Le défaut de consultation du CTMESR sur le projet de loi relatif à l’enseignement supérieur et à la recherche a eu, entre autres défauts déjà signalés, celui d’empêcher les représentants des chercheurs, qui n’ont de sièges réservés qu’au CTMESR, de s’exprimer directement. Le SNCS-FSU considère, avec sa fédération et pour toutes les raisons globales qu’elle a déjà exprimées, avec d’autres, que la meilleure chose à faire serait de remettre entièrement le projet de loi en chantier [1] Le CTMESR demande l’ouverture de réelles négociations à la hauteur des enjeux et dénonce la procédure d’urgence pour débattre du projet à l’Assemblée nationale. Le CTMESR dénonce le fait de ne pas avoir été consulté sur le projet de loi. » Motion votée lors de la séance du 23 avril 2013 par 7 voix pour, 0 contre et 5 abstentions.). Le SNCS-FSU souhaite néanmoins souligner les défauts particulièrement graves que comporte le projet de loi en ce qui concerne la recherche. C’est pourquoi le SNCS-FSU a récemment adressé aux parlementaires, à défaut de saisine du CTMESR, des demandes d’amendements. Ces demandes portent sur deux sujets qui tiennent particulièrement à cœur des chercheurs : l’évaluation de la recherche et l’existence des organismes de recherche nationaux. (...) - via Sauvons La Recherche, 24/04/2013