Egypte: L'argent et le pouvoir, relations douteuses | Égypt-actus | Scoop.it
Après la rencontre de Mohamad Morsi avec 120 hommes d’affaires, des doutes émergent sur un possible retour des collusions illégales entre le régime et les investisseurs.

 

Les hommes d'affaires sont-ils un enjeu pour les Frères musulmans ? Il semblerait que oui. « Ebdä » (commence) en est la preuve. Cette « association égyptienne pour le développement des affaires » a été créée en mars 2012 par Hassan Malek, membre éminent et puissant investisseur de la confrérie, quelques mois avant l’investiture du président Morsi. Objectif : regrouper les investisseurs et attirer les jeunes hommes d’affaires propriétaires de petites et moyennes entreprises. Les membres sont en majorité issus des Frères musulmans, mais pour en écarter toute allure islamique, son chef a négocié avec des hommes d’affaires connus par leur proximité avec l’ancien régime pour les intégrer, à l’instar d’Ahmad Al-Seweedy, propriétaire d’Al-Seweedy Electric, Safouane Sabet de Juhayna (premier producteur de produits laitiers en Egypte) et Ahmad Abou-Hécheima de Hadid Al-Masriyine (le fer des Egyptiens).

 

Une intégration qui n’a fait que susciter de vives interrogations vu que ces monopoles hérités du régime de Moubarak ont longtemps été contestés par les Frères musulmans euxmêmes, sous prétexte qu’ils contrôlent les structures de la distribution, de l’importation et des industries de base. Ossama Farid, membre du conseil d’administration d’« Ebdä », défend, quant à lui, cette adhésion comme étant « preuve que l’identité de tel ou tel courant politique n’est signe de rien au sein de l’association. Ici, les objectifs sont purement économiques ».

(Héba Nasreddine/Al-Ahram Hebdo)

 

Plus : http://hebdo.ahram.org.eg/NewsContent/963/10/124/1797/Egypte-Largent-et-le-pouvoir,-relations-douteuses.aspx