Égypt-actus
Follow
Find tag "réseaux sociaux"
372.0K views | +0 today
Égypt-actus
Égypt-actus
revue de presse sur l'actualité culturelle, archéologique, politique et sociale de l'Égypte
Curated by Egypt-actus
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Les internautes sont désormais pistés

Les internautes sont désormais pistés | Égypt-actus | Scoop.it

Par May Al-Maghrabi

Le ministère de l'Intérieur vient d'annoncer que les réseaux sociaux seraient sous surveillance, invoquant les nombreuses incitations à la violence qui s'y développent. La mesure suscite des craintes quant à d'éventuels débordements. 
Pour sa lutte contre le terro­risme, l’Etat a décidé de sou­mettre les réseaux sociaux à une surveillance et de traquer les internautes qui « incitent à la vio­lence ».
Cette décision controversée inter­vient suite à une série d’attaques visant les forces de sécurité pro­mises sur les pages Facebook et Twitter des Frères musulmans. Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur affirme que les autorités compétentes « utilisent désormais les moyens technologiques modernes pour pister ceux qui inci­tent à la violence contre la police ou les citoyens, ou qui donnent des informations sur la fabrication des explosifs ».

Le ministère de l’Intérieur a, en outre, prévenu que toute personne incitant à la violence, notamment contre la police et l’armée, sur les réseaux sociaux sera arrêtée et pré­sentée à la justice. La décision est entrée immédiatement en vigueur avec l’arrestation de 17 personnes, pour avoir « créé des pages sur Facebook incitant à la violence ».

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

En Egypte, Facebook désormais sous haute surveillance

En Egypte, Facebook désormais sous haute surveillance | Égypt-actus | Scoop.it

Les autorités égyptiennes nommées par l’armée suite au Coup d’Etat du 3 juillet dernier ont menacé d’arrêter toute personne incitant sur les réseaux sociaux à la violence notamment contre la police.

Déjà jeudi matin, dix personnes ont été arrêtées pour avoir incité à la violence sur leurs comptes sociaux. Selon le ministre de l’Intérieur égyptien , les dix personnes arrêtées sont toutes membres des Frères musulmans.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

L'Egypte menace les utilisateurs des réseaux sociaux incitant à la violence

L'Egypte menace les utilisateurs des réseaux sociaux incitant à la violence | Égypt-actus | Scoop.it
Les autorités égyptiennes ont arrêté dix opposants ce jeudi, les accusant d'avoir incité à la violence sur les réseaux sociaux. 

Les autorités égyptiennes ont prévenu qu’elles arrêteraient toute personne incitant à la violence, notamment contre la police, sur les réseaux sociaux, affirmant avoir arrêté jeudi dix personnes.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Printemps arabe : "Le rôle des réseaux sociaux a été très exagéré" (Mounir Bensalah)

Printemps arabe : "Le rôle des réseaux sociaux a été très exagéré" (Mounir Bensalah) | Égypt-actus | Scoop.it

Deux ans après le déclenchement du Printemps arabe, qui a renversé des régimes autoritaires enTunisie, en Égypte, en Libye et au Yémen, FRANCE 24 tente de faire le point sur le rôle joué par les réseaux sociaux au cours de ces évènements. En Occident, Facebook, Twitter et YouTube ont très souvent été présentés comme des acteurs-clés, voire des détonateurs de ces révolutions. Pour comprendre ce phénomène, qui a indéniablement mis la jeunesse arabe sur le devant de la scène, Mounir Bensalah, militant et blogueur marocain auteur de "Réseaux sociaux et révolutions arabes ?" (éd.Michalon), répond aux questions de FRANCE 24.

Egypt-actus's insight:
Peut-on, deux ans après, évaluer le rôle exact joué par les réseaux sociaux dans le Printemps arabe ?
Mounir Bensalah : Le rôle des réseaux sociaux dans le Printemps arabe a été très exagéré, notamment par les médias occidentaux. La révolution Facebook ou Twitter, tel que ces évènements ont été qualifiés, sont un mythe et un fantasme nés de raccourcis journalistiques. Ils ont indéniablement accompagnés ce qu'on appelle les révolutions arabes, puisqu'ils ont servis à mobiliser, à informer et à s'informer. Voire à attiser la colère. Ils ont en outre permis d'attirer l'attention des médias étrangers, empêchés de travailler librement dans les pays fermés, et de les alimenter en images. Ils ont également aidé ceux que j'appelle les révoltés solitaires, qui se croyaient seuls au monde, à se regrouper en découvrant que d'autres personnes partageaient leurs sentiments. Mais les populations des pays arabes ne sont pas descendues dans les rues grâce aux réseaux sociaux, mais elles ont plutôt été poussées à se révolter pour des raisons sociales et politiques. D'ailleurs peu de gens étaient réellement connectés, et beaucoup d'entre eux n'avaient même pas accès à un ordinateur. Le profil type du cyber-activiste utilisant les réseaux sociaux le démontre : il est jeune, âgé entre 18 et 40 ans, citadin, jouissant d'un niveau d'instruction élevé et sensibilisé aux valeurs démocratiques lors d'un passage en Occident. Ce qui exclu une grande partie de la population des pays arabes, maintenue dans la pauvreté par les régimes dictatoriaux. Plus : http://mobile.france24.com/fr/20130204-printemps-arabe-revolution-reseaux-sociaux-facebook-youtube-twitter-egypte-tunisie-libye-internet
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Facebook: Que reste-t-il de l’usage du réseau social après les révolutions arabes?

Facebook: Que reste-t-il de l’usage du réseau social après les révolutions arabes? | Égypt-actus | Scoop.it
Les printemps arabes ont souvent été qualifiés de «révolutions 2.0», célébrant le rôle de Facebook. Comment ce réseau social, qui fête ses dix ans ce lundi, est-il utilisé aujourd’hui dans ces pays?

A l’éclosion des printemps arabes, les médias occidentaux ont observé, fascinés, le rôle des réseaux sociaux dans ces soulèvements populaires. On parla de «révolution 2.0» voire de «révolution Facebook», soulignant à quel point Internet avait été crucial pour obtenir la chute des régimes dictatoriaux en Tunisie, en Egypte ou encore en Libye.

Avec le recul, de nombreux observateurs pointent l’emballement, à tort, autour de ce phénomène. Oui, Facebook a aidé à mettre en relation et mobiliser des centaines de milliers de personnes d’horizons divers, avides de liberté après des décennies d’oppression. Mais non, ce ne sont pas les réseaux sociaux qui ont fait la révolution. «On a survalorisé le rôle de Facebook car les informations nous venaient de là», explique Arnaud Mercier, professeur de l'Université de Lorraine et responsable de l’Observatoire du Web journalisme.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: la violence continue, Facebook sous surveillance

Egypte: la violence continue, Facebook sous surveillance | Égypt-actus | Scoop.it

... les autorités égyptiennes ont prévenu qu'elles arrêteraient toute personne incitant sur les réseaux sociaux à la violence, notamment contre les forces de l'ordre devenues cible d'attentats. Dans un communiqué, le ministère égyptien de l'Intérieur affirme ainsi que «les autorités compétentes au sein du ministère utilisent désormais les moyens technologiques modernes pour pister ceux qui incitent à la violence contre la police ou des citoyens ou expliquent en ligne comment fabriquer des explosifs».

Le gouvernement a ouvert un nouveau front en arrêtant de nombreux militants des mouvements progressistes et des figures de la révolte de 2011. Les réseaux sociaux, comme Twitter et Facebook, avaient joué un rôle dans cette révolte populaire qui renversa Hosni Moubarak après trente ans de pouvoir absolu.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

La nouvelle loi sur le terrorisme inclut le contrôle par le gouvernement des réseaux sociaux

La nouvelle loi sur le terrorisme inclut le contrôle par le gouvernement des réseaux sociaux | Égypt-actus | Scoop.it

By Mohamed Abdel Megeed 
The issue of government control of social networks came tothe fore recently during discussion around banning people from using social networks if users are thought to be planning criminal acts.
The government is expected to issue a new “terrorism” law in days, shortly after the assassination of the Minister of Interior’s technical manager Mohamed Saeed Tuesday.
The new “terrorism” law is expected to include government control of social networks such as Facebook and Twitter if users are seen to be spreading views thought to incite “terrorist” acts.

more...
No comment yet.