Égypt-actus
Follow
Find
357.4K views | +50 today
Scooped by Egypt-actus
onto Égypt-actus
Scoop.it!

Egypte: Le ministre des antiquités affirme l'intégrité des sites archéologiques

Le ministre des antiquités, Mohamed Ibrahim a affirmé que tous les sites archéologiques en Haute-Egypte, notamment à Louxor, n'avaient pas été affectés par les pluies qui tombent sans interruption depuis le 5/11/2012 sur le sud du pays.

Le ministère a adopté les mesures préventives nécessaires pour protéger les antiquités, a affirmé M. Ibrahim qui a enjoint aux archéologues de se rendre sur les sites pour suivre les développements sur le terrain. (All Africa)

more...
No comment yet.
Égypt-actus
Égypt-actus
revue de presse sur l'actualité culturelle, archéologique, politique et sociale de l'Égypte
Curated by Egypt-actus
Your new post is loading...
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Pour suivre l'actualité de l'Égypte...

Pour suivre l'actualité de l'Égypte... | Égypt-actus | Scoop.it

Le nombre de publications quotidiennes sur ce support est désormais limité à 10... ce qui est évidemment bien insuffisant pour une revue de presse internationale.

N'ayant pas les moyens financiers d'envisager ici une formule "professionnelle", donc payante,  je vous suggère de vous référer désormais à "Égypte-actualités"  version Facebook.

Merci pour votre compréhension et vos encouragements.

Marc

https://www.facebook.com/pages/%C3%89gypte-actualit%C3%A9s/423633907711768

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

2.5m smartcards for petroleum products distributed so far: EGPC chairman

2.5m smartcards for petroleum products distributed so far: EGPC chairman | Égypt-actus | Scoop.it
2.5m smartcards for petroleum products distributed so far: EGPC chairman.
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

The cost of giving a street child a home

The cost of giving a street child a home | Égypt-actus | Scoop.it

By Youssef Aziz

Nearly two million children live on Egyptian streets, deprived of basic needs such as shelter, food, and protection from abuse – and their numbers, UNICEF reports, are swelling.

Journalist Nassar Abdullah shined a spotlight on the problem recently in a controversial editorial published by Al Masry Al Youm, highlighting how Brazilian security forces in 1990 killed street children “like stray dogs” as a means to address homelessness. Sparking outrage among human rights organisations, which accused him of inciting murder, Abdullah drew parallels between Brazil in the 1990s and Egypt’s current economic situation, pointing out that the method, while cruel, was “less costly than rehabilitation”. Abdullah later stressed that he was commending Brazil’s “will to reform” and not calling on Egypt to adopt the programme.

The kerfuffle raises the question: just how expensive is it to give a street child a home?

At Hope Village, a Cairo-based nonprofit that runs a series of children’s shelters, it costs just EGP 1,000 to provide a child with shelter, food, education and healthcare for a month, said Mahmoud El-Sheikh, public relations officer. If the organisation can find a home for the child – by far the preferred solution – operation costs go down considerably.

The most economical solution, El-Sheikh said, is to convince the children to go back home and reunite with their families. Most of the children living on the street aren’t orphans; they only fled their homes because of conflicts with their families.

“The streets cannot give birth,” he said.

Hope Village, which gets 80 to 90% of its funding from private donors, tries to track down the children’s parents, provide mediation, and reunite the family. This process may cost up to EGP 500, depending on the case. If the family is concerned about the financial cost of raising the child, Hope Village provides renewable loans of up to EGP 3,000 as long as the family keeps the child.

If reunification proves impossible, Hope Village has 14 children’s shelters that take in 6,000 children each year. The shelters are outfitted with learning centres, football fields and healthcare workers. The children receive psychological and physical care to help them deal with the impacts of street life, including trauma or skin diseases.

The main of objective of any street children organisation is to save children from the criminal life and provide them with a safe living environment, said Azza Ashour, a public relations secretary at the nonprofit El Ma’wa (The Shelter), which also works with homeless children.

Children living on the street often become entangled in organised gangs or fall victim to crimes such as rape, drug dealing or even murder, Azza said. Many organisations focus on sheltering children until the age of 18 and providing proper food and education, and then try to find them a job so they can contribute positively to society.

“All they need is just a little bit of love,” said Nabila Sobhy, a business instructor at RITI who volunteers with Hope Village. “They did not find it back in their homes so they escaped looking for it.”

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: 17 projets reçoivent des fonds de l'UE pour améliorer l'employabilité et les services dans les zones informelles du Caire

Egypte: 17 projets reçoivent des fonds de l'UE pour améliorer l'employabilité et les services dans les zones informelles du Caire | Égypt-actus | Scoop.it
Dix-sept projets ont été sélectionnés pour recevoir des subventions destinées à mettre à niveau les «zones informelles» dans les gouvernorats du Caire (Ain Shams, Ezbet El Nasr) et de Gizeh (El Warraq, Masaken Geziret Al Dahab) en Égypte. Une cérémonie de signature a été organisée aujourd’hui au Caire par le Programme de Développement Participatif dans les zones urbaines (PDP) pour présenter les projets et signer les contrats. Les projets sélectionnés vont se concentrer sur l'amélioration des services dans les zones informelles, l’amélioration de l'employabilité et la promotion des activités génératrices de revenus. Les zones informelles sont des communes urbaines qui se sont développées en dehors des processus formels de planification. Selon le Programme , les zones informelles à la fin des années 1990 représentaient environ 53% de la surface résidentielle construite du Grand Caire et accueillait 62% de ses habitants. Les zones informelles ont en général très peu d'infrastructures, et les services tels que les écoles, les hôpitaux et autres organismes gouvernementaux sont très mal financés. Dans le cadre de l'accord entre la Délégation de l'UE en Egypte et la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH, les projets sont financés par l'UE avec un budget de près de 1,5 million d’euros. Ils se concentrent sur des questions telles que l'amélioration de l'employabilité et des compétences professionnelles des chômeurs dans les quatre zones, la promotion des activités génératrices de revenus, et l'amélioration des normes et de la gamme de services offerts à la communauté. Le PDP est financé par l'Union européenne, le gouvernement allemand, la Fondation Bill et Melinda Gates et le gouvernement égyptien. La phase actuelle de l'action de développement (2012-2018) en vertu de laquelle les 17 subventions ont été attribuées pour une mise en œuvre pendant l'année à venir, est financée principalement par la contribution de l'UE. « Le développement de la société civile est un élément essentiel du partenariat de l'UE avec l'Égypte et je suis convaincu que ces projets contribueront de manière significative à l'amélioration de la vie des résidents », a déclaré l'ambassadeur James Moran, chef de la Délégation de l'UE à l'Egypte. « Nous sommes fiers d'appuyer des programmes tels que le PDP, qui a prouvé son succès dans la lutte contre la pauvreté et pour l’amélioration des  avantages aux nécessiteux au cours de la dernière décennie», a ajouté Moran. Pour faciliter la mise en œuvre réussie de ces projets, le personnel du PDP et les partenaires respectifs dans les deux gouvernorats vont fournir un soutien technique. La mesure de développement fait partie de la politique du gouvernement égyptien destinée à améliorer les zones informelles. « Elle est basée sur les besoins des collectivités dans nos domaines choisis. Son approche participative est unique et comprend la société civile, les autorités locales et le secteur privé qui travaillent conjointement dans un esprit de coopération pour développer ces régions », a déclaré le Dr Ashraf El-Araby, ministre de la Planification. Le Programme de Développement Participatif dans les zones urbaines se concentre sur l'amélioration des conditions de vie de la population urbaine pauvre dans la région du Grand Caire. Financé par l'UE à hauteur de 40 millions d’euros et par le BMZ à hauteur de 6 millions d’euros, le PDP coopère avec des représentants de la société civile et fonctionne à différentes strates administratives, grâce à la coopération avec les décideurs au plan national, régional et local pour la mise à niveau des zones informelles dans les gouvernorats du Caire, de Gizeh et Qalyubeya jusqu'en 2018. (EU Neighbourhood Info) 
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Government body to implement new strategy to protect women against violence

Government body to implement new strategy to protect women against violence | Égypt-actus | Scoop.it

The National Council for Women (NCW), in collaboration with several government ministries, launched on Monday a national strategy to combat violence against women.

In a conference attended by Prime Minister Ibrahim Mehleb, the NCW signed the strategy after reviewing a 2012 study showing the affect of violence on women.

According to the study, 38% of this violence was verbal, 29% was physical, and 33 % was family related.

“All types of violence against women are deviations from rights that are constitutionally guaranteed, as well as from ethics and religion,” Mehleb said.

The new tripartite strategy involves prevention, protection and intervention, and will include raising awareness, and the rehabilitation of those perpetrating violence as well as their victims.

NCW Head Mervat Al-Tellawy said that implementing this strategy would require transparency, scientific methods, sticking to traditions and communication between all sides.

“It is our [the government's] responsibility to put [in place] a strategy to combat violence against women to achieve social and economic peace, which is what modern Egypt needs,” said the prime minister.

According to a press release from the Ministry of Health, a facilitation committee will be formed to review laws and administrative decisions relevant to the strategy, as well as means of application and proposal submissions.

An executive committee will attend periodic meetings and contribute to the strategy’s implementation, monitor the implementation of the plan, preparing periodic reports presented to the facilitation committee.

Although several agreements with ministries have previously been signed, Al-Tellawy said “loopholes” still need addressing.

The laws currently face shortfalls, she said, such as lack of information in education and media and no complete coordination between all concerned parties. This may have consequences such as losing criminal evidence throughout the long process. Another loophole is the scarcity of some specialisations and services such as those dealing with health and the availability of reference guides to those who provide these services.

“The [new] constitution took women into account and made them and men equal in civil, political and social rights,” said Mehleb.

Mehleb said the constitution guarantees women’s representation in professional councils and high managerial positions, as well as protecting them from violence.  He added that the constitution contains “real and practical solutions to solve currently prevalent social phenomena amongst Egyptian youth”.

The NCW signed the protocol for this new strategy with the ministries of interior, social solidarity, youth, education, manpower and immigration, justice, endowments and health. It was signed in the presence of the ministers as well as other public figures and representatives of several NGOs and political parties.

Minister of Health Adel Awadi said the ministry allocates medical teams responsible for treatment and psychological rehabilitation of victims of violence and harassment. It also conducts research to study societal and psychological impact on the victims of violence and harassment, and to develop methods to address this negative phenomenon.

Al-Tellawy noted several achievements made by the council, including the establishment of an office and hotline for complaints in 2000. In 2009 the council conducted a study that was the base of the general strategy effected in 2010, and in 2011 the harassment law was amended, with a bill to protect women enforced in 2012, she said.

“During the rule of the Muslim Brotherhood, an international document to protect women was issued… which put Egypt in a valued position,” said Al-Tellawy.

The document included various definitions of ‘violence’ to include poverty, illiteracy and health problems.

Al-Tellawy also mentioned several collaborations between the council and different ministries. In 2013 the Ministry of Interior signed a protocol with the council, establishing a unit specifically for combating violence, the employment of female officers, and providing statistics from a number of governorates.

The ministry of justice also signed a protocol with the NCW and started training courses on dealing with the issue.

The protocol signed with the Ministry of Health ensure the necessary council and medical units to deal with those subjected to violence.

  
more...
Pierre-André Fontaine's curator insight, July 8, 2:46 AM

 

De www dailynewsegypt. com. -Aujourd'hui, 06:19

Le Conseil national des femmes (NCW), en collaboration avec plusieurs ministères, lancé lundi une stratégie nationale de lutte contre la violence contre les femmes.

Lors d'une conférence en présence du Premier ministre Ibrahim Mehleb, la NCW a signé la stratégie après avoir examiné une étude montrant l'incidence 2012 de la violence sur les femmes.

Selon l'étude, 38% de cette violence était verbale, 29% était physique, et 33% était liée famille.

"Tous les types de violence contre les femmes sont des déviations de droits qui sont garantis par la Constitution, ainsi que de l'éthique et de la religion", a déclaré Mehleb.

La nouvelle stratégie tripartite implique la prévention, la protection et intervention, et comprendra la sensibilisation, et la réhabilitation de ceux qui commettent la violence ainsi que leurs victimes.

NCW chef Mervat Al-Tellawy dit que la mise en œuvre de cette stratégie exigerait la transparence, des méthodes scientifiques, fidèle à des traditions et de la communication entre toutes les parties.

"Il est de notre responsabilité [du gouvernement] de mettre [en place] une stratégie pour combattre la violence contre les femmes à parvenir à la paix sociale et économique, qui est ce qui doit l'Egypte moderne», a déclaré le Premier ministre.

Selon un communiqué de presse du Ministère de la Santé, un comité de facilitation sera formé pour examiner les lois et les décisions administratives relatives à la stratégie, ainsi que des moyens d'application et de proposition soumissions.

Un comité exécutif participera aux réunions périodiques et de contribuer à la mise en œuvre de la stratégie, de surveiller la mise en œuvre du plan, la préparation des rapports périodiques présentés au comité de facilitation.

Bien que plusieurs accords avec les ministères ont déjà été signés, Al-Tellawy dit "échappatoires" doivent encore répondre.

Les lois sont actuellement confrontés à des déficits, dit-elle, comme le manque d'information dans l'éducation et les médias et l'absence de coordination complète entre toutes les parties concernées. Cela peut avoir des conséquences comme la perte de la preuve pénale à travers le long processus. Une autre lacune est la rareté de certaines spécialisations et des services tels que ceux qui s'occupent de la santé et de la disponibilité des guides de référence à ceux qui fournissent ces services.

"Le [nouveau] constitution a pris en compte les femmes et les a et les hommes égaux en droits civils, politiques et sociaux», a déclaré Mehleb.

Mehleb dit la Constitution garantit la représentation des femmes dans les conseils professionnels et des postes de direction, ainsi que de les protéger contre la violence. Il a ajouté que la constitution contient des «solutions réelles et concrètes pour résoudre les phénomènes sociaux qui sévissent actuellement parmi la jeunesse égyptienne".

La NCW a signé le protocole de cette nouvelle stratégie avec les ministères de l'intérieur, de la solidarité sociale, la jeunesse, l'éducation, la main-d'œuvre et de l'immigration, de la justice, de la dotation et de la santé. Il a été signé en présence des ministres ainsi que d'autres personnalités publiques et des représentants de plusieurs ONG et partis politiques.

Ministre de la Santé Adel Awadi a déclaré que le ministère alloue les équipes médicales chargées du traitement et de la réhabilitation psychologique des victimes de violence et de harcèlement. Il mène également des recherches pour étudier l'impact sociétal et psychologique sur les victimes de violence et de harcèlement, et de développer des méthodes pour remédier à ce phénomène négatif.

Al-Tellawy noter plusieurs réalisations faites par le conseil, y compris la création d'un bureau et hotline pour les réclamations en 2000. En 2009, le conseil a mené une étude qui a été la base de la stratégie générale effectuée en 2010, et en 2011 la loi sur le harcèlement était modifié, avec un projet de loi pour protéger les femmes forcées en 2012, dit-elle.

"Au cours de la règle des Frères musulmans, un document international pour protéger les femmes a été publié ... qui a mis l'Egypte dans une position valorisée», a déclaré Al-Tellawy.

Le document comprend diverses définitions de la «violence» d'inclure la pauvreté, l'analphabétisme et les problèmes de santé.

Al-Tellawy a également mentionné plusieurs collaborations entre le conseil et les différents ministères. En 2013, le ministère de l'Intérieur a signé un protocole avec le conseil, la création d'une unité spécifique pour la lutte contre la violence, l'emploi des agents de sexe féminin, et de fournir des statistiques à partir d'un certain nombre de gouvernorats.

Le ministère de la justice a également signé un protocole avec la NCW et a commencé des cours de formation sur le traitement de la question.

Le protocole signé avec le ministère de la Santé d'assurer le conseil nécessaire et unités médicales pour faire face à ceux qui sont soumis à la violence.

  
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

EU to provide $2M to urbanize 4 Cairo slums

EU to provide $2M to urbanize 4 Cairo slums | Égypt-actus | Scoop.it
CAIRO: The European Union will provide 1.5 million euro ($2.04 million) to enhance the standards and range of community services available in four slums in Greater Cairo, the EU delegation to Egypt said in a Monday statement.
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

La filiale en Egypte de l'opérateur Orange préoccupée par la hausse des tarifs d'énergie

La filiale en Egypte de l'opérateur Orange préoccupée par la hausse des tarifs d'énergie | Égypt-actus | Scoop.it

Egyptian Company for Mobile Services (MobiNil), filiale égyptienne à 94% de l'opérateur de télécommunication français Orange, a fait savoir qu'elle menait une réflexion afin d’évaluer l'impact des hausses énergétiques sur ses prestations de service, rejetant toutefois l'information selon laquelle elle procéderait à une augmentation de ses prix de l'ordre de 10%, comme annoncée un peu plus tôt par des médias égyptiens

L'entreprise a indiqué que, pour le moment, il était question d'assurer au mieux une bonne qualité de service pour ses clients, tout en préservant les droits de ses investisseurs et actionnaires, et, que le marché financier égyptien sera informé de tout développement ultérieur relatif à cette situation.

Le nouveau gouvernement égyptien a finalement procédé à l'augmentation des hausses dans le secteur de l'énergie dans le pays, avec l'annonce dimanche 6 juillet de la hausse de 40% du prix de l'essence et 70% du prix du gazole, prix qui sont valables depuis le lundi 7 juillet à zéro heure. Avant les hydrocarbures, les prix de l'électricité ont été revus eux aussi à la hausse, au début du mois courant.

Le président Al Sissi récemment élu a eu le courage d'introduire des réformes dans le domaine des subventions en Egypte, au moment où le pays, qui a traversé trois ans de crise socio-politique, vit un déficit public et extérieur sans précédent. Le gouvernement égyptien assure que les hausses dans le secteur de l'énergie n'auront pas directement d'impact sur les pauvres.

Ce secteur étant vital et transversal dans une économie, les conséquence à la chaîne peuvent être nombreuses, dont la réduction de l'épargne pour les ménages et un accroissement cumulé des coûts de facteurs, toute chose qui, combinée à l'entrée future sur le marché d'un nouveau concurrent dans le marché du mobile (Egyptian Telecom), risque de grignoter davantage les parts de revenus chez les telcos en Egypte, dont Mobinil.

L'opérateur, en milieu de semaine, a fait savoir qu'il n'avait pas pour projet de vendre tout ou partie de ses actifs dans le pays. Rappelons qu'au cours du premier trimestre de l'année courante, Mobinil a réalisé une nouvelle perte, cumulant avec celle déjà connue au cours de l'année 2013.

Idriss Linge

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Afrique - Essence, cigarettes, alcool : Sissi fait flamber les prix pour juguler le déficit égyptien

Afrique - Essence, cigarettes, alcool : Sissi fait flamber les prix pour juguler le déficit égyptien | Égypt-actus | Scoop.it
Le gouvernement du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a imposé ce week-end de fortes hausses des prix du carburant, des cigarettes, et de la bière afin de renflouer les caisses d’un État en déficit chronique.
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Food prices expected to rise 20% following fuel subsidy cut: Experts

Food prices expected to rise 20% following fuel subsidy cut: Experts | Égypt-actus | Scoop.it
An increase in petroleum product prices will negatively affect agriculture and food products in the near future.
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

25% increase of poultry prices after oil hike: official

25% increase of poultry prices after oil hike: official | Égypt-actus | Scoop.it
CAIRO: “The price of poultry will increase by 25 percent within few days due to the oil price hike,” head of the Poultry Division at Federation of Egyptian Chamber of Commerce (FEDCOC ) Abdel Aziz Al-Saeed told Mubasher  Sunday.
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

A Simple Guide To Egypt’s Environmental Dilemma

A Simple Guide To Egypt’s Environmental Dilemma | Égypt-actus | Scoop.it
Emission caused by coal combustion. Photo: AFP
Climate change, global warming, rising sea levels and seasonal shifts, it is no secret that our entire ecosystem is at risk.
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

La cachette des momies royales - histoire d'une découverte (3)

La cachette des momies royales - histoire d'une découverte (3) | Égypt-actus | Scoop.it

3e épisode : Les aveux - La (re-) découverte - La stupéfaction - Les momies prestigieuses et leur incroyable histoire


Arrestation - protestations d'innocence - dispute familiale - aveux

Lors de leurs interrogatoires, les frères Abd el-Rassoul nient tout trafic d'antiquités. Daoud Pacha, le gouverneur de Qenah, a la réputation de torturer durement les inculpés. Leurs crânes sont rasés, les coups de "kurbach" frappent leur dos, la plante de leurs pieds est brûlée. Pendant leur deux mois d'emprisonnement, ils ne reconnaissent rien, aucun aveu ! Parallèlement, les notables et les villageois de Gournah arguent de leur honnêteté, prennent leur défense. Le maire, le "omda", affirme que "les Abd el-Rassoul n'ont jamais fouillé et ne fouilleront jamais, qu'ils sont incapables de détourner le moindre objet d'antiquités, et, à plus forte raison de violer une tombe royale !"


À noter que le vice-consul Moustapha Agha, avec lequel ils semblent avoir fait commerce d'antiquités auparavant - demeure pour le moins effacé et n'apporte pas la protection qu'il leur avait jusqu'alors promise et assurée. Couvert par son immunité, il ne sera lui-même nullement inquiété. Quoi qu'il en soit, aucune charge ne pouvant être retenue contre les frères, ils sont relâchés deux mois plus tard.


L'histoire aurait pu s'arrêter ainsi. Mais quatre semaines après, une dispute violente secoue la famille. Ahmed, qui a été particulièrement maltraité lors de son arrestation, estime qu'il mérite une part plus importante sur la vente des objets. Les autres ne l'entendent pas ainsi. Mais très curieusement, il semblerait que ce soit Mohamed qui se soit rendu secrètement chez le moudir à Qena pour faire des aveux. Sous couvert d'impunité - et du versement d'une somme de 500 livres anglaises ! - il révèle le secret familial conservé pendant 10 ans : la découverte d'une tombe collective derrière Deir el-Bahari.


Le service des Antiquités sur les lieux

Maspero étant reparti en France pour l'été, c'est son proche collaborateur Emile Brugsch (surnommé le "petit Brugsch", il est le frère d'Heinrich, un égyptologue allemand reconnu) qui est dépêché sur les lieux. Accompagné par Ahmed Effendi Kamal, assistant au musée du Caire, et Thadéos Matafian, ils vont superviser la "re-découverte" de la DB 320.

Le 5 juillet 1881, en présence de Mohamed Abd el-Rassoul, dans la chaleur écrasante des rochers de Deir el-Bahari, les pierres qui avaient été disposées pour masquer l'entrée sont enlevées. Au moyen d'une corde, ils descendent dans la tombe.


Plus de 50 momies de pharaons !

Onze mètres plus bas, dans la première pièce, à la lueur de leurs torches, 3 sarcophages apparaissent. L'un d'eux contient la momie de Sethi Ier (cette momie, Belzoni l'avait désespérément cherchée, en octobre 1817, lorsqu'il avait découvert la tombe du pharaon dans la Vallée des Rois). Offrandes funéraires, coffres, vases canopes, tout se trouve dans un désordre indescriptible. "Tout était rempli de sarcophages en bois, de momies, d'objets funèbres."

Fébrile, Brugsch poursuit vers une autre chambre. Dans cette pièce de 80 m, il décompte une quarantaine de momies dont celles des pharaons les plus célèbres : Ahmosis qui chassa les Hyksos, Thoutmosis III, Ramsès II qui régna pendant plus de 60 ans, Aménophis Ier dont la momie lui apparaît encore ornée des guirlandes de fleurs fanées, depuis plus de 3000 ans. Sans oublier celle d'Ahmès Nefertari, la grande reine, divinisée et adorée à Deir el Medineh. Là encore, des sarcophages, des paniers, des coffres de bois, des canopes, des offrandes, la tente funéraire de la reine Isistemkheb…


L'histoire des momies "errantes"

Bien longtemps auparavant, aux environs de 1100 av. J.-C. (XXIe dynastie), tout a été déposé là à la demande du grand prêtre Pinnedjem II qui dirigeait alors la région thébaine. L'époque était troublée et de nombreuses exactions étaient commises dans la Place de Vérité. Respectant et vénérant les anciens pharaons, il voulait éviter le pillage et la profanation de leurs demeures d'éternité. C'est ainsi qu'il eut l'idée de les re-inhumer dans sa propre tombe. Des annotations ont été portées sur les cercueils ou les bandelettes des ses momies surnommées les "momies errantes". Sur les bandelettes de la momie de Ramsès II, on peut lire ce texte : "Année 15, 3e mois d'akhet, 6e jour - Jour où l'on a transféré l'Osiris du roi Usermaatre-setepenre (Ramsès II). Vie, Prospérité, Santé." On apprend également que certaines momies ont transité par d'autres tombes, dont celle de Sethi Ier.

Marie Grillot


Relire le premier épisode : http://egyptophile.blogspot.fr/2014/07/la-cachette-des-momies-royales-histoire.html

Relire le deuxième épisode :

http://egyptophile.blogspot.fr/2014/07/la-cachette-des-momies-royales-histoire_5.html


À suivre (demain mardi 8 juillet) : le quatrième et dernier épisode


Bibliographie

Maspero Gaston, “Les momies royales de Deir el-Bahari”

Maspero Gaston, “Rapport sur la trouvaille de Deir el-Bahari” - Institut Egyptien - bulletin n° 2 - 1881

Gaston Maspero, “Elisabeth David”, Pygmalion, 1999

Reeves Nicholas, Wilkinson Richard H., “The complete valley of the kings”

Rommer John, “La vallée des rois”

Carter Howard, “La fabuleuse découverte de la tombe de Toutankhamon”

Ceram C.W., “Des dieux, des tombes, des savants”

Dauber Maximilien, “Un village au bord du Nil”

Ehlebracht Peter, “Sauvez les pyramides”

Montet Pierre, “Isis ou à la recherche de l'Egype ensevelie”

Vercoutter Jean, “A la recherche de l'Egypte oubliée”

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Momie_(film,_1969)

https://archive.org/details/The_Night_of_Counting_the_Years

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

La cachette des momies royales - histoire d'une découverte (2)

La cachette des momies royales - histoire d'une découverte (2) | Égypt-actus | Scoop.it

2e épisode : Les indices - les soupçons - l'enquête


De "l'Américain" à "M. Moustache"

Dès 1874, Gaston Maspero est régulièrement informé de l'apparition sur les marchés du Caire ou de Suez de différents objets (papyrus principalement, mais aussi ouchebtis, bijoux…), dont la provenance lui est inconnue. Il est irrité, mais aussi intrigué : ces matériels funéraires sont ceux de souverains de la XXIe dynastie (env. 1000 av. J.-C.) dont les tombes ne sont pas répertoriées. Ils ne peuvent donc que provenir de fouilles illégales. "Dès 1878, je pouvais affirmer que les Arabes avaient découvert un ou plusieurs hypogées appartenant au groupe encore inconnu des tombes royales de le XIXe dynastie."


Début 1881, un riche Américain, Mr Baton, remonte le Nil en dahabieh et visite Louxor. Collectionneur, il cherche à acquérir des antiquités. On lui parle alors d'objets vendus "sous le manteau” (même si "sous la galabieh" serait plus juste !). Il tombe sous le charme d'un magnifique papyrus qu'il achète, dit-on, sans même discuter le prix. Il le fait ensuite expertiser en Europe où il explique les circonstances de cet achat. Dans le même temps, un colonel écossais du nom de Campbell achète lui aussi un grand papyrus. En excellent état de conservation, d'une qualité remarquable, il est écrit en hiératique et semble provenir de la même source.

Maspero décide alors d'enquêter de façon subtile : l'un de ses étudiants en égyptologie dispose de réels talents d'acteur : il est chargé de se faire passer pour un acheteur.

Sous le nom de "Monsieur Moustache", il arrive à Louxor, avec un portefeuille bien rempli. Il se fait rapidement une réputation "écumant" le bazar, à la recherche d'antiquités. Sa bonne appréciation des pièces, sa largesse et sa générosité sont rapidement connues jusqu'à la West Bank !


L'histoire dit qu'un soir, alors qu'il se promène, il est tiré par la manche et entraîné dans un coin sombre où on lui propose une statuette funéraire. Refusant cette façon d'agir, il le fait sentir tout en expliquant que cette pièce avec laquelle il joue négligemment - bien qu'il l'ait immédiatement authentifiée de la XXIe dynastie - ne l'intéresse pas. Le vendeur donne alors des précisions sur son authenticité, et assure qu'il a bien d'autres pièces à proposer. M. Moustache propose alors un marché : il n'achètera la statuette qu'à la condition de voir les autres objets sur-le-champ.

Traversée du Nil, chevauchée à cheval vers Gournah… et les voilà frappant à la porte des frères Abd el-Rassoul. L'envoyé de Maspero s'aperçoit vite qu'il a en face de lui des personnes rusées et qu'il devra "jouer serré" pour ne pas être démasqué. Il lui semble important de se montrer ni trop pressé ni trop empressé.

D'autres rendez-vous sont fixés au cours desquels de magnifiques objets lui sont proposés : ils proviennent de tombes des XIXe et XXe dynasties. Plus aucun doute pour lui, sa mission est accomplie, il a découvert ce qu'il venait chercher.


Ou bien était-ce Charles E. Wilbour, un ami de Maspero ?

Une autre version, un peu moins "rocambolesque", rapporte que Maspero aurait demandé à Charles E. Wilbour qui suit ses cours d'égyptologie à Paris, de l'aider à mettre fin à ce trafic. De sa carrière politique mouvementée à New York, celui-ci a conservé l'art de la discussion et des pourparlers. Le scénario ne diffère que légèrement : arrivé à Louxor, Wilbour se serait rapproché de Mustapha Aga, vice-consul à Louxor. C'est ainsi qu'il aurait été mis en contact avec les Abd el-Rassoul auxquels il aurait acheté de nombreux objets et papyrus avant de les confondre.


Il est aussi possible - voire probable - que "Monsieur Moustache" et Charles E. Wilbour ne soient qu'une seule et même personne.

Le service des Antiquités a désormais les preuves que les Abd el-Rassoul sont au cœur d'un important trafic d'antiquités et prévient la police. En avril, un mandat d'arrêt est lancé contre Ahmed Abd el-Rassoul et une enquête est ouverte contre lui et sa famille. Les frères sont ensuite arrêtés et conduits à Qenah, la ville la plus importante de la province, afin d'être interrogés par le gouverneur, Daoud Pacha.

Marie Grillot


Relire le premier épisode : http://egyptophile.blogspot.fr/2014/07/la-cachette-des-momies-royales-histoire.html


À suivre (demain lundi 7 juillet) : le troisième épisode


Bibliographie

Maspero Gaston, “Les momies royales de Deir el-Bahari”

Maspero Gaston, “Rapport sur la trouvaille de Deir el-Bahari” - Institut Egyptien - bulletin n° 2 - 1881

Gaston Maspero, “Elisabeth David”, Pygmalion, 1999

Reeves Nicholas, Wilkinson Richard H., “The complete valley of the kings”

Rommer John, “La vallée des rois”

Carter Howard, “La fabuleuse découverte de la tombe de Toutankhamon”

Ceram C.W., “Des dieux, des tombes, des savants”

Dauber Maximilien, “Un village au bord du Nil”

Ehlebracht Peter, “Sauvez les pyramides”

Montet Pierre, “Isis ou à la recherche de l'Egype ensevelie”

Vercoutter Jean, “A la recherche de l'Egypte oubliée”

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Momie_(film,_1969)

https://archive.org/details/The_Night_of_Counting_the_Years

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt mourns emblematic figure of interfaith dialogue: A tribute to Dr Mahmoud Azab

By Didier Leroy
Dr Mahmoud Azab, interfaith dialogue counsellor for the Great Imam of Al-Azhar University (often considered the highest authority in Sunni Islam), passed away on 29 June in Cairo.
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Lepsius : de Guizeh à Méroé, c'est Philae qu'il a préférée

Lepsius : de Guizeh à Méroé, c'est Philae qu'il a préférée | Égypt-actus | Scoop.it

L’égyptologue, philologue et archéologue allemand Karl Richard Lepsius naît vingt ans jour pour jour après Champollion, le 23 décembre 1810, à Naumbourg, en Saxonie.

Après des études en antiquités grecques et romaines dans les universités de Leipzig, Göttingen et Berlin, il se rend tout d’abord à Paris pour y suivre les cours de Jean-Antoine Letronne, un des premiers élèves de Jean-François Champollion, et étudier la “Grammaire égyptienne” du découvreur des hiéroglyphes ; puis en Toscane pour recevoir les enseignements d’Ippolito Rosellini, qui avait dirigé une expédition conjointe en Égypte avec Champollion en 1828-1829.

 

En 1836, il est nommé secrétaire à l'Institut archéologique allemand de Rome. En 1842, il publie une édition du Livre des Morts des Anciens Égyptiens, à partir d'un papyrus qu'il étudie à Turin.

Cette même année 1842, il est chargé par le roi Frédéric-Guillaume IV de la direction d'une expédition en Égypte qui durera jusqu’en 1845. Il prend soin de choisir lui-même ses collaborateurs pour le relevé des inscriptions hiéroglyphes et des données architecturales et topographiques.

 

L'expédition commence par une étude du champ des pyramides de Gizeh, où Lepsius découvre plus de 130 tombes privées et les restes de 67 pyramides. Début 1843, pour fêter à sa manière le passage vers la nouvelle année en faisant plaisir aux "enfants du désert", il a l’idée d’allumer un feu de joie au sommet de la Grande Pyramide, puis d’installer dans le sarcophage de la Chambre du Roi... un sapin de Noël avec guirlandes et cadeaux !

À Saqqarah, il visite la pyramide à degrés où il démonte les linteaux et les montants d'une porte, où apparaît le nom du pharaon Neterikhet Djeser.

Dans le Fayoum, il découvre le labyrinthe mentionné par Hérodote et Strabon, proche de la pyramide d'Amenemhat III à Hawara.

À Deir el-Bahari, conformément à une pratique courante dans les milieux de l’égyptologie, il récolte des pièces pour le futur musée de Berlin.

Sur le site de Médinet Habou, il recopie les inscriptions et fait démonter les bas-reliefs... qu'il transportera à Berlin !

 

De Philae (il considère cette “île sacrée” comme l’un plus beaux souvenirs de son voyage), il part pour l'Éthiopie, en passant par la Nubie et Abou Simbel, espérant trouver les traces d'une civilisation d'origine africaine d’où serait issue l'Égypte des Pharaons. À Djebel Barkal, il continue d’accroître sa collection d’antiquités, avec la statue monumentale d'un bélier représentant Amon, protecteur d'Amenhotep III.

L’expédition se poursuit à Thèbes (relevé des talatats), puis Tell el-Amarna (étude des tombes), avant d’atteindre les villes royales de Méroé. Pour le retour, elle emprunte une autre voie, en se dirigeant vers la mer Rouge et le monastère Sainte-Catherine du Sinaï.

 

Les résultats de cette expédition sont présentés comme exceptionnels, non seulement pour les relevés topographiques et épigraphiques des sites visités, mais aussi, et peut-être même surtout, pour la collection d’objets originaux qui prendra en 1846, suite à une convention avec le vice-roi égyptien Méhémet Ali, la chemin de la Prusse : en tout, 294 caisses, avec 1 500 objets, des bijoux, des papyrus, des chambres funéraires complètes, des sarcophages, une colonne du temple de Philæ, un obélisque et le sphinx de Djebel Barkal. Les responsables du musée royal de Berlin s’en frottent les mains : ils détiennent désormais l’une des grandes collections d'antiquités égyptiennes.

 

Les douze volumes de l’ouvrage “Monuments d'Égypte et d'Éthiopie d'après les dessins rapportés de l'expédition scientifique organisée dans les années 1842-1845 dans ces deux pays sur ordre de sa majesté, le roi de Prusse, Frédéric Guillaume IV” relatent ce long et fructueux périple : ils ne comportent que les tables, le journal volumineux de Lepsius n’ayant été publié qu’après sa mort, notamment par Ludwig Borchardt et Henri Édouard Naville.

 

En 1865, Lepsius devient directeur de l’Ägyptisches Museum de Berlin.

Au printemps 1866, il entreprend un deuxième voyage en Égypte, pour y effectuer des études géographiques dans le delta du Nil. Au cours de ce voyage, il découvre à Sân une stèle trilingue de plus de deux mètres de hauteur et parfaitement conservée, qui fait état d’un décret rendu sous Ptolémée III Evergète, connu sous l’appellation de “décret de Canope”, et rédigé en hiéroglyphique, grec et démotique. L'inscription concerne divers sujets comme la famine, les campagnes militaires, la religion et l'organisation de l'État à l'époque ptolémaïque, en particulier, l'instauration d'un calendrier solaire, le plus vieux connu de l'Égypte antique, comprenant 365¼ jours par an.

 

Lepsius est présent en Égypte pour l'inauguration du canal de Suez, en automne 1869.

Il est nommé directeur de la bibliothèque royale de Berlin en 1873. Il occupe ce poste jusqu'à sa mort, le 10 juillet 1884.

Il est considéré comme le fondateur, dans l'espace germanophone, de l'étude scientifique des antiquités égyptiennes, et, plus globalement, comme un fondateur de l’égyptologie moderne.

 

Pour en savoir plus :

Vidéo : “Les aventuriers de l'Egypte ancienne : Karl Richard Lepsius” (1810-1884) - http://youtu.be/Z9kFHQ8dSRQ

https://archive.org/details/richardlepsiusbi00eber

http://fr.wikipedia.org/wiki/Karl_Richard_Lepsius

http://www.touregypt.net/featurestories/lepsius.htm

http://pyramidales.blogspot.fr/2009/12/la-pyramide-de-noel-de-karl-richard.html

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Il disparaissait un 9 juillet - Linant de Bellefonds : Le dessin a décidé de son destin

Il disparaissait un 9 juillet - Linant de Bellefonds : Le dessin a décidé de son destin | Égypt-actus | Scoop.it

"À coup sûr, l'homme le plus intelligent que nous ayons encore rencontré" dit de lui Flaubert en 1850 dans sa "Correspondance". Louis Maurice Adolphe Linant de Bellefonds a alors la cinquantaine ;  il est en Égypte depuis plus de 30 ans.

Ce fils d'officier de marine né à Lorient, en 1799, reçoit une éducation soignée. Il révèle très tôt un talent développé pour le dessin. Dans un premier temps, il semble embrasser la carrière paternelle et passe ses examens d'aspirant. Il participe ensuite à des campagnes de sondages et de relevés sur les côtes de Terre-Neuve et du Canada.


En 1817, il embarque sur la frégate "Cléopâtre" pour une mission dirigée par le comte de Forbin qui "part visiter la Grèce, la Syrie, la Palestine et l'Égypte pour en rapporter dessins et relevés". Sa grande maîtrise du dessin est rapidement connue et reconnue au sein des membres de l'expédition. C'est ainsi qu'il est amené à remplacer l'un des dessinateurs défaillant. Il travaille alors aux côtés du peintre Prévost.

Il est tellement fasciné par l'Égypte qu'il décide de s'y installer. Recommandé par Forbin, il entre au service du vice-roi Méhémét-Ali.


Il parcourt l'Égypte du nord au sud, d'est en ouest, rapportant dessins et aquarelles d'une qualité remarquable. Il prend part à de multiples expéditions, dont celle de Drovetti en 1820 dans le désert libyque, celle de W.J. Bankes au Soudan en 1821.

Il tentera également de remonter jusqu'aux sources du Nil, mais devra renoncer face aux multiples dangers.

"Parallèlement, Linant commence à s'orienter vers des études d'hydrographie : dès 1822, se rendant dans le nord-est de l'isthme de Suez, il examine le tracé de l'ancien canal de Trajan, visite le lac Timsah, Péluse et Suez. En 1823 et les années suivantes il revient dans l'isthme, parcourt le désert compris entre le Nil et la mer Rouge".


Moins connu que Ferdinand de Lesseps, il joue cependant un rôle fondamental dans le projet de construction du canal de Suez, par ses idées et ses études tout d'abord, par ses travaux, son implication et ses fonctions ensuite. "En 1827 et 1829, écrira-t-il plus tard, je retournai encore dans l'isthme que je visitai de nouveau ainsi que ses environs, et c'est alors que je commençai les premières études d'un projet de communication entre les deux mers."

En 1831, il est nommé ingénieur en chef des travaux de la Haute-Égypte, puis ministre des Travaux publics en 1869. Pendant près de 40 ans il réalisera d'importants et prolifiques travaux. Son apport au pays sera couronné par le titre de "pacha" en 1873.


Les voyageurs et explorateurs qui l'ont rencontré ont apprécié sa belle personnalité. Tout comme Flaubert, de Champollion à Maxime du Camp, sans oublier Cailliaud ou encore de Nerval, ils ont trouvé en lui un homme cordial, spirituel et d'un grand talent.

Et il nous semble impossible de terminer cet hommage sans citer le surnom que lui ont donné les Bédouins dont on connaît la sagesse : "Abd-el-Haqq, "serviteur de la Justice".

Le 9 juillet 1883, Louis Maurice Adolphe Linant de Bellefonds meurt au Caire. Une rue y porte son nom.

Marie Grillot


Sources

http://linant.free.fr/  

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Maurice_Adolphe_Linant_de_Bellefonds  


illustration : L'Embarquement aux Fontaines de Moïse

**************

Pour consulter l’ensemble des Unes d’ “Égypte-actualités” : http://egyptophile.blogspot.fr/

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Cement production to be impacted by energy cuts and higher fuel prices

Cement production to be impacted by energy cuts and higher fuel prices | Égypt-actus | Scoop.it

By Evline Meshreky

Oxford Business Group has raised concerns over the impact of the inadequate supplies of natural gas on the cement industry, after several firms were forced to halt production after the Egyptian Natural Gas Holding Company (EGAS) stopped the flow of gas to 10 plants, which account for two-thirds of the industry’s output.

In 2012, the decline in public spending on construction and infrastructure impacted output in the building materials industry. The value of investments in the sector fell by 71% according to data by the Central Bank of Egypt, with private investment also decreasing.

In late 2012, prices for cement companies that used Mazut fuel oil peaked to reach $328 per ton instead of $143 per ton.

In 2013, the interim government pledged to pump $4.3bn stimulus package into construction in order to revive the economy.

In late June 2014, Environment Minister Khaled Fahmy said in a press conference that coal will be introduced to the cement industry due to its energy-intensive nature, Al-Ahram Online reported.

The minister added that the introduction of coal suits Egypt’s current economic situation since the international price of coal is $4 per tonne. He said that the price of gas is $14 per square metre.

The government’s decision to cut natural gas subsidies to factories followed shortly after the reduction of petroleum subsidies on Saturday. This decision is expected to raise the price of natural gas to $8 per million British Thermal Units (BTUs) for cement factories, reported Reuters.

  
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

We are in a state of war, and we will win: Al-Sisi

We are in a state of war, and we will win: Al-Sisi | Égypt-actus | Scoop.it

Meeting editors of prominent Egyptian newspapers on Sunday, President Abdel Fattah Al-Sisi spoke about the increase in prices and the “conspiracies” facing Egypt.

In comments confirmed by Al-Shorouk editor Emad Hussien, Al-Sisi added he “wished” Al-Jazeera journalists had not been put in jail, and that instead they should have been deported.

Al-Sisi also warned of “internal and external conspiracies facing Egypt,” according to Hussien, and drew parallels with the Anglo-French partition of the Middle East following dissolution of the Ottoman Empire. “There are parties that do not want Egypt to succeed, but I assure you, Egypt will succeed.”

Egyptian newspaper, Al-Masry Al-Youm quoted him as saying that “the sentencing of several journalists had very negative effects.”

The three Al-Jazeera journalists were sentenced to between seven and ten years in prison, charged with defaming Egypt and aiding a terrorist organisation. While one of the journalists, Peter Greste, is Australian, Mohamed Fahmy is Canadian-Egyptian and Baher Mohamed is Egyptian. Four other Egyptians in the same trial were sentenced to seven years alongside the Al-Jazeera staff.

During a recent televised speech at a military graduation ceremony, Al-Sisi said that Egyptian authorities had to respect the independence of the judiciary, adding:  “We will not interfere in judicial rulings.”

Since 30 June 2013, Egypt has seen a “sharp deterioration of human rights,” according to a statement released by Amnesty International on 3 July.

In the meeting, Al-Sisi asked the editors to “strongly support him,” and asked that media outlets be his “partners in the battle to save Egypt.”

Reporters Without Borders’ annual press freedom index ranked Egypt 159th out of 180 countries. A number of other Egyptian journalists are currently held in detention, including freelance photojournalist Mahmoud Abou Zeid, known professionally as Shawkan. A number have also been killed in clashes between protestors and Egyptian security forces.

Al-Sisi also commented on the recent increase in fuel prices, saying the economic policies the state is currently undertaking are “necessary” to “build a strong state”.

Since his inauguration less than a month ago, Al-Sisi adopted several economic measures including tax and wage reforms, increasing prices, and cutting subsidies on fuel and electricity. Food prices are expected to rise by 20% after the fuel subsidy cut.

“If we hadn’t taken these decisions, everything we have achieved since 30 June would have been lost,” he said.

Al-Sisi previously claimed in a speech he gave on 30 June that economic success can be achieved in two years with “sacrifice” from the Egyptian people.

  
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: hausse des prix et manifestation de colère

Egypte: hausse des prix et manifestation de colère | Égypt-actus | Scoop.it

Le gouvernement a également approuvé une augmentation des impôts; al-Sissi soutient ardemment ces hausses

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a défendu dimanche l'augmentation drastique du prix de l'essence et décrété une hausse des taxes sur le tabac et l'alcool, pour tenter de juguler l'important déficit de l'Etat.

Dans la nuit de vendredi à samedi, le gouvernement avait annoncé une baisse drastique des subventions sur l'essence (dont les prix sont actuellement parmi les plus bas du monde) provoquant la colère de chauffeurs de taxis.

Les pêcheurs ont à leur tour manifesté leur colère dimanche dans la ville côtière de Rosetta, avant que la police ne disperse leur cortège. Deux personnes ont été arrêtées, selon les médias officiels.

Dans le pays où les crises à répétition depuis début 2011 ont fait fuir touristes et investisseurs et mis l'économie à genoux, l'Etat consacre plus de 30% de son budget aux subventions sur les hydrocarbures et les produits alimentaires.

Dimanche, rencontrant la presse égyptienne, M. Sissi (élu avec 97% des voix en mai, 11 mois après avoir destitué l'islamiste Mohamed Morsi) a défendu cette hausse. Que nous le voulions ou non, ces décisions devaient être prises, maintenant ou plus tard, a-t-il dit, selon des propos rapportés par le site du quotidien gouvernemental Al-Ahram.

Il vaut mieux affronter (la situation) plutôt que de laisser le pays couler, a ajouté celui qui fait campagne pour l'austérité et a appelé les Egyptiens à faire des sacrifices pour l'économie de leur pays.

Et à compter de lundi, selon l'agence officielle Mena, le prix des cigarettes importées sera augmenté de 50%, tandis que celui des cigarettes produites localement sera augmenté de 1,75 à 2,75 livres égyptiennes (de 0,18 à 0,28 euro). En outre, les taxes sur la bière seront augmentées de 200% et celles sur le vin de 150%.

Alors que des craintes se font jour sur une possible augmentation de nombreux biens de consommation en réaction à la hausse des prix du carburant, M. Sissi a reconnu qu'il n'existait pas pour le moment de mécanisme de contrôle des prix, promettant toutefois, selon Mena, qu'ils seraient mis en place sous six mois.

Le gouvernement a également approuvé une augmentation des impôts et annoncé que le prix de l'électricité augmenterait graduellement sur cinq ans.

Alors que près de 40% de la population (quelque 34 millions de personnes) vit en-dessous ou tout juste au-dessus du seuil de pauvreté, selon le gouvernement, l'économie égyptienne surnage actuellement grâce aux aides du Golfe.

 

(Avec AFP)

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

L'Egypte partagée sur une hausse possible des tarifs télécoms -

L'Egypte partagée sur une hausse possible des tarifs télécoms - | Égypt-actus | Scoop.it

La question de la hausse des tarifs des télécommunications en Egypte, suite à la baisse des subventions de l’Etat qui ont fait augmenter le prix du carburant, est actuellement omniprésente dans l’esprit des Egyptiens. Les interrogations sur la hausse ou non des tarifs dans ce secteur sont d’ailleurs alimentées par la presse nationale qui s’est séparée en deux camps.

D’un côté, il y a celle qui révèle que la hausse des prix des services télécoms interviendra aujourd’hui. D’après des sources introduites auprès de Mobinil, Etisalat et Vodafone, les trois opérateurs de téléphonie mobile du pays auraient décidé d’un commun accord d’ajuster leurs tarifs pour amortir les dépenses induites par la montée du prix du carburant.

De l’autre côté, une autre presse citant les sociétés Mobinil et Vodafone, dément l’information sur une décision commune des trois opérateurs d’augmenter leurs tarifs télécoms. Intervenant de ce côté, le directeur des relations publiques de Vodafone, Lamiaa Atef, explique que « l’augmentation du tarif des appels mobile de 10% est une rumeur. L’issue de l’accroissement des prix de l’énergie est encore sous appréciation et aucune décision n’a déjà été prise ».

En Egypte, ce n’est pas seulement le prix du carburant qui a augmenté. Ceux de la cigarette et de l’alcool vont grimper dès aujourd’hui. Le prix des cigarettes importées sera augmenté de 50%, le prix des cigarettes produites localement passera de 1,75 à 2,75 livres égyptiennes (de 0,18 à 0,28 euro). Les taxes sur la bière et le vin seront augmentées respectivement de 200% et 150%.

Alors que les populations craignent déjà une augmentation du prix de nombreux produits consommation courante à cause du carburant, le gouvernement qui a également approuvé une augmentation des impôts a annoncé une augmentation graduelle du prix de l’électricité sur cinq ans.


more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

La cachette des momies royales - histoire d'une découverte (4)

La cachette des momies royales - histoire d'une découverte (4) | Égypt-actus | Scoop.it

4e épisode : Les momies rentrent au musée


Les vertiges de Brugsch - Les momies arrachées aux entrailles de la montagne

Alors qu'il tente de faire un inventaire de cette découverte, Brugsch est pris de vertiges. Est-ce la chaleur ? Ou plus sûrement, le fait de contempler ces pharaons illustres qui, après 3000 ans de silence, renaissent de leur éternité ? Une idée est cependant très claire : il faut vite protéger ces trésors et, pour lui, ils ne le seront que lorsqu'ils seront évacués et mis en sécurité au musée de Boulaq.

"Les frères Abd el Rassoul avaient si bien gardé leur secret que les habitants de Louxor et de Gournah furent aussi surpris que les Européens par le nombre et l'importance des momies. Déjà leur imagination s'échauffait : ils parlaient de caisses remplies d'or, de colliers en diamants, en rubis, de talismans. Il fallait agir vite si l'on ne voulait pas s'exposer à des tentatives de vol ou peut-être même à des attaques à main armée."

En un temps record, 200 fellahs sont embauchés pour déménager la cachette. Brugsch tient la liste de tous les objets qui en sortent, il est méfiant : "Les Arabes sont forcés de descendre nus : j'empêche de cette manière qu'on vole de petits objets." En 48 heures, tout est exhumé. Les anciens pharaons sont arrachés à leur montagne, à leurs ténèbres, à leur obscurité, pour être transportés vers le bateau du musée.  


Un cortège funéraire - des femmes échevelées - des momies traitées comme du "poisson séché"

Encadré par la police, c'est un long cortège funéraire qui descend de Deir el-Bahari vers les berges du Nil. Il faut parfois 12 hommes pour porter les lourds sarcophages. Le 14 juillet, le bateau à vapeur du musée "Le Menshieh", chargé de sa précieuse et insolite cargaison, quitte Louxor. On raconte que, massée sur les rives du Nil, une foule immense accompagna les dépouilles des anciens pharaons : les hommes tirant des coups de fusil, les femmes échevelées  se frottant le visage et la poitrine avec du sable tout en poussant des cris de deuil (scène qui n'est pas sans rappeler celle des pleureuses dans les tombes thébaines).

Il est relaté aussi que toute cargaison arrivant au Caire devait être taxée selon un barème précis. Aucun traitement spécial n'est prévu pour le transport de momies. Aucune rubrique non plus… si bien que l'employé met fin à son casse-tête en les déclarant comme du… "poisson séché" !


Momies exposées, momies déménagées, momies démaillottées

Les sarcophages, les momies, les matériels funéraires des pharaons appartenant à diverses époques  (Seconde période intermédiaire, Nouvel Empire, Troisième période intermédiaire) entrent au musée de Boulaq. Il se révèle vite trop exigu pour accueillir l'ensemble du contenu de la DB320. Lors de sa fermeture, en 1889, les momies sont transférées - avec l'ensemble des collections - au palais de Giza, où elles restent jusqu'en 1902, date à laquelle elles rejoignent le magnifique bâtiment de l'actuel musée égyptien du Caire, place Tahrir.

Le "démaillottage" des momies est un "spectacle" très "en vogue" à l'époque (on se souvient d'ailleurs que Maspero en a organisé plusieurs à Paris, lors de l'Exposition universelle de 1867). Le 1er juin 1886, en présence du Khédive d'Égypte, de nombreuses personnalités, et de Maspero, Brugsch et Bouriant, la momie de Ramsès II est démaillottée. En 1886, c'est Brugsch qui entreprend le "démaillottage" de la momie de Thoutmosis III. Il se justifiera ainsi auprès d'un Maspero mécontent : "Pour la momie de Thout III, j'étais forcé de la dérouler pour sauver l'inscription !" Nous devons à Brugsch, qui s'est spécialisé dans la photographie, les clichés les plus "parlants" des momies de la DB320.

Il faut aussi noter - même si cela semble difficilement compréhensible aujourd'hui - qu'en 1883,  alors que le musée manque de fonds, le Service des Antiquités est autorisé à vendre des pièces. Plusieurs oushebtis provenant de la DB320 sont ainsi cédés, ainsi que des amulettes, des momies, des sarcophages…


La DB 320 : un apport considérable à l'égyptologie

Sans cet "épisode", quelles chances aurions-nous eues de connaître les momies des plus grands pharaons, dont la momie - et par là même le visage - du grand Ramsès ? Quelles probabilités aurions-nous eues d'appréhender l'histoire de toutes ces "momies" transportées de tombe en tombe pour éviter la profanation dans les périodes troublées de la XXIe dynastie ? Aurions-nous pu contempler toutes les merveilles exposées dans les salles 46 et 47 du musée du Caire ?

Avec la découverte de la DB320 l'Égypte, le monde de l'égyptologie, et par delà, le monde entier s'est enrichi de la connaissance, parfois même de l'existence de ces grandes figures du passé.

Marie Grillot



Illustration : Extraction des sarcophages - dessin d’Émile Bayard

Relire le premier épisode : http://egyptophile.blogspot.fr/2014/07/la-cachette-des-momies-royales-histoire.html

Relire le deuxième épisode :

http://egyptophile.blogspot.fr/2014/07/la-cachette-des-momies-royales-histoire_5.html

Relire le troisième épisode :

http://egyptophile.blogspot.fr/2014/07/la-cachette-des-momies-royales-histoire_6.html


Bibliographie

Maspero Gaston, “Les momies royales de Deir el-Bahari”

Maspero Gaston, “Rapport sur la trouvaille de Deir el-Bahari” - Institut Egyptien - bulletin n° 2 - 1881

Gaston Maspero, “Elisabeth David”, Pygmalion, 1999

Reeves Nicholas, Wilkinson Richard H., “The complete valley of the kings”

Rommer John, “La vallée des rois”

Carter Howard, “La fabuleuse découverte de la tombe de Toutankhamon”

Ceram C.W., “Des dieux, des tombes, des savants”

Dauber Maximilien, “Un village au bord du Nil”

Ehlebracht Peter, “Sauvez les pyramides”

Montet Pierre, “Isis ou à la recherche de l'Egype ensevelie”

Vercoutter Jean, “A la recherche de l'Egypte oubliée”

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Momie_(film,_1969)

https://archive.org/details/The_Night_of_Counting_the_Years




more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: où sont les Frères musulmans? - Slate Afrique

Egypte: où sont les Frères musulmans?
Slate Afrique
...
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Pensions rise by 20% in 2014: Min. of Social Solidarity

Pensions rise by 20% in 2014: Min. of Social Solidarity | Égypt-actus | Scoop.it
CAIRO: The pension system is being improved and will increase in the next phase by 20 percent, Minister of Social Solidarity Ghada Waly said Saturday, according toYoum7.
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

New solar energy project launched for Alexandria clothes factory

New solar energy project launched for Alexandria clothes factory | Égypt-actus | Scoop.it
CAIRO: The Renewable Energy Committee in Alexandria, Green Energy Solutions Company (GESC) and Freedom Renewable Energy announced Sunday at a press conference the establishment of the first solar energy plant generating power for a clothes factory...
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: perpétuité pour le chef des Frères musulmans

Egypte: perpétuité pour le chef des Frères musulmans | Égypt-actus | Scoop.it
Le Monde Egypte: perpétuité pour le chef des Frères musulmans i24news L'Egypte a annoncé une augmentation de ses prix du pétrole de 78%, à compter de samedi, a affirmé une source gouvernementale vendredi, dans une volonté de réduire les subventions...
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Interview de Mahmoud Azab, conseiller du dialogue interreligieux à Al-Azhar, en Egypte

Interview de Mahmoud Azab, conseiller du dialogue interreligieux à Al-Azhar, en Egypte | Égypt-actus | Scoop.it

DL : Quelle est votre fonction au sein d’Al-Azhar et quel est le principal message que votre institution cherche à diffuser ?

MA : Depuis mon retour en Égypte il y a trois ans suite à la révolution, ma fonction auprès d’Al-Azhar consiste à prôner le dialogue religieux. Il s’agit avant tout du dialogue islamique interne, égypto-égyptien, puisque plusieurs écoles juridiques se côtoient. Ensuite, vient le dialogue islamo-chrétien, dont nous distinguons trois dimensions. Premièrement, les chrétiens égyptiens constituent notre priorité principale puisqu’il en va de l’unité de notre pays. Dans un deuxième temps vient le christianisme arabe (oriental) ; n’oublions pas l’effort extraordinaire de traduction que nous devons aux moines chrétiens à l’échelle historique. En troisième lieu vient le dialogue avec le Christianisme dans le reste du monde.  […] Le message d’Al-Azhar consiste notamment à prôner le pluralisme islamique au-delà de l’islam doctrinal. Et le pluralisme en Égypte ne peut s’appuyer que sur l’islam modéré et le christianisme modéré. Le peuple égyptien est un peuple croyant, musulman et chrétien. A travers son action, Al-Azhar est capable de réunir les camps qui ne se réunissent pas ailleurs.

DL : Comment décririez-vous le rôle qu’Al-Azhar joue par rapport à la vie politique égyptienne ?

MA : Mon institution ne joue pas de rôle politique comme les Frères Musulmans ou les partis salafistes, mais a un rôle davantage national. C’est très important de ne pas confondre les deux. L’actuel chef d’Al-Azhar, le Sheikh Ahmed Al-Tayeb, s’est attaché ces trois dernières années à ce que notre université retrouve ce rôle important qu’il avait légèrement perdu ce dernier quart de siècle. Quatre moments cruciaux sont à retenir. Tout d’abord, Al-Azhar a été le berceau de la résistance face à l’envahisseur à l’époque de Bonaparte. Le deuxième moment historique se passe en 1919, lorsqu’Al-Azhar dirige la résistance contre les Anglais. À l’époque, le Pape copte est venu s’entretenir avec les autorités d’Al-Azhar et ensemble, ils ont créé le drapeau réunissant la croix chrétienne et le croissant islamique et figurant également le célèbre slogan « la religion est pour Dieu, la patrie est pour tous. » Ce drapeau est réapparu pour la première fois sur la place Tahrir il y a trois ans. Le troisième moment historique est 1958, lorsque toute l’Egypte est derrière Nasser dans le cadre de la guerre de Suez. Enfin, le quatrième moment commence en janvier 2011 avec la révolution.

DL : Pourriez-vous commenter la prise de position d’Al-Azhar lors du coup d’Etat de l’été 2013 ?

MA : Ces dernières décennies, l’Égypte a attendu le moment du réveil démocratique et libre. Voilà pourquoi, lors du premier vote pour la nouvelle Constitution après la révolution, nous – Al-Azhar et l’Eglise copte – nous sommes retirés tous les deux. L’Egypte avait besoin d’une Constitution basée sur la citoyenneté. Que l’Europe ait été égarée par certains médias ou non, nous étions ici et nous avons vu plus de 25 millions de personnes descendre dans la rue le 30 juin de l’année passée. L’Egypte était sur le point d’un éclatement et l’armée est intervenue pour défendre la sécurité de l’intérieur. Il y a actuellement une tendance à critiquer l’armée, mais notre armée est une armée nationale, notamment constituée des fils de paysans… Dans chaque famille égyptienne, il y a un cousin ou un oncle qui est soldat ou officier dans l’armée. Il ne s’agit pas d’une force sectaire ou ethnique qui se pose en adversaire face au peuple. Pour nous, le 30 juin était une révolution. Et si vous voulez absolument utiliser le terme « coup d’état », il s’agissait d’un coup d’état populaire. Al-Azhar et l’Eglise chrétienne se tenaient à côté de l’armée pour défendre le peuple. Les chefs d’autres partis étaient également présents, les salafistes aussi étaient là malgré les divergences d’opinion sur beaucoup d’autres choses.

DL : Comment Al-Azhar se positionne-t-elle par rapport aux acteurs politiques dits « islamistes » ?

MA : En tant que représentant d’Al-Azhar, je suis pour un islam neutre qui ne s’implique pas dans les problèmes politiques. Quand l’islam se mêle à la politique, c’est l’islam qui perd. […] Nous sommes donc contre tous les courants qui cherchent à instrumentaliser l’islam à des fins politiques. La déclaration d’Al-Azhar de juin 2011 montre bien que nous voulons une Égypte démocratique. Nous ne voulons pas que l’Égypte soit dirigée par un Etat religieux comme ce qui s’est passé en Europe au Moyen Âge. L’islam n’impose pas une forme spéciale et particulière pour le pouvoir, il insiste surtout sur la justice. Il est important de neutraliser les valeurs de l’islam qui sont instrumentalisées.

DL : Quel est le message qu’Al-Azhar souhaiterait transmettre à l’Europe ?

MA : L’Égypte, dans sa dimension méditerranéenne, a partagé de nombreuses valeurs avec l’Europe, même en temps de guerre. Mais que s’est-il passé en Irak en 2003, en Libye [en 2011] puis en Syrie [plus récemment encore] ? En quelques années, on a liquidé les trois grandes armées de la région. Il ne reste que l’armée égyptienne, voilà pourquoi on doit la protéger.  […] Lorsque l’Union Européenne évoque la démocratie et la légitimité, on a l’impression que la démocratie s’enferme dans les urnes. Selon moi, le vote est la signature du contrat social, et pas la démocratie toute entière. Si le peuple donne son accord et signe à travers les urnes, ce peuple peut également retirer ce qu’il a donné. […] Je reste toutefois certain que l’Europe comprend bien l’Orient et ses problèmes. Même dans le malheur, après des épisodes d’invasion et de colonisation, nous avons trouvé les moyens de nous entendre. J’attends de l’Europe qu’elle voie les changements – les vrais changements – que l’on vit maintenant, et qu’elle change de vocabulaire et de terminologie en parlant avec nous. […] Moi qui ai vécu longtemps en Europe et qui suis convaincu des valeurs communes que nous partageons, […] j’aimerais voir apparaître de nouvelles pistes d’entente. Pour cela, il convient surtout d’encourager le retour de cet islam pluraliste et tolérant.

more...
No comment yet.