Un tribunal égyptien a condamné lundi deux Coptes à trois ans de prison chacun pour avoir retiré son arme à un soldat lors de la répression de manifestations de chrétiens égyptiens, selon une source judiciaire.


Maikel Adel Nagib Farag et Medhat Shaker ont été reconnus coupables de s'être emparés du fusil d'assaut du soldat lors d'affontements avec l'armée qui s'étaient soldés par la mort de 20 manifestants le 9 octobre 2011, a-t-on ajouté de même source. 

 

 


Les manifestants s'étaient rassemblés devant le siège de la télévision d'Etat au Caire pour protester contre un incendie criminel dans une église. Intervenue, l'armée avait tiré sur des protestataires, et en avait écrasé certains en blindés.

 


L'armée, qui était à l'époque au pouvoir, avait ensuite condamné, selon la presse égyptienne, trois soldats à des peines de prison pour homicide involontaire durant les affrontements, mais ces peines n'ont jamais été officiellement confirmées.
Elle avait aussi indiqué que des soldats avaient péri dans ces heurts, sans préciser leur nombre.


Les Coptes, qui constituent 6 à 10% des 83 millions d'Egyptiens, ont été la cible de nombreuses attaques ces dernières années, qui ont aggravé leur sentiment d'insécurité malgré les assurances des autorités.
Les affrontements du 9 octobre avaient toutefois particulièrement choqué cette communauté chrétienne, car ils avaient impliqué des militaires.