Election 8ème circonscription des français de l'étranger
13 views | +0 today
Follow
Election 8ème circonscription des français de l'étranger
Election 8ème circonscription des français de l'étranger - 16 mai 2013 - David Shapira
Curated by David Shapira
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by David Shapira
Scoop.it!

Claude FrankforterSuppléant de D. Shapira - David Shapira - candidat élection 8ème circonscription

Claude FrankforterSuppléant de D. Shapira - David Shapira - candidat élection 8ème circonscription | Election 8ème circonscription des français de l'étranger | Scoop.it

Interview de Claude David Frankforter, suppléant de David Shapira

Dans le cadre des Elections à l’Assemblée Nationale du Député de la 8ième circonscription

L’interviewer : M. Claude Frankforter, bonjour ! Vous êtes le suppléant de David Shapira, candidat à la prochaine élection dans la 8ième circonscription d’un député à l’Assemblée Nationale pour représenter les Français résidant à l’étranger; pouvez-vous vous présenter ?

Claude Frankforter : Claude FrankforterJ’ai 68 ans, je suis marié, père de 5 enfants et l’heureux grand-père de 8 petits-enfants (pour le moment !), citoyen français résidant à Jérusalem, capitale d’ Israël depuis 12 ans, date de mon Alyia, après avoir vécu longuement à Paris.

Je suis diplômé d’une Ecole Supérieure de Commerce (E.D.C.) qui m’a attribué le titre d’ « Ingénieur en Dynamique Commerciale », mention réservée aux diplômés ayant obtenu une moyenne générale supérieure à 14/20, et suis sorti 3ème sur 300 de ma promotion.

De plus, j’ai suivi régulièrement des stages de mise à niveau dans les domaines professionnels qui m’intéressent particulièrement : Management, Marketing et Communication, notamment auprès du « Centre des Hautes Etudes en Marketing et Action Stratégique ».

Sur le plan professionnel, j’ai eu une carrière bien remplie m’ayant permis de mettre en application mes domaines d’intérêt (Management, Marketing et Communication), en créant plusieurs entreprises et également en ayant été pendant quelques années consultant en entreprises (Cabinet Claude Fitoussi) et enseignant en Marketing (Université de St.Denis et Ecole de Commerce Pigier).

Etant maintenant retraité, je ne suis cependant pas devenu inactif, car, pour suivre l’exemple familial, je m’implique fortement dans plusieurs volontariats, ma ligne directrice étant d’ « aider mon prochain ».

En politique, par exemple ?

Oui, bien sûr, entre autres ! Mais j’y mets une condition incontournable : je veux être absolument certain que les actions dans lesquelles je m’implique sont réellement au service des autres.

Pouvez-vous préciser ?

C’est une longue histoire…vous avez le temps ?

Il s’agit d’une tradition familiale : depuis mon grand-père qui a fondé dans le quartier juif du Marais à Paris un foyer-refuge juste avant la guerre pour héberger les Juifs ayant fui la Pologne, en passant par mon père qui a présidé ou tenu de hautes responsabilités dans plusieurs communautés juives (en province ainsi qu’en région parisienne) ainsi que de nombreuses institutions communautaires, j’ai eu depuis mon enfance l’exemple de membres proches qui se dévouaient pour les autres.

Entre autres, je voudrais citer le « Centre Frankforter », fondé par mes parents à Jérusalem il y a 30 ans, qui a acquis une réputation internationale pour son action remarquable en faveur des personnes âgées en difficulté sociale; après le décès de mes parents, fondateurs, ce Centre est désormais administré par un Conseil présidé par mon frère et dont je suis également membre.

Je passerai rapidement sur ma « carrière associative » personnelle, commençant par les E.I.F (Eclaireurs Israélites de France) de mon adolescence à mon jeune âge adulte, ma participation ininterrompue au B’nai B’rith depuis 1967 (j’ai présidé la Loge francophone R.Gamzon de Jérusalem de 2008 à 2011), ma participation en tant que vice-président fondateur du Centre Communautaire du 12ième Arrdt. de Paris et également de fréquents volontariats à Tsahal, dans le cadre du Programme de SAREL.

Impressionnant !…

Non !…pas du tout ! Comme je vous l’ai dit, je ne fais que suivre une tradition familiale et je ne ressens aucune fierté personnelle, ce qui serait déplacé en l’occurence; j’ai cité ces activités pour expliquer mon « besoin » de m’investir en faveur de causes humanitaires.

La politique en fait partie, en tout cas la « politique non politicarde » !

 

Pourquoi êtes-vous le suppléant du candidat David Shapira ?…Qu’est-ce qui vous motive ?

Je connais David Shapira, ses parents et sa soeur depuis des années, ce qui m’a permis d’apprécier l’immense implication humanitaire de toute cette famille qui sont devenus des amis très proches, car nous partageons les mêmes valeurs.

David m’a fait la surprise de me demander d’être son suppléant; au delà de l’honneur qu’il m’a fait par sa proposition, j’ai réalisé qu’il m’offrait ainsi la possibilité de participer à ses côtés à la réalisation de ses projets; après lui avoir demandé un temps de réflexion raisonnable afin de bien évaluer ses chances de réussir, j’ai accepté sa proposition avec gratitude.

David Shapira est-il un bon candidat ? Quelles sont ses chances d’être élu ?

Cette élection est une nouveauté : c’est la première fois que les Français de l’Etranger sont représentés par un député siégeant à l’Assemblée Nationale. Cette innovation a certainement surpris les électeurs des 11 nouvelles circonscriptions qui n’ont peut-être pas complètement réalisé l’importance de cette initiative, ce qui explique le faible taux de participation à la première édition de cette élection en juin dernier.

Les instances officielles n’ont peut-être pas non plus réellement évalué la complexité de ce scrutin :  immense étendue des territoires de la circonscription, difficultés d’organisation locale de la campagne, problèmes linguistiques, etc… ce qui explique probablement le fait que la candidate élue dans notre circonscription (Daphna Poznanski, du PS), ainsi que 3 de ses concurrents ont été sanctionnés et interdits de se représenter en raison de dépassements -objectivement modestes- de leurs budgets de campagne jugés illégaux par le Conseil Constitutionnel. Cette sanction est lourde, très lourde !…mais comme dit le proverbe : « Dura Lex, Sed Lex » (la Loi est dure, mais c’est la Loi » ) !

J’ai personnellement agi pendant la campagne de Philippe Karsenty, en ayant assumé la présidence de son Comité de Campagne à Jérusalem, sous la guidance de mon ami Elie Lévy, Directeur National de Campagne pour Israël.

Philippe Karsenty, se présentant en « candidat libre, de Centre-Droit » a obtenu le meilleur score des candidats sur l’ensemble d’ Israël (Jérusalem évidemment inclus).

Le jugement très sévère du Conseil Constitutionnel lui interdisant de se représenter, je suis logiquement amené à soutenir un candidat ayant des points communs avec lui.

David Shapira se présente également sous la même dénomination, ce qui, ajouté à mon amitié pour lui et surtout en raison des points positifs incontestables qu’il accumule font que c’est avec enthousiasme que je le soutiens !

Quels sont ses points positifs ?

Ils sont nombreux !

D’abord, David, très dynamique, a l’âge parfait pour cette fonction : à 47 ans, il cumule une excellente forme physique (indispensable pour une activité aussi prenante) avec une expérience de la vie (encore plus indispensable !) lui donnant la sagesse et la capacité de réflexion qui pourraient manquer à d’autres…

C’est aussi, paradoxalement, un intellectuel actif et pragmatique, je veux dire par là qu’il est capable de rêver et d’agir pour réaliser ses rêves.

C’est un homme intègre, qualité rare de tous temps dans le monde politique !

Ce brillant universitaire a accumulé de nombreux diplômes dans des domaines variés et a occupé avec succès des postes à responsabilités (dans l’enseignement supérieur et dans des institutions gouvernementales israéliennes, telles que le Keren Kayemet); il a également écrit plusieurs ouvrages de référence, dont une remarquable biographie du Grand Rabbin Kaplan (pour l’anecdote : les enfants du Gd. Rabbin consultent encore David pour avoir des détails sur la vie de leur père !).

David est également journaliste (en particulier il a été responsable d’Arouts7), ses éditoriaux et articles sont largement appréciés.

Il a servi dans une unité d’élite de Tsahal, preuve de son caractère fort et courageux.

Enfin, mais je pourrais rallonger la liste, David partage depuis longtemps sa vie entre la France et Israël, ce qui lui donne, grâce à une faculté d’analyse exceptionnelle une compréhension rare de la problématique des Français vivant hors de France, mais ayant cependant conservé des liens avec leur pays d’origine, que ces liens soient familiaux, amicaux, professionnels, patrimoniaux ou autres.

Cela fait effectivement beaucoup de qualités…mais il a bien quelques défauts ?

Ah ! celle là, je m’y attendais ! (sourire) Eh oui, heureusement, David a quelques défauts ! Sinon, il n’aurait pas autant d’amis !

D’abord, il est très (trop ?) actif ! Il épuise ses copains par son énergie inépuisable et son besoin de toujours aller jusqu’au fond des choses ! Il ne laissera jamais un problème en suspens ou non résolu.

Mais est-ce vraiment un défaut, dans cette circonstance précise où il faut défendre les positions de nos compatriotes ?

Un autre défaut éventuel : peut-être son manque apparent d’expérience politique ?…

C’est vrai, David n’a jamais occupé de fonction élective, mais le connaissant bien et admirant sa boulimie d’informations sur tous les plans (il est journaliste, je le rappelle !) , en particulier en ce qui concerne la vie politique, tant française qu’israélienne (et les incidences sur la politique internationale) ainsi que sa grande faculté à nouer des contacts à tous niveaux, je ne me fais aucune inquiétude quant à sa rapide et efficace adaptation au monde politique.

Je reprends ma question : quelles sont ses chances d’être élu ?

Elles sont évidemment très grandes.

Faisons une analyse de la situation et des candidats présumés, le dépôt des candidatures n’étant pas encore clos, ni même déjà ouvert à ce jour !

J’adopterai pour cela une optique pro-israélienne, une très grande proportion des Français de la 8ième circonscription résidant en Israël; l’on peut logiquement penser qu’ils souhaitent avoir un député qui défendra -aussi- les positions israéliennes…

D’abord, il me paraît évident d’écarter les candidats inféodés à l’un des 2 grands partis présents à l’Assemblée Nationale : le PS et l’UMP.

Ces deux partis ont largement montré leurs positions peu favorables à Israël, en soutenant contre toute logique l’adhésion de la « Palestine » , à l’UNESCO pour l’UMP de Sarkozy et à l’ONU pour le PS de Hollande, incitant ainsi les « Palestiniens » à s’éloigner de la table de négociation avec Israël, pourtant seule voie valable pour aboutir à la PAIX tant souhaitée.

Un député de la 8ième circonscription, appartenant soit au PS soit à l’UMP sera forcément placé dans une situation cornélienne quand se répètera le moment inévitable où son parti déposera une motion hostile à Israël et qu’il devra alors choisir entre trahir son parti ou trahir ses électeurs…

Impensable !

Quant aux autres candidatures envisagées, à l’exception de celle de David Shapira, elles sont celles de personnalités, certes honorables, mais peu connues et ne présentant pas suffisamment de caratéristiques rassurantes pour garantir leur efficacité pour la défense de nos intérêts particuliers au sein du Palais Bourbon, soit dans une Commission spécialisée, soit dans leurs interpellations au Gouvernement.

Je reconnais qu’un des candidats a la chance d’avoir une suppléante hors du commun, en la personne de la célèbre et très appréciée actrice Véronique Genest, mais l’objectivité impose de réaliser que seul le candidat en titre reçoit les attributions de député…le suppléant n’a qu’un rôle très effacé et ne peut intervenir qu’en cas d’empêchement majeur de l’élu principal (décès ou prise d’autres fonctions incompatibles avec celles de député).

Donc, le seul choix logique qui se présente aux électeurs de notre circonscription est de voter pour David Shapira !

Je voudrais rajouter quelques points cruciaux :

Les réflexions suscitées à la suite de l’invalidation de la précédente élection doivent nous faire comprendre plusieurs choses :

Le buget de campagne autorisé aux candidats est extrêmement faible eu égard aux frais incontournables, le moindre dépassement a été (et sera) très lourdement sanctionné ! (allant jusqu’à l’invalidation)L’étendue territoriale de la circonscription ne permet pas de financer des déplacements suffisants, alors que les candidats ont l’obligation de respecter leur maigre budgetLe temps est très court jusqu’à la date du scrutin, surtout si l’on tient compte de la période « bloquée » par les Fêtes de Pâques Le peu de temps disponible, ajouté au misérable budget autorisé limite très sérieusement les moyens de communication pour cette campagne : peu de réunions publiques, pas de buffets somptueux, pas, ou peu de sollicitations par voie de presse, postale, affichage, tracts ou par des « Centres d’Appel ».Si nous souhaitons donner une représentativité efficace à notre député, il est indispensable qu’il y ait une forte participation des électeurs inscrits, malgré les contraintes de temps et de déplacements que cela peut entraîner.

La conclusion de ces différents points, et je crois qu’elle est valable pour le bien général de tous les candidats et de tous les électeurs, est qu’il faut accorder une priorité aux contacts personnels auprès de nos amis et connaissances (rencontres, discussions, et surtout : utilisation massive d’ Internet) pour diffuser l’information et mobiliser l’électorat !

En vous remerciant de m’avoir proposé cette interview, permettez moi de conclure par une recommandation :

 Que ce soit par la raison ou par les sentiments : VOTEZ SHAPIRA !

* * *

David Shapira's insight:

Interview de Claude David Frankforter, suppléant de David Shapira

Dans le cadre des Elections à l’Assemblée Nationale du Député de la 8ième circonscription

L’interviewer : M. Claude Frankforter, bonjour ! Vous êtes le suppléant de David Shapira, candidat à la prochaine élection dans la 8ième circonscription d’un député à l’Assemblée Nationale pour représenter les Français résidant à l’étranger; pouvez-vous vous présenter ?

Claude Frankforter : Claude FrankforterJ’ai 68 ans, je suis marié, père de 5 enfants et l’heureux grand-père de 8 petits-enfants (pour le moment !), citoyen français résidant à Jérusalem, capitale d’ Israël depuis 12 ans, date de mon Alyia, après avoir vécu longuement à Paris.

Je suis diplômé d’une Ecole Supérieure de Commerce (E.D.C.) qui m’a attribué le titre d’ « Ingénieur en Dynamique Commerciale », mention réservée aux diplômés ayant obtenu une moyenne générale supérieure à 14/20, et suis sorti 3ème sur 300 de ma promotion.

De plus, j’ai suivi régulièrement des stages de mise à niveau dans les domaines professionnels qui m’intéressent particulièrement : Management, Marketing et Communication, notamment auprès du « Centre des Hautes Etudes en Marketing et Action Stratégique ».

Sur le plan professionnel, j’ai eu une carrière bien remplie m’ayant permis de mettre en application mes domaines d’intérêt (Management, Marketing et Communication), en créant plusieurs entreprises et également en ayant été pendant quelques années consultant en entreprises (Cabinet Claude Fitoussi) et enseignant en Marketing (Université de St.Denis et Ecole de Commerce Pigier).

Etant maintenant retraité, je ne suis cependant pas devenu inactif, car, pour suivre l’exemple familial, je m’implique fortement dans plusieurs volontariats, ma ligne directrice étant d’ « aider mon prochain ».

En politique, par exemple ?

Oui, bien sûr, entre autres ! Mais j’y mets une condition incontournable : je veux être absolument certain que les actions dans lesquelles je m’implique sont réellement au service des autres.

Pouvez-vous préciser ?

C’est une longue histoire…vous avez le temps ?

Il s’agit d’une tradition familiale : depuis mon grand-père qui a fondé dans le quartier juif du Marais à Paris un foyer-refuge juste avant la guerre pour héberger les Juifs ayant fui la Pologne, en passant par mon père qui a présidé ou tenu de hautes responsabilités dans plusieurs communautés juives (en province ainsi qu’en région parisienne) ainsi que de nombreuses institutions communautaires, j’ai eu depuis mon enfance l’exemple de membres proches qui se dévouaient pour les autres.

Entre autres, je voudrais citer le « Centre Frankforter », fondé par mes parents à Jérusalem il y a 30 ans, qui a acquis une réputation internationale pour son action remarquable en faveur des personnes âgées en difficulté sociale; après le décès de mes parents, fondateurs, ce Centre est désormais administré par un Conseil présidé par mon frère et dont je suis également membre.

Je passerai rapidement sur ma « carrière associative » personnelle, commençant par les E.I.F (Eclaireurs Israélites de France) de mon adolescence à mon jeune âge adulte, ma participation ininterrompue au B’nai B’rith depuis 1967 (j’ai présidé la Loge francophone R.Gamzon de Jérusalem de 2008 à 2011), ma participation en tant que vice-président fondateur du Centre Communautaire du 12ième Arrdt. de Paris et également de fréquents volontariats à Tsahal, dans le cadre du Programme de SAREL.

Impressionnant !…

Non !…pas du tout ! Comme je vous l’ai dit, je ne fais que suivre une tradition familiale et je ne ressens aucune fierté personnelle, ce qui serait déplacé en l’occurence; j’ai cité ces activités pour expliquer mon « besoin » de m’investir en faveur de causes humanitaires.

La politique en fait partie, en tout cas la « politique non politicarde » !

 

Pourquoi êtes-vous le suppléant du candidat David Shapira ?…Qu’est-ce qui vous motive ?

Je connais David Shapira, ses parents et sa soeur depuis des années, ce qui m’a permis d’apprécier l’immense implication humanitaire de toute cette famille qui sont devenus des amis très proches, car nous partageons les mêmes valeurs.

David m’a fait la surprise de me demander d’être son suppléant; au delà de l’honneur qu’il m’a fait par sa proposition, j’ai réalisé qu’il m’offrait ainsi la possibilité de participer à ses côtés à la réalisation de ses projets; après lui avoir demandé un temps de réflexion raisonnable afin de bien évaluer ses chances de réussir, j’ai accepté sa proposition avec gratitude.

David Shapira est-il un bon candidat ? Quelles sont ses chances d’être élu ?

Cette élection est une nouveauté : c’est la première fois que les Français de l’Etranger sont représentés par un député siégeant à l’Assemblée Nationale. Cette innovation a certainement surpris les électeurs des 11 nouvelles circonscriptions qui n’ont peut-être pas complètement réalisé l’importance de cette initiative, ce qui explique le faible taux de participation à la première édition de cette élection en juin dernier.

Les instances officielles n’ont peut-être pas non plus réellement évalué la complexité de ce scrutin :  immense étendue des territoires de la circonscription, difficultés d’organisation locale de la campagne, problèmes linguistiques, etc… ce qui explique probablement le fait que la candidate élue dans notre circonscription (Daphna Poznanski, du PS), ainsi que 3 de ses concurrents ont été sanctionnés et interdits de se représenter en raison de dépassements -objectivement modestes- de leurs budgets de campagne jugés illégaux par le Conseil Constitutionnel. Cette sanction est lourde, très lourde !…mais comme dit le proverbe : « Dura Lex, Sed Lex » (la Loi est dure, mais c’est la Loi » ) !

J’ai personnellement agi pendant la campagne de Philippe Karsenty, en ayant assumé la présidence de son Comité de Campagne à Jérusalem, sous la guidance de mon ami Elie Lévy, Directeur National de Campagne pour Israël.

Philippe Karsenty, se présentant en « candidat libre, de Centre-Droit » a obtenu le meilleur score des candidats sur l’ensemble d’ Israël (Jérusalem évidemment inclus).

Le jugement très sévère du Conseil Constitutionnel lui interdisant de se représenter, je suis logiquement amené à soutenir un candidat ayant des points communs avec lui.

David Shapira se présente également sous la même dénomination, ce qui, ajouté à mon amitié pour lui et surtout en raison des points positifs incontestables qu’il accumule font que c’est avec enthousiasme que je le soutiens !

Quels sont ses points positifs ?

Ils sont nombreux !

D’abord, David, très dynamique, a l’âge parfait pour cette fonction : à 47 ans, il cumule une excellente forme physique (indispensable pour une activité aussi prenante) avec une expérience de la vie (encore plus indispensable !) lui donnant la sagesse et la capacité de réflexion qui pourraient manquer à d’autres…

C’est aussi, paradoxalement, un intellectuel actif et pragmatique, je veux dire par là qu’il est capable de rêver et d’agir pour réaliser ses rêves.

C’est un homme intègre, qualité rare de tous temps dans le monde politique !

Ce brillant universitaire a accumulé de nombreux diplômes dans des domaines variés et a occupé avec succès des postes à responsabilités (dans l’enseignement supérieur et dans des institutions gouvernementales israéliennes, telles que le Keren Kayemet); il a également écrit plusieurs ouvrages de référence, dont une remarquable biographie du Grand Rabbin Kaplan (pour l’anecdote : les enfants du Gd. Rabbin consultent encore David pour avoir des détails sur la vie de leur père !).

David est également journaliste (en particulier il a été responsable d’Arouts7), ses éditoriaux et articles sont largement appréciés.

Il a servi dans une unité d’élite de Tsahal, preuve de son caractère fort et courageux.

Enfin, mais je pourrais rallonger la liste, David partage depuis longtemps sa vie entre la France et Israël, ce qui lui donne, grâce à une faculté d’analyse exceptionnelle une compréhension rare de la problématique des Français vivant hors de France, mais ayant cependant conservé des liens avec leur pays d’origine, que ces liens soient familiaux, amicaux, professionnels, patrimoniaux ou autres.

Cela fait effectivement beaucoup de qualités…mais il a bien quelques défauts ?

Ah ! celle là, je m’y attendais ! (sourire) Eh oui, heureusement, David a quelques défauts ! Sinon, il n’aurait pas autant d’amis !

D’abord, il est très (trop ?) actif ! Il épuise ses copains par son énergie inépuisable et son besoin de toujours aller jusqu’au fond des choses ! Il ne laissera jamais un problème en suspens ou non résolu.

Mais est-ce vraiment un défaut, dans cette circonstance précise où il faut défendre les positions de nos compatriotes ?

Un autre défaut éventuel : peut-être son manque apparent d’expérience politique ?…

C’est vrai, David n’a jamais occupé de fonction élective, mais le connaissant bien et admirant sa boulimie d’informations sur tous les plans (il est journaliste, je le rappelle !) , en particulier en ce qui concerne la vie politique, tant française qu’israélienne (et les incidences sur la politique internationale) ainsi que sa grande faculté à nouer des contacts à tous niveaux, je ne me fais aucune inquiétude quant à sa rapide et efficace adaptation au monde politique.

Je reprends ma question : quelles sont ses chances d’être élu ?

Elles sont évidemment très grandes.

Faisons une analyse de la situation et des candidats présumés, le dépôt des candidatures n’étant pas encore clos, ni même déjà ouvert à ce jour !

J’adopterai pour cela une optique pro-israélienne, une très grande proportion des Français de la 8ième circonscription résidant en Israël; l’on peut logiquement penser qu’ils souhaitent avoir un député qui défendra -aussi- les positions israéliennes…

D’abord, il me paraît évident d’écarter les candidats inféodés à l’un des 2 grands partis présents à l’Assemblée Nationale : le PS et l’UMP.

Ces deux partis ont largement montré leurs positions peu favorables à Israël, en soutenant contre toute logique l’adhésion de la « Palestine » , à l’UNESCO pour l’UMP de Sarkozy et à l’ONU pour le PS de Hollande, incitant ainsi les « Palestiniens » à s’éloigner de la table de négociation avec Israël, pourtant seule voie valable pour aboutir à la PAIX tant souhaitée.

Un député de la 8ième circonscription, appartenant soit au PS soit à l’UMP sera forcément placé dans une situation cornélienne quand se répètera le moment inévitable où son parti déposera une motion hostile à Israël et qu’il devra alors choisir entre trahir son parti ou trahir ses électeurs…

Impensable !

Quant aux autres candidatures envisagées, à l’exception de celle de David Shapira, elles sont celles de personnalités, certes honorables, mais peu connues et ne présentant pas suffisamment de caratéristiques rassurantes pour garantir leur efficacité pour la défense de nos intérêts particuliers au sein du Palais Bourbon, soit dans une Commission spécialisée, soit dans leurs interpellations au Gouvernement.

Je reconnais qu’un des candidats a la chance d’avoir une suppléante hors du commun, en la personne de la célèbre et très appréciée actrice Véronique Genest, mais l’objectivité impose de réaliser que seul le candidat en titre reçoit les attributions de député…le suppléant n’a qu’un rôle très effacé et ne peut intervenir qu’en cas d’empêchement majeur de l’élu principal (décès ou prise d’autres fonctions incompatibles avec celles de député).

Donc, le seul choix logique qui se présente aux électeurs de notre circonscription est de voter pour David Shapira !

Je voudrais rajouter quelques points cruciaux :

Les réflexions suscitées à la suite de l’invalidation de la précédente élection doivent nous faire comprendre plusieurs choses :

Le buget de campagne autorisé aux candidats est extrêmement faible eu égard aux frais incontournables, le moindre dépassement a été (et sera) très lourdement sanctionné ! (allant jusqu’à l’invalidation)L’étendue territoriale de la circonscription ne permet pas de financer des déplacements suffisants, alors que les candidats ont l’obligation de respecter leur maigre budgetLe temps est très court jusqu’à la date du scrutin, surtout si l’on tient compte de la période « bloquée » par les Fêtes de Pâques Le peu de temps disponible, ajouté au misérable budget autorisé limite très sérieusement les moyens de communication pour cette campagne : peu de réunions publiques, pas de buffets somptueux, pas, ou peu de sollicitations par voie de presse, postale, affichage, tracts ou par des « Centres d’Appel ».Si nous souhaitons donner une représentativité efficace à notre député, il est indispensable qu’il y ait une forte participation des électeurs inscrits, malgré les contraintes de temps et de déplacements que cela peut entraîner.

La conclusion de ces différents points, et je crois qu’elle est valable pour le bien général de tous les candidats et de tous les électeurs, est qu’il faut accorder une priorité aux contacts personnels auprès de nos amis et connaissances (rencontres, discussions, et surtout : utilisation massive d’ Internet) pour diffuser l’information et mobiliser l’électorat !

En vous remerciant de m’avoir proposé cette interview, permettez moi de conclure par une recommandation :

 Que ce soit par la raison ou par les sentiments : VOTEZ SHAPIRA !

* * *

more...
No comment yet.
Scooped by David Shapira
Scoop.it!

Mes motivations - David Shapira - candidat élection 8ème circonscription

Mes motivations - David Shapira - candidat élection 8ème circonscription | Election 8ème circonscription des français de l'étranger | Scoop.it
Compétence et indépendance

Pétri de deux cultures, française et israélienne, je cumule, à 47 ans, les formations d’éducateur, d’historien – spécialiste de l’histoire moderne du peuple juif et d’Israël – et de juriste. La France est ma terre de naissance, et j’ai choisi Israël comme pays d’adoption où j’ai fondé une famille juive et sioniste, dans le respect des valeurs et de la tradition. Un choix idéologique qui ne signe en rien la renonciation de mon identité française que je considère comme une richesse et une fierté. Je revendique aujourd’hui ma pleine appartenance à cette double culture qui me permettra de tisser des ponts entre deux pays, la France et Israël, parfois en proie à certaines incompréhensions.

Divorcé et père de 5 enfants, je suis convaincu de pouvoir beaucoup apporter à mes co-citoyens de la 8e circonscription des Français de l’étranger. Mon expérience m’a appris que la ténacité et la persévérance sont des vertus qui garantissent l’accomplissement des objectifs. J’attache une importance capitale à l’intégrité de la personne humaine.

Il ne s’agira pas, ici, de ma première fonction de représentation. En ma qualité de journaliste, dans les années 1996-2007, j’ai eu à de maintes reprises l’occasion de recevoir en Israël des correspondants francophones du monde entier et de leur exposer une image de l’Etat juif, différente de celle des stéréotypes habituels. En France, entre les années 2007-2009, j’ai également représenté l’une des plus prestigieuses institutions israéliennes, le KKL, et collecté des fonds importants qui ont contribué à la création de parcs, forêts et d’un réservoir d’eau pour l’agriculture.

Près de onze ans durant, j’ai travaillé étroitement avec la communauté francophone d’Israël, et organisé, notamment, trois rassemblements sans précédent, en présence du Grand rabbin de France et de l’ambassadeur de l’époque.

Aujourd’hui, riche de ces multiples expériences, de mes qualités de pédagogues et d’une maîtrise de l’appareil juridique, je me considère apte à représenter les habitants de la 8e circonscription des Français de l’étranger. Il me semble en outre souhaitable que le futur député réside l’essentiel de son temps dans la circonscription concernée, ce qui est bien entendu mon cas.

Mon vœu est de rétablir la confiance entre les instances françaises métropolitaines et les ressortissants français en Israël, et de combattre le climat de méfiance qui domine actuellement les rapports entre la France et Israël. Mes qualités d’éducateur et d’historien me permettront d’y parvenir. Parce que je considère qu’aucun message ou enseignement ne peut être transmis sans un savoir précis et des connaissances approfondies, je saurai m’appuyer sur mes recherches universitaires dans le cadre de mon post-doctorat d’histoire pour engager des débats sur la géopolitique du Moyen-Orient et la thématique antisémite en Europe.

Cette conviction me pousse à me porter devant vous ma candidature, convaincu que je suis à-même de mener à bien un véritable changement.

Afin de représenter l’ensemble des Français de ma circonscription, issus de tout le spectre politique, à gauche, comme à droite, j’ai préféré ne me rallier à aucun parti et garder une ligne indépendante, laquelle me garantit une réelle liberté d’expression, une grande marge de manœuvre, et surtout, me permet de n’être guidé que par les seuls besoins de mes concitoyens.

David Shapira's insight:
Compétence et indépendance

Pétri de deux cultures, française et israélienne, je cumule, à 47 ans, les formations d’éducateur, d’historien – spécialiste de l’histoire moderne du peuple juif et d’Israël – et de juriste. La France est ma terre de naissance, et j’ai choisi Israël comme pays d’adoption où j’ai fondé une famille juive et sioniste, dans le respect des valeurs et de la tradition. Un choix idéologique qui ne signe en rien la renonciation de mon identité française que je considère comme une richesse et une fierté. Je revendique aujourd’hui ma pleine appartenance à cette double culture qui me permettra de tisser des ponts entre deux pays, la France et Israël, parfois en proie à certaines incompréhensions.

Divorcé et père de 5 enfants, je suis convaincu de pouvoir beaucoup apporter à mes co-citoyens de la 8e circonscription des Français de l’étranger. Mon expérience m’a appris que la ténacité et la persévérance sont des vertus qui garantissent l’accomplissement des objectifs. J’attache une importance capitale à l’intégrité de la personne humaine.

Il ne s’agira pas, ici, de ma première fonction de représentation. En ma qualité de journaliste, dans les années 1996-2007, j’ai eu à de maintes reprises l’occasion de recevoir en Israël des correspondants francophones du monde entier et de leur exposer une image de l’Etat juif, différente de celle des stéréotypes habituels. En France, entre les années 2007-2009, j’ai également représenté l’une des plus prestigieuses institutions israéliennes, le KKL, et collecté des fonds importants qui ont contribué à la création de parcs, forêts et d’un réservoir d’eau pour l’agriculture.

Près de onze ans durant, j’ai travaillé étroitement avec la communauté francophone d’Israël, et organisé, notamment, trois rassemblements sans précédent, en présence du Grand rabbin de France et de l’ambassadeur de l’époque.

Aujourd’hui, riche de ces multiples expériences, de mes qualités de pédagogues et d’une maîtrise de l’appareil juridique, je me considère apte à représenter les habitants de la 8e circonscription des Français de l’étranger. Il me semble en outre souhaitable que le futur député réside l’essentiel de son temps dans la circonscription concernée, ce qui est bien entendu mon cas.

Mon vœu est de rétablir la confiance entre les instances françaises métropolitaines et les ressortissants français en Israël, et de combattre le climat de méfiance qui domine actuellement les rapports entre la France et Israël. Mes qualités d’éducateur et d’historien me permettront d’y parvenir. Parce que je considère qu’aucun message ou enseignement ne peut être transmis sans un savoir précis et des connaissances approfondies, je saurai m’appuyer sur mes recherches universitaires dans le cadre de mon post-doctorat d’histoire pour engager des débats sur la géopolitique du Moyen-Orient et la thématique antisémite en Europe.

Cette conviction me pousse à me porter devant vous ma candidature, convaincu que je suis à-même de mener à bien un véritable changement.

Afin de représenter l’ensemble des Français de ma circonscription, issus de tout le spectre politique, à gauche, comme à droite, j’ai préféré ne me rallier à aucun parti et garder une ligne indépendante, laquelle me garantit une réelle liberté d’expression, une grande marge de manœuvre, et surtout, me permet de n’être guidé que par les seuls besoins de mes concitoyens.

more...
No comment yet.
Scooped by David Shapira
Scoop.it!

Parcours - David Shapira - candidat élection 8ème circonscription

Parcours - David Shapira - candidat élection 8ème circonscription | Election 8ème circonscription des français de l'étranger | Scoop.it

Sionisme et enseignement Né à Paris en 1965, David Shapira partage son enfance et son adolescence entre ses activités au sein des Eclaireurs israélites (EI) de France, qu’il intègre dès l’âge de 8 ans, et le lycée Yavné. En 1983, il émigre en Israël. Service militaire comme combattant dans les rangs de Tsahal accompli, il entreprend des études théologiques. Quatre ans de formation, dont il sortira diplômé d’enseignant de Bible, Talmud et hébreu moderne. Commence alors pour lui une première carrière professionnelle consacrée à l’éducation informelle. Il dirige un centre de séminaire près de Jérusalem, et se caractérise, au début des années 90, par un engagement très actif dans l’accueil des étudiants juifs en provenance de l’ex-U.R.S.S.

 

Journalisme et publications En 1996, il révolutionne l’accès à l’information pour les francophones et lance une émission de radio, en français, de deux heures quotidiennes. Une aventure qui se poursuivra pendant plus de sept ans. Avec le déclenchement de la seconde Intifada, en 2000, David Shapira intensifie encore le réseau médiatique du pays et crée l’un des premiers sites d’information israéliens, en langue française. La plateforme web Aroutz 7 propose alors, dix-huit heures par jour, une actualité précise et concrète à des dizaines de milliers d’internautes en quête d’informations fiables. Parallèlement à ses activités journalistiques, David Shapira entame des études d’histoire juive, à l’Université hébraïque de Jérusalem. Il obtient son doctorat avec les félicitations du Jury en 2005. Sa thèse deviendra l’objet d’un ouvrage publié aux éditions Albin Michel, sous le titre : Jacob Kaplan, un rabbin du XXème siècle. S’en suit un post-doctorat, en 2007, à Tel-Aviv, qui l’oriente vers la recherche sur l’antisémitisme et l’antisionisme en France. Ce sujet donnera lieu à une seconde publication sous le titre Les Antisémitismes français, aux éditions Le Bord de l’Eau.

 

Réalisations et bénévolat En 2007, David Shapira est contacté pour représenter le Fonds national juif (Keren Kayemet LeIsrael ou KKL), en France. Une mission qui lui permettra de travailler étroitement avec les organisations juives françaises et d’établir de solides contacts personnels avec nombre des leaders communautaires. Dans le cadre de ses fonctions au KKL, David Shapira a su rassembler d’importantes donations qui ont contribué, et contribuent encore, à la création de projets d’envergure en Israël, dans le domaine de l’environnement et l’agriculture. Revenu en Israël depuis plus de deux ans, il dirige actuellement une société de gestion de patrimoine et termine une licence en droit à l’Université hébraïque de Jérusalem. Que ce soit en France ou en Israël, David Shapira a toujours été actif dans le volontariat. Il s’est porté pompier bénévole dans la région de Binyamin (au nord de Jérusalem), puis a intégré l’aumônerie militaire de Tsahal pendant ses périodes volontaires de réserve, au sein de l’unité d’identification des soldats et soldates morts aux champs d’honneur. L’an dernier, il a gracieusement prêté ses qualités de juriste au tribunal rabbinique de Jérusalem, pour aider bénévolement de nombreux francophones et autres nouveaux émigrants dans leurs démarches juridiques et formalités administratives.

David Shapira's insight:

Sionisme et enseignement Né à Paris en 1965, David Shapira partage son enfance et son adolescence entre ses activités au sein des Eclaireurs israélites (EI) de France, qu’il intègre dès l’âge de 8 ans, et le lycée Yavné. En 1983, il émigre en Israël. Service militaire comme combattant dans les rangs de Tsahal accompli, il entreprend des études théologiques. Quatre ans de formation, dont il sortira diplômé d’enseignant de Bible, Talmud et hébreu moderne. Commence alors pour lui une première carrière professionnelle consacrée à l’éducation informelle. Il dirige un centre de séminaire près de Jérusalem, et se caractérise, au début des années 90, par un engagement très actif dans l’accueil des étudiants juifs en provenance de l’ex-U.R.S.S.

 

Journalisme et publications En 1996, il révolutionne l’accès à l’information pour les francophones et lance une émission de radio, en français, de deux heures quotidiennes. Une aventure qui se poursuivra pendant plus de sept ans. Avec le déclenchement de la seconde Intifada, en 2000, David Shapira intensifie encore le réseau médiatique du pays et crée l’un des premiers sites d’information israéliens, en langue française. La plateforme web Aroutz 7 propose alors, dix-huit heures par jour, une actualité précise et concrète à des dizaines de milliers d’internautes en quête d’informations fiables. Parallèlement à ses activités journalistiques, David Shapira entame des études d’histoire juive, à l’Université hébraïque de Jérusalem. Il obtient son doctorat avec les félicitations du Jury en 2005. Sa thèse deviendra l’objet d’un ouvrage publié aux éditions Albin Michel, sous le titre : Jacob Kaplan, un rabbin du XXème siècle. S’en suit un post-doctorat, en 2007, à Tel-Aviv, qui l’oriente vers la recherche sur l’antisémitisme et l’antisionisme en France. Ce sujet donnera lieu à une seconde publication sous le titre Les Antisémitismes français, aux éditions Le Bord de l’Eau.

 

Réalisations et bénévolat En 2007, David Shapira est contacté pour représenter le Fonds national juif (Keren Kayemet LeIsrael ou KKL), en France. Une mission qui lui permettra de travailler étroitement avec les organisations juives françaises et d’établir de solides contacts personnels avec nombre des leaders communautaires. Dans le cadre de ses fonctions au KKL, David Shapira a su rassembler d’importantes donations qui ont contribué, et contribuent encore, à la création de projets d’envergure en Israël, dans le domaine de l’environnement et l’agriculture. Revenu en Israël depuis plus de deux ans, il dirige actuellement une société de gestion de patrimoine et termine une licence en droit à l’Université hébraïque de Jérusalem. Que ce soit en France ou en Israël, David Shapira a toujours été actif dans le volontariat. Il s’est porté pompier bénévole dans la région de Binyamin (au nord de Jérusalem), puis a intégré l’aumônerie militaire de Tsahal pendant ses périodes volontaires de réserve, au sein de l’unité d’identification des soldats et soldates morts aux champs d’honneur. L’an dernier, il a gracieusement prêté ses qualités de juriste au tribunal rabbinique de Jérusalem, pour aider bénévolement de nombreux francophones et autres nouveaux émigrants dans leurs démarches juridiques et formalités administratives.

more...
No comment yet.
Scooped by David Shapira
Scoop.it!

Programme - David Shapira - candidat élection 8ème circonscription

Programme - David Shapira - candidat élection 8ème circonscription | Election 8ème circonscription des français de l'étranger | Scoop.it

Parfaitement bilingue français/hébreu, résidant en Israël depuis trente ans et connaissant -en ma qualité de juriste – les rouages de l’administration israélienne, voici ce que je me propose d’entreprendre, si vous m’accordez votre confiance :

David Shapira's insight:
J’aurai comme principal objectif la représentation des citoyens français, en Israël et dans les autres pays de la circonscription, lorsque leurs droits ne seront pas respectés au même titre que ceux qui résident en France. Je défendrai l’aide sociale administrée par les différents consulats en Israël tout en m’efforçant de revoir à la hausse les subventions accordées par la France à ses ressortissants.Je n’hésiterai pas à intervenir directement auprès des ministères, afin d’alléger les difficultés administratives relatives aux procédures d’intégration et d’installation en Israël.J’œuvrerai à la reconnaissance par Israël des diplômes et cursus universitaires en France : un sujet qui doit être débattu au sein des ministères français et avec les parlementaires israéliens. Le fait que certains cursus médicaux et paramédicaux français ne soient pas reconnus par les autorités israéliennes constitue un non-sens scandaleux et inacceptable. Je chercherai à élargir tous les domaines de coopération qui existent déjà entre la France et Israël, qu’ils soient scientifiques, artistiques, culturels, universitaires ou autres.Je me battrai pour que les Français de l’étranger puissent conserver tous leurs droits en matière de double nationalité, retraites et domaines d’imposition.Je soulèverai avec acuité les questions liées à la sécurité sociale pour les expatriés qui désireraient revenir en France recevoir des soins. J’œuvrerai également pour que des structures israéliennes destinées aux retraitées soient adaptées au public francophone. J’utiliserai les possibilités offertes, en tant que député, pour interpeller le gouvernement et la majorité parlementaire à propos de la désinformation et du climat antisémite et antisioniste, qui ne fait que s’intensifier en Europe et plus particulièrement en France. Je serai la voix d’Israël à l’Assemblée nationale pour dénoncer et contrer toutes les fausses informations qui circulent par l’intermédiaire des médias. Je profiterai de ma connaissance de l’histoire et de la géopolitique du Moyen-Orient pour intervenir au sein des médias français, afin de rétablir la vérité.Je me montrerai enfin extrêmement attentif et particulièrement intraitable sur tous les propos et actes racistes, antisémites et antisionistes. Et ferai tout pour favoriser le dialogue et une meilleure compréhension culturelle entre la France et les pays de la 8e circonscription, en faisant preuve d’une vigilance toute particulière à l’attention d’Israël.
more...
No comment yet.
Scooped by David Shapira
Scoop.it!

When Hackers Took On Israel And Won - #OpIsrael

When Hackers Took On Israel And Won - #OpIsrael | Election 8ème circonscription des français de l'étranger | Scoop.it
On March 2013 hacktivists announced that they would unite on the 7th of April under the banner #OpIsrael and would “erase Israel from cyberspace”, as the 7th of April got closer, notorious defacers hunted day and night for vulnerable Israeli sites,...
more...
No comment yet.
Scooped by David Shapira
Scoop.it!

Du deuil à la joie - David Shapira - candidat élection 8ème circonscription

Du deuil à la joie - David Shapira - candidat élection 8ème circonscription | Election 8ème circonscription des français de l'étranger | Scoop.it

Ce soir à 20 heures débuteront les festivités de la journée d’Indépendance qui marque les 65 années de la création de l’Etat d’Israël. Jamais aucun peuple n’aura subi autant de souffrances et de sacrifices au cours de ces dernières décennies. Parallèlement, la création d’un Etat pour ces Juifs en Diaspora depuis 2000 ans, annonce un signe de résurrection. Les chiffres de la population en Israël, diffusés dernièrement en sont la preuve.

Aux commémorations du Souvenir, se succèdent, en un instant, celles de l’Indépendance. Quoi de plus difficile que de passer des larmes au rire, du deuil aux réjouissances, en un instant. Nombreuses sont les familles éprouvées par la perte d’un proche qui réclament de la Knesset une législation : instaurer une nette séparation entre ces deux journées symboliques. Une proposition que les législateurs prennent sérieusement en compte.

Car il faut accomplir un effort surhumain pour effacer de notre mémoire les témoignages continus de douleurs entendus une journée durant à la radio ou à la télévision pour avoir le cœur à la célébration. Mais, comme toujours, nous saurons le faire. Nous relèverons le défi,la tête haute, sachant que la vie l’emporte. Ce soir, demain, nous marquerons ce qui constitue la principale renaissance du peuple juif depuis sa dispersion, la création de l’Etat d’Israël.

Espérons ensemble que les valeurs démocratiques et les valeurs de liberté appliquées par Israël puissent inspirer tous les pays voisins afin qu’ils comprennent que la guerre et les conflits ne font qu’ajouter à la douleur et au deuil. Israël et ses habitants, dans son désir de prospérité, ne demande qu’à vivre en paix et assurer son existence en toute sécurité.

David Shapira's insight:

Ce soir à 20 heures débuteront les festivités de la journée d’Indépendance qui marque les 65 années de la création de l’Etat d’Israël. Jamais aucun peuple n’aura subi autant de souffrances et de sacrifices au cours de ces dernières décennies. Parallèlement, la création d’un Etat pour ces Juifs en Diaspora depuis 2000 ans, annonce un signe de résurrection. Les chiffres de la population en Israël, diffusés dernièrement en sont la preuve.

Aux commémorations du Souvenir, se succèdent, en un instant, celles de l’Indépendance. Quoi de plus difficile que de passer des larmes au rire, du deuil aux réjouissances, en un instant. Nombreuses sont les familles éprouvées par la perte d’un proche qui réclament de la Knesset une législation : instaurer une nette séparation entre ces deux journées symboliques. Une proposition que les législateurs prennent sérieusement en compte.

Car il faut accomplir un effort surhumain pour effacer de notre mémoire les témoignages continus de douleurs entendus une journée durant à la radio ou à la télévision pour avoir le cœur à la célébration. Mais, comme toujours, nous saurons le faire. Nous relèverons le défi,la tête haute, sachant que la vie l’emporte. Ce soir, demain, nous marquerons ce qui constitue la principale renaissance du peuple juif depuis sa dispersion, la création de l’Etat d’Israël.

Espérons ensemble que les valeurs démocratiques et les valeurs de liberté appliquées par Israël puissent inspirer tous les pays voisins afin qu’ils comprennent que la guerre et les conflits ne font qu’ajouter à la douleur et au deuil. Israël et ses habitants, dans son désir de prospérité, ne demande qu’à vivre en paix et assurer son existence en toute sécurité.

more...
No comment yet.
Scooped by David Shapira
Scoop.it!

Yom Hazikaron, une journée de recueillement - David Shapira - candidat élection 8ème circonscription

Yom Hazikaron, une journée de recueillement - David Shapira - candidat élection 8ème circonscription | Election 8ème circonscription des français de l'étranger | Scoop.it

Ce soir débute en Israël le Yom Hazikaron, la « Journée du souvenir », qui commémore la mémoire des soldats tombés afin qu’Israël puisse exister. Cette journée englobe également tous les civils frappés aveuglement et victimes de lâches opérations terroristes. C’est pendant plus de 24 heures qu’une grande partie de la population israélienne, y compris l’ensemble des binationaux, se recueilleront dans les cimetières ou bien entendront à la radio ou la télévision les douloureux témoignages de milliers de familles qui ont perdu l’un de leur proche.

Sans le sacrifice de ces héros, l’Etat d’Israël n’aurait pas vu le jour.

L’existence d’Israël est fondée sur les mêmes valeurs de liberté et de démocratie qui caractérisent les pays d’occident. C’est également au nom de ces valeurs que les combattants d’Israël n’hésitent pas, au prix de leur vie, à s’élancer vers l’ennemi.

La France, qui se bat aujourd’hui au Mali et qui a participé aux opérations militaires contre les Talibans d’Afghanistan, est parfaitement consciente que sans sacrifice, il n’existe pas de liberté. C’est pour la liberté d’exister que nous pleurons ce soir et pendant 24 heures la perte de ces soldats sacrifiés.

David Shapira's insight:

Ce soir débute en Israël le Yom Hazikaron, la « Journée du souvenir », qui commémore la mémoire des soldats tombés afin qu’Israël puisse exister. Cette journée englobe également tous les civils frappés aveuglement et victimes de lâches opérations terroristes. C’est pendant plus de 24 heures qu’une grande partie de la population israélienne, y compris l’ensemble des binationaux, se recueilleront dans les cimetières ou bien entendront à la radio ou la télévision les douloureux témoignages de milliers de familles qui ont perdu l’un de leur proche.

Sans le sacrifice de ces héros, l’Etat d’Israël n’aurait pas vu le jour.

L’existence d’Israël est fondée sur les mêmes valeurs de liberté et de démocratie qui caractérisent les pays d’occident. C’est également au nom de ces valeurs que les combattants d’Israël n’hésitent pas, au prix de leur vie, à s’élancer vers l’ennemi.

La France, qui se bat aujourd’hui au Mali et qui a participé aux opérations militaires contre les Talibans d’Afghanistan, est parfaitement consciente que sans sacrifice, il n’existe pas de liberté. C’est pour la liberté d’exister que nous pleurons ce soir et pendant 24 heures la perte de ces soldats sacrifiés.

more...
No comment yet.
Scooped by David Shapira
Scoop.it!

À la mémoire de notre peuple assassiné - David Shapira - candidat élection 8ème circonscription

À la mémoire de notre peuple assassiné - David Shapira - candidat élection 8ème circonscription | Election 8ème circonscription des français de l'étranger | Scoop.it

En Israël comme dans le monde entier, le peuple juif et l’Humanité se recueillent face à ce qui est considéré aujourd’hui comme « le plus grand massacre jamais organisé » depuis l’origine du monde. Ne jamais pardonner, ne jamais oublier, demeurent des sentences de substitution alors que nous n’arriverons toujours pas à comprendre les motivations de ceux qui assassinaient des vies innocentes par centaines de milliers, puis par millions. 6 millions. Si nous devions consacrer une minute de silence pour chacune des victimes de la shoah, il faudrait nous taire plus de 11 années, 5 mois et 21 jours…..

David Shapira's insight:

En Israël comme dans le monde entier, le peuple juif et l’Humanité se recueillent face à ce qui est considéré aujourd’hui comme « le plus grand massacre jamais organisé » depuis l’origine du monde. Ne jamais pardonner, ne jamais oublier, demeurent des sentences de substitution alors que nous n’arriverons toujours pas à comprendre les motivations de ceux qui assassinaient des vies innocentes par centaines de milliers, puis par millions. 6 millions. Si nous devions consacrer une minute de silence pour chacune des victimes de la shoah, il faudrait nous taire plus de 11 années, 5 mois et 21 jours…..
L’Histoire est versatile. Elie Wiesel pensait qu’après Auschwitz, l’Humanité aurait compris les conséquences de ses actes. Mais l’antisémitisme, banni du vocabulaire pendant près de 40 ans, après la découverte des camps d’extermination, refait désormais surface et frappe les communautés juives de plein fouet. Celle de France en particulier : depuis septembre 2000 jusqu’à aujourd’hui, ce sont des centaines d’actes, d’injures, d’attentats antisémites qui sont officiellement enregistrés chaque année.
Actes qui se font, d’une décennie à l’autre, d’une année à l’autre, plus violents, plus meurtriers et plus horribles encore. Des injures aux crachats, du meurtre à la fourchette de Sébastien Selam jusqu’à la séquestration inhumaine d’Ilan Halimi, de la mise à mort d’enfants juifs à bout portant dans une école juive de Toulouse, les marches de l’horreur ont été largement franchies.
La France n’est pas un pays antisémite, mais il y a beaucoup d’antisémitisme en France. La nuance est de taille. Les Pouvoirs publics, de gauche comme de droite, s’efforcent de réagir par des cérémonies et déclarations tonitruantes sans être capables d’endiguer le fléau.
C’est bien une décennie d’impotence en la matière qui caractérise les différents gouvernements français depuis 2000. Il faut maintenant passer la vitesse supérieure : renforcer les programmes éducatifs axés sur la Shoah et les Droits de l’Homme, visiter en masse les lieux de massacres et d’exterminations, re-légitimer l’existence d’Israël sans lequel le peuple juif n’aurait droit à son existence et sa sécurité.
Ce sont toutes les instances gouvernementales et politiques qu’il faut impliquer. Si les chefs de l’Etat et quelques ministres sont toujours présents dans ce combat, il serait souhaitable que toute l’Assemblée nationale et les membres du Sénat s’élèvent d’une seule voix, de droite comme de gauche, pour montrer que la parole antisémite, l’acte antijuif et la violence raciste ne pourront jamais être tolérés dans un pays qui revendique fièrement son appartenance au respect des Droits de l’Homme.
C’est pourquoi, si vous m’accordez votre confiance, lorsque je serai député à l’Assemblée nationale, je ne cesserai d’évoquer cette nouvelle résurgence de l’antisémitisme et la volonté de certains de délégitimer l’existence de l’Etat d’Israël, comme si la Shoah n’avait pas eu lieu il y a 70 ans seulement. L’antisionisme n’est ni tolérable, ni négociable. Il doit être puni au même titre que le négationnisme. J’agirai pour que les antisionistes soient sanctionnés, comme le sont les négationnistes qui nient l’existence de l’extermination des Juifs lors de la Seconde guerre mondiale.

more...
No comment yet.
Scooped by David Shapira
Scoop.it!

S'abstenir, c'est presque trahir… - David Shapira - candidat élection 8ème circonscription

C'est le 26 mai prochain qu'auront lieu les élections partielles législatives de la 8e circonscription des Français à l'étranger. David Shapira.
David Shapira's insight:

C’est le 26 mai prochain qu’auront lieu les élections partielles législatives de la 8e circonscription des Français à l’étranger. Comme vous le savez sûrement, j’ai décidé de présenter ma candidature afin d’assurer au mieux une réelle représentation des Français de la 8e circonscription auprès de l’Assemblée nationale.

Nous sommes confrontés, et je me permettrai de me faire le porte-parole de l’ensemble des candidats, à la douloureuse question de savoir comment motiver les électeurs à accomplir leur devoir de citoyens, c’est-à-dire à se rendre aux urnes.

J’utilise le mot devoir car si voter est un des droits fondamentaux du citoyen, il n’en reste pas moins qu’il s’agit également d’un devoir.

Toutefois l’abstention n’est pas pénalisée en France et c’est mieux ainsi. Je voudrais cependant m’adresser à tous les électeurs potentiels qui se demandent pourquoi ils devraient perdre une heure de leurs occupations pour « encore aller voter » ?

more...
No comment yet.