Égypt-actus
Follow
Find
359.6K views | +156 today
Égypt-actus
Égypt-actus
revue de presse sur l'actualité culturelle, archéologique, politique et sociale de l'Égypte
Curated by Egypt-actus
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Mahmoud Salem : un blogueur devenu activiste

Mahmoud Salem : un blogueur devenu activiste | Égypt-actus | Scoop.it

Mahmoud Salem s'est fait un nom avec la description des contradictions égyptiennes. Ce blogueur devenu activiste, connu sous le pseudo « Sandmonkey », mettait l’ancien régime en pièces bien avant la révolution. C’est maintenant un observateur écouté, et à l’œil très aiguisé, de l’évolution sociopolitique du pays. (...)

Mahmoud Salem, surnommé Sandmonkey, prône un pluralisme déconcertant. Il ne s’agit plus de ce pluralisme au sens classique qui repose sur l’interaction entre différents groupes, lesquels montrent suffisamment de respect et de tolérance pour coexister et interagir dans un cadre d’équilibre des rapports de force. Il s’agit plutôt d’un pluralisme du « moi », vantant l’idée d’une identité plurielle. Selon ce dernier, chaque individu peut se concevoir sous plusieurs facettes. « Et pourquoi pas ? C’est l’essence de la personnalité égyptienne. C’est en Egypte que vous pouvez rencontrer un chauffeur qui écoute le Coran dans son taxi, et qui, le jeudi soir, n’hésite pas à boire de la bière. Et aussi, on ne s’étonne pas de voir des filles qui se baignent en bikini et créent sur Facebook pendant le mois du Ramadan un événement invitant à faire la prière des tarawih (prière de la nuit). C’est cette Egypte que j’aime », explique Salem, à l’aise sur un canapé, avec derrière lui accroché au mur le drapeau vert des Frères musulmans, et à son côté une table couverte de bouteilles de whisky ! « Ce drapeau, je l’ai reçu d’un ami comme cadeau d’anniversaire. Et comme je l’ai pris comme un geste marrant, j’ai décidé de l’accrocher ». (...)

Choquer volontairement a ainsi été la recette de son succès. Le blog ciblait-il aussi bien les Egyptiens que les étrangers ? « Oui, je ciblais les deux à la fois ». Alors s’exprimer uniquement en anglais ? « D’une part, je m’exprime plus aisément en anglais, et j’écris plus rapidement sur le clavier en anglais. Et d’autre part, j’étais convaincu à l’époque que s’il devait y avoir du changement en Egypte, cela se ferait par l’intermédiaire des classes aisées. Après la révolution du 25 janvier, j’avoue que c’était un peu bête de penser ainsi ; un peu raciste quelque part », reconnaît-il. Salem n’hésite pas à s’autocritiquer, à rompre avec ses propres convictions. « Le blog était surtout un lieu de défoulement, d’agencement des sujets conçus comme tabous dans la société tels le harcèlement sexuel ou la discrimination religieuse, etc. Je pense que le rôle que nous, les blogueurs, avons assumé avant la révolution était surtout de combattre les préjugés. Aujourd’hui, notre rôle doit impérativement changer, il faut bâtir de nouvelles perspectives ».

Lamiaa Al-Sadaty/Al-Ahram Hebdo

Plus : http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2012/8/15/visa0.htm

 

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Conseil Consultatif : La controverse reste actuelle

Au-delà des débats autour de la nouvelle Constitution, c’est le sort même de l’assemblée constituante qui se trouve fragilisé.(...)

Les profonds désaccords autour de la composition de l’assemblée constituante avaient déclenché une bataille juridique. La justice avait été saisie pour dissoudre cette assemblée de 100 membres, formée sur des bases inconstitutionnelles selon ceux opposés à l’écrasante majorité des islamistes en son sein. Ces derniers, de leur côté, avaient demandé la récusation du tribunal chargé d’examiner cette affaire, laquelle a été suspendue jusqu’au 24 septembre.

L’assemblée constituante pourrait utiliser cette trêve pour accélérer son travail et trancher quelques débats cruciaux comme ceux relatifs aux pouvoirs du président, à ceux du Parlement ou au rôle de l’appareil militaire dans la nouvelle loi fondamentale. L’hypothèse du « fait accompli » est fort plausible aux yeux de Refaat Al-Saïd, chef du parti Al-Tagammoe.

Celui-ci accuse les membres de l’assemblée constituante de tenir un double discours, rappelant que son porte-parole, Wahid Abdel-Méguid, avait souligné le besoin d’un délai supplémentaire de trois mois pour achever la Constitution.

« Les déclarations de Abdel-Méguid ne correspondent pas à la réalité et contredisent celles de Sobhi Saleh (cadre des Frères musulmans) qui a assuré que la Constitution serait finalisée d’ici la fin du mois du Ramadan, soit le 19 août », note Al-Saïd. « Le but est d’accélérer la rédaction de la Constitution pour la soumettre à un référendum au plus vite en partant du principe que la volonté du peuple a force de loi, voire est au-dessus de toute loi », ajoute-t-il. « Le texte sera sûrement adopté à une majorité écrasante grâce au discours des Frères où le oui rime avec paradis, et le non appartient aux impies », regrette Al-Saïd.

 

Mohamed Abdel-Hady/Al-Ahram Hebdo

Plus : http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2012/8/15/egypt2.htm

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Sinaï : Nouvel espoir de développement

Sinaï : Nouvel espoir de développement | Égypt-actus | Scoop.it

Récupéré après 15 ans d’occupation israélienne, le Sinaï est peuplé de 400 000 habitants sur une superficie de 66 000 km2. La région souffre d’une négligence du pouvoir central. Elle est écartée de la carte du développement de l’Egypte. « Développer le Sinaï » était le slogan des deux dernières années du règne d’Anouar Al-Sadate, avant son assassinat en 1981. A l’époque, Al-Sadate voulait faire une propagande pour les accords de Camp David contestés. Pendant la présidence de Moubarak, il a fallu attendre jusqu’en 1996, 13 ans après la libération de la région, pour qu’un projet national pour le développement du Sinaï voie le jour. Avec un budget estimé à 75 milliards de L.E., et une échéance en 2017, ce projet doit fournir 800 000 emplois et attirer vers le Sinaï 3 millions d’habitants. Le projet prévoit la construction d’infrastructures au nord et au sud de la péninsule, et un effort porté au développement agricole. Dix ans après, en 2004, et malgré la dépense de milliards de L.E., les travaux sont suspendus. Selon des estimations, à peine 20 % des objectifs du projet ont été réalisés. (...)

Les gouvernements successifs, ne présentant pas de garanties suffisantes, ont échoué à impliquer le secteur privé dans le développement du Sinaï. Les investisseurs étrangers se sont désintéressés d’une région sans infrastructure. Même le secteur du tourisme, l’aspect le plus avancé de ce projet, n’a pas profité aux habitants de la péninsule. Au contraire, il a accentué leur marginalisation. Le fossé s’est élargi entre le Nord du Sinaï, qui est resté très pauvre, et le Sud, région touristique devenue beaucoup plus riche. La péninsule n’est pas seulement divisée administrativement nord et sud, mais aussi politiquement. En effet, la ville de Charm Al-Cheikh, considérée comme la capitale politique du Sinaï, a dévoré la majorité du budget du projet. Ceci est d’ailleurs souligné dans le récent rapport préparé par l’Institut de planification : « Le projet de développement du Sinaï était déséquilibré. Il ne s’est concentré que sur un seul secteur, le tourisme, et dans une seule ville, Charm Al-Cheikh ». (...)

Sur le plan social, les habitants du Sinaï sont les grands oubliés des projets de développement. De mauvaises relations sont entretenues entre, d’un côté, les bédouins qui constituent la majorité de la population au Sinaï, et de l’autre, le pouvoir, qui garde un œil méfiant et a toujours imposé un régime policier dans la péninsule. Bien que citoyens égyptiens à part entière, les bédouins ne bénéficient pas de tous leurs droits. Il leur est interdit de posséder des terrains et des maisons dans lesquelles ils vivent. Leurs enfants n’ont le droit de s’inscrire ni aux facultés militaires, ni à l’Académie de la police, ni même de travailler dans les sociétés pétrolières du Sinaï. Marginalisés, certains recourent au trafic de drogue. Aujourd’hui, le nouvel Organisme suprême pour le développement du Sinaï, qui a vu le jour sous le gouvernement Ganzouri, a pour mission de relancer les projets suspendus. Ce nouvel organisme, à budget indépendant, a des pouvoirs élargis et jouit d’une fonction exécutive. L’organisme est situé à Arich, et son président a le niveau hiérarchique de vice-premier ministre. En attente d’un nouveau règlement interne, l’organisme se dit enthousiaste et prêt à l’action.

Aliaa Al-Korachi/Al-Ahram Hebdo

Plus : http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2012/8/15/doss2.htm

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Morsi écarte les militaires

Morsi écarte les militaires | Égypt-actus | Scoop.it

Le président Mohamad Morsi se place en position de force après avoir mis de côté le puissant chef de l’armée, le maréchal Hussein Tantawi, et s’être arrogé les prérogatives qui lui reviennent. Une décision prudemment acquiescée par ses opposants. (...)

Suite à l’annonce des décisions présidentielles, des milliers de sympathisants islamistes se sont rendus dimanche soir sur la place emblématique de Tahrir pour fêter la mise à l’écart du maréchal Hussein Tantawi, et le renforcement des pouvoirs du président Morsi.

« Le peuple appuie la décision du président », scandait la foule. « Maréchal, dis la vérité, Morsi t’a limogé ou pas ? », ironisaient d’autres manifestants à propos du motif officiel de son remplacement, présenté comme une mise à la retraite.

L’opposition est, quant à elle, divisée. Le libéral Mohamed ElBaradeï, ancien directeur général de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) à la fois critique des Frères musulmans et de l’armée, écrit : « Avec une armée privée de l’autorité législative et en l’absence d’un Parlement, le président détient des pouvoirs impériaux. La pagaille de la transition continue ».

La restructuration de l’armée et la concentration des pouvoirs entre les mains du président issu de la confrérie des Frères musulmans suscitent aussi les craintes de la minorité chrétienne et de certains libéraux.

« Hier on comptait sur l’armée considérée comme garante de la laïcité, ce n’est plus le cas aujourd’hui », s’inquiète Hicham Qassem, militant des droits de l’homme, craignant le remplacement d’un régime autoritaire par un régime islamiste.

Pour d’autres, c’est en revanche « la première étape vers l’établissement d’un Etat civil », comme l’affirme le mouvement du 6 Avril, à l’avant-garde de la révolution du Nil de 2011.

« Ce qui est arrivé dimanche relève d’un coup-d’Etat mijoté habilement et intelligemment, les Frères ont voulu mettre fin au partage du pouvoir avec le Conseil militaire, un partage qui affaiblissait les deux parties. Au moment où les militaires détenaient le vrai pouvoir, les Frères se voient critiqués pour des erreurs qu’ils n’ont pas commises », explique Hani Shukrallah, journaliste et analyste politique. Et de poursuivre : « Le peuple a salué les décisions du président parce qu’il était conscient que l’institution militaire n’allait pas le protéger de la dictature islamiste. Seul le peuple a le pouvoir de rejeter une telle dictature. Et il est plus pratique d’avoir affaire avec un président islamiste qui a un vrai pouvoir, et lui demander ensuite de rendre des comptes », poursuit explique Shukrallah. « Nous sommes conscients que la confrérie peut essayer d’islamiser l’Etat, mais ce qui nous intéresse dans ces mesures, c’est qu’elles nous débarrassent des membres du Conseil militaire qui personnifiaient la contre-révolution. Les maintenir dans leurs fonctions allait aboutir à la mort de la révolution. Maintenant, nous pouvons demander des comptes au président et lui avancer des demandes, c’est lui qui détient le pouvoir », dit le porte-parole du mouvement du 6 Avril, Mahmoud Afifi. « C’est au peuple égyptien de s’unir pour faire barrage au projet d’islamisation. Les partis laïques doivent s’unir et préparer pour les élections législatives et municipales », renchérit Bassem Kamel, ex-député du parti Egyptien social démocrate.

C’est cette même attitude qu’a adoptée le Front national pour la protection de la révolution, formé d’intellectuels, de journalistes, d’artistes et d’académiciens. Tout en saluant les décisions de Mohamad Morsi, le Front appelle celui-ci à honorer ses promesses en matière de justice sociale, d’ouverture politique, de démocratie, de droits de l’homme … bref, de tout ce qui concerne les « objectifs de la révolution ».

Le Front appelle également le président à n’utiliser ses prérogatives législatives que dans les limites les plus restreintes, à appeler à des élections législatives le plus tôt possible et à purger les institutions de l’Etat, y compris la justice et la police, des hommes de l’ancien régime.

May Atta/Al-Ahram Hebdo

Plus : http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2012/8/15/leve1.htm

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

La justice égyptienne condamne quatorze militants islamistes à la peine de mort

La justice égyptienne condamne quatorze militants islamistes à la peine de mort | Égypt-actus | Scoop.it

"Les condamnés ont été jugés coupables de l’assassinat de quatre policiers, un militaire et un civil dans une attaque contre un poste de police et une banque de la ville d’al-Arich, capitale du nord du Sinaï. Les condamnés, dont huit sont en fuite, ont aussi été reconnus coupables de la formation d’un groupuscule terroriste, Tawhid wal Jihad, responsable d’attentats contre des sites touristiques dans le sud du Sinaï.

Ce verdict intervient alors que l’armée et la police égyptienne ont lancé une vaste opération contre les jihadistes du Sinaï. Des opérations sans précédent auxquelles participent près de 10 000 hommes, 200 blindés ainsi que des hélicoptères." (Alexandre Bucianti/RFI)

Plus : http://www.rfi.fr/moyen-orient/20120815-justice-egyptienne-condamne-14-jihadistes-peine-mort-sinai

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Christine Lagarde se rendra en Egypte le 22 août

Christine Lagarde se rendra en Egypte le 22 août | Égypt-actus | Scoop.it

"Les autorités égyptiennes ont invité la directrice du FMI pour discuter d'une aide financière.

La directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, se rendra le 22 août en Egypte pour évoquer un possible programme d'aide financière, a indiqué mercredi le FMI dans un communiqué.

« Sa visite est le reflet de l'engagement sans faille du FMI à soutenir l'Egypte et son peuple dans cette période de transition historique » après la chute du régime d'Hosni Moubarak en février 2011, a indiqué l'institution de Washington, précisant que ce déplacement se faisait « à l'invitation des autorités égyptiennes ».

Le Fonds avait déjà annoncé l'envoi fin août d'une délégation en Egypte pour discuter d'un programme d'aide financière au pays. La présence de Mme Lagarde n'avait alors pas été évoquée.

Depuis le début de l'année, le FMI discute avec Le Caire d'un programme de réformes économiques sur lequel le pays pourrait s'engager en contrepartie de l'octroi d'une assistance financière d'environ 3,2 milliards de dollars.

Les négociations entre les deux parties, difficiles pendant de longs mois, ont été bloquées par le processus électoral en l'absence de consensus national sur les engagements auxquels le pays pourrait souscrire.

A plusieurs reprises, le Fonds s'est dit prêt à aider l'Egypte dans sa transition vers la démocratie.

L'annonce de la visite de Mme Lagarde intervient alors que le président égyptien Mohamed Morsi vient d'écarter le puissant ministre de la Défense et chef de l'armée, le maréchal Hussein Tantaoui, et d'annuler les larges prérogatives politiques dont bénéficiaient les militaires."

SOURCE AFP, via Les Echos 

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

IMF says Lagarde to visit Egypt on Aug 22

"International Monetary Fund chief Christine Lagarde will visit Egypt next week in a show of IMF support for Egypt's transition, the Fund said on Wednesday."Her visit is a reflection of the IMF's continuous commitment to support Egypt and its people during this historic period of transition," the IMF said in a brief statement. It added that the planned Aug. 22 visit came at the invitation of Egyptian officials.

Egypt's finance minister said earlier on Wednesday that Egypt planned to discuss the possibility of a bigger-than-expected $4.8 billion IMF loan when a delegation from the global lender visits Cairo this month." (Reuters)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Le nouveau pouvoir égyptien condamne l’extrémisme islamiste

Le nouveau pouvoir égyptien condamne l’extrémisme islamiste | Égypt-actus | Scoop.it
C’est un procès qui peut permettre au président égyptien, issu des Frères musulmans, de se démarquer du fondamentalisme islamiste.
Quatorze hommes, accusés de prôner la “guerre sainte”, ont été condamnés à mort par le tribunal d’Ismaïliya mardi. Ils ont été reconnus coupables d’avoir attaqué un poste de police et une banque l‘été dernier à Al-Arich, dans la péninsule du Sinaï. Six policiers et un civil avaient été tués.

C’est dans la même zone, toujours dans le Sinaï, que des activistes islamistes présumés ont tué 16 gardes-frontière égyptiens le 5 août dernier. Depuis, l’armée a renforcé sa présence dans la région en y dépêchant de nombreuses troupes. Là encore, le président égyptien Mohamed Morsi entend montrer sa fermeté envers les extrémistes islamistes. De quoi apaiser l’armée, alors que son chef, le maréchal Tantaoui, a été mis à la retraite. Pour panser la plaie, le maréchal s’est vu remettre le “Collier du Nil”, la plus haute décoration d’Egypte. (euronews)

 

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

A. Gresh : Egypte, une nouvelle étape ?

Les Egyptiens entre 18 et 29 ans représentent un quart de la population et la moitié vit dans la pauvreté. C’est pour sortir de cette misère mais aussi pour retrouver leur liberté et leur dignité que ces jeunes ont renversé Moubarak, et ils ne sont pas près de l’oublier.(...)

(La crise actuelle) confirme l’affaiblissement du rôle de l’armée. Celle-ci, ou en tous les cas le CSFA, avait longuement hésité, après le second tour de la présidentielle, à en accepter le résultat : il fallut une semaine, alors même que les chiffres étaient connus depuis longtemps, pour que la Commission électorale proclame la victoire de Morsi (lire L’Egypte entre révolution et contre-révolution). Désormais, il semble assuré que le retour en arrière n’est plus possible.

Cela ne règle nullement les problèmes de l’avenir de l’Egypte. Deux défis intérieurs majeurs restent posés : celui de la consolidation d’un régime démocratique représentatif ; celui des transformations économiques et sociales. Pour relever le premier, les Frères musulmans doivent participer à la solution dans la mesure où il ne peut exister de démocratie dans ce pays sans leur participation aux affaires, au même titre que les autres forces politiques. Pour le second, les choses sont moins évidentes : les Frères, ou en tous les cas leur direction, prônent le libéralisme économique et l’économie de marché ; dans le même temps, ils ne sont pas liés au capitalisme prédateur qui a pillé l’Egypte depuis deux décennies et, tout en conservant leurs orientations, ils pourraient « moraliser la vie économique », ce qui ne serait pas une mince victoire.(Info-Palestine)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

ANHRI condemns the Prevention of the Importing “History of the Modern Middle East” Book

ANHRI condemns the Prevention of the Importing “History of the Modern Middle East” Book | Égypt-actus | Scoop.it

ANHRI (Arabic Network For Human Rights Information) denounces the censorship on publishings in Egypt, as it prevented the import of the book “History of the Modern Middle East” for the American historians, “William Cleveland” and “Martin Benton”, without any reasons.
It was scheduled to teach the book to AUC’s students of history of modern Arab history, in the next semester. But “Khaled Fahmy,” historian and the professor of history at American University in Cairo said that the university administration had told him in a short email, that the censorship, which is affiliated to the Ministry of Information, banned the import of the book, without any reasons.
He explained in an article posted on “Facebook” that the book does not contain any misuse of the Egyptian history and one of the best books dealing with the Arab history to students. He added, he is sad because of the lack of respect for science because of concerns related to national security, which made the researchers use the west library to find references. He criticized the ignorance of those who are responsible for the censorship of publications on the priorities of scientific research, pointing out that national security can not be achieved by banning books, but are available.
The news spread that the reason of the banning is because the book because of “it does not include Haliab and Shalateen (on the borders with Sudan) in its pages)!
ANHRI said that “the ban of books and scientific research is unacceptable, whatever the reasons is totally refused, as it contradicts with the right the knowledge for all people in accordance with the international treaties and conventions.”
ANHRI added that “security fist still control the censorship bodies and force them to think through security logic, which is full of false fears which is hostile against the freedom under the name of security”.
ANHRI asserted that the need to believe in the freedom of information exchange, a availability of information and stop using the banning and confiscation method which is practiced by the old regime.
ANHRI views that the amendment related to the law on publications issued in 1936 and the enactment of a law to regulate and ensure the right of the information exchange must be a priority for the agenda of the legislature authority immediately after being re-election.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Zabaleen sidelined by Morsy’s 'clean homeland' campaign

Zabaleen sidelined by Morsy’s 'clean homeland' campaign | Égypt-actus | Scoop.it

"According to the most recent statistics compiled by the Egyptian Environment Agency and published in 2009, Cairo produces up to 14,000 tons of municipal waste per day. About 60 percent of this waste — or 8,000 tons– is collected, managed and disposed of by the zabaleen, a good portion of the whom are based in Manshiyet Nasser, on the Moqattam slopes.

Zabaleen are self-employed garbage men who collect garbage from urban areas, take it back to their place of residence, sort it out, and then personally sell, recycle, or dispose of it. In the process, the majority of Cairene trash piles up in the zabaleen’s neighborhoods until it can be handpicked and disposed of — meaning they have their thumbs on the pulse of the city’s waste management problems.

So it was of major irritation to members of the Spirit of Youth — an NGO formed by Manshiyet Nasser residents and garbage collectors several years ago to represent the zabaleen and ensure the maintenance of their residences — when Morsy’s “Clean Homeland” campaign coordinators ditched their meetings and ignored their calls for discussions and ideas on how to address the city’s severe waste problems." (Steven Viney/Egypt independent)

More : http://www.egyptindependent.com/news/zabaleen-sidelined-morsy-s-clean-homeland-campaign

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Youth are quarter of Egypt's population, and half of them are poor

"Young people represent 24.3 percent of Egypt’s population, and slightly over half of them are impoverished, according to the Central Agency for Public Mobilization and Statistics.

In a statement released Saturday to coincide with World Youth Day, the agency said that of Egypt’s 20 million people between the ages of 18-29, 51.3 percent live in poverty. The agency also found that the contribution of young people to the labor force over the past year amounts to 51.5 percent. Of that number, 75.4 percent of labor force participants are male and 25.4 percent female.

Similarly, the unemployment rate is higher among young females, at 44.6 percent compared to 18.7 percent for males. Unemployment among young people from both genders amount to 24.9 percent.

The CAPMAS report explains that the unemployment rate among females who graduated from general vocational school is about 65.2 percent, and 56.9 percent for graduates of technical vocational schools. The rate is lower within young females who hold a university degree, amounting to 51.1 percent.

The report also said that the gender breakdown among Egyptian youth is 50.5 percent male, 49.5 percent female." (Egypt news)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Azhar Grand Imam praises constitution-drafting committee

Azhar Grand Imam praises constitution-drafting committee | Égypt-actus | Scoop.it

Al-Azhar Grand Imam Sheikh Ahmed al-Tayeb praised the constituent assembly’s role in drafting a new constitution that represents all spectra of the Egyptian society and realises the principles of freedom and social justice in addition to achieving the renaissance of the post-revolution Egypt.

Following an Iftar the Imam held for members of the assembly and some national powers, al-Tayeb expressed his hope that the new constitution achieves the aspirations of Egyptians after it is put to a public referendum.

Al-Tayeb emphasized al-Azhar’s keenness on achieving national consensus between Egyptians with all their intellectual, religious, political and cultural differences, the Middle East News Agency (MENA) reported. (Aswat Masriya)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Comprendre le mal du Sinaï, par Hicham Mourad

Comprendre le mal du Sinaï, par  Hicham Mourad | Égypt-actus | Scoop.it

Les gouvernements égyptiens successifs, quand ils se sont intéressés au Sinaï, l’ont fait dans le secteur particulier du tourisme, poussés en cela par les appétits de gains d’hommes d’affaires, qui ont rapidement saisi l’importance de ses atouts naturels. C’est ainsi que des stations balnéaires et villages touristiques ont pullulé dans les endroits prisés de la péninsule. Mais cette florissante industrie touristique n’a que très peu profité aux autochtones, la plupart des travailleurs de ces havres de beauté viennent de l’Egypte « continentale », où l’on trouve facilement la main-d’œuvre qualifiée.

L’éloignement géographique a joué un rôle capital dans cet isolement des habitants du Sinaï, mais le sentiment d’être des laissés-pour-compte ou les parents pauvres du régime a été le terreau du fanatisme religieux. La proximité de la bande de Gaza, avec toutes les souffrances que sa population endure en raison du blocus israélien, a de son côté laissé ses traces sur le Sinaï, où fleurissent les activités de contrebande en tous genres, dont celle des armes, facilitant ainsi l’action des djihadistes qui veulent instaurer par la force un émirat islamique au Sinaï.

La prise de contrôle par le Mouvement de la résistance islamique (Hamas) de la bande de Gaza en juin 2007, après en avoir chassé les troupes de son rival, le Fatah, a renforcé les mouvements radicaux se réclamant de l’islam dans cette enclave palestinienne. Ceux-ci n’ont pas manqué d’établir des contacts et prêter main forte à leurs homologues égyptiens du Sinaï. Ceci explique la série d’attentats qui ont secoué les stations balnéaires du Sud-Sinaï au milieu des années 2000. Après les dures frappes assénées par les forces de sécurité, les djihadistes, affaiblis, ont marqué une éclipse, pour réapparaître à nouveau, renforcés, après le soulèvement populaire du 25 janvier 2011, profitant du vide sécuritaire et de l’essor du trafic d’armes.

Toute solution au problème du Sinaï ne peut se faire qu’à travers un changement du regard officiel sur cette partie du pays. Si le moyen utilisé aujourd’hui est sécuritaire, celui à long terme ne peut être que multiforme s’attaquant aux racines du mal. Il s’agit avant tout de transformer la péninsule en un pôle de développement, de mettre un terme à l’isolement de sa population en l’intégrant par le truchement du système éducatif et le lancement de stages de formation professionnelle. Les indigènes doivent aussi sentir les bénéfices que rapporte leur terre, en ayant notamment la priorité dans les emplois qu’offre l’industrie de tourisme au Sinaï. (Al-Ahram Hebdo)

Plus : http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2012/8/15/opin1.htm

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Réfugiés syriens : Sans moyens de subsistance

Réfugiés syriens : Sans moyens de subsistance | Égypt-actus | Scoop.it

Fuyant la situation tragique dans leur pays, ils sont de plus en plus nombreux à venir en Egypte. Beaucoup d'entre eux vivent dans des conditions difficiles. (...)

Depuis leur arrivée en Egypte, les familles syriennes tentent difficilement de subsister. « C’est grâce aux dons recueillis par nos parents, nos familles et nos amis aux Etats-Unis et dans les pays du Golfe que nous vivons. Chaque famille reçoit entre 500 et 1 000 L.E. par mois », ajoute Kattaa.

De nombreuses familles syriennes ont décidé de venir en Egypte pour fuir la situation dans leur pays. Les scènes de répression et de torture resteront à jamais gravées dans leur mémoire. « Le dictateur réprime les citoyens syriens et utilise les méthodes brutales utilisées par son père Hafez Al-Assad, lors du massacre de Hama en février 1982, théâtre de violents affrontements entre les Frères musulmans, les nationalistes arabes du Baas iraqien, la gauche syrienne et l’armée syrienne. Le régime syrien est parmi les plus brutaux et les plus oppressifs du monde arabe. Il est en train de massacrer son peuple, arrêter des citoyens innocents, les mettre en prison et les torturer jusqu’à la mort ! », raconte l’activiste syrien Mayssara Bakoura, qui travaille dans le domaine des droits de l’homme. Son amie Hala énumère les méthodes de torture utilisées par le régime syrien et ses astuces pour semer la terreur dans le pays. « Les voyous, membres des miliciens pro-régime sont présents partout, dans les grandes villes comme Damas, Alep, Homs, et la région côtière syrienne. Ils ont pour rôle de terroriser les citoyens. Ils massacrent les civils et rasent les quartiers », raconte-t-elle.

Manar Attiya/Al-Ahram Hebdo

Plus : http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2012/8/15/null0.htm

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

La tutelle militaire affaiblie

La tutelle militaire affaiblie | Égypt-actus | Scoop.it

Ces remaniements décidés par le premier président civil signifient-ils la fin de six décennies de pouvoir militaire ? Certains commentateurs s’interrogent en fait sur la facilité apparente avec laquelle le président Morsi s’était débarrassé des responsables les plus gradés de la hiérarchie militaire, alors que beaucoup s’attendaient à une longue guerre d’usure entre le président et les généraux.

Pour beaucoup d’analystes, la démarche du président a reçu l’aval des généraux moins étoilés, profitant à la fois du récent attentat terroriste perpétré à la frontière, qui a fait perdre à l’armée une partie de son prestige aux yeux de la population, et de la grogne de certains militaires mécontents de voir leur establishment s’enliser l’armée dans un rôle politique qui ne lui appartient pas. L’attaque, attribuée à des « terroristes », qui a coûté la vie à 16 soldats le 5 août dans le Sinaï, à la lisière d’Israël et de la bande de Gaza, a, quant à elle, mis en lumière de lourdes carences en matière de sécurité aux frontières et a pu aussi plaider pour un remaniement au sein de la direction militaire. « Cette attaque a porté atteinte au prestige du commandement et rendu le terrain propice à des changements », affirme Moustapha Kamel Al-Sayed, professeur de sciences politiques à l’Université américaine du Caire. Morsi avait d’ailleurs, au lendemain de ces événements, déjà limogé le chef des services de renseignements, le général Mourad Mouafi.

Mais l’armée souffrait déjà d’une baisse de sa popularité bien avant cet incident. Pendant la révolution du 25 janvier 2011, la plupart des adversaires de l’ancien régime ont salué la retenue de l’armée, contrairement à la police accusée de nombreuses violences. Mais au fil des mois l’image de l’institution militaire et celle de son chef se sont profondément dégradées dans de larges parties de la population, en particulier chez les jeunes qui avaient lancé le mouvement anti-Moubarak. Mise en cause dans la répression meurtrière de certaines manifestations, l’armée a été notamment accusée de vouloir maintenir ses privilèges politiques et économiques, et de chercher à perpétuer le système répressif hérité du passé. Son ex-chef, le maréchal Tantawi, fut personnellement conspué ces derniers mois lors de nombreux rassemblements place Tahrir, qui réclamaient avec insistance son départ de la scène politique et même son exécution.

Le président Morsi aurait également bénéficié de rivalités générationnelles et d’un déclin jusqu’à présent bien caché de la « vieille garde » militaire. Des généraux et d’autres officiers de rang plus subalterne pourraient en effet soutenir ces changements, qui devraient permettre l’émergence d’une nouvelle génération à la tête de l’armée. « Ce que nous avons vu ressemble de plus en plus au mélange d’un contre-coup d’Etat civil et d’un coup d’Etat coordonné au sein de l’armée elle-même », avance Chadi Hamid, du centre de réflexion Brookings Doha Center.

Chérif Albert/Al-Ahram Hebdo

Plus : http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2012/8/15/leve3.htm

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte : la relève militaire

Egypte : la relève militaire | Égypt-actus | Scoop.it

"Le nouveau président égyptien a décidé de se séparer de son ministre de la Défense, le maréchal Mohammed Hussein Tantaoui ainsi que du chef d’état major Sami Anan. Mohammed Morsi a également annulé une disposition constitutionnelle qui donnait de larges pouvoirs à l’armée. La majorité des Egyptiens ont salué ce limogeage et l’affaiblissement de facto de l’armée. Abdel Fattah al-Sisi prend la tête de l’armée.

Le nouveau chef d’état major des armées égyptiennes et ministre de la Défense est un illustre inconnu. Du moins en Occident. Depuis la chute du régime Moubarak, Abdel Fattah al-Sisi dirigeait les services secrets égyptiens. Sa nomination confirme si besoin en était, la défaite de son prédécesseur, le maréchal Mohammed Hussein Tantaoui dans son bras de fer avec le nouveau président Mohammed Morsi.

Un détail d’importance distingue le nouveau patron des forces armées égyptiennes du maréchal Tantaoui, écarté du pouvoir : Abdel Fattah al-Sisi n’a participé à aucune des guerres menées par l’armée égyptienne. Après avoir obtenu son brevet d’officier à l’Académie militaire, il a servi dans l’infanterie avant de d’être muté à Alexandrie, avec le grade de commandant. Après un bref passage à la tête des services de renseignement, il devient à 57 ans chef des armées et ministre de la Défense, entérinant la relève générationnelle au pouvoir en Egypte." (Arte Journal)

Plus : http://monde-arabe.arte.tv/egypte-la-rel%C3%A8ve-militaire/

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

L'Expression - Le Quotidien - L'Effet Morsi

Le président égyptien, Mohamed Morsi, a crée l'événement, lundi juste avant le f'tour, par l'annonce de la mise à la retraite d'office du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui, 76 ans, homme fort de l'Egypte et inamovible ministre de la Défense depuis plus de 20 ans. A l'évidence, il y a une fin à toute chose, mais la fin de mission signifiée à Tantaoui est des plus inattendues. En effet, la surprise, lundi, était générale tant personne en vérité ne s'attendait à ce coup d'éclat d'un président que d'aucuns estimaient déjà comme un faire-valoir aux mains de la toute-puissante armée égyptienne, destiné, au mieux, à expédier les affaires courantes. Aussi, la décision inusitée de Morsi d'affronter frontalement l'armée sur un terrain laissé en friche, celui des prérogatives présidentielles, a-t-elle autant surpris que suscité les questionnements. Or, dans un pays «normalement» constitué, un tel acte fort banal dans un Etat républicain, entre de plain-pied dans les responsabilités d'un chef d'Etat, qui est celui d'assumer ses responsabilités de chef suprême des armées avec le pouvoir constitutionnel de nommer et/ou de démettre les chefs de l'armée. (Karim Mohsen/L'Expression)

Plus : http://www.lexpressiondz.com/edito/158858-l-effet-morsi.html

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Égypte : le pouvoir politique est-il en train de reprendre la main sur l'armée ?

Égypte : le pouvoir politique est-il en train de reprendre la main sur l'armée ? | Égypt-actus | Scoop.it

"La situation est mitigée. Tandis que certains y voient comme le franchissement de la première étape d’établissement d’un état civil, d’autres s’inquiètent de la concentration des pouvoirs entre les mains du président, quand bien même cela venait à neutraliser le rôle de l’armée dans la gestion de la chose publique. Inquiétude d’autant plus avérée qu’il n’existe pas encore de parlement pour contrebalancer cet exécutif renforcé. De fait, en se réappropriant le pouvoir législatif, Mohamed Morsi se réserve également le droit de formation d’une nouvelle commission constituante. Cela sans parler du principe de séparation des pouvoirs interdit au président égyptien d’abroger une constitution, du fait même de sa constitutionnalité.Face à ce contexte encore peu stabilisé, et en l’absence d’un parlement, les implications d’une pareille décision peuvent difficilement être anticipées, tant les forces en présence commencent à peine à émerger et les contours d’une véritable démocratie à se dessiner.

Il est en effet prématuré de se prononcer sur les répercussions à moyen terme de ce revirement de situation. De persécutés, les islamistes, une fois montés au pouvoir, deviennent à leur tour dominateurs et augurent par la même une nouvelle ère où, le politique prend le dessus sur le militaire." (Atlantico)

Plus : http://www.atlantico.fr/decryptage/egypte-pouvoir-politique-est-train-reprendre-main-armee-zineb-iraqi-450167.html

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt and World Bank sign US$200 million loan aimed at creating quarter million jobs

"Egyptian Cabinet ministers and World Bank officials have signed off on a US$200 million project aimed at creating 250,000 jobs after more than a year of slow economic growth.

The World Bank says the investments will be spent on financing for job creation by improving the environment for private sector-led growth and education.

Egypt has been in an economic downturn since the popular uprising that brought down longtime President Hosni Mubarak last year.

Egypt and the World Bank agreed on the loan in late June and signed it in Cairo on Tuesday.

The World Bank says the loan is meant to encourage local community participation in projects to enhance water and sanitation, energy and reliable transportation, as well as social services like health, education and social welfare." (AP, via Egypt independent)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

In search of military-civilian balance in Egypt

In search of military-civilian balance in Egypt | Égypt-actus | Scoop.it

There seems to be an endless stream of dramatic political developments in Egypt since the overthrow of Hosni Mubarak a year and a half ago. The latest is the move by President Mohamed Morsi to retire the most senior armed forces officers and regain some presidential constitutional prerogatives that those officers had taken for themselves in June. The immediate tug-of-war for supreme national authority between the armed forces and the President (who is seen as a proxy for the Muslim Brotherhood) hides several historic and longer-term developments of profound importance to Egypt and the entire Arab world that Egypt usually influences.

These include the birth and nurturing of a stable constitutional and republican system of government, and the retooling of the role of the Egyptian Armed Forces in national life. Both of these are necessarily slow, complex processes that are under way in a serious manner, which is to be applauded. The irony of the tug-of-war for power between the Islamist presidency and the armed forces is that both of them represent legitimate power in the eyes of the Egyptian people, who nevertheless do not want either of them to monopolize power and return to the authoritarian rule of the Mubarak era. (Rami Khouri/The Globe and Mail)

More : http://www.theglobeandmail.com/commentary/in-search-of-military-civilian-balance-in-egypt/article4481577/?cmpid=rss1

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Op-ed: Transparency first

Op-ed: Transparency first | Égypt-actus | Scoop.it

Mark Twain once said: “If you tell the truth, you don’t have to remember anything,” reflecting that once we are guided by honesty, we can live in peace because we don’t have to worry about following up on what we have said. It makes perfect sense, and you would think that this would be the premise upon which politicians would build their communications strategy — truth and complete transparency. But somehow this doesn’t always appear to be the case.

Why this issue matters is because despite Egypt having a democratically elected president, we are evidently still going through a period of severe turmoil. What would benefit all of us members of civil society is a philosophy of transparency that can help guide and strengthen us through this period of change and transition.

As a member of civil society, I am exhausted from receiving countless versions of the “truth” about certain incidents from more than one place and having to sift through and analyze aggressively to understand what is really going on. Facebook posts say one thing, then the Twitterati say something else, then the mainstream media projects a different image, whilst independent or international media portray another series of events. It’s a tiresome process that leaves us in most cases in the dark, subjected only to rumours, opinions and biased “truths.” As a friend of mine eloquently hinted at today, “the spread of rumors will only make this country burn, let us all just get back to work.” (Reham Barakat/The Egypt Monocle)

More : http://egyptmonocle.com/EMonocle/op-ed-transparency-and-civil-society/

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Test of Faith

Test of Faith | Égypt-actus | Scoop.it

In a few short months, many Egyptians, particularly Christians, were beginning to lose hope in the realization of equality, freedom, and accountability, the very ideals of social justice promised by the revolution. Following the Maspero attacks, then-Prime Minister Essam Sharaf promised that a Unified Law for the Places of Worship protecting Christian churches would be promulgated within thirty days, but the law never materialized. After the Muslim Brotherhood and Salafists scored an overwhelming victory for Islamists in the parliamentary election in December and January, Coptic hopes for basic rights seemed even more tenuous. The new parliament mostly ignored stipulations for Christian-Muslim equality: for the fair and just enforcement of laws regarding freedom of worship and freedom of religion; for the removal of one’s religious identification from Egyptian identity cards; and for the institution of anti-discriminatory provisions in the workplace, among others. The fear that Egypt would turn into a religious state, where Muslim rights and roles were privileged over those of non-Muslims, seemed more immediate than ever.

The presidential election in May and June was another political battle for Copts. Christian volunteers visited rural areas and urban slums in a muwatana campaign (roughly, “instilling citizenship”), a sort of informal civic program to educate their coreligionists about candidates and the voting process. In the first round, most Copts opted for secular candidates with votes well distributed between Hamdeen Sabahi, Amr Moussa, and Ahmed Shafik. The voting pattern reflected the same generational divide present among Egyptians at large, with many youth casting their votes for the Nasserist-socialist Sabahi. In the runoff, Copts voted in large numbers for Shafik, the former Air Force commander who stressed security, and greeted Mohammed Morsi’s victory with concern. Although Morsi has vowed to be a president for all Egyptians, his affiliation with the Muslim Brotherhood, which has historically sent mixed messages regarding the rights of non-Muslims and women, elicits mistrust from many Egyptians. Morsi’s promise to appoint Coptic and female vice presidents brought condemnation from his Salafi supporters, some of whom have allegedly called for the implementation of the jizya tax on non-Muslims in a new Egypt. These developments have prompted many Copts to contemplate or pursue emigration to the West. Upper and middle class Copts might be increasingly motivated to leave, though their less fortunate coreligionists who also tend to bear the brunt of discrimination and sectarian tensions have fewer prospects. Coptic sources report that as many as one hundred thousand Copts have left Egypt since the revolution, although the the figure has not been well corroborated.

These events also occurred in the context of the death of Pope Shenouda in March at the age of eighty-eight. For the last forty years he was the public face of the Coptic community. Some Copts have argued that his role resulted in the community being more isolated, that Copts came to be seen as a separate part of Egyptian society by just having one figurehead—and a religious one—as their spokesman.

The future patriarch’s attitudes and policies will likely be vital in shepherding the millions who still see the papal seat as representing the Coptic voice. Yet, the Orthodox Church’s political wane during the revolution has created new loci of Christian leadership. Aside from the burgeoning youth movement, an important space has been opened for other Christians to emerge as dynamic and forward-thinking leaders. In particular, the Kasr Al-Dobara Evangelical (Presbyterian) Church in the vicinity of Tahrir Square has come into greater prominence and has been dubbed by many as the “Church of Liberation.” The church’s pastoral and youth leaders were active from the earliest days of the revolution, and the church served as a makeshift hospital for some of the wounded during the numerous skirmishes that followed in later months. Kasr Al-Dobara was also the first to host a commemorative service for those killed during the revolution and to honor the families of the fallen—both Muslim and Christian.

 

More : http://www.aucegypt.edu/gapp/cairoreview/Pages/articleDetails.aspx?aid=205

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Where Will the Muslim Brotherhood Take Egypt’s Economy?

Where Will the Muslim Brotherhood Take Egypt’s Economy? | Égypt-actus | Scoop.it

For the first time in its modern history, Egypt has been placed under the tutelage of an Islamist party. And more than cultural attitudes, its economic policies may signify the most profound changes for the country. (...)

Alongside such laudable generalities as restoring trust in the economy and self-sufficiency in strategic goods, FJP advocates for a mixed-basket of policies that include an export substitution industrial policy in cooperation with the private sector; controlling budget deficits and public debt, while rationing public spending; increasing the minimum wage, an original demand of Tahrir Square protesters; strengthening competition and anti-trust legislation; introducing a progressive income tax; and raising the ceiling for tax exemptions. (...)

At the end of the day the Brotherhood’s economic policy may represent little change from the past two decades, as Egypt’s economic policy maintained massive subsidization while conducting, or at least promising, pro-business reforms.

Investors at home and abroad remain wary. The FJP-led government’s main challenge, then, is to reassure investors and entrepreneurs of its commitment to a market-based economy, while fulfilling its commitment to relieve poverty through charity and social programs while eradicating the corruption that has soured Egypt’s economy and vilified the market economy in the eyes of Egyptian citizens." (Mohamed El Dahshan/Midan Masr)

More : http://www.midanmasr.com/en/article.aspx?ArticleID=171

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Unemployment surges to 3.3 million, statistics agency says

Unemployment surges to 3.3 million, statistics agency says | Égypt-actus | Scoop.it

"Unemployment rates have risen to 12.6 percent, or 3.3 million people, during the second quarter of this year, the Central Agency for Public Mobilization and Statistics said Tuesday.

Unemployment was 11.8 percent during the same period last year.

The head of the Egyptian Federation of Independent Syndicates, Kamal Abu Eita, doubted the numbers and said they were a lie.

The percentage of unemployed people who have previously held employment is 26.3, CAPMAS said.

Unemployment for youth between the ages of 15 and 29 reached 77.5 percent, and 85.4 percent of the unemployed are college graduates."

Edited translation from Al-Masry Al-Youm (Egypt independent)

more...
No comment yet.