Qatar : Youssef al-Qaradawi l'indésirable | Égypt-actus | Scoop.it

Vedette d'Al-Jazira, le télécoraniste égyptien Youssef al-Qaradawi a longtemps été le meilleur porte-voix des Frères. Mais ses positions tranchées commencent à agacer le Qatar, où il a trouvé refuge en 1970.

Entre Abou Dhabi et Doha, la tension est montée d'un cran. Au coeur de la discorde : l'Égypte. Si le Qatar soutient mordicus les Frères musulmans du Caire et d'ailleurs, les Émirats arabes unis, en harmonie avec l'Arabie saoudite, appuient le gouvernement intérimaire formé par le maréchal Abdel Fattah al-Sissi. Une position inacceptable pour le cheikh Youssef al-Qaradawi, prédicateur sunnite d'origine égyptienne et Frère revendiqué, exilé au Qatar depuis 1970, qui officie chaque vendredi sur Al-Jazira. Le 24 janvier, le télécoraniste de 87 ans a donc décidé de frapper un grand coup.

Lors d'un prêche à la mosquée de Doha sur les événements en cours en Égypte, Qaradawi a jeté l'anathème sur les Émirats. Leur faute selon lui : faire entrave à une gouvernance islamique. Retransmise à la télévision qatarie une semaine plus tard, cette "provocation" a déclenché une nouvelle crise diplomatique entre les deux voisins. Anwar Gargash, le ministre émirati des Affaires étrangères, a illico convoqué Fares al-Nuaimi, l'ambassadeur du Qatar, tandis qu'Abdullatif Ibn Rashid al-Zayani, le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe, est monté au créneau pour dénoncer "de fausses accusations qui servent les ennemis de la nation islamique".