Égypt-actus
Follow
Find tag "chanteur"
364.7K views | +15 today
Égypt-actus
Égypt-actus
revue de presse sur l'actualité culturelle, archéologique, politique et sociale de l'Égypte
Curated by Egypt-actus
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Ramy Essam, "la voix de la place Tahrir" : la Révolution n'est pas à vendre.

Ramy Essam, "la voix de la place Tahrir" : la Révolution n'est pas à vendre. | Égypt-actus | Scoop.it

He has been arrested, beaten and even tortured by the Egyptian military forces after a concert in Cairo. Three years before the Arab spring, Ramy Essam, a former architecture student, had already begun writing political songs, trying to make a name for himself in the musical industry. Raised in Mansoura, the Egyptian rocker left his city in 2011 to join the protests in Cairo. He quickly became the voice of Tahrir Square. Called the singer of the revolution in the media, his song Irhal made him famous and became Tahrir’s anthem during the 18 days of the January 25 revolution. However, when he decided to take to the streets to participate in Hosni Mubarak’s fall, Essam wasn’t going to bring his guitar. “But my brother and a friend said ‘You must bring it. You have songs. You can help the people,”’ he told the New York Times.

On March 9, 2011, the army rounded up group of protestors Essam was with. Because his face was already known, he became the target of police aggression. “Normally one army officer would torture a group of people, but I had a group of officers just on me,” he remembers. “They called me by name and knew that I was there as a symbol so they stripped me down and electrocuted me.” Eight months later, on November 2011, the Egyptian singer won the Swedish Freemuse Award and received it a ceremony in Stockholm. But it was difficult for him to be proud of the award while the protests raged on in Cairo. “It’s very hard to be here when everything is happening in the square,” he told journalists at the time.

Three years later, Essam isn’t in Tahrir anymore. But he hasn’t stopped singing, and above all, he’s remained true to himself. On the eve of the anniversary of the revolution, he released a video on YouTube. “Mahnach men dol” (We don’t belong to them), a rock song, attacks everybody: the army, the Muslim brotherhood, and the remnants of the old regime. "I criticize all the politicians," Ramy explains, "especially Sisi, because he is the strongest … Now the famous actors and singers who supported Mubarak before the revolution are supporting him,” he declares, disgusted. But he doesn’t belong to them.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Le chanteur qui défend sa ville

Le chanteur qui défend sa ville | Égypt-actus | Scoop.it

Le jeune chanteur et compositeur musical Ali Al-Alfi prépare son premier album. Il est l’icône de toute une génération de jeunes artistes révolutionnaires et le porte-parole de sa ville natale, Port-Saïd. (...)

Chanter est devenu un enjeu, vu la colère grandissante des Ulras ahlawis ? Bien sûr. « Je sais que les fans du club d’Ahli représentent la grande majorité des Egyptiens, mais lorsqu’on s’attaque à ma ville natale, je ne me tais pas. J’exprime mon point de vue à travers la chanson ».

Les paroles de la chanson sont en fait explicites. C’est une chanson engagée, car Ali Al-Alfi y exprime clairement ce qu’il pense en défen­dant ses idées. Le chanteur se fait donc porte-parole de toute la commu­nauté port-saïdie qui subit actuelle­ment une certaine discrimination. Il dénonce la violence, qui s’amplifie de jour en jour. Selon les paroles de la chanson, le Conseil suprême des forces armées, qui était à la tête de l’Etat, est « responsable de cet inci­dent affreux afin de briser l’unité des révolutionnaires ».

En fait, Balad al-bala (ville de la fripe) est une chanson engagée qui veut transmettre un message très fort : il faut se libérer de cette rage, de cette injustice contre cette ville dont les révolutionnaires ont joué un rôle pri­mordial dans l’histoire de l’Egypte et dans la lutte contre la colonisation française et britannique.

Le chanteur accentue encore ce sentiment par des termes très expres­sifs : « moamra daniya » (complot dégoûtant), « chalet Misr fi ezz al-azma » (a emporté l’Egypte en pleine crise) et « achet 30 sana mazlouma, men hakem fassed we hokouma » (ma ville a passé 30 ans lésée, sous un dirigeant corrompu et un gouverne­ment coupable). Tout un vocabulaire qui signifie et vise une seule chose : le dégoût et la colère que sa ville natale soit offensée et injustement accusée. Des paroles donc à tonalité polémique, dans le but d’évoquer chez les auditeurs un certain choc et de tirer la sonnette d’alarme quant à une telle situation dangereuse.

L’engagement en chansons

D’autres chansons engagées dans la discographie d’Al-Alfi ? Bien sûr, puisque le jeune chanteur a choisi d’être « la voix de ceux qui souffrent et ne peuvent pas s’exprimer ». « Je ne suis ni une grande star ni un jeune premier. Au contraire, je res­semble à monsieur tout le monde », souligne-t-il en souriant. « Je suis très modeste et vis avec les gens simples », ajoute-t-il.

 

(Yasser Moheb/Al-Ahram Hebdo)

 

Plus : http://hebdo.ahram.org.eg/NewsContent/963/5/25/1818/Musique-Le-chanteur-qui-d%C3%A9fend-sa-ville.aspx

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: Massar Egbari, Rock the Casbah !

Ils sont 5. Hany, au chant, et Mahmoud le guitariste. La section rythmique est assurée par la basse et la batterie d'Ahmed et Tamer. Le tout enrobé des claviers d'Ayman. Ensemble, ces 5 amis originaires d'Alexandrie, en Egypte, forment Massar Egbari, dont le nom peut se traduire par « Déviation obligatoire », et qui sonne comme un pied de nez au régime d'Hosni Moubarak et plus largement à toutes les normes sociales.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Popular singer Mohamed al-Ezaby dies at 74

Popular singer Mohamed al-Ezaby died on Wednesday morning after being rushed to a Mohandiseen hospital.

The 74-year-old suffered from unspecified health problems.

Ezaby, who sang several famous songs such as “Luxor baladna balad sowwah" (Luxor, land of tourists), " Baheya" and other popular songs, quit music several years ago and shunned the limelight after singing the music for soap opera ”Al-damm wal naar” (Blood and fire) directed by Samir Seif in 2004.

The funeral service will be held on Wednesday afternoon at Sayyeda Nafeesa Mosque in Cairo. His family will accept condolences on Thursday at Aal Rashdan Mosque in Nasr City.

Ezaby was born in the working-class district of Hussein in Cairo in 1938. He graduated with a business degree and worked in the petroleum industry before deciding to make a career shift with the help of composer Ezzat al-Gahely.

 

http://www.egyptindependent.com/news/popular-singer-mohamed-al-ezaby-dies-74

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

La Acera Band : Chant du trottoir, chant du quotidien

 Concilier sonorités hispano-andalouses et rythmes orientaux est un pari gagné par le groupe égyptien La Acera Band, qui signifie en espagnol « le groupe du trottoir ». Ces chanteurs ne comptent plus le nombre de leurs concerts présentés.

Les concerts de La Acera Band donnés souvent à Saqiet Al-Sawy ou dans différents centres culturels réussissent à réunir quelques centaines de fans de tous les âges. Leur répertoire musical, lui, nous transporte au coeur des années 1980/90, connues pour et par la fusion des rythmes hispano-orientaux. En Espagne, en France comme au Maghreb, Enrico Macias, Gipsy Kings,Alabina, Hasna la Marocaine, son compatriote Hakim et tant d’autres ont accordé les lettres de noblesse au métissage des mélodies méditerranéennes. Ce fut par le biais de chansons légères, par leurs notes riches, par leur message artistique fusionnel. Les natifs des années 1970/80, eux, étaient à deux doigts de prononcer l’oraison funèbre de ce genre d’union. Aujourd’hui, les six musiciens de La Acera, qui signifie trottoir en espagnol, sont venus infirmer cette hypothèse en ouvrant le bal d’une longue série de chansons ancrées dans le vécu de leur public, qui est à son tour, assoiffé de rythmes dansants qui tiennent à ajouter de l’éclat à un quotidien monotone.

 

Fan inconditionnel des rythmes andalous, Karim Hani nous transporte au coeur d’une certaine Andalousie arrachée, non sans l’aide de sa guitare, jusqu’à ce que le luth de Rami Hechmat nous ramène au coeur d’une Egypte orientale. Mohamad Madi (alias Méga), lui, n’est autre que le poète et parolier du groupe. Ses paroles pleines de spleen sont souvent accompagnées de la maligne flûte de Magdi Al-Aryan, dont les rythmes se fondent dans de vibrantes sonorités hispano-orientales pour donner naissance à un métissage hors du commun. Quant à la voix rauque d’Eslam, accompagnée de la basse de Tareq Adel, elle confirme que la scène égyptienne n’a rien à envier aux célébrissimes chanteurs espagnols.

Depuis quelques années, ils se font connaître du public égyptien. Aujourd’hui, ils se sont déjà produits dans des centres culturels de renom, mais aussi dans de grands hôtels et cafés, des festivals, des universités et écoles supérieures. Comme quoi, le chemin le plus court reste la proximité. D’une seule voix, animés par le public qui accompagne leurs chants en choeur, les membres du groupe ne souhaitent pas plus qu’une paix qui puisse protéger leur patrie des présages de mauvais augure : « Par le biais de nos chansons, nous sensibilisons notre public contre les ennemis de la paix en Egypte, à savoir les semeurs de zizanie qui cherchent à remonter les uns contre les autres, les prises de position violentes et autres rabat-joies ».

(Houda Belabd/Ah-Ahram Hebdo)

http://hebdo.ahram.org.eg/NewsContent/963/5/25/1819/Musique-Chant-du-trottoir,-chant-du-quotidien.aspx


more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Sami Yusuf - I'm Your Hope | Official Video

I'm Your Hope" is a single released by Sami Yusuf and dedicated to the youth.
We would like to thank everyone who volunteered to take part in the creation of this video. 

Special thanks to Tamer Shaaban. 

Produced by Sami Yusuf
Lyrics by Dr. Walid A. Fitaihi
Mixed and Mastered at Andante Studios
Published by Resonance Music (FZC)
Copyright of ETM International
Directed and edited by Karim Shaaban

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egyptian Project - Ya Sahbi (The Walls Of Cairo)

Photos: Jérôme Ettinger / Togezer Productions (Camera: iPhone 4), November 2012 @ Mahmoud Bassiony Street, Cairo, Egypt.
Music: Egyptian Project "Ya Sahbi" from "Ya Amar" (Six Degrees Records 2012)
Lyrics: Sayed Emam
Composers: Jérôme Ettinger, Camille Momper, Ragab Sadek, Salama Metwally

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

أنا مش آسف Deux ans après, "je ne suis pas fâché"!

Egypt-actus's insight:

Le chanteur et comique égyptien Amr Katamesh incarne, dans son dernier clip, la crainte que la révolution n’aboutisse pas. Et que les morts soient morts « gratuitement ». Le chanteur est blessé par ce qu’il se passe en Egypte depuis la chute de Moubarak. Il considère même à postériori  la révolution plus « facile ».

Les Frères musulmans ne sont pas épargnés par Amr Katamesh qui leur reproche en creux de stigmatiser les « libéraux ». « Ils disent que je mange du « nesto » (fromage) », clame Amr.

Mais à travers cette poésie populaire, Amr Katamesh ( par ailleurs vainqueur de la première saison de l’émission Arabs Got Talent) donne également un message d’espoir. La révolution égyptienne est irréversible. « Elle ne va pas mourir », entonnent   le chanteur et les Egyptiens qui l’entourent. (Nadéra Bouazza/Nouvelles du Caire)


more...
No comment yet.