"On ne peut pas dire à la fois qu’on veut 50 % d’une classe d’âge diplômé de l’ ESR et laisser les orientations vers les séries générales stagner. Il y a là un problème de tectonique des plaques entre le lycée et le cycle licence", estime Alain Boissinot, président du Conseil supérieur des programmes, lors d’une journée d’échange sur la réussite en licence organisée par les Scuio-IPd’Île-de-France, mardi 3 juin 2014 à l'université Paris Sud. Il constate aussi un "hiatus" entre la culture scolaire et celle de l'enseignement supérieur sur la question de la spécialisation et se dit "troublé par la manière dont la problématique autour de la poursuite d’études des bacheliers professionnels s’est imposée". Enfin, il s’interroge sur l’avenir de la filière technologique, qui n’est plus "une véritable alternative à la filière générale" en lycée. (...) - AEF, par Aurore Abdoul-Maninroudine - Le mardi 3 juin 2014 - dépêche n°481756