Education : on lâ...
Follow
Find
1.3K views | +0 today
Education : on lâche rien!
Rien d'officiel : un regard sur l'éducation avec en perspective les propositions du Parti de Gauche
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Mobilisation des parents d'élèves à Champagne en Valromey

Voici ce qu'écrivent les parents d'élèves mobilisés :

 

"Hier après midi une cinquantaine de parents et élèves se sont rendus devant la préfecture de Bourg-en- Bresse où avait lieu la Commission. 

Le Sou des Ecoles avait mis un bus à la disposition des parents. Nous n’avons pas été autorisés à prendre la parole.

Nous avons fait passer un courrier à l’attention du représentant des parents d’élèves et un second pour le DASEN afin de faire entendre notre voix auprès de la commission. Ils n’ont pas accepté de les lire.

Le résultat du CDEN est tombé hier soir :PAS D’OUVERTURE DE CLASSE POUR LA RENTREE.

 Face à leur mutisme, nous continuons nos manifestations.

 

                  Lundi 30 sera la plus grosse journée d’actions : mobilier dehors, montagne de cartables, bottes de foin pour blocage, bruit dans la cour, 

     concert de klaxon… Lâcher de ballons avec une étiquette comportant le numéro de téléphone du Dasen.

 Les médias sont invités: M6, TF1, France 3 ….Trois conseillers généraux seront présents. Ils liront un discours de Rachel Mazuir, Président du Conseil Général. 

                   

                  Chacun d’entre vous est indispensable à notre mobilisation par votre présence ce LUNDI 30 à 10H00 dans la cour de l’école primaire.

                  Toute la population de Champagne est invitée. 

            Signé:   Les parents mobilisés de l’école de Champagne en Valromey pour l’ouverture d’une classe ici et ailleurs afin que le droit à l’éducation soit respecté sur tout le territoire français. "

 

more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Contre la réforme des rythmes scolaires, la bataille s’intensifie

Contre la réforme des rythmes scolaires, la bataille s’intensifie | Education : on lâche rien! | Scoop.it
Malgré l’opposition du Conseil Supérieur de l’Education au « décret Hamon » d’assouplissement de la réforme, nombreuses sont les collectivités qui semb… [2014,agostini,école,est,gouvernement,gratuité,grève,les lilas,mathieu agostini,parti de gauche,réforme,temps scolaire,transports,travail]
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Rythmes scolaires à Perpignan : l’addition des pires solutions

more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Mais pourquoi l'école française aime tant l'échec ?

Mais pourquoi l'école française aime tant l'échec ? | Education : on lâche rien! | Scoop.it
Non, l'école n'est pas condamnée à manier le martinet pour faire grandir nos enfants. C'est le point de vue d'Alain Boissinot, le président du Conseil supérieur des Programmes.
Christine Moulin's insight:

Certaines choses me paraissent intéressantes (même si Alain Boissinot défend évidemment le bilan de Peillon): le refus de l'enseignement par l'échec, la réussite par le choix réel de ce que l'on a envie d'apprendre et bien sûr... l'invitation à "tous relire Victor Hugo"!

Cela dit, il ne faudrait pas s'enthousiasmer pour le socle commun si on n'en analyse pas le substrat : un socle commun pour qui, pour quoi, pourquoi? Il ne faudrait pas que ce soit un programme qui définisse les compétences minimales pour le "petit peuple" tandis que les élites iront se former ailleurs et surtout se cultiver dans  leurs propres familles : faut voir...

Quant aux rythmes scolaires, il est un peu tard pour constater qu'il aurait "fallu que le cadrage national soit davantage préparé avec les collectivités". J'ajoute : et avec les enseignants!

more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Rythmes scolaires: n'oublions pas les enjeux idéologiques

Rythmes scolaires: n'oublions pas les enjeux idéologiques | Education : on lâche rien! | Scoop.it
Le Conseil supérieur de l’éducation a repoussé le projet de décret visant à assouplir la réforme des rythmes scolaires. Comment a-t-on pu en arriver à un tel camouflet pour Benoît Hamon ? Pour Francis Daspe, président de la Commission Education du Parti de gauche, il faut y voir « l...
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Rythmes scolaires : Benoît Hamon face au rejet de la communauté éducative

Rythmes scolaires : Benoît Hamon face au rejet de la communauté éducative | Education : on lâche rien! | Scoop.it
Le Conseil supérieur de l'éducation a rejeté le projet qui introduit des assouplissements pour les communes qui peinent à mettre en place la réforme.
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Salaire : Les professeurs français champions du monde de la perte de pouvoir d'achat

Salaire : Les professeurs français champions du monde de la perte de pouvoir d'achat | Education : on lâche rien! | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Ce que vivent les étudiants et les enseignants dans le supérieur

Ce que vivent les étudiants et les enseignants dans le supérieur | Education : on lâche rien! | Scoop.it

Des syndicats se mobilisent

Christine Moulin's insight:

FSU (SNESUP, SNCS, SNASUB, SNEP, SNETAP)
SNTRS CGT
UNSA (Sup’Recherche, SNPTES, A&I) 
SOLIDAIRES (Sud Education, Sud Recherche EPST, Solidaires Etudiant-e-s)
UNEF 

Conditions de travail, conditions d’études :
Une urgence, combattre ensemble leur dégradation !

Les conditions de travail des personnels des organismes et des établissements d’enseignement supérieur se dégradent. Précarité, dégradation du pouvoir d’achat des salariés, gels d’emploi, évolution de la nature des métiers, changement des méthodes de travail, multiplicité des évaluations, courses aux contrats, rédactions incessantes de dossiers, restructurations, dégradation des services de santé préventive, perte de sens du travail … tout cela conduit à des situations de difficulté sociale, de détresse psychologique, de troubles musculo-squelettiques (TMS), de harcèlement au travail, de « burn out », de comportements suicidaires – avec ou non passage à l’acte -, de prises de médicaments (anti-dépresseurs, anti-douleurs…).

Depuis plusieurs années, des situations analogues ont conduit, dans le privé (Renault, Monoprix…), le public (Inspection du travail) ou les services publics (La Poste, France Telecom…) à des suicides, dont certains ont été reconnus comme accidents du travail. 

De nombreux collègues s’adressent aux syndicats pour que soit défendue leur situation personnelle. Les CHSCT, nouvellement mis en place, sont appelés à débattre de cette situation de "mal être"  au travail.  Des chercheurs (psychologues, sociologues, médecins du travail…), des rapports (rapport d’intervention CNAM-CNRS, par exemple) ont montré la dégradation des situations de travail dans notre secteur. 

Les conditions d’études des étudiants ne sont pas épargnées. L'augmentation du nombre d’étudiants par groupes de TD, des enseignants ou personnels en congés de maladie, voire partis en retraite non remplacés, les modifications des types d’activités ou/et de contrôle, les retards de corrections, les modifications des horaires d’ouverture de secrétariat ou de bibliothèques, la suppression d’options et même de filières, tout cela pèse sur leurs études. Les difficultés budgétaires pèsent également très lourd dans les conditions d’études : amphis, salles et installations sportives dégradés, matériel obsolète. Ces conditions, ajoutées à une précarité forte principalement due à une absence de protection sociale, obligent les étudiants à vivre dans des conditions dramatiques et à se salarier tout au long de leurs études. Le stress chez les étudiants n’a jamais été aussi fort et leur taux d’échec s’en ressent, augmentant ces dernières années. Les études riment aussi pour certains avec insomnies, déprimes temporaires, dépressions, pensées suicidaires, automédication… ). 

L’économie budgétaire de 50 milliards d'euros que le gouvernement annonce pour compenser en partie la suppression de la cotisation patronale à la branche famille de la sécurité sociale, occasionnera des difficultés supplémentaires pour les établissements d’enseignement supérieur et les organismes, leurs personnels et les étudiants – avec de nouveaux gels de postes, voire des suppressions d'emplois, des aggravations des conditions d’emploi (précarité, organisation du travail, …) et d'enseignement (augmentation du nombre d’étudiants par groupe, regroupements de formation, …), … -.

Pour rendre visible et débattre sur la gravité de cette situation visant les personnels et les étudiants, les organisations soussignées de l’enseignement supérieur et de la recherche s’engagent dans une campagne de sensibilisation et de recueil de témoignages auprès des personnels et des étudiants. Elles appellent les personnels et les étudiants à débattre collectivement des conditions de travail et d’études dans les établissements et à analyser les causes de leur dégradation. Il est important de revenir aux causes du mal être, qui s'est largement développé, d’autant plus que de très nombreux collègues restent profondément attachés à leur métier.

Les organisations soussignées organisent un

Débat à Paris le mercredi 9 avril 2014 à partir de 14 h.

Cette rencontre rassemblera des personnels et des étudiants des établissements d’enseignement supérieur et des organismes. Des témoignages de personnels, d’étudiants, des organisations syndicales et de chercheurs dans le domaine du travail permettront de faire connaître la gravité de la situation et de faire partager des expériences. 
Cette première étape devrait permettre de faire émerger des propositions communes pour combattre les causes de la dégradation des conditions de travail et d’études et les améliorer. 

Signataires : FSU (SNESUP, SNCS, SNASUB, SNEP, SNETAP) – SNTRS CGT – UNSA (Sup’Recherche, SNPTES, A&I) - Solidaires (Sud Education, Sud Recherche EPST, Solidaires Etudiant-e-s) - UNEF 

more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Vous pouvez arrêter de tirer...

Vous pouvez arrêter de tirer... | Education : on lâche rien! | Scoop.it
... elle est morte, la formation des enseignants. Je m'étais pourtant promis de ne plus réagir mais voilà que dans Le Nouvel Observateur du 12...
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Rythmes scolaires : à la recherche du tempo perdu - Les Cahiers pédagogiques

Rythmes scolaires : à la recherche du tempo perdu - Les Cahiers pédagogiques | Education : on lâche rien! | Scoop.it
Au moment où l'écume médiatique se retire quelque peu, au moment où l'on voit mieux ce qui a été fait depuis la rentrée et ce qu'il sera bon de faire en (...)
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Les conseillers socialistes de Grabels pas d’accord sur les rythmes scolaires

Les conseillers socialistes de Grabels pas d’accord sur les rythmes scolaires | Education : on lâche rien! | Scoop.it
Lors du dernier conseil municipal, René Revol a demandé aux conseillers de voter la suspension de la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires. Sur les quatre conseillers...
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

PISA • L'agence de notation de l'éducation a parlé : la France est dégradée

PISA • L'agence de notation de l'éducation a parlé : la France est dégradée | Education : on lâche rien! | Scoop.it
Les infâmes qui évaluent tout pour mieux dépecer font aujourd’hui et comme tous les trois ans assaut sur l’éducation. Pour l’agence de notation interna… [parti de gauche,peillon,social]
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Rythmes scolaires : la réforme «victime de son succès» selon Peillon

Rythmes scolaires : la réforme «victime de son succès» selon Peillon | Education : on lâche rien! | Scoop.it
Le ministre de l'Education nationale visitait une école dans l'Ain. Le maire de Paris s'est quant à lui engagé à «améliorer ce qui doit l'être», notamment en maternelle.
Christine Moulin's insight:

Une certaine façon de voir...

more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Renflouer les urnes par un bourrage de crâne ? Le scandale du bac ES - Rue89

Renflouer les urnes par un bourrage de crâne ? Le scandale du bac ES - Rue89 | Education : on lâche rien! | Scoop.it
La laïcité ne se limite pas à la question des relations entre l’Etat et les Églises. Elle stipule la neutralité de la puissance publique vis-à-vis des dogmes, idéologies et philosophies de toutes sortes.La première partie du sujet de Sciences économiques et sociales du baccalauréat de ce jeudi 19 juin en offre une illustration édifiante. Ou plutôt un contre-exemple extrêmement préoccupant.Dans la partie « Mobilisation des connaissances », les deux questions posées contreviennent de manière scand...
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Réforme des rythmes scolaires : le Parti de gauche constate, critique et propose...

Réforme des rythmes scolaires : le Parti de gauche constate, critique et propose... | Education : on lâche rien! | Scoop.it
La réforme des rythmes scolaires prendra effet dans toutes les écoles en Franche-Comté et en France dès la rentrée prochaine en septembre 2014. Selon le Parti de gauche du Doubs,
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Les profs sont-ils toujours en congés ?

Les profs sont-ils toujours en congés ? | Education : on lâche rien! | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Appel pour pouvoir choisir une alternative à l'école traditionnelle dans l'école publique

Appel pour pouvoir choisir une alternative à l'école traditionnelle dans l'école publique | Education : on lâche rien! | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Rejet du décret Hamon : François Hollande insulte la communauté éducative

Rejet du décret Hamon : François Hollande insulte la communauté éducative | Education : on lâche rien! | Scoop.it
Au lendemain de la débandade de Benoît Hamon devant le Conseil supérieur de l’éducation (CSE), François Hollande se conduit en roitelet et  ajoute l’insulte à la morgue envers la communauté éducati...
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Rythmes scolaires: Hamon coule à pic

Rythmes scolaires: Hamon coule à pic | Education : on lâche rien! | Scoop.it
Le conseil supérieur de l’éducation vient de torpiller le projet de décret sur les rythmes scolaires rédigé par Benoît Hamon. 3 Pour, 27 Abstentions et… [manuel valls,valls]
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Un spectacle pour des élèves annulé à cause des polémiques sur la "théorie du genre"

Un spectacle pour des élèves annulé à cause des polémiques sur la "théorie du genre" | Education : on lâche rien! | Scoop.it
L'inspection académique du Val-de-Marne a annulé la représentation de "Oh Boy" une pièce prévue sur le temps scolaire d'écoles primaires de Bonneuil, par crainte d'une réaction hostile des parents d'élèves, car le personnage principal est homosexuel.
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Un proviseur pour deux lycées à Besançon : les parents d’élèves et professeurs inquiets et indignés

Un proviseur pour deux lycées à Besançon : les parents d’élèves et professeurs inquiets et indignés | Education : on lâche rien! | Scoop.it
Parents et professeurs du lycée Pergaud à Besançon ont appris la nomination par le recteur d’Académie de Besançon d’un proviseur, par intérim, au lycée Victor Hugo. Or celui-ci n’est autre que le prov
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

L’inquiétude monte d’un cran à l’ESPE

L’inquiétude monte d’un cran à l’ESPE | Education : on lâche rien! | Scoop.it
Certains sont venus de Mont-de-Marsan, d’autres de Périgueux et de toute la région.
more...
No comment yet.
Rescooped by Christine Moulin from Contre l'Éducation. Tout contre.
Scoop.it!

À quoi ressemble un enseignant ?

À quoi ressemble un enseignant ? | Education : on lâche rien! | Scoop.it

Ca vous dirait de participer à un projet pour lutter contre les stéréotypes ?
Venez rejoindre les nombreux contributeurs !


Via Mila Saint Anne
more...
whynot's comment, April 15, 2013 5:23 AM
rescooped avec mon image "dramatique" préférée - http://enseignants.tumblr.com/image/47219051183 - formid !
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Démissions des directeurs de la nouvelle école des profs d'Aquitaine

Démissions des directeurs de la nouvelle école des profs d'Aquitaine | Education : on lâche rien! | Scoop.it
Les personnels de direction de la nouvelle Espe (école supérieure du professorat et de l'éducation) protestent contre l'élection d'un directeur qu'ils ne soutiennent pas Au...
more...
No comment yet.
Scooped by Christine Moulin
Scoop.it!

Pourquoi je ferai grève jeudi 14 novembre, par un jeune professeur d'école.

Un professeur d'école nouvellement entré dans le métier donne son avis sur les rythmes scolaires

Christine Moulin's insight:

Je suis professeur des écoles stagiaires depuis Septembre. Si je vivais la réforme des rythmes scolaires en tant que citoyen et observateur l’an dernier, je vis désormais cette réforme des rythmes.

 

 

Sur un aspect personnel, d’abord, bien que ce ne soit pas l’objet de ce texte, cette réforme des rythmes peut avoir des conséquences importantes en termes de condition de travail des enseignants et des jeunes enseignants (si je prends en considération mon cas). Au regard des spécificités géographiques de l’Ain, si je suis l’an prochain enseignant dans le pays de Gex (et il y a là de fortes chances), avoir une école à 4 jours et demi au lieu de 4 jours, cela représente une journée supplémentaire de déplacement, du temps en moins sur la préparation des cours, une fatigue plus importante non négligeable. Et nous savons tous qu’une fatigue de l’enseignant, ce n’est pas ce qui est  le plus appréciable pour les élèves

 

 

Pour en venir au fond du problème :  ma commune a décidé de se lancer dès cette rentrée en passant à 4 jours et demi avec des journées qui commencent à 8h45 le matin jusque 16h15 avec une pause méridienne de 11h45 à 14h.

Si les journées semblent plus courtes en apparence, il ne s’agit que des journées de classe puisque certains élèves arrivent  à l’école dès 7h30 pour être repris par leurs parents à 18h. Des élèves sont donc présents à l’école davantage sur un temps non-scolaire que sur un temps scolaire (1h30 le matin avant le début des cours, 2h15 entre midi, 1h45 après les cours, soit 5h30 de temps non-scolaire contre 5h de temps scolaire).

 

Il convient donc de s’interroger sur les conditions de l’accueil de ces enfants. Si nous pouvons tous convenir que les écoles ont été construites et aménagées pour proposer des salles de classes adaptées à l’enseignement, nous pouvons tous convenir également que ces mêmes écoles n’ont pas été adaptées pour proposer des activités diverses en termes de modalités et d’organisations pour les enfants. La socialisation entre pairs permet aux enfants de s’épanouir, d’apprendre, de devenir citoyens. Cependant, il faut accepter que chaque enfant n’ait pas les mêmes rythmes, les mêmes besoins. Certains enfants apprécient la compagnie d’une multitude d’enfants alors que d’autres préfèrent se poser à 2 ou 3 pour discuter, colorier, faire des jeux de construction, d’autres encore préfèrent être seuls.

L’école d’aujourd’hui n’est pas adaptée à l’accueil d’enfants hors temps-scolaire et ce que nous observons d’ailleurs bien souvent lors de ces temps, ce sont des enfants laissés en grand groupe avec une sorte de récréation qui dure jusqu'à1h45 !

 

 

J’ai du mal à  entendre l’argument « cette réforme a été faite pour l’intérêt des enfants », qui me fait penser à l’argument des catholiques-réactionnaires qui considèrent que « pour l’intérêt des enfants il faut un papa et une maman ». A-t-on une seule fois consulté les enfants pour leur demander leur avis ? Des enfants de 8-9 ans sont capables d’exprimer une multitude d’avis intéressants en classe. Pourquoi les décideurs, maires, élus n’ont-ils pas demandé aux enfants ce qu’ils préfèreraient ?

 

Bien évidemment que les temps d’enseignement doivent être adaptés aux rythmes des enfants. Cependant, dans quelles conditions les enfants sont-ils après avoir passé une récréation de 1h30 après le repas ? Sont-ils aptes à rentrer dans des apprentissages ?

Le temps scolaire fatigue, charge cognitivement les élèves, et les études sont unanimes. Mais les temps collectifs hors de la classe ne sont-ils pas aussi fatigants pour les élèves ? Pourquoi les enfants, à leurs maisons, apprécient-ils tant passer du temps seuls dans leur chambre, si ce n’est justement parce qu'être seuls les apaise ?

 

Si on souhaite parler de rythme des enfants, profitons-en, pour ouvrir un grand débat sur les temps de l’enfant ! Avant de vouloir révolutionner le temps scolaire pour améliorer les conditions de vie de l’enfant, questionnons-nous sur le rythme des enfants hors de l’école. Combien d’enfants sont surchargés d’activités « pour les occuper » en semaine ? Combien d’enfants se couchent à 22h30 ? Combien d’enfants ont une télé dans leur chambre ?

Je n’oserais à répondre à ces questions, car nous tomberions tous d’accord pour déclarer qu’il s’agit là d’un problème majeur.

Cependant, en refusant d’agir, en n’imposant pas aux chaines télé d’apposer un bandeau mentionnant que de longues veillées, ce sont des journées gâchées ou qu’il est peut-être temps d’inviter les enfants à aller se coucher par exemple, toute réforme sera inefficace car elle n’influencera par sur le temps de sommeil de l’enfant, premier garant d’un rythme efficace ! Il s’agit là d’un enjeu de santé publique auquel une réformette de la durée des heures de classe ne règle rien.

 

 

Je serai également en grève le 14 novembre car je considère fou et dingue qu’on puisse laisser pendant près de 5h30 pour certains, des enfants entre les mains d’individus peu formés, précaires, et recrutés sans critères objectifs.

En effet, entre les mains de qui laisse-t-on les enfants pendant ces temps péri-scolaires ? Des « animateurs » ? Derrière ce mot, se cache en fait la plupart du temps (et dans le meilleur des cas !) de simples animateurs titulaires d’un  BAFA. Le BAFA, c’est le brevet d’animation par excellence (et je suis d’ailleurs formateur). Oui, mais le BAFA n’a pas pour objectif de former des animateurs périscolaires, mais des animateurs volontaires, prêts à donner un peu de leur temps libre pour offrir leurs talents et dynamisme en centre de loisirs  ou en colonies de vacances ! Faut-il rappeler que la durée d’un stage BAFA est de 4 semaines ? 2 semaines de théorie et 2 semaines de pratique. Le BAFA n’a pas pour objectif de proposer une professionnalisation. De nombreux autres diplômes (et non brevets d’aptitudes) sont professionnalisants… mais les mairies les refusent ! Car elles estiment qu’elles devront payer en conséquence les salaires ! Disposer d’une masse d’animateurs sous-payés, c’est toujours très pratique pour en disposer plus facilement… et plus simplement, certaines mairies n’ont pas les moyens pour.

 

Pour offrir un temps hors-scolaire à l’école, OSONS adapter les écoles aux besoins et aux envies des enfants. OSONS recruter un personnel formé et non un personnel précaire. OSONS créer un service public du temps hors-scolaire !

 

 

Je serai également en grève le 14 novembre car je considère que si j’ai fait le choix d’être enseignant, c’est aussi au nom de la république et l’égalité républicaine ne doit pas être bradée sur l’autel des réformettes. Où passe l’égalité républicaine lorsqu’une commune dispose de moyens suffisants pour embaucher 10 animateurs périscolaires, emmener des élèves à la piscine un mardi soir, payer des interventions d’artistes dans les écoles et lorsqu’une commune dispose à peine des moyens pour chauffer 30 min de plus une école ?

L’école et les enfants ne doivent pas être les grands perdants d’une république qui se désengage et qui demande aux communes de compenser ses manquements.
Il est selon moi dangereux pour la république que deux enfants n’aient pas accès aux mêmes ressources et possibilités pour la simple et bonne raison qu’ils habitent à 20km d’écart.
L’école a toujours été le terreau de la République. Accepter la réforme des rythmes scolaires, c’est accepter de voir une école à deux vitesses. Conjugués avec une largesse de la carte scolaire attaquée ces dernières années, les rythmes scolaires pourront à terme aboutir à une mise en concurrence des établissements du premier degré. Les parents préféreront-ils mettre leur enfant dans une école où les élèves peuvent s’initier à un atelier cinéma après les cours ou  dans une école où le scoubidou est la star des activités périscolaires ?

 

 

Pour toutes ces raisons, je serai en grève le jeudi 14 novembre.

 

 

more...
No comment yet.