Energie
35 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

En Syrie, le régime, la Russie et l’Etat islamique unis pour exploiter un champ de gaz

En Syrie, le régime, la Russie et l’Etat islamique unis pour exploiter un champ de gaz | Energie | Scoop.it
Le complexe gazier de Twinan, dans l’est du pays, a fait l’objet d’un accord entre régime et djihadistes. Avec l’aide technique d’une société russe.
more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

Baisse de la production de pétrole : qu’est-ce que l’OPEP ?

Baisse de la production de pétrole : qu’est-ce que l’OPEP ? | Energie | Scoop.it
L’Organisation des pays exportateurs de pétrole a décidé de diminuer de 2 % sa production, ce qui pourrait faire monter le prix du baril.
more...
No comment yet.
Rescooped by Ariane De Coster from Climat et environnement
Scoop.it!

Carte : Menace noire sur la Grande Barrière de corail (Le Monde)

Carte : Menace noire sur la Grande Barrière de corail (Le Monde) | Energie | Scoop.it

Source : http://www.lemonde.fr/cop21/visuel/2015/12/09/climat-cinq-cartes-pour-comprendre-les-enjeux-geopolitiques_4827788_4527432.html#/corail


Via Bénédicte TRATNJEK, Planete Vivante
more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

Quel est le « juste prix » du pétrole ?

Quel est le « juste prix » du pétrole ? | Energie | Scoop.it
C’est celui qui permet d’assurer la rentabilité des investissements de production sans tuer la demande de pétrole.
more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

L’ère du pétrole pas cher ne fait que commencer

L’ère du pétrole pas cher ne fait que commencer | Energie | Scoop.it
n chiffre symbolique s’est inscrit sur les panneaux de nombreuses stations-service durant la semaine de Noël. Le gazole, carburant le plus vendu en France avec environ 80 % des volumes écoulés, valait en moyenne 99,35 centimes d’euros le litre contre 1,0018 euro la semaine précédente, d’après les relevés du ministère de l’écologie publiés lundi 28 décembre. Le diesel n’avait plus atteint ce niveau depuis juillet 2009. Ce passage sous la barre symbolique de 1 euro est la traduction concrète de la chute des cours du pétrole, tombés sous les 37 dollars le baril à Londres (Brent) comme à New York (WTI). Un niveau inconnu depuis fin 2008 en pleine crise financière post-Lehman Brothers. Il devrait se maintenir une bonne partie de l’année à venir en raison d’un excès d’offre sur le marché, préviennent de nombreux experts du pétrole.

Un déséquilibre offre-demande persistant
La décision de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le 4 décembre, de ne plus fixer de plafond de production n’a fait qu’accélérer la chute des cours constatée depuis l’été. Son prix ne se rapprochera pas des 100 dollars (96 dollars en prix constant) avant… 2040, après une étape à 70 dollars en 2020, indique le cartel dans son étude annuelle, publiée le 23 décembre. Même s’il s’agit « d’hypothèses de travail », prévient-il, elles indiquent que les prix resteront modérés durant de longues années. Pour preuve, l’Arabie saoudite a tablé, pour la construction de son projet de budget 2016, dévoilé lundi, sur un cours du baril à 26 dollars.

Lire aussi : Pétrole : l’OPEP laisse les vannes ouvertes

La surproduction d’or noir reste importante alors qu’une vigoureuse reprise de la demande mondiale n’est pas à l’ordre du jour. Si l’on attend une baisse de la production de pétrole de schiste américain en 2016, d’autres barils alimenteront le marché : les projets lancés par les grandes compagnies ces dernières années, le brut iranien après la levée des sanctions internationales contre son programme nucléaire, un surcroît attendu de pétrole libyen et l’or noir saoudien, sur lequel Ryad consent des rabais pour prendre des parts de marché à ses concurrents. Quant à l’exportation du brut américain, qui vient d’être autorisée par le Congrès, elle risque également d’exercer une pression à la baisse des prix.

Lire aussi : Les Etats-Unis vont de nouveau pouvoir exporter du pétrole

« L’impact de cette baisse sur les différents acteurs de l’économie française (ménages, entreprises, administrations publiques) sera loin d’être négligeable en 2015 », indiquait l’institut de conjoncture Coe-Rexecode dès septembre, alors que le baril était à 45 dollars. Il va être plus sensible encore. Le recul du prix du pétrole a permis de « réinjecter près de 20 milliards d’euros dans l’économie française : 10 milliards pour les ménages et 10 milliards pour les entreprises », souligne Mathieu Plane, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

Du pouvoir d’achat pour les ménages
Après un recul entre 2011 et 2014, le pouvoir d’achat par unité de consommation s’est un peu redressé en 2015, où l’inflation a été nulle. Ce redressement devrait se poursuivre. La baisse du prix du pétrole – elle se répercute sur celui du gaz – réduit l’inflation et soutient le pouvoir d’achat des ménages, qui réinjectent une bonne part des économies réalisées dans d’autres produits de consommation. La baisse à la pompe aurait été plus forte sans les taxes, qui seront relevées le 1er janvier 2016 : +3,5 centimes par litre de gazole et +2 centimes par litre de SP95.

Un espoir pour les marges des entreprises
Globalement, toutes les sociétés grosses consommatrices d’hydrocarbures vont en profiter. Mais toutes ne sont pas logées à la même enseigne. Les compagnies aériennes, dont le kérosène représente le premier poste de dépenses, devant la masse salariale, en tirent un profit maximal si elles ont bien géré leur couverture carburant (achats à terme sur la base d’un cours donné). Toutefois, la faiblesse de l’euro par rapport au dollar réduit l’avantage, sans le supprimer, pour une compagnie comme Air France-KLM. Pour les transporteurs routiers, c’est aussi une aubaine. Mais ils n’empochent par tous les gains puisque beaucoup se sont engagés à répercuter en partie la baisse du carburant sur le coût des livraisons.

Les secteurs très énergivores, comme la pétrochimie, la chimie et l’agriculture en profitent aussi. Il n’en va pas de même pour certains de leurs clients, comme la plasturgie. « Entre l’extraction de pétrole et la vente d’une pièce plastique, il existe toute une chaîne de valeur, prévenait dès 2014 Florence Poivey, présidente de la fédération du secteur. Notre “baromètre des matières plastiques” indique que les acteurs en amont de notre industrie captent l’essentiel de la baisse du brut et ne la répercutent que très partiellement, en la décalant dans le temps, contrairement aux hausses. »

Que font les entreprises de cette salutaire bouffée d’oxygène ? Elles peuvent réduire leurs prix de vente et redistribuer ce gain aux consommateurs ou l’utiliser pour reconstituer leurs marges. C’est ce scénario qu’elles ont privilégié, comme en témoigne la remontée de leur taux de marge entre juillet 2014 et juin 2015. Après un point bas à 29 %, il est remonté à 31,2 % de la valeur ajoutée, selon l’Insee, la baisse du pétrole et celle des charges (CICE…) comptant chacune pour moitié. Dans le premier cas, on dope aussitôt la croissance ; dans le second, on favorise l’investissement et donc le moyen terme.

Une incertitude pour les finances publiques
Il est indéniable que cela va réduire la facture des importations d’énergie. Elles représentaient 3 % du produit intérieur brut (PIB) de la France en 2014, dont les deux-tiers pour le pétrole. Depuis 2014, l’énergie contribue à la lente réduction du déficit commercial (53,8 milliards d’euros en 2014). Mais une inflation nulle va aussi réduire de plus de 5 milliards les recettes fiscales (assises sur la valeur des produits), surtout celles de la TVA et dans une moindre mesure de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). Mais si des prix de l’énergie bas dopent la croissance, le budget de l’Etat en profitera largement grâce à de meilleures rentrées (TVA, CSG, impôts sur le revenu et les sociétés…).

Un coup dur pour la filière pétrolière
En France comme à l’étranger, le secteur traverse une crise sans précédent, plus dure que celle qu’il avait connue après le contre-choc pétrolier du milieu des années 1980. Si un géant comme Total résiste (10 dollars de moins le baril, ce sont 2 milliards de moins entrant dans les caisses) en réduisant drastiquement ses investissements, toutes les sociétés de services parapétroliers (Technip, CGG) ou d’équipements (Vallourec) subissent de plein fouet la chute des cours : plans d’économies avec suppressions d’emplois, report de projets, cessions d’actifs, recapitalisation… Dans le monde, le secteur pétrolier a réduit ses effectifs de plus de 250 000 personnes en 2015. Et 2016 s’annonce pire que 2015.

Lire aussi : Le prix du baril remontera à 80 dollars… en 2020, selon l’AIE

Jean-Michel Bezat
Journaliste au Monde
more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

La baisse record du prix des carburants en trois chiffres

La baisse record du prix des carburants en trois chiffres | Energie | Scoop.it
Le prix du gazole est au plus bas depuis mi-2009. Celui des autres carburants continue aussi de chuter. Malgré la hausse de taxation au 1er janvier, les automobilistes devraient rester gagnants.
more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

Cartes & graphiques sur les énergies : chiffres clés 2014

Cartes & graphiques sur les énergies : chiffres clés 2014 | Energie | Scoop.it

69 cartes et ces 39 graphiques qui présentent les dernières données mondiales publiées concernant la consommation, la production et les ressources disponibles des principales énergies primaires (CHARBON, PETROLE,...

more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

Xerfi Canal, Le graphique Xerfi : Les mécanismes de la baisse du cours du pétrole - YouTube

Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal : http://www.xerficanal.com/ Pourquoi les prix du pétrole sont tombés aussi bas aussi vite alors que les meilleurs exp...
more...
No comment yet.
Rescooped by Ariane De Coster from Histoire de la Fin de la Croissance
Scoop.it!

DOSSIER: Le projet de pipeline Israëlien et l'annexion du plateau du Golan

DOSSIER: Le projet de pipeline Israëlien et l'annexion du plateau du Golan | Energie | Scoop.it

4 articles - pipeline - pétrole dans le Golan- Syrie


20 novembre 2015 - Israël demande la reconnaissance de l’annexion du Golan suite à la découverte de pétrole

Netanyahou sonde Obama quant à la reconnaissance de l'annexion du territoire syrien suite à un test de forage promettant l'indépendance énergétique d’Israël

NAZARETH, Israël – Cette semaine, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a profité de sa première réunion privée avec Barack Obama depuis treize mois pour évoquer la possibilité de morceler la Syrie.

Selon des représentants israéliens, Benjamin Netanyahou a déclaré que Washington devait donner sa bénédiction à posteriori pour l'annexion illégale par Israël du plateau du Golan, ravi à la Syrie durant la guerre de 1967.

Des sources proches des discussions ont indiqué à Haaretz que Benjamin Netanyahou avait prétendu que la Syrie n'était plus un État opérationnel, ce qui permettait de « voir les choses différemment ». Depuis 2011, le gouvernement de Bachar al-Assad fait face à des factions rebelles parmi lesquelles figurent des groupes affiliés à al-Qaïda et l'État islamique (EI).

http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/isra-l-demande-la-reconnaissance-de-l-annexion-du-golan-suite-la-d-couverte-de-p-trole

7octobre 2015 - Israël: une importante quantité de pétrole trouvée dans le Golan


http://www.i24news.tv/fr/actu/international/moyen-orient/88184-151007-israel-une-importante-quantite-de-petrole-trouvee-dans-le-golan

28 janvier 2015 - Comment les rebelles islamistes aident Israël à s’emparer du pétrole syrien


http://www.middleeasteye.net/fr/opinions/comment-les-rebelles-islamistes-aident-isra-l-s-emparer-du-p-trole-syrien-1814868945

20 novembre 2014 - Israël a proposé que les états Européens investissent dans un pipeline de plusieurs milliards d'euros pour amener le gaz naturel sur le continent, tout en précisant que l'approvisionnement d'Israel réduirait la dépendance actuelle au gaz naturel de Russie.


http://sco.lt/95Dt4r

Une proposition pour un projet massif a été présenté par le ministre israélien de l'énergie Silvan Shalom aux ministres de l'énergie des pays de l'Euro-Méditerranée qui se réunissaient à Rome en début de semaine, rapporte jeudi la c haine « Israel’s Channel 2 »

Il a déclaré que le projet nécessiterait un investissement de l'Europe de plusieurs milliards pour construire un pipeline qui irait des côtes méditerranéennes d'Israël à Chypre, d'où le gaz serait ensuite envoyé vers la Grèce et l'Italie.

Le rapport de la télévision dit que Chypre, la Grèce et l'Italie étaient tous favorables à l'idée, et qu'Israël ferait une présentation officielle du projet aux représentants européens à Bruxelles dans un délai de trois semaines.

http://sco.lt/95Dt4r


Histoire de la fin de la croissance


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Rescooped by Ariane De Coster from Quoi de neuf sur le Web en Histoire Géographie ?
Scoop.it!

L’oléoduc Keystone XL : étude de cas sur énergie et environnement en Amérique du Nord - Géoconfluences

L’oléoduc Keystone XL : étude de cas sur énergie et environnement en Amérique du Nord - Géoconfluences | Energie | Scoop.it

Barack Obama a finalement dit non. Sept ans après le lancement du Keystone XL, le président américain a décidé d’interdire la construction de l’oléoduc qui devait permettre d’acheminer chaque semaine des millions de barils de pétrole extraits des sables bitumineux du Canada vers les raffineries américaines du golfe du Mexique. A trois semaines de l’ouverture de la conférence de Paris sur le climat (COP21), sa décision, avant tout symbolique, intervient après des années de tractations politiques. Keystone XL (KXL) est un projet d’oléoduc géant entre le Canada et les Etats-Unis lancé en 2008 et porté par le consortium TransCanada. D’un coût de 5,3 milliards de dollars (4,7 milliards d’euros) et d’une longueur de 1 900 kilomètres, dont 1 400 sur le territoire américain, il avait pour objectif d’acheminer 830 000 barils de brut par jour, extraits des sables bitumineux de l’Alberta, au Canada, vers les raffineries texanes du golfe du Mexique. Source : Le Monde - Les décodeurs


Via HG Académie de Rennes
more...
HG Académie de Rennes's curator insight, December 4, 2015 12:59 AM

En annonçant, vendredi 6 novembre 2015, que les États-Unis rejetaient la demande de permis de la société TransCanada pour la construction d’un nouvel oléoduc Keystone XL, Barack Obama a mis un terme, au moins provisoire, à 7 ans de polémiques.
L’objectif était d’acheminer rapidement 830 000 barils de brut par jour, extraits des sables bitumineux de l’Alberta, au Canada, vers les raffineries texanes du golfe du Mexique. Pour raccourcir le tracé de l’oléoduc actuel, il faudrait construire un segment long de 1 900 kilomètres dont 1 400 sur le territoire des États-Unis, à travers le Montana, le Dakota du Sud et le Nebraska pour un coût de 8 milliards de dollars.

Rescooped by Ariane De Coster from Regional Geography
Scoop.it!

China overtakes US on oil imports

China overtakes US on oil imports | Energie | Scoop.it
China has knocked the US from its top spot as the world's biggest net importer of oil, US government data shows.

Via Seth Dixon
more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

La Russie coupe à nouveau le gaz à l’Ukraine

La Russie coupe à nouveau le gaz à l’Ukraine | Energie | Scoop.it
Selon Moscou, Kiev n’a pas payé par avance son gaz et tarde volontairement à remettre en service les lignes à haute tension sabotées qui alimentent la Crimée.
more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

Bulletin du FMI : Le bas niveau des prix du pétrole et les conflits pèsent sur les perspectives du Moyen-Orient

Bulletin du FMI : Le bas niveau des prix du pétrole et les conflits pèsent sur les perspectives du Moyen-Orient | Energie | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

L'OPEP s'accorde pour limiter sa production de pétrole

L'OPEP s'accorde pour limiter sa production de pétrole | Energie | Scoop.it
L’OPEP a annoncé hier à Alger avoir conclu un accord pour limiter la production globale de pétrole de ses 14 pays membres. Un certain nombre de questions reste toutefois en suspens.
more...
No comment yet.
Rescooped by Ariane De Coster from Energies Renouvelables
Scoop.it!

La transition énergétique reste chaotique en Europe

La transition énergétique reste chaotique en Europe | Energie | Scoop.it
La part des énergies renouvelables progresse en Europe. Mais l’offre d’électricité excède la demande, déclenchant un effondrement des prix.

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

Le retour du pétrole bon marché

Le retour du pétrole bon marché | Energie | Scoop.it
Magazine d’information économique et sociale. Tout sur l’actualité économique et sociale en France et dans le monde.
more...
No comment yet.
Rescooped by Ariane De Coster from Planete DDurable
Scoop.it!

Baisse du gazole : bonne nouvelle pour le consommateur, pas pour la planète

Baisse du gazole : bonne nouvelle pour le consommateur, pas pour la planète | Energie | Scoop.it
Les économistes n'anticipent pas une remontée rapide des prix des produits pétroliers. Une situation qui rend les énergies renouvelables moins...

Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

Les plus belles îles des Canaries menacées par des forages pétroliers

Les plus belles îles des Canaries menacées par des forages pétroliers | Energie | Scoop.it
Le gouvernement espagnol soutient Repsol, qui veut explorer à 60 kilomètres de Lanzarote.
more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

Les ressources énergétiques non renouvelables

Définition. Les énergies fossiles (charbon, gaz, pétrole) et les ressources nucléaires sont des sont ressources non renouvelables. Utilisation, réserves.

more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

La Belgique achète-t-elle indirectement du pétrole à Daesh?

La Belgique achète-t-elle indirectement du pétrole à Daesh? | Energie | Scoop.it
Selon le député fédéral PTB Raoul Hedebouw, la Belgique pourrait acheter (indirectement) du pétrole originaire des territoires occupés par Daech. Le député PTB entend donc demander au Premier ministre Charles Michel d&rs...
more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

La Russie appelle à enquêter sur le trafic pétrolier entre Daech et la Turquie

La Russie appelle à enquêter sur le trafic pétrolier entre Daech et la Turquie | Energie | Scoop.it
Le ministère de la Défense russe déclarait détenir la preuve de l'implication de Recep Erdogan et de sa famille dans des transactions financières, militaires et pétrolières avec Daesh . La Russie appelle les représentants des médias et de la communauté internationale à ne pas ignorer le trafic entre entre le groupe djihadiste et la Turquie.
more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

Que sait-on de la production de pétrole contrôlée par l’EI et de ses destinations ?

Que sait-on de la production de pétrole contrôlée par l’EI et de ses destinations ? | Energie | Scoop.it
Selon les experts, une grande partie du carburant produit par l’organisation est aujourd’hui consommée sur place et la capacité d’exportation s’est considérablement réduite.
more...
No comment yet.
Rescooped by Ariane De Coster from Regional Geography
Scoop.it!

Russia drops gas pipeline plan

Russia drops gas pipeline plan | Energie | Scoop.it
Construction work on the 930km (580-mile) South Stream project began in Bulgaria in October 2013 but was suspended in June after the European Commission said it may be breaking EU competition rules.

 

Russian officials accused the commission of blocking the work for purely political purposes.  Relations between Russia and the EU have been badly hit by the crisis in Ukraine.


Via Seth Dixon
more...
No comment yet.
Scooped by Ariane De Coster
Scoop.it!

Le prix du baril remontera à 80 dollars… en 2020, selon l’AIE

Le prix du baril remontera à 80 dollars… en 2020, selon l’AIE | Energie | Scoop.it
Dans son rapport 2015, l’agence de l’énergie dépendant de l’OCDE estime que les parts de marché de l’OPEP augmenteront considérablement d’ici à 2025
more...
No comment yet.