« La CGT considère depuis longtemps que les pouvoirs publics doivent encourager et faciliter les coopérations entre laboratoires publics et PME. Cependant, nous pensons que cela ne doit pas se faire au détriment du financement de la recherche non finalisée. » C'est ce que déclare le SNTRS-CGT mercredi 3 avril 2013, à propos des « labcom », les laboratoires communs à la recherche publique et aux PME-ETI annoncés en novembre 2012 par Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, et dont la mise en oeuvre est lancée depuis la publication d'un appel à projets par l'ANR (Agence nationale de la recherche), à la mi-mars. Pour le syndicat, ces labcom sont « une structure de plus au détriment du financement de la recherche fondamentale » : « Les 30 millions [d'euros] de cette opération seront ponctionnés sur les crédits de l'ANR, ce qui limitera d'autant le transfert des crédits de [l'agence] vers les organismes », souligne-t-il. (...) - AEF, par René-Luc Bénichou, 03/04/2013