Égypt-actus
Follow
Find
385.5K views | +3 today
Égypt-actus
Égypt-actus
revue de presse sur l'actualité culturelle, archéologique, politique et sociale de l'Égypte
Curated by Egypt-actus
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

El-Baradei: “Le Conseil militaire déterminera les prérogatives du président sans referendum”

El-Baradei: “Le Conseil militaire déterminera les prérogatives du président sans referendum” | Égypt-actus | Scoop.it

 

Mohamed El-Baradei, secrétaire des fondateurs du parti El-Dostour et ancien directeur de l’Agence Internationale de l’Energie atomique (AIEA), a mené une diatribe contre le Conseil militaire. Ce dernier déterminera les attributions du prochain président d’Égypte, sans referendum, deux jours avant la présidentielle, a indiqué El-Baradei qui a abandonné ses ambitions présidentielles, il y a quelques mois.

« La révolution a éclaté pour reconstruire une nouvelle Égypte mais ce que nous voyons actuellement est une tentative effrontée de remplacer un régime, avec ses pensées, ses méthodes et ses personnes, par un même mais nouveau », a-t-il dit sur son compte Twitter.

Youm7, via Bonjour Egypte

http://www.bonjouregypte.com/news.php?id=5909

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Quelques niouzes de l'archéologie et des Antiquités égyptiennes (18 mai 2012)

Quelques niouzes de l'archéologie et des Antiquités égyptiennes (18 mai 2012) | Égypt-actus | Scoop.it

- An Esoteric Quest for Ancient Alexandria : Greco-Egyptian Birthplace of the Western Mind (9-14 June 2012)

- Coffret Intégral 20 DVD L'Égypte des Pharaons

- 3es Rencontres égyptologiques à Solliès-Pont

- Torino : “TAC (tomografía axial computarizada) alla mummia, svelati segreti millenari”

- Qubbet El-Hawa : “Resultados excavaciones investigadores UJA en Egipto superan las expectativas”

- “Cleopatra : the Exhibition”

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Election présidentielle en Egypte : les islamistes en tête à l'étranger

Election présidentielle en Egypte : les islamistes en tête à l'étranger | Égypt-actus | Scoop.it

Les premiers résultats du scrutin présidentiel anticipé tenu à l’étranger, publiés vendredi par les médias égyptiens, témoignent que les islamistes mènent dans plusieurs pays, rapporte un correspondant de RIA Novosti en Egypte.

Selon les données fournies par le ministère égyptien des Affaires étrangères, 225.000 citoyens égyptiens résidant à l’étranger ont pris part au vote anticipé qui s’est tenu du 11 au 17 mai dans 166 pays.

Mohamed Mursi, candidat de l’association des Frères musulmans, mène la course au Yémen, en Arabie saoudite, au Soudan, en Afrique du Sud et au Nigéria.

Un ancien dirigeant des Frères musulmans, récemment exclu de la confrérie, Abdel Moneim Abul Futuh arrive en tête en Allemagne, en Italie, en Irlande, en Espagne et en Libye.

L’ex-secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa et l’ancien journaliste Hamdin Sabbahi sont en tête des candidats laïques. (Afriscoop)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

3e Rencontres Egyptologiques à Solliès-Pont

3e Rencontres Egyptologiques à Solliès-Pont | Égypt-actus | Scoop.it
Samedi 2 Juin, de 9h30 à 17h00

Salle des Fêtes

Solliès-Pont (83)

Ces rencontres sont organisées par l’Association Kemetmaa (www.kemetmaa.fr) et seront présents les conférenciers suivants :

Le Matin.

Sydney AUFRERE : de Peiresc à, Zoega : naissance d’une égyptologie biblique

Karine MADRIGAL : Les frères Champollion : leur vie, leurs travaux au travers des archives familiales de Jacques Joseph.

L’Après-midi :

Amandine MARSHALL : Auguste Mariette, un pionnier de l’archéologie moderne au destin exceptionnel.

Jean-Claude GOLVIN : Les pionniers de la restitution des monuments pharaoniques.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

"Après la bataille" : chronique d'une Egypte toujours en révolution

"Après la bataille" : chronique d'une Egypte toujours en révolution | Égypt-actus | Scoop.it
Qui sont ces cavaliers qui s’en sont pris place Tahrir, le 2 février 2011, aux manifestants qui réclamaient pour tous « pain, liberté, dignité », le slogan de la révolution égyptienne ? Cette interrogation est le fil rouge du film de Yousry Nasrallah, Après la bataille (Baad el Mawkeaa), sélectionné en compétition officielle et présenté à Cannes ce jeudi.

Des images de la place Tahrir où des cavaliers foncent sur les manifestants. Cette séquence qui introduit Après la bataille (Baad el Mawkeaa) de Yousry Nasrallah, en compétition et présenté ce jeudi à Cannes, n’est pas de la fiction. Les faits remontent au 2 février 2011, en pleine révolution égyptienne, et relèvent de ce que l’on a appelé depuis "la bataille des chameaux". Le réalisateur égyptien Yousry Nasrallah a décidé d’être l’avocat de ceux qui sont pour beaucoup d’Egyptiens des contre-révolutionnaires. Le prétexte pour s’intéresser à eux : une rencontre improbable, celle de Reem (Menna Chalaby) et de Mahmoud (Bassem Samra). Elle travaille dans la publicité, a une bonne situation sociale et souhaite se séparer de son époux. Mais la jeune femme est avant tout une militante qui défend les droits des femmes. A l’instar de centaines d’Egyptiens, Reem a fréquenté assidûment la place Tahrir pour chasser Hosni Moubarak, l’ancien président égyptien, et continue de le faire pour dénoncer les dérives du pouvoir militaire qui a pris la relève. Lui est un cavalier. Comme nombre de ses voisins de Nazlet, le quartier qui jouxte les fameuses pyramides, Mahmoud vit du tourisme. Avec la révolution, il a perdu son gagne-pain et nourrit son cheval grâce à la charité de la SPA locale qui lui fournit des céréales. Désœuvré, le dresseur de chevaux est prêt à tout pour subvenir aux besoins des siens – son épouse et ses deux garçons - et retrouver un peu de cette dignité perdue à Tahrir où ses adversaires d’un soir scandaient pourtant « pain, liberté, dignité » au nom de toute une nation. Mahmoud est tombé de son cheval sur la place en participant à "la bataille des chameaux". Les révolutionnaires en feront un exemple en le battant à mort et les images de son lynchage seront même diffusées sur Youtube. Pour avoir chuté, le cavalier « n’est plus un homme » pour ses pairs. (Afrik.com)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Décès de Warda El Djazairia au Caire

Décès de Warda El Djazairia au Caire | Égypt-actus | Scoop.it
La chanteuse Warda El Djazairia est décédée aujourd’hui jeudi 17 mai vers 19 heures (heure algérienne) en Égypte, à l’hôpital du Caire, à l’âge de 72 ans, a‑t‑on appris de source sûre. La dépouille mortelle arrivera demain à l’aéroport d’Alger, nous a indiqué la famille de l’artiste. L’enterrement devrait avoir lieu dimanche.Warda est née en France le 22 juillet 1940 d'une mère libanaise et d'un père algérien, Mohammed Ftouki, originaire de Souk Ahras. Initiée dès son plus jeune âge par sa mère à la chanson libanaise, elle commence à chanter en 1951, à l'âge de onze ans dans un établissement appartenant à son père. Elle se fait peu à peu connaître, notamment pour ses chansons patriotiques algériennes, mais à cause de celles‑ci, elle est obligée de quitter la France pour Beyrouth. Puis, à l’Indépendance, elle rejoint l'Algérie, où elle se marie en 1962. Son mari lui interdit de chanter. Mais en 1972, à la demande du président Houari Boumediene, elle chante pour commémorer l'indépendance de l'Algérie, accompagnée d'un orchestre égyptien. Peu après, son mari demande le divorce et Warda décide alors de se consacrer à une carrière musicale.

Elle quitte l’Algérie pour l’Égypte, où elle rencontre le compositeur Baligh Hamdi avec qui elle se remarie. Elle acquiert la célébrité en travaillant avec les plus grands compositeurs arabes, comme Mohamed Abdelwahab ou Sayed Mekawi. (TSA)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Exposition "The Revolutionary"

Miguel Angel Sanchez talks about the revolutionary character featured at his solo exhibition in Paris at Inception Gallery.
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Démonstration de force des Frères musulmans avant la présidentielle

Des milliers d'Egyptiens ont défilé ce jeudi à l'appel des Frères musulmans égyptiens, formant un cortège de plusieurs kilomètres de long au Caire, une démonstration de force destinée à peser sur le premier tour de l'élection présidentielle prévu les 23 et 24 mai.

Des militants islamistes ont marché côte à côte dans le centre et le nord de la capitale, faisant valoir la puissance du réseau sur lequel la confrérie compte pour remporter le scrutin. Ils brandissaient des portraits du candidat à la présidentielle présenté par Parti de la liberté et de la justice (PLJ), parti issu des Frères musulmans, Mohammed Morsi, qui selon des sondages incertains semble à la traîne. (20 minutes.fr)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Abdel Moneim Aboul Fotouh, l’islamiste attrape-tout

Abdel Moneim Aboul Fotouh, l’islamiste attrape-tout | Égypt-actus | Scoop.it

Soutenu aussi bien par des progressistes que par les musulmans conservateurs salafistes, un surprenant favori a fait son apparition dans la course à la présidentielle égyptienne. Ce candidat est l'islamiste modéré Abdel Moneim Aboul Fotouh, ancien membre des Frères musulmans. En une semaine, ce candidat a reçu des appuis de tout l'échiquier politique, y compris celui de trois groupes islamistes clés. Son exclusion de la confrérie semble jouer en sa faveur, que ce soit auprès d'autres islamistes désireux de s'affranchir de l'influence de cette organisation vieille de 80 ans ou des progressistes effrayés par la montée du mouvement.

Le Parti de la liberté et de la justice, fondé par les Frères musulmans, a remporté une victoire écrasante lors des dernières élections législatives [novembre 2011-mars 2012] et détient aujourd'hui la majorité au Parlement. Beaucoup craignent que, si la confrérie s'empare également de la présidence, elle ne dispose d'un trop grand pouvoir dans la politique de l'Egypte post-révolutionnaire et que cela n'ait des effets néfastes sur la démocratie naissante du pays.

"Il serait inacceptable d'avoir un Parlement dominé par les Frères musulmans et un président issu de ce même mouvement, alors que l'appareil de l'Etat est censé représenter tout le monde", souligne Essam Shebl, vice-président du parti islamiste modéré Al-Wasat, qui a apporté son soutien à Abdel Moneim Aboul Fotouh le 30 avril dernier." [Fotouh] a été islamiste, mais il souhaite aujourd'hui un mode de gouvernement islamique modéré. C'est ce dont le pays a besoin et je pense que les salafistes en général commencent à voir les bénéfices de l'approche modérée prônée par Aboul Fotouh, ce qui représente un grand progrès."

Ancien membre du Conseil de guidance [bureau exécutif] des Frères musulmans, Abdel Moneim Aboul Fotouh a été suspendu de ses fonctions par le mouvement en mai 2011, lorsqu'il s'est déclaré candidat à la présidentielle. La confrérie et son parti politique ont refusé de lui apporter leur appui. Mais, depuis, il s'est assuré un large soutien auprès du peuple en faisant campagne pour le droit de tous les Egyptiens à l'éducation et à la santé, la suppression des procès militaires de civils et le développement du tourisme étranger pour donner un coup de fouet à l'économie en difficulté. Contrairement à d'autres islamistes, il est opposé à l'application de la loi islamique aux non-musulmans. La montée des partis islamistes, qui détiennent 70 % des sièges du Parlement, inquiète les progressistes et la minorité chrétienne des coptes. (Erin Cunningham et Heba Habib/Courrier nternational)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Hicham Mourad, Pourquoi Amr Moussa mène-t-il la course à la présidentielle ?

A une semaine du premier tour de la présidentielle en Egypte prévu mercredi et jeudi prochains, les sondages d’opinion publiés par les centres de recherches, les journaux et les revues abondent sur les chances des 13 candidats de recueillir les suffrages de la population. Favori de la majorité des sondages, l’ex-ministre des Affaires étrangères et ancien secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, paraît le mieux placé pour accéder au second tour décisif, prévu les 16 et 17 juin. Il devrait être rejoint, sauf surprise, par l’islamiste libéral et modéré, l’ancien Frère musulman Abdel-Moneim Aboul-Foutouh. Moussa, dont la campagne électorale semble la mieux organisée, était le premier à annoncer sa candidature à la présidentielle, rapidement après la chute de Moubarak, à sillonner le pays en long et en large à la rencontre des électeurs et à réunir les 30 000 signatures populaires nécessaires à sa candidature en tant qu’indépendant.La popularité de Moussa ne fait pas de doute et ne date pas d’hier. Elle provient principalement de ses positions contre Israël prises lors de sa longue carrière publique répartie entre 10 ans passés à la tête de la diplomatie égyptienne sous Moubarak (1991-2001) et une période identique (2001-2011) où il occupait le poste de secrétaire général de l’Organisation panarabe. (Al-Ahram Hebdo)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Sur le front de la pauvreté

Sur le front de la pauvreté | Égypt-actus | Scoop.it

« Attention, nous sommes au bord d’une révolution de la faim », a déjà averti Mohamad ElBaradei, fin 2011. Malgré cette sonnette d’alarme, le sujet de la pauvreté a été traité de manière assez superficielle dans tous les programmes des candidats présidentiels. Par exemple, le programme de Abdel-Moneim Aboul-Foutouh, intitulé « L’Egypte forte », comprend tout un chapitre de 7 pages sous le titre « La construction économique et le développement indépendant ». Plein d’idées et de nouvelles structures dans différents domaines économiques, mais pour la pauvreté, il faut juste « restructurer le système des subventions ». Il parle aussi d’un conseil « socioéconomique » et semble compter sur d’autres mesures pour lutter contre la pauvreté au lieu de la cibler directement. Dans un autre chapitre, il mentionne le mot « pauvre », en affirmant que le gaz naturel serait acheminé aux domiciles des classes les plus démunies. Selon un rapport publié au début de 2012 par l’Organisme central de la mobilisation publique et des statistiques, un quart de la population en Egypte vit en dessous du seuil de pauvreté. C’est-à-dire que plus de 20 millions de personnes souffrent de la pauvreté. Bien que la révolution du 25 janvier compte parmi ses demandes l’égalité sociale, en réalité, la transition gérée par les militaires durant cette année et demie n’a en rien contribué à réduire cette pauvreté, ni à améliorer les conditions de vie des Egyptiens. (Al-Ahram Hebdo)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Des libertés à conserver

Des libertés à conserver | Égypt-actus | Scoop.it

Les récentes déclarations du candidat Abdel-Moneim Aboul-Foutouh, ancien dirigeant des Frères musulmans, ont suscité un débat houleux sur la liberté de culte dans son programme électoral. Dans une émission télévisée diffusée fin mars, Aboul-Foutouh, islamiste modéré, a annoncé que « tout citoyen est libre de choisir la religion à adopter, et que tout musulman a le droit de se convertir au christianisme et vice-versa, sans aucune intervention, ni d’Al-Azhar, ni de l’Eglise, et que l’Etat doit le protéger ». « L’Erdogan égyptien », comme certains l’appellent, voudrait attirer les suffrages d’une partie de l’opposition non islamiste. Réduisant les références religieuses dans son discours à leur plus simple expression, il entend rassurer les coptes et les minorités.De son côté, le candidat Amr Moussa, ancien ministre des Affaires étrangères et ex-secrétaire général de la Ligue arabe, se présente comme un rempart contre l’influence croissante des islamistes. Dans son programme, il refuse de modifier l’article 2 de la Constitution qui fait de la charia la source principale de la législation tout en accordant le droit à autrui de recourir à ses lois religieuses, et ce, en leur élaborant des articles à part, et de mieux conserver la citoyenneté. (Al-Ahram Hebdo)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Les électeurs dans l’indécision

Les électeurs dans l’indécision | Égypt-actus | Scoop.it

A une semaine de l'élection présidentielle, presque la moitié des Egyptiens ne savent pas quel sera leur choix. 13 candidats sont en lice et leurs programmes s’efforcent de répondre aux revendications de la révolution.

« Pain, liberté, justice sociale ». C’est le chant qui a fait vibrer la place Tahrir en janvier et février 2011. Depuis le déclenchement de la révolution du 25 janvier et pendant 18 jours successifs et jusqu’à la chute de Moubarak, ces revendications populaires n’ont cessé de retentir à chaque fois que les Egyptiens retournaient sur la place. Les candidats au marathon présidentiel semblent être très conscients de ce que représentent ces « notions » pour les Egyptiens.La plupart des programmes sont, en effet, similaires : une économie libre avec une justice sociale, un rôle plus marqué de l’Etat et une amélioration de l’éducation et de la santé, la lutte contre la corruption, des projets nationaux géants et la protection des libertés. Une similitude due au fait que les grands problèmes sont bien connus. Les solutions aussi, mais la difficulté face à chacun d’entre eux serait cette capacité de mise en œuvre et l’habileté à mobiliser les Egyptiens, les convaincre d’accepter les sacrifices nécessaires pour appliquer ces programmes. (Al Ahram Hebdo)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Polémique sur l’excision en Égypte : "Ce n’est pas un acte religieux, mais une tradition dangereuse" |

Polémique sur l’excision en Égypte : "Ce n’est pas un acte religieux, mais une tradition dangereuse" | | Égypt-actus | Scoop.it

L’excision, ou mutilation génitale féminine, a été interdite en Égypte en 2007, après la mort d’une fillette de 12 ans lors d’une opération. Cette tradition ancestrale persiste pourtant dans l’illégalité et des hommes politiques conservateurs se battent en ce moment pour qu’elle soit de nouveau autorisée.

En 2008, plus de 90 % des Égyptiennes en âge d’avoir des enfants ont subi une excision, selon une enquête des autorités égyptiennes. Malgré les campagnes de sensibilisation, le pourcentage des jeunes filles de 15 à 17 ans excisées n’est passé que de 77 à 74 % entre 2005 et 2008. En Égypte, l’opération consiste en une ablation du clitoris et parfois des lèvres vaginales. L’objectif est, entre autre, de réduire le désir sexuel de la femme et donc de protéger sa virginité.

La révolution égyptienne n’a en rien aidé les militants anti-excision dans leur combat. Les deux-tiers des sièges de la chambre basse du Parlement égyptien ont été remportés par des députés islamistes, notamment du parti des Frères musulmans, ou salafistes - une branche radicale de l’islam sunnite. Au début de la semaine, Nasser al-Shaker, député du parti salafiste al-Nour, a défendu l’excision lors d’un passage à la télévision, affirmant qu’il s’agissait d’un précepte de l’islam. Le parlementaire a par ailleurs précisé, comme un argument supplémentaire pour la levée de l’interdiction, que l’ex-première dame, Suzanne Moubarak, s’était battue pour éradiquer cette pratique. Une position qui a provoqué l’ire des groupes de défense des droits des femmes.

Quelques semaines auparavant, la parlementaire Azza al-Garf, du parti des Frères musulmans, appelait à la levée de l’interdiction.

Des rumeurs circulent enfin sur Internet sur une caravane médicale, dans laquelle était pratiqué l’excision, qui aurait été installée par les Frères musulmans dans la région de Minya, au nord de l’Égypte. FRANCE 24 n’a pu vérifier ces informations. Le parti des Frères musulmans a toutefois rejeté ces accusations tout en affirmant via Twitter que le parti était officiellement opposé à l’excision. (France 24)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Morsi, Moussa, Aboul Foutouh, des noms qui reviennent

Morsi, Moussa, Aboul Foutouh, des noms qui reviennent | Égypt-actus | Scoop.it

L’opération de dépouillement du vote relatif à l’élection présidentielle a commencé. 586 000 voix sont en jeu à l’étranger. Ce nombre est bien plus important que lors des élections législatives où il n’y avait que 320 000 électeurs potentiels.

C’est en Arabie Saoudite avec 60 000 électeurs à Riad et 42 000 électeurs à Jeddah ainsi qu’au Koweït avec 43 000 électeurs que se trouvent les plus gros contingents des ressortissants égyptiens. Le vote à l’étranger s’est déroulé dans 139 représentations diplomatiques entre ambassades et consulats.

Pour ce qui est des résultats, rien n’est définitivement officiel, mais les premières rumeurs commencent à circuler sur les résultats du dépouillement des urnes de cette élection présidentielle égyptienne qui n’a débuté pour le moment que pour les ressortissants égyptiens vivant à l’étranger.

En Egypte, le scrutin commencera le 23 mai prochain et se déroulera sur deux jours. Il s’agira du premier tour de cette première élection libre historique.

Pour ce qui est des informations qui ont filtré, elles ont permis de constater que certains noms reviennent plus que d’autres à l’instar de ceux de Mohamed Morsi, Amr Moussa, Abdelmonoom Aboul Foutouh et Hamdine Soubahi. (legyptien.com)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Égypte : une campagne inédite dans le monde arabe

Égypte : une campagne inédite dans le monde arabe | Égypt-actus | Scoop.it
Pour la première fois de leur vie, les Égyptiens vivent une élection présidentielle démocratique. La campagne menée par les 13 candidats retenus est pour eux un sujet d'étonnement quotidien. Il ne s'agit pas simplement d'affiches collées sur les murs ou de slogans, chacun a son style, ou plutôt sa façon d'attirer les électeurs.

Cette course à la présidence a eu un temps fort, absolument inédit. Le jeudi 10 mai, des millions de téléspectateurs ont vu les deux favoris, Amr Moussa et Abdel-Moneim Aboul-Foutouh, s'attaquer sans retenue sur le petit écran. Moussa a été pendant dix ans le ministre des Affaires étrangères de Moubarak, puis il a été de 2001 à 2011 le patron de la Ligue arabe. Aboul-Foutouh est un islamiste modéré, un ancien pilier de la confrérie dont il a été chassé pour avoir décidé de briguer la première magistrature de l'État en juillet 2011. À l'époque, les Frères (al-Ikhwane) avaient promis de ne pas participer à la première présidentielle.

 

Plus : http://www.lepoint.fr/monde/egypte-une-campagne-inedite-dans-le-monde-arabe-18-05-2012-1462776_24.php

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Ahmad Chafiq, un ancien de l'ère Moubarak parmi les favoris à la présidence

Ahmad Chafiq, un ancien de l'ère Moubarak parmi les favoris à la présidence | Égypt-actus | Scoop.it
Dernier Premier ministre de Hosni Moubarak, Ahmad Chafiq partait avec un lourd handicap après la révolte de 2011. Il figure désormais dans le peloton de tête pour la présidentielle égyptienne qui s'ouvre mercredi, après avoir axé sa campagne sur le retour de la sécurité.

Cet ancien général, chef d'état-major de l'armée de l'air et ministre de l'Aviation civile sous le régime déchu, veut séduire les Egyptiens lassés des soubresauts politiques et de la détérioration de l'économie, en faisant de la stabilité et de la lutte contre le crime son cheval de bataille.

"Il faut que la sécurité revienne et en force. La société ne se stabilisera qu'avec une main de fer de l'Etat", martèle-t-il.

Décrié comme "fouloul" --terme péjoratif utilisé par les Egyptiens pour évoquer les revenants de l'ancien régime-- et abhorré par les "révolutionnaires" qui ont chassé Hosni Moubarak du pouvoir en février 2011, il a pourtant fait un retour en force sur la scène politique. (Le nouvel Observateur)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte : fermeture d’une mosquée chiite au Caire

Egypte : fermeture d’une mosquée chiite au Caire | Égypt-actus | Scoop.it
Les autorités égyptiennes ont fermé une mosquée chiite « Husseiniya » inaugurée par le chiite libanais Ali al-Korani lors de sa récente visite au Caire, ont indiqué des sources proches d’Al Arabiya.

Selon ces sources, les autorités égyptiennes ont confisqué les publications, les affiches et les enregistrements trouvés dans la mosquée, dont la fermeture est définitive. L'inauguration récente de la mosquée « Husseiniya » avait irrité l’influent institut sunnite al-Azhar et d'autres clercs sunnites, qui y voyaient une tentative de répandre l'islam chiite en Egypte. De leur côté, des personnalités chiites considéraient cette initiative comme un moyen de rapprochement entre les différents courants de l’islam.

Suite à l'inauguration de la mosquée Husseiniya au Caire, des chiites se sont rassemblés pour pratiquer des rituels chiites, battant leur poitrine en scandant des hymnes en l’honneur de certains descendants de Mahomet, comme le font les chiites en Irak, en Iran, en Afghanistan, au Pakistan et au Liban.

La récente visite d'Al-Korani au Caire a été vivement critiquée par al-Azhar, l’Académie de recherche islamique et le ministère des Cultes. Les dignitaires religieux sunnites ont critiqué les séminaires religieux auxquels a participé al-Korani et les conférences qu’il a données dans les maisons de chiites vivant au Caire et d’autres gouvernorats. Ils ont décrit l’initiative du religieux chiite comme « une ligne rouge inacceptable » et une tentative de répandre la doctrine chiite en Egypte.

Source : Egypt shuts down newly-inaugurated Shiite mosque in Cairo, Al Arabiya, 17 mai 2012. Traduction par Poste de veille

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

ÉGYPTE • L'élection présidentielle sous l'œil de l'armée

ÉGYPTE • L'élection présidentielle sous l'œil de l'armée | Égypt-actus | Scoop.it

L'élection présidentielle – la première de l'ère post-Moubarak – aura lieu en Egypte les 23 et 24 mai. Deux candidats semblent favoris pour briguer le poste présidentiel : l'ancien secrétaire de la Ligue arabe Amr Moussa et le candidat islamiste indépendant Abdel Moneim Aboul Fotouh, qui séduit aussi des électeurs de la gauche égyptienne.

Au cas où aucun candidat n'obtiendrait la majorité, un second tour est prévu les 16 et 17 juin. Des vingt-trois candidats initiaux, ils ne sont plus que treize en lice. Les autres ont vu leur candidature invalidée par la commission électorale. Plusieurs outsiders peuvent toutefois créer la surprise : c'est le cas du nationaliste nassérien Hamdeen Sabahi, de l'homme de l'ancien régime Ahmed Shafik, ainsi que du candidat officiel des Frères musulmans Mohamed Morsi.

Mais le fait le plus marquant de la campagne en cours reste la toute-puissance de l'armée, qu'aucun des candidats n'a osé défier – en proposant, par exemple, la démilitarisation de l'Etat. (Le Courrier international)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Les forces en présence à la veille de la présidentielle en Egypte

Les forces en présence à la veille de la présidentielle en Egypte | Égypt-actus | Scoop.it
L’ex-ministre des Affaires étrangères Amr Moussa est favori des sondages devant Abdel Moneim Aboul Foutouh, ex-dirigeant des Frères musulmans qui se dit modéré.Islamistes divisés contre libéraux proches des militaires
Le camp islamiste est divisé avant le premier tour du scrutin présidentiel, prévu les 23 et 24 mai. Il avait pourtant gagné haut la main les élections parlementaires de fin 2011-début 2012 : 47% des sièges pour le Parti de la liberté et la justice (PLJ, issu des Frères musulmans), 24% pour les salafistes.

Abdel Moneim Aboul Foutouh, dissident des Frères, est soutenu par un large éventail politique allant des salafistes à des militants pro-démocratie. Il a aussi reçu l’appui de nombre de jeunes de son ancienne confrérie qui refusent la participation de cette dernière au scrutin. Il se dit modéré, n’évoque pas forcément la loi coranique et entretient des liens avec les coptes (chrétiens). Il prône le respect de la liberté de religion et d’expresson.

De son côté, l’ex-ministre de Hosni Moubarak, Amr Moussa, par ailleurs ex-secrétaire général de la Ligue arabe, s’appuie sur le camp libéral (notamment le parti Al-Wafd). Sa candidature a trouvé un écho certain dans la bourgeoisie. Il a promis, s’il est élu, d’accorder une place privilégiée aux militaires. (Géopolis)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Yousry Nasrallah refuse que son film soit vendu en Israël

Yousry Nasrallah refuse que son film soit vendu en Israël | Égypt-actus | Scoop.it
Le réalisateur égyptien Yousry Nasrallah, en compétition à Cannes avec « Après la bataille », a indiqué jeudi en conférence de presse qu'il ne voulait pas que le film soit vendu à Israël, estimant que ce pays n'est « pas un allié » de la révolution égyptienne.

« Je ne sais pas du tout si le film a été vendu à Israël mais si vous voulez connaître mon avis, non je ne veux pas qu'il soit vendu à Israël. Pas tant que les Israéliens occupent encore les territoires palestiniens », a-t-il dit, suscitant les applaudissements de plusieurs journalistes. « De merveilleux réalisateurs israéliens sont mes amis, Avi Mograbi par exemple ou Amos Gitaï », a-t-il rappelé, ajoutant : « Ce n'est moi qui décide si les films sont vendus ou pas en Israël. De tout façon, ils sont montrés là-bas ». Mais, « je ne pense pas, qu'au moment où les Egyptiens sont encore en train d'essayer de franchir la première étape vers une libération vis-à-vis de leur propre régime, de l'oppression et d'une gouvernance militaire, Israël soit un allié pour cette libération », a-t-il conclu sur le sujet. (Cine Obs)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Amr Moussa, l’homme qui ne s’est pas opposé à la tyrannie

Amr Moussa, l’homme qui ne s’est pas opposé à la tyrannie | Égypt-actus | Scoop.it

A la faveur de la campagne présidentielle, Amr Moussa est revenu au premier plan de la politique égyptienne. Il fait son retour, mais comme à contretemps. Notre époque n'est plus la sienne. L'Egypte a trop changé depuis sa grande et belle révolution pour encore vouloir ce genre de politiciens, qui ont joué un rôle, pour le meilleur ou pour le pire, sous l'ancien régime. Durant les décennies de corruption et de tyrannie, Amr Moussa a servi Hosni Moubarak dix années durant en tant que ministre des Affaires étrangères sans une seule fois dénoncer les dérives du régime.

Nous n'avons pas de griefs à formuler à l'égard de l'homme. Mais l'Egypte a besoin d'un président qui ne soit pas animé par des ambitions personnelles et qui ne verse pas dans les effets de manches de la communication. Il faut au contraire quelqu'un capable de lui éviter de tomber dans le profond gouffre au bord duquel elle se trouve et de lui montrer le chemin des ambitions les plus hautes.

Pendant toute sa brillante carrière, il ne s'est jamais opposé à la corruption et n'a jamais protesté contre le fait que l'Egypte reculait dans tous les domaines, y compris dans celui qui était sous sa responsabilité, à savoir la place de l'Egypte sur la scène internationale. Pis, il n'a eu aucun rôle dans la révolution du 25 janvier 2011. Il composait avec tout le monde et jouait sur tous les registres, ménageant la chèvre et le chou, tantôt pour Hosni Moubarak, tantôt contre...

La faille de cet homme, c'est qu'il attend avant de choisir son camp, et cela en fonction de ses intérêts personnels, toujours soucieux d'obtenir un poste par-ci ou par-là. Le 9 février 2011, c'est-à-dire deux jours avant la chute de Moubarak, il avait déclaré à CNN qu'il fallait que le président reste en poste jusqu'à la fin de son mandat [qui allait expirer à l'automne de la même année]. Lui-même affirme qu'il a contribué à la révolution en cherchant toujours à "améliorer les choses dans le cadre de l'existant", ce qui ne traduit pas une position franchement révolutionnaire pour débarrasser les Egyptiens du cauchemar qui les hantait alors. En tout cas, il ne pourra pas dire qu'il a été parmi les agitateurs de la révolution. (Salah Suleiman/Courrier international)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Aboul-Foutouh se met au rap : tout n’est qu’illusion

Le duel entre les deux candidats à la présidence Amr Moussa et Mohamad Aboul-Foutouh a fait couler beaucoup d’encre cette semaine. Tour d’horizon des différents points de vue.

« Sans la révolution du 25 janvier, nous n’aurions jamais vu le face-à-face qui a eu lieu jeudi. Quelqu’un aurait-il pu imaginer Moubarak debout devant l’un de ses adversaires pour répondre à des questions pointues ? Vous diriez : y avait-il des adversaires à la base ? Un autre pourrait répondre : oui, il y en avait lors des dernières élections présidentielles, mais la blague est que c’est Moubarak qui les a choisis et en a financé la campagne, voire leur a même versé leur argent de poche, et certains parmi eux ont déclaré leur soutien à Moubarak, même en étant son adversaire ! A ma connaissance, aucun journaliste n’a fait avec Moubarak une réelle interview comme l’ont fait des journalistes étrangers qui s’asseyaient devant lui jambe sur jambe », écrit Emadeddine Hussein dans le quotidien Al-Shorouk. Et d’ajouter : « Et au moment où les deux journalistes lors du face-à-face ont arrêté Moussa et Aboul-Foutouh parce qu’ils ont dépassé le temps requis ou parce qu’ils sont sortis du sujet, nous avons compris qu’il y eut un grand changement et que le concept du président pharaon a subi un terrible revers. Le fait que des candidats se tiennent debout devant nous pour parler de leur programme, de leur état de santé ou de leur fortune veut dire qu’il y a un seul maître, c’est le peuple, même si nous savons que certains candidats nous vendent des illusions ». Les commentaires abondent en ce sens et d’autres se sont attelés à des questions jamais abordées par la presse jusqu’ici, comme le langage corporel des deux candidats. « C’est un combat de boxe verbale, voici la définition exacte du face-à-face entre Abdel-Moneim Aboul-Foutouh et Amr Moussa. Chacun a tenté de mettre en relief les points forts de son programme électoral, sa crédibilité et la richesse de son histoire ». (Al-Ahram Hebdo)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Logement décent : les promesses des candidats

Logement décent : les promesses des candidats | Égypt-actus | Scoop.it

14 millions d’habitants, dans 1 221 zones sauvages réparties à travers l’Egypte, sont dans l’attente du nouveau président pour leur assurer un logement. Un sujet qui ne pouvait être négligé par les candidats.Lançant son programme à Ezbet Al-Haggana, « l’un des quartiers les plus pauvres et les plus marginalisés des bidonvilles », Amr Moussa a inclu la question des bidonvilles dans son programme « des cent premiers jours » à la tête de l’Etat. « Il est temps que l’Etat cesse de blâmer le simple citoyen de mener une vie aléatoire et avoue sa responsabilité dans cet échec », a déclaré Moussa. Le candidat prévoit donc un traitement immédiat pour les zones dangereuses en les remplaçant ou en les remettant en état. Un ensemble de projets économiques et sociaux devra accompagner les travaux de réhabilitation tout en prenant compte de la nature de la région et de sa composition démographique.

Pour son programme, Abdel-Moneim Aboul-Foutouh, candidat islamiste, invite à transférer la dépendance du fonds du développement des bidonvilles du ministère du Développement municipal au Conseil des ministres. Il promet aussi d’augmenter l’allocation et de donner plus de poids pour les sociétés civiles pour participer à la gestion de cette affaire. Le programme d’Aboul-Foutouh a divisé les bidonvilles en deux catégories : des zones qui peuvent être développées, et d’autres « dangereuses » qui doivent être complètement détruites, et surtout fournir à ses habitants une alternative plus sécurisée. (Al-Ahram Hebdo)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

De belles promesses pour une vie meilleure

De belles promesses pour une vie meilleure | Égypt-actus | Scoop.it

« Allocations de chômage, embauche d’un million de chômeurs, un salaire minimum de 1 200 L.E. », des promesses faites par des candidats à la présidentielle de toutes tendances politiques. La justice sociale revendiquée durant la révolution est à la tête des aspirations des Egyptiens et figure désormais parmi les critères du choix du futur président. C’est pourquoi les candidats investissent dans l’affaire, courtisant les électeurs en promettant d’y remédier de manière cruciale. D’ailleurs, un récent rapport de l’Organisme central de la mobilisation et du recensement révèle que le taux de chômage s’est élevé à 11,9 % contre 8,9 % en 2010. Le nombre de chômeurs a augmenté d’environ 825 000 lors du troisième trimestre de l’année en cours. L’instabilité économique, l’insécurité, le regain de revendications de diverses catégories de la société et le recul des taux d’investissement local et étranger sont les raisons citées par le rapport.Dans les programmes électoraux que ce soit des islamistes, gauche, indépendants ou d’anciens du régime de Moubarak, la question est évoquée tantôt en donnant l’impression que le candidat possède la baguette magique, tantôt en faisant des promesses sans avancer les moyens de les concrétiser, alors que d’autres évoquent des solutions à long terme. Tous promettent une allocation de chômage. (Al-Ahram Hebdo)

more...
No comment yet.