La « première dame de la chanson arabe », Oum Kalthoum, considérée comme la plus grande chanteuse arabe du 20e siècle, voire de tous les temps, est l'une des dernières victimes du nouveau climat islamiste en Égypte. 


Des centaines de ses chansons ont été d’énormes succès et elle a intégré le chant et les styles musicaux occidentaux et arabes. C’est à travers son style musical que de grands orchestres identifiés aujourd’hui à la musique arabe, avec parfois des dizaines de musiciens, se sont développés.

Elle a également été une pionnière du cinéma arabe où elle a été la vedette de dizaines de films dans lesquels elle chantait des chansons d’amour. Près de 30 ans après sa mort en 1975, des millions de ses disques continuent de se vendre chaque année.

Des islamistes radicaux ont appelé à interdire sa musique, soit parce que la plupart de ses chansons sont de nature profane, soit parce qu’il s’agit d’une femme. Bien que le régime au pouvoir en Égypte n’ait pas appelé à une telle interdiction, de nombreux partisans des Frères musulmans ont demandé aux musulmans, tant sur Internet que dans des prêches du vendredi, de cesser d’écouter sa musique.

Comme une interdiction est peu probable, les islamistes ont fait ce qu'ils croyaient être la meilleure solution : recouvrir Oum Kalthoum d’un caftan intégral, ou « niqab ». Le niqab a été posé sur une statue d'Oum Kalthoum dans la ville égyptienne de Mansoura au cours de la fin de semaine. Des partisans des Frères musulmans ont distribué des photos sur Internet.