Égypt-actus
Follow
Find tag "patrimoine"
403.5K views | +85 today
Égypt-actus
Égypt-actus
revue de presse sur l'actualité culturelle, archéologique, politique et sociale de l'Égypte
Curated by Egypt-actus
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

70007000 : tel est le numéro, pour toutes les banques égyptiennes, pour recevoir des dons destinés à alimenter la caisse "sauver le patrimoine égyptien"

أعلن وزير الدولة لشئون الآثار الدكتور محمد إبراهيم أنه تم إطلاق حساب رقم 70007000 بجميع البنوك المصرية لاستقبال التبرعات تحت اسم «صندوق إنقاذ التراث المصري» بالعملات المحلية والأجنبية لتمويل مختلف مشروعات ترميم المباني الأثرية التي تعرضت للتدمير على خلفية تداعيات الأحداث فيما بعد ثورتي 25 يناير و 30 يونيو. وأكد وزير الآثار - في بيان صحفي صدر اليوم - أن هذه الخطوة تأتي نتاجاً لتضافر الجهود الحكومية والأهلية رغبة في حماية تراث هذا البلد وموروثه الثقافي والحضاري ضد أية محاولة لطمس الهوية المصرية، مشدداً على ثقته في قدرة الشعب المصري لبذل كافة الطاقات المتاحة لحماية إرثه الثقافي والذي حرص على مدى سنوات طويلة على حمايته وتوريثه من جيل لجيل.من جانبه، قال اللواء محمد سامي رئيس قطاع التمويل إن ما يتم جمعه من تبرعات سيوجه لدفع حركة العمل بمشروعات معالجة وإعادة تأهيل كل ما تعرض للتدمير أو العبث من مباني أثرية ومقتنيات متحفية وفي مقدمتها متحف الفن الإسلامي والذي يحتاج إلي ملايين الجنيهات لإعادته إلي ما كان عليه.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Alexandrie : la Villa Aghion, démolition ou conservation ?

Alexandrie : la Villa Aghion, démolition ou conservation ? | Égypt-actus | Scoop.it

La presse du mercredi 5 février donnait la nouvelle, sèchement : “Une des plus anciennes et des plus emblématiques oeuvres architecturales modernes d'Alexandrie, la Villa Aghion, est actuellement en cours de démolition.”

Cette demeure, dont la construction a été commandée aux frères Perret par Gustave Aghion, architecte appartenant à la haute société cosmopolite et francophone d’Alexandrie, était située dans un quartier cossu de la ville : Wabour al-Maya.

Dans toute sa splendeur du début du XXe siècle, cette villa d'un étage, de style palladien, agrémentée d'un jardin à l’arrière, était une démonstration de ce que l’on a appelé le “vocabulaire Perret”, avec ses ferronneries à motifs de palmettes, sa rotonde semi-circulaire à colonnades et claustras triangulaires, couronnant un hall, sa façade en béton armé sans enduit et briques harmonieusement appareillées... 

Vendue, semble-t-il, après la révolution nassérienne et le départ précipité de ses propriétaires, la villa semblait être vouée à totalement disparaître. Son propriétaire actuel, Mohamed Hosni Hamed, justifiait sa destruction en affirmant que les gouvernements et les groupes étrangers avaient refusé d’aider à financer la restauration du bâtiment endommagé. "Pourquoi devrais-je rénover ? C'est une ruine qui ne présente plus aucun intérêt, a-t-il déclaré au “Guardian”. Nous voulions la préserver et lui donner un cachet touristique, mais personne n’en a fait cas.”

Les propriétaires ont attendu quatorze ans pour obtenir le permis de démolition. Ils auraient pu profiter du chaos administratif de la révolution de 2011 pour mettre à exécution leur décision, mais ils ont préféré se conformer à la réglementation.
De surcroît, Dalia Hamam a rappelé, dans un article du “Progrès égyptien”, que le ministère des Antiquités avait déclaré que cette villa n’était pas enregistrée parmi les antiquités, ni islamiques ni coptes, et que par conséquent elle n’était pas soumise à la loi de protection des antiquités.”
Déjà éventrée à coups de bulldozer dans la nuit du 28 août 2009, la célèbre villa ne semblait pas devoir survivre … aux coups, cette fois-ci, de l’inexorable destin auquel elle était désormais condamnée. 

Il ne restait qu'à espérer que les quelques irréductibles militants des valeurs patrimoniales d’antan aient à nouveau gain de cause face au gouverneur d'Alexandrie. 
La déclaration faite le 9 février par Dominique Waag, Consule Générale de France à Alexandrie, laisse peut-être entrevoir une lueur d'espoir :
"C’est avec tristesse que j’ai appris le début de démolition hier à Alexandrie de la villa Aghion, œuvre des frères Perret, architectes français mondialement connus. La villa est endommagée mais l’intervention du Gouverneur d’Alexandrie a permis d’interrompre le processus de démolition. Nous espérons encore que la villa pourra être sauvée. La France reste disposée à coopérer avec le gouvernement égyptien et les autorités locales, ainsi qu’avec ses partenaires européens et les bailleurs de fonds multilatéraux, afin de travailler à la préservation et la mise en valeur du patrimoine d’Alexandrie, en particulier dans l’optique de favoriser le développement du tourisme." 
La préservation d'un patrimoine historique et artistique triomphera-t-elle des impératifs d'un aménagement urbanistique moderne ?
C'est bien la réponse à cette question qui sauvera - ou non - la villa Aghion. 

Pour en savoir plus:
http://en.aswatmasriya.com/news/view.aspx?id=292b94c9-4a2f-4af1-9886-af9200a85dbb

 

 
http://thecairopost.com/news/85252/arts_and_culture/iconic-monument-in-alexandria-demolished

 

 
http://www.latribunedelart.com/a-alexandrie-la-villa-aghion-des-freres-perret-eventree

 

 
http://www.latribunedelart.com/villa-aghion-des-freres-perret-a-alexandrie-la-france-peut-avoir-un-role-a-jouer

 

 
http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/42/36/40/PDF/PERRET.pdf

 

 
http://vimeo.com/45238708

 

 
http://www.docomomo.com/pdfs/events/heritage/034337_Villa%20Aghion.pdf

 

 
http://alhayat.com/Details/600587

 

 
http://www.dailynewsegypt.com/2014/02/11/auguste-perrets-villa-aghion-threat-alexandria/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+DailyNewsEgypt+%28Daily+News+Egypt%29

 
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Alexandrie : la villa historique Aghion, construite par les Frères Perret, en cours de démolition

Alexandrie : la villa historique Aghion, construite par les Frères Perret, en cours de démolition | Égypt-actus | Scoop.it

By Rowan El Shimi

One of Alexandria's oldest and most iconic modern architectural sites, Villa Aghion built by the Perret brothers in 1927, is currently being demolished.

The building owners obtained a court order for its demolition and began the process on the morning of Wednesday 5 February.

"We have already lost 70 percent of the villa; the most significant parts," Mohamed Abou El-Kheir of the heritage activism group Save Alex told Ahram Online.

Since the court works independently, and not in accordance with the National Organisation for Urban Harmony responsible for maintaining Egypt's architectural heritage, similar sites are repeatedly being demolished, Abou El-Kheir said.

Located in Wabour Al-Maya, one of Alexandria's wealthiest neighbourhoods, this private residence was completed by the Perret brothers for Gustave Aghion, an architect himself, between 1926 and 1927.

The building derives additional historic significance from being the first of a series of buildings erected by the Perret brothers in Alexandria and Cairo between 1927 and 1938.

The Perret brothers, prominent figures of the neo-classical architectural movement, are credited for numerous iconic buildings in Paris, including the 1913 Theatre of the Champs-Elysées.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Monica Hanna : L’urgence pour le patrimoine

Monica Hanna : L’urgence pour le patrimoine | Égypt-actus | Scoop.it

Par May Sélim

Lauréate du prix SAFE Beacon 2014 pour ses efforts dans la préservation du patrimoine égyptien, Monica Hanna est une archéologue passionnée. Depuis 2011, elle dénonce les nombreux pillages, montrant du doigt les malfaiteurs. (...)
L’archéologue et académicienne, Monica Hanna, a toujours été pré­sente pour défendre son héritage et celui des siens. Depuis 2011, elle a pris la mission d’informer autrui sur ce qui se passe à travers les réseaux sociaux. Aujourd’hui, c’est la mobi­lisation générale. Sur Facebook, elle réclame les plans du musée, cherche à détecter les raisons de la fuite d’eau, menaçant le bâtiment, etc. Le soir même de l’attentat, elle publie — avec les membres de la campagne — un rapport pour mettre les choses au point : les dégâts ne dépassent pas les 30 %.

Hanna mène un travail volontaire, en marge de tout organisme officiel ou gouvernemental. La campagne Egypt’s Heritage Task, elle l’a lan­cée avec d’autres il y a juste quelques mois, afin de sensibiliser la population quant à l’importance du patrimoine. Ils veulent surtout dénoncer les multiples pillages, de plus en plus fréquents. « La cam­pagne regroupe parmi ses dirigeants Omneya Abdel-Bar, Yasmine Dorghami, moi et d’autres per­sonnes. Elle est basée sur les inspec­teurs d’antiquités qui n’arrivent pas à se faire entendre … On tente alors de faire parvenir leurs voix à une plus grande échelle. Parfois, ils signalent des pillages sur des sites archéologiques à proximité de chez eux, mais ne savent pas quoi faire. Chaque jour, on reçoit 7 ou 8 plaintes », explique Monica Hanna, qui croit en la force de la société civile pour la protection du patri­moine national. « Malheureusement, les citoyens ont longtemps vécu avec l’idée que les sites archéologiques, les antiquités et les monuments his­toriques ne leur appartiennent pas, qu’ils sont propriété de l’Etat. Par ailleurs, les archéologues eux-mêmes vivaient dans un monde isolé … Ils se prenaient pour des experts et donc personne n’avait le droit de parler des antiquités sauf eux. De quoi élargir le fossé entre les petites gens et leur patrimoine. Le système entier nécessite une vraie réforme. Et le gouvernement doit placer les antiquités sur son agenda comme une priorité », estime Hanna.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Le patrimoine culturel commun en Egypte, Grèce, Italie et Jordanie révélé par un projet de l’UE

Le patrimoine culturel commun en Egypte, Grèce, Italie et Jordanie révélé par un projet de l’UE | Égypt-actus | Scoop.it

De nombreux biens culturels matériels et immatériels notamment les monuments - la littérature, les dialectes, les coutumes, les inventions, les superstitions ou les symboles - qui sont communs à la Grèce, l'Italie, l'Egypte et la Jordanie, ont été mis en évidence dans l'étude finale réalisé par le projet financé par l’UE dans le cadre du programme méditerranéen de coopération transfrontalière (CTMed), "La culture de la Méditerranée et de l'Europe - Tisser des liens entre le Patrimoine Commun '(Culme-WeOnCT).
L'étude finale du projet, qui répertorie des centaines de sites archéologiques datant des périodes hellénistique et romaine, révèle les points communs qui ont été tissés à travers les âges dans les pays de la Méditerranée orientale.
Par exemple, les théâtres et odéons (théâtres couverts) construits à l'époque gréco-romaine avaient des principes de construction très similaires ; les systèmes hydrauliques thermiques modernes (bains) sont restés plus ou moins les mêmes ; la planification de la ville, connue comme le système Hippodameion, suivait un agencement commun, avec des routes et rues droites qui s’entrecoupent en un angle de 90 degrés. L'héritage commun concerne également certaines expressions stéréotypées du latin, qui sont largement utilisées, telles que mea culpa, de facto ou de casus belli. D'autres éléments partagés en Méditerranée sont liés à l'alimentation, les coutumes et les mœurs.
L'étude a été complétée par la création d'une carte interactive, qui contient des informations et des photos sur certains monuments et des sites concernés par le projet.
Les résultats ont été présentés lors de la conférence finale du projet le 31 Janvier 2014, à l'Université de Macédoine à Thessalonique, en Grèce. A cette occasion, un documentaire portant sur les monuments les plus importants de la période gréco-romaine enregistré en Grèce, en Italie, en Jordanie et en Egypte a été présenté.
Le projet a été mis en œuvre sur une période de deux ans par l'Institut interbalkanique de l'administration publique (Grèce, Macédoine centrale ainsi que cinq organisations de Grèce, Italie, Egypte et Jordanie).
Le soutien financier accordé par le Programme CTMED au projet s'élève à 449 280 euros (90% du budget total du projet).

Etude finale (téléchargement du document) :http://culmed.eu/images/sampledata/theProject/CulMe-WeOnCT_Final%20study_All%20chapters.pdf

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Le directeur du Musée d'art islamique reproche à l'Etat son échec à protéger le patrimoine.

Le directeur du Musée d'art islamique reproche à l'Etat son échec à protéger le patrimoine. | Égypt-actus | Scoop.it

The head of the Museum of Islamic Art Mohamed al-Kahlawy condemned the authorities’ failure to protect Egypt’s heritage in an interview on Al-Arabiya al-Hadath channel Wednesday.

He further expressed his suspicion that some of the museum’s artifacts were stolen after the bombing that struck the neighboring Cairo Security Directorate on Jan. 24, claiming the lives of at least 6 people and injuring dozens more.

The bomb caused serious damage to the opposite façade of the Museum of Islamic Art and some of its contents, as well as the National Library and Archives.

Kahlawy, who is also the secretary-general of the Arab Archeologists Union, said he suspects that some of the museum’s collection have been stolen, adding that security forces denied him access into the museum following the attack.

The Museum of Islamic Art is an Arab and human heritage that the whole world must protect, Kahlawy said, calling on the government and concerned international organizations to protect Egypt’s heritage and archeological holdings from being stolen.

The building of the Museum of Islamic Art is a historical monument which was constructed during the reign of Khedive Abbas Helmi II and was inaugurated in 1903.

The National Library and Archives is the largest library in Egypt, and includes highly important manuscripts and maps that narrate the history of Egypt and the Arab World, Kahlawy said.

The way the officials have dealt with heritage is not commensurate with its importance, Kahlawy said, adding that the Museum of Islamic Art contains 110,000 priceless artifacts that are unparalleled in the whole world.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Cairo landmark Villa Casdagli to be restored to former glory

Cairo landmark Villa Casdagli to be restored to former glory | Égypt-actus | Scoop.it

 

The Egyptian Ministry of State for Antiquities (MSA) will restore the early 20th century Villa Casdagli, located in downtown Cairo, following years of negligence and recent destruction occurred during clashes between protesters, vandals and police.

"Villa Casdagli is really in a very bad conservation condition," said Mohamed Ibrahim, antiquities minister, adding that due to clashes most of the mirrors that once decorated the villa's main hall have been smashed.

Wooden stairs connecting the villa's ground floor to the first floor were burned down, and fire also destroyed the wooden decorative motifs, walls, cupboards and floors. All the windows have been broken, and the walls are peeling.

 

Nevine El-Aref / Ahram online

More : http://english.ahram.org.eg/NewsContent/9/43/67240/Heritage/Islamic/Cairo-landmark-Villa-Casdagli-to-be-restored-to-fo.aspx

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Déclaration du Caire: Conserver le patrimoine, un devoir islamique

Déclaration du Caire: Conserver le patrimoine, un devoir islamique | Égypt-actus | Scoop.it
Lors d’un symposium, personnalités politiques et religieuses sont tombées d’accord sur le fait suivant : le patrimoine égyptien est inviolable, même au nom de l’islam.

 

Dans la « Déclaration internationale du Caire », le ministère d’Etat pour les antiquités égyptiennes, l’Organisation de la coopération islamique (OIC) et le Centre de recherches de l’histoire, de l’art et de la culture islamique (IRCICA) se déclarent profondément préoccupés par la destruction du patrimoine culturel dans plusieurs pays du monde, souvent au nom de la religion.

Cette déclaration a été officiellement formulée lors d’un symposium consacré à la Vue islamique sur le patrimoine culturel. Réunis autour de la même table, ces acteurs ont échangé leurs avis concernant la préservation du patrimoine architectural, archéologique, artistique et intellectuel en Egypte. Les participants au symposium, parmi lesquels figuraient le grand mufti, le cheikh d’Al-Azhar et le ministre desWaqfs, ont sommé le monde musulman de respecter et de préserver leur patrimoine historique.

Selon eux, le risque de dégradation vient du fanatisme religieux, mais aussi de l’extrémisme politique et des politiques d’occupation et d’éradication, comme en Palestine occupée. La déclaration insiste sur la nécessité pour les chercheurs du monde islamique et les spécialistes de rendre public tous les débats portant sur ces questions. Celle-ci met aussi en garde contre les destructions subies par le patrimoine culturel islamique juste après le Printemps arabe et l’arrivée au pouvoir d’islamistes. Pour légitimer leurs propos, les participants ont cité les conflits en Syrie, au Mali, ainsi que les troubles qui se sont déroulés au cours des dernières décennies en Iraq, en Bosnie- Herzégovine, au Kosovo, en Afghanistan, etc. Mohamad Ibrahim, ministre des Antiquités, à l’initiative du séminaire, a insisté sur l’importance de telles réunions, en particulier en ce moment où « le nombre de pillages d’antiquités et d’attaques contre les sites historiques a bondi ». Même discours du côté de Ekmeleddin Ihsanoglu, secrétaire général de l’OIC, qui a insisté sur «l’importance d’édicter des lois préservant l’intégrité du patrimoine culturel et permettant de faire face à ceux qui tentent de le détruire ». Ihsanoglu faisait directement référence aux nombreux appels à «nettoyer » l’Egypte d’icônes qui seraient incompatibles avec l’islam. (Nasma Réda/Al-Ahram Hebdo)

 

Plus : http://hebdo.ahram.org.eg/NewsContent/961/32/97/1682/D%C3%A9claration-du-Caire-Conserver-le-patrimoine,-un-d.aspx

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Patrimoine: Le palais Sakakini entame sa mue, par Nasma Réda

Patrimoine: Le palais Sakakini entame sa mue, par Nasma Réda | Égypt-actus | Scoop.it
Au Caire, le palais Sakakini laissé à l’abandon commence enfin sa reconversion en musée d’histoire de la médecine et de la pharmacie.
Egypt-actus's insight:

Extraits

Après 10 ans d’incertitudes, les travaux visant à transformer le palais Sakakini en musée d’histoire de la médecine ont enfin commencé. « La première étape a été amorcée. Nous sommes en train de réaliser des études géologiques et architecturales approfondies afin de voir si le palais supporterait un tel musée », indique Adel Abdel-Sattar, secrétaire général du Conseil Suprême des Antiquités (CSA). Les travaux d’analyse ont été confiés à une société privée sous l’étroite surveillance du CSA. « Ils conçoivent des rapports sur l’état du palais. On attend leurs résultats pour commencer sa restauration », explique Adel Abdel-Sattar. L’enjeu est de taille : édifié sur un ancien lac desséché, ce palais est toujours menacé par l’eau souterraine.

En parallèle à cette restauration, « un comité spécial d’archéologues va collecter quelques pièces antiques rares accumulées aux entrepôts du Musée du Caire dans d’autres musées égyptiens, les examiner et les restaurer si besoin est », explique le secrétaire général. Il est à noter que le musée racontera l’histoire de la médecine depuis les époques pharaoniques jusqu’à nos jours. On trouvera parmi les pièces exposées la statue d’Amnehotep, des papyrus expliquant les phases de la momification, des outils chirurgicaux, etc. Mohamad Ibrahim, ministre des Antiquités, apprécie l’idée d’utiliser les palais historiques comme musées : « Cette affaire a un double intérêt. Le premier est de trouver un endroit convenable pour exposer les pièces et le deuxième est de faire connaître aux visiteurs l’historique d’un palais qu’ils n’ont jamais vu ». Mais le ministre avance tout de même des conditions : « L’endroit doit être adéquat aux pièces exposées. Il faut ajuster l’humidité et être certain de la stabilité du sol en plus d’assurer la sécurité du palais de l’intérieur et de l’extérieur ».

 

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Alexandrie pleure la perte du cinéma historique Rialto

Alexandrie pleure la perte du cinéma historique Rialto | Égypt-actus | Scoop.it

As I started to take snapshots of Alexandria's Rialto Cinema, which has now been demolished, I was stopped by a harsh voice, "No, no photos are taken here."

Indeed, "No photo" expresses how Egyptian heritage is being deleted from the urban landscape.

This is just an example of what Alexandria, Egypt's old cosmopolitan city and culture hub is going through these days. In a blink of an eye, one of the oldest cinemas, not only in Egypt but in the whole world, with its 1,205 seats vanished.

Rialto Cinema, located in 36 Safya Zaghloul Street, an area full of historical buildings and restaurants, was completely demolished last month by a new company, which bought the building.

The movie theatre enchanted the audience with films of the golden cinema era during a time when people dressed up in their evening gowns and enjoyed the glamour and magic of cinema.

The cinema was owned by a Greek resident of Alexandria who recently sold it to a real estate developer. The agreement was to renovate the cinema, as was done to Amir and Rio theatres. However, the Greek community was shocked to find the cinema demolished in order to build a 'Rialto' mall that will include a cinema.

Rialto Cinema was built in the late 19th century with distinguished art deco. Though there is no clear evidence on when exactly it was built, an old map of Alexandria posted on the Save Alexandria website, one of the largest initiatives that works to save the old city's inheritance and artistic legacy, marks Rialto's presence in the late 1930s.

"I grew up when the cinema was in its prime during the 1940s and 50s. I remember seeing renowned singers Abdel-Halim Hafez and Shadya, actors Kamal El-Shenawy and Faten Hamama as well as musical composer Farid El-Atrash attend the premiers of their films in this cinema," said Mohamed Abdel Baset, a seventy-year-old doorman in El-Raml neighbourhood.

The art of cinema is deeply rooted in the heart of the Mediterranean city that witnessed the first cinema screening in 1897, built the first cinema studio in 1907, and published the first cinema magazine in 1919.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Restauration de la maison en terre d’Ahmad Orabi

Restauration de la maison en terre d’Ahmad Orabi | Égypt-actus | Scoop.it

Le Conseil Suprême des Antiquités (CSA) va restaurer la maison d'Ahmad Orabi, leader nationaliste qui a conduit la révolution contre le khédive Tewfiq en 1882. Une demeure simple, presque paysanne, à la valeur toute symbolique. 

Le comité des monuments islamiques et coptes relevant du CSA a décidé de restaurer la maison du leader nationaliste Ahmad Orabi, vieille de plus de 150 ans. Celle-ci pourrait être transformée en musée. Issu d’une famille paysanne, Ahmad Orabi est le premier leader natio­naliste à conduire une révolution contre le pouvoir du khédive Tewfiq.

Selon le secrétaire général du CSA, Moustapha Amin, la décision de restaurer la maison de Orabi et de la transformer en musée s’inscrit dans le cadre d’un plan conçu par le ministère d’Etat pour les Affaires des antiquités visant à attirer davantage de touristes. C’est donc une étape visant à relancer le secteur du tou­risme qui trébuche depuis 3 ans. Le ministre d’Etat pour les Affaires des anti­quités, Mohamad Ibrahim, estime que ce projet « traduit une nouvelle tendance du ministère à restaurer et rénover les mai­sons et les résidences des dirigeants de la nation partout dans les gouvernorats d’Egypte, en vue de les sauvegarder et d’en faire un flambeau qui guide les pas de la postérité ».

L’importance de cette simple maison paysanne réside dans sa valeur historique. Le président du secteur des antiquités islamiques et coptes, Ibrahim Abdel-Rahman, souligne : « La valeur de cette maison se mesure par sa valeur histo­rique. C’est vrai qu’elle n’est pas inscrite en tant que patrimoine, mais cette maison est le symbole d’un leader qui a marqué l’histoire de notre pays ».

 



more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Une brigade de bénévoles pour préserver le patrimoine égyptien

Une brigade de bénévoles pour préserver le patrimoine égyptien | Égypt-actus | Scoop.it
Abdel-Hamid el-Chérif, 33 ans, est restaurateur d’œuvre d’art et responsable de la Fondation égyptienne pour la sauvegarde du patrimoine. L’idée de créer un groupe d’intervention rapide pour sauver le patrimoine égyptien a germé dans mon esprit après les actes de vandalismes commis le 28 janvier 2011 au musée national égyptien [Au troisième jour de la révolution égyptienne de 2011. Ces actes de vandalismes avaient fait polémique, les révolutionnaires accusant le régime du président déchu Hosni Moubarak d’avoir monté cette affaire pour les discréditer]. Après cela, je me suis senti investi d’une mission pour sauver le patrimoine de mon pays et j’ai décidé de voyager en Italie, à mes frais, pour suivre des formations sur la sauvegarde d’urgence des antiquités. Arrivé à Rome, j’ai suivi deux cycles de formation au Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM). J’ai appris comment sauver des pièces endommagées, ou du moins comment limiter les dégâts, en attendant qu’une vraie restauration soit entamée. A mon retour, j’ai créé la Fondation égyptienne pour la sauvegarde du patrimoine et j’ai organisé trois formations au Caire, grâce à des financements de la Fondation du Prince Claus et de l'UNESCO. J’organise bientôt une nouvelle session avec des bénévoles d’autres provinces, qui se chargeront ensuite de diffuser leurs connaissances en région.
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

“Ensemble, restaurons le patrimoine” remporte le premier prix du concours photo UE en Egypte

“Ensemble, restaurons le patrimoine” remporte le premier prix du concours photo UE en Egypte | Égypt-actus | Scoop.it
La Délégation de l’UE en Egypte a annoncé les trois gagnants de la 6ème édition de son concours photo sur le thème «visions d'un patrimoine commun». Toutes les photos seront présentées le 17 février lors d’une réception qui sera donnée par l’Ambassadeur James Moran, chef de la Délégation de l'UE, pour décerner les prix et les certificats aux lauréats du concours. Le premier prix a été remporté par Ahmed Mostafa Abdel Atty avec sa photo «ensemble, restaurons le patrimoine", un cliché pris au temple de Karnak à Louxor pour une mission européenne de restauration. Le deuxième prix a été décerné à Mahmoud Ahmed Hassab Allah Moslem, diplômé en droit, pour un cliché du Caire intitulé «réflexions sur une ville», tandis que Nada Mohamed Mahrous Farrag, graphiste, a reçu le troisième prix pour «tranquillité partagée”. La Délégation de l'Union européenne en Egypte a annoncé les noms des trois lauréats après l’examen attentif par le jury de tous les projets ayant concouru et le choix des 12 meilleures photographies. Ces clichés sont imprimés dans le calendrier 2014 de la Délégation. Les participants étaient encouragés à soumettre leur projet reflétant le patrimoine européen et égyptien partagé, allant des arts et de la culture de la rue aux réalisations architecturales et la vie communautaire, en ligne avec le thème de la compétition. (EU Neighbourhood Info)
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

11 désastres culturels récents en Egypte

11 désastres culturels récents en Egypte | Égypt-actus | Scoop.it

In recent decades there had been a slow but persistent destruction of Egypt’s rich cultural heritage, specifically its buildings, archaeological sites, and museum collections. Heritage and the rich histories it carries were under assault with incidents such as the theft of masterpieces from museum collections, the $55 million Van Gogh that disappeared in plain day light as an example, but also lesser known pieces from the country’s vast and uncatalogued collections are constantly disappearing. In most cases these kinds of thefts or sudden disappearances go unnoticed and unreported. The assault on Egypt’s cultural heritage is more often the result of mismanagement, conflicting policies, lack of policy enforcement and the state’s hegemonic control over the arena of culture and heritage in general without proper mechanisms for civilian oversight or transparency. Tens of museums across the country close for extended periods with no planned reopening, sometimes a decade, in the name of renovation. In the meantime the whereabouts and condition of collections remain a mystery and there are no channels for the public to inquire about such information. High level officials are never held accountable. In other times the state is directly the vandal, as was the case with the botched renovation of Cairo’s heritage central station in 2011. Added to this is the insatiable appetite of the market for Egyptian cultural artifacts ranging from ancient statuettes to doors and wooden ceilings of the homes of historic Cairo. These items end up in private collections in Europe and the Gulf.

Adding to the rapid destruction of heritage is the undemocratic nature of urban management in Egypt. Take for example the disastrous case of Luxor where its former governor (an appointed military general with no experience or knowledge in heritage management or urbanism, appointed to run one of the world’s richest cities in terms of cultural capital) decided single handedly to destroy entire stretches of historic urban fabric, forcibly evict residents from historic village homes that represent some of the best examples of vernacular domestic architecture, and to create an empty badly paved plaza in front of Karnak Temple in place of the centuries old trees and palm groves that separated the temple from the Nile. These are but few examples of the havoc done onto the city by its appointed governor with all the tools of the security state at his disposal to intimidate residents and imprison those who get in the way. (...)
All of the above was part of the relatively slow destruction of Egyptian heritage. However, since 2011 these processes have accelerated at an unprecedented rate. In the last three years there have been three main processes for this accelerated destruction: first, in many cases the political uncertainly led the middle men in the processes described above to continue and accelerate their work, since there was no guarantee what the future would bring. Second, in other cases the flimsy control of the state over urban issues, such as the selectively applied ban on the demolition of historic or listed buildings, disappeared overnight. Because there was no real comprehensive policy that incorporated heritage into an effective economic structure the ban on demolition was imposed not because there were benefactors or because there was a widely recognized value for such structures, rather the ban on demolition was literally associated with particular persons in the ruling regime. Thus when such figures seemed to be out of the political picture, many heritage buildings were demolished in order for their owners to profit from the land or to build new profitable structures. Finally, a third wave of destruction is a direct result of the political uncertainly where heritage was used as a bargaining chip to shame the revolution or it was in the crossfires of fighting or attacks. Mosques, churches, museums, and government buildings were burned, looted, or destroyed.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Oublié, Qasdoghli va retrouver son lustre

Oublié, Qasdoghli va retrouver son lustre | Égypt-actus | Scoop.it

« Où est le palais Qasdoghli ? ». Difficile pour les passants de répondre … Ce palais est tombé dans l’oubli et avec lui son nom d’origine. Il a été rem­placé par une école préparatoire pour filles, le collège Ali Abdel-Latif, aujourd’hui fermé.

Tout le monde dans la rue a oublié ce joyau historique qu’était le palais Qasdoghli et ne connaît que l’école. C’est seulement grâce aux affronte­ments qui ont eu lieu à plusieurs reprises aux alentours de la place Simon Bolivar que ce palais a refait surface.

Plus de quatre mois après les dégradations faites au palais, situé place Simon Bolivar à quelques pas de la place Tahrir, le ministère d’Etat pour les Affaires des Antiquités a pris la décision de le sauver de la démolition à laquelle il était promis et de le restaurer pour lui faire retrouver sa beauté d’an­tan.

Car pour la seconde fois en quelques semaines, le palais Qasdoghli a pris feu après que de jeunes adolescents eurent lancé des cocktails Molotov sur la police. L’incendie a détruit les décorations et les gravures des murs et des pla­fonds. Les meubles antiques sont, eux aussi, partis en fumée.

 

Dalia Farouq / Al-Ahram Hebdo

Plus : http://hebdo.ahram.org.eg/NewsContent/967/32/97/2139/Patrimoine-Oubli%C3%A9,-Qasdoghli-va-retrouver-ses-lust.aspx

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

"Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle", sous la direction de Mercedes Volait

"Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle", sous la direction de Mercedes Volait | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt-actus's insight:

Editions A&J Picard, 2013, 400 pages

Depuis la grande expédition d'Egypte qui marqua les esprits, seuls des voyageurs aussi célèbres que Maxime Du Camp et Gustave Flaubert sont restés dans les mémoires, alors que d'autres sont complètement oubliés ou connus des seuls spécialistes. Pourtant leurs travaux restent des sources irremplaçables sur une ville en grande partie disparue. En effet, tout au long du XIXe siècle, beaucoup de monuments périrent faute d'entretien et à partir des années 1870, le khédive Ismaïl entreprit des travaux d'embellissement pour donner à la capitale de l'Egypte un aspect européen, au prix d'importantes démolitions. 
Tous ces voyageurs, architectes, peintres, "antiquaires", furent subjugués par l'architecture médiévale du Caire et par le décor géométrique de ses bâtiments civils ou religieux. Ils tentèrent à travers leurs dessins, photographies et relevés de faire connaître ces richesses artistiques que certains prévoyaient de publier dans des recueils, dont quelques-uns virent le jour. Ce livre a pour vocation de sortir de l'ombre ces passionnés qui offrent encore aujourd'hui des témoignages uniques assortis souvent de descriptions de dessins, de photographies ou d'écrits théoriques en règle générale peu accessibles. 
Un ensemble de spécialistes met ici en valeur ces documents tombés dans l'oubli et présente des synthèses de leurs oeuvres et de leurs apports à la connaissance du Caire médiéval.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

La « Déclaration du Caire » : la conservation des antiquités est un devoir islamique

La « Déclaration du Caire » : la conservation des antiquités est un devoir islamique | Égypt-actus | Scoop.it

اعرب "اعلان القاهرة "الصادر اليوم عن وزارة الدولة لشئون الآثار المصرية ومنظمة التعاون الإسلامي ومركز الابحاث للتاريخ والفنون والثقافة عن بالغ القلق تجاه الوضع الخطير في بعض مناطق العالم الإسلامي تجاه التراث الحضاري .

 

واشار الاعلان إلي أن هذا الخطر يتجلى في الأعمال العدائية والانتهاكات والتدمير والتدنيس, التي يتعرض لها التراثٍ المعماري والأثري وكذلك التراثٍ الفكري والفني, الذي يقف وراءه التعصب الدينى الذي يدفع البعض بالدعوة لتدمير الاثار لمزاعم  لاتمت للاسلام بصلة أو لاسباب سياسىة   وأيضا التطرف وسياسات الاحتلال والاستئصال كما يحدث في فلسطين المحتلة .

Egypt-actus's insight:

La «Déclaration du Caire», publiée par le Ministère égyptien des Antiquités, de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) et du Centre de Recherches pour l'Histoire, l'Art et la Culture (IRCICA), a exprimé sa profonde préoccupation vis-à-vis de la condition dangereuse dans certaines régions du monde musulman pour le patrimoine culturel.

La Déclaration indique que ce danger se concrétise par les actes d’hostilité, de violations, de destruction et de profanation, auxquels sont exposés les patrimoines architecturaux, archéologiques, intellectuels et artistiques. Ces agressions sont soutenues par le fanatisme religieux qui pousse certains à appeler à la destruction de monuments, sur la base d’allégations qui n’ont aucun rapport avec l'Islam, ou pour des fins politiques, ou par extrémisme, ou suite à des politiques d'occupation et d'éradication, comme c’est le cas en Palestine occupée.

La Déclaration, publiée à la fin d’une Conférence organisée au Caire, à laquelle ont participé le Secrétaire Général de l’OCI et d’autres personnalités, a souligné la nécessité pour les chercheurs et experts du monde islamique de communiquer sur les risques encourus par le patrimoine dans le monde musulman et de prendre des mesures nécessaires pour y faire face.

La Déclaration met en garde contre les dommages et la destruction de biens du patrimoine culturel islamique, ou même d’une époque antérieure, en Égypte, en Tunisie et en Libye au cours des révolutions récentes, ou pendant les guerres en Syrie, au Mali et précédemment en Bosnie-Herzégovine, au Kosovo, en Afghanistan et en Irak. Le plus sérieux étant ce qui se passe depuis des décennies dans les territoires occupés par Israël.
La Déclaration attire l'attention sur le fait qu’un patrimoine est le produit de toute une civilisation à une époque donnée. Il est la principale référence pour connaître ses peuples et ses cultures et reste une partie du patrimoine de toute l'humanité.
Il a été expliqué que les sites construits, monuments et œuvres intellectuelles et artistiques sous toutes leurs formes, incluant des « œuvres » manuscrites, visuelles, verbales ou auditives, ainsi que les valeurs sociales et les traditions culturelles, font partie de l'héritage culturel, dont la plus grande partie ne se renouvelle pas. Quant au patrimoine architectural, il englobe toutes ces formes d’œuvres culturelles, il protège la civilisation et lui permet un développement continu.

La Déclaration recommande de continuer à préserver le patrimoine en conformité avec les principes et les politiques énoncés dans les conventions et déclarations internationales et islamiques en vigueur, ainsi que la Déclaration de Riyad sur le patrimoine architectural dans les pays islamiques de mai 2010.

La Déclaration affirme que les lieux de culte, les sites et monuments ne peuvent pas être attaqués ou utilisés sous n’importe quelle forme qui contredit les principes islamiques. Tous les États et autorités doivent prendre des mesures pour faire cesser toute agression ou destruction affectant le patrimoine, quels que soient l'affiliation et l'emplacement.

La Déclaration exige que la conservation du patrimoine culturel fasse partie intégrante des politiques de développement durable, pédagogiques et médiatiques.

Elle a également appelé l’OCI et ses Agences (telle que l’IRCICA) pour émettre une charte, fondée sur les principes islamiques, afin de préserver le patrimoine et la faire approuver par les institutions internationales travaillant dans le domaine de la conservation du patrimoine.

 

Traduction par Randa CHART

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Colloque de l'Association égyptienne de préservation du patrimoine: le patrimoine artistique des Pharaons

Colloque de l'Association égyptienne de préservation du patrimoine: le patrimoine artistique des Pharaons | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt-actus's insight:

Mercredi 16 janvier 2013, à 19:00 : Conférence

Adresse : Centre al-Sawy, sous le pont du 26-Juillet, Zamalek
Renseignements : 27366178, 0124400100, info@culturewheel.com
Langue : arabe
Presentation :

يحاضر فيها أ.د / محمد عبدالمحسن مهدى أستاذ بجامعة عين شمس يدير اللقاء / د.إيمان جمال الدين أستشارى علم نفس
more...
No comment yet.