Égypt-actus
Follow
Find tag "révolution"
377.6K views | +111 today
Égypt-actus
Égypt-actus
revue de presse sur l'actualité culturelle, archéologique, politique et sociale de l'Égypte
Curated by Egypt-actus
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte - La femme poursuit toujours son combat

Egypte - La femme poursuit toujours son combat | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt-actus's insight:
Femmes et hommes étaient unis autour d'une cause commune: "C'est avant tout une révolution de la justice et de la liberté.  Par : Walaa El-Assrah



Les droits des femmes sont indivisibles des droits de l'Homme. Pour la première fois dans la société,  les buts sont devenus communs, les mêmes revendications, hommes et femmes unissent leurs forces pour atteindre des objectifs d’ordre général. La parole des femmes égyptiennes, voilées ou pas, se heurte encore au mur de la discrimination... Pourtant l’homme et la femme étaient sur un pied d’égalité lors de la révolution. Les femmes ne voulaient pas être absentes de cette page de l'histoire.Oubliant leurs causes féminines, les femmes étaient impliquées dans tous les aspects de cette révolution : dans les confrontations au premier rang, dans les confrontations avec les forces de sécurité, la mobilisation, l’écriture des slogans, les cris. Elles dormaient dans les tentes sur la Place Tahrir pendant les sit-ins. Certaines femmes sont restées tout au long des 18 jours de la révolution. Des femmes figurent aussi parmi les martyrs de ce mouvement. Des femmes ont été tuées par les forces de l’ordre. D’autres ont été arrêtées et détenues. La majorité des femmes qui ont participé à ce mouvement étaient jeunes, mais il y avait aussi des femmes de tous âges et de tous milieux. Pendant la Révolution certaines figures féminines éminentes étaient présentes en première ligne des manifestations. Plus : http://213.158.162.45/~progres/index.php?action=news&id=19030
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Violence Flares On Anniversary Of Egypt Uprising

Clashes break out between riot police and protesters in Alexandria while leading oppostion figures join marchers to Tahrir Square in Cairo on the anniversary of the revolution. Sunita Rappai reports

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

L'Égypte sous tension célèbre l'anniversaire de la révolution

L'Égypte sous tension célèbre l'anniversaire de la révolution | Égypt-actus | Scoop.it

par Delphine Minoui/Le Figaro

 

«Ce n'est pas un anniversaire, c'est un coup de gueule pour rappeler que la révolution est toujours en marche!» Amer, Ashraf Magdy est également téméraire. Il est 14 heures, ce vendredi 25 janvier, lorsque le jeune révolutionnaire rallie l'emblématique place Tahrir. Déçu de l'après-Moubarak, remonté contre les islamistes qu'il accuse d'avoir «volé» sa révolte, il fait exploser sa colère.

Egypt-actus's insight:

«Il y a deux ans, nous demandions du pain. Aujourd'hui, le pays s'enfonce dans la crise économique. Il y a deux ans, nous demandions la liberté. Aujourd'hui, on censure des journalistes. Il y a deux ans, nous demandions la justice. Aujourd'hui, un grand nombre de policiers impliqués dans la mort de centaines de manifestants pendant la révolution, puis pendant la transition militaire, ont été acquittés. Si nos dirigeants ont changé, le système, lui, demeure le même», râle-t-il haut et fort. Derrière lui, les slogans s'emballent. «Vous, les Frères (musulmans, NDLR), vous êtes le nouveau PND! (le parti unique de l'ère Moubarak)», entonne un petit groupe d'insoumis à l'attention de la Confrérie dont est issu le président Morsi, élu en juin dernier, et que les activistes accusent d'avoir polarisé le pays entre religieux et laïcs. (...)

Ici, la page de la révolution est bel et bien tournée. Les yeux rivés sur les futures législatives, les Frères musulmans ont compris, au grand dam d'une opposition qui reste désorganisée, que le jeu politique ne se joue pas dans la rue, mais dans les cœurs et les estomacs. «L'heure des manifestations est derrière nous. Maintenant que nous avons un président élu et une nouvelle Constitution, il est temps de se mettre à bâtir les fondations de la nouvelle Égypte», remarque Ezz Eldin Khodir.

 Plus :http://www.lefigaro.fr/international/2013/01/25/01003-20130125ARTFIG00651-l-egypte-sous-tension-celebre-l-anniversaire-de-la-revolution.php


more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

El-Qaradawi from Al-Azhar: Egyptian revolution is gift from God

Egyptian sheikh Youssef El-Qaradawi said that the revolution is "a gift from God" in his Friday sermon from Al-Azhar Mosque on the second anniversary of the 25 January revolution.

 

El-Qaradawi, head of the International Union for Islamic Scholars, said that "whoever doubts that [the revolution] is God's gift, doubts certainty."

Egypt-actus's insight:

He also said that even though the revolution gave people the freedom to disagree and protest, people should not "abuse their rights."

 

He encouraged "discussion" as the "only tool" to move forward and called for stability, saying that many Arabs are ready to help Egypt with "billions" to revive its economy. 

 

"Egypt was lost in the former regime; its finances were [stolen] and people could be arrested from their homes in the middle of the night and no one would know their place," he added.

 

El-Qaradawi, a veteran member of the Muslim Brotherhood, also spoke about how he himself was arrested at the hands of the former regime, including one occasion when he was detained for two weeks without his family's knowledge.

 

"This is how people lived before. We thank God that he gave us the revolution – this isn't a Muslim or a Christian or a 6 April revolution; this is a revolution of all Egyptians," he said.

 

At the end of the Friday prayers, many people started chanting "Islamic, Islamic" inside the mosque. 

 

El-Qaradawi also spoke about Prophet Mohamed, whose birth is commemorated by Muslims in 2013 on 24 January, saying that God sent him as "mercy for all mankind."

 

He spoke about the prophet's character and life, calling on people to follow his example.   

 

El-Qaradawi arrived in Cairo from Qatar on Wednesday to attend the anniversary of the 25 January revolution.




Ahram Online, via Egypt.com

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

More than 110 hurt in 2nd anniv. protests

More than 110 hurt in 2nd anniv. protests | Égypt-actus | Scoop.it

(...)

At least 119 people were injured in the clashes around the country, the head of the national ambulances services, Mohammed Sultan, told privately owned CBC TV. He did not give details on the nature or location of the injuries. (...)

 

 

Tens of thousands massed in Cairo's Tahrir Square, where the 2011 uprising began, and outside Morsi's palace, with more heading to join them from other districts. Banners outside the palace proclaimed, "No to the corrupt Muslim Brotherhood government" and "Two years since the revolution, where is social justice?" Others demonstrated outside the state TV and radio building overlooking the Nile.

 

Similar if smaller crowds gathered in most of Egypt's main cities, including the Mediterranean cities of Alexandria. The protesters chanted the iconic slogans of the revolt against Mubarak, this time directed against Morsi — "Erhal! Erhal!" or "leave, leave" and "the people want to topple the regime." (...)

 

Egypt-actus's insight:

The immediate goal of the protesters is a show of strength to push Morsi to amend the constitution, which was pushed through by his Islamist allies and rushed through a national referendum. But more broadly, protesters are trying to show the extent of public anger against what they call the rule of the Muslim Brotherhood, the organization Morsi hails from, which they say is taking over the state rather than setting up a broad-based democracy.

 

Protester Ehab Menyawi said he felt no personal animosity against the Brotherhood but opposed its approach toward Morsi as Egypt's first freely elected leader.

 

"The Brotherhood thinks that reform was achieved when their man came to power and that in itself is a guarantee for the end of corruption," he said as he marched from the upscale Cairo district of Mohandiseen to Tahrir with some 20,000 others.(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Révolution égyptienne: Les manifestations continuent

Al Qarra - Ils n’auraient manqué cette journée pour rien au monde. Vendredi matin, les premiers manifestants commençaient à converger vers le centre du Caire. A l’occasion du deuxième anniversaire  de la révolution, l’opposition égyptienne a appelé à manifester contre le régime du président Mohamed Morsi. Les mots d’ordres sont les mêmes qu’il y a deux ans : « Pain, liberté, et justice sociale ».

Mohamed Abdallah, manifestant :

« Ce sera un grand jour et une grande manifestation parce que les égyptiens en ont marre. Ils ne peuvent toujours pas voir l’accomplissement de ce que demandait la révolution: du pain, la liberté et la justice sociale. »

Wael Ibrahim, manifestant :

« On était descendu dans la rue pour pouvoir voter, mais nous avons commis une erreur en votant mal. Notre révolution n’a pas pour but la destruction. Nous allons récupérer notre révolution pour rendre heureuse l’Egypte et ses différentes générations. Nos demandes sont : la dignité, l’humanité et des salaires convenables, nous n’avons pas besoin de vivre dans des villas. »

Certains manifestants ont dormi place Tahrir. Au cours de la nuit, des heurts les ont opposés à la police, alors qu’ils tentaient de démanteler un mur de blocs de béton pour faciliter la circulation le lendemain. D’après le ministère de l’Intérieur, qui a appelé à éviter les confrontations avec les forces de l’ordre, cinq policiers ont été blessés au cours de la nuit. Vendredi, plusieurs rassemblements sont prévus, place Tahrir, devant le palais présidentiel d’Héliopolis, et dans plusieurs villes de province comme, Alexandrie ou Assiout.

 

Par Jihane Boudraa

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Égypte : violentes manifestations pour les 2 ans de la "révolution"

Égypte : violentes manifestations pour les 2 ans de la "révolution" | Égypt-actus | Scoop.it
Outre l'opposition au président des Frères musulmans Mohamed Morsi, l'Égypte affronte une grave crise économique et un déficit budgétaire en hausse.
Egypt-actus's insight:

Extrait

 

Menace d'une "nouvelle révolution"

Les Frères musulmans n'ont pas officiellement appelé à manifester vendredi. Pour marquer l'anniversaire, ils ont lancé une initiative intitulée "Ensemble nous construisons l'Égypte", consistant en une série d'actions sociales et caritatives. Le climat est alourdi par l'annonce attendue samedi du verdict dans le procès des responsables présumés de la mort de 74 personnes à l'issue d'un match de football à Port-Saïd (nord-est) en février 2012. Les "Ultras" du club cairote d'al-Ahly, qui assurent compter la grande majorité des victimes, menacent de manifestations violentes et d'une "nouvelle révolution" s'ils n'obtiennent pas justice.

Outre la crise politique, l'Égypte affronte une grave crise économique, avec l'effondrement des investissements étrangers, la chute du tourisme et un déficit budgétaire en hausse notamment. Hosni Moubarak, 84 ans dont 30 au pouvoir, malade et condamné à la prison à perpétuité, attend quant à lui un nouveau jugement dans l'indifférence d'une grande partie de la population, pour qui il appartient déjà au passé.

 

AFP, via Le Point

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Live Updates: Clashes mark anniversary of Egypt's revolution

Live Updates: Clashes mark anniversary of Egypt's revolution | Égypt-actus | Scoop.it

17:10 Marches leaving from Shubra and Mostafa Mahmoud have reached a packed Tahrir as the masses chant "the people demand the overthrow of the regime."

17:05  The Muslim Brotherhood’s Freedom and Justice Party headquarters in Ismailia have been torched, Reuters reports.

Witnesses told the British news agency that a group of youths had first broken into and then ransacked the office of the FJP.

17:00  Protesters in Suez have entered the governorate’s headquarters amid escalating clashes with the security forces, Ahmed Khafagi a member of the Suez Youth bloc told Ahram Online .
Khafagi added that they hung up a poster of a slain protester as soon as they entered the government building.

16:55 Back on Tahrir Ahram Online's Sarah El-Rashidi talks to journalist Sherin Ali about her take on Egypt, two years on from the revolution: "I'm here today because I believe oppression, poverty and injustice is not the written fate of the Egyptian people. Millions have been struggling for freedom and dignity. However, unfortunately, we are cursed with one leader after another who believe that coming to power simply means enjoying the privileges of the position without its full responsibility and duty."

“I'm here today not to remove Morsi, because he assumed power through the ballot box, but to remind him that he has a duty to the Egyptian people and that he can't oppress and exclude the opposition”, she added.

Egypt-actus's insight:

16:50  Moving north to the Cairo suburb of Nasr City, the march which kicked off from Rabaa Al-Adawyia mosque has arrived at the presidential palace, reports Al-Ahram Arabic news website.

Security presence was bolstered earlier this morning around the main gate to the palace.

16:45 In central Cairo, 100s block the Maspero Corniche, where the state radio and television headquarters are located, calling for the end of the regime, reports Ahram Arabic website.

“Down with the rule of the [Muslim Brotherhood] Supreme Guide," the demonstrators

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

En images. L'Egypte fête sa révolution dans le trouble

En images. L'Egypte fête sa révolution dans le trouble | Égypt-actus | Scoop.it
Des manifestations sont attendues au Caire, ce 25 janvier, à l'occasion du deuxième anniversaire du soulèvement populaire ayant évincé le président égyptien Hosni Moubarak.
Egypt-actus's insight:

diaporama

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: révolution permanente ?

Egypte: révolution permanente ? | Égypt-actus | Scoop.it
Par Alexandre Buccianti/RFI

Comment réinventer la potion magique de la révolution égyptienne malgré l’absence de certains ingrédients ? C’est le défi que se sont fixé les forces politiques, syndicales et sociales qui participent aux manifestations du 25 janvier 2013. Ces forces réunissent les mouvements qui sont descendus place Tahrir, il y a deux ans jour pour jour, afin de réclamer le départ de Hosni Moubarak.

Egypt-actus's insight:

Extraits

 

Ces forces qui ont tenu devant la police du raïs vont de l’extrême gauche (anarchistes, communistes, socialistes révolutionnaires) à la droite libérale, en passant par les nassériens et les mouvements centristes. Il ne faut pas non plus oublier les mouvements informels comme le 6 Avril, les jeunes coptes qui désobéissaient à l’Eglise ou les islamistes libéraux. (...)

Mais il manque toutefois à cette potion magique deux ingrédients qui ont rejoint la révolution contre Moubarak le 28 janvier 2011 : les Frères musulmans ( Ikhwan) et l’armée. Cette dernière est rentrée dans ses baraquements tandis que les Frères sont aujourd’hui l’ennemi. Ramy Essam, un des chanteurs de la révolution, a même composé un pamphlet contre eux intitulé «La créature Ikhwan ». (...)

Aux politiques s’ajoutent les syndicalistes : journalistes, magistrats, paysans, ouvriers ainsi que les intellectuels, écrivains, cinéastes et artistes.

Mais le vrai fer de lance de la coalition, ce sont les jeunes appartenant aux divers mouvements révolutionnaires, les « Ultras », ces supporters de football qui ont été de tous les soulèvements et qui ont un compte à régler avec le pouvoir (voir encadré) et les jeunesses issues du Front du salut national réunissant la plupart des partis laïcs.

La coalition qui se veut pacifique a préparé son action par le biais des médias sociaux - Facebook et Twitter - mais aussi à travers la plupart des télévisions et radios privées qui ne cachent pas leur sympathie au mouvement.

Les revendications sont les mêmes que lors du 25 janvier 2011 : pain, liberté, justice sociale et dignité humaine. Mais la coalition est aussi contestataire, avec pour première cible la Constitution que les islamistes ont fait passer en force par le biais d’un référendum dominé par les irrégularités.

 

Plus : http://www.rfi.fr/moyen-orient/20130125-egypte-revolution-morsi-moubarak-25-janvier-anniversaire-tahrir


more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

أنا مش آسف Deux ans après, "je ne suis pas fâché"!

Egypt-actus's insight:

Le chanteur et comique égyptien Amr Katamesh incarne, dans son dernier clip, la crainte que la révolution n’aboutisse pas. Et que les morts soient morts « gratuitement ». Le chanteur est blessé par ce qu’il se passe en Egypte depuis la chute de Moubarak. Il considère même à postériori  la révolution plus « facile ».

Les Frères musulmans ne sont pas épargnés par Amr Katamesh qui leur reproche en creux de stigmatiser les « libéraux ». « Ils disent que je mange du « nesto » (fromage) », clame Amr.

Mais à travers cette poésie populaire, Amr Katamesh ( par ailleurs vainqueur de la première saison de l’émission Arabs Got Talent) donne également un message d’espoir. La révolution égyptienne est irréversible. « Elle ne va pas mourir », entonnent   le chanteur et les Egyptiens qui l’entourent. (Nadéra Bouazza/Nouvelles du Caire)


more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Égypte : révolution An II, un anniversaire en demi-teinte

Égypte : révolution An II, un anniversaire en demi-teinte | Égypt-actus | Scoop.it
L’Égypte célèbre, vendredi 25 janvier, le deuxième anniversaire de sa révolution. L'occasion, pour beaucoup d'Égyptiens, de manifester leur hostilité à la politique du nouveau président, l'islamiste Mohamed Morsi.
Egypt-actus's insight:

C’est dans un climat de tension politique et de crise économique que l’Égypte célèbre, vendredi 25 janvier, le deuxième anniversaire de la révolution qui a contraint Hosni Moubarak à la démission début 2011. Le pays peine toujours à trouver son équilibre entre un pouvoir qui se prévaut de la légitimité des urnes et ses adversaires qui dénoncent l'émergence d'un système autoritaire dominé par les Frères musulmans. L’Égypte subit également l'effondrement des investissements étrangers, la chute du tourisme et la hausse du déficit budgétaire.

À l’occasion de cet anniversaire, l'opposition a appelé à défiler à travers le pays contre le président islamiste Mohamed Morsi et les Frères musulmans dont il est issu. « Sortons vers les places pour finaliser les objectifs de la révolution », a appelé sur Twitter Mohamed ElBaradei, l'une des figures de proue de l'opposition laïque.

Des rassemblements sont prévus sur l'emblématique place Tahrir, au Caire, devant le palais présidentiel d'Héliopolis dans la banlieue de la capitale ainsi que dans plusieurs villes de province comme Alexandrie (nord) et Assiout (centre). Les forces de l'ordre ont prévu de renforcer leur présence, selon une source de sécurité.

"Pain, liberté, justice sociale"

Les manifestants reprendront les mêmes mots d'ordre révolutionnaires qu'il y a deux ans: « Pain, liberté, justice sociale ». La veille, des brefs heurts ont opposé non loin de la place Tahrir la police à des manifestants qui tentaient de démanteler un mur de blocs de béton pour permettre aux manifestants de circuler librement le lendemain dans le centre-ville.

Les Frères musulmans, eux, n'ont pas officiellement appelé à manifester, mais on ils ont lancé une initiative intitulée « Ensemble nous construisons l'Égypte », rassemblant une série d'actions sociales et caritatives.

Le climat ne devrait pas s’apaiser samedi, jour du verdict du procès des évènements de Port-Saïd. Accusés de meurtre et de négligence ayant causé la mort, 75 personnes dont neuf policiers et trois responsables du club de football Al-Masry sont poursuivies par la justice égyptienne. 74 supporteurs avaient trouvé la mort lors d’affrontements en marge d’un match de football, le 1er février dernier.

Les « Ultras » du club cairote d'al-Ahly menacent de manifestations violentes et d'une « nouvelle révolution » s'ils n'obtiennent pas justice.

(Jeune Afrique, avec AFP)




more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egyptians to protest on revolution anniversary

Egyptians to protest on revolution anniversary | Égypt-actus | Scoop.it

Huge demonstrations were expected in Egypt Friday on the second anniversary of the revolution that ousted Hosni Mubarak and brought in an Islamist government, as political tensions simmer and economic woes bite.

Demonstrators were making their way to Cairo's Tahrir Square, where some had already spent the night, after police clashed Thursday with protesters who tried to dismantle a wall of concrete blocks closing a street leading to the square.

Some demonstrators hurled rocks at riot police who responded with tear gas grenades. The interior ministry said five policemen were injured and appealed to demonstrators to avoid confrontation with the security forces.

The secular-leaning opposition has called for mass protests against President Mohamed Mursi and the Muslim Brotherhood from which he hails, using the same slogan that brought Egypt to its feet in 2011: "Bread, freedom, social justice."

"Go out into the squares to finally achieve the objectives of the revolution," opposition leader and former head of the UN's atomic agency Mohamed ElBaradei wrote on his Twitter account.

Friday's demonstrators were set to gather at Tahrir Square, iconic birthplace of the 2011 revolution, and in front of the presidential palace, where anti-Mursi rallies last December erupted into deadly clashes with Islamist supporters.

 

Rallies were also due to be staged elsewhere, notably in Egypt's second city Alexandria, and the authorities have prepared for a heavy security presence, an official said. (...)

 

The Muslim Brotherhood has not officially called for its own rallies, instead marking the anniversary by launching a charitable and social initiative dubbed "Together we will build Egypt."

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Manifestations en Egypte : "La révolution a été volée par les Frères Musulmans"

Manifestations en Egypte : "La révolution a été volée par les Frères Musulmans" | Égypt-actus | Scoop.it
Deux ans, jour pour jour, après le début du soulèvement qui a renversé Hosni Moubarak en Egypte, des manifestations hostiles au régime de Mohamed Morsi ont eu lieu partout dans le pays. Neuf personnes ont été tuées, dont huit à Suez, et plus de 450 autres ont été blessés. Sur la place Tahrir, symbole de la révolution, des accrochages entre manifestants et forces de l'ordre ont eu lieu. Parmi les manifestants, Nadine venait protester pour la première fois contre un régime qu'elle qualifie de "fasciste".
Egypt-actus's insight:

http://www.franceinfo.fr/monde/manifestations-en-egypte-la-revolution-a-ete-volee-par-les-freres-musulm-872987-2013-01-26#

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte : une date d'anniversaire endeuillée

Egypte : une date d'anniversaire endeuillée | Égypt-actus | Scoop.it

Selon le nouveau bilan diffusé par la presse française, les manifestations en Egypte, pour célébrer la date d’anniversaire des deux ans de la révolution, auraient fait 5 morts à Suez. Ainsi que près de 300 blessés dans tout le pays d’après le ministère de la Santé. Ces chiffres ont été confirmés par la télévision publique égyptienne qui précise que, pour l’heure, on ne sait pas encore s’il s’agit de manifestants ou de policiers.

Egypt-actus's insight:

« Une vraie démocratie et une nouvelle révolution ». Deux ans après la révolution égyptienne, qui a renversé Hosni Moubarak, des manifestations en Egype, sur la Place Tahrir et dans les autres villes égyptiennes, contre le pourvoir du président Mohamed Morsi, élu en juin et issu du parti islamiste des Frères musulmans, auraient fait 5 morts à Suez (dans le Nord-Est) et près de 300 blessés dans tout le pays. (...)

Morsi contesté

Mohamed Morsi avait pourtant pris les devants, en appelant son peuple à célébrer « de manière pacifique et civilisée » les deux ans de la révolution égyptienne qui a renversé Hosni Moubarak.

Le président égyptien essuie un cuisant camouflet. Les Egyptiens ont non seulement manifesté, ils ont en outre visé directement leur chef d’Etat. Ils fustigent son régime, jugé « autoritaire », « socialement injuste » et dont l’« idéologie islamiste » agirait contre « l’intérêt général ».

Des accusations notamment relayées par les partis de l’opposition égyptienne, présents dans ces manifestations. « "Pain, liberté, justice sociale. Sortons vers les places pour finaliser les objectifs de la révolution", a appelé sur Twitter Mohamed ElBaradei, l’une des figures de proue de l’opposition laïque », indique Liberation.fr.

L’arrivée de Mohamed Morsi, deux ans après la chute de Hosni Moubarak, n’a selon les manifestants pas réglé les problèmes du pays. Ces derniers ont réclamé « une vraie démocratie et une nouvelle révolution ».

Des heurts entre les forces de l’ordre et les manifestants continuent en ce moment même sur la Place Tahrir.

 

Plus : http://www.afrik.com/egypte-une-revoution-une-date-d-anniversaire-et-5-morts


more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

«Une vie digne, la liberté, la justice sociale : deux ans après, je ne vois toujours rien», par Sophie Anmuth

«Une vie digne, la liberté, la justice sociale : deux ans après, je ne vois toujours rien», par Sophie Anmuth | Égypt-actus | Scoop.it

En ce 25 janvier 2013, la place Tahrir tente de se persuader que ça y est, deux ans après le début du soulèvement qui a renversé Hosni Moubarak, on repart pour une deuxième révolution. On crie « à bas le régime ». On demande un gouvernement de transition et de nouvelles élections. On reprend le slogan « pain (=vie digne), liberté, justice sociale ». Les mouvements qui ont appelé à manifester sont en majorité de gauche et libéraux. Les manifestants donnent l’impression d’un mouvement populaire et qui ne se revendique d’aucun parti.
L’air sent bien le gaz lacrymogène – au soir, rester même au beau milieu de la place, c’est-à-dire à quelques centaines de mètres du plus gros des affrontements, était très inconfortable – sans doute une nouvelle salve de gaz lacrymo avait-elle été lancée afin de convaincre les manifestants de ne pas camper sur place pour la nuit et les jours suivants, comme beaucoup en ont l’intention.
Les marches se sont dirigées principalement vers Tahrir au Caire mais on manifeste aussi devant le palais présidentiel. Partout ailleurs en Egypte, Nord, Sud, dans les villes, manifestations aussi. Affrontements partout aussi, avec six morts à Suez, et 250 blessés dans toute l’Egypte.

Egypt-actus's insight:

Si en janvier 2011 on « célébrait » la police – on dénonçait un régime dictatorial, l’absence de libertés, la torture aux mains de la police et de la sécurité centrale (le 25 janvier est traditionnellement la fête de la police), cette année on critique le « régime du Morchid » (c’est-à-dire le Guide suprême des Frères musulmans, accusé de diriger le pays au nom de la Confrérie aux buts louches, à la place du président Mohamed Morsi et de son gouvernement dirigé par Hicham Qandil). En 2011, on s’en était pris aux véhicules et commissariats de police, cette année, ce sont les bureaux des organes des Frères musulmans qui subissent des attaques: par exemple le siège de leur journal électronique Ikhwanonline, ou le siège local du Parti de la liberté et de la justice à Ismaïlya. Personne ne les revendique vraiment, les Frères musulmans accusent le 6 Avril, les manifestants accusent des voyous.

(...)

Certains révolutionnaires de 2011 ont l’impression de s’être fait voler leur révolution, à la fois par les Frères musulmans (qui n’avaient pas appelé à célébrer l’anniversaire de la révolution aujourd’hui mais passent leur temps à affirmer vouloir accomplir les buts de la révolution) qui n’ont rien fait selon eux pour les libertés et la justice, et par les petits groupes de manifestants non pacifiques.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Government buildings stormed on Egypt anniversary

Government buildings stormed on Egypt anniversary | Égypt-actus | Scoop.it

Protesters on Friday stormed a regional government headquarters and clashed with police as mass rallies shook Egypt on the second anniversary of a revolt that ousted Hosni Mubarak and brought Islamists to power.

Emergency services said more than 100 people were injured as demonstrations turned violent with protesters attacking a Muslim Brotherhood headquarters and police using tear gas against surging rallies.

The security services fired tear gas canisters in various locations across Cairo, including outside the presidential palace, at protesters who blocked off main roads in their tens of thousands.(...)

After the seismic political changes of 2011, the Arab world's most populous nation is struggling to find a balance between a leadership that boasts the legitimacy of the ballot box and opponents who accuse it of betraying the goals of the revolution.

Egypt is also in the throes of an economic crisis as foreign investment and tourism revenues dwindle, the Egyptian pound stands at its lowest level against the US dollar and a budget deficit shows no sign of recovery.

Protesters stormed the governorate headquarters in the canal city of Ismailiya, entering the building, setting fire to a room used by security services and looting furniture and equipment, an AFP reporter said.

Demonstrators had earlier set fire to the Brotherhood headquarters in Ismailiya, the reporter said, and black smoke billowed from the windows of the apartment housing the movement's Freedom and Justice Party (FJP) offices.

In the Mediterranean city of Damietta, protesters surrounded the governorate building and blocked traffic in the area while in the Nile Delta city of Kafr el-Sheikh they stormed the courtyard of the building and clashed with police.

 

 

Egypt-actus's insight:

In Cairo, police fired tear gas at protesters outside the presidential palace, where violent clashes between Morsi's allies and foes in December killed several people.

Protesters outside the state television building blocked traffic as marches swarmed the capital. Army and police forces were deployed to protect the building which houses the information ministry as well as state television and radio.

Protesters set fire to tyres and blocked traffic in both directions on the 6 October Bridge, a vital flyover that connects east and west Cairo.

Some protesters also blocked the underground metro at several stations in central Cairo, paralysing the public transport used by millions every day.

Egypt's second city Alexandria was rocked by similar violence between demonstrators and security forces, witnesses said, reporting clashes in two neighbourhoods between police and protesters who burned tyres.(...)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Révolution et contre-révolution en Egypte, par Alain Gresh

Révolution et contre-révolution en Egypte, par Alain Gresh | Égypt-actus | Scoop.it

Comment parler de l’Egypte et des révolutions arabes en général ? Comment échapper au discours médiatique dominant ? Comment rendre compte d’une réalité complexe ? Comment analyser l’Orient et ses complications sans idées simples ?


Cette publication est un résumé d'une conférence donnée par l'auteur, le 9 janvier 2013, au Collège de France

Egypt-actus's insight:

Extraits

 

Ce à quoi nous assistons, en Egypte comme en Tunisie, est l’entrée dans l’ère de la politique, qui impliquent des affrontements politiques, reflet d’une société pluraliste, qui se découvre comme telle, et où personne ne peut, même s’il le souhaite, anéantir l’autre. Chacun des « deux camps » est ainsi lui-même profondément divisé. (...)


Les Frères musulmans risquent-ils d’imposer une théocratie ? Non : les religieux en leur sein jouent en réalité un rôle mineur. Leur seul penseur islamique est le cheikh Qaradhawi, qui a plus de 80 ans. En revanche, les salafistes s’appuient sur les penseurs religieux, influents mais également divisés, et craignent dès lors une mainmise des Frères sur le domaine religieux. Le grand parti salafiste Al-Nour, qui a obtenu près d’un quart des suffrages aux législatives, vient d’imploser, divisé qu’il était sur la stratégie à adopter. En effet, comment s’intégrer au jeu politique alors que longtemps l’apolitisme fut la base de leur pensée ? (...)


Le Front de salut national a rassemblé trois leaders. Toutefois, il a évincé deux courants non négligeables, soit l’alliance socialiste et le parti de Abdel Mon’im Aboul Foutouh.

Depuis, certaines divisions sont encore à l’œuvre ; elles sont dues à la fois à des différences de stratégie sur, notamment, la question de l’intégration des fouloul(les « restes » de l’ancien régime), l’édification des programmes ou encore l’arbitrage des égos.

La question de l’ancien régime est importante. En Egypte, comme en Tunisie, l’ancien régime est, en partie, encore en place. Les fouloul ont pu penser, à juste titre, que leur survie n’était pas en cause, même si le président tombait (ce qui n’est pas le cas en Syrie, où la conviction des soutiens d’Assad est qu’ils jouent leur survie physique).

Dans le même temps, la chute de Moubarak, clé de voute du régime, a abouti à une dilution des pouvoirs et à une autonomisation des différentes administrations et institutions. Il semble quasi inconcevable que les Frères reprennent en main l’ensemble de ces institutions. Ils peuvent conclure avec l’armée un accord pour la Constitution (qui confirmerait l’autonomie de l’armée), mais ils ne pourront pas en prendre le contrôle. Il en va de même avec la police. (...)

 

Mais je voudrais insister sur les médias. Toute la presse en France met l’accent sur la prise en main des médias par les Frères, les attaques contre les journalistes et les procès intentés à certains d’entre eux.

Rappelons d’abord qu’il existe deux « secteurs », l’un sous contrôle de l’Etat (qui comprend la télévision, notamment la première chaine, les radios, mais aussi les journaux, dont trois quotidiens importants Al-Ahram, Goumhouriyeh etAkhbar). Ce secteur d’Etat a été sous contrôle étroit de Moubarak, puis sous celui du CSFA. Rappelons le rôle de la télévision d’Etat lors de la tuerie de Maspero, en octobre 2011, lorsque des manifestants, coptes et musulmans, furent assassinés par dizaines par la police et l’armée.

La mise à l’écart du CSFA a abouti à une situation bien plus ouverte, même si leMajliss al-Choura, comme il en avait les prérogatives, a nommé à la tête des journaux (notamment Al-Ahram) des personnes proches des Frères.

Il ne s’agit pas ici de mettre en doute la volonté des Frères d’essayer de contrôler ou d’influencer le secteur des médias. Mais, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils n’y arrivent pas, et ce pour aux moins deux raisons :

Ils ne disposent pas des cadres médiatiques pour occuper les postes ;La révolution a aussi touché les médias d’Etat où de nombreux journalistes se battent pour une vue plus équilibrée.

(...)

Les Frères disposent maintenant des pouvoirs législatif et exécutif et, comme l’écrit Ibrahim al-Houdaiby, spécialiste du mouvement, dans son article « no more excuses  » (Ahramonline, 30 décembre 2012), les Frères n’ont plus d’excuses : ils doivent prouver désormais qu’ils savent gouverner.

 

Plus : http://blog.mondediplo.net/2013-01-25-25-janvier-Revolution-et-contre-revolution-en




more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Deuxième anniversaire du printemps égyptien célébré dans la violence

Deuxième anniversaire du printemps égyptien célébré dans la violence | Égypt-actus | Scoop.it

Des milliers de manifestants, jeunes pour la plupart, ont affronté la police vendredi place Tahrir, au Caire, mais aussi à Alexandrie. Le siège local du parti des Frères musulmans dans la ville d'Ismaïliya a été brûlé. Ces rassemblements avaient lieu dans toute l’Egypte pour célébrer le deuxième anniversaire du début de la révolution qui a chassé Hosni Moubarak du pouvoir.

Egypt-actus's insight:

L'opposition laïque et progressiste, mais aussi les libéraux avaient appelé à manifester place Tahrir ce vendredi contre le président Mohamed Morsi et les Frères musulmans. Les affrontements entre policiers et manifestants, qui ont commencé dans la nuit de jeudi à vendredi, ont continué durant la journée dans les rues avoisinant la place Tahrir. Des manifestants ont jeté des cocktails Molotov et des pétards contre un barrage de police qui barrait l'accès à des bâtiments gouvernementaux situés près de la place. Dans l'après-midi, l'atmosphère était encore chargée des fumées des gaz lacrymogènes tirés par la police. Il y aurait au moins 25 blessés. (...)

"Les gens veulent la fin du régime", lisait-on sur des pancartes place Tahrir, comme une réminiscence des slogans de la "révolution du Nil" de l'hiver 2011. L’opposition politique rassemblée au sein du Front du salut national (FSN) accuse les Frères musulmans de vouloir dominer le pays et de restreindre les libertés civiques, notamment depuis l'adoption en décembre par référendum d'une Constitution controversée.


Plus : http://www.humanite.fr/monde/deuxieme-anniversaire-du-printemps-egyptien-celebr-513805

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt: Violence in Tahrir Square on anniversary of Mubarak's fall

Egypt: Violence in Tahrir Square on anniversary of Mubarak's fall | Égypt-actus | Scoop.it
Hundreds clashed with Egyptian police in Tahrir Square on Friday in a violent start to the second anniversary of the uprising that toppled Hosni Mubarak and led to the election of an Islamist president who is now the focus of popular anger.
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Radioscopie de l'Égypte deux ans après la révolution : un dossier de Delphine Minoui, pour Le Figaro

Radioscopie de l'Égypte deux ans après la révolution : un dossier de Delphine Minoui, pour Le Figaro | Égypt-actus | Scoop.it
ÉGYPTE, AN DEUX (1/8)- En exclusivité, Le Figaro propose une série de huit portraits d'Égyptiens qui ont participé à la révolution il y a deux ans. L'occasion de découvrir les balbutiements d'une nouvelle Égypte.
Egypt-actus's insight:

Ils s'appellent Yasser, Sameh, Amr ou encore Nihal… Fin janvier 2011, alors qu'un vent de révolte inédit souffle sur les pays du monde arabe, ils prennent le chemin de la rue, direction «Tahrir». Les jours suivants, cette place centrale du Caire devient rapidement l'épicentre de la contestation, le cœur de la révolution qui mènera, le 11 février, au départ de Hosni Moubarak. Deux ans plus tard, l'équipe de Samar est allée à leur rencontre pour mieux comprendre les balbutiements de cette nouvelle Egypte, minée par la crise économique, tiraillée entre islamistes et libéraux, mais toujours porteuse de cette graine de colère qui constitue le meilleur rempart contre toute nouvelle dérive dictatoriale. Samar, qui fait référence en arabe classique à la conversation qui se prolonge dans la nuit avec celui en qui l'on a entière confiance», est un «slow media» qui offre des clés de compréhension des dynamiques à l'œuvre au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Cette série de témoignages, fraîchement recueillis par ses soins, et diffusée en exclusivité sur Le Figaro pour la version française, s'inscrit dans la mémoire vivante de ces jours de révolte et d'espoir d'une révolution qui n'a pas encore dit son dernier mot.

Épisode 01: Yasser, leader du mouvement

http://bcove.me/ap2o9nfq

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Violence flares on anniversary of Egypt uprising

Violence flares on anniversary of Egypt uprising | Égypt-actus | Scoop.it

Hundreds of youths clashed with Egyptian police in Tahrir Square on Friday in a violent start to the second anniversary of the uprising that toppled Hosni Mubarak and led to the election of an Islamist president who is now the focus of protester rage.

Opponents of President Mohamed Mursi and his Muslim Brotherhood allies are expected to mass in Tahrir Square later on Friday to revive the demands of a revolution that they say has been betrayed by the Islamists. (...)

 

The anniversary will once again showcase the divide between the Islamists and their secular opponents. The Brotherhood has decided against mobilising in the street for the occasion, a decision that could reduce the likelihood of confrontation.

"The people want to bring down the regime," declared banners in the square. "Save Egypt from the rule of the Supreme Guide," said another, a reference to leader of the Muslim Brotherhood, Mohamed Badie.

Mursi, in a speech on Thursday marking the Prophet Mohammad's birthday, called on Egyptians to mark the anniversary "in a civilised, peaceful way that safeguards our nation, our institutions, our lives".

"The Brotherhood is very concerned about escalation, that's why they have tried to dial down their role on January 25," said Shadi Hamid director of research at the Brookings Doha Centre.

"There may very well be the kinds of clashes that we've seen before, but I don't see anything major happening that is going to fundamentally change the political situation," he said.

Egypt-actus's insight:

Mursi faces discontent on multiple fronts.

His opponents say he and his group are seeking to dominate the post-Mubarak order. They accuse him of showing some of the autocratic impulses of the deposed leader by, for example, driving through a controversial new constitution last month.

The Brotherhood dismisses such criticism as unfair. It accuses its opponents of failing to respect the rules of the new democracy that put the Islamists in the driving seat by winning elections.

Six months into office, Mursi is also being held responsible for an economic crisis caused by two years of turmoil. The Egyptian pound has sunk to record lows against the dollar.

Other sources of friction abound. Activists are impatient for justice for the victims of political violence perpetrated over the last two years. Little has been done to reform brutal Mubarak-era security agencies. A spate of transport disasters on roads and railways neglected for years is feeding discontent.(...)

A strong turnout on Friday could also help the Brotherhood's opponents ahead of the elections. "There is a lot of power in this day and a real chance to use that to mobilise their supporters in the lead-up to the elections," Hamid said.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

U.S gets it wrong on Egypt again

U.S gets it wrong on Egypt again | Égypt-actus | Scoop.it

Protests planned around Egypt -- particularly inCairo'sTahrir Square -- on the second anniversary of the January 25 revolution are expected to be an explosion of dissent, revealing the deep divisions in the country between President Mohamed Morsy and the Egyptian people.

Opposition to Morsy's authoritarianism is broader than the world recognizes. In making accommodations for Morsy's government, the United Statesis -- once again -- out of step with the Egyptian people.

Egyptians may not know exactly what they want, but they know what they don't want. Although an effective political opposition has yet to coalesce, Egyptians from all sectors of society are united in their refusal to accept another repressive regime.

Egyptis on a collision course. An ever growing, if periodically discouraged, portion of the population opposes the government and Morsy's Muslim Brotherhood, and supports the revolution's goals of social and economic justice, accountable government, and basic freedoms, including freedom of expression and protection of minorities. Yet the government is moving in exactly the opposite direction, with its authoritarian control over political, social, and religious life.

 

The regime is trying to put the revolution genie back in the bottle. But it is clamping down on a population that has discovered its voice. In opposition to this repression, Egyptians at all levels are increasingly engaged in politics.

ACairocab driver -- ever the measure of popular sentiment -- recently debated the failings of the Constitution with a passenger. After reaching the destination, the driver leapt out, grabbed a dogeared copy of the Constitution he kept in the front seat, and pointed to a passage to prove his point to his passenger. (…)

Egypt-actus's insight:

Egyptand its families may be divided, but on one subject, all are united -- in the belief that theUnited Statesis supporting the Muslim Brotherhood-dominated government.

Visible in the throngs at the December demonstrations were signs opposingQatarand theUnited States-- yes, theU.S.andQatarwere lumped together as supporters of the Muslim Brotherhood regime.

 

Two years after the Egyptian Revolution, theU.S.government finds itself again backing an authoritarian regime against the popular will. As January 25 approaches, with massive protests planned against Morsy's government, this is a precarious position for both theU.S.andEgypt.

In his second term, Obama should adopt a more agile and informed policy towardEgypt, one that matches the words often heard from the White House -- "The United States always has stood with the Egyptian people" -- with action.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte : la révolution, puis la crise

Egypte : la révolution, puis la crise | Égypt-actus | Scoop.it
Deux ans après avoir renversé l'ancien régime, les Egyptiens attendent toujours de récolter les premiers fruits de leur "sursaut".
Egypt-actus's insight:

L’Egypte est sur les genoux. Deux ans jour pour jour après sa révolution, le pays plus peuplé du monde arabe est confronté à une situation économique alarmante que la crise politique peine à résorber rapidement. Désertion des touristes et des investisseurs, creusement du déficit budgétaire, inflation, chômage des jeunes, précarité croissante et austérité attendue, le cocktail est explosif. Et bien loin des idéaux de justice sociale et de bien-être économique prônés par la révolution.

Le pays, qui doit relancer sous peu une négociation avec le Fonds monétaire international (FMI) pour l’obtention d’un prêt crucial, a un besoin urgent de capitaux sous peine de ne pouvoir faire face à ses dépenses courantes. Depuis la révolution, l’Egypte a vendu pour plus de la moitié de ses réserves de change, qui ont chuté de 36 à 15 milliards de dollars. Si bien que la Banque centrale a reconnu, il y a quelques semaines, que les réserves avaient atteint un "minimum critique".

L’Egypte tente, depuis fin de l’année dernière, d’obtenir un prêt de 4,8 milliards de dollars (3,6 milliards d’euros) au FMI. Mais l’octroi de ce prêt est conditionné à la mise en œuvre d’une série de réformes, telle une réduction drastique des subventions sur les carburants et les produits alimentaires de base.

Des mesures impopulaires que le gouvernement égyptien avait décidé de postposer, de même que sa demande formelle de prêt au FMI, le temps que la population participe au référendum sur le projet de constitution. Une tactique qui s’est révélée payante, le texte ayant été adopté. Au risque de creuser l’ornière financière dans laquelle se trouve le pays. Ce prêt du FMI est crucial dans la mesure où il est la clé qui ouvrira d’autres portes.

 

Plus : http://www.lalibre.be/actu/international/article/792714/egypte-la-revolution-puis-la-crise.html

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Le Parti de « la Constitution »: El-Baradei dirigera la marche

Le Parti de « la Constitution »: El-Baradei dirigera la marche | Égypt-actus | Scoop.it

Le site officiel du Parti de « La Constitution » a publié ce vendredi que le président du parti, M. Mohamed ElBaradei, prendra la tête de la marche à partir de la mosquée de Mostafa Mahmoud  (à Mohandessin) après la prière du vendredi. Et ce dans le cadre des manifestations se dirigeant vers la place Tahrir pour participer à la célébration du 2ème anniversaire de la Révolution du 25 Janvier.

Un certain nombre de militants avaient mentionné sur les réseaux sociaux que El-Baradei était blessé au genou et qu'il ne participera pas aux cérémonies de commémoration.

Il est à rappeler que El-Baradei avait adressé au peuple égyptien un message enregistré l’incitant à participer dans les manifestations de vendredi.

more...
No comment yet.