l'e-santé en géné...
Follow
Find
1.0K views | +0 today
l'e-santé en général et en particulier
info autour du développement de l'e-santé en France et dans le monde
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Caroline Crousillat from STARTUPS & INNOVATION IN HEALTHCARE by PHARMAGEEK
Scoop.it!

Where (in the Human Body) Venture Capital Is Going

Where (in the Human Body) Venture Capital Is Going | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
A look at the organs and maladies that are attracting the most interest of startups and venture-capital investors. Hint: Think aging baby boomers.

Via Emmanuel Capitaine , Lionel Reichardt / le Pharmageek
more...
No comment yet.
Scooped by Caroline Crousillat
Scoop.it!

Tech, Meet Fashion - NYTimes.com

Tech, Meet Fashion - NYTimes.com | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it

 

Caroline Crousillat's insight:

It’s time we stopped calling the current crop of gadgets “wearable tech.” Instead, I propose we start giving them a more appropriate name: “ugly tech.” Because let’s be realistic, most wearables today are really, really ugly.insight...

more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from NTIC et Santé
Scoop.it!

Plus de 130 millions de consultations médicales vidéo prévues en 2018

Plus de 130 millions de consultations médicales vidéo prévues en 2018 | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
Selon les prévisions de la société d'études américaine Parks Associates, les consultations médicales opérées en ligne par vidéo devraient presque tripler en un an, passant de 5,7 millions en 2014 à 16 millions en 2015. A l'horizon 2018, c'est plus de 130 millions de consultations vidéo reliant le médecin à son patient qui pourraient être effectuées.

A lire sur parksassociates.com


Via E. Lacoste-Mbaye, dbtmobile
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from NTIC et Santé
Scoop.it!

Service de télémédecine pour les enfants à bord des navires MSC Croisières

Service de télémédecine pour les enfants à bord des navires MSC Croisières | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
MSC Croisières est la première compagnie maritime au monde à proposer à bord de ses navires un service de télémédecine pour enfants et adolescents, disponible 24h/24 et 7j/7. Ce service de médecine à distance est rendu possible grâce à une collaboration avec l’«Institut Giannina Gaslini» de Gênes, un centre pédiatrique de renommée mondiale. La compagnie de croisières va équiper l’ensemble de sa flotte de nouvelles technologies, afin d’assurer un suivi médical à distance des petits passagers par les spécialistes de l’Institut Gaslini. Cela permettra aux médecins du bord de consulter à tout moment un spécialiste en pédiatrie à terre pour un deuxième avis. En outre, il sera possible d’établir des diagnostics à distance, d’effectuer des examens radiologiques et d’assurer un suivi médical. Gianni Onorato, PDG de MSC Cruises, Paul Petralia, directeur général de l’Institut Giannina Gaslini, ainsi que Claudio Burlando, président de la région de Ligurie, ont présenté le projet à Gênes, le 9 juillet 2014. « La santé et la sécurité de nos passagers constituent notre première priorité », explique Gianni Onorato. « Les enfants ont souvent des besoins très spécifiques en matière de soins médicaux. En notre qualité d’entreprise familiale, nous sommes fiers de cette collaboration: nous pouvons ainsi proposer un service médical en mer, et sans équivalent, aux nombreux petits passagers qui parcourent le monde avec nous et permettre aux familles de jouir de vacances tranquilles. » Paul Petralia se réjouit également: « Cette collaboration permet aussi à nos spécialistes de démontrer leur expertise en dehors de notre institut. Grâce à un système ultramoderne d’imagerie et de transmission de données, les médecins du bord pourront nous demander de confirmer leurs diagnostics et leurs traitements. Cela affirme une fois de plus notre volonté de proposer en tous lieux les meilleurs soins médicaux en recourant aux technologies les plus modernes et les plus efficaces. » Tous les navires MSC, quels que soient les itinéraires empruntés à travers le monde, pourront contacter l’Institut Gaslini par satellite. La technologie de télémédecine à bord sera gérée par « Carestream ». La société a développé une plate-forme permettant une consultation médicale à distance, même à partir des lieux les plus reculés. Grâce à elle, les médecins de l’Institut Gaslini pourront rapidement établir leurs diagnostics et transmettre leurs recommandations. L’ensemble du processus, de la demande initiale à la réponse des médecins, est entièrement contrôlé par ordinateur et protégé par les normes les plus élevées en termes de sécurité.
Via TéléSanté Centre, dbtmobile
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from [santé - esanté - télémédecine - télésanté - santé digitale - msanté - santé connectée] by VAB Traductions
Scoop.it!

Qui suivre dans la e-santé ?

Qui suivre dans la e-santé ? | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
Encore méconnue des français, la e-santé fait pourtant partie intégrante de notre vie quotidienne.

Via VAB Traductions
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from Social Media and Healthcare
Scoop.it!

Healthcare Marketers Trend Report 2014

Healthcare Marketers Trend Report 2014 | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it

One year on from the inaugural Healthcare Marketers Trend Report and the industry is continuing its transformation. Our exclusive survey of director-level execs benchmarks the manifestation of change on the healthcare marketing function. James Chase reviews the key trends

Exactly one year ago, the inauguralMM&M/Ogilvy CommonHealth Healthcare Marketers Trend Report drove a stake into the ground to begin measuring some of the fundamental changes that are taking place in the industry. In essence, the purpose of this study is to tap into the mindset of the healthcare marketing director and document the industry's journey through the perfect storm.

We called last year's report “The Big Shift”—after all, the coming transformation would eventually encompass not only products, functions, budgets and resources, but also shifts in mindset and it might even necessitate a willingness to take a bit of a risk here and there. Big? Yes. Fast? Of course not. Measuring the pace of change in pharma is like watching the tide—there's not much to see in real time, but if you take your eye off it for even a second, it's sure to sneak up on you.

For the second annual edition of this study, we fielded an online survey of 202 qualified senior executives—all director level and above—employed by pharmaceutical, biotechnology, devices and diagnostics companies. We requested details of their marketing budgets and responsibilities, along with their attitudes towards various industry challenges, trends, forces and opportunities. Just over half of the survey respondents (52%) represented pharma, with 15% from biotechs, 28% in devices, and the remaining 5% at diagnostics companies (see box).

One in four respondents were C-suite execs (including 36 president/CEOs) while the remainder were director-level or equivalent. Regarding their organizations, 57% were employed by companies with $500M or more in annual revenues, rendering the remaining 43% “small companies,” by the definition of this survey. This year, 37% of respondents claimed sole responsibility for marketing budgets (vs. 25% last year), and the number of brands for which they were responsible varied from one (33%) to “5 or more” (27%).

As with last year's survey, the top-line numbers might look a little flat at first glance. However, a quick delve below the surface confirms that many of the encouraging trends that were uncovered last year are continuing to build momentum (read: increased digital budgets). Some of the data also suggest that a few of marketers' big-ticket fears from 2013, such as the Affordable Care Act, have either yet to unleash their full force, or that perhaps their threat level was overblown.

Marketing budgets

The mean total marketing budget this year (Fig. 1) showed a marginal 5% gain, to $13.5M for all companies. And while the budgets for pharma ($19.4M) and devices ($4.2M) both remained flat, mean biotech budget shot up by 28% to $14.7M. Small companies (<$500M) reported an encouraging 26% increase in mean total budget to $2.6M, while medium/large companies ($500M+) remained flat at $22.2M. (Note that comparisons with last year's budgets are based on the data reported by the current respondents for the previous fiscal year, and do not represent the data collected in 2013 from the 2013 respondents.)

The median total budget rose 25% to $2.5M overall, with small companies and non-pharma companies faring rather better than medium/large companies (down 18% to $5.3M) and pharma (down 16% to $3.8M). These median decreases might hint at (but not prove) the loss of one or more big-budget brands, resulting in a possible redistribution of the budget curves for these categories.

When it comes to budget allocation across key audiences, the order of the “3Ps” remained well established, with physicians again accounting for the lion's share of the overall budget (55.7%, down slightly from 58.7% last year), followed by patients (23.6%, up slightly from 22.0%) and payers (15.8%, up from 14.5%). It's noteworthy that medium/large companies allocated a significantly larger slice of their budgets to payers this year (18.3%) than did small companies (10.4%).

Overall, 57% of respondents reported an increase in total ­marketing budget this year compared to last year (Fig. 2), only slightly (and negligibly) down from the 62% reporting increased budgets last year. However, there was again a significant difference according to company size—69% of small companies reported increased marketing budgets in 2014, compared to just 48% of medium/large companies. Conversely, 28% of medium/large companies reported a reduction in budgets this year, whereas only 12% of small companies lost marketing dollars.

Those numbers don't come as any surprise to Kate Cronin, global managing director, Ogilvy CommonHealth Public Relations. “Smaller-sized companies are able to commit budget to marketing because they are so streamlined,” Cronin says. “We see it firsthand when we work with them. They are more nimble and agile, they don't have a lot of layers and their marketers are often jacks of all trades. But what we're seeing from the larger companies is more consolidation and trimming costs, and marketing budgets are a part of that.”

Equally unsurprised is Walt Sandulli, VP,  marketing at Akrimax Pharmaceuticals—and likely one of the aforementioned jacks of all trades. “Most [smaller] companies like Akrimax are growing rapidly,” says Sandulli. “For us, the greater question is not whether to increase promotional support for our brands from year to year, but how to focus our spending in areas where we can achieve the greatest positive impact on sales and profit. But even with significant budget increases, the promotional budgets of smaller companies are still constrained relative to big pharma companies which, for the most part, are trying to rationalize all spending initiatives. I think the differences in spending plans are reflective of where various companies stand relative to the life cycle of the products in their respective commercial portfolios.”

When respondents were asked whether or not budgets had increased according to particular audiences, the data gets interesting (Fig. 4). Last year, the audience with the greatest number of reported budget increases was physicians. This year, it's patients (42%), followed by physicians (39%) and payers (35%). Although lacking enough statistical significance to even think about declaring it a “changing of the guard” moment, it is at least refreshing to see patients ranking first.

“The doctor's decision-making role is getting smaller,” notes Cronin. “The whole world is turned upside down—while the doc is still an important audience for all of the companies, decision making is increasingly at the payer level.”

Half of all respondents (51%) reported increased budgets for branded marketing efforts (46% in 2013), while 33% declared increased budgets for unbranded campaigns (26% in 2013) (Fig. 3). Note these particular year-on-year comparisons are not statistically significant.

When you look at the overall marketing mix (Fig. 6), things get a lot more interesting. Note, the table is sorted with the largest “buckets” (2013 budgets) at the top, and yet the channels with the most increased budgets for 2014 are towards the bottom. On the other hand, the “decreases” column largely follows the original order of the table. Broadly speaking, the marketing mix appears to be turning on its head.

Of course, what's actually happening is a continuation of the trend away from traditional marketing, and towards digital channels. Right now, the biggest buckets have a somewhat old-school look to them with meetings/conferences (15.7% share of budget), sales reps (14.4%) and sales materials (11.6%) occupying the top three spots. However, the channels for which marketers report the most increased budgets are digital all the way: websites (35.6% of them reported an increase), search engine optimization marketing (33.7%), social media (32.7%) and digital ads (30.2%). And it will come as little surprise that the channels with the most decreased budgets were meetings/conferences (25.2% reported a decrease), sales materials (17.8%) and print/TV/radio ads (13.9%).

Among other significant insights is the fact that in 2013 medium/large companies allocated almost twice as much budget to digital advertising (5.4% of budget) than did small companies (2.8%). They also allocated more to content/materials development than did small companies (11.5% vs. 7.4%).

Concentrating for a moment on only those tactics that are targeting healthcare professionals (Fig. 5a), the ongoing shift in spend from traditional marketing tactics towards digital channels is apparent here, too. While once again, meetings/events (85.1% usage), printed sales materials (77.2%) and sales reps (73.8%) are near the top in the adoption stakes, they also tend to be the channels with the ­lowest rates of budget increases and the highest reported decreases. For example, printed sales materials (18.7% reported increased ­budgets vs. 42.2% decreased budgets) and journal print ads (22.4% vs. 40.5%) were both examples of this trend. Rising channels, on the other hand, included digital sales materials (62.0% vs.7.3%), social media (63.4% vs. 7.1%) and mobile/tablet apps (62.5% vs. 11.5%).

Do patients really come first?

By Kate Cronin, Global Managing Director, Ogilvy CommonHealth Public Relations

Last year's open enrollment under the Affordable Care Act stirred up apprehensive feelings among healthcare marketers about its impact on patient care. Yet, in this year's Trend Report, more than four in 10 marketers believe that ACA will have a positive impact on patients, despite its rocky start. Unfortunately, more than half of these marketers think ACA will negatively impact healthcare professionals (HCPs).

Over the past year, the industry made some inroads to meet patient needs better. But more work is needed. For example, nearly three-quarters of the respondents said the industry still lags behind patients in digital engagement. And only four in 10 believe healthcare companies are adequately prepared to embrace social media. We know that people are already digitally-connected to healthcare information. And with the FDA's recent draft guidance, the industry has tools to navigate the social media waters and keep up with their patients' changing needs.

While healthcare companies claim to be patient-centric, the reality is that few operate this way, according to 78% of respondents. In terms of HCP communications, 80% of respondents believe that restrictions on how sales representative communicate will impact prescribing knowledge and, ultimately, patient outcomes. With the era of marketing the “magic pill” gone, companies need to demonstrate a drug's value proposition—a key indicator of whether an innovation will be approved, reimbursed and welcomed by stakeholders, and ultimately, serve patient needs. But 63% feel the industry is not doing this well enough.

So how can marketers improve communication to patients, HCPs, and other stakeholders? Integration may be the key. More than eight in 10 agree that marketing service companies “must integrate their offerings and become more dynamic to serve the changing needs of the healthcare industry” – an increase from 69% last year.

The corresponding inventory of consumer channels (Fig. 5b), reveals a similar, albeit more established, swing towards digital. Digital channels already top the consumer channel adoption standings, with both websites (55.9% vs. 9.2%) and social media (69.2% vs. 7.7%) also reporting high numbers of increases.

Sourcing partners

The survey showed little change in the overall ways that marketers search for marketing partner agencies (Fig. 7), compared to 2013. However, there were some significant differences based on company size. Medium/large companies were more than twice as likely to use preferred partner lists as were small companies (78.3% usage vs. 36.3%). They were also significantly more likely to deploy procurement services (55.7% vs. 18.8%) and to invite existing partners to pitch (70.8% vs. 48.8%). Small companies, however, were more likely to use their industry relationships to find partners (62.5% vs. 46.2%).

Perception and opinion

Regardless of the way in which marketers apportioned their budgets and prioritized their audiences in their roles, we asked them to rank seven key stakeholder groups according to their perceived importance to them (Fig. 8).

Looking at only the number-one ranking first of all, physicians took the expected top spot, with 54.5% of marketers having ranked them at the top (vs. 63.5% in 2013 – as exciting as this looks, it's not quite statistically significant enough to predict the downfall of docs just yet.). Next on the list come patients (17.3%) and payers (12.4%). Interestingly, these three scores are remarkably close to the actual overall budget allocations to the three P's.

Also of note are two clear insights defined by company size. Respondents at medium/large companies ranked payers the most important stakeholder 18.9% of the time vs. just 3.8% for those at small companies. The latter are more focused on investment, with 11.3% ranking shareholders number one and 21.3% placing them in the top three.

“While physicians remain the most important stakeholders, payers and patients have become even more critical players,” says Akrimax's Sandulli. “Payers, through formulary controls like prior authorization, high patient co-pays and other pharmacy management tools, are increasingly determining what drugs are dispensed to whom. Patients have a growing influence in helping new therapies gain formulary access and shaping payer behavior. The pressure from patients to gain access to innovative therapies is, in some cases, at odds with payer desires to control inappropriate use of drugs. The outcome of these potentially opposing forces will be critical to determining the future of pharmaceutical innovation.”

Finally, our marketing execs were asked to score 18 industry trends, challenges, forces and events according to both the perceived degree of challenge and the perceived degree of opportunity. In terms of challenges (Fig 9a) payer pressure was voted the biggest challenge by a long stretch, followed by clinical development/time to market and FDA regulations/guidance. On the whole medium/large companies appeared to be more challenged by these issues than their small company counterparts.

But when it came to perceived opportunities (Fig 9b) using the same list, med/large companies again often posted higher scores than the small companies, particularly in areas like social media (60.4% vs 47.5%), mobile/tablets (60.4% vs. 46.3%) and big data (58.5% vs. 31.3%).

“To me, the biggest challenge, and opportunity, is to demonstrate value on an everyday basis,” says Cronin. “It's not just about the product you are taking, but how is it actually going to affect outcomes? And so what you're seeing in the survey is some frustration in terms of reaching that ROI, reaching the value that you are looking to show. Because the reps aren't able to see the docs directly and take it to another level. And there are challenges with leveraging big data. Everyone knows you have to show value, but no one has really figured out how to get there.

Methodology

• Survey link was sent in an email to approximately 9,241 healthcare professionals who reside in the United States. Respondents were offered $25 in the form of a gift card.

• A total of 202 healthcare professionals completed the online survey between March 25 and April 15.

• Results are not weighted and are statistically tested at confidence levels of 90% and 95%.

“And even with social media, it's like, yes we get it, that's where our patients are going, but it's still a little unclear about how we can communicate with our audiences in a way that demonstrates value, whether it be disease awareness programs or initiatives that surround a product, so I think that's the value story—and we're seeing it with all our clients. And it needs to start earlier in the process, when you are designing the studies. Everyone agrees that regulations inhibit innovation, but innovation can also be designing clinical trials in a different way so that when the product is available you can actually see how it's making an impact in a different way.”

Industry outlook: more change ahead

While Cronin thinks the year ahead will largely see “more of the same”,  she is appreciative that marketers are at least optimistic about where the industry is going. “Maybe that optimism will translate into innovative marketing campaigns,” she says. “Just because an initiative is innovative doesn't always mean it's going to be risky. Innovation does not equal risk.”

She also sees a continuation of the trend toward an increasing degree of collaboration. “Most of the businesses that we go after are now alliances,” she says. “I remember 20 years ago it would be unusual to have two companies together. Now the trend seems to be collaboration and you see a lot of agreements such as swapping out oncology for a different category, figuring out how to maximize on a specialty area of focus. So we're seeing more collaboration, which I think is ultimately going to benefit the patient and help demonstrate value.”

 


Via Plus91
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from Actualités monde de la santé
Scoop.it!

Jeudis de la Santé

Jeudis de la Santé | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
“Jeudi 26 juin, «Libération» vous invite à son troisième «Jeudi de la santé», une série de rencontres autour des grandes questions de santé publique à l'Institut Pasteur.”
Via EVELYNE PIERRON
more...
EVELYNE PIERRON's curator insight, May 30, 2:50 AM

".....Des données de santé, il y en a partout, de plus en plus.

Exemple emblématique avec le Système national d’information interrégimes de l’assurance-maladie (Sniiram) qui contient des milliards d’informations sur les prescriptions de médicaments, les consultations médicales, les tarifs.

Mais voilà, qui peut y avoir accès ? Les données de santé, pour ceux qui les détiennent, sont un formidable enjeu de pouvoir. Comment les rendre accessibles, tout en préservant l’anonymat des usagers ? Des commissions se succèdent, des rapports aussi. La démocratie sanitaire va-t-elle investir ce champ des «open data» ?


Données de santé, un progrès pour tous ? Venez en débattre jeudi 26 juin à 19h à l’Institut Pasteur avec Bernard Bégaud (professeur de Pharmacologie à l’Université de Bordeaux), Dominique Polton (directrice de la stratégie, des études et des statistiques de la Caisse nationale d’Assurance maladie) et Christian Saout (président d’honneur du Collectif des usagers de la santé). Un grand témoin participera également à la discussion, le directeur de la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, Franck Von Lennep...."

Rescooped by Caroline Crousillat from Social Media and Healthcare
Scoop.it!

The Rise of Clinical Mobility in Healthcare

The Rise of Clinical Mobility in Healthcare | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
“Visit the post for more.”
Via Plus91
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from Télésanté, e-santé
Scoop.it!

L’e-santé progresse dans les hôpitaux européens, mais la France reste un élève très moyen

L’e-santé progresse dans les hôpitaux européens, mais la France reste un élève très moyen | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
L'Observatoire mondial de la e-santé, créé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et divers projets de l’OCDE misent sur le potentiel des technologies d’information et de communication (TIC) pour améliorer la qualité et l'efficacité des soins de santé. Le développement de la e-santé fait donc partie des préoccupations de l’Europe. Un rapport de la Commission européenne rendu public fin mars présente les résultats et conclusions relatifs au déploiement et à l'adoption des TIC et des applications de santé en ligne dans les hôpitaux des 28 États membres de l'UE, d'Islande et de Norvège. Il est basé sur les données de deux enquêtes hospitalières ayant recueilli des informations dans près de 1800 établissements de court séjour.
Via TéléSanté Centre
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from Social Media and Healthcare
Scoop.it!

Infographic: How Android is Transforming the Medical Devices Market

Infographic: How Android is Transforming the Medical Devices Market | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it

Via Plus91
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from e-santé,m-santé, santé 2.0, 3.0
Scoop.it!

Les objets connectés représenteront 44 000 mill...

Les objets connectés représenteront 44 000 mill... | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
“ Dans un rapport commandé par EMC, IDC table sur un véritable raz-de-marée des objets connectés. Ce succès annoncé entraînera une véritable explosion du volume de données, qu'il faudra apprendre à gérer !”
Via nathalie de l'amfe
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from Digital Health - la santé à l'ère du digital
Scoop.it!

Les Français croient aux objets connectés destinés aux seniors

Les Français croient aux objets connectés destinés aux seniors | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
“ SONDAGE - Les personnes âgées sont encore peu équipées en tablettes simplifiées et autres tensiomètres Wi-Fi, mais les seniors et leur proches se disent très intéressés...”
Via Julien Aime
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from #eHealthPromotion, #web2salute
Scoop.it!

Can Mobile Technology Cut Health Costs?

Can Mobile Technology Cut Health Costs? | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
“A new report says there are steps policymakers can take to increase the use of mobile applications in health care—but they aren't being taken. (Can Mobile Technology Cut Health Costs?”
Via eMedToday, Lionel Reichardt / le Pharmageek, Giuseppe Fattori
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from 6- HOSPITAL 2.0 by PHARMAGEEK
Scoop.it!

Infographic: Making the Connected Hospital a Reality

Infographic: Making the Connected Hospital a Reality | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
“The infographic, Making the Connected Hospital a Reality, outlines the necessity for patients to always be connected whether at home, in the ambulance, or at the hospital. Patients receive the best care with 24/7 patient monitoring and real-time ...”
Via VAB Traductions, Lionel Reichardt / le Pharmageek
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from Santé et Hôpitaux "AutreMent"
Scoop.it!

Diabète: Sanofi France participe au développement d'une solution de télémédecine

Diabète: Sanofi France participe au développement d'une solution de télémédecine | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it

La filiale française du groupe pharmaceutique Sanofi a indiqué mardi qu'elle allait collaborer au développement d'une solution de télémédecine destinée aux personnes diabétiques, dont la mise à disposition est prévue pour 2014 en France.
Sanofi France précise, dans un communiqué, avoir signé un accord de collaboration avec le Centre d?étude et de recherches pour l?intensification du traitement du diabète (CERITD) et la société éditrice de logiciels médicaux Voluntis pour le développement de cette solution baptisée Diabeo.
"Diabeo sera constitué de 3 systèmes intelligents", explique Sanofi...


Via L'Info Autrement
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from Digital Health
Scoop.it!

Mental-health monitoring goes mobile

Mental-health monitoring goes mobile | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
“Behavioral health analytics startup Ginger.io sees smartphones as 'automated diaries' containing valuable insight into the mental well-being of people with mental illnesses.”
Via Alex Butler
more...
Rescooped by Caroline Crousillat from NTIC et Santé
Scoop.it!

Objets Connectés en Santé : Prospective

Objets Connectés en Santé : Prospective | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
“ Le quantified self, entre rupture et continuité Le quantified self – la quantification de soi - est une dynamique d’auto-mesure permettant d’accéder à un meilleur niveau de connaissance de son corps. Les utilisateurs peuvent ainsi, adapter leur comportement pour un quotidien plus sain. Les barrières de l’intimité sont bousculées, les adeptes du quantified self partagent leurs données facilement et sont sensibles au regard de la communauté. Les applications de quantified self invitent les utilisateurs à se fixer des objectifs, de partager leurs performances avec la communauté et sur les réseaux sociaux. La valorisation des efforts encourage et motive les utilisateurs. La démocratisation de ces nouveaux usages est liée à l’arrivée des smartphones, véritable élément déclencheur du mouvement de la mesure de soi-même. Les smartphones et les tablettes sont, dorénavant, considérés comme des « hubs numériques » jouant le rôle de télécommande et d’interface préférentielle de consultation des données. Les adeptes du quantified self se comparent donc entre eux afin de se rapprocher de la « norme » (objectif du nombre de pas moyen, par exemple : 10 000 pas par jour). Cette nouvelle « normopathie » s’installe dans les usages et pousse les utilisateurs à faire toujours mieux, soucieux du regard de la communauté. Selon le docteur Laurent Alexandre : « Le marché de l’auto-mesure est aujourd’hui infinitésimal, anecdotique… il est loin d’être évident que le marché se développe dans le futur. Les personnes qui se mesurent se lassent très vite : cela amuse un temps, puis elles abandonnent [...] Pour se développer, le quantified self doit être automatique, sans capteur spécifique, à partir du smartphone » . L’écrivain et chercheur, Evgeny Morozov, voit quant à lui, ces outils comme l’incarnation d’une forme de « solutionnisme technologique ». L’explosion du marché de la m-santé Selon une étude publiée en janvier 2013 par le Pew Internet Institute, 69% des sondés déclarent suivre un indicateur de santé pour eux-mêmes ou un proche. Plus précisément : 60% disent suivre leur poids, leur alimentation ou une autre habitude ; 33% suivent un indicateur de santé (tension, diabète, sommeil) ; 12% celui d’un proche.21% s’aident de technologies pour suivre ces indicateurs, 35% le font sur papier; 49% les mémorisent de « tête » sans les formaliser davantage; 19% des possesseurs de smartphone utilisent au moins une application dédiée.Un tiers des utilisateurs partagent leurs données et, parmi eux, la moitié le fait avec un professionnel de santé. On parle du « patient 2.0 » , un patient actif, connecté et proactif sur le suivi de son état de santé. Un patient atteint de une ou plusieurs maladies chroniques sera-t-il condamné à être responsable de sa propre santé ? « La décision prise par la plateforme (application) va-t-elle l’emporter sur la décision humaine ? » se demande le docteur Postel-Vinay. Selon l’étude éditée par le cabinet Research2guidance et publiée en mars 2013 : « Le marché de la santé sur mobile (m-santé) devrait représenter 26 milliards de dollars à l’horizon 2017 et concerner près de 1,7 milliard d’utilisateurs » . Le marché de la m-santé explose grâce aux app store. Maintenant à maturité, les places de marché d’applications mobiles (App Store, Google Play) vont passer en phase de « consolidation » à partir de 2015-2016 et proposer des applications pouvant directement s’inscrire dans un parcours de soins. Le taux d’équipement en smartphone de 2ème génération va augmenter, des magasins d’applications spécialisées (comme Happtique) vont émerger. Le marché potentiel des utilisateurs de m-santé va passer de 1 milliard en 2012 à 3,4 milliards en 2017. La vente d’appareils ou de capteurs connectés devrait représenter la deuxième source de revenu avec près de 5 milliards de dollars alors que les services pèseront pour plus des deux tiers. L’évolution des objets connectés Selon une des principales banques d’investissement du monde, Morgan Stanley (étude de 2013), il y aura 75 milliards d’objets connectés en 2020. Les objets connectés évoluent, les capteurs se miniaturisent et son moins coûteux. Les produits deviennent plus accessibles, ce qui favorise l’équipement du grand public. L’installation de ces nouveaux objets est en passe de créer un nouveau réseau de capteurs intelligents. C’est depuis 2007, avec la sortie de l’iPhone, que le marché des smartphones a explosé. Ensuite, le cloud est arrivé en apportant de la simplicité, de la synchronisation, du stockage « illimité » et de la puissance de calcul aux appareils mobiles. Les objets connectés bénéficient donc de la connectivité des téléphones mobiles et de « l’intelligence » du cloud computing. On parle alors de « Big Data » et d’algorithmes prédictifs. Interopérabilité & convergence L’Internet des Objets manque encore de standardisation. A ce jour, les protocoles sont multiples et les différents objets « ne se parlent pas entre eux ». Néanmoins, le Wifi et le Bluetooth 4.0 s’imposent, ce dernier est maintenant mature, répandu et économe en énergie. Les facteurs de forme des objets connectés sont en pleine mutation. Les premiers arrivants ont imposé leurs solutions dédiées à des usages précis : pour le fitness, Fitbit propose un podomètre connecté; pour le style, Jawbone commercialise le UP; pour suivre son poids Withings a conçu un pèse personne connecté… et la liste est longue. Demain, de simples objets déjà présents dans notre quotidien comme notre montre, notre t-shirt, nos chaussures et nos lunettes seront multi-usage, ils pourront avoir une analyse complète de notre corps de manière transparente. Les produits vont évoluer de la même manière que les smartphones sont devenus nos ordinateurs de poche. Les formats vont se croiser, certains vont disparaître, d’autres vont naître ; le podomètre « basique » pourrait mourir car ses fonctionnalités peuvent être facilement implémentées dans d’autres dispositifs plus complets comme une smartwatch par exemple. La brique manquante d’interopérabilité arrive avec le cloud computing et les API. L’ouverture des web services des plateformes et des capteurs favorise l’interopérabilité et améliore l’expérience utilisateur. Avec les API, les plateformes appellent les développeurs à prendre en charge les différentes solutions. Le projet Human API illustre très bien cette démarche. Cette plateforme propose aux utilisateurs de services d’automesure de connecter l’ensemble de leurs données en vue de « bâtir l’infrastructure des données de santé ». Il y a également un enjeu extrêmement important au niveau des réseaux de communication. En effet, sans connexion, les capteurs ne peuvent pas envoyer les données collectées sur le cloud. Il y a toujours « l’option smartphone » , mais quand aucun appareil mobile n’est à proximité, comment faire ? Comment rendre les capteurs indépendants et autonomes ? Ce sont des questions auxquelles la société Sigfox essaye de répondre. Cette société française propose un réseau très bas débit dédié aux objets connectés. L’idée est d’étendre un réseau global, dense et simple pour faire transiter les données collectées des objets connectés. Une sorte de réseau parallèle aux réseaux cellulaires classiques (différente fréquence). D’autres acteurs se positionnent non pas sur les produits et sur les réseaux, mais au niveau des données collectées. La guerre des plateformes big data La présence des capteurs va se renforcer autour de nous, sur nous avec les wearables, et à l’intérieur de nous avec les nouvelles technologies (nano et bio). Beaucoup de données vont être générées, la densification du réseau de capteurs va rendre plus facile d’inférer des informations concernant nos intentions et notre contexte. L’analyse des données à l’aide d’algorithmes prédictifs va apporter une nouvelle dimension de compréhension des « individus captés » , une connaissance qui va s’enrichir de l’intimité croissante entre les capteurs, le corps et l’environnement. Les géants du web et des nouvelles technologies se positionnent. Apple vient d’annoncer son service HealthKit prochainement présent sur iOS 8, Samsung a présenté sa solution SAMI, Google prépare Google Fit avec Android Wear, même Blackberry travaille sur une plateforme connue sous le nom projet Ion. Les données de santé et de quantified self sont au coeur des convoitises, mais toutes les sociétés n’ont pas les mêmes stratégies. Apple propose une solution sécurisée plug and play avec les applications des groupes médicaux et hospitaliers. Samsung se positionne plutôt comme une sorte de « place de marché » de données biométriques. Google, quant à lui, assure la continuité de l’expérience utilisateur Android et bientôt Android Wear, avec certainement une approche marketing et publicitaire. Enfin, Blackberry valorise sa technologie QNX comme un socle robuste, flexible et léger pour faire tourner sa plateforme. De nouveaux acteurs vont entrer sur le marché, et certains vont muter. C’est le cas du secteur des assurances qui est en pleine évolution. La médecine est devenue plus prédictive, notamment avec l’arrivée de projets tels que la génomique personnelle qui a« révolutionné la notion même de gestion des risques de santé des individus » . Le wearable computing connecte les individus en temps réel pour diffuser leurs informations de santé. Les assurances pourraient ainsi suivre et prédire les risques encourus par les individus. Des géants comme Google pourraient prendre la place des acteurs historiques de ce secteur. Fin 2013, lors d’une conférence, Eric Schmidt, l’ancien président exécutif de Google annonçait : « l’assurance Santé est le secteur qui est à la veille de voir les usages du big data exploser ». Transhumanisme et Quantified Self « La démocratisation du « bricolage du vivant » devrait débuter en 2015. À partir de cette date, nous pourrions commencer à augmenter nos capacités, à remplacer nos « pièces défectueuses » par des implants ou par des prothèses, à nous greffer des électrodes dans le corps, à modifier notre ADN… Bref, ce sera le début de l’ère de l’amélioration. » précise Laurent Alexandre – PDG de DNAVision et Co-Fondateur de Doctissimo. La technologie prend de plus en plus de place dans le milieu médical et certains veulent briser toutes les limites pour aller plus loin. C’est ce qui caractérise le transhumanisme, une idéologie née dans les années 80, en Californie, qui s’est fixée pour objectif la transformation radicale de l’être humain grâce à la fusion progressive de la technologie et de la vie. Il s’agit de passer de l’Homme « réparé » à l’Homme « augmenté » et peut être un jour, à un homme immortel. D’après Laurent Alexandre, les dirigeants de Google considèrent l’Homme comme « la version Beta des post-humains ». La compréhension du corps par l’homme grâce au quantified self évolue en quête de performances et de longévité. La prochaine étape est-elle de tuer la mort ? C’est la mission que s’est fixé Google avec sa filiale baptisée Calico qui doit s’attaquer au défi de l’âge et des maladies associées. La « révolution NBIC » Les transhumanistes s’appuient sur la technologie NBIC, qui est le fruit de la convergence des Nanotechnologies, de la Biologie (génétique), de l’Informatique et des sciences Cognitives (intelligence artificielle et sciences du cerveau). Les organes endommagés pourraient être remplacés par de nouveaux organes artificiels. On parle de robots humanoïdes qui pourraient être plus intelligents que les humains. Demain, des nanorobots seront en mesure de circuler dans le corps humain afin d’établir des diagnostics et d’agir en présence d’un problème physique. Nous pourrons réécrire notre génome et transformer notre corps pour le rendre plus « fort ». Certains « body hackers » ont déjà commencé la « customisation ». Le professeur de cybernétique Kevin Warwick, se voit déjà le premier « cyborg » de l’histoire depuis qu’il s’est greffé des puces dans le corps et que des électrodes, placées dans un bras, sont reliées à son système nerveux et à un ordinateur. Il peut commander un ordinateur et une main robotique par la pensée. D’autres s’implantent des puces RFID comme Amal Graafstra, et certains, une caméra à l’arrière du crâne. Vers le Posthumanisme ? Cette tendance à évoluer vers un homme « augmenté » ne pourrait-elle pas nous éloigner de notre nature profonde, notre humanité ? Quelle sera la limite de l’homme dans sa quête de l’immortalité ? De nouveaux débats philosophiques et politiques devront avoir lieu autour de l’évolution du transhumanisme et de ses limites. Jusqu’où un homme pourra-t-il s’augmenter ? Y aura-t-il un seuil de « customisation » limite à ne pas dépasser pour ne pas devenir une « machine-humanoïde » , un Posthumain ? Les « bio-conservateurs » déplorent l’absence d’une réflexion existentialiste sur la nature de l’humanité. D’autres craignent la construction d’une oligarchie qui posséderait la technologie, mettant ainsi en place une sorte de dictature. Le débat est ouvert… Quelle régulation pour la « Santé Mobile » ? La santé mobile ne fait encore l’objet d’aucune loi spécifique en France. La CNIL analyse entre autre les méthodes utilisées par la FDA (Food and Drug Administration) aux Etats-Unis. Pour faire simple, tout tourne autour d’une seule question : l’application « quantified self » est-elle un dispositif médical ? Si l’application est jugée comme un dispositif médical, les développeurs devront alors appliquer les normes de qualité, de sécurité et de confidentialité des données personnelles de santé. S’il ne s’agit pas d’un dispositif médical, alors les normes ne s’appliquent pas. La FTC recommande aux développeurs d’applications mobiles d’obtenir le consentement explicite de l’utilisateur en cas de collecte des données. En Europe, les lois générales de protection des données personnelles classent les données de santé comme des informations « sensibles ». Leur traitement est impossible, sauf dans des cas précis pour sauver ou protéger des vies par exemple. En 2008, le Conseil des Ministres des Télécoms de l’UE à affirmé la nécessité de reconnaître un « droit au silence des puces » RFID. On parle maintenant de « droit au contrôle ». En Angleterre, le Service National de la Santé a ouvert un portail d’applications qui propose une sélection d’apps de confiance qui sont évaluées et trier selon leur pertinence médicale. En Europe, il n’existe malheureusement pas de définition officielle de la donnée de santé. ”
Via Xavier SEDES, Celine Sportisse, dbtmobile
more...
Le Lab Marketing Digital's curator insight, June 24, 11:52 PM


Selon l’étude éditée par le cabinet Research2guidance et publiée en mars 2013 : « Le marché de la santé sur mobile (m-santé) devrait représenter 26 milliards de dollars à l’horizon 2017 et concerner près de 1,7 milliard d’utilisateurs » .


Le marché potentiel des utilisateurs de m-santé va passer de 1 milliard en 2012 à 3,4 milliards en 2017. La vente d’appareils ou de capteurs connectés devrait représenter la deuxième source de revenu avec près de 5 milliards de dollars alors que les services pèseront pour plus des deux tiers.

Rescooped by Caroline Crousillat from NTIC et Santé
Scoop.it!

La santé mobile en Europe

La santé mobile en Europe | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
La santé mobile ou m-santé est un sous-segment de la e-santé et couvre l’ensemble des pratiques médicales et de santé réalisées à partir d’appareils mobiles et communicants comme les Smartphones et les tablettes, les appareils de surveillance patient et de plus en plus avec les objets connectés. Voici une infographie de l’Union Européenne expliquant la santé mobile et l’amélioration qu’elle apporte dans la vie quotidienne des patients en Europe. Les solutions mobiles utilisent des applications servant à récolter, traiter et analyser les données médicales ou privées de manière plus efficace, afin d’apporter des conseils personnalisés pour améliorer son bien-être. La m-santé contribue donc à l’autonomisation des patients qui deviennent ainsi acteurs de leur santé, permettant une meilleure prévention et prise en charge pour une amélioration globale de la santé. Les données de santé mobilerythme cardiaque, activités physiques quotidiennes, alimentationgrâce à ces données, les professionnels de santé peuvent faire un meilleur diagnostic et apporter un meilleur traitementavec ces solutions les patients peuvent prendre en main leur santé de manière plus efficacePourquoi la santé mobile est primordialeun diagnostic précoce et un meilleur traitementle patient devient acteur de sa santé et se prend en mainpour une meilleure préventionpour une réduction des coûts associés à la santépour simplifier le quotidien des professionnels de santé en leur faisant gagner du temps (jusqu’à 30 %)Le marché de la m-santéplus de 6 milliards d’abonnements mobiles dans le mondeun marché mondial estimé à plus de 17,6 milliards € en 2017 dont 30 % en Europe, 30 % en Chine, 28 % en Amérique du Nord, 7 % en Amérique du Sud et 5 % en Afriqueplus de 97 000 applications santé sont disponibles aujourd’hui, dont 70 % sont destinées aux particuliers et 30 % aux professionnels de santéen 2017, 3,4 milliards de personnes posséderont un Smartphone et la moitié utiliseront une application santéEt que fait l’Europe pour tout ça ?L’Union Européenne veille sur des points clés comme: le cadre législatifla protection des donnéesl’interopérabilité des systèmes de santéla sécurité des applications santéPour en savoir plus et pour répondre à la consultation lancée par la commission européenne cela se passe ici.
Via Philippe Marchal/Pharma Hub, dbtmobile
more...
Le Lab Marketing Digital's curator insight, June 12, 12:50 AM


Les solutions mobiles de santé utilisent des applications servant à récolter, traiter et analyser les données médicales ou privées de manière plus efficace, afin d’apporter des conseils personnalisés pour améliorer le bien-être des patients.


La m-santé permet donc une meilleure prévention et prise en charge pour une amélioration globale de la santé.

Rescooped by Caroline Crousillat from Hopital 2.0
Scoop.it!

Japon : une stratégie nationale de e-santé fondée sur la robotique

Japon : une stratégie nationale de e-santé fondée sur la robotique | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
“ Le mag numéro 12 – 26/05/2014 Face au vieillissement de sa population, le Japon a mis en place une stratégie nationale de e-santé fondée sur la robotique permettant à son système de santé d’être en...”
Via Emmanuel Capitaine , Chanfimao
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from Santé et Hôpitaux "AutreMent"
Scoop.it!

Infirmière : 9 minutes par jour de temps gagné grâce à la connectivité

Infirmière : 9 minutes par jour de temps gagné grâce à la connectivité | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it

L’arrivée du Dossier patient informatisé (DPI) implique pour les infirmières l’enregistrement des données et des constantes du patient au sein des programmes informatiques. Pour leur faire gagner du temps, la société Capsule Technologie[1] a inventé un dispositif, Smartlinx Neuron, utilisé au CHU de Clermont-Ferrand, qui permet d’envoyer les données issues des appareils biomédicaux directement dans le DPI.

 


Via L'Info Autrement
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from le monde de la e-santé
Scoop.it!

Intel se lance dans la course des objets connectés

Intel se lance dans la course des objets connectés | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
“ Intel met le cap sur les objets connectés destinés au bien-être et à la santé en rachetant Basis Science.”
Via CNR Santé, Fabrice Vezin
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from STARTUPS & INNOVATION IN HEALTHCARE by PHARMAGEEK
Scoop.it!

Le crowdfunding peut il booster la e-santé ?

Le crowdfunding peut il booster la e-santé ? | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
“Dans une vie précédente, je me suis intéressé aux sociétés de biotech et à la façon dont ces sociétés été financées. Tout cela était très codifié : business plan, love money, business angel, road s...”
Via Celine Sportisse, Lionel Reichardt / le Pharmageek
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from Hopital 2.0
Scoop.it!

Internet des objets : les hôpitaux doivent se préparer dès aujourd’hui

Internet des objets : les hôpitaux doivent se préparer dès aujourd’hui | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
“ L’hôpital 2.0 est déjà une réalité et la tendance va très certainement s’accélérer avec la démocratisation des objets connectés. Mais les hôpitaux, le personnel et les infrastructures réseau, sont-ils bien préparés ?”
Via TéléSanté Centre, Chanfimao
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from Digital Health - la santé à l'ère du digital
Scoop.it!

Aperçu chiffré des pratiques et attentes des internautes en santé connectée - be Angels

Aperçu chiffré des pratiques et attentes des internautes en santé connectée - be Angels | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
“ 56 % des internautes ont à ce jour consommé de l’information santé sur la toile au cours des 6 derniers mois, soit plus d’un internaute sur deux. Comment cette information santé est-elle consommée, et dans quel but ? Cette consommation a-t-elle un impact sur la relation du patient avec les professionnels de la santé ? Retour sur [...]”
Via Julien Aime
more...
No comment yet.
Rescooped by Caroline Crousillat from NTIC et Santé
Scoop.it!

Open Data : ouverture des données publiques de santé | Modernisation

Open Data : ouverture des données publiques de santé | Modernisation | l'e-santé en général et en particulier | Scoop.it
Vous êtes ici Accueil > L'action publique se transforme > En ouvrant les données publiques > Open Data : ouverture des données publiques de santé L'action publique se transforme 914 Open Data : ouverture des données publiques de santé 04.04.14 Etalab Santé Etalab publie une cartographie des données publiques de santé et lance une consultation publique en ligne. Une première en France. Etalab, la mission du SGMAP en charge de l’ouverture des données publiques, publie aujourd’hui une cartographie des données publiques disponibles dans le domaine de la santé. Plus de 260 bases ou jeux de données ont été recensés. Ce travail de recensement intervient dans le cadre du débat sur l’ouverture des données publiques de santé décidé lors du CIMAP du 17 juillet 2013 et lancé par le ministère des Affaires Sociales et de la Santé en novembre 2013. Une première en France Etablie à partir de nombreux entretiens et ateliers de travail avec les acteurs de la santé et d'une analyse de leurs portails d'information, cette cartographie regroupe, pour la première fois en France, l’ensemble des bases ou séries de données existantes ou extraites des systèmes d'information de santé. Ce répertoire, le plus complet possible, fournit également des indications relatives à la source de ces données, à leur gestionnaire, à leur contenu ainsi qu'une évaluation de leur statut et degré d'ouverture. Donnez votre avis ! Pour compléter ce recensement, une consultation publique en ligne est lancée sur le sujet. Les Français y sont invités à se prononcer sur les jeux de données qu’ils souhaiteraient voir ouvrir, sur les raisons qui motiveraient cette ouverture et sur les jeux de données existants ou utiles qui n'auraient pas été identifiés dans la cartographie actuelle. Les résultats de cette consultation, ouverte jusqu'au 28 avril 2014, nourriront les conclusions des travaux de la commission en charge du débat sur l’ouverture des données publiques de santé. Aller plus loin Plus d’infos sur le site de la mission Etalab Consulter la cartographie des données publiques de santé Participer à la consultation publique - See more at: http://www.modernisation.gouv.fr/laction-publique-se-transforme/en-ouvrant-les-donnees-publiques/open-data-ouverture-des-donnees-publiques-de-sante#sthash.nxTKts2l.dpuf Vous êtes iciAccueil > L'action publique se transforme > En ouvrant les données publiques > Open Data : ouverture des données publiques de santéL'action publique se transforme 914Open Data : ouverture des données publiques de santé04.04.14 Etalab publie une cartographie des données publiques de santé et lance une consultation publique en ligne. Une première en France. Etalab, la mission du SGMAP en charge de l’ouverture des données publiques, publie aujourd’hui une cartographie des données publiques disponibles dans le domaine de la santé. Plus de 260 bases ou jeux de données ont été recensés. Ce travail de recensement intervient dans le cadre du débat sur l’ouverture des données publiques de santé décidé lors du CIMAP du 17 juillet 2013 et lancé par le ministère des Affaires Sociales et de la Santé en novembre 2013. Une première en France Etablie à partir de nombreux entretiens et ateliers de travail avec les acteurs de la santé et d'une analyse de leurs portails d'information, cette cartographie regroupe, pour la première fois en France, l’ensemble des bases ou séries de données existantes ou extraites des systèmes d'information de santé. Ce répertoire, le plus complet possible, fournit également des indications relatives à la source de ces données, à leur gestionnaire, à leur contenu ainsi qu'une évaluation de leur statut et degré d'ouverture. Donnez votre avis ! Pour compléter ce recensement, une consultation publique en ligne est lancée sur le sujet. Les Français y sont invités à se prononcer sur les jeux de données qu’ils souhaiteraient voir ouvrir, sur les raisons qui motiveraient cette ouverture et sur les jeux de données existants ou utiles qui n'auraient pas été identifiés dans la cartographie actuelle. Les résultats de cette consultation, ouverte jusqu'au 28 avril 2014, nourriront les conclusions des travaux de la commission en charge du débat sur l’ouverture des données publiques de santé. Aller plus loin Plus d’infos sur le site de la mission EtalabConsulter la cartographie des données publiques de santéParticiper à la consultation publique- See more at: http://www.modernisation.gouv.fr/laction-publique-se-transforme/en-ouvrant-les-donnees-publiques/open-data-ouverture-des-donnees-publiques-de-sante#sthash.nxTKts2l.dpuf
Via Rémy TESTON, Lionel Reichardt / le Pharmageek, dbtmobile
more...
No comment yet.