Égypt-actus
Follow
Find tag "révolution"
362.4K views | +45 today
Égypt-actus
Égypt-actus
revue de presse sur l'actualité culturelle, archéologique, politique et sociale de l'Égypte
Curated by Egypt-actus
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Ça s’est passé un 25 janvier en Égypte

Ça s’est passé un 25 janvier en Égypte | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt-actus's insight:

- 25 janvier 1952, la police d'Ismaïlia refuse de remettre ses armes aux forces britanniques. Leur résistance devient un symbole du soulèvement pour la jeune nation égyptienne.

- 25 Janvier 2011 : naissance d’une révolution
Des manifestants rejoignent la place Tahrir depuis Dar El Gala à 13h30.
Des milliers de personnes se rassemblent autour de la mosquée Moustafa Mahmoud à 14h20.
Des centaines de personnes se retrouvent bloquées au niveau du pont Galaa à 15h15.
A la même heure, une foule immense occupe le pont Kasr el Nil.
Un afflux de personnes se disperse également dans les rues étroites des quartiers de Shubra et Ramsès à 15h30.
La manifestation partie du quartier de Mohandissîn atteint Tahrir à 15h40.
Au moins 10 000 personnes sont présentes sur Tahrir à 16h40.
Des dizaines de milliers de personnes sont rassemblées sur la place à 18h40, un nombre qui ne cessera pas d’augmenter jusqu’aux alentours d’une heure du matin.
Vers 1h20, la police intervient sur Tahrir, les gens commencent à se disperser. Beaucoup quittent la place pour échapper aux forces de sécurité, mais restent dans les rues alentours.
Hommes, femmes, enfants et personnes âgées, toutes les générations et toutes les classes sociales sont représentées lors des manifestations de cette première journée.
En chargeant sur la place Tahrir, la police tente d’endiguer la contestation. A partir de 23h, elle a recours aux gaz lacrymogènes et aux canons à eau pour disperser la foule. Mais dès les premières heures du matin suivant, les manifestants recommencent à affluer dans les rues.
Dès 17h, le 25 janvier, le gouvernement bloque le réseau de microblogage Twitter, jusqu’au lendemain midi. Toutes les télécommunications sont coupées autour de la place Tahrir.
A Suez, trois manifestants sont tués, ainsi qu’un policier au Caire. Au moins 300 personnes sont arrêtées et 500 sont blessées.
La participation politique :
Dix-sept mouvements et partis politiques sont présents sur la place Tahrir dès le premier jour de la révolution. Parmi eux, le parti libéral Al-Ghad (« Demain ») d’Ayman Nour, le parti Al-Karama (« Dignité ») de Hamdîn Sabahi, le parti unioniste Al-Tagammu’ (« Rassemblement »), le « parti travailliste », les « socialistes révolutionnaires », le « Courant pour le renouveau socialiste », le « Centre des perspectives socialistes », le « Mouvement démocratique populaire pour le changement » Al-Hachd (« Rassemblement »), le mouvementKifaya, « les jeunes en faveur de la justice et de la liberté » Hanghir (« Nous allons changer »), le « Front libre pour le changement pacifique », les « Egyptiens avec le changement », les membres de la campagne pour la candidature aux présidentielles d’Hamdîn Sabahi, le groupe de soutien de Muhammad El-Baradeï « Ensemble nous changerons », ou encore « l’Union des arabes nassériens - section Egypte ».

La nuit tombée, des milliers de personnes continuent de manifester sur la place Tahrir.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

On eve of Mubarak ouster anniversary: Egyptians call on Morsi to leave

On eve of Mubarak ouster anniversary: Egyptians call on Morsi to leave | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt-actus's insight:

Police clashed with protesters in Cairo Thursday, eve of the the second anniversary of the uprising that overthrew Hosni Mubarak, as they tried to dismantle a security barrier and called for the fall of Islamist President Mohamed Morsi, a correspondent said.

A few dozens men and youths tried to dismantle the wall of concrete blocks that blocked a street leading to Tahrir Square, focal point of demonstrations that broke out on January 25, 2010 and led to Mubarak's resignation 18 days later.

The walls were erected last year to protect numerous buildings housing government and security service offices in the area.

"Down with Mohamed Morsi," some demonstrators shouted. "Down with the power of the (Supreme) Guide" of the powerful Muslim Brotherhood, from whose ranks Morsi was elected last June.

Some demonstrators hurled rocks at riot police positioned a few dozen metres (yards) on the other side of the wall, who responded with tear gas grenades.

Opposition groups have called for mass street protests across the country on Friday against Morsi and the Brotherhood.

The National Salvation Front, the largest opposition bloc, has called for rallies "in all the Tahrir Squares of the country."

Authorities have vowed to keep security forces out of Tahrir Square to decrease the risk of confrontations, but said police would be in the surrounding areas to arrest troublemakers.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egyptian opposition to mark uprising with new protests

Egyptian opposition to mark uprising with new protests | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt-actus's insight:

By Tom Perry (Reuters, via Aswat Masriya) -


Egyptian President Mohamed Mursi's opponents head to Cairo's Tahrir Square on Friday to mark the anniversary of the uprising that ousted Hosni Mubarak with protests against the new head of state and his Islamist allies.

On the second anniversary of the uprising, Mursi's secular-minded rivals aim to revive the demands of a revolution that they say has been betrayed by the Muslim Brotherhood, the movement that propelled him to power in an election last year.

"I call on everyone to take part and go out to every place in Egypt to show that the revolution must be completed," Mohamed ElBaradei, a leading liberal, said in a statement.

"It will be against the Brotherhood," said Ahmed Maher, founder of the April 6 movement that helped mobilise the uprising against Mubarak through social media. "The goals of the revolution have not been realised yet," he told Reuters.

Inspired by Tunisia's uprising against President Zine al-Abidine Ben Ali, Egypt's revolution helped set off more revolts in Libya and Syria. But the sense of common purpose that united Egyptians at the time has given way to conflict that has grown only worse and last month triggered lethal street battles.

The anniversary will once again showcase the divide between the Islamists and their secular opponents. The Brotherhood has decided against mobilising in the street for the occasion, a decision that could reduce the likelihood of confrontation.

Mursi, in a speech marking the Prophet Mohammad's birthday, called on Egyptians to mark the anniversary "in a civilised, peaceful way that safeguards our nation, our institutions, our lives".

"The Brotherhood is very concerned about escalation, that's why they have tried to dial down their role on January 25," said Shadi Hamid director of research at the Brookings Doha Center.

"There may very well be the kinds of clashes that we've seen before, but I don't see anything major happening that is going to fundamentally change the political situation," he said.

 

More : http://en.aswatmasriya.com/news/view.aspx?id=4fa02da8-4f32-4337-80f8-1556fa916eee

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

L'Egypte marque le deuxième anniversaire de sa "révolution"

L'Egypte se prépare vendredi à de nouvelles manifestations à l'occasion du deuxième anniversaire du début du soulèvement populaire qui contraignit Hosni Moubarak à la démission début 2011, dans un climat de tension politique et de crise économique.
Egypt-actus's insight:

L'opposition a appelé à défiler à travers le pays contre le président islamiste Mohamed Morsi et les Frères musulmans dont il est issu, en reprenant les mêmes mots d'ordre qu'il y a deux ans: "Pain, liberté, justice sociale".

 

"Sortons vers les places pour finaliser les objectifs de la révolution", a appelé sur Twitter Mohamed ElBaradei, l'une des figures de proue de l'opposition laïque.

Des rassemblements sont prévus sur l'emblématique place Tahrir, au Caire, devant le palais présidentiel d'Héliopolis dans la banlieue de la capitale ainsi que dans plusieurs villes de province comme Alexandrie (nord) et Assiout (centre).

Les forces de l'ordre ont prévu de renforcer leur présence, selon une source de sécurité.

Les Frères musulmans, eux, n'ont pas officiellement appelé à manifester vendredi. Pour marquer le deuxième anniversaire de la "révolution", ils ont lancé une initiative intitulée "Ensemble nous construisons l'Egypte", rassemblant une série d'actions sociales et caritatives.

Le climat est alourdi par l'annonce attendue le lendemain, samedi, du verdict dans le procès des responsables présumés de la mort de 74 personnes à l'issue d'un match de football à Port-Saïd (nord-est) en février 2012.

Les "Ultras" du club cairote d'al-Ahly, qui assurent compter la grande majorité des victimes, menacent de manifestations violentes et d'une "nouvelle révolution" s'ils n'obtiennent pas justice.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

On Revolt’s Anniversary, Egypt Needs Economic Miracle

On Revolt’s Anniversary, Egypt Needs Economic Miracle | Égypt-actus | Scoop.it

By Samir Radwan

 

It may be too early to judge the success or failure of Egypt’s 2011 revolution, but this much is clear: The young people who led the uprising feel betrayed, and the Islamist government that followed is focused on consolidating power when it should be ensuring economic recovery.

Egypt-actus's insight:

The genius of the Jan. 25 revolt was reflected in its slogan -- “bread, freedom, social justice.” Those words expressed an aspiration for change that created unprecedented expectations, and today the country’s mounting dissatisfaction is first of all due to the underperforming economy. It is no coincidence that the first word of the uprising’s slogan was bread.

Egypt’s economy faces daunting challenges. Technically in a recession, the country has experienced an extended period of slow growth, a big budget deficit, declining foreign-currency reserves and a widening gap in the balance of payments. The Egyptian pound is under intense pressure. Meanwhile, throughout the country more people are slipping below the poverty line, while those already beneath it are sinking ever deeper. (...)

It seems that only a miracle can now rescue Egypt’s economy, and indeed society, from the bleak future that it now faces. Miracles do happen, but they require vision and political will. The much-touted program of Nahda, or Renaissance, that the Muslim Brotherhood’s rulingFreedom and Justice Party proposed as the road to recovery and prosperity after presidential elections in May and June of 2012, vanished into thin air. The program is now the butt of satire from cartoonists and comedians. Any serious vision must in reality -- not just on paper -- address the trio of growth, employment and poverty. Without a return to prerevolutionary growth of more than 7 percent, unemployment and poverty rates will not fall and the crisis will continue.

Egypt’s gross domestic product rose less than 2 percent in 2012, roughly the same as the rate of population growth. So, in per-capita terms that matter to individual Egyptians, the economy was stagnant. Without growth, there are no new jobs. Official data put unemployment at almost 13 percent in 2012, representing 3.6 million people out of work, rising to about 25 percent for the age group 15-29. That statistic alone constitutes a socioeconomic time bomb.

Slow growth, combined with rising unemployment, also explains an explosion in the unregistered economy, which now accounts for one-third of the working labor force, or about 8 million people, according to Egypt’s statistics agency. The same causes lie behind an increase in the numbers living below the poverty line to 25 percent, from 20 percent in 2010. A further 22 percent of Egyptians are at risk of falling into poverty in the event of an economic shock, such as a sudden acceleration of inflation, according to a World Bank study.

 

More : http://www.bloomberg.com/news/2013-01-24/on-revolt-s-anniversary-egypt-needs-economic-miracle.html?utm_medium=referral&utm_source=t.co

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

On 2nd Anniversary Of Egypt's Uprising, Little To Celebrate

On 2nd Anniversary Of Egypt's Uprising, Little To Celebrate | Égypt-actus | Scoop.it

Egypt marks the second anniversary of the uprising that swept Hosni Mubarak from power with little to celebrate. Deeply divided and facing an economic crisis, the nation is bracing for more protests, but this time against a freely elected leader.

President Mohamed Morsi's opponents plan to march to Tahrir Square on Friday to vent anger at the new Islamist leader and his Muslim Brotherhood backers, whom they accuse of betraying the goals of the Jan. 25 revolution that galvanised Egyptians in a display of national unity that has not been seen since.

 

We don't see it as a celebration. This will be a new revolutionary wave that will show the Brotherhood that they are not alone - that there are other forces that can stand against them," said Ahmed Maher, founder of the April 6 - a group that helped ignite the uprising by using social media to organise.

The Brotherhood has said it will not send its supporters to Tahrir Square on Friday - a decision that at least limits the scope for more of the unrest that has compounded Egypt's economic troubles.

Instead, with its eye on forthcoming parliamentary polls, the electorially savvy Brotherhood is marking the anniversary with a campaign to help the poor. With allies, it promises to send volunteers to renovate 2,000 schools, plant trees, deliver medical aid and open "charity markets" selling affordable food.

"The importance of the anniversary is to lift the spirits of the Egyptian people: more hope and more work," said Ahmed Aref, a Muslim Brotherhood spokesman who was in Tahrir Square for the entire 18-day uprising against Mubarak.(...)

The sense of common purpose that united Egyptians against Mubarak has given way to conflict. Secularists and liberals accuse the Muslim Brotherhood of seeking to dominate the country. The Islamists say their opponents are not respecting the rules of the democratic game. (...)

"I foresee very big protests, and some civil unrest," said Elijah Zarwan of the European Council on Foreign Relations. "Two years on, a real sense of disenchantment has settled on Egypt.

"There is a fairly widespread sense that the country is slipping, socially, economically and in terms of governance. Politically, the divisions have become so fierce that it's hard to imagine the various parties and factions coming to an agreement, even on the things they agree on."

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: le choc des civilisations, par Alexandre Buccianti

Egypte: le choc des civilisations, par Alexandre Buccianti | Égypt-actus | Scoop.it

Deux ans après la révolution qui a renversé celui qui était surnommé «le dernier Pharaon», l’Egypte est le théâtre d’un grand choc des civilisations : la culture de la vallée fertile du Nil face aux us et coutumes des dunes du désert arabique. Le choc dépasse, en effet, la dimension politique – islamistes et anti-islamistes – pour atteindre ce qui constitue l’essence même de la civilisation égyptienne, sa culture.


Egypt-actus's insight:

Extraits

 

Ceux qui vont descendre ce vendredi 25 janvier place Tahrir et ailleurs en Egypte ne cherchent pas tant à arracher le pouvoir aux Frères (Ikhwan) musulmans qu’à les empêcher de « ikhwaniser » la vallée du Nil.

Et ce n’est pas le voile islamique ou la dévotion religieuse qui sont en jeu. La majorité des opposantes aux Ikhwan sont voilées et la plupart des opposants sont musulmans pratiquants. Mais il s’agit d’un autre islam. Un islam ouvert et tolérant, reflétant la culture millénaire de l’Egypte face à l’islam wahhabite et taliban.

La vraie bataille est donc d’ordre culturel : d’un côté, les modernistes et les « libres penseurs », de l’autre les fondamentalistes et les adeptes de la « pensée unique ». Les premiers ont déclenché la révolution mais les seconds en ont profité. Ils ont remporté les élections législatives et présidentielles sans oublier le référendum contesté sur la Constitution. Avec leurs alliés salafistes, les Ikhwan estiment que leur heure est arrivée. (...)

Le président Morsi a bien tenté l’approche « dialogue » qu’il affectionne en se réunissant en septembre avec des artistes au risque de se faire critiquer par des cheikhs salafistes. Comme avec les hommes politiques de l’opposition, le raïs les a entendus mais n’a tenu aucun compte de leurs revendications.

Dès qu’ils en ont l’occasion, les islamistes et le gouvernement effacent les graffitis, cette invention remontant aux Pharaons, pour parfois les remplacer par des versets du Coran. Les cheikhs de nombreuses mosquées vouent les artistes aux gémonies dans leur prêche du vendredi. Les artistes et les journalistes sont poursuivis en justice par des avocats Ikhwan quand ce n’est pas par la présidence elle-même.

Pour l’instant, seuls des blogueurs relativement inconnus ont été condamnés à des peines de prison. Mais l’épée de Damoclès reste suspendue sur la tête de tous les partisans de la liberté d’expression et de création. Une épée qui pourrait commencer à décapiter si les islamistes remportent les élections législatives prévues dans deux mois. Rien n’empêchera alors un Parlement dominé par les islamistes et doté d’une Constitution sur mesure, de forger un arsenal législatif répressif. Pour les artistes et autres créateurs, c’est une raison de plus pour descendre dans la rue et manifester contre les islamistes le 25 janvier.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Deux ans après sa révolution, l'Egypte continue de manifester

L'Egypte célèbre vendredi, sans grands motifs de réjouissance, le deuxième anniversaire de la "révolution du Nil" qui a balayé le régime d'Hosni Moubarak: l'économie est en berne et le pays, divisé et polarisé, s'attend à de nouvelles manifestations contre le pouvoir, cette fois, islamiste. (Reuters)

Egypt-actus's insight:

Extraits

 

L'opposition a appelé à manifester place Tahrir vendredi, date anniversaire du début de la révolution, pour exprimer sa colère contre le président Mohamed Morsi et les Frères musulmans dont il est issu.

Elle accuse le gouvernement d'avoir trahi l'esprit et les objectifs de la révolution du 25 janvier, qui avait galvanisé les Egyptiens dans une manifestation d'unité nationale jamais retrouvée depuis.

(...)

Les Frères musulmans ont annoncé de leur côté qu'ils n'appelaient pas leurs partisans à descendre place Tahrir. Les yeux rivés sur les prochaines élections législatives, la confrérie fêtera le deuxième anniversaire de la révolution en lançant une campagne caritative en faveur des plus démunis.

(...)

Les partisans de Mohamed Morsi jugent les critiques de l'opposition injustes.

Pour eux, l'adoption rapide d'une nouvelle Constitution a, au contraire, permis de rétablir la stabilité tandis que l'opposition ne fait qu'aggraver la situation en continuant à provoquer des incidents.

Pouvoir et opposition se rejettent par ailleurs la responsabilité de la mauvaise situation économique actuelle, alors que la chute de la livre égyptienne a renchéri le coût des denrées à l'importation dont le pays dépend cruellement.

L'opposition accuse le gouvernement de mal gérer l'économie, tandis que le gouvernement rejette la responsabilité sur le climat d'instabilité entretenu par ses opposants.

(...)

Les Frères musulmans reconnaissent certes que bien des objectifs portés par la révolution sont en suspens et doivent encore être atteints. Mais ils considèrent que l'adoption d'une Constitution et l'élection du premier président civil du pays sont déjà de grandes avancées. (Hélène Duvigneau pour le service français, édité par Jean-Loup Fiévet)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Champ libre (1/1) : « Egypte, carnets intimes d'une révolution » (documentaire diffusé le 24 janvier 2013, à 17:00)

Champ libre (1/1) : « Egypte, carnets intimes d'une révolution »  (documentaire diffusé le 24 janvier 2013, à 17:00) | Égypt-actus | Scoop.it

Le 25 janvier 2011, quatre journalistes suivent de jeunes Egyptiens dans le quartier populaire de Boulaq Dakrour, au Caire qui vont manifester pour la première fois de leur vie et promettent une révolution. Les journalistes Marion, Nina, Pauline, et Rachida sont sceptiques. Pourtant, dix-huit jours plus tard, la révolte populaire chassait Hosni Moubarak, raïs indéboulonnable depuis trente ans.

 

Après avoir enregistré les premiers cris, les premiers slogans et assisté aux premiers affrontements avec la police pour prendre la place Tahrir, elles ont vécu au rythme du soulèvement, au côté des jeunes activistes, jubilant en se découvrant une force insoupçonnée le 28 janvier, ou pleurant leurs morts lorsque les snippers du régime visaient les manifestants près du ministère de l'Intérieur.

 

Au fil des jours, entre deux articles, deux directs, elles ont noté dans leur carnet les anecdotes de ce quotidien exceptionnel. Elles ont abandonné leur objectivité de journaliste pour dire leurs émotions face à cet évènement historique, oscillant, comme les Egyptiens, entre angoisse et colère, découragement et exaltation.

 

Avec :

Maha, Nizar, Soleyfa, Shama, Mahmoud, Mona, Bouthana, Mohamed, Asmae, Ahmed...

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

L’émotion du printemps égyptien, deux ans après

L’émotion du printemps égyptien, deux ans après | Égypt-actus | Scoop.it
Le webdoc « Sout El Shabab, la voix des jeunes » décrit les états d’âme d’une poignée d’Egyptiens depuis la révolution de 2011.
Egypt-actus's insight:

Elles sont quatre journalistes. Trois Françaises et une Belge. Elles ont autour des 30 ans et ont habité Le Caire pendant des années, y ont appris l’arabe.

L’Histoire leur avait donné rendez-vous puisqu’elles étaient en Egypte en ce mois de janvier 2011, lorsque les événements ont commencé, lorsque les Egyptiens, suivant l’exemple tunisien encore tout chaud, ont osé défier leur régime, leur « raïs » honni Hosni Moubarak, qui finira par jeter l’éponge le 11 février.

Comment consigner leur constat, conserver leurs émotions ? Pauline Beugnies, Marion Guénard, Rachida El Azzouzi et Nina Hubinet se sont lancées dans une belle aventure : la réalisation d’un « webdoc ».

« Quand la révolution a éclaté le 25 janvier 2011, ça a été une expérience incroyable, nous racontait au Caire en mai Pauline Beugnies, la Belge et la photographe du groupe, on l’a vécue de l’intérieur. Nous avons fait des tas de connaissances, d’amis parmi les jeunes, qui nous ont beaucoup touchées. Alors l’idée nous est venue : comment ferions-nous partager cette expérience, comme raconter l’Egypte de Tahrir, avec ses complexités. Et pourquoi pas un webdoc ?, s’est-on dit. »

Le moment est venu de diffuser le produit enfin fini, après bien des péripéties. « Génération Tahrir » est devenu « Sout El Shabab, la voix des jeunes » (1). C’est le parcours individuel de cinq jeunes Egyptiens à travers la révolution et surtout ses prolongements que le webdoc donne l’occasion de suivre.

Comme Souleyfa, celle qui rêvait « de liberté, de justice sociale », qui a enlevé le voile après la révolution, avec l’appui, il est vrai, d’un fiancé, Hossam, « un homme qui m’aime comme je suis et je suis comme ça ! ».Un couple attachant qui parle déjà de l’éducation qu’ils donneront à leurs enfants, qu’ils imaginent bien différente de celle qu’ils ont eux-mêmes reçue : « On leur dira de ne plus se taire, de ne pas tout accepter. Que mourir pour une cause juste est mieux que de vivre sans dignité. » Un couple aussi qui se conçoit dans l’égalité, révolution oblige, mais qui admet avec réalisme demeurer une minorité dans la société.

On prend aussi connaissance des états d’âme passionnants du copte Kirilos à Qena, dans la Moyenne-Egypte, d’Ammar, le professeur de peinture à Louxor, d’Ayman, l’ouvrier de Suez, ou encore d’Imen, la jeune militante des Frères musulmans, qui quitte la confrérie. Des jeunes intelligents, conscients, inquiets et enthousiastes à la fois.

(1) Un documentaire radio de 53 minutes raconte la révolution à travers les yeux de ces quatre jeunes journalistes. Il sera diffusé sur France Culture ce jeudi 24 janvier à 17 heures.

Le webdoc : Sout El Shabab, la voix des jeunes, avec le parrainage du Soir et réalisé avec le soutien du Fonds pour le journalisme.

 

http://www.lesoir.be/le_studio/webdocus/el-shabab/

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Second anniversaire de la révolution pour l’Egypte

Second anniversaire de la révolution pour l’Egypte | Égypt-actus | Scoop.it

A l’occasion du deuxième anniversaire  du soulèvement historique en Egypte, nombreux sont ceux qui, des intellectuels jusqu’à la classe ouvrière, s’interrogent sur les acquis, et les défis restant.

Egypt-actus's insight:

Extraits


Pour les Égyptiens ordinaires, les deux années qui ont suivi la révolution ont été à la fois joyeuses et éprouvantes. Beaucoup, comme Ehab Gohar, un habitant de Gizeh, avouent que le mieux, c’est le sentiment de liberté.   Aujourd’hui, il se sent libre de dire publiquement au président ce dont le peuple a besoin.

Ce changement radical, le romancier Alaa el Aswany l’a constaté pour la première fois quand il a rejoint les millions de personnes qui se sont déversées dans les rues pendant le soulèvement. « Le changement humain, c’est le plus important dans la révolution … les gens ont surmonté la barrière de la peur. C’est irréversible. Ils n’auront jamais plus peur » explique M. El Aswany.

Néanmoins, certains Egyptiens ne partagent pas cet optimisme. Pour eux, l'élection l'an dernier du président Mohamed Morsi, un islamiste, et l’adoption d’une nouvelle constitution controversée pourraient aboutir à de nouveaux troubles et divisions.


La Voix de l'Amérique

 

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt tense ahead of revolution anniversary

Egypt tense ahead of revolution anniversary | Égypt-actus | Scoop.it

On Friday, 25 January, Egypt will mark the second anniversary of the mass uprising that toppled former President Hosni Mubarak. Tens of thousands of Egyptians will once again amass at Tahrir Square to commemorate the occasion and one thing is certain—there will be no revelry this year. Two years on, opposition activists say they have little to celebrate.

“The revolution has been hijacked and the revolutionary goals of ‘Bread, Freedom and Social Justice’ have yet to be fulfilled,” lament members of the Revolutionary Youth Union.

They have called for a “second revolution ” to rid the country of Muslim Brotherhood rule. Their demands also include “retribution for the martyrs, retrials for those accused of killing the protesters, the purging of the Interior Ministry, the dismissal of the Morsy-appointed prosecutor general and the amendment of the new constitution.”

Sixteen opposition political forces—including the 6 April group and reform leader Mohamed ElBaradei’s Al Dostour party—have also called for protest marches . Unlike the youth-revolutionaries however, their declared aim is not to force Morsy to step down.

Rather, they will demand “a faster pace of reforms” and reject what they call “the Brotherhoodization of the state.” The National Salvation Front, Egypt’s main opposition bloc will also participate in the protests “to complete the goals of the revolution and send a message that the people will protect the revolution,” its members have said.

A faltering economy, a fragile security situation and Morsy’s crackdown on the media are among the main concerns driving Friday’s anti-government protests. An Islamist-backed constitution—hastily pushed through in December despite objections from liberals and Christians that it is “unrepresentative of the entire population and undermines women’s rights and curtail freedoms”—has prompted a decline in the popularity of the Islamists, plunging the country into deep political turmoil. (...)

Egypt-actus's insight:

Even if Friday’s protests pass without incident, the simmering tensions are likely to reach boiling point ahead of or during parliamentary elections slated for April. Seeking to allay concerns ahead of the second anniversary protests, the newly elected Secretary General of the Muslim Brotherhood’s Freedom and Justice Party, Hussein Ibrahim, wrote on Twitter “the democracy train has left the station and there is no turning back.

“The Muslim Brotherhood is capable of rebuilding Egypt and leading the renaissance,” he wrote.

Sceptics say it will take more than words of reassurance to dispel the mistrust and avert violence. Only a clear roadmap that can convince the opposition will reverse the rising tide of opposition against Morsy and the Islamists, they say.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Paris - 25 janvier : marche de solidarité avec les révolutionnaires libres d’Égypte

Paris - 25 janvier : marche de solidarité avec les révolutionnaires libres d’Égypte | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt-actus's insight:

Communiqué des organisateurs

 

Nous manifestons contre :

Une constitution qui tue la démocratie et les libertés fondamentales : certains articles de cette constitution menacent la liberté d’expression et la liberté de la presse. La liberté syndicale n’existe plus, car ce texte autorise la création d’un seul syndicat par corps de métier.Contre une constitution qui bafoue les droits des femmes et ne respecte pas leur indépendanceCette constitution ne respecte pas la justice sociale, ne définit pas comme priorités la sécurité sociale, la lutte contre la pauvreté et la meilleure distribution des richesses.Le discours de haine véhiculé par les courants islamistes qui divisent la population : nous exigeons l’arrêt immédiat de tels discours dans les médias et nous insistons sur l’unité des citoyens et l’égalité de tous les EgyptiensLes procès militaires : plus de 13 000 citoyens, majoritairement des jeunes révolutionnaires ont été jugés en cour martiale et le nombre ne cesse d’augmenter depuis l’arrivée au pouvoir de Mohamed Morsi. Il faut donc libérer sans délai tous les opposants politiques et les simples citoyens accusés à tort.Le laxisme juridique à l’égard des responsables impliqués dans l’assassinat des manifestants et opposants politiques depuis le 25 janvier 2011 jusqu’aujourd’hui : en effet, quasiment tous les procès se sont terminés par un acquittement des suspectsToute politique économique menée par le gouvernement qui ne respecte pas les demandes basiques de la révolution : Pain, liberté et justice socialeLa place beaucoup trop importante accordée à l’armée dans la constitution : il faut définir la juste place de l’armée dans la société et ne pas lui accorder des prérogatives qui la placent au-dessus des citoyens et du pouvoir civil (Ex. les procès militaires et l’économie protégée de l’armée)Une séparation des pouvoirs bafouée pourtant exigée par la révolution : Le président Morsi a le droit selon la constitution de se mêler du fonctionnement des Autorités administratives indépendantesL’indépendance des juges se trouve menacée : Le président Morsi a utilisé ses prérogatives pour bloquer le fonctionnement des instances juridiques. Nous exigeons une loi qui protège l’indépendance des juges et le pouvoir juridique en général

 

Deux ans sont passés, gorgés du sang de martyrs toujours plus nombreux, sacrifiés pour l’établissement d’un gouvernement civil respectueux des Droits de l’Homme qui tire sa légitimité de la révolution.

 

Une révolution qui continue avec la même devise : Pain, Liberté, Dignité et Justice Sociale…

 

Groupe des égyptiens du 25 Janvier 2013 et La coalition « France révolution en France » vous invite en solidarité avec les révolutionnaires libres d’Égypte à venir nous rejoindre à la

 

GRANDE MARCHE: VENDREDI 25 JANVIER à 17.00- 20.00 de BELLEVILLE à BASTILLE


https://www.facebook.com/notes/hanna-yousef/pourquoi-la-r%C3%A9volution-egyptienne-doit-elle-continuer-/10151199635596555

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egyptian opposition calls for anniversary protests

Anti-government groups have called for protests to mark the second anniversary of the Egyptian revolution and call for faster reform.

It's a call that's reverberating across the country.

Al Jazeera's Rawya Rageh reports from Suez.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Freedom and Justice Party Statement on January 25 Revolution Anniversary

Freedom and Justice Party Statement on January 25 Revolution Anniversary | Égypt-actus | Scoop.it

Marking the 2nd anniversary of the January 25 Revolution, the Freedom and Justice Party hails the makers of the peaceful uprising, vowing to continue work for more freedom, dignity and justice.

Egypt-actus's insight:

In memory of our glorious revolution, we pay tribute to our honorable martyrs who gave their lives for our freedom and our dignity, a tribute to the great people of Egypt, who rejected injustice and proved their ability to overthrow heads of the corrupt regime, a tribute to the people who chose to keep the revolution peaceful – evidence of their civilized nature, a tribute to the brave army of Egypt, who proved that they support the choice of the people and the revolution.


The people decided to forge forward with the construction of a modern democratic State, turning to the ballot box, and electing – for the first time – a civilian president for Egypt. Thus the ruler became a worker in the employ of the people, not a guardian over them. The people also voted their approval of the first constitution written by their representatives under the custodianship of no tyrant, or occupier.
Egyptians have achieved those accomplishments amid whirlwinds that threatened to sweep the homeland to an unknown fate. Here we are preparing for the election of the new parliament, hoping it will reflect all spectrums of society and form a new government qualified to lead the nation and contribute with the elected president to the establishment of a renaissance worthy of Egypt and its people.
We believe that this homeland’s future is bright. It is blessed with great human and material resources. We also believe that the great Egyptian people can overcome all odds.
The Freedom and Justice Party and all its members have made a pledge to God to spare no effort and do everything in their power to complete the march of the Revolution. We also pledge to God to put our hands in the hands of all the loyal people of this homeland – without discrimination based on orientations or leanings – to achieve freedom, dignity and social justice.
Freedom and Justice Party – Egypt – January 24, 2013(Ikhwan web)
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: la révolution permanente ?

Egypte: la révolution permanente ? | Égypt-actus | Scoop.it

Les Egyptiens célèbrent ce vendredi le deuxième anniversaire du début du soulèvement populaire qui a conduit à la chute d’Hosni Moubarak. Mais les festivités risquent d‘être houleuses, à l’instar de ce qui s’est passé ce jeudi au Caire : des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont eu lieu non loin de la Place Tahrir. Plusieurs jeunes disaient vouloir déplacer des blocs de béton installés dans certaines rues. Ils se sont heurtés à la police, qui a fait usage de gaz lacrymogènes. (vidéo)

Egypt-actus's insight:

Le président Mohamed Morsi a appelé à des célébrations “pacifiques” ce vendredi. Pas sûr qu’il soit entendu. Il faut dire qu’il cristallise une partie du mécontement des manifestants qui n’ont pas accepté l’arrivée des Frères musulmans au pouvoir, après la destitution d’Hosni Moubarak. L’opposition accuse le gouvernement issu de la mouvance islamiste d’avoir trahi l’esprit et les objectifs de la révolution.

Plusieurs groupes d’opposition ont appelé à la mobilisation ce vendredi sur la Place Tahrir.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte : deux ans après la révolution (France Info)

Egypte : deux ans après la révolution (France Info) | Égypt-actus | Scoop.it
Chute de Moubarak, élections, nouvelle constitution... L'Egypte a connu ces deux dernières années un chemin chaotique. Malgré la présence nouveau du Président, Mohamed Morsi, le pays loin cherche toujours sa voie.
Egypt-actus's insight:

Ce 25 janvier, l'Egypte fête un anniversaire, celui de deux ans de sa révolution. Pourtant, pour beaucoup d'Egyptiens, le coeur n'est pas à la fête. Une partie de ceux qui ont longuement lutter se demandent ce qu'est devenue la révolution égyptienne . Le pays a un nouveau Président, Mohamed Morsi, mais il n'est pas stabilisé pour autant.

Un pays toujours pas stabilisé

Le chef de file des frères musulmans a obtenu 64 % des suffrages au profit de la nouvelle constitution  mais les heurts sur la désormais célèbre Place Tahrir ne cesse pas pour autant. Le pays est divisé et aucun consensus n'est pour l'instant imaginable entre pros et antis Morsi.

La campagne sur le référendum constitutionnel et les affrontements qui en ont découlé ont divisé jusque dans les familles et les plaies sont loin d'être cicatrisées. Pas d'apaisement dans le pays d'autant que l'état de finances n'est pas au beau fixe.

La livre égyptienne s'écroule, le prix des produits s'envole

Et c'est sans doute économiquement que la situation est la plus critique.La Banque Centrale  ne peut compter que sur trois mois de réserves. La livre égyptienne s'écroule et par conséquent, le prix des produits importés explose.

 

 

Politiquement la crise est aussi sensible. Les opposants au régime en place, parle de "frérisation de la société" pour dénoncer l'emprise des des Frères musulmans sur tous les postes clefs.

Quant aux libertés individuelles , les dernières tentatives du gouverment pour tenter de faire taire l'humoriste Bassem Youssef  qui anime une émission critique à l'égard du pourvoir en place les vendredi soirs.

Plus largement, les condamnations pour insultes au Président ne cessent d'augmenter. Mais ils sont encore nombreux à ne pas vouloir baisser les bras et à ne pas vouloir céder la place aux pouvoir actuel. Comme l'explique le romancier Khaled al Khamissi.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Forum politique de la Confédération suisse : une exposition sur les révolutions arabes et leurs répercussions

Forum politique de la Confédération suisse :  une exposition sur les révolutions arabes et leurs répercussions | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt-actus's insight:

26 janvier - 31 mai 2013

Lieu

Käfigturm, Forum politique de la Confédération, Marktgasse 673003 Bern En décembre 2010, des émeutes éclataient dans l’ensemble de la Tunisie après que la nouvelle de l’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi, un marchand de fruits et légumes âgé de 26 ans, s’est répandue à grande vitesse. Le geste de Mohamed Bouazizi était dû aux nombreuses humiliations subies de la part des autorités et à l’absence de perspectives. Comme par un effet domino, des émeutes éclatèrent en Algérie et en Egypte en janvier 2011. En Jordanie, au Maroc, en Libye, en Syrie, au Royaume de Bahreïn, au Yémen et en Arabie saoudite, une partie de la population s’inspira de ces exemples et se mit aussi à protester contre les dysfonctionnements sociaux, économies et politiques. Les protestataires exigaient que des progrès soient faits dans ces trois domaines, afin de pouvoir vivre dans la dignité («Karama» en arabe).Deux ans plus tard, le sujet reste d’une actualité brûlante. Chaque jour, les médias nous informent de nouveaux développements dans le monde arabe.Que s’est-il passé il y a deux ans et qu’est-ce qui a provoqué ces événements ? Est-ce à l’utilisation des nouveaux médias que l’on doit la déstabilisation subite d’un nombre croissant de régimes qui opprimaient leurs peuples depuis longtemps ? Quelle est la situation dans le monde arabe deux ans après le début des révolutions ? A quoi doivent s’attendre les populations ? De quelle manière la Suisse est-elle concernée par les événements et comment y a-t-elle réagi ?
L’exposition et le programme des manifestations ont été élaborés conjointement avec la Direction du développement et de la coopération (DDC) et doivent contribuer à répondre à ces questions.De nombreuses conférences à la mi-journée ainsi qu'en soirée ont lieu en marge de l'exposition.
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Révolution égyptienne: Objectifs atteints?

Al Qarra - Alors que l’Egypte s’apprête à célébrer le deuxième anniversaire de sa révolution, les protestataires de la place Tahrir au Caire, se préparent déjà à manifester. Pour eux, l’heure n’est pas aux réjouissances, car  les objectifs de la révolution n’ont pas encore été atteints. Aux côtés de l’opposition, ils exprimeront vendredi leur colère contre le président Mohamed Morsi et les Frères musulmans dont il est issu.

Mohamed Fahmy, manifestant :

« Qu’est-ce qu’il y a à célébrer ? L’accident du train, le bateau qui a coulé, ou la pauvreté qui est omniprésente ? Seuls les pauvres payent. Je voudrais bien discuter avec ceux qui recherchent le pouvoir, qui aiment leur position et adorent l’argent, ces gens qui exercent le pouvoir aujourd’hui, et qui ont transformé la révolution en fortune personnelle ; ces gens qui font commerce de la religion, qu’ils soient musulmans, chrétiens ou juifs. La religion, c’est pour dieu, elle appartient à dieu, et nous sommes tous des adorateurs de dieu. La religion soigne. Comment un ministre peut-il dormir tranquillement dans son lit, quand des enfants dorment dehors ? »

Une vision de la révolution égyptienne que partage le Mouvement du 6-Avril, ce regroupement de jeunes révolutionnaires à l’origine du soulèvement.

Mahmoud Afifi, Porte-parole du Mouvement du 6-Avril.

« Le 25 janvier est une continuation de la révolution. Nous rejetons l’idée de célébrer quelque chose d’inachevé, qui n’a pas encore atteint ses objectifs principaux. La révolution s’est construite sur des principes fondamentaux, qui sont le pain, la liberté, la justice sociale et la dignité humaine. Pour ce qui est du pain, la pauvreté reste importante dans la société ; la liberté et la démocratie sont incomplètes, la justice sociale n’est pas accomplie jusqu’à maintenant. Tout cela s’ajoute à la justice pour les martyres, qui n’a toujours pas été obtenue ».  

De leur côté, les Frères musulmans du parti Liberté et Justice se réjouissent de cet anniversaire. Pour eux, l’Egypte a largement évoluée depuis la chute de d’Hosni Moubarak.

Hussein Ibrahim, Secrétaire général du parti Liberté et Justice

« Pour la première fois, il y a en Egypte un président civil élu. La seconde réalisation, c’est que pour la première fois, le peuple égyptien a mis en place par lui-même et pour lui-même une constitution. »

La confrérie n’a pas appelé ses partisans à contre-manifester vendredi. Elle prévoit, en revanche, de lancer une campagne caritative, en faveur des plus démunis. Au programme : l’envoie de volontaires pour rénover des écoles, la fourniture d’aide médicale et l’ouverture de marchés caritatifs, proposant des denrées à prix cassés.

 

Par Jihane Boudraa

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

ElBaradei: The revolution continues

ElBaradei: The revolution continues | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt-actus's insight:

Opposition leader Mohamed ElBaradei has called on Egyptians to take to protest on 25 January to mark the second anniversary of the revolution.

He addressed the nation through a recorded video message on Thursday afternoon.

The head of opposition Al-Dostour Party said Egyptians should protest to show the revolution continues and that they will not stop until its goals are achieved.

“Yes, it will take time but we have to put ourselves on the right track. We have to see every poor person able to eat, every sick person able to get treatment, every child getting an education… all of this has to be achieved,” he said.

ElBaradei said among the reasons why people should protest is to demand unity among Egyptians and to demand a constitution that represents all Egyptians.

“I am going to protest to say I want free and fair elections. I want laws that will guarantee that all individuals from all sects will be represented in the elections,” he said. 

More : http://www.dailynewsegypt.com/2013/01/24/elbaradei-the-revolution-continues/

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt's revolution: 'we started to chant, and the group started to get bigger …' - video

Yassir Hamouda, a member of the 6 April Movement, went out with 50 others on 25 January 2011 demanding bread, freedom and social justice. He describes how the protest snowballed into the overthrow of Mubarak, and how he feels the revolution was appropriated by the Muslim Brotherhood and the US

• This video interview is part of a series marking the second anniversary of the Tahrir Square revolution, produced by Samar Media

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Echauffourées à l'aube à Kasr El-Eini

Echauffourées à l'aube à Kasr El-Eini | Égypt-actus | Scoop.it

Des dizaines de protestataires de Tahrir ont détruit jeudi matin, une partie des blocs de béton qui les séparent de la police  dans la rue Kasr el Eini.  

Ces affrontements  brusques ont éclaté à l’aube entre les manifestants et les forces de sécurité, à la veille du 2ème anniversaire de la Révolution.

 

Les heurts ont eu lieu à proximité de la Shura, des deux côtés du "mur" de béton, bloquant la rue. Les manifestants ont jeté des pierres et cocktails molotov sur les forces de sécurité qui ont riposté avec des bombes lacrymogènes.


Des sources de sécurité ont déclaré à Al-Masri Al-Youm que les affrontements ont commencé après la tentative des manifestants de détruire le « mur » et le détachement de quelques blocs de béton.

 

 

Traduction par Randa CHART

هدم العشرات من المعتصمين في ميدان التحرير، فجر الخميس، جزءا من الجدار الخرساني العازل الذي يفصلهم عن الشرطة في شارع قصر العيني، وسط اشتباكات متقطعة بين المتظاهرين وقوات الأمن المركزي.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Ça s’est passé un 24 janvier en Égypte

Ça s’est passé un 24 janvier en Égypte | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt-actus's insight:

- 24 janvier 1800 (4 Pluviôse an VIII) : Bonaparte ayant quitté la terre d’Égypte pour rentrer en France, le commandement de la Campagne d’Egypte est confié au général Kléber, qui doit faire face à un véritable soulèvement populaire. Jugeant la lutte impossible, Kléber signe la convention d’El-Arich qui doit préparer l’évacuation de l’Égypte. Mais l’attitude de l’Angleterre, qui exige une reddition sans condition, va prolonger le conflit jusqu’au mois de septembre 1801, date à laquelle Menou, général converti à l’islam et successeur de Kléber, signe une capitulation honorable.
Extraits du texte de la convetion :
“L'armée française en Egypte, voulant donner une preuve de ses désirs d'arrêter l'effusion du sang, et de voir cesser les malheureuses querelles survenues entre la République française et la Sublime-Porte , consent à évacuer l'Egypte, d'après les dispositions de la présente convention, espérant que cette concession pourra être un acheminement à la pacification générale de l'Europe.” (...)
Art. 9. La restitution des biens et des propriétés des habitants et des sujets de part et d'autre, ou le remboursement de leur valeur aux propriétaires, commencera immédiatement après l'évacuation de l'Egypte, et sera réglée à Constantinople par des commissaires nommés respectivement pour cet objet.
Art. 10. Aucun habitant de l'Egypte, de quelque religion qu'il soit, ne sera inquiété, ni dans sa personne , ni dans ses biens, pour les liaisons qu'il pourra avoir eues avec les Français, pendant leur occupation de l'Egypte.”

- 24 janvier 2010 : l'IRD (Institut de recherche pour le développement) signe une importante convention de partenariat scientifique et technique avec le Fonds égyptien pour la Science et le développement technologique (STDF). Un fonds de 1,8 millions d'euros par an, financé à parité, est mis en place sur une période de quatre ans pour financer des projets de recherche conjoints présentés par des équipes franco-égyptiennes, mais aussi d'autres instruments de coopération tels que les Chaires croisées d'excellence et les bourses d'échanges scientifiques.

- 24 janvier 2011 : plusieurs mouvements politiques appellent à “une journée de colère” dans les rues du Caire. Le communiqué du “Mouvement du 6 avril” précise les différents points où les manifestants doivent se retrouver en début d’après-midi : rue de la Ligue arabe dans le quartier de Mohandissîn, le rond-point Shubra (Midân Shubra), Place al-Matariyya (Midân al-Matariyya) et Université du Caire. Les différents cortèges doivent converger à 17 heures devant l’immeuble du Ministère de l’Intérieur, rue Muhammad Mahmoud dans le quartier de Abdîn, près de la place Tahrîr. Le texte du communiqué indique que participeront “jusqu’à nouvel ordre” aux manifestations les Ultras de Ahli, les Ultras de Zamâlek, les étudiants des Universités égyptiennes privées, les ouvriers de l’usine de textile et de tissu de Mahala, les fonctionnaires des “centres d’information”. D’autres groupes sont mentionnés, comme les médecins, les avocats, les ingénieurs, les professeurs d’Université, les instituteurs.
La participation des gouvernorats est également prévue : la ville d’al-Mansourat dans le gouvernorat de Daqahliyya, la ville de Mahalla al-Kubra dans le gouvernorat de Gharbiyya, le gouvernorat d’Alexandrie, de Kafr al-Cheikh, de Dumîat (région du Delta), les gouvernorats de Suez, d’Ismâ’illiya, de Port Saïd (gouvernorats du Canal de Suez), d’Assiout et de Sûhâg (vallée du Nil). Trois gouvernorats du Delta – al-Charqiyya, Qalyûbiyya, Minûfiyya – sont censés se joindre aux manifestants du Caire. Deux gouvernorats de la vallée du Nil – Qina et al-Minniya – devront, eux, rejoindre aux manifestants d’Assiout. Une mobilisation large des habitants du Sinaï figure également dans le texte du communiqué. Les revendications sont énoncées dans l’ordre suivant : “salaire minimum de 1200 livres égyptiennes par mois [150 euros], annulation de l’état d’urgence, démission du Ministère de l’Intérieur Habib al-Adli et jugement des officiers qui ont commis des crimes contre le peuple égyptien”. (Cedej)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte : les femmes mieux organisées deux ans après la Révolution

Egypte : les femmes mieux organisées deux ans après la Révolution | Égypt-actus | Scoop.it
Par Véronique Gaymard

Au milieu de la place Tahrir, les tentes des révolutionnaires se sont installées à nouveau : c’est le musée de la Révolution. Des expositions de photos, de dessins, d’inscriptions sur des panneaux, racontent les étapes de la Révolution depuis janvier 2011. Certaines Egyptiennes profitent de ce lieu de liberté pour exprimer leur détermination à faire évoluer le droit des femmes dans la société égyptienne.

Egypt-actus's insight:

Ecouter : http://telechargement.rfi.fr.edgesuite.net/rfi/francais/audio/modules/actu/201301/REP_INTL_EGYPTE_Femmes_mieux_organisees_apres_la_revolution.mp3

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Brotherhood: We will not be in Tahrir on revolution anniversary

The Muslim Brotherhood will not be in Tahrir Square for the 25 January revolution anniversary Friday, Ahmed Aref, spokesperson for the group, said.
Egypt-actus's insight:

Aref posted on Facebook Wednesday, saying the Brotherhood would instead be working in a campaign to rebuild 1,800 schools and 650,000 medical units.

Opposition groups plan to commemorate the revolution and demonstrate against the Brotherhood, the Constitution and the mostly Islamist assembly that drafted it.

They also plan to demand the toppling of the new, Brotherhood-led regime, and the fulfillment of the revolution’s demands, mainly social justice and punishment for those involved in killing protesters during the revolution.

Edited translation from Al-Masry Al-Youm

more...
No comment yet.