons inutile à notre survie ? Et avons-nous la certitude qu'il ne participe pas, à son échelle, à l'équilibre naturel ?

Au vu de l'intérêt actuel pour les services écologiques, il semble crucial d'élucider ces questions et de clarifier le cadre opérationnel de cette approche. Comme pour toute science, l'expérimentation est nécessaire et elle passera par une multiplication de projets et une réelle coopération scientifique. Un passage obligé pour consolider ce qui apparaît comme une réelle opportunité de donner une voix à la préservation de l'environnement dans les politiques de développement territoriales et mondiales.


>> Suivant

<< Précédent



Partager cette page :

  

Version imprimable >>

Transmettre cette info par email >>

Recommander ce site à un collègue / ami >>



S'abonner au
BE Etats-Unis >>



FAQ / foire aux questions >>

Conditions d'utilisation >>

          

- [1] Millenium Ecosystem Assessment : http://www.maweb.org/en/index.aspx
- [2] The Nature Conservancy : http://www.nature.org/
- [3] Programme des Nations Unies pour l'Environnement: http://www.unep.org/french/
- [4] Scopus, recherches effectuées et résultats du 12/1/2014 : http://www.scopus.com/home.url
- [5] Laurens Y., Leménager T., Aoubid, S. (2011). Les Paiements pour Services Environnementaux: De la théorie à la mise en oeuvre, quelles perspectives dans les pays en développement ? Ed. A Savoir, AFD. Disponible sur : http://bit.ly/1dGGgsy
- [6] Natural Capital Project: http://www.naturalcapitalproject.org

Rescooped by Bernadette Cassel from Le flux d'Infogreen.lu
Scoop.it!

Comment se maintient la biodiversité en forêt tropicale primaire?

Comment se maintient la biodiversité en forêt tropicale primaire? | EntomoNews | Scoop.it

Humanité et Biodiversité. « L'hypothèse dite "Janzen-Connell" suggère que les espèces comme les insectes herbivores et les pathogènes fongiques maintiennent une forte diversité en élevant leur efficacité à l'encontre des espèces végétales tendant à développer leurs populations. En gros, plus une plante tend à devenir commune, plus elle est attaquée. »


[...]


« L'étude fournit un test global de l'hypothèse Janzen-Connell et démontre le rôle crucial que les insectes et les agents pathogènes du sol ont à la fois dans la structuration des communautés de plantes tropicales et dans le maintien de leur diversité. »


[L'étude] Pathogens and insect herbivores drive rainforest plant diversity and composition

 

[Article dans Nature] Plant killers protect rainforest diversity


Via algrappe, Frédéric Liégeois
Bernadette Cassel's insight:


http://www.nature.com/nature/journal/vaop/ncurrent/full/nature12911.html   

    

http://www.nature.com/news/plant-killers-protect-rainforest-diversity-1.14572  

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Ténébrion artistique…

Ténébrion artistique… | EntomoNews | Scoop.it

OPIE-Insectes. « …et écologique, selon Aagje Hoekstra, artiste hollandaise qui s’est lancée dans la fabrication d’un entomoplastique. Un matériau innovant qui lui sert – dans un premier temps – à fabriquer des lampes (petites) et des bijoux et qu’elle espère voir un jour remplacer les plastiques classiques tirés du pétrole, qui encombrent et polluent. »


[...]


The plastic made from BEETLES: Scientist invents material from insect shells that could cut waste thrown into landfill sites


[Tenebrio molitor, Coleoptera, Tenebrionidae]


more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'Europe s'organise contre les plantes et les animaux envahissants

L'Europe s'organise contre les plantes et les animaux envahissants | EntomoNews | Scoop.it
Le nombre d’espèces envahissantes – plantes, insectes et autres animaux – augmente en Europe de manière exponentielle avec l’accroissement des échanges.


Il a suffi d’une seule reine, sans doute importée de Chine en 2004 dans un pot de plante, pour que le frelon asiatique s’implante dans l’Hexagone. «Son front de colonisation est particulièrement rapide», note l’écologue Franck Courchamp (CNRS). En quelques années, l’insecte parti du sud-ouest de la France s’est déjà établi dans une vingtaine de départements et provoque de lourds dégâts sur les abeilles domestiques. Venue tout droit des États-Unis, la punaise américaine, ou Leptoglossus, s’en prend quant à elle aux conifères.


[...]



more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Pourquoi les espèces voisines ne mangent pas la même chose

Pourquoi les espèces voisines ne mangent pas la même chose | EntomoNews | Scoop.it

 

Les espèces voisines consomment moins souvent les mêmes ressources que les espèces plus distantes. En effet, c'est la compétition pour les ressources, et non leur apparentement qui détermine les sources de nourriture des espèces d'une communauté. Sous l'effet de cette compétition, les espèces proches se sont spécialisées sur des ressources alimentaires différentes. Telle est la conclusion d'une étude menée par des chercheurs du CNRS, du Muséum national d'Histoire naturelle (1) et de l'Université d'Exeter (Royaume-Uni). Ces travaux ont été obtenus en étudiant avec un niveau de détail hors du commun les interactions trophiques entre espèces au sein d'une prairie anglaise. Publiés le 20 juin 2013 dans la revue Current Biology, ils permettent de mieux appréhender l'évolution des communautés écologiques à l'heure où certaines sont bousculées par le changement climatique et l'arrivée d'espèces invasives.

 

[...]

 

Notes :

(1) Les chercheurs français travaillent au Laboratoire « Origine, structure et évolution de la biodiversité » (CNRS / MNHN) et au Laboratoire « Conservation des espèces, suivi et restauration des populations » (CNRS / MNHN).

 

Références :

Evolutionary history and ecological processes shape a local multilevel antagonistic network, Marianne Elias, Colin Fontaine, F. J. Frank van Veen, Current Biology, 20 juin 2013

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La biodiversité en Côte d’Ivoire, quelques résultats des chercheurs et scientifiques

La biodiversité en Côte d’Ivoire, quelques résultats des chercheurs et scientifiques | EntomoNews | Scoop.it

 

Rôle des Espaces non Brûlés comme Refuge pour la Biodiversité: cas des Insectes dans la Savane Humide de Lamto.

 

Le feu est un facteur écologique majeur dans la savane de Lamto où il est considéré comme la principale source de perturbation du milieu. Plusieurs études ont clairement montré son rôle dans la création de l’hétérogénéité spatiale de la végétation, comme l’indiquent les chercheurs Kanvaly Dosso, Souleymane Konaté, Tamia Akoua, Madeleine Kouakou, Aboubakar Dembélé, Daouda Aïdara et Karl Eduard Linsenmair.

 

Cependant, très peu de données se rapportent à ses effets sur la biodiversité de façon générale et sur les insectes en particulier. Nous avons alors entrepris une étude dans la savane de Lamto pour examiner les effets du feu sur le mouvement des insectes et la composition taxonomique de leur communauté (avant, pendant et après la mise à feu).

 

Différentes méthodes d’échantillonnage (pièges-fosses, pièges de Malaise et biocœnomètres) ont été adoptées pour capturer les insectes à l’intérieur de deux parcelles de savane (l’une brûlée et l’autre protégée contre le feu) ainsi que le long du pare-feu qui les séparait.

 

Comme résultat, on a noté des mouvements intenses des insectes bons voiliers vers la parcelle non brûlée. Quant aux insectes errant à la surface du sol, ils trouvent refuge dans les fines pellicules de sol et à l’intérieur des touffes d’herbes qui échappent aux flammes ; cette stratégie étant beaucoup utilisée par les individus de petite taille.

 

Les espaces non brûlés jouent un double rôle pour la conservation de la biodiversité ; d’abord en servant de refuges pour les insectes fuyant le feu et ensuite comme habitats sources pendant la recolonisation des espaces initialement brûlés devenus plus attractifs quelques semaines après le passage du feu.

 

En conclusion, on retient qu’une bonne gestion de la savane de Lamto requiert encore plus d’études approfondies sur les interactions entre la biodiversité et le feu qui la parcourt chaque année.

 

 

Bernadette Cassel's insight:

 

→ La Station d'Ecologie de LAMTO > Bibliographie > Films autour de Lamto http://lamto.free.fr/index.html

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

[Recherche] Le Nez en l'Air : Introduction à l'olfaction chez les insectes

[Recherche] Le Nez en l'Air : Introduction à l'olfaction chez les insectes | EntomoNews | Scoop.it

 

« D’après le Genoscope, qui a lancé un programme de séquençage sur plusieurs modèles d’étude de cette famille d’insecte, les noctuelles (papillons nocturnes phytophages) représentent à elles seules quotidiennement un-sixième des pertes agricoles mondiales !

 

[...]

 

Alors que chez les noctuelles, le stade responsable des dégâts dans la culture est le stade larvaire dit « ravageur », la majorité des travaux scientifiques étudient les noctuelles adultes. De même, alors que les données moléculaires sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus poussées, les données de terrains sont, elles, de plus en plus délaissées. Il devient compliqué de trouver des études écologiques récentes réintégrant ces ravageurs dans leur environnement et certaines questions sur l’écologie de ces insectes demeurent sans réponse. Se reproduisent-ils à proximité de leurs plantes hôtes ? Trouve-t-on les larves et les adultes au même endroit et au même moment ? Ce manque de données essentielles est un frein certain à la compréhension des relations entre génétique et écologie. Comment sans elles, associer un, ou des gènes, à un comportement précis de l’insecte qui pose problème, comme par exemple la recherche de nourriture et sa modulation par la prise alimentaire ou le cycle circadien ? A vue de nez, il est donc fort probable que l’étude de l’olfaction sur modèle insecte ait encore de belles années de polémiques et de découvertes devant elle…»

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'éclairage public change la composition des communautés d'invertébrés

L'éclairage public change la composition des communautés d'invertébrés | EntomoNews | Scoop.it

« [...] Cinq types d'invertébrés étaient beaucoup plus nombreux dans les zones éclairées par les réverbères : les faucheux (Opiliones, arachnides cousins des araignées), les fourmis, les carabes, les cloportes et les amphipodes. Et cette sur-représentation était notable de jour comme de nuit pour trois d'entre eux (faucheux, fourmis et carabes).

 

Plus généralement, par comparaison aux zones situées à l'écart de l'éclairage public, celles situées sous les lampadaires contenaient bien plus d'individus appartenant à deux groupes de carnivores : les prédateurs et les charognards.

 

Ce déséquilibre au sein des espèces d'invertébrés pourrait faire boule de neige et, par le biais de la chaîne alimentaire par exemple, risquerait d'altérer l'ensemble d'un écosystème, s'inquiètent les auteurs, qui appellent à faire d'autres recherches sur la question. »

 

via @physorg_biology Light pollution transforming insect communities http://phys.org/news/2012-05-pollution-insect.html

 

Article source : http://rsbl.royalsocietypublishing.org/content/early/2012/05/15/rsbl.2012.0216.abstract

 

Falmouth. Photo by Kevin Murphy.

more...
No comment yet.