Égypt-actus
Follow
Find tag "ONU"
374.8K views | +21 today
Égypt-actus
Égypt-actus
revue de presse sur l'actualité culturelle, archéologique, politique et sociale de l'Égypte
Curated by Egypt-actus
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte : l'ONU condamne les persécutions et mauvais traitements de journalistes

Egypte : l'ONU condamne les persécutions et mauvais traitements de journalistes | Égypt-actus | Scoop.it

31 janvier 2014 – Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a exprimé vendredi sa préoccupation face à l'intensification de la répression des médias en Egypte ainsi que des attaques contre les journalistes, empêchant les médias de travailler librement.

« Au cours des derniers mois, nous avons reçu de nombreuses informations concernant le harcèlement, la détention et la persécution des journalistes égyptiens et internationaux ainsi que des attaques violentes qui ont blessé des journalistes tentant de couvrir le troisième anniversaire de la révolution égyptienne, qui a eu lieu le weekend dernier », a expliqué le porte-parole du HCDH, Rupert Colville, lors d'une conférence de presse à Genève.

« Selon des informations non confirmées, plusieurs journalistes ont été blessés par balles réelles et avec des balles recouvertes de caoutchouc samedi dernier, tirés aussi bien par des opposants au gouvernement que par les forces de sécurité. Cela accentue davantage la situation dangereuse dans laquelle se trouvent les journalistes qui travaillent dans le pays », a-t-il ajouté.

Un grand nombre de journalistes ont également été arrêtés par les autorités, mais la plupart ont depuis été relâchés. Mercredi, le Procureur général de l'Égypte a annoncé l'inculpation de 16 journalistes locaux et de quatre journalistes internationaux qui auraient travaillé pour le compte de la chaîne de télévision Al Jazeera, et qui sont accusés d'avoir « aidé un groupe terroriste » et « nui aux intérêts nationaux », des chefs d'accusation très vagues.

« Cela montre non seulement que, depuis la chute de l'ancien gouvernement en juillet, les autorités visent systématiquement les employés d'Al Jazeera, dont cinq autres sont déjà détenus, mais aussi que cette répression accentue les craintes des journalistes en général, ce qui est très néfaste pour la liberté d'expression et d'opinion », a souligné le porte-parole du HCDH.

Des journalistes qui travaillent pour d'autres médias auraient eux-aussi été attaqués par des manifestants pro-gouvernementaux simplement parce qu'ils étaient soupçonnés de travailler pour Al Jazeera.

« Une vidéo montrerait un policier qui menace une équipe de cameramen qui travaillent pour une autre chaîne de télé, de dire à la foule qu'ils travaillent pour Al Jazeera s'ils n'arrêtent pas de filmer, pour qu'ils se fassent agressés. Si cela est confirmé ça démontrerait la véracité des accusations que la campagne contre Al Jazeera va jusqu'à l'incitation à la violence », a indiqué M. Colville.

« Nous exhortons les autorités égyptiennes à libérer immédiatement les journalistes détenus qui ne faisaient rien d'autre que leur travail légitime d'informer sur ce qui se passe. Il relève de l'obligation de l'État d'assurer la liberté d'expression, et de permettre aux journalistes de couvrir et d'informer sur la situation actuelle en Égypte », a-t-il ajouté, en exigeant des enquêtes indépendantes et transparentes sur l'ensemble de ces incidents.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Femmes: Morsi décide d’éviter la polémique

Femmes: Morsi décide d’éviter la polémique | Égypt-actus | Scoop.it
La délégation égyptienne a finalement signé la déclaration de l’Onu interdisant la violence contre les femmes, malgré les vives contestations des Frères musulmans.

Les débats sur les droits des femmes ont révélé au grand jour le fossé qui sépare les islamistes et les libéraux en Egypte.

« Cette déclaration est un cadeau pour les 40 millions de femmes égyptiennes », s’est réjouie samedi la présidente du Conseil national des femmes, Mervat Al-Tallawy, qui présidait la délégation officielle de l’Egypte. « Les femmes sont les esclaves de notre ère (…), malgré cette déclaration née au forceps, beaucoup reste à faire pour les femmes du Moyen-Orient. La solidarité internationale est nécessaire pour l’émancipation des femmes et leur protection contre la vague réactionnaire qui gagne les pays en développement, particulièrement le Moyen-Orient », a encore ajouté Al-Tallawy, connue pour son hostilité aux islamistes. « L’application de cette déclaration se fera dans le cadre des législations et des lois égyptiennes et prendra en compte les traditions de notre société », a-t-elle toutefois assuré.

 

Gamila El-Tawila / Al-Ahram Hebdo

Plus : http://hebdo.ahram.org.eg/NewsContent/966/1/130/2052/Femmes-Morsi-d%C3%A9cide-d%E2%80%99%C3%A9viter-la-pol%C3%A9mique.aspx

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

"ONU-Femmes" préoccupé par la montée des violences contre les femmes en Égypte

"ONU-Femmes" préoccupé par la montée des violences contre les femmes en Égypte | Égypt-actus | Scoop.it
La Directrice exécutive d'ONU-Femmes a exprimé jeudi sa profonde préoccupation devant l'escalade des violences contre les femmes en Égypte.
Egypt-actus's insight:

 Elle se déclare très « perturbée » par la gravité des attaques perpétrées contre des manifestantes lors de la commémoration du deuxième anniversaire du soulèvement populaire de février 2011.

 

« ONU-Femmes est profondément troublé par la gravité des récentes attaques commises contre des femmes, y compris les signalements d'agressions sexuelles, dont beaucoup se sont produits sur la place Tahrir, là même où les femmes s'étaient ralliées aux hommes pour contribuer ensemble à un avenir meilleur pour leur pays », indique Michelle Bachelet dans un communiqué de presse.

 

Environ 25 femmes auraient fait l'objet, vendredi dernier, d'agressions sexuelles sur la place Tahrir, en plein centre du Caire, la capitale égyptienne, au cours d'un rassemblement. Dans certains cas, ces agressions auraient été d'une violence sans précédant, a relevé de son côté le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, qui déplore l'incapacité des autorités à prévenir de tels incidents ou à faire comparaitre les suspects devant la justice.

 

Des dizaines de milliers de personnes auraient défilé contre le Président de l'Égypte, Mohammed Morsi, deux ans après les manifestations gigantesques qui avaient conduit au renversement de son prédécesseur, Hosni Moubarak, et inauguré une période de transition vers un régime démocratique.

 

Selon les médias, des dizaines de personnes ont été tuées dans la récente vague de protestations et plus d'un millier d'autres blessées. Devant l'escalade des violences, M. Morsi a déclaré l'état d'urgence pour une période de 30 jours, ainsi qu'un couvre-feu dans les quartiers d'Ismaïlia, de Suez et de Port-Saïd.

 

Mme Bachelet appelle maintenant les dirigeants égyptiens à adopter des lois et des mécanismes juridiques afin de garantir la protection des femmes et des enfants, et à promouvoir les droits de l'homme pour l'ensemble de la population.

 

« En tant que moteur de la société civile, les femmes continuent de faire pression pour que soient respectés leurs droits et leur pleine participation aux processus de prise de décisions qui touchent tous les Égyptiens, de même que les principes de la révolution par les plus hauts dirigeants du pays », ajoute la Directrice exécutive.

 

*********************************

Article en anglais: http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=44046&Cr=egypt&Cr1

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Egypte : l'ONU condamne des attentats au Caire à la veille de l'anniversaire de la révolution

Egypte : l'ONU condamne des attentats au Caire à la veille de l'anniversaire de la révolution | Égypt-actus | Scoop.it

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a condamné vendredi des attentats qui ont frappé la région du Caire, en Egypte, et qui auraient tué au moins six personnes, à la veille du troisième anniversaire de la révolution de 2011.

« Aucune cause ne peut justifier de tels actes de terrorisme », a dit son porte-parole dans un communiqué de presse. Le Secrétaire général « présente ses condoléances aux familles des victimes ainsi qu’au gouvernement et au peuple d’Egypte et appelle à traduire les auteurs en justice », a-t-il ajouté.

Selon les médias, quatre attentats ont frappé le Caire vendredi, l'un devant le quartier général de la police, les trois autres près d'une station de métro, devant un commissariat et près d’un cinéma.

De son côté, la Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a exprimé vendredi sa profonde inquiétude suite aux dégâts causés au Musée d'art islamique égyptien par l'explosion d'un véhicule à proximité de la Direction de la police, située rue Port Saïd au Caire, devant l'entrée principale du Musée.

 

« Je condamne fermement cette attaque et les destructions qu'elle a provoquées dans ce lieu de renommée internationale qu'est le Musée d'art islamique du Caire, qui abrite des milliers d'objets inestimables », a déclaré Irina Bokova. « Cette attaque met en évidence le danger de dégâts irréversibles qui pèse sur l'histoire et l'identité du peuple égyptien ».

 

« Je m'engage aujourd'hui à mobiliser toute l'expérience et l'expertise de l'UNESCO pour reconstruire le musée et réparer les dégâts. Ce travail est aussi essentiel pour le peuple d'Egypte que pour les femmes et les hommes dans le monde », a déclaré la Directrice générale. « Ce patrimoine fait partie de l'histoire universelle de l'humanité, une histoire partagée par tous et que nous devons tous chercher à préserver ».

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Égypte: le HCDH préoccupé par un projet de loi qui restreint le droit de rassemblement

Égypte: le HCDH préoccupé par un projet de loi qui restreint le droit de rassemblement | Égypt-actus | Scoop.it

Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a exprimé mardi sa préoccupation devant le projet de loi approuvé la semaine dernière par le cabinet égyptien et qui restreint considérablement la liberté de rassemblement.

« Nous regrettons que le projet de loi sur les manifestations approuvé le 13 février dernier ne prenne pas suffisamment en compte les observations du HCDH et d'autres organisations des droits de l'homme », a indiqué Rupert Colville, porte-parole du Haut Commissariat, lors d'un point de presse donné à Genève.

M. Colville a reconnu que la liberté de rassemblement, considérée comme l'une des pierres angulaires de la démocratie, peut être sujette à certaines restrictions. Cependant, « elle devrait aussi être considérée comme la règle, et les restrictions comme l'exception. Dans sa forme actuelle, le projet de loi soulève des préoccupations quant à la nature et à la portée des limites imposées », a-t-il noté.

Le texte prévoit notamment des sanctions pénales contre les organisateurs qui ne respecteraient pas le cadre juridique désormais fixé pour l'organisation d'une manifestation. Il impose également de larges restrictions aux rassemblements publics et limite le choix des lieux où ils peuvent se dérouler, tout en accordant aux Ministère de l'Intérieur toute discrétion pour annuler les rassemblements.

« Personne ne devrait être pénalisé ou exposé à des menaces d'actes de violence, de harcèlement ou de persécution pour avoir exprimé de manière pacifique des préoccupations quant aux questions relatives aux droits de l'homme», a rappelé M. Colville.

« Nous recommandons donc que les dispositions du projet de loi soient réexaminées, de manière à s'assurer qu'il respecte les normes internationales des droits de l'homme. »

Des dizaines de milliers d'Égyptiens ont pris part le mois dernier à des manifestations contre le Président Mohammed Morsi, deux ans après les soulèvements populaires qui avaient provoqué la chute de l'ancien Président Hosni Moubarak et ouvert une période de transition dans le pays. Des dizaines de personnes ont trouvé la mort lors des récentes manifestations, qui ont également fait plus d'un millier de blessés.

Devant ces incidents, le Secrétaire général Ban Ki-moon et la Haute Commissaire aux droits de l'homme Navi Pillay ont appelé les Égyptiens à restés engagés en faveur d'un dialogue pacifique et de la non-violence alors que se poursuit la transition démocratique.

more...
No comment yet.
Scooped by Egypt-actus
Scoop.it!

Égypte : Pillay (ONU) appelle les parties à s'engager dans un dialogue et à renoncer à l'usage de la force

Égypte : Pillay (ONU) appelle les parties à s'engager dans un dialogue et à renoncer à l'usage de la force | Égypt-actus | Scoop.it

 La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme a exhorté mardi toutes les parties en Égypte à s'engager dans un dialogue et à renoncer à l'usage excessif de la force, alors que le pays est secoué par cinq jours consécutifs de manifestations, au cours desquelles des dizaines de personnes ont trouvé la mort.

 

Egypt-actus's insight:

 

 

« Comme les évènements tragiques des derniers jours l'ont montré, l'Égypte demeure extrêmement fragile et instable et j'exhorte le gouvernement à faire un effort supplémentaire pour trouver un terrain d'entente et à lancer des actions concrètes afin de répondre à des préoccupations d'ordre public », a déclaré Mme Pillay dans uncommuniqué de presse.

 

« Il est indispensable de renforcer la participation au niveau national et l'appropriation des réformes constitutionnelles, institutionnelles, économiques et juridiques. Chaque opportunité manquée pour atteindre le consensus et chaque occurrence d'usage excessif de la force par les forces de sécurité ne font qu'aggraver une situation déjà extrêmement tendue et volatile. »

 

D'après les médias, des dizaines de personnes ont été tuées et plus de 1.000 autres blessées lors de manifestations contre le Président Mohammed Morsi. Elles coïncidaient avec le second anniversaire de la révolution égyptienne, qui a mis fin en 2011 au régime de Hosni Moubarak et ouvert une période de transition dans le pays.

 

Dimanche, M. Morsi a déclaré l'état d'urgence et instauré un couvre-feu de 30 jours dans les districts d'Ismaïlia, de Suez et de Port-Saïd.

 

Mme Pillay a appelé le gouvernement à repenser de toute urgence sa réponse au soulèvement, qui se borne pour le moment à un usage excessif de la force et à un échec complet à protéger les populations, en particulier les femmes.

 

Toutes les parties doivent s'abstenir de recourir à la violence et résoudre leurs divergences pacifiquement, sans compromettre les droits à la liberté d'expression et de rassemblement pacifiques, a souligné la Haut Commissaire. Selon le Haut Commissariat, 25 manifestantes environ ont été attaquées Place Tahrir au cours des derniers jours, parfois avec une brutalité inouïe.

 

« Il a y a eu plusieurs incidents attaques sexuelles avérées à Tahrir au cours des 18 derniers mois », a affirmé Mme Pillay. « Je déplore le fait que des violences sexuelles puissent se produire manifestement en toute impunité dans un lieu public et l'échec des autorités à prévenir de telles attaques où à lancer des poursuites judiciaires contre les centaines d'hommes responsables d'actes aussi abjects. »

 

Mme Pillay a exhorté le gouvernement à prendre des mesures pour veiller à ce que les forces de l'ordre ne fassent pas un usage disproportionné de la force contre les manifestants. Elle a simultanément appelé à l'ouverture immédiate d'enquêtes sur les derniers incidents ainsi qu'à réexaminer les tactiques policières dans le cadre des manifestations. L'état d'urgence devrait également être instauré dans le respect de l'état de droit et des normes internationales des droits de l'homme, a-t-elle ajouté.

 

Tout en saluant l'appel au dialogue lancé lundi par M. Morsi, la Haut Commissaire a affirmé que le Président devait se montrer à l'écoute des manifestants, se pencher sur les causes profondes du mécontentement, répondre aux préoccupations de l'opposition en ce qui concerne la Constitution et prendre des mesures immédiates en vue de résoudre les nombreux problèmes qui minent le système judiciaire actuel. »

 

La chef des droits de l'homme à l'ONU a enfin défendu la nécessité d'impliquer toutes les parties prenantes dans l'examen du projet de loi sur les manifestations et le droit d'association, soulignant l'importance cruciale de garantir l'accès à l'information publique. « Toutes ces questions sont d'une importance fondamentale si l'Égypte veut retrouver le chemin de la stabilité et de l'unité nationales », a-t-elle insisté.

more...
No comment yet.