Elections annulées pour "non-respect du calendrier électoral", et "dipositions réglementaires contraires au principe d’égalité", au détriment des plus grands établissements, c’est-à-dire des universités.

Le tribunal n’a pas fait "droit à la demande de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche de moduler dans le temps les effets de cette annulation." (...) - Sauvons l'Université !, 01/01/2013