Le mythe de la « classe globale », par Michael Hartmann (Le Monde diplomatique) | élites globales | Scoop.it
Doublement profitable pour ceux qui l'énoncent, le discours sur la mondialisation justifie à la fois la concurrence qui « s'impose » aux salariés et les privilèges dont jouit une jet-set présentée comme supranationale. Une étude minutieuse montre pourtant que les bases de cette élite autoproclamée restent nationales.