Les portraits du Fayoum : des yeux ouverts sur l'éternité | Égypt-actus | Scoop.it


Leurs yeux immenses nous regardent, nous fixent… Est-ce ce minuscule point de peinture blanche placé dans la pupille qui, en leur conférant une étincelle de vie, les rend si expressifs ?
Mais qui sont ces personnages dont le regard nous captive. D'où viennent-ils ?

Le Fayoum est une oasis qui se trouve au sud ouest du Caire dans le désert libyque. C'est ici, que, vers 1888, plus de 1000 "portraits" ont été découverts, principalement par le grand égyptologue anglais William Matthew Flinders Petrie. Datés du Ier au IVe siècle ap. J.-C, ils proviennent, pour la plupart, de Hawara, la nécropole de l'élite d'Arsinoé. 

Après être devenue grecque, l'Égypte est désormais romaine. Il en résulte un brassage important de populations. Arsinoé est donc une ville cosmopolite où se côtoient Grecs, Égyptiens, Romains, Juifs, Arabes. Même si, comme on peut l'imaginer, seules les classes les plus aisées pouvaient s'offrir des rituels funéraires de qualité, ces portraits constituent un témoignage unique de ce à quoi ressemblait cette population.
Le portrait était peint du vivant du modèle, et c'est lors de la momification qu'il était placé, sur la momie, en totale correspondance avec le visage du défunt. Il était inséré dans les bandelettes qui le maintenaient ainsi en place. Plus rarement, il est arrivé qu'il soit déposé à côté de la momie.

Dans quel état d'esprit prenait-on ce rendez vous chez le peintre ? Comment le choisissait-on ? Il me plaît à imaginer qu'il peut y avoir eu des modes, des peintres "en vogue", tout comme au XVIIIe l'aristocratie souhaitait avoir un portrait peint par Élisabeth Vigée Le Brun, ou comme au XIXe, l'élite politique et intellectuelle se rendait chez Nadar, ou bien encore plus récemment, les artistes aux studios Harcourt. 
Étaient-ils maquillés, coiffés, parés, parfumés en s'y rendant ? Ou bien les préparatifs étaient-ils faits par le peintre ? Quoi qu'il en soit, ce jour-là, ils devaient être beaux, distingués, élégants, afin que le peintre voie et restitue leur visage et leur apparence de la plus belle manière. Tout cela parce que ce portrait, de face ou de trois-quarts, les accompagnerait dans leur éternité. 

Il arrive qu'ils soient peints sur une toile de lin, mais le support est, le plus souvent, une planche de bois (tilleul, figuier, cèdre ou sycomore) qui a été préalablement lissée et enduite. L'esquisse est ensuite exécutée en rouge ou en noir. "Puis le portrait était réalisé au moyen de pigments minéraux et végétaux liés avec de la cire chauffée (encaustique) ce qui permet un travail lent et minutieux se traduisant par de petites touches rapprochées pour le visage, le cou et la coiffure, le vêtement étant en revanche traité à larges coups de brosse". La "détrempe", qui utilise un liant à base de gomme végétale, est également utilisée : "Elle donne un caractère plat et graphique au portrait et traduit le modelé par un réseau de fines hachures entrecroisées." 

Parfois, les deux techniques sont conjuguées à bon escient par le peintre. Les couleurs généralement utilisées sont le blanc, le noir, le rouge, deux ocres. La feuille d'or est souvent appliquée, parfois dans les cheveux, parfois en couleur de fond, et toujours pour rendre l'éclat des parures et bijoux. Le nom du personnage, élément important pour perpétuer son existence, est mentionné au dos du portrait, ou écrit sur les bandelettes de la momie ou encore sur une étiquette en bois.

L'arrivée du christianisme mettra fin à l'art du Fayoum, mais déjà il a influencé l'art copte et préfigure les grandes lignes des icônes byzantines.

Nous ne jetons ici qu'un premier et rapide regard sur tous ces visages. Ils ont tant à nous dévoiler. Une littérature abondante existe pour mieux pénétrer leurs secrets.
Il m'est impossible de terminer sans citer la merveilleuse impression qu'ils ont laissée à un André Malraux totalement séduit par leur beauté "leurs yeux, une veilleuse de vie éternelle avec leur superbe regard plein de vie et de douceur".
Marie Grillot

Pour en savoir plus :
Portraits de l'Égypte romaine, RMN, 1998
http://www.larousse.fr/encyclopedie/videos/Portraits_du_Fayoum_l’Européenne/1309345

 

 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Portraits_du_Fayoum

 

 
http://www.monde-diplomatique.fr/1999/01/BERGER/11510

 

 
http://www.youtube.com/watch?v=0BYYCKMXYg8 
http://www.site-du-jour.com/dossiers/portraits-fayoum.html

 

 
http://www.pinterest.com/skandr/portraits-du-fayoum/ ;
http://www.antiochus.org/article-egypte-portraits-du-fayoum-visages-et-regards-antiques-62689627.html

 

 
"http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernorat_du_Fayoum

 

"http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernorat_du_Fayoum