Égypt-actus
Follow
Find tag "Port-Saïd"
393.8K views | +50 today
Égypt-actus
Égypt-actus
revue de presse sur l'actualité culturelle, archéologique, politique et sociale de l'Égypte
Curated by Egypt-actus
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt Protests Paralyze Port Said as Army Protects Factories

Egypt Protests Paralyze Port Said as Army Protects Factories | Égypt-actus | Scoop.it

Thousands of Egyptians marched on the city of Port Said’s investment zone in a second day of demonstrations, as the army was deployed to protect businesses.

The marchers are calling for a strike in the Suez Canal city, to protest against death sentences handed down last month against 21 people for their role in the nation’s worst ever soccer riot a year earlier.

While the unrest hasn’t affected canal operations, it underscores the challenges confronting President Mohamed Mursi as his government tries to revive an economy that stalled in the two years since Hosni Mubarak’s ouster. The currency has hit record lows, unemployment has risen and a $4.8 billion International Monetary Fund loan has been repeatedly delayed.

The marchers chanted “Leave, Mursi,” Ramy Rasmy, one of the protesters, said by phone from the demonstration. The military deployed troops in the free zone to prevent damage and violence, Sameh Abdel-Khaleq, an employee at one of the affected factories, said by phone from Port Said.

 

More than two dozen factories in the industrial zone were closed today and government workers were sent home amid growing security concerns. Yesterday, demonstrations forced the evacuation of the Suez Canal authority’s building and brought work across the city largely to a standstill.

 

More on: http://www.bloomberg.com/news/2013-02-18/egypt-protests-paralyze-port-said-as-army-protects-factories.html

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: Port-Saïd réclame justice pour ses “martyrs”

Egypte: Port-Saïd réclame justice pour ses “martyrs” | Égypt-actus | Scoop.it

VIDEO

 

Port-Saïd en Egypte, à nouveau secoué par des manifestations. Environ 3000 personnes sont descendues dans la rue, appelant à la désobéissance civile. Ils réclament justice pour la mort d’au moins quarante personnes tuées fin janvier dans des affrontements avec la police.

Ils ont forcé des fonctionnaires à quitter les bâtiments officiels, et ont obligé des écoles, des banques et des usines à fermer leurs portes.

“Nous avons réclamé au gouvernement de rendre justice aux martyrs, mais nous n’avons aucune réponse, personne n’a entendu notre voix, tous les gens sont en colère.” dit un manifestant. (Euronews)

 

http://fr.euronews.com/2013/02/18/egypte-port-said-reclame-justice-pour-ses-martyrs/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+euronews%2Ffr%2Fnews+%28euronews+-+news+-+fr%29

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: à Port-Saïd, l'appel à la désobéissance civile

Egypte: à Port-Saïd, l'appel à la désobéissance civile | Égypt-actus | Scoop.it

Alexandre Buccianti/RFI

La ville de Port-Saïd s’est transformée dimanche en centre de la contestation contre l’autorité du président Frère musulman Mohamed Morsi.

Les habitants de la ville exigent depuis des semaines une enquête indépendante sur la tuerie du 26 janvier. Une cinquantaine de personnes avaient été tuées dans des violences après un jugement condamnant à mort 21 habitants de la ville. Ces derniers avaient été trouvés coupables de l’assassinat, lors d’un match de foot, de 74 supporters du club cairote d’al-Ahly.

Les habitants de Port-Saïd accusent les autorités de s’être vengées des habitants de la ville après la mort de deux policiers dans une tentative pour faire évader les condamnés à mort.

Les manifestants sont parvenus à arrêter dimanche le travail dans de nombreuses administrations et usines, ainsi qu’à boucler les entrées de la ville. L’armée, qui avait été envoyée à Port-Saïd après la déclaration de l’état d’urgence le mois dernier, n’est pas intervenue. Elle s’est contentée de s’assurer que nul ne menaçait le trafic dans le canal de Suez.

 

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20130217-egypte-milliers-manifestants-port-said-desobeissance-civile

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt's political tensions highlight historical rift between Cairo, Port Said

Egypt's political tensions highlight historical rift between Cairo, Port Said | Égypt-actus | Scoop.it

Domestic politics have combined with Egypt's charged football scene to aggravate deep-seated animosities between Port Said and capital Cairo – with potentially explosive consequences.

 

Despite an illustrious history of wartime heroics, Egypt's city of Port Said had for over a decade suffered negligence and discrimination under the regime of ousted president Hosni Mubarak, according to leading figures in the now-peaceful – yet still tense – canal city.

 

"Muslim Brotherhood rule," many say, has brought yet more injustice, leaving Port Said on the edge in Egypt's current period of political turmoil.

 

 

With Egypt suffering mounting political and economic instability in the two years since its 2011 revolution, Port Said has had to face its own unique challenges since the city's infamous stadium disaster last year. (...)

 

 

Egypt's 'football massacre' left Port Said reeling under an unofficial boycott – economic and social – and thus a profound sense of isolation.

 

While the disturbances have since subsided, tensions within Port Said remain palpable.

 

 

Collective punishment?

 

The recent violence took its toll on several buildings, including Port Said's main prison, where the 21 recipients of the death sentences were being held, and which represented the epicentre of the violence.

 

 

 

 

More on: http://english.ahram.org.eg/NewsContent/1/64/64644/Egypt/Politics-/Egypts-political-tensions-highlight-historical-rif.aspx

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Letter from Egypt: in Port Said, public grief is as hard to take in as the murders

Letter from Egypt: in Port Said, public grief is as hard to take in as the murders | Égypt-actus | Scoop.it

The room was little bigger than a king-sized bed, and yet there must have been nearly 30 people sitting inside it. It wasn't a place for a stranger. Not just because it involved clambering over those inside, and treading on their shoes – but because they were dressed in black, it was midnight, and this was a night-long wake for their murdered son, Osama Sherbini.

The family were sitting in their first-floor tenement flat in Port Said, northern Egypt. Over the previous five days more than 40 people had died here in gunfights between police and locals. Sherbini, 22, was one of them.

Reports differ as to why the massacre started, but the gist is this: on 26 January, a Saturday, a court sentenced to death 21 sons of Port Said for their alleged part in a football riot last year that killed more than 70 rival fans from Cairo. Locals contested the decision, believing that the condemned had been framed by the hated police – the institution that came to symbolise the Mubarak dictatorship that was toppled two years ago today, which has yet to be reformed and whose continued brutality is partly responsible for the latest round of Egyptian civil unrest.

Enraged by the court decision, either relatives or gangsters (or both) attacked a jail where the prisoners were being held – and the shooting started soon after. It continued on the Sunday, at a funeral for those who died on the Saturday, and it seeped into Monday, as locals and human rights researchers reported that police began firing indiscriminately at passersby. One of them was Osama Sherbini – defying a military curfew, his family said, to buy food for his sick father. (...)

 

[Grief  in Port Said seemed the opposite of England]: externalised, in some cases almost performative, yet no less sincere. At a march in protest at the killings the next morning, the mother of one of the victims was driven through the crowds of marchers in a taxi, holding up a photograph of her son. As she passed, she thrust from the car window the bloodstained jacket he died in, a bullet-hole ripped through the shoulder.

In the port's fish market across town, above the trays of shrimps and crabs, there hung the vast face of Walid, a local fishmonger shot on the Saturday. What was striking was not just the very public, very visible nature of the memorial, but the speed at which it must have been – in the space of a few hectic days – printed, laminated and erected by Walid's grieving colleagues. They wanted their customers to know about Walid, and they wanted them to know now.

 

More on: http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2013/feb/11/letter-from-egypt-port-said-public-grief-murders

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Port Saïd: retour sur une tragédie

Port Saïd: retour sur une tragédie | Égypt-actus | Scoop.it

Par Daniel Vallot / Manu Pochez (RFI)

C’est la ville qui aura payé le plus lourd tribut aux violences qui ont éclaté, ces dernières semaines, en Egypte… A Port-Saïd, dans le nord du pays, à l’embouchure du canal de Suez, ces violences ont fait une quarantaine de morts et plusieurs centaines de blessés… en quelques jours, au lendemain du deuxième anniversaire de la Révolution, c’est toute une ville qui s’est trouvée prise au piège d’une répression particulièrement brutale…

 

Ecouter : http://telechargement.rfi.fr.edgesuite.net/rfi/francais/audio/magazines/r157/grand_reportage_20130208_1310.mp3

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Memorial for victims of Port Said Stadium massacre

Memorial for victims of Port Said Stadium massacre | Égypt-actus | Scoop.it

Al-Ahly fans gathered at the club training ground to commemorate the death of the 74 people who died in the Port Said stadium disaster one year ago.

Fans were painting the faces of each of the fallen along the outer walls of the club. Hundreds flocked to the training stadium inside the club. The Ultras led the chants before the memorial began.

Egypt-actus's insight:

The families of the martyrs walked out on to the pitch and were greeted with chants from the Al-Ahly fans.

 

The name of each person who died was read out and the crowd replied with a chant say that the deceased is now in heaven.

 


Families of victims of the Port Said stadium disaster participate in a memorial ceremony at Al-Ahly football ground (Joel Gulhane)

After the names were read out there was a silence around the stadium as balloons bearing pictures of the dead were released as flares went off on the pitch in a formation depicting the number 74.

 

After the silence the crowd erupted with songs and drumming and flares went off all around the stand.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Diaporama : Les Ultras d'Ahli en fête après le verdict du drame de Port Saïd

Diaporama : Les Ultras d'Ahli en fête après le verdict du drame de Port Saïd | Égypt-actus | Scoop.it
GALERIE PHOTOS: Les Ultras d'Ahli en fête après le verdict du drame de Port Saïd - Multimedia - Ahram Hebdo
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Un anniversaire et 46 enterrements, par Isabelle Mayault/Mediapart

Un anniversaire et 46 enterrements, par Isabelle Mayault/Mediapart | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt-actus's insight:

Extrait

 

Ce dimanche, à Port Saïd, on enterre les morts dans la fumée des gaz lacrymogènes. Comme dans Antigone, on tue sur les tombes, on meurt pour des histoires de sépulture.

Le même dimanche, dans le quartier copte de Shoubra, au Caire, Marina prie. Pas pour les morts de Port Saïd. Elle ne sait pas combien sont morts, elle ne sait même pas si et pourquoi ils sont morts, mais parce que le dimanche est son jour de congé. Au fond de l'église, où surgissent derrière des tapis de cierges allumés de longues icônes noires et dorées, des prêtres fabriquent des chandelles. La cire fondue stagne dans un bac vertical. Les mèches accrochées à un panneau de bois sont plongées cent fois dans le liquide gras. Une fois pour chaque mort de Port-Saïd. Ceux de l'année dernière qu'on célébrait cette année, et ceux de cette année qui n'ont rien vu venir.

Marina nous emmène derrière l'autel, elle a la clé et l'autorisation. A genoux sur la moquette usée, les cheveux à moitié couverts d'un voile de coton blanc, elle donne sens à l'idée de Dieu. De l'autre côté du maillage en bois, une messe commence. Ce qui se passe au même moment à Port Saïd ne donne sens ni à l'idée de Dieu, ni à l'idée de justice, ni même à l'idée de bon sens. En une poignée d'heures, Mohamed, qui est né et a grandi dans la ville martyre, a perdu plusieurs connaissances : un ami de son frère, un futur beau-frère. « J'ai pleuré » dit Mohamed.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Port-Saïd se transforme en cimetière

Port-Saïd se transforme en cimetière | Égypt-actus | Scoop.it
Depuis deux jours les affrontements à Port-Saïd ont fait 40 morts et des dizaines de blessés. Ces violences témoignent de l'absence de justice et de la dérive autoritaire du nouveau pouvoir islamiste.
Egypt-actus's insight:

Port-Saïd connaît un nouvel épisode de son histoire tragique. Ce qui s'y est passé au cours du week-end [les 26 et 27 janvier] est le résultat du fait que le pouvoir veut absolument protéger ceux qui portent des galons, du maréchal au policier de base. Si l'on assiste aujourd'hui à de nouveaux drames dans cette ville, c'est qu'aucun responsable n'a été jugé pour le premier massacre. [Les affrontements entre supporters de foot avaient fait 74 morts en février 2012 dans le stade de foot de la ville. Le samedi 26 janvier 2013, quelque 21 personnes, des supporters du club de football local Al-Masry, ont été condamnées à mort – les violences ont éclaté après la publication de ce jugement qui a provoqué la colère des proches des condamnés à mort.]

Parmi les condamnés, ne figure aucun responsable à l'origine des manquements (délibérés ou non) qui avaient transformé le match de février 2012 en piège mortel pour les supporters du club Al-Ahli du Caire. Certes, les familles des victimes se sont réjouies du jugement et les ultras du club ont dansé de joie en s'imaginant l'orgie de l'exécution collective décrétée par les juges. Il n'en reste pas moins que le vrai coupable est ailleurs. Obscur et insaisissable, il reste tapi dans l'ombre. Personne ne l'approche. Tous les échelons de l'Etat sont là pour le protéger. Désormais, l'Etat est en guère contre une ville. Comme auparavant il l'a été contre les ultras [les supporters très organisés du club Al-Ahly], les coptes, les révolutionnaires.


(Waël Abdelfattah/Courrier international)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Terrifying video shows Egypt police shoot man in wheelchair in Port Said

هذا الفيديو دليل على القتل العشوائى من ظباط الشرطه قتل رجل على كرسى متحرك و ابنه الذى يساعده بالنار اثناء سيرهم فى شارع محمد على و قتل 3 من كانو يحاولو مساعد...
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Port-Saïd, capitale égyptienne de l'ultraviolence

Port-Saïd, capitale égyptienne de l'ultraviolence | Égypt-actus | Scoop.it

Quand Port-Saïd n'est pas une ville fantôme, elle est en deuil. Des milliers de personnes sont rassemblées devant la mosquée Maryam. Silence et prière. Puis, une grande clameur, et le cortège part enterrer ses morts au cimetière. Tareq Helbishy, rencontré sur le chemin, est calme, très calme: «On fait payer Port-Saïd pour acheter la paix ailleurs. Nous avons beaucoup de richesses, ici, avec la mer, le pétrole et le canal de Suez. On préfère être indépendants plutôt qu'obéir à ce gouvernement. Après les funérailles, on va brûler les commissariats et les sièges des Frères musulmans. Ils comprendront notre colère.»

Egypt-actus's insight:

Les Port-Saïdis, quand ils entendent le verdict, laissent éclater une colère longtemps retenue. De nombreuses personnes s'étaient rassemblées près de la prison de la ville. Les affrontements commencent dès l'annonce du jugement. Là encore, difficile de savoir qui a tiré le premier. Pour Karim Hamed, un supporteur de l'équipe locale, c'est non seulement la police, mais aussi des tireurs non identifiés postés sur les toits aux alentours de la prison. «Puis, ils ont lancé des gaz lacrymogènes. On ne pouvait pas laisser faire. On a essayé de se battre. Très vite, des gens de notre côté sont venus avec des armes. Je n'approuve pas, on s'est fait dépasser, mais depuis un an, personne ne nous écoute. L'Égypte fait de Port-Saïd un bouc émissaire», continue Karim, fier de porter le maillot des supporteurs locaux. Durant une longue journée, quand Port-Saïd n'est pas une ville fantôme, elle est en guerre urbaine. «Ce n'est pas étonnant. Des émeutiers ont essayé de s'emparer de la prison pour libérer les prisonniers», dit le directeur de l'hôpital général de la ville, Mohsen Mahfouz. Il hausse les épaules.

Le bilan de la journée de samedi est l'un des pires depuis la chute de Hosni Moubarak: 33 personnes ont perdu la vie à Port-Saïd - dont deux policiers. Dimanche, des sources médicales évoquent sept morts. Le drame de Port-Saïd continue de faire des victimes. Dans la soirée, le président égyptien, Mohammed Morsi, a décrété l'état d'urgence pour trente jours dans cette province, ainsi que dans deux autres, Suez et Ismaïlia. Cette mesure sera accompagnée d'un couvre-feu nocturne de 21 heures à 6 heures locales (20 heures à cinq heures en France). Mohammed Morsi a aussi menacé de prendre «d'autres mesures exceptionnelles» si les émeutes reprennent et a appelé les dirigeants de l'opposition à un dialogue national lundi.

 

Plus : http://www.lefigaro.fr/international/2013/01/27/01003-20130127ARTFIG00158-port-said-capitale-egyptienne-de-l-ultraviolence.php

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte : des manifestants pris pour cible à Port-Saïd, 3 morts

Trois personnes, dont un jeune homme de 18 ans, ont été tuées par balle et plus de 400 personnes ont été blessées, dimanche 27 janvier, dans des violences à Port-Saïd, dans le nord-est de l'Egypte, ont indiqué des sources médicales. Le jeune homme a été atteint à la poitrine, selon ces sources. Les violences ont éclaté pendant les funérailles de personnes tuées la veille lors de heurts dans cette ville, qui ont fait 31 morts.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt soccer protests grip restive Suez Canal city

Egypt soccer protests grip restive Suez Canal city | Égypt-actus | Scoop.it

Egyptian protesters gather in the streets of Port Said late on January 29, 2013. Placard in Arabic reads: "Enough injustice. The state of Port Said." (AFP).

 

A work stoppage was enforced by thousands of soccer fans on Sunday in Egypt’s restive city of Port Said demanding justice for dozens of people killed in clashes with police.

Demonstrators also shut down schools and banks and blocked a main railway route, but their protests did not impact traffic through the strategic Suez Canal, a canal official said.

In February 2012, 74 people, mostly supporters of the Cairo al-Ahly club, were killed in a football riot in Port Said.

Egypt’s president Mohammed Mursi had declared a state of emergency and 30-day curfew in Port Said and two other Suez Canal provinces following a wave of violence that left more than 50 people dead last month. The state of emergency is still in effect, although residents have ignored the curfew.

Home fans were held to blame, with Al-Ahly supporters pledging civil disobedience in Cairo if the court acquitted the Port Said residents.

 

The continuing turbulence in Port Said, which last month was virtually in revolt against Mursi’s government and the emergency measures, is another fresh sign of Egypt’s deepening malaise. The government is struggling to impose order as discontent widens beyond the capital, Cairo, as social and economic problems mount.

 

Mursi is also facing an increasingly vocal political opposition which complains that he and his Islamist backers in the Muslim Brotherhood, Egypt’s strongest political force, are attempting to monopolize power and have adopted practices similar to longtime authoritarian leader Hosni Mubarak.

 

More on: http://english.alarabiya.net/articles/2013/02/18/266943.html

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Ahly football fans assault visiting Port Said volleyball team in Cairo

Ahly football fans assault visiting Port Said volleyball team in Cairo | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt-actus's insight:

More than 100 members of the ‘Ultras Ahlawy’ – hardcore fans of Cairo football club Ahly – stormed a Cairo sports club on Sunday where they assaulted members of a visiting youth volleyball team from the canal city of Port Said.

 

The Ultras Ahlawy, who have vowed not to let any Port Said-based sports teams play in Cairo, invaded the Shooting Club in Cairo’s upscale Dokki district, where they beat up members of the Robat and Anwar volleyball team. Ten of the latter were injured in the violence.

They also set the team’s bus ablaze before fleeing the scene, according to Al-Ahram’s Arabic-language news website.

The incident represents an escalation in the ongoing rivalry between Port Said and Cairo in the wake of a controversial court verdict last month that saw 21 Masry fans sentenced to death for their roles in last year’s deadly Port Said stadium disaster.

(Al-Ahram, via Aswat Masriya) More : http://en.aswatmasriya.com/news/view.aspx?id=7987878c-bbe2-44cb-9b2d-9bb546401dd1
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Des manifestants appellent à la désobéissance civile à Port-Saïd

Des manifestants appellent à la désobéissance civile à Port-Saïd | Égypt-actus | Scoop.it

Des milliers de manifestants à  Port-Saïd, en Egypte, ont vidé dimanche des bâtiments officiels de leurs  employés, appelant à la désobéissance civile et réclamant justice pour les  dizaines de personnes tuées le mois dernier dans des affrontements avec la  police.    Selon des témoins, les manifestants ont aussi forcé des écoles, des banques  et des usines à fermer et ont brièvement bloqué une ligne de chemin de fer dans cette ville qui longe le canal de Suez. 

 

"Soulève-toi Port-Saïd", "Soit justice leur est rendue, soit nous mourrons  comme eux", scandaient les manifestants, dont faisaient partie de nombreux  "Ultras", des supporteurs de football fervents et organisés.    "Les jeunes Ultras ont empêché mes lycéens d'entrer. Les cours sont  complètement à l'arrêt", a dit à l'AFP une enseignante de la ville, Amal  Mohammed.    Le mouvement n'a toutefois pas affecté le trafic sur le canal de Suez, a  indiqué un responsable du canal.   

 

Plus: http://ennaharonline.com/fr/news/18455.html

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Port Said - City of Resistance بورسعيد - بلد المقاومة

Video by Simon Hanna for Ahram Online. Still photography by Mohamed Nada.

Music by Port Said's El Tanbura.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

A tale of two cities: blood, football and politics in Egypt

A tale of two cities: blood, football and politics in Egypt | Égypt-actus | Scoop.it

As the two cities of Cairo and Port Said remain engulfed in the worst violence seen since the Revolution, the entwining in Egypt of ‘football and the game of politics’ could hardly be more complete. And the game, it would appear, has not even reached half-time, says Leila Zaki Chakravarti.

In the circus of confrontational politics that summons a succession of demonstrations to the streets of Cairo, the second anniversary of the fall of President Mubarak (on 25 January 2013) had always loomed large as the potential focus for some sort of defining theatrical spectacular. Yet there was something different about the marches which, in the days running up to the anniversary, convened on Tahrir Square from a number of Cairo neighbourhoods.

The groups, numbering in their thousands, were remarkable for their homogeneity, organisation and purpose. All were young males, some bare-chested but most kitted out in red football shirts or street-smart tops and hoodies. They marched with almost paramilitary precision, shouting well-drilled slogans in exaggeratedly gruff voices to the menacing beat of a loud bass drum, clapping their hands above their heads, every so often pausing in unison to pogo aggressively up and down. Well-produced banners proclaimed their demand for “Al-qissas aw Al-damm” (translated in many Western media reports as “Justice or Blood”) for the shuhuda (martyrs) whose portraits they carried aloft as vast icons. (...)

 

The choice of language for the demands of El Ahly altraz is revealing, rapidly cohering around a focus on two words in particular, namely shuhuda and al-qissas. The former is the plural form of shahid (martyr), a term deeply engrained in Islamic history and theology, and with a ready secular resonance deriving from its more recent use to venerate Egyptians who have died in struggles against colonialism, Israel and, more recently, anti-Mubarak (and now anti-Morsi) protests.

 

More on:http://www.opendemocracy.net/5050/leila-zaki-chakravarti/tale-of-two-cities-blood-football-and-politics-in-egypt

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Port Said: New centre for Egypt's revolution

Port Said: New centre for Egypt's revolution | Égypt-actus | Scoop.it

Over a year ago, the Suez Canal city of Port Said was thrust into the centre of Egypt’s ongoing revolution. It had been almost a year since a popular uprising had ousted Hosni Mubarak. But it had become apparent that the ruling Supreme Council of the Armed Forces (SCAF) would not facilitate the sort of democratic transition protesters had hoped it would. (...)

As martyrs continue to fall in Port Said, in Tahrir and across the country, the Morsi government is quickly losing legitimacy. Its complete disregard for protests which at their core are driven by calls for justice, the same calls of the uprising which toppled a regime and ultimately brought Morsi to power, is a dangerous decision. The Port Saidis, a people characterised by their resilience, may just be the ones to take the ongoing Egyptian revolution into its next phase.

 

More on: http://www.aljazeera.com/indepth/opinion/2013/02/20132572953689159.html

 

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

ETUF Sends Medical Convoys To Canal Cities

ETUF Sends Medical Convoys To Canal Cities | Égypt-actus | Scoop.it

Gebali Al Maraghy, Chairman of Egypt Trade Union Federation (ETUF), has ordered the general syndicates to send medical and food convoys to the Canal cities to provide medical service and food to the people in Port Said, Suez and Ismailia.

Al Maraghy called on the general syndicates to rapidly contribute to forming medical groups and to collect all aids in order to be sent immediately to the families in the three cities.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Reportage : à Port-Saïd, les snipers alignent les civils dans la rue

Reportage : à Port-Saïd, les snipers alignent les civils dans la rue | Égypt-actus | Scoop.it

Le danger est permanent.

Des snipers sont déployés dans plusieurs endroits de Port-Saïd. A tout moment, en cas d’agitation, ces hommes armés tirent sur les civils, dans la rue, de leur poste en hauteur.

Egypt-actus's insight:

La population panique car les tirs sont aveugles et à chaque coin de rue, les habitants de Port-Saïd nous montrent des nouveaux impacts de balles ou des cartouches retrouvées dans la rue.

L’armée, elle, s’est déployée dans la ville mais n’est pas encore intervenue. Elle est là pour protéger les stations essence, les centrales électriques, et les bâtiments gouvernementaux.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

L'histoire des condamnés à mort de Port-Saïd

L'histoire des condamnés à mort de Port-Saïd | Égypt-actus | Scoop.it
La famille Hussein a payé un lourd tribut après les graves incidents survenus il y a un an lors d'un match de football.
Egypt-actus's insight:

Moustapha Shaaban Hussein prenait tranquillement un café au centre de Port-Saïd, après avoir assisté au match du 1er février 2012. Il était avec son jeune frère Youssef, âgé de 26 ans. Le grand, Mohammed, avait préféré aller au stade de son côté avec ses amis. Les Masry, l'équipe locale, avaient gagné 3-1. Inespéré, contre la toute-puissante équipe cairote des al-Ahly.

Mais à la télé du café, il voit soudain que les morts s'accumulent dans le stade. D'abord cinq, puis dix, puis des douzaines. Quelque chose de grave est en train de se passer, qui rentrera dans l'histoire égyptienne comme «le massacre de Port-Saïd»: 74 supporteurs des al-Ahly sont morts dans des affrontements à l'issue du match.

Moustapha décide de rentrer, toujours avec son frère. Il ne sait pas où est Mohammed - quelque part en ville, certainement, en train de fêter la victoire. Trois heures plus tard, des policiers interrogent les Hussein chez eux, dans leur quartier misérable de Port-Saïd, au milieu des immeubles aussi vagues que les terrains qui les entourent. Ils demandent aux deux frères de Moustapha de les suivre. Ceux-ci hésitent. Les policiers les rassurent: «C'est juste pour vous poser des questions. On vous libère après.»

Ils ne sont jamais sortis de prison. Vendredi dernier, à peine un an plus tard, Mohammed a été condamné à mort dans le procès du drame de Port-Saïd, avec 20 autres personnes. Youssef attend son sort pour le 9 mars. Moustapha, lui, reste à la maison, dans l'appartement de son père à la retraite - en tant qu'ancien chauffeur de bus pour le gouvernorat, il touche une pension de 30 euros par mois.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Thousands attend funerals in Egypt port city

Thousands attend funerals in Egypt port city | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt-actus's insight:

(Reuters, via Aswat Masriya) - Thousands of people turned out on the streets of Port Said on Monday to attend the funerals of the latest victims of violence in the Egyptian city where President Mohamed Mursi has declared a state of emergency, state television images showed.

The mourners bore coffins above their heads and some waved teargas canisters at the camera. Seven people were killed on Sunday at funerals for the 33 who had died in riots a day earlier.

Gunshots were heard and teargas was fired during Sunday's processions where rage turned against the government, but there were no immediate reports of a repeat of those incidents on Monday.

(Writing by Edmund Blair; Editing by Janet Lawrence)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Port-Saïd, Suez et Ismaïlia ignorent l'état d'urgence

Port-Saïd, Suez et Ismaïlia ignorent l'état d'urgence | Égypt-actus | Scoop.it

Alors que les violences se poursuivent en Egypte, le président Mohamed Morsi prend les choses en main en décrétant l'état d'urgence pendant un mois dans trois provinces d'Egypte, Port-Saïd, Suez et Ismaïlia. Cette décision faite suite aux violences survenues dans cette zone qui ont fait 46 morts en l'espace de trois jours. La grande majorité des victimes est tombée à Port-Saïd, alors que plusieurs milliers de personnes assistaient aux funérailles des personnes tuées la veille. Un couvre-feu est aussi instauré.

Egypt-actus's insight:

Par Alexandre Buccianti/RFI

 

Les trois provinces concernées, Port-Saïd, Suez et Ismaïlia, ont rejeté les décrets présidentiels qui doivent instaurer l'état d'urgence. Geste de défi, les trois villes ont organisé de grandes manifestations juste après minuit, heure de l’entrée en vigueur de la loi de l’état d’urgence et du couvre-feu. Certains manifestants ont même tiré des feux d’artifices comme pour un jour de l’An.

A Suez, les manifestants ont brandi leurs chaussures pour exprimer leur pensée à l’égard du président. A Port-Saïd, des slogans insultants ont été chantés par des opposants contre un président qu’ils disent ne plus reconnaître. Des manifestants outrés par l’hommage fait par Mohamed Morsi à la police qu’ils accusent d’avoir tué 36 habitants de Port-Saïd. Quant au peuple d’Internet, il a fait circuler sur les réseaux sociaux une déclaration de Morsi, avant qu’il ne soit président, où il affirmait que l’Etat d’urgence était « une loi pour défendre les voleurs et le pouvoir des despotes ».

Il ne fait pas de doute que les partis islamistes répondront à l’invitation au dialogue de la présidence mais la question est moins évidente du côté des partis composants le Front du salut national. Le Front avait indiqué la veille qu’il exigeait que le dialogue soit supervisé par une autorité neutre et que les accords réalisés soient contraignants. Les accords passés lors de précédents dialogues avaient été enterrés sous prétexte qu’ils n’avaient pas été établis par des élus du peuple.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte - Les (vraies) raisons de la colère | Slate Afrique

Egypte - Les (vraies) raisons de la colère | Slate Afrique | Égypt-actus | Scoop.it

Port-Saïd meurtrie, mais pour quelles raisons? Le tribunal de Port-Saïd fut l’épicentre de violents affrontements entre forces de l’ordre et manifestants le 26 janvier 2013. Le verdict du procès proclamé, les proches des 21 condamnés à morts ont crié leur tristesse et leur colère à l’encontre d’un jugement jugé sévère, injuste et purement politique.

Egypt-actus's insight:

Pour le site d’information saoudien Al-Arabiya , il serait simpliste d’imputer ce bain de sang au seul verdict. Les tensions étaient déjà latentes depuis des années entre le Caire et la ville portuaire.

Port-Saïd, porte d’entrée sur le célèbre canal de Suez, a une forte identité. Le site saoudien rappelle que la ville fut le centre de la résistance égyptienne en 1956 et la cible d’attaques dans la guerre qui opposait l’Egypte à Israël en 1967.

Ville privilégiée par sa localisation et son histoire, Port-Saïd a le sentiment d'avoir été ensuite marginalisée, notamment après la présumée tentative d’assassinat contre Hosni Moubarak. L'assassin présumé était un pauvre homme qui voulait lui porter une lettre et non pas une arme, racontent des habitants de Port-Saïd.

Cette défiance à l’égard du Caire s’est également manifestée sur les terrains de foot. D’où la rivalité légendaire entre l’équipe al-Masry  et al-Ahly.

Le drame de Port-Saïd en février 2012 a été la triste démonstration de cette opposition larvée.

«Les habitants de  Port-Saïd ont souffert de l'injustice dans le passé et ils sentent qu'ils sont en train de payer pour un crime qu'ils n'ont pas commis», analyse Bashir Abdel Fattah, chercheur au Centre Al-Ahram pour les études politiques et stratégiques

 «Les habitants de Port-Saïd ne s’opposent pas au fait de punir les vrais criminels. Mais pourquoi les responsables restent impunis? », confie  Ahmed Awad, un résident de la ville.

Slate Afrique

more...
No comment yet.