Enseigner l'Histo...
Follow
Find tag "chronologie"
25.7K views | +29 today
Enseigner l'Histoire-Géographie
Liens collectés, nouveautés et actualités de l'enseignement de l'Histoire-Géographie
Curated by alozach
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by alozach
Scoop.it!

Première Guerre mondiale : chronologie interactive | Site intéressant conçu par l'AFP

Première Guerre mondiale : chronologie interactive | Site intéressant conçu par l'AFP | Enseigner l'Histoire-Géographie | Scoop.it
alozach's insight:

un site intéressant à utiliser comme ressource avec les élèves. Une approche chronologique et thématique.

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Jacques Le Goff : Faut-il découper « l’histoire en tranches » ? | Mediapart

Jacques Le Goff : Faut-il découper « l’histoire en tranches » ? | Mediapart | Enseigner l'Histoire-Géographie | Scoop.it
alozach's insight:

Extraits de l'interview de l'historien à propos de la parution de son nouveau livre

 

Oui, il faut découper l’histoire en tranches, mais ce travail de découpage n’est pas évident et doit être repensé. Depuis maintenant près d’un demi-siècle, à la suite notamment de l’historien Fernand Braudel, on sait qu’il faut étudier et expliquer l’histoire dans la longue durée, ce qui semble aller contre l’habitude de la découper en tranches. Un problème majeur de la périodisation historique est de mettre l’accent sur les ruptures, davantage que sur les continuités, alors que les premières sont, en fin de compte, rares.

Cette recherche de la longue durée n’est pourtant pas incompatible avec la nécessité de distinguer des périodes dans l’évolution de l’histoire. L’histoire se situe dans le temps. Le temps est même la matière de l’histoire. Le problème, pour l’historien, est de combiner cet intérêt pour la longue durée avec la reconnaissance d’un certain nombre de mutations qui aboutissent à de nouveaux visages de l’histoire. L’histoire aujourd’hui n’a pas le même visage que l’histoire de l’Antiquité.

Le développement d’une histoire connectée, mondialisée, soucieuse d’un récit historique à parts égales entre l’Europe et le reste du monde, brouille la périodisation de l’histoire issue d’un récit occidental. Faut-il alors en abandonner les grandes scansions pour ne pas reproduire le« vol de l’histoire » dénoncé par l’anthropologue Jack Goody ? L’opposition canonique entre antiquité et modernité a-t-elle, par exemple, un sens cohérent pour l’ensemble de la planète ?

Il est toujours nécessaire de combiner le temps avec l’espace. Même s’il n’y a plus de blancs sur les cartes du monde, il existe encore des types différents de civilisation, qui échangent et interagissent, mais ne se confondent pas. Du fait de la mondialisation des cultures et du décentrement de l’Occident, le principe de la périodisation en histoire est aujourd’hui mis en cause. La périodisation demeure cependant un instrument nécessaire à l’historien, mais elle doit être employée avec plus de souplesse qu’elle ne l’a été depuis qu’on a commencé à périodiser l’histoire, à une époque où l’Occident dominait le monde.

Quant aux notions d’antiquité et de modernité, elles ont joué un grand rôle dans l’histoire, mais sont complexes. « Moderne » a longtemps signifié simplement « récent », entendu comme une question de fait, et non de valeur, alors que désormais la modernisation est devenue quasiment synonyme de progrès. Quant à l’idée d’une Antiquité constituant une période à part de l’histoire, elle ne s’est imposée que tardivement en Europe, à partir du XVIe siècle.

De toute façon, l’idée de périodiser l’histoire est corollaire de la transformation de ce qui était avant tout un récit littéraire en matière que l’on enseigne et que l’on transmet, à travers l’école et les Universités, qui ne se développent en Europe qu’à partir de la fin du XIIe siècle.

 

La principale périodisation que vous cherchez à redéfinir est celle qui oppose le Moyen Âge et la Renaissance, comme si le Moyen Âge n’était qu’une parenthèse reliant l’Antiquité à la modernité. Faut-il alors supprimer le terme même de Renaissance ?

Pétrarque

La notion même de Moyen Âge a été inventée au XIVe siècle, par Pétrarque. Le Moyen Âge a connu plusieurs renaissances : la renaissance carolingienne, celle du XIIesiècle... Je considère que ce qu’on appelle habituellement la Renaissance, avec une majuscule, n’est en réalité que l’une de ces renaissances à l’intérieur d’un long Moyen Âge, qui ne se termine pas, comme on le croit traditionnellement, au XVesiècle, mais plutôt à un moment que je situe vers le milieu du XVIIIe siècle, où se situe un véritable changement de période.

Dans le domaine économique, c’est au milieu XVIIIe siècle, et pas avant, que se produit le changement profond qu’est la fin d’une économie essentiellement rurale, scandée par des famines qui se terminent alors partout en Europe si on met à part la Russie, et le développement de l'industrie avec l’invention de la machine à vapeur.

D’un point de vue intellectuel, l’Europe a été longtemps dominée par la religion chrétienne et je ne pense pas qu’il faille accorder une aussi grande importance que certains le font à la Réforme du XVIe siècle. L’apparition des protestants ne constitue pas le passage d’une période à une autre. Le christianisme reste présent, même s’il l’est désormais sous deux formes. Au contraire, au milieu du XVIIIe siècle, la lente laïcisation des sociétés éclate avec la parution en 1753 de l’Encyclopédie.

Enfin, dans le domaine politique et social, la Révolution française met fin à un monde politique dominé par la monarchie et initie des progrès démocratiques, plus ou moins lents selon les régions. Si on considère la genèse de l’État moderne, c’est là que se situe la rupture, et non pas entre le Moyen Âge et la Renaissance, puisqu’il existe un long développement sans rupture fondamentale du VIIe au milieu du XVIIe siècle.

Mais je ne pense pas qu’il faille supprimer le mot de renaissance, parce qu’elle porte une référence importante à l’Antiquité en termes de valeur. L’Antiquité ne représente pas seulement le passé, mais la formation de dimensions qui, plus tard, conquerront le monde : République, Démocratie, École, Philosophie…

 

(à lire en intégralité sur médiapart)

more...
No comment yet.
Rescooped by alozach from Socle commun et compétences
Scoop.it!

Les collégiens, cancres en histoire-géo? Les nouveaux programmes sont-ils en cause ?

Les collégiens, cancres en histoire-géo? Les nouveaux programmes sont-ils en cause ? | Enseigner l'Histoire-Géographie | Scoop.it
Le niveau des élèves de fin de collège en histoire-géographie s'est dégradé en six ans, en particulier dans les établissements les plus défavorisés, selon une étude du ministère de l'Education nationale publiée mercredi.
more...
alozach's curator insight, August 19, 2013 2:11 AM

Certes, les programmes sont lourds et ne permettent pas assez d'exercer les élèves à la réflexion. 

Mais qu'entend-on ici de la part de nos collègues de l'APHG ? Une remise en cause des nouveaux programmes d'histoire-géographie qui entraînent des confusions chronologiques... Je réagis à cette analyse :

 

* la note d'étude de la DEPP présentant le rapport CEDRE porte sur des tests réalisés sur des élèves en 2012, soit sur des élèves qui n'ont pas connu les nouveaux programmes. D'ailleurs ce fait est précisé d'emblée dans la note.

* les anciens programmes menaient aussi à des chevauchements chronologiques. Ce phénomène n'est pas nouveau. 

* La mesure des acquis en Histoire-Géographie par Cèdre est beaucoup moins axée sur la restitution brute des connaissances (comme au DNB), et plus sur les pratiques et les compétences. 

 

Bref, l'APHG s'est servi de ce rapport pour critiquer les nouveaux programmes. Pas de chance ce n'était pas exactement le sujet.

alozach's comment, August 19, 2013 2:14 AM
Le premier titre inutilement provocateur que j'avais donné à ce lien commenté a heurté mes collègues de l'APHG qui m'en ont fait part. Je modifie donc le titre et leur présente mes excuses, tout en maintenant le texte qui répond à leur analyse.
Scooped by alozach
Scoop.it!

Histoire : programmes chronologiques ou thématiques ? Des didacticiens font le point.

Au sein de ce dossier critique, il nous fallait le point de vue de didacticiens sur ces programmes dont on peut affirmer sans caricature qu’ils posent de redoutables problèmes pédagogiques. Or, Yannick Mével et Nicole Tutiaux-Guillon viennent de publier un ouvrage précieux par sa finesse et son ambition, dans lequel ils proposent une stimulante réflexion systémique sur l’enseignement de l’histoire-géographie.
alozach's insight:

Deux extraits de ce riche entretien :

 

Yannick Mével et Nicole Tutiaux-Guillon, « Les choix didactiques sont des choix politiques », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 122 | 2014, 101-108.

 

"Travailler en histoire, dans une approche didactique renouvelée, vise alors l’appropriation des problèmes par les élèves : il ne s’agit plus pour l’enseignant d’apporter par le document la preuve d’une vérité du passé à comprendre et à retenir, mais d’engager un questionnement sur le monde et sur les discours sur le passé."

 

"Aider chacun à comprendre que les apprentissages en histoire ne sont pas dans la juxtaposition de faits et d’exercices ou dans le « faites-moi plaisir », mais dans la construction d’une intelligibilité du passé ne donnerait-il pas aux élèves plus de chances de réussir ? Notre ouvrage essaie, pour ce qui est de l’enseignement de l’histoire-géographie, de montrer que c’est accessible. Les orientations affichées dans les programmes – mais parfois aussi déjà dans les précédents ! – le permettraient, sous réserve que les conceptions de l’apprentissage et de ce qui permet la réussite scolaire et sociale ne reprennent pas des lieux communs séculaires. Changeons de regard sur les élèves, avant de penser les contenus"

more...
No comment yet.
Scooped by alozach
Scoop.it!

ChronoZoom : frise interactive des temps géologiques et historiques (en Anglais)

alozach's insight:

Pas forcément d'un abord simple pour des élèves. Pour aborder les périodes historiques, cliquez sur humanity : le zoom est impressionnant et permet de mettre en rapport la courte échelle de l'histoire des hommes face à celle de la terre et du cosmos.

Des dossiers intéressants mêlent des représentations et des textes, comme par exemple celui de la première "globalization" à partir du 15è siècle, autour du commerce et de la circulation de l'argent (métal)

more...
pernet's curator insight, December 29, 2013 3:32 AM

On se sent petit...

Scooped by alozach
Scoop.it!

Les rythmes scolaires contre l’histoire de France - nouvelle chronique de Bernard Girard

Les rythmes scolaires contre l’histoire de France - nouvelle chronique de Bernard Girard | Enseigner l'Histoire-Géographie | Scoop.it
Réforme des rythmes scolaires ? Ou plutôt tempête dans un verre d’eau ?
alozach's insight:

Des programmes d'histoire insoutenables et insensés dès le primaire ? C'est la thèse, que nous partageons, de Bernard Girard.

 

La refondation de l'école de la république ne peut dissocier les questions de rythme du contenu des programmes. Plus avant, cette refonte des programmes doit plus que jamais articuler les apprentissages de l'école primaire à ceux du collège.

more...
No comment yet.