Égypt-actus
Follow
Find
384.4K views | +0 today
Égypt-actus
Égypt-actus
revue de presse sur l'actualité culturelle, archéologique, politique et sociale de l'Égypte
Curated by Egypt-actus
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Election du pape orthodoxe : Les coptes satisfaits

L’annonce, samedi, des 5 finalistes choisis par le comité électoral a été bien accueillie par la communauté copte. Plusieurs évêques controversés ont, en effet, été écartés.
Le prochain pape sera l’un des 5 candidats retenus par le comité électoral, dont les noms ont été annoncés samedi, lors d’une conférence de presse donnée par le patriarche intérimaire, Mgr Pachomius. Il s’agit de 2 évêques, Raphaël, diplômé de la faculté de médecine et né en 1954, aujourd’hui responsable des églises du centre-ville, et Tawodros, diplômé de la faculté de pharmacie et né en 1952, actuellement évêque auxiliaire de Béheira ; et de 3 moines moins connus : Pachomius et Seraphim du monastère Al-Syriane, à Wadi Al-Natroun, et du père Raphaël du monastère Mar Mina, près d’Alexandrie. Cette liste finale a créé la surprise parce qu’elle exclut plusieurs grandes personnalités de l’Eglise, notamment le cercle immédiat du patriarche défunt, Chénouda III, décédé en mars dernier. Parmi ces évêques figure notamment Mgr Bichoy, secrétaire général du saint-synode et connu pour son caractère rigide et ses déclarations peu amènes envers les musulmans et les protestants. 2 autres secrétaires de l’ex-pape ont été éliminés : Youannes, accusé de nourrir des ambitions hiérarchiques, et Boutros, pourtant connu pour sa bonhomie et sa simplicité.

Plus : http://hebdo.ahram.org.eg/NewsContent/944/1/130/497/Les-coptes-satisfaits.aspx

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Alexandre Adler: «L’islamisme, un courant qui s’essoufflera»

Alexandre Adler: «L’islamisme, un courant qui s’essoufflera» | Égypt-actus | Scoop.it

Les réfugiés du Moyen-Orient, la « rue » et les révolutions islamiques, la crise syrienne, le terrorisme... : la géopolitique semble être bouleversée par de nouveaux enjeux d'ordre religieux. Dans ce contexte, Alexandre Adler, historien et journaliste, spécialiste des relations internationales, et Vladimir Fédorovski, ancien diplomate russe, publient « L'islamisme va-t-il gagner ? », aux Editions du Rocher. Entretien avec Alexandre Adler sur les influences de l’islamisme dans le monde.

 

Alexandre Adler : "Comme le fascisme, le nazisme ou le communisme, l’islamisme est plein de contradictions. Son sort est intimement lié à la mise en place de la démocratie. Qu’ils le veuillent ou non, ils doivent composer avec les idées libérales. Le printemps arabe a réveillé une jeunesse ardente et courageuse qui s’est levée contre la répression. L’islamisme n’éteindra pas cette flamme.

Les islamistes doivent aussi tenir compte d’une séparation entre sunnites et chiites qui les divise en profondeur. Les Iraniens et les Frères musulmans, par exemple, se haïssent tellement qu’aucune alliance n’est envisageable. Enfin, leur dernière faiblesse tient aussi à leur division sur leur rapport avec les États-Unis. Un peu comme du temps des Soviétiques, ils ne parviennent pas à se mettre d’accord. Les pays pétroliers, l’Arabie saoudite en particulier, entretiennent une relation ambiguë avec les Américains.

Le premier objectif des islamistes d’Arabie saoudite est la lutte armée en vue de balayer le régime syrien, de refouler les chiites irakiens et de créer ainsi progressivement les conditions d’un conflit avec Israël."

 

Plus : http://www.jolpress.com/alexandre-adler-islamisme-freres-musulmans-chiites-sunnites-charia-egypte-arabie-saoudite-merah-israel-printemps-arabe-article-814125.html

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Programme TV : Les dix plaies d'Egypte

Programme TV : Les dix plaies d'Egypte | Égypt-actus | Scoop.it

18/10/2012 - 21H40 - Série - Documentaire - France 5

 

A la lumière de la science actuelle, les experts reviennent sur les dix plaies d'Egypte décrites dans le Livre de l'Exode de l'Ancien Testament. Il y a environ 3 500 ans, une série de fléaux se seraient abattus sur l'Egypte et sur son peuple. Cette série, sous forme d'enquête scientifique, tente d'en décrypter la réalité historique et la dimension symbolique. Malgré une série de six fléaux, le pharaon s'entête à retenir les Hébreux et à les persécuter. Dieu décide donc de frapper plus fort et de poursuivre avec trois autres catastrophes : l'orage et la grêle, la nuée de sauterelles puis les ténèbres.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Police abuse continuing, say rights groups

Police abuse continuing, say rights groups | Égypt-actus | Scoop.it
Representatives of 24 human rights organizations and political activists said that reforming the Interior Ministry is not one of President Mohamed Morsy's priorities, which allows police to continue to abuse citizens.

Among the groups and organizations in the conference were the Arab Penal Reform Organization, the Human Rights Association for the Assistance of the Prisoners, and the Egyptian Association for Community Participation Enhancement.

At a conference organized by the Arab Program for Human Rights Activists on Tuesday, program chairman Haggag Nayel said the reason the police continue the same violations they committed under Mubarak and the military council is because the political leadership is reluctant to change the situation.

“It seems the president gave the green light to the Interior Ministry to do as it pleases as long as it maintains security and protects the regime,” Nayel said.

Mohamed Nabil Omar, secretary general of the Police Officers Syndicate, which is still being established, said the police must stop playing politics and concentrate on the security of the citizens and the state.

Retired police officer Fouad Allam said the whole state would be affected if the police forces err. “We must punish police officers who abuse their power on citizens,” he said. “But we must equally punish citizens who offend the police.”

Police brutality, corruption and torture were some of the major issues that fueled the 25 January revolution. Mubarak’s police force was notorious for torturing suspects, often to death, and committing human rights violations. Many people say police brutality has not abated since Mubarak’s fall.

Edited translation from Al-Masry Al-Youm

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Constitution affirms Brotherhood policy to marginalize intellectuals, says Writers Union

The Writers Union issued a statement on Wednesday criticizing the Muslim Brotherhood for marginalizing intellectuals because the draft of the new constitution does not include articles on their role.

The statement said intellectuals are the soft power that strengthens Egypt in the Arab and international arenas.

The draft gives the president the power to appoint a quarter of the members of the Senate from officials, ministers and former ambassadors, but did not mention writers, thinkers and artists and intellectuals, the statement added, who are the nation's conscience and mind.

However, the union continued, intellectuals reject the idea that the executive power can appoint members in the Senate in the first place, as they are supposed to be elected by the people.

They also reject the idea that the president can appoint the head of the Supreme Constitutional Court, the highest judicial body, who the union said should also be elected or appointed based on seniority.

The statement concluded that the draft gives the president powers reminiscent to those held by Hosni Mubarak before the revolution, a result of the Constituent Assembly being formed from a single ideological trend that seeks to dominate the nation.

On Tuesday, the Supreme Constitutional Court expressed similar concerns over the draft of the new constitution issued last week. Court president Maher al-Beheiry labeled the articles pertaining to the court’s status "a step backwards and a flagrant intervention in the court's affairs."

He added, at a press conference, that the court will remain in permanent session until amendments are made to the provisions which "endanger the court's independence." (Al-Masry Al-Youm)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Fête de l'égyptologie 2012 à Grenoble

Reportage sur la fête de l'égyptologie organisée par l'ADEC à Grenoble.
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Histoires d'exilés en Méditerranée

Histoires d'exilés en Méditerranée | Égypt-actus | Scoop.it

Une vidéo TV5 Monde

 

Maghreb-Orient Express" s'intéresse cette semaine aux histoires de vie et d'exil en Méditerranée, à ces destins qui se croisent et à ces itinéraires d'hier et d'aujourd'hui en Égypte, au Liban ou en Algérie. Comment peut-on réinventer son identité quand on se sent étranger dans le pays de ses ancêtres ? Mohamed Kaci reçoit deux réalisatrices et un écrivain venu du Caire.

 

Pour en débattre
- Sofia Djama, réalisatrice du film "Mollement un samedi matin" présenté au FIDEL (le festival images de la diversité et de l'égalité, du 18 au 21 octobre 2012 à Paris).
- Jihane Chouaib, réalisatrice du long-métrage documentaire "Pays rêvé" présenté au FIDEL.
- Khaled Al Khamissi, auteur de "L'Arche de Noé" qui vient de paraître aux éditions Actes Sud.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt papal elections advanced to October 29

Egypt papal elections advanced to October 29 | Égypt-actus | Scoop.it

Egypt's Coptic Orthodox Church will hold its papal elections on October 29 instead of November 24, announced Bishop Paul.

In light of this advancement, a new Pope will be elected by November 4 instead of December 2, reported the Middle East News Agency.

One of three final candidates who garner the most votes on November 4 will be drawn by a blindfolded child in accordance with the church's traditions.

According to Coptic Church traditions, papal elections must take place within 30 days of announcing the final list of candidates. This means a new Pope must assume the post by November 13 at the most

Pope Shenouda, who headed the Coptic Church from 1971, died on March 17, earlier this year, at the age of 88. (Aswat Masriya)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: Controverses sur la charia et les droits des femmes dans la Constitution

Egypte: Controverses sur la charia et les droits des femmes dans la Constitution | Égypt-actus | Scoop.it

Dans le premier jet de la Constitution qu’a rendu public ce dimanche un comité composé en majorité de Frères musulmans et de salafistes, l’égalité des sexes et la liberté de pensée et d’expression ne semblent pas complètement garanties, et l’inclusion du mot « charia », même s’il était déjà présent dans les textes passés, suscite beaucoup de réticence chez certains.

Tout ce qui avait filtré de de cette Constitution, jusqu’à présent, n’était pas officiel, car, pour on ne sait quelle raison, la rédaction en était presque un secret défense… Aujourd’hui, le texte présenté n’est toujours pas définitif, mais le débat est dorénavant public: les nombreuses manifestations devant le palais présidentiel ou le siège de la Constituante ont porté leurs fruits.

Les peurs et les revendications sont enflammées des deux côtés, mais tout compte fait, on n’a toujours pas parlé du type de pouvoir à venir, parlementaire ou présidentiel, du mode de scrutin etc. (Sophie Anmuth)

Plus : http://blog.slateafrique.com/nouvelles-du-caire/2012/10/16/egypte-controverses-sur-la-charia-et-les-droits-des-femmes-dans-la-constitution/

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

The Anatomy of Egyptian Revolution: From 25th of January to the New Constitution

The Anatomy of Egyptian Revolution: From 25th of January to the New Constitution | Égypt-actus | Scoop.it
Since the first day the governments in the Middle East and North Africa began to tremble, the region has become the focus point for the world, as well as Turkey. Without a doubt, Egypt has played an important part in this. After having ruled the country with autocracy for thirty years, Hosni Mubarak was forced to leave office on February 11, 2011 after two weeks of intense public pressure. It was surprising that Mubarak, whose power and authoritarian rule—supported by the U.S. and the Egyptian Army—was thought to be indestructible, was overthrown in only 18 days. In fact, the revolution process in Egypt had begun long before Ben Ali was forced to leave office in Tunisia and protesters gathered in Tahrir square. This process was shaped to a great extent by the opposition, notably the Muslim Brotherhood who started getting organized in the 2000s; the youth movements that used technological savvy to get organized and the Egyptian army who refused to suppress the numerous worker strikes and protests between 2004 and 2008.

The three fundamental factors of the Arab revolution processes, “bread,” “freedom,” and “dignity”, also constituted the fundamental demands of the protesters in Egypt. Structural problems that hindered the economic development of the country and the “closed circuit” structure of wealth distribution caused by the autocratic regime prepared the platform for the people of Egypt to revolt for “bread.” Therefore, it is not a coincidence that the workers and the youth assumed leading roles in the change process in Egypt. The oppressive order of the state of exception and the anti-democratic Mubarak regime incapable of meeting the public’s demands and tendencies proved the justness of the protesters’ cause and their slogans for “freedom” in Tahrir Square. The Egyptian administration’s silence on the invasion of Iraq was the last straw in its blatant disregard of people’s dissatisfaction of the moderate relationship it maintained with Israel on Camp David platform. Meanwhile, the youth who have bonded in the increasing numbers of protests and made effective use of the social media constituted the grounds for the grand demonstrations in the recent months.

As the idea of a “New Egypt” is taking shape, each group has envisions a future for Egypt from their own perspective. In this processes of envisioning, the factors that will be determinative of Egypt’s future seem to be at the foremost the Army, the Muslim Brotherhood which is the most organized representative of the Islamist faction, Kefaya which brings different sections of the society together, the youth movements such as the April 6th movement, and the representatives of the working class. The reflections of this new landscape will reflect the shifts in the process of constructing the new political makeup of Egypt in relation to the positions political actors will take and the type of relations they will maintain with the Army.

Having failed to anticipate Egypt’s transformation, the United States now tries to influence the formation of the “New Egypt” from outside. The U.S. priority is to have a new political regime in Egypt which is as compatible with American interests in the region as possible and which allays Israeli concerns about security as possible. It would be unrealistic to expect the army which maintained close relations with the U.S. for years to suddenly abandon politics completely. One must also note that the Egyptian army is well-liked by the Egyptian people and the army refused to intervene in the protests with violence. The Egyptian army will seek to maintain its effectiveness in the new political regime both because of its respected and powerful position within the Egyptian system and its significant role in the economy. In this vein, the “New Egypt” will be shaped to a great extent by a “negotiation” process between the army and the political actors in opposition. In this negotiation process, the U.S. is expected to exert its influence in order to shape the process according to its own interests. Therefore, it is likely that Egypt’s transition to democracy will be a long and difficult process.

The temporary constitution in Egypt was approved in the referendum held on March 19, 2011 with 77 percent yes vote. Parliamentary elections and presidential elections are expected to be held in June and September respectively. Although the Muslim Brotherhood will not nominate a candidate to run in the presidential elections, it seems that it has begun to exert its influence in the parliamentary elections and will draw significant support. Reports claiming that U.S. policy may establish a “moderate” relationship with the Muslim Brotherhood reveal the likely American approaches to the potential “Islamist” actors in the post-revolutionary political regime. It is evident that the U.S.—which has, to date, worked with autocratic leaders in many Middle Eastern countries—must now negotiate with multi-lateral political structures with multi-actors. Egypt is a typical example of this.

While the initially ambiguous American position has become increasingly clear, the EU did nothing other than stating the necessity to meet protesters’ demands. It must also be noted that the UK, made tangible efforts to carve a space for itself in the post-Mubarak Egypt. It can also be stated that while the Arab League and Iran are playing a waiting game regarding the change in Egypt, crucial actors such as China and Russia wait “cautiously and anxiously.” Because the results of the Arab revolutions are uncertain, China, concerned with the success of its economic investments especially in Africa, supports the status quo. Russia, which has had limited influence in the region under the Camp David order, similar to China, supports the status quo both because its wariness of the direction the change process in Egypt is taking and its suspicion that U.S may become the external determinative factor of that change.

On the other hand, Turkey, which has been considered a “source of inspiration” for the demands that triggered the revolutions in the Middle East, believed from the beginning that governments must pay attention to the social demands of their people. Turkey has taken a principled stance in this change process in the Middle East by becoming the first to advise Hosni Mubarak to pay attention to the public’s demands. Emphasizing that every Arab and African community deserves a constitutional state which respects human rights on the basis of justice and democracy and that the inevitable change process must be managed peacefully, Turkey reiterates at every turn that it will give any necessary support. That Turkey did not support the 2003 American invasion of Iraq has increased its diplomatic influence. Moreover, Turkey’s positive, constructive attitude during the Arab revolutions and its bold initiative signify that it will play an effective role in the “new Middle East.”

 

Download : http://setav.org/public/indir.aspx?yol=%2fups%2fdosya%2f106846.pdf&baslik=The+Anatomy+of+Egyptian+Revolution

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Enquête en Egypte contre le maréchal Tantaoui et le général Enan

Une enquête a été ouverte en Egypte contre le maréchal Hussein Tantaoui, qui dirigeait le Conseil suprême des forces armées (CSFA), et le général Sami Enan, ex-chef d'état-major des forces armées, évincés par le président Mohamed Morsi.

Le juge civil à l'origine de ces investigations veut déterminer leur degré de responsabilité dans les décès de manifestants lorsque l'armée assurait le pouvoir, entre la chute d'Hosni Moubarak, en février 2011, et l'investiture de Mohamed Morsi à la présidence, le 30 juin dernier.

"Plus de 136 chefs d'accusation ont été déposés contre le maréchal Hussein Tantaoui et le chef d'état-major, le général Sami Enan", a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Le juge Tharouat Hammad enquête sur la base de plaintes déposées par des proches de victimes.

Les plaintes portent sur plusieurs épisodes parmi les plus sanglants qui ont émaillé les 17 mois pendant lesquels l'Egypte a été gouvernée par les militaires du CSFA, dont l'intervention de soldats contre une manifestation de chrétiens coptes qui s'est soldée par la mort de 25 personnes en octobre 2011.

Le maréchal Tantaoui et le général Enan ont été contraints à quitter leurs fonctions en août. Le président Morsi, issu des frères musulmans, les a évincés à la suite de la mort de 16 gardes-frontières égyptiens lors d'affrontements dans le Sinaï avec des islamistes présumés. Ils ont été nommés à des postes de conseiller.

Marwa Awad; Henri-Pierre André pour le service français (Reuters, via Challenges.fr)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

New Coptic Pope to be named 4 November

The spokesman of Egypt's Coptic Orthodox Church, Bishop Paul, has announced that the new Coptic Orthodox Patriarch will be chosen on 4 November.

Three out of the current list of five candidates will be selected on 29 October, and their names will be put into the altar lottery, which will take place on 4 November.

The current final candidates were announced earlier this week.

The lottery will determine the successor to Pope Shenouda, who held the apostolic throne from 1971 until his death last March.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

"Candygirl", an Egyptian novel, by M.M. Tawfik

"Candygirl", an Egyptian novel, by M.M. Tawfik | Égypt-actus | Scoop.it

Trying to evade intelligence agencies out to assassinate him, the Cerebellum, an Egyptian scientist with a past association with the Iraqi nuclear program, rents a room on the roof of a brothel in a Cairo slum. His interaction with the other residents is limited; instead he spends most of his time in the virtual world, where he has a love affair with candygirl, a gorgeous avatar. On the other side of the planet, an ex-NSA agent has joined a secret organization whose mission is to assassinate Iraqi scientists. He does not allow his doubts about the legality—or the ethics—of his mission to interfere with his work. He chases his victim relentlessly, but when his top-of-the-line equipment fails to locate the Cerebellum in Cairo’s slums, he takes the chase to the virtual world.

The American University in Cairo Press, 2012, 24 p.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Vers un régime semi-présidentiel, par Samar Al-Gamal

Vers un régime semi-présidentiel, par Samar Al-Gamal | Égypt-actus | Scoop.it

Le fameux juge Hossam Gheriani prend place sur l’estrade, ajuste ses lunettes, se pose devant le micro avant de lancer une série de directives à l’assistance d’une petite salle de la Choura (Chambre haute du Parlement). Le président de l’assemblée constituante ressemble davantage à un directeur d’école qui n’hésite pas à lancer des remarques sarcastiques en lisant les notes des membres ou en les interrompant durant leurs interventions. En théorie, ils sont 100 membres, mais les présents ne sont pas plus de 25. Une dernière séance avant que la constituante ne rende public un premier jet, incomplet d’ailleurs.
« J’invite la société égyptienne à travers tout le pays à s’emparer de ce premier jet et à dire si cet article est bon, mauvais, ou peut être amélioré, c’est ce que je propose », a déclaré Mohamad Beltagui, membre de la constituante et du Parti Liberté et justice né de la confrérie des Frères musulmans.

Autant que le chapitre sur les libertés, celui consacré à la justice et aux pouvoirs exécutif et législatif soulève un vif débat (lire pages 4 et 5).

Selon le texte, le président de la République reste l’homme fort du pays, même si certains de ses pouvoirs iront au profit du Parlement. Une sorte de rupture avec les régimes précédents qui faisaient du président un pharaon maître de tout.

L’ancienne Constitution, datant de 1971, n’imposait, après modifications dix ans plus tard, aucune limite au nombre de mandats présidentiels. Le document remis propose de les limiter à deux mandats, à l’instar de l’amendement constitutionnel approuvé après la chute de Moubarak.

Le président de la République continuera à nommer les premiers ministres conformément à l’article 145. Pourtant, selon le même article, le chef du gouvernement et son gouvernement doivent obtenir la confiance du Parlement, si ce dernier la rejette, le président sera obligé de proposer un autre nom, et en cas de second refus, c’est le Parlement qui nommera le premier ministre. Le président de la République dispose pourtant dans ce cas du droit de dissoudre le Parlement. « Environ 60 % des prérogatives du chef de l’Etat ont été retirées », dit Gamal Guébril, président de la commission chargée de rédiger les chapitres liés au « système de gouvernance ».

Autre mesure rompant avec le régime dictatorial : le président de la République doit obtenir l’aval du premier ministre, puis de la majorité des députés au Parlement avant de proclamer l’état d’urgence (article (). Il ne peut pas non plus déclarer la guerre ou envoyer des troupes à l’étranger sans une approbation des députés, comme le propose l’article 152.

Du passé, le président de la République maintient le droit de promulguer des lois, d’utiliser la « grâce présidentielle » contre des condamnés, de conclure des accords internationaux, de nommer le personnel militaire et il reste le commandant suprême des forces armées, dirigeant aussi le Conseil de défense national, sans exigence de transparence de la part de l’armée, ni de contrôle civil, au moins sur son budget.

Le chef de l’Etat dispose aussi du droit de nommer les présidents desdits « organismes indépendants », a l’instar de l’organisme des comptes, alors que leur statut devrait être protégé par une indépendance totale du pouvoir exécutif.

De nombreuses questions restent d’ailleurs assez floues lorsqu’il s’agit du chef de l’Etat, notamment sa remise en question. Accuser le président de « trahison majeure », de « crime » ou « d’abus de pouvoir » doit figurer dans une demande d’au moins un tiers des députés, laquelle doit être ensuite approuvée par les deux tiers des députés. Auquel cas, le chef de l’Etat comparaîtra devant un tribunal « spécial » dirigé par le président de la Haute Cour constitutionnelle.

Le texte provisoire permet à l’actuel chef de l’Etat, Mohamad Morsi, d’achever son mandat de 4 ans même après le vote par référendum populaire sur la nouvelle Constitution. Et un autre texte provisoire abroge le poste « obligatoire » du vice-président, adopté après la dernière présidentielle. Ainsi, en cas de vacance de pouvoir, c’est le président du Parlement qui assure l’intérim. Les partisans de cette annulation défendent leur position par les pouvoirs accordés au Parlement et au premier ministre et parlent d’un régime semi-présidentiel même si, sur le fond, beaucoup d’étapes sont encore à franchir. (Al-Ahram Hebdo)

Plus ; http://hebdo.ahram.org.eg/NewsContent/944/10/124/485/Vers-un-r%C3%A9gime-semipr%C3%A9sidentiel-.aspx

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Quelle Constitution pour l’Egypte ? par Hicham Mourad

Quelle Constitution pour l’Egypte ? par Hicham Mourad | Égypt-actus | Scoop.it
Dans une scène qui nous a rappelé les plus sombres épisodes de la période de transition, des accrochages violents ont éclaté vendredi 12 octobre à la place Tahrir entre, d’un côté, des centaines de membres des forces libérales et révolutionnaires et, de l’autre, des Frères musulmans et des partisans du président islamiste Mohamad Morsi.

Le risque d’un tel affrontement était prévisible depuis que la confrérie a décidé, mercredi dernier, d’organiser à la place Tahrir une manifestation pour protester contre l’acquittement de 24 responsables du régime de Moubarak, accusés d’avoir tué et blessé des manifestants pacifiques lors de la fameuse bataille dite du « Chameau », le 2 février 2011.

Les forces libérales avaient auparavant prévu de manifester le même jour et à la même place contre les promesses « non tenues » de Morsi pendant ses premiers cent jours au pouvoir, qui viennent de s’achever. Ils entendaient également protester, entre autres, contre le manque de progrès en matière de justice sociale et, surtout contre la composition, dominée par les islamistes, et le travail jusque-là accompli par l’assemblée constituante chargée de rédiger une nouvelle Constitution reflétant les idéaux de la révolution du 25 janvier.

La décision des Frères musulmans de tenir leur manifestation le même jour et au même endroit de celle prévue par les forces libérales était à l’évidence destinée à éclipser, à porter ombrage et à contenir les protestations des libéraux contre le président et la confrérie en général. Mais le mal causé était plus nuisible aux Frères musulmans, qui ont donné, ou confirmé, l’image de ceux qui n’acceptent pas, ou supportent mal, l’opposition. Finalement, ce fâcheux épisode ne pouvait qu’assombrir le climat déjà tendu entre islamistes et libéraux sur la rédaction de la Constitution, une tâche majeure de la période de transition.

Après plus de 50 sessions de travail, l’assemblée constituante a présenté, mercredi 10 octobre, un avant-projet de la Constitution.

Dans cette ébauche, des avancées ont été faites, mais plusieurs zones d’ombre subsistent et du progrès reste à faire. A l’actif du projet, sur le rapport entre l’Etat et la religion, on note le maintien en l’état de l’article 2 de la Constitution de 1971, stipulant que « les principes de la charia sont la source principale de la législation », contrairement aux souhaits des salafistes ultraconservateurs qui voulaient remplacer « principes » par le terme plus contraignant de « règles ». Des doutes demeurent toutefois sur le rôle qui serait assigné à l’institution d’Al-Azhar, la plus haute autorité sunnite, pour juger de la conformité des lois à la charia islamique.

Alors que les salafistes voulaient donner à Al-Azhar l’ultime droit de juger de cette conformité, les libéraux rejetaient catégoriquement un tel droit à une institution religieuse de peur de reproduire le modèle iranien, où les religieux ont la haute main sur la politique. Une possible solution de compromis serait d’accorder à Al-Azhar un rôle consultatif en la matière.

Sous l’impulsion des islamistes, la place de la religion apparaît en d’autres endroits du texte, notamment concernant les droits des femmes, et suscite controverse. Dénoncé avec véhémence par les féministes, l’article 36 du projet de la Constitution précise que les hommes et les femmes sont égaux tant que cette égalité n’est pas contraire aux « règles » de la charia, et que l’Etat veille à assurer un équilibre entre les devoirs de la femme envers sa famille et son travail dans la société. Les organisations de défense des droits de la femme accusent cet article de porter atteinte au droit des femmes au travail et à leur indépendance financière.

Les islamistes, de leur côté, ne cachent pas leur opposition à une égalité parfaite entre hommes et femmes, et assurent que beaucoup de maux sociaux s’expliquent par l’abandon ou la négligence des mères de leurs devoirs envers leurs enfants, en raison de leur travail. Rien n’indique pour le moment comment les féministes, qui ont multiplié ces derniers temps les manifestations de protestations contre ce texte, pourraient en modifier la formulation.

Une avancée majeure dans la nouvelle Constitution est la limitation des pouvoirs de l’exécutif.

Suite : http://hebdo.ahram.org.eg/NewsContent/0/4/132/448/Quelle-Constitution-pour-l%E2%80%99Egypte---.aspx

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt : Arab tourism increases 66% in August

Egypt : Arab tourism increases 66% in August | Égypt-actus | Scoop.it
The number of Arab tourists who visited Egypt in August was about 216,000, compared to 130,000 tourists during August 2011, an increase of 66 percent, the Egyptian Central Agency for Public Mobilization and Statistics said Wednesday.

The state-run agency, which monitors economic and social indicators, said in a report that the total number of tourists who visited Egypt in August was 1 million, compared to 907,000 tourists in August of last year, an increase of 14.4 percent.

A five-year plan conducted by the tourism sector seeks to increase the number of tourists visiting Egypt to 30 million a year by 2017, which would increase state tourism revenues to US$25 billion.

CAPMAS added in its report that Western Europe had the highest level of tourism last August, followed by Eastern Europe and the Middle East. (Al-Masry al-Youm)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Constitution draft leaves room for restrictions on media freedoms

Constitution draft leaves room for restrictions on media freedoms | Égypt-actus | Scoop.it
Vague terminology continues to plague articles pertaining to media freedom in the draft constitution, despite praise for some clauses deemed a step toward wider rights.

The four articles — 42, 43, 216 and 217 — fail to detail mechanisms to mitigate violations against the media, which experts say is equally, if not more, vital than enshrining these rights in the constitution.

Many lauded the removal of the punitive Article 12, which allowed for state censorship as well as punishment and imprisonment in cases of libel, defamation and inciting violence or discrimination. In practice, the ambiguity of what qualifies as an offense indirectly granted the president expansive powers to imprison, or at least muzzle, critics.

Despite its removal, observers claim the newly drafted articles continue to grant state access in controlling the press.

According to a Freedom House report published earlier this year, Egypt improved from being “not free” to “partly free.” However, the report added, “By year’s end, there were worrying indications these gains were being reversed.”

Judges have filed 1,164 charges in the courts against journalists and state TV hosts, accusing them of consistently defaming the judiciary. Several media figures have been investigated in these cases, including prominent TV hosts Reem Maged and Hala Sarhan.

The Arab Network for Human Rights Information published a report earlier this month that documents 43 violations of freedom of expression over the past three months.

Violations allegedly committed by the current government, or the Freedom and Justice Party, included censorship, confiscation, physical attacks on journalists and legal cases against newspaper editors.

More : http://www.egyptindependent.com/news/constitution-draft-leaves-room-restrictions-media-freedoms

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte : une enseignante punit deux élèves non voilées en coupant leurs cheveux

Egypte : une enseignante punit deux élèves non voilées en coupant leurs cheveux | Égypt-actus | Scoop.it
Le gouverneur de la province de Louxor où s'est produit l'incident a qualifié le geste de l’enseignante de «honteux» et indiqué qu’elle avait été transférée dans une autre école. Les groupes de défense des droits humains affirment toutefois que certains conservateurs islamiques, encouragés par le succès de groupes comme les Frères musulmans et la tendance salafiste ultraconservatrice lors des élections législatives et présidentielle, cherchent de plus en plus à imposer leurs normes aux autres Égyptiens.

Dans le village de Qurna dans la province de Louxor à 500 kilomètres au sud du Caire, Berbesh Khairi El-Rawi, le père de l’une des élèves, a dit que l’enseignante avait forcé les deux jeunes filles à tenir leurs mains au-dessus de leur tête pendant deux heures, puis qu’elle leur avait coupé les cheveux à l’école. Il a indiqué à l'Associated Press qu'il avait déposé une plainte au bureau du Procureur de Louxor après l’incident du 10 octobre.

Pour Ziad Abdel Tawab de l'Institut du Caire pour les droits humains, l'incident est alarmant, mais pas surprenant. «Que ce soit dans les écoles ou ailleurs, le sentiment général est que toute action abusive est acceptable si elle est justifiée par la protection de l’islam», a-t-il dit.

Source : AP

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: un journaliste suspendu pour un article sur les ex-chefs militaires

Le rédacteur en chef d'un quotidien gouvernemental égyptien a été suspendu après la publication d'un article affirmant que les deux principaux ex-chefs militaires du pays étaient accusés de corruption, a rapporté mercredi l'agence officielle Mena.

Le journaliste Gamal Abderrahim a de son côté accusé les Frères musulmans, dont est issu le président Mohamed Morsi, d'exploiter cette affaire pour régler des comptes avec son journal, connu pour ses positions anti-islamistes et pro-régime du temps de Hosni Moubarak, renversé en février 2011.

Le président du Conseil suprême de la presse Ahmed Fahmy a nommé à sa place un nouveau rédacteur en chef pour le journal Al-Gomhouriya, jusqu'à ce que la question soit abordée lors de la prochaine réunion du Conseil, selon la Mena.

Le Conseil est chargé de nommer les dirigeants des journaux gouvernementaux. M. Fahmy est également président du Sénat, dominé par les islamistes.

Le quotidien a affirmé mercredi que le maréchal Hussein Tantaoui, chef d'Etat de facto de l'Egypte pendant la période de transition, et son second, le général Sami Anan, avaient été interdits de quitter le territoire égyptien en raison d'accusations de corruption.

La Mena cite une source judiciaire niant ces accusations.

L'agence a également rapporté la réaction d'un responsable militaire, faisant état dans un communiqué de sa profonde indignation face à la publication de telles informations. (AFP, via Romandie)

Plus : http://www.romandie.com/news/n/_Egypte_un_journaliste_suspendu_pour_un_article_sur_les_ex_chefs_militaires91171020122021.asp

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Actualités de l'archéologie et des Antiquités égyptiennes (18 octobre 2012)

Actualités de l'archéologie et des Antiquités égyptiennes (18 octobre 2012) | Égypt-actus | Scoop.it

Création par l'Université de Catania (Italie) et l’Institut Valdisavoia d’un mastère international en Organisation et Promotion du Tourisme culturel dans le Bassin méditerranéen

 

Conférence “Un labyrinthe thébain : la tombe du prêtre Padiaménopé (TT 33)”

 

Au Penn Museum (Philadelphie), les aveugles peuvent découvrir par le toucher six objets de la collection des antiquités égyptiennes

 

“Howard Carter and the little known story behind the discovery of King Tut's Tomb”

 

Université de Manchester : réouverture des galeries “Ancient Worlds”, le 26 octobre 2012

 

http://egyptactus.blogspot.fr/2012/10/actualites-de-larcheologie-et-des_1001.html

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Actualités de l'archéologie et des Antiquités égyptiennes (17 octobre 2012)

Actualités de l'archéologie et des Antiquités égyptiennes (17 octobre 2012) | Égypt-actus | Scoop.it

Ancient Egypt City Aligned With Sun on King's Birthday, by Stephanie Pappas

 

“Archéo-Nil” 22

 

“The Management of Estates and their Resources in the Egyptian Old Kingdom”, by Joyce Swinton

 

“The Tomb of Iniuia in the New Kingdom Necropolis of Memphis at Saqqara”, by H. Schneider

 

“Dawn of Egyptian Art”, by Patch, Diana Craig

 

“Délinquance et ordre social. L'état mamlouk syro-égyptien face au crime à la fin du IXe-XVe siècle”, par Bernadette Martel-Thoumian

 

http://egyptactus.blogspot.fr/2012/10/actualites-de-larcheologie-et-des_17.html

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

“Leurs instruments se bornaient à des rouleaux et à des plans inclinés; leurs engins les plus puissants étaient la patience et la persévérance” (Louis Pascal, à propos de la construction des pyrami...

“Leurs instruments se bornaient à des rouleaux et à des plans inclinés; leurs engins les plus puissants étaient la patience et la persévérance” (Louis Pascal, à propos de la construction des pyrami... | Égypt-actus | Scoop.it

“Ceci n'est point un livre savant ni un livre nouveau, il ne vous apprendra rien sur les antiquités égyptiennes, il ne viendra jeter aucune lumière sur l'origine et les coutumes d'un peuple, en tous points digne d'intérêt, mais assez mal connu. Il s'offre à vous sans prétentions, et demande à être lu, comme il a été écrit, rapidement.”
Nous voici avertis, en abordant l’ouvrage La Cange : voyage en Égypte (1861) de Louis (du Puy) Pascal : sa lecture sera ou risque d’être d’un apport minimaliste.
Quant aux sources dont s’est inspiré l’auteur avant son périple en terre égyptienne, elles vont crescendo, partant d’un guide Murray, semble-t-il en vogue fin XIXe, mais sans grand intérêt, puis de “Barthleth” (sans doute Bartlett), Wilkinson et Clot-Bey, pour aboutir aux “deux charmants conteurs” Eugène Poitou et Charles Didier (ce dernier venait de publier ses Nuits du Caire), avant cette surprenante conclusion : “Après avoir bien feuilleté, je finis par où j'aurais dû commencer, c'est-à-dire que j'allai trouver un ami qui avait fait le voyage, et qui m'en apprit plus, en une demi-heure, que tous les livres que j'avais lus.”
Dernière formalité avant notre départ pour le Caire : il nous reste à faire la connaissance de la cange à bord de laquelle a voyagé Louis Pascal. Il s’agit d’une embarcation “d'environ trois cents chevaux, (qui) nous a fait faire une traversée des plus rapides ; il est vrai de dire que nous avions bon vent et que, les voiles aidant la vapeur, nous marchions avec une vitesse moyenne de treize nœuds et demi à l'heure.”
Abordant les pyramides de Guizeh, l‘auteur nous invite à le suivre, pour enfin clamer haut et fort, au terme de sa découverte de la Grande Pyramide (ascension du monument et visite de l’intérieur) :”Je le dis hautement, je ne souhaiterais pas à mon plus mortel ennemi une plus cruelle punition que celle de faire chaque jour avant son déjeuner une semblable ascension.”

 

http://pyramidales.blogspot.fr/2012/10/leurs-instruments-se-bornaient-des.html

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Ancient Egypt City Aligned With Sun on King's Birthday

Ancient Egypt City Aligned With Sun on King's Birthday | Égypt-actus | Scoop.it
The Egyptian city of Alexandria, home to one of the seven wonders of the ancient world, may have been built to align with the rising sun on the day of Alexander the Great's birth, a new study finds.

The Macedonian king, who commanded an empire that stretched from Greece to Egypt to the Indus River in what is now India, founded the city of Alexandria in 331 B.C. The town would later become hugely prosperous, home to Cleopatra, the magnificent Royal Library of Alexandria and the 450-foot-tall (140 meters) Lighthouse of Alexandria, one of the wonders of the ancient world. Today, more than 4 million people live in modern Alexandria.

Ancient Alexandria was planned around a main east-west thoroughfare called Canopic Road, said Giulio Magli, an archaeoastronomer at the Politecnico of Milan. A study of the ancient route reveals it is not laid out according to topography; for example, it doesn't run quite parallel to the coastline. But on the birthday of Alexander the Great, the rising sun of the fourth century rose "in almost perfect alignment with the road," Magli said.

More : http://www.livescience.com/23994-ancient-city-alexandria-sun.html

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: enquête sur des responsables islamistes après des heurts à Tahrir

Egypte: enquête sur des responsables islamistes après des heurts à Tahrir | Égypt-actus | Scoop.it

La justice égyptienne a demandé aux renseignements et à la police de fournir tout élément d'information sur le rôle éventuel de responsables islamistes dans des heurts place Tahrir au Caire vendredi, a rapporté mardi la presse gouvernementale. Le parquet général a ouvert une enquête sur la base de 53 plaintes déposées contre des membres du puissant mouvement des Frères musulmans, dont est issu le président Mohamed Morsi, a indiqué le quotidien al-Akhbar. Essam el-Erian, chef du parti de la liberté et de la justice (PLJ), bras politique de la confrérie, fait partie des personnalités accusées d'avoir organisé une manifestation qui a débouché sur les plus violents affrontements entre partisans et opposants de M. Morsi depuis son élection en juin. Les Frères musulmans avaient appelé à manifester pour protester contre les acquittements de 24 responsables et partisans du régime déchu de Hosni Moubarak accusés de violences durant le soulèvement populaire du début 2011. Les opposants à M. Morsi ont accusé cette manifestation d'être organisée pour contrer leur propre rassemblement prévu au même moment sur la célèbre place du centre du Caire pour protester contre la domination des islamistes sur la commission chargée de rédiger la future constitution. Les heurts, selon des témoins, ont commencé quand des partisans des Frères musulmans ont détruit un podium à partir duquel les adversaires du président lançaient des slogans. Environ 120 personnes ont été blessées. Les Frères musulmans de leur côté ont affirmé que ce sont leurs partisans qui ont été pris à partie, et accusé leurs détracteurs de diffamation. "Campagne pour s'en prendre aux islamistes", titrait mardi en première page le quotidien Liberté et Justice, organe du parti de la confrérie. Les affrontements ont eu lieu sur fond de bras de fer entre la justice et M. Morsi, qui a cherché sans y parvenir à écarter de son poste le procureur général Abdel Méguid Mahmoud. Nommé sous M. Moubarak, le procureur, soutenu par l'institution judiciaire, s'est appuyé sur le principe d'indépendance de la justice pour récuser sa nomination par l'exécutif comme ambassadeur auprès du Vatican. (Ennahar)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

"Marginality and Exclusion in Egypt"

"Marginality and Exclusion in Egypt" | Égypt-actus | Scoop.it

Edited by Ray Bush
Habib Ayeb

 

An insightful reading of the conditions that led to the struggle of the Egyptian people against a devastating neoliberal economic system

What does it mean to be marginalized? Is it a passive condition that the disadvantaged simply have to endure? Or is it a manufactured label, re-produced and by its nature transitory? In the wake of the new Egyptian revolution, this insightful collection explores issues of power, politics and inequality in Egypt and the Middle East. It argues that the notion of marginality tends to mask the true power relations that perpetuate poverty and exclusion. It is these dynamic processes of political and economic transformation that need explanation. The book provides a revealing analysis of key areas of the Egyptian political economy such as labour, urbanization and the creation of slums, disability, refugees, street children and agrarian livelihoods, reaching the impactful conclusion that marginalization does not mean total exclusion. What is marginalized can be called upon to play a dynamic part in the future—as is the case with the revolution that toppled President Mubarak.

 

The American University in Cairo Press, 2012, 256 p.

more...
No comment yet.