Égypt-actus
Follow
Find
385.6K views | +52 today
Égypt-actus
Égypt-actus
revue de presse sur l'actualité culturelle, archéologique, politique et sociale de l'Égypte
Curated by Egypt-actus
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt's Brotherhood denies protesting against journalists, beating critics

Egypt's Brotherhood denies protesting against journalists, beating critics | Égypt-actus | Scoop.it
Hundreds of demonstrators on Wednesday night protested outside of Egypt's Media Production City (located in 6 October City on the capital's outskirts), preventing guests from entering the studios of the satellite television stations based inside the complex.

According to Al-Ahram's Arabic-language news website, fights broke out between protestors and some television presenters, the latter of whom included Khaled Salah, editor-in-chief of daily newspaper Youm Al-Sabaa, who was attacked and whose car was damaged by angry demonstrators.

Salah later reportedly filed a police report against Egypt's Muslim Brotherhood, which he accused of inciting the incident.

Protesters refused to disperse, despite attempts by Giza Governorate security officials to convince them to leave and allow guests to enter the building.

Protesters refused to leave until two programmes presented by Tawfik Okasha and Lamis El-Hadidi – Okasha's show airs on the Faraeen channel (which officially stopped broadcasting on Thursday afternoon) and El-Hadidi's on CBC – were taken off the air.

Protesters asserted that both programmes were actively spreading false rumours about Egyptian President Mohamed Morsi.

The programmes' producers were forced to bring guests in through a back door to protect them from protesters.

Muslim Brotherhood Secretary-General Mahmoud Hussein, for his part, denied the group's involvement in Wednesday's protests, despite claims to the contrary by some at the scene. (Ahram Online)

More : http://english.ahram.org.eg/News/50020.aspx

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt gas exports increase in first quarter, but production drops

Egypt's exports of natural gas and its derivatives rose by 8.9 percent in the first five months of 2012, hitting US$964.4 million as compared to US$885.7 million for the same period in 2011, an increase of US$78.7 million.

The monthly bulletin of economic and social indicators produced by the Cabinet’s Information and Decision Support Center showed a 1.59 percent decline in the production of natural gas from January to May 2012, dropping from 19,591 tons in 2011 to 19,279 tons this year.

The bulletin also showed that domestic consumption of natural gas has increased during the same period by 6.89 percent, while electricity consumption went up 1.3 percent.

Exports of crude oil and petroleum products have dropped by 21.5 percent to US$1.958 billion against US$2. 495 billion in 2011, while domestic consumption of petroleum products went up by 0.4 percent.

Edited translation from MENA (Egypt independent)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Le budget égyptien pour l'année fiscale 2012-2013

Le budget égyptien pour l'année fiscale 2012-2013 | Égypt-actus | Scoop.it

Le Ministre des Finances a présenté le projet de budget 2012-2013 (juin-juillet) en Conseil des Ministres fin mai, qui a ensuite été transmis au Parlement pour examen début juin. Après la dissolution de ce dernier, le Conseil Suprême des Forces Armées a approuvé le budget le 1er juillet. Ce budget se fonde sur une prévision de croissance comprise entre 4% et 4,5%. Les recettes et les dépenses augmentent de +12,5% et +8,8% respectivement par rapport à l’année dernière, ces évolutions étant toutefois moins fortes que dans le budget 2011-2012 (+22% et +21,7% respectivement). La part du déficit public dans le PIB diminue ainsi à 7,6% en 2012-2013, contre 8,6% prévu pour l’année fiscale en cours (qui devrait plutôt atteindre les 10% en exécution). Le déficit de fonctionnement atteint 140,3 Mds LE et le déficit global 135 Mds LE, ces montants étant similaires à ceux budgétés pour l’année en cours (respectivement 141 Mds LE et 134,4 Mds LE).

 

Télécharger le document (Le Budget égyptien pour l'année fiscale 2012-2013.pdf) : http://www.tresor.economie.gouv.fr/File/373867

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Égypte : Mohamed Morsi, retard à l'allumage

Plus d'un mois après avoir prêté serment, le président élu en Égypte, Mohamed Morsi, donne l'impression de faire du surplace.

Des promesses, Mohamed Morsi en a fait 64 au total durant la campagne électorale, assurant qu'il pourrait les concrétiser en cent jours. Mais, un mois après sa prestation de serment, cela n'en prend guère le chemin. Sur morsimeter.com, un site internet qui surveille l'état d'avancement des objectifs que s'est fixés le président égyptien, les compteurs sont à zéro. « Nous avons rencontré un responsable de la présidence. Ils travaillent sur plusieurs dossiers. Les premières actions devraient être entreprises dans les prochains jours, explique Amr Sobhy, un des créateurs du site. Mais tant qu'il n'y aura pas de changements tangibles, les gens ressentiront de la frustration et de l'exaspération. »

Une frustration qui se retrouve jusque dans le quartier huppé d'Héliopolis, au Caire, où se trouvent les bureaux du chef de l'État. Autrefois inaccessibles, les alentours du palais présidentiel sont régulièrement envahis par les manifestants. Coptes, ouvriers, handicapés, tous se pressent sous les fenêtres de Morsi pour exprimer leurs doléances.

Lire l'article sur Jeuneafrique.com : http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2690p045.xml0/diplomatie-egypte-gouvernement-premier-ministregypte-mohamed-morsi-retard-a-l-allumage.html ;

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte : une TV hostile aux Frères musulmans suspendue

Une chaîne de télévision égyptienne hostile aux Frères musulmans et au président islamiste Mohamed Morsi a été frappée d'une suspension d'un mois et pourrait être définitivement fermée, a indiqué jeudi la télévision d'Etat. La chaîne privée al-Faraïn "voit sa diffusion suspendue pour un mois" par les autorités et "verra sa licence retirée si elle continue ses exactions", a rapporté la télévision publique.

Le parquet a de son côté annoncé dans un communiqué avoir entamé une enquête après des plaintes déposées contre le propriétaire de la chaîne, Tewfik Okacha, accusé d'avoir "incité au meurtre du président Morsi et au renversement du pouvoir".

La chaîne al-Faraïn, basée au Caire, est favorable au président déchu Hosni Moubarak et réputée pour ses commentaires virulents contre les islamistes, en particulier les Frères musulmans dont est issu Mohamed Morsi. L'annonce de sa suspension survient dans un climat de polémique à l'égard du nouveau pouvoir, avec la décision de trois quotidiens indépendants de publier jeudi des encarts blancs à la place de leurs éditoriaux habituels. (Atlas.info)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte : la presse indépendante proteste contre les Frères musulmans

Egypte : la presse indépendante proteste contre les Frères musulmans | Égypt-actus | Scoop.it
Plusieurs titres de la presse indépendante égyptienne ont publié des encarts blancs jeudi à la place de leurs habituels éditoriaux pour dénoncer selon eux une volonté de contrôle des médias de la part des Frères musulmans, mouvement dont est issu le président Mohamed Morsi.

"Cet encart reste blanc pour protester contre la tentative des Frères d'imposer leur contrôle à la presse et aux médias appartenant au peuple égyptien", écrit al-Watan, l'un des trois titres avec al-Tahrir et al-Masry al-Youm à ne pas publier d'éditoriaux.

Ces journaux reprochent aux islamistes "de procéder comme le faisait le parti du président" Hosni Moubarak, déchu en février 2011 sous la pression d'une révolte populaire.
Ce mouvement de protestation fait suite à la nomination mercredi par la Chambre haute du Parlement, la Choura, dominée par les Frères musulmans, des directeurs et rédacteurs-en-chef des titres de la presse gouvernementale, dont plusieurs personnes proches des islamistes.

Cette procédure de nomination par la Chambre haute avait déjà cours sous l'ancien régime, assurant au parti présidentiel de l'époque, le Parti national démocrate (PND), la haute main sur le choix des responsables des médias publics.

Le syndicat des journalistes égyptiens, sorte d'ordre professionnel, avait déjà protesté contre la perpétuation d'un mode de nomination hérité de l'ère Moubarak.(L'Orient Le Jour)

Plus : http://www.lorientlejour.com/category/%EF%BF%BD+La+Une/article/772635/Egypte+:+la+presse+ind.html#.UCPyhBz6l1g.twitter

 

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Quels sont les enjeux de la nouvelle Constitution égyptienne ?

Quels sont les enjeux de la nouvelle Constitution égyptienne ? | Égypt-actus | Scoop.it

L’élaboration de la nouvelle Constitution égyptienne – tout comme celle des autres politiques du pays depuis l’éviction de l’ancien président Hosni Moubarak l’an dernier – provoque de nombreuses tensions.

À la suite de la suspension temporaire d’une affaire judiciaire contre l’assemblée constituante, celle-ci aura deux mois pour rédiger une ébauche de Constitution et la soumettre à un référendum national avant sa dissolution potentielle par la Haute Cour constitutionnelle. Certains Égyptiens estiment en effet que la commission chargée de la rédaction de la Constitution a été créée illégalement et qu’elle doit être dissoute.

Les analystes s’inquiètent que la commission, formée de 100 membres et dominée par les partis islamistes – mais comprenant des parlementaires, des juristes et des représentants des institutions de l’État –, n’accorde pas l’attention nécessaire aux questions qui définiront l’avenir du pays.

« Nous avons cruellement besoin d’une Constitution qui reconnaît les droits de tous les citoyens, indépendamment de la religion qu’ils pratiquent, de l’endroit où ils vivent, de leur sexe ou de leur âge », a dit à IRIN Gamal Zahran, professeur de sciences politiques à l’université de Helwan. « J’espère que les membres de la commission sauront mettre de côté leurs affiliations idéologiques et tenir compte des intérêts de leur pays. L’Égypte sortira perdante [de la révolution] si la nouvelle Constitution n’apporte pas la justice sociale. »

L’élaboration de la nouvelle Constitution est une étape importante dans la transition vers un régime civil organisée par le Conseil suprême des forces armées (CSFA), qui assume le pouvoir depuis l’éviction de Moubarak en février 2011.

 

- Quelle sera la place de la religion dans la nouvelle Constitution ?

- Quels seront les changements apportés au rôle du président ?

- Quel sera le rôle de l’armée ?

- Pourquoi les droits socio-économiques sont-ils négligés ?

- Les femmes sont-elles impliquées dans le processus ?

- Quelles sont les perspectives pour la société civile ?

- Quelles sont les perspectives pour les enfants ?

- Que réclament les travailleurs ?

(IRIN)

http://www.irinnews.org/fr/Report/96061/EGYPTE-Quels-sont-les-enjeux-de-la-nouvelle-Constitution-%C3%A9gyptienne

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte-Israël: le Sinaï de la discorde

Egypte-Israël: le Sinaï de la discorde | Égypt-actus | Scoop.it

L'insécurité grandissante dans le Sinaï vient bousculer l'agenda du président Morsi. (...)

L’insécurité dans le Sinaï, région frontalière avec Israël, tend les relations entre les deux pays, tandis que fusent les hypothèses les plus diverses sur l’identité de ce groupe armé.

L'armée israelienne y voit l'acte de «terroristes du jihad global», sous-entendu le Hamas, le Mouvement de la résistance islamique, créé par la Société des Frères musulmans en décembre 1987, au lendemain du déclenchement de la première Intifada.

De son côté, le Hamas a condamné «un crime horrible» et nié toute implication du mouvement islamique. (...)

Cette attaque est la plus grave que les forces égyptiennes aient connues dans le Sinaï depuis la signature du traité de paix avec Israël en 1979.

C’est aussi la première crise à laquelle le nouveau président doit faire face, depuis son entrée en fonction le 30 Juin 2012.

Plus d’un an après le départ d’Hosni Moubarak, le Sinaï ne semble être sous la coupe d’aucune autorité. Certains analystes parlent même d’anarchie.

Sauf que, avant même le 11 février 2011, date à laquelle la démission du raïs a été annoncée, la région du Sinaï avait un statut particulier, quasi-insulaire par rapport au reste du pays.

Seule l'imposante présence des forces de l’ordre rappelait que cette région était effectivement en Egypte.

Lorsque vous rencontrez des bédouins, beaucoup se plaignent du manque d’investissement de l’Etat dans l’ Education, les transports et tous les services publics. Ils se sentent délaissés depuis trop longtemps.

Le Sinaï, outre ses richesses bibliques et ses plages de sable fin, est une région d’une importance stratégique: 240 kilomètres de frontières communes avec Israël." (Sophie Anmuth et Nadéra Bouazza/Slate Afrique)

Plus : http://www.slateafrique.com/92529/pourquoi-le-sinai-demeure-hors-controle-hamas-frere-musulman

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Now … for Egyptian women’s rights

Now … for Egyptian women’s rights | Égypt-actus | Scoop.it

On January 25, 2011 hundreds of thousands of Egyptians demonstrated against then President Hosni Mubarak and his regime. After years of oppression, people took to the streets and demanded their basic human rights.The demands may have changed over the past 18 months, but the principles stayed the same: food, dignity, freedom and the basic right of having a say over who governs you.

One issue that never received decent public backing was women’s rights; for some reason during the past 18 months whenever people dared to speak out about women’s rights in Egypt, they were attacked by a mob made up of both revolutionaries and non-revolutionaries who claimed that its not the time for women’s rights.

“Shouldn’t we focus on the economy first? On the actual demands of the revolution, or in the very least work on electing a new president or writing the new constitution before focusing on such tedious matters?!” Even people who get passed the initial closed-minded response sink into the “what more rights do you people want anyway?”

The term women’s rights is about so much more than a law criminalizing discrimination by gender or giving women the right to vote, it’s a continuous battle against a mix of legal and social issues that oppress women and reduce them to second grade citizens. And this false perception that women have “won” is one of the biggest obstacles that the women’s movement in Egypt faces.

Speakers of those scary words like feminism, women’s rights and sexism, are perceived as man-hating, anti-housewife infidels who are a threat to Egyptians’ current way of life. When in reality true feminism doesn’t preach a certain way of life, it doesn’t dictate how women should live. In fact, that’s the exact thinking that feminism tries to fight.

Feminism is about educating women that they have choices, to be married or stay single, to work of become a housewife, to have kids or not, etc. It’s about telling women that their entire lives are not planned out for them the moment they are born with a female body parts. (Hannah Edwar/Bikta Masr)

More : http://www.bikyamasr.com/75054/now-for-egyptian-womens-rights/

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

De l'Égypte à la Syrie InfoSyrie

De l'Égypte à la Syrie InfoSyrie | Égypt-actus | Scoop.it

"Et voilà qui nous ramène à la Syrie, devenue véritable laboratoire du djihadisme – et du contre-terrorisme dans le monde arabe. Ce que vit ce pays, l’Égypte, si elle n’y prend garde, pourrait le vivre aussi. Les ingrédients sont là : une base sociologique importante pour le salafisme, une situation économique difficile aggravée par la démographie, des groupes armés déjà constitués et assez audacieux. Et en plus la proximité d’Israël, véritable « chiffon rouge » – ou prétexte – aux actions de ces bandes qui néanmoins, et comme en Syrie, ne tuent que des Arabes.

Nous voulons dire que confronté – encore marginalement – aux mêmes adversaires que le gouvernement syrien, le nouveau pouvoir égyptien, qui doit compter avec une armée très puissante et modérément islamiste, va sans doute devoir adopter une ligne anti-djihadiste ferme. Et que cette prise de position ne peut qu’avoir des conséquences sur le regard que la nouvelle Égypte porte sur le conflit syrien. Le président Morsi a fait preuve, dans certaine récentes déclarations, d’une modération sur ce dossier, refusant lui aussi les ingérences étrangères. Des déclarations équilibrées et modérées qui n’ont pas dû beaucoup plaire aux Frères musulmans syriens, principaux « opérateurs » du CNS.

En tous cas, c’est au minimum un nouveau front qui s’ouvre pour la diplomatie américaine qui ne va pas pouvoir continuer longtemps à encourager certaines tendances radicales en Syrie sans en avoir le contre-coup ailleurs, qu’il s’agisse de l’Égypte, de la Libye, du Yémen ou du Liban." (Louis Denghien/Info Syrie)

Plus : http://www.infosyrie.fr/actualite/de-legypte-a-la-syrie/

 

Merci à Francyne Boucheron pour le lien

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Mohammed Gamal Arafa : « La malédiction de Camp David »

Ce qui s’est déroulé à Rafah n’est rien d’autre que l’une des malédictions de Camp David qui entrave les capacités de l’Egypte à déployer ses forces et à établir un contrôle militaire sur le Sinaï, de même [que le traité] l’empêche d’entretenir la sécurité et de répondre à la croissance démographique. Le sionisme peut faire ce qu’il veut tant qu’il souhaite que le Sinaï reste vide : sa sécurité est inconsistante, sa terre est ouverte à tout hors-la-loi et le sionisme peut tramer ses complots à loisir.

Ce que nous constatons est l’amer héritage de Camp David. Ce qui s’est passé nous incite à reconsidérer de manière radicale cet accord. Le président Morsi a bien fait de donner des ordres formels en vue d’un contrôle complet du Sinaï, même s’il ne s’agit que d’un contrôle de sécurité et non d’un contrôle effectif de l’Etat, de manière à ce que le Sinaï demeure dépourvu de population, d’investissement et de présence militaire.

Cette lâche agression sur des soldats égyptiens, faite au moment de la rupture du jeûne (iftâr), ainsi que la saisie de deux blindés, obligent à reconsidérer l’accord de Camp David, car il n’est pas croyable que cet accord nous empêche de déployer en force notre armée sur notre frontière – une frontière qui s’étend sur une longueur de 180 kilomètres face à l’ennemi sioniste.

Il y a entre l’Egypte et Tel Aviv une équation à somme nulle, en ce sens que ce que Tel Aviv gagne en statut, l’Egypte le perd aussitôt. Ce que Tel Aviv a obtenu grâce à ce traité s’est fait au détriment de l’Egypte et de la sécurité du Sinaï, car l’accord a complètement dépouillé l’Egypte de sa capacité à défendre le Sinaï. Israël peut décider de l’envahir, comme cela s’est passé en 1967, de même qu’il a restitué notre terre avec une souveraineté diminuée, et même les mouvements des forces égyptiennes dans le Sinaï demeurent sous la surveillance des forces multinationales (sous surveillance américaine !).

Les forces internationales déployées dans deux bases militaires et trente lieux de surveillance dans le Sinaï ne se contentent pas de surveiller la frontière et de surveiller l’engagement de l’Egypte à respecter les dispositions de l’accord de Camp David. Depuis 2005, juste après le retrait israélien de Gaza, une nouvelle mission lui a été attribuée : la surveillance par des forces d’observation de la frontière entre l’Egypte et Gaza. Or, qu’est-ce qu’ils ont fait ?

Le gouvernement égyptien dispose [de suffisamment] d’arguments juridiques pour demander, au regard des faits, que l’accord soit reconsidéré. Il y a une disposition dans l’annexe de sécurité de l’accord qui autorise l’une des parties à demander des amendements, si l’autre partie en vient à constituer une menace directe à son égard – et c’est bien ce que nous voyons lors de chaque désordre dans le Sinaï en conséquence de la réduction du volume autorisé des forces militaires égyptiennes. Si les sionistes refusent ces amendements, alors il appartiendra au gouvernement égyptien de recourir à l’arbitrage international.

Ce qui s’est passé est une opération lourde, et non une simple attaque contre des soldats égyptiens. C’est une opération trop lourde pour avoir été commise par une organisation comme al-Qaïda ou par des jihadistes internationaux, parce qu’Israël lui-même a apprécié le « professionnalisme » de ceux qui avaient commis cette action ! C’est une opération de l’envergure d’un Etat, et le principal accusé demeure le sionisme.

Je discutais avec un ami journaliste arabe sur Internet qui me présentait ses condoléances après le martyr de nos soldats. J’ai été surpris quand il m’a demandé, en colère : comment cela est-il arrivé ? Où sont les services de renseignements égyptiens ? Où sont les renseignements militaires ? Où est l’équipe de Naji Atta Allah ? [NdT : allusion à un feuilleton d’espionnage lancé au début du Ramadan dans lequel l’acteur-vedette Adel Imam incarne un maître-espion égyptien en lutte avec les services israéliens]. Je n’ai pas pu répondre… On verra ce qu’Adel Imam fera dans l’épisode d’aujourd’hui ! » (NdT : dernière phrase écrite en dialectal).

 

Article publié par le Centre d’Etudes et de Documentation Economiques, Juridiques et Sociales. Article du quotidien égyptien Al-Hurriya wa al-Adâla, Mohammed Gamal Arafa, 7 août 2012 Traduction du CEDEJ.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Le Sinaï, enjeu israélo-égyptien

Le Sinaï, enjeu israélo-égyptien | Égypt-actus | Scoop.it

Du temps d'Hosni Moubarak, le dictateur déchu en février 2011, Israël pouvait compter sur l’hostilité viscérale du pouvoir égyptien envers les islamistes palestiniens. Pour le Conseil suprême des forces armées, qui a assuré l'intérim post-Moubarak et qui continue à garder un certain nombre de prérogatives, la priorité reste de préserver la paix établie avec Israël. Et donc, de maintenir la situation sous contrôle au Sinaï. Dans les faits, c'est bien l'armée qui continue de superviser la question de la sécurité dans cette zone. Mais l'élection à la présidence en juin de Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, change quelque peu la donne.

Morsi, engagé dans une lutte d’influence avec le Conseil suprême des forces armées, a tout intérêt à frapper fort au Sinaï pour marquer son territoire. Mais l'attaque du Sinaï risque aussi d'accroître le différend entre le nouveau président et l'armée sur la question des conditions d’entrée des Palestiniens de Gaza sur le sol égyptien via le passage de Rafah, unique point d'accès à la bande de Gaza à ne pas être contrôlé par Israël. Fin juillet, l’Egypte avait assoupli ces conditions d’entrée, allant dans le sens des demandes du Hamas. Pour l’armée, l'épisode du Sinaï pourrait être un argument pour revenir en arrière et renforcer les contrôles. Après l'attaque de dimanche, le terminal de Rafah a été immédiatement fermé. (Libération)

Plus : http://www.liberation.fr/monde/2012/08/08/le-sinai-enjeu-israelo-egyptien_838540

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

EOHR Condemns the Recent Assault on Journalists and Demands an Immediate Investigation

The Egyptian Organization for Human Rights strongly condemns the recent assaults on Mr. Khaled Salah, Chief Editor of the Youm El Saba Newspaper, and independent media journalists Mr. Youssef El Husseiny and Mr. Amr Adeeb. EOHR calls for the immediate investigation of these attacks and the quick release of relevant information to the public.

Mr. Khaled Salah contacted EOHR after his startling confrontation with a group of assailants on his way to present the "Seven Questions" program at the "El Nahar" Television channel in the Media Production City. Mr. Khaled Salah was astonished by the presence of a crowd of Muslim Brotherhood supporters blocking the entrance to the Media Production City holding up signs denouncing Mr. Amr Adeeb and Mr. Ebrahim Esa and expressing a clear detestation for all opposition speakers against the policies of the current President, Pr. Mohamed Morsi. The Crowd prevented Mr. Khaled Salah's entrance into the Media Production City and then proceeded to assault both Mr. Khaled's person and property. Similar attacks were inflicted upon both Mr. Amr Adeeb and Mr. Youssef El Husseiny.

The president of the Egyptian Organization for Human Rights, Mr. Hafez Abo Seada, both denounces these acts of aggression and expresses grave concern over their occurrence. By targeting and attacking those whose opinions differ from the Muslim Brotherhood's ruling party-line, a serious imposition upon the rule of law and the freedom of expression are being allowed. Mr. Seada requests the immediate investigation of the incidents and the identification of the perpetrators and their immediate hand over to justice. He also requests that the results of such investigations and trials be made accessible to the public.

Moreover, Mr. Seada warns that by not responding strongly and promptly to such incidents, Egyptian society is being exposed to the manipulations of social schisms between religious and non-religious sects and thereby threatening the very existence of civil thinkers and writers. Mr. Seada warns of a regression to the experiences of the 1990s during which differences in opinions led to acts of assassination. By calling on an immediate response to these assaults, EOHR calls upon the Egyptian authorities to protect the rights of personal liberty and security as well as the fundamental freedoms of expression and opinion as enshrined in the Constitutional Declaration and the various international covenants on human rights.

Furthermore, it is requested of President Mohamed Morsi that necessary measures are put in place for the protection of civil writers, thinkers, and human rights activists whose opinions differ from that of the mainstream religious outlook. In doing so, the President will not only be protecting the enshrined rights of Egyptians, but preventing Egyptian society from relapsing into a dark era of intolerance that has no regard for freedoms or rights. (All Africa)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

ANHRI condemns the attack on the journalists and the siege of the Media Production City

ANHRI condemns the attack on the journalists and the siege of the Media Production City | Égypt-actus | Scoop.it

The Arabic Network For Human Rights Information (ANHRI) denounces the act of a group of supporters of the President Mohamed Morsi and some youth of the Muslim Brotherhood, who demonstrated in front of the City of Media Production and assault them and tried to prevent them from performing their job due to their critical views against the Muslim Brotherhood and the performance of President-elect Mohamed Morsi.The demonstrators had gathered – Wednesday – in front of the Media Production City, in 6 of October City, demanding the closure of the channel “Fareen,” and the trial “Tawfiq Okasha,” in response to the attack on the President of the Republic Dr. Mohamed Morsy, as well as attacking some journalists who have what they called “the remnants”. Where they were attacked the Chief-editor, of “Youm7″and the journalist “Khaled Salah,” , as he entered the city. They attacked him, smashing his car, in addition to other cars were in the place. They also attacked the media-staff, “Yusuf Hosseini,” and threatening to assaulting him and tried to prevent him from entering the city and chanted the demonstrators as well as attackers Media-staff “Amr Adeeb”.

“Khaled Salah,” went to 6 of October police station and filed a report against the head of the party of freedom and justice under no. 4963.
The majority of the media-staff accused Muslim Brotherhood of the assault and the freedom and justice party, of being incited for the attacks, while the group has denied that the demonstrators are of its members.

It is noteworthy that this is not the first incident, in which the Muslim Brotherhood are accused of plaining attacks on its opponents, where it was repeated with the human rights lawyer, “Negad El-Bori” and the former member of the parliament”Hamdy potter”

ANHRI said that “The attack on the media-staff because of their opinions is the bullying and unacceptable. We must not pass without punishment and the leaders of the Muslim Brotherhood and the Party of Freedom and Justice must investigate this matter and do not let him just pass as the methods of the Mubarak regime to abuse opponents and different with him in opinion ”

ANHRI added “all the parties must respect freedom of expression and response to the phenomenon of the use of violence to face the different opinions, especially that the word fir word and if there is an error worth of accounting must be made within the framework of law.”

ANHRI calls to immediately investigate these attacks, stressing on the need to provide protection for the media-staff during the performance of their job.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

US-Egypt relations beyond Bachmann’s attacks

US-Egypt relations beyond Bachmann’s attacks | Égypt-actus | Scoop.it

Recently, Minnesota Representative Michele Bachmann accused Secretary of State Hillary Clinton’s aid Huma Abedin, as well as fellow Minnesota Representative Keith Ellison, the first Muslim elected to the US Congress, of having ties with Egypt’s Muslim Brotherhood and attempting to “infiltrate” the White House to push the Islamic group’s agenda.Many political leaders, including Republican Senator John McCain, have condemned her attacks. Bachmann has done little to show any evidence of these connections, making her accusations unfounded, dangerous, and certainly not in line with the American concept that people are innocent until proven guilty.

The implications of these unfounded claims could also hinder the ability of American government officials to engage with a country they so desperately need to have positive relations with.

Relations between the United States and Egypt have been tense over the last year. Many Americans are concerned about what policies the newly elected leader President Mohamed Morsi, who is a former member of the Muslim Brotherhood, an Islamic political party, will implement. And Egyptians are concerned that the United States, which has long provided military aid to Egypt, is more concerned with stability than democracy.

Instead, for regular citizens and the media, this moment provides an opportunity to look more deeply at the relationship the United States has with Egypt – and how the two countries can move forward with understanding and honesty.

Both in public speeches and in the media, honest and unbiased approaches to understanding the changes currently taking place in Egypt are essential. In Egypt, the Brotherhood, although conservative, continues to push for an open economic model that will help spur investment and has been open to criticism from the media. Morsi has so far appointed only two women to his cabinet (one of whom is the only Christian appointed). This has led many Americans, as well as some Egyptians, to fear that ultra-conservatives in his party could direct its policies. (Joseph Mayton/Bikya Masr)

More : http://www.bikyamasr.com/75088/us-egypt-relations-beyond-bachmanns-attacks/

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Le gouvernement en quête de nouvelles sources d’énergie

Le Premier ministre, Dr Hécham Qandil, a tenu, une réunion pour assurer le suivi du dossier des coupures d’électricité. Le PM s’est entretenu avec les ministres des Finances, du Développement local, de l’Electricité et du Pétrole en présence du Secrétaire général du Conseil des ministres.

La réunion a porté sur la hausse des tensions d’électricité aux heures de pic. Hausse qui a atteint cet été un taux sans précédent. Le déficit en énergie électrique s’estime à 10% de la quantité d’énergie exigée. Ce déficit est dû aux vols de lignes électriques et à l’excès d’utilisation des climatiseurs.
Durant l’entretien Dr Qandil a donné des directives pour la création d’un groupe ministériel d’action regroupant les ministres de l’Electricité, du Pétrole et du Développement local, pour réviser la stratégie de l’énergie, trouver des solutions radicales et non traditionnelles pour la production de l’énergie et en réduire la consommation.
De son côté, le ministre de l’Electricité et de l’Energie, l’ingénieur Mahmoud Balbaa, a fait savoir qu’en mai, la centrale électrique du Six Octobre était entrée en fonction ajoutant au réseau national d’électricité une capacité de 600 mégawatts. Les centrales d’Abou Qir (650 MW) et de Damiette Ouest (500 MW) seront mises en fonction au cours du mois d’août.
«Il est prévu de réduire le déficit en énergie électrique de 5% au cours du mois d’août. Déficit qui n’aura plus lieu vers la fin du mois», a affirmé Balbaa.
L’ing. Balbaa s’est, d’autre part, entretenu avec les présidents des organismes d’énergie nucléaires pour assurer le suivi de leurs activités à la lumière de la politique du secteur visant à diversifier les sources d’énergie. Notons que les centrales nucléaires peuvent jouer un rôle clé dans la production de l’énergie électrique. A cet effet, Balbaa a affirmé son soutien au programme du nucléaire civil. «Les centrales nucléaires, qui comptent 436 à l’échelle internationale, produisent 14% de l’électricité mondiale», a-t-il souligné. (Le Progrès égyptien)

 

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Des pharaons-stars à Youssef Chahine : l'Egypte au cinéma

Des pharaons-stars à Youssef Chahine : l'Egypte au cinéma | Égypt-actus | Scoop.it
Jean Tulard, historien, membre de l'Académie des Sciences morales et politiques, est l'auteur de plusieurs dictionnaires consacrés au cinéma.
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: Va-t-on vers une islamisation des médias d’Etat?

Les rédacteurs en chef des médias d’Etat ont été nommés le 8 août par le Conseil de la Choura, chambre haute égyptienne, dominée par les membres des partis d’islam politique, notamment les Frères musulmans, formation dont est issu le président égyptien. Certains journalistes protestent contre cette pratique d’un autre âge et s’inquiètent d’une islamisation des médias.

La pratique de la nomination des rédacteurs en chef par cette chambre remonte à l’époque d’Anouar al Sadate, et était en effet utilisée par le parti au pouvoir pour placer ses pions. Le syndicat des journalistes réclame depuis longtemps l’abolition de cette règle.

Le Conseil de la Choura, élu au début de cette année, est par ailleurs menacé de dissolution depuis les dernières décisions de la Haute Cour constitutionnelle en juin dernier, mais il vient de se rappeler qu’il a des choses à faire. (Sophie Anmuth/Nouvelles du Caire)

Plus : http://blog.slateafrique.com/nouvelles-du-caire/2012/08/09/nouvelle-nomination-des-editeurs-en-chef-par-le-pouvoir/

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Le métro et la Bourse du Caire perturbés par des coupures d'électricité


La Bourse du Caire a dû retarder ses cotations jeudi en raison d'une coupure d'électricité, tandis que le métro de la capitale égyptienne était temporairement paralysé par une des pannes de courant massives qui affectent actuellement l'Egypte.

La Bourse a indiqué avoir dû retarder son ouverture d'une heure en raison de cette panne, et prolonger exceptionnellement ses cotations pour rattraper ce retard. Elle a finalement conclu la journée sur une baisse de 0,68% de son indice de référence EGX-30.

Le réseau du métro de la mégalopole égyptienne, qui compte près de 20 millions d'habitants, a quant à lui partiellement interrompu son trafic durant la matinée faute de courant.

Les coupures d'électricité, fréquentes en Egypte, sont particulièrement longues et nombreuses cet été en raison des très fortes chaleurs qui poussent notamment à utiliser des climatiseurs dont le nombre progresse fortement.

La vétusté du réseau électrique et la sous-capacité des centrales de production pour alimenter plus de 80 millions d'Egyptiens sont également mis en cause.

La presse égyptienne rapporte régulièrement des mouvements de colère de la part de la population dans des quartiers ou des localités particulièrement affectés. Le président Mohamed Morsi a annoncé récemment la construction de deux centrales électriques supplémentaires pour tenter de faire face à cette situation.

AFP, via Afreeknews

 

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt inflation reaches six-year low in July

Egypt inflation reaches six-year low in July | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt’s urban consumer inflation eased to 6.4 percent last month, its lowest in six years, driven by a smaller increase in food prices, official figures showed on Thursday.

It comes as Egypt’s economy struggles to recover from the political turmoil in the 18 months since the overthrow of President Hosni Mubarak, but analysts said it was unlikely to lead to an easing of the central bank’s monetary policy.

Egypt’s pound is under pressure from weak inward investment and tourism and the central bank has spent well over half its foreign exchange reserves to stave off a sharp decline in the currency.

To shore up strained finances and secure confidence in its economic policy, a new government plans to revive negotiations this month with the International Monetary Fund over a long-awaited $3.2 billion emergency loan. (Reuters, via Al-Arabiya)

More : http://english.alarabiya.net/articles/2012/08/09/231327.html

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte : les journalistes en colère

Egypte : les journalistes en colère | Égypt-actus | Scoop.it

« Cette colonne est blanche en signe de protestation contre les tentatives des Frères musulmans de contrôler la presse nationale et les médias publics comme le faisait le parti du déchu » Moubarak.

Cette phrase est surmontée de la photo et du nom de journalistes ou d’éditorialistes célèbres. On la retrouve dans tous les journaux indépendants qui marquent ainsi leur solidarité avec les journalistes de la presse étatique. Une presse où il n’y a par contre pas de colonne blanche, le journaliste protestataire étant immédiatement remplacé par un autre plus docile.

Mercredi, le Sénat dominé par les islamistes a changé tous les directeurs de la presse étatique pour les remplacer par des journalistes proches de la confrérie des Frères musulmans.

La radiotélévision publique fait elle aussi l’objet d’une purge de la part du ministre de l’Information apparenté aux Frères musulmans. Quant aux télés privées, soumises à la législation des sociétés commerciales, elles ont été menacées par le ministre de l’Investissement de fermeture si elles « répandaient des nouvelles mensongères ». (Alexandre Buccianti/RFI)

Plus : http://www.rfi.fr/moyen-orient/20120809-egypte-medias-censure-freres-musulmans-liberte-presse

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt troops move into Israel border zone

Egypt troops move into Israel border zone | Égypt-actus | Scoop.it

Gunman fired shots towards a police station in the main administrative centre of Egypt's North Sinai on Thursday, underscoring lawlessness in the desert region bordering Israel as a Egyptian military offensive there entered its second day.

Hundreds of troops in armoured cars drove out of the town to hunt Islamist militants blamed for killing 16 Egyptian border guards on Sunday, the biggest spike in violence which has been growing steadily since last year's overthrow of Hosni Mubarak.

The gunfire in al-Arish, the nerve centre of the government's otherwise shaky control of the North Sinai region, showed how difficult it will be for Egypt to impose order. It followed attacks on checkpoints in the town on Wednesday.

Israel has welcomed Egypt's offensive while continuing to express worries about the deteriorating situation in Sinai, home to anti-Israel militants, Bedouin tribes angered by neglect by Cairo, gun-runners, drug smugglers and al Qaeda sympathisers.

Israeli Defence Minister Ehud Barak said Egypt was acting "to an extent and with a determination that I cannot previously recall".

"Whether this ends with (their) regained control of Sinai and allows us not to worry as much as we have in the past few months, this I do not know," he told Israel Radio.

The unidentified gunmen in al-Arish fled before police could respond, a security source said, denying a report by state television that police had fought back.

Hundreds of troops and dozens of military vehicles had reached the town, security sources said, part of an offensive not seen since Egypt's 1973 war with Israel.

Dozens of armoured vehicles, some equipped with machine-guns, could then be seen driving out of al-Arish towards the settlement of Sheikh Zuwaid which military aircraft attacked on Wednesday. The troops saluted passers-by and flashed victory signs, or filmed their departure with video cameras.

PUBLIC ANGER

Egypt's President Mohamed Mursi - whose Islamist background in the Muslim Brotherhood has been eyed with suspicion by Israel since he was elected in June - on Wednesday fired the region's governor and country's intelligence chief in response to public anger over Sunday's attack.

No one has claimed responsibility for the assault, in which the assailants seized two armoured vehicles to storm an Israeli border crossing. One made it through before the attackers were killed by Israeli fire.

Israel says militants based in Sinai and Palestinian hardliners in neighbouring Gaza pose a growing threat to its border. It says Palestinians use illegal tunnels to smuggle in guns and travel across to join those on the Egyptian side.

Israel has also been wary of Mursi's ideological affinity with Hamas, the Islamist group ruling Gaza, fearing he would take a softer position on Palestinian militancy than Mubarak.

Mursi has brushed aside accusations that his politics would make it difficult for him to take a strong stance against violent groups sworn to Israel's destruction.

His response to Sunday's attack, which happened during the evening "iftar" meal which breaks the daytime fast during the Muslim holy month of Ramadan, may also be underpinned by public anger over the deaths of the border guards.

In Egypt, there is wide respect for rank-and-file soldiers who are often poorly paid conscripts working in isolated places far from their families.

Comments suggesting outgoing intelligence chief Mourad Mwafi had been aware of a threat but took no action fuelled that anger - despite suggestions he had been used as a scapegoat.

"...we never imagined that a Muslim would kill his Muslim brother at iftar," Egypt's state news agency MENA quoted Mwafi as telling his Turkish counterpart.

Mursi's powers, are in any case, hemmed in by the army, which retains a strong role in setting security policy.

Residents in al-Arish, meanwhile, welcomed the security sweep, seeing it as an opportunity to curb criminality among Bedouin tribes, including those in Sheikh Zuwaid, who make their living smuggling goods and people through a network of more than 1,000 tunnels into Gaza.

"We want the army to return to the border," said 45-year-old shopkeeper Hassan Mohamed. "The tunnels have destroyed the lives of people in al-Arish. We want them to hit the Bedouin hard." (Reuters, via Aswat Masriya)

http://en.aswatmasriya.com/news/view.aspx?id=ba697b08-e6c5-4abb-8059-e20d02c1a922

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

استنفار أمنى فى السويس عقب نشر "الوطن" تصريحات تؤكد استهداف القناة

استنفار أمنى فى السويس عقب نشر "الوطن" تصريحات تؤكد استهداف القناة | Égypt-actus | Scoop.it

Les forces de sécurité à Suez se sont mobilisées pour prévenir une éventuelle attaque contre le Canal de Suez. La Direction de Sécurité a augmenté (d’un cran) l'état d'urgence à la suite des déclarations publiées hier le Portail El-Watan, attribuées à un haut responsable de la sécurité, qui a confirmé l'existence d'éléments dormants de takfiris (djihadistes) à Suez, et que le Canal de Suez et ses navires peuvent devenir leur cible.

Le Général Adel Rifaat, Directeur de la sécurité de Suez, a déclaré qu’il ya des campagnes intensives de sécurité pour peigner les régions éloignées et les villes nouvelles, et toutes les zones  désertiques de la région. (El Watan)

Plus : http://www.elwatannews.com/news/details/36164

 

Merci à RANDA CHART pour la traduction

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Cinq choses à savoir sur la crise au Sinaï

Cinq choses à savoir sur la crise au Sinaï | Égypt-actus | Scoop.it
La situation au Sinaï, une région désertique propice à de nombreux trafics, est délicate du fait de la faible présence de l'armée, en raison de la démilitarisation de ce secteur conformément aux accords de paix israélo-égyptiens de 1979. Depuis la chute de Moubarak et la désorganisation des services de sécurité, la région du Sinaï est devenue plus instable encore. "La zone était déjà sensible sous le raïs mais la situation s'est aggravée avec les trafics venus de Libye et la question des bédouins réislamisés qui apporteraient leur soutien à des mouvements radicaux palestiniens en rivalité avec le Hamas, expliquait Sophie Pommier, spécialiste de l'Egypte, à L'Express en avril dernier. "La vérité, c'est qu'on ne sait pas trop ce qui s'y passe", ajoutait-elle. De nombreux enlèvements se sont produit dans la région ces derniers mois, et le gazoduc qui alimente Israël et la Jordanie a fait l'objet d'une quinzaine d'attaques.

Par ailleurs, "des voix s'élèvent en Egypte pour faire remarquer que la solution au Sinaï ne peut se limiter à des mesures sécuritaires ", relève Ahram Online. En effet, les Bédouins qui peuplent en grande majorité cette région ont trop longtemps été marginalisés par les autorités égyptiennes.

 

Alors que le bras de fer se poursuit entre les forces armées égyptiennes qui contrôlent le pays et le nouveau président Mohamed Morsi, la crise du Sinaï "pose la question de qui décide quoi en Egypte en matière de sécurité et de politique extérieure". Le président, les services secrets, l'armée, le ministre des Affaires étrangères ou tous à la fois", s'interroge Issandr el-Amrani. Jusqu'à présent, sur le plan diplomatique en tout cas, l'Egypte a eu une politique étrangère bipolaire, l'une conduite par la présidence et l'autre par les militaires associés aux services secrets ", ajoute-t-il.(L'Express)

Plus : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/cinq-choses-a-savoir-sur-la-la-crise-au-sinai_1147520.html

more...
No comment yet.