Econopoli
111.6K views | +59 today
Follow
Econopoli
Economie et Politique
Curated by Uston News
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Uston News from La Nouvelle Économie 2.0
Scoop.it!

Airbnb ou l'illusion du partage

Airbnb ou l'illusion du partage | Econopoli | Scoop.it

"Si Airbnb se revendique comme une plateforme communautaire qui relève de l'économie de partage, il s'agit en réalité d'un site de location de logements qui repose sur une économie de rentiers."


Via Thierry Curty
more...
Thierry Curty's curator insight, July 22, 2015 1:32 PM

A mettre en relation avec mon article sur l'économie contributive qui n'est pas encore positive : http://thierrycurty.fr/economie-partagee-pas-encore-positive/

Scooped by Uston News
Scoop.it!

Enquête sur Natixis (1/3) : de l'art de gérer les actifs de ses clients à leur détriment

Enquête sur Natixis (1/3) : de l'art de gérer les actifs de ses clients à leur détriment | Econopoli | Scoop.it
Depuis que Mediapart a révélé le système des commissions occultes mis en place depuis 2008 par Natixis Asset Management (lire Natixis : les clients grugés pour gonfler les bonus et Des millions d’épargnants ont été lésés par Natixis Asset Management), la banque s’est appliquée à faire le dos rond. Le directeur général de Natixis, Laurent Mignon, a juste connu le désagrément d’avoir à fournir des explications devant le comité central d’entreprise. Et après lui avoir servi de nombreuses approximations, sans doute a-t-il pensé que l’affaire en resterait là. Du moins jusqu’à ce que l’on connaisse les résultats de l’enquête ouverte par l’Autorité des marchés financiers (AMF) sur ce système de commissions occultes mis en place pour certains fonds de NAM, appelés «fonds à formule».

Et pourtant, il est peu probable que l’affaire en reste là. Car dans la foulée de nos deux premières enquêtes autour de ces fonds à formule, nous avons découvert de très nombreuses autres irrégularités. Nous avons donc décidé de publier le résultat de ces investigations sous la forme d’une nouvelle enquête en trois volets. En commençant – c’est notre premier volet – par un scandale bien caché, celui de la « bilantiarisation ».

Le terme est barbare et peut inciter quiconque n’est pas familier du jargon bancaire à ne pas aller y regarder de plus près. Mais ce serait un tort, car chez Natixis Asset Management, derrière ce vocable de « bilantiarisation », se cache précisément l’une de ces pratiques irrégulières dont nous parlions à l’instant.

Pour en percer le mystère, replongeons-nous d’abord dans le scandale révélé par notre première enquête, celui des commissions occultes prélevées sur les fonds à formule. Les fonds à formule sont des produits financiers apparus dans les années 1990.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Calendrier de rentrée : chauffe la lutte !

Calendrier de rentrée : chauffe la lutte ! | Econopoli | Scoop.it
Traditionnellement, la rentrée commence avec les universités d’été de partis politiques, qui seront sous pression avant les élections régionales. Surtout, plusieurs mouvements occuperont l’espace public, avant la 21e conférence sur le climat qui se tiendra sur le site de Paris-Le Bourget.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

François Morin: l'oligopole bancaire, une « hydre mondiale » - YouTube

« 28 banques gouvernent le monde », accuse François Morin. Revenant sur le pouvoir de cet oligopole mondial, l’économiste propose d’abattre cette hydre et de...
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Honte sur la France : le Conseil Constitutionnel valide largement la loi Renseignement ! | La Quadrature du Net

Honte sur la France : le Conseil Constitutionnel valide largement la loi Renseignement ! | La Quadrature du Net | Econopoli | Scoop.it
Mise à jour du 24 juillet 2015 : Le Conseil constitutionnel persiste et signe son mépris pour les droits fondamentaux. Ce matin, après avoir validé la plus grande partie de la loi renseignement, le Conseil constitutionnel a continué dans sa lancée, rejetant la Question Prioritaire de Constitutionnalité sur la loi de programmation militaire dans son ensemble, transmise par La Quadrature du Net, FDN et la Fédération FDN.
Le Conseil constitutionnel a considéré que « le législateur a suffisamment défini les données de connexion, qui ne peuvent porter sur le contenu de correspondances ou les informations consultées ». La notion d'« informations et documents » présente dans la loi Renseignement comme dans la LPM reste donc floue.
D'autre part, le Conseil constitutionnel qui avait validé hier soir les dispositions trop faibles relatives à la protection du secret des avocats et du secret des sources a confirmé ce matin que le secret des correspondances ne se limitait qu'au seul contenu des correspondances, balayant ainsi d'un revers de la main la notion de secret des sources des journalistes.
---
Paris, le 23 juillet 2015 —  En validant la quasi-totalité des mesures de surveillance prévues par la loi sur le renseignement votée le 25 juin dernier, le Conseil constitutionnel légalise la surveillance de masse et avalise un recul historique des droits fondamentaux. Les boîtes noires algorithmiques sont validées. Seule la surveillance internationale a été jugée non conforme à la Constitution.
Champ d'application, boîtes noires, éviction du juge, non protection du secret professionnel des avocats et autres professions protégées, ainsi que du secret des sources des journalistes, absence de toute transparence sur les abus constatés : la quasi-totalité des dispositions de la loi sur le renseignement sont déclarées conformes à la Constitution. Seule la surveillance internationale est censurée, ce qui risque paradoxalement de conforter les services de renseignement dans leurs pratiques sans aucune base légale.
Cette décision est extrêmement décevante. Les juges du Conseil constitutionnel ont décidé d'écarter sommairement les nombreux arguments soulevés dans la dizaine de mémoires transmis au Conseil constitutionnel par de nombreux acteurs de la défense des droits fondamentaux. Elle intervient alors qu'aujourd'hui encore, le comité des droits de l'Homme des Nations-Unies a publié un rapport condamnant vertement cette loi dangereuse.
À rebours de la vague de censure des législations européennes sur la surveillance, qui sont dénoncées les unes après les autres par de nombreuses juridictions, le Conseil constitutionnel a démissionné de son rôle de garant des droits et libertés. En refusant d'instaurer un contrôle effectif des services de renseignement, il consacre de fait un recul historique de la vie privée et de la liberté de communication, et contribue ainsi à saper les fondements même de la démocratie.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Le Durgeon : une rivière polluée par le lait déversé par les agriculteurs ? - France 3 Franche-Comté

Le Durgeon : une rivière polluée par le lait déversé par les agriculteurs ? - France 3 Franche-Comté | Econopoli | Scoop.it
C'est ce qu'on appelle un dommage collatéral. En Haute-Saône les agriculteurs ont marqué leur mécontentement en déversant 15.000 litres de lait sur le parking du Cora de Vesoul. Une partie de ce lait s'est retrouvée dans la rivière du Durgeon... 
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Baisse du livret A : l’épargne d’utilité sociale n’a toujours pas le vent en poupe

Baisse du livret A : l’épargne d’utilité sociale n’a toujours pas le vent en poupe | Econopoli | Scoop.it
Le gouvernement a donc suivi les préconisations de la Banque de France : baisser le taux de rémunération du livret A. Celui-ci passera de 1% actuellement à 0,75% à partir du 1er août, son taux le plus bas depuis sa création en 1818 pour combler les déficits hérités des guerres napoléoniennes. Cette baisse est censée refléter la faible inflation. «  La baisse du taux du livret A aidera la croissance et l’emploi en allégeant le coût des crédits », estime la Banque de France, et doit « favoriser l’investissement du secteur du logement social, avec un gain de plus de 300 millions d’euros », vante le ministère de l’Economie et des Finances. Soit 5000 logements sociaux de plus en une année. Cette baisse du taux du livret A entraînera mécaniquement celle des autres livrets d’épargne « réglementée » : livret développement durable (LDD) ou livret d’épargne populaire (LEP).

Plusieurs organisations syndicales, associations de locataires et pour le droit au logement ne partagent absolument pas cet optimisme. Vu le faible taux d’intérêt, ils craignent que l’épargne continue de se réorienter vers des placements plus lucratifs, comme l’assurance-vie. La baisse du taux menacerait ainsi « les capacités de financement du logement social et des besoins d’intérêt général (transports en commun, université, hôpitaux...). Elle ne profitera ni aux classes populaires qui y placent leurs économies et celles de leurs enfants, ni aux locataires HLM, qui n’ont jamais vu leur loyer baisser malgré la baisse quasi ininterrompue du taux du Livret A depuis 1981 », expliquent-elles dans un communiqué commun [1].

Une épargne non spéculative et d’utilité sociale

Au total, cette épargne réglementée pèse 14% des 4259 milliards d’euros placés par les ménages sur des produits financiers. Livret A, LDD et LEP comptabilisent plus de 400 milliards d’euros mais leurs encours ne cessent de baisser au profit de l’assurance-vie qui pèse désormais trois fois plus (1332 milliards). Pourtant, il s’agit d’un « produit d’épargne créé il y a près de deux siècles, qui n’a fait l’objet d’aucune spéculation et n’a provoqué aucune crise », rappelait Pierre Duquesne, l’auteur d’un rapport sur la réforme de l’épargne réglementée il y a trois ans. Au contraire d’autres actifs, notamment risqués, dont on ne sait s’ils n’alimentent pas la spéculation sur les matières premières, sur les dettes souveraines, comme en Grèce, l’extraction d’énergies fossiles nuisibles au climat ou l’optimisation fiscale fatale à l’emploi (l’argent de l’épargne réglementée ne va pas ici).
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

La Troïka revient à Athènes

La Troïka revient à Athènes | Econopoli | Scoop.it
Mardi, les représentants de la Troïka (Banque centrale européenne, Union européenne et Fonds monétaire international) étaient de retour à Athènes pour y négocier un accord de crédit avec le gouvernement grec. Les pourparlers devraient commencer ce jeudi et prendront fin le 20 août.
La suppression de la supervision de la politique budgétaire grecque par la troïka avait été une revendication centrale de la campagne électorale de Syriza. Mais en acceptant de négocier un troisième programme de crédit, Syriza a également accepté la reprise des visites de la troïka.
Alors que les représentants de la Troïka n’ont rien promis et qu’un éventuel accord de crédit peut capoter à tout moment, le gouvernement Syriza a décidé de mettre en œuvre un certain nombre de mesures qui affaiblissent sa propre position dans des négociations et aggravent encore la situation sociale du pays.
Le gouvernement fait, une fois de plus, du paiement des intérêts et du capital de la dette sa plus haute priorité, comme il l’avait déjà fait ces derniers mois. Même au moment où le système de soins de santé s’effondre et que la faim se répand dans Athènes, le gouvernement grec a transféré, lundi, plus de €6 milliards aux institutions de la troïka.
La BCE a reçu €4,2 milliards (dont 700 millions de paiements d’intérêts). €2 milliards sont allés au FMI et quelques centaines de millions à la Banque Nationale grecque. Le gouvernement utilise à cet effet un prêt-relais du Mécanisme européen de stabilité financière, le fonds de sauvetage de l’UE. Le crédit spécial totalise 7 milliards d’euros et a une durée maximum de trois mois. Il reste difficile de savoir si le paiement sera assez important pour durer jusqu’à ce qu’un accord soit obtenu en août.
Dans un accord avec l’eurogroupe, le gouvernement grec s’est engagé à faire passer certaines lois au Parlement avant le début de négociations. Avant que la troïka ne commence à négocier avec des représentants du gouvernement, le Parlement devait avoir passé deux réformes mercredi.
D’une part, le Parlement doit mettre en œuvre des directives de règlement et des règlements nationaux pour la mise en œuvre d’une union bancaire du type décidé par le Parlement européen et le Conseil européen en mai de l’an dernier.
De plus, les procédures judiciaires civiles doivent être accélérées. Selon l’ancien ministre grec des Finances Yannis Varoufakis, qui a participé à la négociation de l’accord, l’objectif principal de cette mesure est de simplifier la « saisie, l’expulsion et la destruction de milliers de foyers et d’entreprises qui ne sont pas en mesure de payer leurs crédits. »
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

De nouvelles études confirment la valeur du domaine public pour l'innovation et la créativité

De nouvelles études confirment la valeur du domaine public pour l'innovation et la créativité | Econopoli | Scoop.it
J’avais écrit en avril dernier un billet à propos d’un article scientifique qui proposait une méthode indirecte pour calculer la « valeur économique » des photographies appartenant au domaine public figurant sur Wikipédia. Ces chercheurs étaient arrivés à la conclusion que ces contenus généraient une valeur de 246 à 270 millions d’euros par an, en augmentant la visibilité des pages de l’encyclopédie et en réduisant les coûts de transaction pour les utilisateurs. En réalité, cette étude ne constituait que l’un des trois volets d’un rapport sur la valeur du domaine public, commandé par l’Intellectual Property Office au Royaume-Uni. Intitulé « Copyright and The Value Of Public Domain : An Empirical Assessment« , ce document est particulièrement intéressant, à la fois par sa méthodologie et ses résultats. Ses conclusions ont d’ailleurs fait l’objet au début du mois de juillet d’une présentation à l’OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle), dans le cadre des travaux de cette institution sur le domaine public.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

La Zoé recharge le carnet de commandes de Renault Flins

La Zoé recharge le carnet de commandes de Renault Flins | Econopoli | Scoop.it
Le superbonus lancé en mars booste les ventes des véhicules électriques en France. Les commandes en hausse de la Zoé soutiennent l’activité de l’usine de Renault à Flins (Yvelines).

"Nous appelons tous les jours l’usine, voire plusieurs fois par jour, pour suivre la production". Directeur des ventes Renault ZE (pour "Zero Emission", la gamme électrique du groupe français), Vincent Carré oscille en cette mi-juillet entre très légère inquiétude et grande satisfaction. La mise en place par la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal d’un superbonus de 10 000 euros en mars booste les ventes de la Zoé (et des véhicules électriques en général), et par conséquence l’activité de l’usine de Flins (Yvelines), seul site à produire la petite citadine électrique.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Dans tous les cas, la Grèce doit se préparer à l’exit/ Alexis Tsipras aurait sollicité Vladimir Poutine pour aider la Grèce à imprimer des drachmes/Comment Sarkozy a «aidé» la Grèce

Dans tous les cas, la Grèce doit se préparer à l’exit/ Alexis Tsipras aurait sollicité Vladimir Poutine pour aider la Grèce à imprimer des drachmes/Comment Sarkozy a «aidé» la Grèce | Econopoli | Scoop.it
Tout eurosceptique qui refuse d’aller jusque-là, se condamne à l’humiliation. Le vrai eurosceptique doit rendre l’Exit possible et crédible pour ses adversaires. Nous l’avons dit et répété, la faute majeure de Tsipras et même de Varoufakis a été de croire qu’il s’agissait d’un jeu, ils se sont trompés: c’est une lutte à mort.

Dans une tribune en ligne ce lundi, l’économiste Charles Wyplosz enfonce le clou: « En matière de jeux de stratégie, c’est de la menace que découle l’issue de la partie. Entre la Grèce et ses créanciers, la menace a toujours été le Grexit (…) Mais la menace doit être crédible, et les Grecs n’étaient pas prêts [à sortir de l’euro] ».  
Il fallait, dès le premier jour après l’élection et la victoire de Syriza, empêcher le « run » sur les dépôts bancaires, car c’est le point faible de tout gouvernement. La BCE n’a pas hésité un seul instant à serrer le nœud coulant autour de la gorge de Syriza en soufflant quotidiennement la peur, et en incitant à vider les comptes bancaires. Ce faisant elle a asphyxié le système bancaire, et grâce à cette asphyxie, elle a fait mettre un genou à terre à Tsipras.

La proposition, refusée, de Varoufakis de mettre en place rapidement une Drachme était déjà trop tardive, les caisses étaient vides et il fallait un trésor de guerre d’au moins 15 milliards d’euros pour se lancer dans cette opération.

Ils ont cru que c’était un jeu, ils ont peut être compris maintenant que c’était une guerre, il est trop tard. Une classe sociale, une alliance a conquis l’Europe, ils ne lâcheront pas prise facilement. Avis aux imitateurs.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Grèce / réformes : 900 pages "que personne ne lira jamais" ?

Grèce / réformes : 900 pages "que personne ne lira jamais" ? | Econopoli | Scoop.it
Chaque jour arrêt sur images décrypte pour vous l'actualité des médias
more...
No comment yet.
Rescooped by Uston News from La Nouvelle Économie 2.0
Scoop.it!

En 2016, les 1% les plus riches détiendront plus de la moitié du patrimoine mondial

En 2016, les 1% les plus riches détiendront plus de la moitié du patrimoine mondial | Econopoli | Scoop.it
INFOGRAPHIE - Les richesses dans le monde se concentrent de plus en plus aux mains d'une petite élite fortunée, selon Oxfam. L'ONG réclame un sommet mondial sur la fiscalité.

Via Thierry Curty
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Loi renseignement : à quoi sert le Conseil constitutionnel ? (F. Mas)

Loi renseignement : à quoi sert le Conseil constitutionnel ? (F. Mas) | Econopoli | Scoop.it
A consolider le système oligarchique en place en lui donnant un vernis de respectabilité, rien de plus. Quand on sait par qui sont nommés les membres de ce Conseil… et comment ce dernier a par exemple entériné des élections pourtant marquées par des fraudes massives ces dernières années… OD
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Crise de l’élevage : l’écrasante responsabilité des politiques dans la persistance des problèmes de l’agriculture

Crise de l’élevage : l’écrasante responsabilité des politiques dans la persistance des problèmes de l’agriculture | Econopoli | Scoop.it
Depuis plusieurs années, un vent libéral souffle sur l’Europe agricole, et les gouvernements successifs, particulièrement celui de Nicolas Sarkozy, ont laissés faire, désespérant de convaincre nos partenaires européens. On démantèle donc toute la Politique agricole commune, disant aux agriculteurs qu’ils doivent dorénavant "répondre aux signaux du marché". Dernier lâchage : celui du lait avec l’abandon pur et simple des quotas. Seuls les naïfs pouvaient penser que cela allait se passer sans casse !

Dans le lait, par exemple, tous les producteurs européens se sont évidemment mis à garder une ou deux bêtes de plus.

Le temps qu’elles grandissent, la production de lait européenne ne peut qu’exploser, et, malgré ce qu’on nous annonce des opportunités d’exporter en Chine, le prix ne peut que s’effondrer et les petits éleveurs ne peuvent que faire faillite.

Aujourd’hui c’est de viande qu’il s’agit, et on fait semblant de découvrir qu’une négociation qui rassemble 130 000 éleveurs dispersés, 130 abattoirs et seulement 4 acheteurs est saine et équitable ! Car il n’y a plus que 4 acheteurs de nourriture qui comptent en France, les 4 groupements d’achats de la Grande distribution qui achètent les ¾ de notre nourriture. Chacun achète donc la production de 30 000 éleveurs français, et peuvent tout aussi bien s’approvisionner en Allemagne, voire au Brésil ! Quel poids les éleveurs peuvent-ils avoir pour se faire entendre, à part celui de bloquer les autoroutes et les accès aux sites touristiques ?

La simple loi du marché, il n’y a qu’à la voir à l’œuvre chez nos voisins européens, ou aux USA : c’est évidemment 10 à 20 000 éleveurs qui vont faire faillite, l’augmentation importante de la taille de nos élevages, moins de développement régional, plus de chômage, plus de malbouffe, le recours à des travailleurs bulgares ou roumains payés au prix de leurs pays dans les abattoirs, des importations sauvages de produits peu contrôlés, etc. Pourquoi fait-on semblant de la découvrir aujourd’hui, et en particulier ceux qui l’ont prôné lorsqu’ils étaient aux affaires ?
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Grand Languedoc : la comédie du pouvoir local

Grand Languedoc : la comédie du pouvoir local | Econopoli | Scoop.it
Pour La Croix, Marianne et, surtout, les suppléments régionaux de L’Express, le journaliste a mis en lumière le poids des agents municipaux encartés au PS ou l’influence, parmi les édiles, des diverses obédiences maçonniques. Du Languedoc-Roussillon, Jacques Molénat a tissé sa toile jusqu’aux contreforts du radicalisme-cassoulet. Le voilà qui publie, aux éditions Chabot du Lez, son deuxième ouvrage. Une galerie de 54 portraits courts et ciselés, intitulée « Notables, trublions et filous ».
C’est « l’Imperator » Georges Frêche qui, naturellement, ouvre le bal. Même mort, il continue d’être omniprésent. Tout le monde, à Montpellier, a été, est ou sera frêchiste. Depuis son éviction, en 2008, la fédération socialiste de l’Hérault part en lambeaux. Lors des dernières municipales, le candidat de la Fédé et de la rue de Solférino, Jean-Pierre Moure s’est pris une veste.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Crise de l'élevage : la filière du lait s'accorde sur un prix de vente minimum

Crise de l'élevage : la filière du lait s'accorde sur un prix de vente minimum | Econopoli | Scoop.it
Les producteurs, industriels et distributeurs de lait réunis vendredi matin autour de Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, se sont entendus pour une revalorisation des prix du lait. Les 1.000 litres ne pourront pas être vendus en dessous de 340 euros.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

« Varoufakis pourrait être le prochain premier ministre de la Grèce, il faut donc l’anéantir maintenant »

En examinant la trajectoire du gouvernement de Tsipras après le référendum, je remarque qu’il n’a plus aucun éclat. Que s’est-il passé depuis le référendum ? Le Ministre de l’économie Yanis Varoufakis a démissionné. Et Alexis Tsipras a été obligé de faire un accord pour un Mémorandum. Finalement, tout le gouvernement se résumait à Varoufakis.

Que vous le trouviez sympathique ou pas, il n’était pas possible de ne pas reconnaître son éclat. Et sa connaissance. Son éclat est le produit de sa connaissance.

Que l’on soit d’accord ou pas avec lui, il faut reconnaître que Varoufakis est une étoile.

J’avoue lorsque j’ai appris la démission de Varoufakis, j’ai pensé que c’était un truc décidé entre Tsipras et lui.

Que vouliez-vous que je pense alors que le lendemain du NON qui gagne avec 61,3%, le premier ministre demande la démission de son ministre de l’économie ?

Je me mets à penser alors que Tsipras a fait le référendum en pensant que le OUI gagnerait et qu’il s’est juste fait avoir !

Et là tout est dévoilé. On voit la vérité sans maquillage. Et inexistante.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Confidences et mises en garde d’un ex-lieutenant d’Etienne Chouard | Confusionnisme.info

Confidences et mises en garde d’un ex-lieutenant d’Etienne Chouard | Confusionnisme.info | Econopoli | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Lanceurs d'alerte : "Tout le monde a obéi aux ordres. Moi j'ai désobéi "

Lanceurs d'alerte : "Tout le monde a obéi aux ordres. Moi j'ai désobéi " | Econopoli | Scoop.it
Les puissants contre la loi, la loi contre les puissants : qu’il s’agisse d’évasion fiscale ou de détournement de fonds publics, les scandales politico-financiers n’ont pas quitté la Une depuis vingt ans. Est-ce à dire que rien n’a chan...
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Les partis politiques, peu adeptes du Made in France ?

Les partis politiques, peu adeptes du Made in France ? | Econopoli | Scoop.it
L’affaire commence début juin, c’est le lancement du nouveau grand parti de droite, Les Républicains. De nombreux objets floqués au nom du parti sont distribués. Le souci apparaît lorsque l’on prête un petit peu plus d’attention aux étiquettes des t-shirts, fabriqués au Bangladesh, l’un des leaders de l’exportation textile. L’appât d’un faible coût de production et l’affaire est lancée. Les Républicains seront montrés du doigt quelques semaines. C’est avec après cet épisode que le FIMIF se lance à la conquête des étiquettes.
 
PRIS LA MAIN DANS LE COL
 
Le FIMIF a fait le tour des boutiques de neuf des principales formations politiques, tous bords confondus. Sur la quarantaine d’objets examinés, les militants du Made in France trouvent vingt pays d’origine. Les explications sont simples : les partis ne s’en occupent pas en direct (sous-traitance pour la gestion des boutiques), font souvent les achats dans l’urgence et vont au moins cher (les goodies ne sont pas une priorité).
Face à ces arguments, le collectif veut lui promouvoir la fabrication Française. Ils publient avec cette enquête un listing d’entreprises fabriquant des produits estampillés "Made in France" avec des rapports quantités/prix à la portée de partis politiques. En d’autres termes, il ne manque que l’envie d’avoir des produits Français dans leurs rayons...
 
MODEM IN FRANCE
 
Deux partis s’en tirent mieux que les autres, le Parti de Gauche et le Modem. Le premier ne propose que très peu d’articles mais affirme qu’ils sont tous d’origine Française. Le FIMIF n’a d’ailleurs pas pu tout vérifier. Le Modem va même jusqu’à créer lui-même ses badges dans ses locaux du VIIème arrondissement de Paris.
L’assemblée nationale n’est peut-être pas un parti politique, mais les militants pro-France ont montré que sur l’ensemble de sa boutique, les acheteurs trouvent plus de produits Made in France que sur l’ensemble des familles politiques confondues.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

» Ce que pensent les pays pauvres d’Europe du cas grec…

» Ce que pensent les pays pauvres d’Europe du cas grec… | Econopoli | Scoop.it
La Slovaquie, la Lettonie, la Lituanie et l’Estonie font partie des pays partisans d’une ligne dure face à la Grèce. Ils clament depuis longtemps qu’ils sont trop pauvres pour payer les erreurs d’une Grèce plus riche. Ces pays ne transigent pas; ils l’exhortent à se soumettre aux mesures d’austérité et aux réformes prévues par le programme de sauvetage de 240 milliards d’euros proposé par ses créanciers. Cela s’explique par les difficultés qu’ils ont eues, eux, pour entrer dans la zone euro et y rester. La Lettonie, par exemple, avait subi la plus grave récession dans le monde lors de la crise en 2008-2009, voyant une baisse de 25% de son PIB.

La Bulgarie, qui négocie encore son entrée dans l’euro, s’insurge, écrit l’Obs. Ce pays de près de 7 millions d’habitants est le plus pauvre de l’Union européenne. Depuis 1990 et la chute du communisme, les Bulgares ont le sentiment de vivre dans une crise permanente, contrairement aux Grecs qui souffrent économiquement depuis cinq ans.

Le gouvernement bulgare reproche aux partenaires européens d’être trop souples avec la Grèce. Alors qu’eux, pour rejoindre l’euro, s’attachent à faire des efforts pour réduire le déficit public et la dette selon les critères de Maastricht. Toujours selon l’Obs, le Premier ministre bulgare, Boïko Borissov, s’indignait le 25 juin 2015 à Bruxelles: «Arrêtons de perdre du temps sur la Grèce, cela fait des années que cela dure. Et tout ce que j’entends est qu’ils veulent plus d’argent mais qu’ils rechignent à faire des réformes. Qu’ils fassent leurs réformes ou qu’ils en assument les conséquences !»
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Les ravages de l’austérité sur l’accès aux soins

Les ravages de l’austérité sur l’accès aux soins | Econopoli | Scoop.it
Suppressions de lits d’hôpitaux, fermeture de points d’accueil de la caisse primaire d’assurance maladie, réduction de l’offre de soins… En Seine-Saint-Denis comme dans le Nord-Pas-de-Calais, les politiques d’austérité ont un impact direct et concret sur les patients.
La lettre a été envoyée mi-mars par l’agence régionale de santé (ARS) du Nord-Pas-de-Calais à un hôpital présentant une « situation financière fortement dégradée ». Afin que l’établissement poursuive ses « efforts d’efficience », l’administration incite l’établissement à « retrouver progressivement un cycle d’exploitation équilibré en agissant sur la maitrise des charges et en particulier des charges de personnels ». L’injonction cachée derrière ce jargon administratif est claire : il faut réduire la masse salariale. « Ce n’est pas un, mais tous les hôpitaux de la région, qui sont confrontés à une cure d’austérité », s’inquiète Yannick Sobaniak, de l’union syndicale CGT Santé Action sociale du Nord, faisant allusion au plan d’économies de 3 milliards d’euros à réaliser sur les établissements de santé jusqu’en 2017, dont 860 millions sur les frais de personnel. La région Nord-Pas-de-Calais, elle, doit économiser 33 millions d’euros.

Mais cet objectif devrait être durci puisqu’il a été fixé avant le tour de vis sur l’Ondam (objectif national des dépenses d’Assurance maladie), qui doit tomber de 2 % cette année à 1,75 % en 2016 et 2017. « On s’oriente vers un plan de 70 millions d’euros d’économies sur la région. Le directeur de l’ARS n’a ni confirmé, ni infirmé l’information. Cela va se traduire par des fermetures de lits, d’activités, de services, avec pour conséquence plus de 1 500 suppressions d’emplois pour notre région. C’est le pronostic vital de certains hôpitaux de notre région qui est engagé », analyse Yannick Sobaniak.
more...
No comment yet.