Égypt-actus
Follow
Find tag "dialogue"
357.6K views | +72 today
Égypt-actus
Égypt-actus
revue de presse sur l'actualité culturelle, archéologique, politique et sociale de l'Égypte
Curated by Egypt-actus
Your new post is loading...
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Dialogue with Egypt's political parties

Dialogue with Egypt's political parties | Égypt-actus | Scoop.it

The Swedish Institute of Alexandria and the Masr El Metnawara (Enlightened Egypt) foundation got together to organise a forum with political parties and NGOs in Egypt.  

The first of its kind in the country, the dialogue event comes at a time when both the public and the political parties need to revive their communication lines.

 

I expected Egyptians to swell in numbers at the front door of this event to take the chance to challenge the increasing number of political parties in this new era. Unfortunately, turnout was small and although numbers began to grow towards the end of the evening, it was not enough to fill the fairly empty halls.

 

The well-organised event kicked off by tackling issues such as the Sinai and women's rights, while the afternoon analysed both short-term and long-term solutions for the Egyptian economy, and the role of the youth in guarding the public, to name a few.

 

The day ended with a concert. There were three halls, where the political parties held separate discussions with the audience on particular issues, simultaneously. After the talks were over both political parties and the NGOs congregated to debate against each other on where the democratic transition in Egypt is heading as well as on social justice and the deteriorating quality of life.

As I weaved in and out between various members of political parties, one main factor they all had in common was their enthusiasm. Nour Party received hard-hitting questions on their controversial stance on hoping to push Egypt back into an Islamic Golden Age, while Al Wasat Party led one of the most interactive sessions, tackling the issues of Egypt’s economy hand-in-hand with the audience.

 

More on: http://www.yourmiddleeast.com/features/dialogue-with-egypts-political-parties_13912

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Société : Au Caire, la jeunesse enseigne les compétences nécessaires au dialogue

Société : Au Caire, la jeunesse enseigne les compétences nécessaires au dialogue | Égypt-actus | Scoop.it
En dépit des évènements charnières de la révolution égyptienne, la détérioration des conditions économiques a été une source de frustrations aboutissant à des actes de violence. Et pourtant, la jeunesse égyptienne n’a pas baissé les bras et continue d’œuvrer en faveur d’un changement pacifique.

Deux ans après que le peuple d’Egypte ait envahi les rues en demandant la fin du régime dictatorial de l’ancien président Hosni Moubarak, les Egyptiens portent un regard sur les résultats obtenus : le régime a été renversé, un nouveau président a été élu et ils ont enfin pu exprimer leurs opinions par des démonstrations populaires d’une part et par le vote d’autre part. Toutefois, les conditions économiques et le niveau de vie de beaucoup d’Egyptiens se sont détériorés. De plus, la paix et la stabilité ont été menacées par un nombre croissant d’évènements violents à travers le pays.

La jeunesse égyptienne semble la plus frustrée par le statu quo actuel. Mais, alors que certains ressentent de la frustration et du désespoir, beaucoup d’autres continuent leur effort et dépassent les différences politiques, idéologiques et religieuses, dans l’intérêt d’une transformation pacifique et démocratique de l’Egypte.

Mohammed Fathi, un graphiste et photographe musulman, se souvient : « Nous étions heureux de faire partie du changement, et nous étions pleins d’espoir d’un futur merveilleux. Les évènements qui ont suivi, toutefois, ont profondément affecté notre psychisme ». Quoique exprimant son désappointement au sujet de la situation actuelle, il parle aussi « d’une magnifique solidarité » qui a réuni les gens durant la révolution.

Rommel Barsoum et Bishoi Sadeq, étudiants chrétiens coptes en médecine et en sciences pharmaceutiques respectivement, sont en faveur d’une séparation de la religion- quelle que soit la religion – et de l’Etat. Mais leur conviction n’affecte pas pour autant leurs relations sociales. Ils ont beaucoup d’amis appartenant à différents groupes politiques et religieux dans le pays et ils sont convaincus que « respecter les différences est fondamental pour éviter la violence sous toutes ses formes, en particulier durant cette étape sensible ».

Les problèmes dont souffre l’Egypte réclament des solutions pratiques et des efforts monumentaux pour guider le pays au travers de cette actuelle période de transition. Et la jeunesse égyptienne n’a pas hésité à faire sa part du travail sur ce chemin menant au changement. Plus: http://www.iloubnan.info/societe/77671/Au-Caire-la-jeunesse-enseigne-les-competences-necessaires-au-dialogue
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

John Kerry appelle l'Egypte au «dialogue» et au «compromis»

John Kerry appelle l'Egypte au «dialogue» et au «compromis» | Égypt-actus | Scoop.it

Par Alexandre Buccianti/RFI

John Kerry n’est pas parvenu à surmonter la méfiance sinon l’hostilité de l’opposition. Il a pourtant affirmé être venu « en ami du peuple égyptien et non en allié d’une personne, d’un parti ou d’une idéologie ». « Nous ne sommes pas ici pour nous ingérer ni pour mettre la pression sur l’un ou sur l’autre », a déclaré le secrétaire d’Etat dans une conférence de presse.

Cela n’a pas empêché John Kerry de proposer le remède américain à la crise politique égyptienne : « Les diverses factions doivent entamer un dialogue et faire des compromis ». Il a implicitement critiqué le boycott des législatives par l’opposition en affirmant que « la protestation pacifique est une forme d’action démocratique mais pas la seule ».

Le secrétaire d'Etat américain a aussi salué le gouvernement où les Frères musulmans occupent les postes clé pour avoir accepté des observateurs internationaux aux élections. Il a enfin rendu hommage à la nouvelle Constitution dont l’abrogation est une revendication essentielle de l’opposition.

Dimanche John Kerry doit être reçu par les deux personnages les plus importants d’Egypte, le président Mohamed Morsi et le ministre de la Défense, le général Abdel Fattah el-Sissi.

 

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20130303-john-kerry-appelle-egypte-dialogue-compromis-baradei-moussa

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte : Discussions pour une sortie de crise

Al Qarra - Jeudi au Caire, des représentants de tous les mouvements politiques, révolutionnaires ou religieux se sont réunis à l’Université Al-Azhar, la plus haute autorité de l’islam sunnite. A l’issue de cette rencontre sous la médiation du chef de l’institution, le cheikh Ahmed al-Tayyeb, les participants sont tombés d’accord sur un certain nombre de principes. A travers la signature du « document d’Al-Azhar », ils se sont engagés à dénoncer la violence et à ne pas l’inciter.

Mohamed El Baradei, membre du Front de salut national (FSN):

« Nous sortons de cette réunion avec une sorte d’optimisme malgré les nombreux défis. Chacun pense que le destin de l’Egypte est en jeu et nous allons faire tout ce que nous pouvons avec une bonne volonté pour construire la confiance entre les factions du peuple égyptien ».

Amr Moussa, membre du Front de salut national (FSN) :

« Nous travaillons pour sauver l’Egypte, qui passe par une mauvaise situation, une situation instable, et c’est notre responsabilité. »

Les participants ont pris l’engagement de privilégier le dialogue et une résolution pacifique de la crise.

Saad al-Katatni, chef du Parti de la Justice et de la Liberté de Morsi:

« Tous les participants à la réunion ont exprimé qu’ils étaient prêts à faire des compromis pour que ce dialogue réussisse. »

Depuis une semaine, une nouvelle vague de violences a fait au moins 56 morts en Egypte. L’opposition a néanmoins appelé à des manifestations vendredi pour dénoncer la politique du président Mohamed Morsi. Elle l’accuse de trahir l’esprit de la révolution, et de concentrer le pouvoir entre les mains des Frères musulmans, dont il est issu.

 

Par Jihane Boudraa

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Accord en Égypte pour favoriser le dialogue

Accord en Égypte pour favoriser le dialogue | Égypt-actus | Scoop.it

L’opposition maintient son appel à manifester massivement contre Morsi aujourd’hui.

Les factions rivales se sont engagées hier à prévenir la violence qui a fait des dizaines de morts en une semaine en Égypte et à favoriser le dialogue pour une sortie de crise.
Ainsi, le Front de salut national (FSN), principale coalition de l’opposition, le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), parti des Frères musulmans dont est issu M. Morsi, des islamistes, des groupes révolutionnaires, des indépendants et des représentants des Églises d’Égypte ont participé à une réunion au Caire à l’initiative d’al-Azhar, plus haute autorité de l’islam sunnite.

Egypt-actus's insight:

Dans un document signé au terme de la réunion sous l’égide du chef d’al-Azhar, cheikh Ahmad al-Tayyeb, les participants ont « dénoncé la violence sous toutes ses formes », et promis de s’abstenir de « toute incitation à la violence ». Ils ont également souligné « la responsabilité de l’État et de son appareil sécuritaire de protéger les citoyens ».
« Nous sommes sortis des discussions sur une note d’optimisme » malgré « les difficiles défis que nous affrontons », a déclaré Mohammad el-Baradei, figure de proue du FSN.
Il a fait état d’« une entente » pour régler les « différends par les moyens pacifiques », quelques jours après avoir rejeté un appel au dialogue, lancé par M. Morsi.
« Nous travaillons pour sauver l’Égypte », a déclaré pour sa part Amr Moussa, un autre dirigeant du FSN.
« Tous (les participants) ont exprimé leur disposition à faire des concessions », a expliqué Saad al-Katatni, chef du PLJ. « Le règlement des problèmes de la transition démocratique passent inéluctablement par le dialogue », a-t-il ajouté.
Selon lui, un comité, représentatif des factions politiques et des jeunes, a été chargé de préparer ce dialogue « sans conditions préalables ».


Les participants se sont engagés à régler leurs différends par « un dialogue sérieux », selon le document d’al-Azhar.
« Le dialogue national auquel participent toutes les composantes de la société, sans exception, est le seul moyen de régler les différends », a souligné le grand imam d’al-Azhar au début de la réunion.
Le dialogue est « une garantie contre la monopolisation du pouvoir, qui conduit à la tyrannie », a-t-il encore dit, en plaidant pour « une alternance pacifique du pouvoir ».

 

AFP, via L'Orient Le Jour

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: l'opposition refuse le 'dialogue' demandé par Morsi

Egypte: l'opposition refuse le 'dialogue' demandé par Morsi | Égypt-actus | Scoop.it
La principale coalition de l'opposition égyptienne a rejeté lundi un appel du président islamiste Mohamed Morsi à un dialogue national pour tenter de résoudre la crise que vit le pays après des jours de violentes émeutes.
Egypt-actus's insight:

Le Front de salut na­tio­nal (FSN), prin­ci­pale coa­li­tion de l'op­po­si­tion égyp­tienne a re­fu­sé lundi de par­ti­ci­per au "dia­logue na­tio­nal" convo­qué par le pré­sident Mo­ha­med Morsi, et qui doit avoir lieu à 18h00 (16h00 GMT).

Mo­ha­med Morsi a pro­po­sé cette réunion à onze par­tis po­li­tiques, face à l'ex­ten­sion de ma­ni­fes­ta­tions nées à Port-Saïd, au dé­bou­ché du canal du Suez, et qui ont fait cin­quante morts de­puis jeudi à tra­vers le pays.

 

Mo­ha­med El Ba­ra­dei, co­or­di­na­teur du FSN, a dé­cla­ré que la pro­po­si­tion de dia­logue était "cos­mé­tique et su­per­fi­cielle", et a pré­ci­sé que la coa­li­tion ne par­ti­ci­pe­rait à de fu­tures dis­cus­sions que si Mo­ha­med Morsi re­con­nais­sait sa res­pon­sa­bi­li­té dans les vio­lences meur­trières des der­niers jours. L'op­po­si­tion avait déjà me­na­cé d'ap­pe­ler à de nou­velles ma­ni­fes­ta­tions et à une pré­si­den­tielle an­ti­ci­pée si ses condi­tions n'étaient pas rem­plies.

"Nous ne par­ti­ci­pe­rons pas à un dia­logue vide de sens", a af­fir­mé lors d'une confé­rence de presse Mo­ha­med El Ba­ra­dei. "Nous sommes to­ta­le­ment d'ac­cord au sein du Front. Il faut re­mé­dier aux ra­cines du pro­blème que nous vi­vons, pas aux symp­tômes. La so­lu­tion n'est pas sé­cu­ri­taire, elle est po­li­tique", a-t-il ajou­té après une réunion du FSN, à la­quelle par­ti­ci­paient aussi l'an­cien pa­tron de la Ligue arabe Amr Mous­sa et le troi­sième homme de la pré­si­den­tielle de l'an der­nier, Ham­deen Sab­ba­hi.


Reuters-AFP, via L'Echo.be

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt's National Salvation Front rejects dialogue with Morsi

Speaking for the National Salvation Front at the conclusion of an emergency meeting on Monday afternoon, Mohamed ElBaradei said President Mohamed Morsi's invitation for a national dialogue at 6pm was "unserious," and "could only lead to a dead end."

 

Hamdeen Sabbahi, the leader of the Popular Current, said the front supports peaceful protests, declared solidarity with anti-Morsi protesters across the country, and called for the dismissal of the minister of interior after the deaths of more than 40 demonstrators in the past 72 hours.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt's Socialist Popular Alliance rejects Morsi dialogue

Egypt's Socialist Popular Alliance rejects Morsi dialogue | Égypt-actus | Scoop.it

The Socialist Popular Alliance Party has rejected President Mohamed Morsi's call for a national dialogue.

 

The party has also demanded the dismissal and the trial of the interior minister for "killing protesters."

 

In a statement issued late Sunday, the group also condemned the "performance of security forces when dealing with peaceful demonstrations" in recent days.

 

"The violence by security forces will push protesters to use more violence," it added.

 

The "real perpetrators and masterminds" of the Port Said Stadium disaster, which killed 74 people in February 2012, should be put on trial, not just those who "carried out the crime."

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt's Morsi to reach out to NSF, youth groups: Presidential source

 

Presidency plans to make fresh overtures – to both opposition National Salvation Front (NSF) and Egypt's politicised youth – in renewed effort to end impasse, presidential source tells Al-Ahram  President Mohamed Morsi plans to dispatch two of his aides to open talks with the opposition National Salvation Front (NSF) umbrella group and political youth movements in hopes of resolving Egypt's current political impasse, a presidential source told Al-Ahram's Arabic-language news website on Sunday.

 

According to the source, one presidential aide will be tasked with meeting NSF leaders in an effort to convince the latter to enter 'national dialogue' talks.

The NSF has until now refused to enter into dialogue talks until the presidency meets a raft of preconditions. These include the replacement of the current government, the dismissal of the Morsi-appointed prosecutor-general, and the launch of credible investigations into recent political violence.

Meanwhile, the source added, Morsi plans to send a second aide to meet with a number of political youth movements with the aim of setting a timetable for holding meetings with the presidency.

"The president is adamant about resolving the current national divide," the source asserted.

President Morsi "doesn't mind" appointing a new cabinet, the same source went on, as long as it "enjoys consensus" and receives guarantees from the opposition that the current political situation would stabilise once new ministers were sworn in.

"The president fears that if he replaces the cabinet, the new one, too, will face unreasonable pressures [by the opposition]," the source said.

 

More on: http://english.ahram.org.eg/NewsContent/1/64/66576/Egypt/Politics-/Egypts-Morsi-to-reach-out-to-NSF,-youth-groups-Pre.aspx

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte: John Kerry n’est pas parvenu à relancer le dialogue au Caire

Egypte: John Kerry n’est pas parvenu à relancer le dialogue au Caire | Égypt-actus | Scoop.it

Par Alexandre Buccianti/RFI

John Kerry aura passé le plus clair de son temps à écouter. C’est ce qui était officiellement prévu, même si les Américains espéraient que la visite de Kerry puisse contribuer à lancer un dialogue entre le pouvoir et l’opposition.

Le secrétaire d’Etat a bien appelé au « compromis », mais il n’a pas été entendu. Le président Morsi n’a pas accepté de faire de concession, et le Front du salut n’a pas accepté de participer aux législatives.

Pire, la visite de Kerry a provoqué une montée de l’expression de sentiments antiaméricains de la part des laïcs, qui accusent Washington de soutenir un régime semi-religieux, après avoir soutenu un régime semi-militaire.

La visite de Kerry a aussi été consacrée à s’assurer de la pérennité du traité de paix égypto-israélien et des efforts pour empêcher la contrebande d’armes vers Gaza. Kerry a d’ailleurs rendu hommage à l’intervention du président Morsi, qui a permis d’arrêter les tirs de missiles de Gaza vers Israël. John Kerry a enfin rencontré le ministre de la Défense, le général al-Sissi. L’homme à qui certains opposants demandent de renverser le pouvoir Frère musulman.

 

Plus : http://www.rfi.fr/afrique/20130303-egypte-john-kerry-washington-caire-morsi-freres-musulmans-general-sissi-israel-gaza

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Opinions: Points de vue à sens unique, en avant vers le chaos !

Opinions: Points de vue à sens unique, en avant vers le chaos ! | Égypt-actus | Scoop.it

Dans les cafés, les lieux de travail, les foyers ... partout dans l’Egypte d’au­jourd’hui les conversations s’enflam­ment et virent à la dispute. Un fait nou­veau depuis la révolution qui a créé un nouvel intérêt chez tous les Egyptiens : la politique. Aujourd’hui, tout le monde est devenu politisé sans vraiment l’être, et depuis une triste vérité s’est avérée : nous ne sommes capables ni de dialo­guer, ni d’écouter l’autre, ni d’essayer de comprendre son point de vue, ni même d’argumenter pour défendre notre propre avis.

A chaque étape post-révolutionnaire, les différends ont frôlé la rupture. Depuis le référendum du 19 mars 2011 jusqu’au dernier référendum constitu­tionnel en passant par les législatives et la présidentielle, chacun a adopté une position à laquelle il a tenu dur comme fer, allant même jusqu’à mettre en doute le patriotisme de celui ayant adopté la position contraire.

Le plus choquant est que ce sont les jeunes révolutionnaires qui sont les plus acharnés dans leur refus du dialogue, quelle que soit leur tendance. D’un côté, les jeunes du Front du salut ont menacé les leaders du Front de s’en retirer s’ils acceptent de dialoguer avec le président Mohamad Morsi. (Abir Taleb et Amira Dos /Al-Ahram Hebdo)

 

Plus : http://hebdo.ahram.org.eg/NewsContent/961/7/133/1680/Opinions-Points-de-vue-%C3%A0-sens-unique,-en-avant-ver.aspx

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte, une entente entre salafistes et opposition "libérale"? par Alain Gresh

Les islamistes contre les laïques, deux camps qui s’affrontent. Cette lecture des événements en Egypte prédomine dans la presse, en tous les cas depuis l’élection à la présidence de M. Mohamed Morsi, le candidat des Frères musulmans.

Egypt-actus's insight:

Une des difficultés qui entravent la bonne compréhension des évolutions actuelles réside dans le fait que, contrairement à ce que peuvent faire croire nombre de médias, les Frères ne contrôlent pas l’appareil d’Etat (ni les institutions religieuses, ni même la presse officielle, où s’exprime une diversité qui était impensable sous le régime Moubarak). Ce n’est pas la « frérisation » du pouvoir qui menace l’Egypte (même si les tendances autoritaires et hégémoniques des Frères sont indéniables), mais une sorte de chaos.

Au demeurant, l’événement le plus intéressant, passé sous silence, est la rencontre entre la direction du parti salafiste Al-Nour et celle du Front de salut national, qui regroupe une partie de l’opposition démocratique (une importante composante de celle-ci, dirigée par Abdel Monem Aboul Foutouh, a refusé de rejoindre l’opposition qui s’est alliée avec Amr Moussa, un homme de l’ancien régime — un fouloul [qu’on on pourrait traduire par « ci-devant »], comme on dit. Les deux parties ont signé un texte commun appelant à la formation d’un gouvernement d’union nationale (Salafist Nour Party, « NSF call for unity government », Ahramonline, 30 janvier 2013). (...)

L’accord en huit points inclut : la formation d’un gouvernement d’union nationale ; la création d’un comité pour amender les points controversés de la Constitution ; l’affirmation du caractère non partisan des institutions de l’Etat ; la nomination d’un nouveau procureur général ; la création d’un comité juridique pour enquêter sur les récentes violences ; l’établissement d’un consensus pour empêcher qu’une seule faction ne domine la vie politique ; le rejet de toute forme de violence et la réaffirmation du droit à manifester librement ; l’établissement d’un code de bonne conduite entre les partis politiques. (...)

Des salafistes et des libéraux unis sur des objectifs communs démocratiques ? Quelle hérésie, diront ceux qui ne voient l’Egypte qu’à travers le prisme de l’islam. Et si, au contraire, on se réjouissait du retour de logiques politiques, d’alliances et de confrontations...

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

All political trends are represented in national dialogue

All political trends are represented in national dialogue | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt-actus's insight:

The advisor of President Mohamed Mursi's for political affairs, Pakinam Sharqawi, said on Tuesday that the political forces that participated in the national dialogue represent the main political trends of all Egyptians.

Sharqawi confirmed that the presidency will persist to invite all the national forces for dialogue.

"Personally, I will not lose hope," she said in a press conference regarding Monday's session of the national dialogue.

The National Salvation Front, Egypt's main opposition group had rejected Mursi's call for dialogue saying that he did not respond to their demands which included the formation of a national salvation government to implement the demands of the revolution. 

Sharqawi discouraged an initiative put forward by the Director of the Ghad al-Thawra Party Ayman Nour to immediately form a national salvation government instead of Hisham Kandil's current government.

She said that kandil's government is a "Caretaker government until the elections."

Sharqawi added that the rest of the dialogue did not welcome the idea either since the parliamentary elections are scheduled to begin in less than a month.

She urged the political forces to prepare for the elections so that they have a strong presence in the next parliament, consequently become able to participate in the formation of the next government.

 

This content is from :Aswat Masriya  
more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypt's opposition spurns talks with Islamist leader

Egypt's opposition spurns talks with Islamist leader | Égypt-actus | Scoop.it
Egypt-actus's insight:

(Reuters, via Aswat Masriya)  

 

Egypt's main opposition coalition will not join a national dialogue on Monday called by President Mohamed Mursi because the proposal was not genuine and the group will only attend future talks if a list of conditions are met, members said.

Mursi invited his allies and rivals to talks at 6 p.m. (1600 GMT) on Monday to try to resolve a political crisis and end violence on the streets that erupted during anti-government protests. Five days of unrest has led to 50 deaths.

The National Salvation Front, which rejected a similar call for dialogue last year during another spasm of unrest, saw the Islamist leader's call as "cosmetic and not substantive", said leading member of the coalition Mohamed ElBaradei.

"We will not go to the dialogue today," ElBaradei told a news conference after the Front's members met in Cairo to discuss the invitation.

"We will send a message to the Egyptian people and the president of the republic about what we think are the essentials for dialogue. If he agrees to them, we are ready for dialogue."

The coalition's conditions included a demand that Mursi accept responsibility for the bloodshed and agree to form a government of national salvation, echoing previously unmet demands by the opposition.

"We have accepted dialogue (in the past) and went to the president in his office and spoke to him," said leftist firebrand politician Hamdeen Sabahy. "We did not refuse dialogue. But the result was he issued an oppressive decree."

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Égypte : l'opposition réfléchit à sa réponse à l'appel de Morsi au dialogue

Source AFP, via Le Point

 

La principale coalition de l'opposition égyptienne va se réunir lundi pour déterminer sa réponse à l'invitation du président islamiste Mohamed Morsi à un dialogue national en fin de journée, a annoncé à l'AFP l'un de ses membres. Le pays est plongé dans une nouvelle crise après la mort de 46 personnes en trois jours dans des violences dans trois provinces longeant le canal de Suez, où Mohamed Morsi a décrété l'état d'urgence et un couvre-feu nocturne pour 30 jours.

Egypt-actus's insight:

"Le Front du salut national (FSN) va se réunir" en début d'après-midi pour déterminer sa position, a déclaré à l'AFP Hussein Gohar, du Parti égyptien social-démocrate (ESDP), membre du FSN. Mohamed Morsi, avec qui l'opposition en majorité de gauche et libérale est à couteaux tirés, a appelé à un dialogue avec les dirigeants des forces politiques égyptiennes, y compris le FSN.

Le parti Al-Dostour du Prix Nobel de la paix Mohamed El Baradei, l'ancien patron de la Ligue arabe Amr Moussa et le troisième homme de la présidentielle de l'an dernier, Hamdeen Sabbahi, ont ainsi été invités.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Morsy invites ElBaradei, Sabbahi, Islamists to dialogue

Morsy invites ElBaradei, Sabbahi, Islamists to dialogue | Égypt-actus | Scoop.it
President Mohamed Morsy has invited representatives from 11 political parties for a dialogue, as well as several leading political figures, amid continued nationwide violence.
Egypt-actus's insight:

The political leaders include Dostour Party chief Mohamed ElBaradei, Popular Current movement leader Hamdeen Sabbahi, Ghad al-Thawra leader Ayman Nour and Islamist thinker Mohamed Selim al-Awa.

The meeting is scheduled to be held at 6 pm at the presidential palace, a statement by the president’s office said.

The statement said the meeting would discuss the political situation, mechanisms of dialogue and topics to be debated during the dialogue.

Parties invited to the meeting include the Muslim Brotherhood’s Freedom and Justice Party, Jama’a al-Islamiya’s Construction and Development Party, the Salafi Nour Party and the moderate Islamist Wasat Party, as well as the secular Dostour, Free Egyptians and Socialist Democratic parties.  (Egypt independent)

more...
No comment yet.