Econopoli
Follow
Find
68.0K views | +5 today
 
Econopoli
Economie et Politique
Curated by Uston News
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Conférence de presse du 31 janvier 1964 - Charles de gaulle - paroles publiques - Ina.fr

Conférence de presse du 31 janvier 1964 - Charles de gaulle - paroles publiques - Ina.fr | Econopoli | Scoop.it
Au cours d'une conférence de presse donnée à l'Elysée le 31 janvier 1964, le général de Gaulle aborde plusieurs points importants : les institutions, l'Europe, la coopération de la France avec d'autres pays du monde, et l'ouverture de relations normalisées avec la Chine.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Départementales : la carte des départements qui basculent

Départementales : la carte des départements qui basculent | Econopoli | Scoop.it
Vingt-quatre départements ont basculé dimanche de la gauche vers la droite. Un seul est passé de l'UMP au PS.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

» [Ils sont drôles quand même...] L’Obs – Front national : l’échec du “marinisme”

» [Ils sont drôles quand même...] L’Obs – Front national : l’échec du “marinisme” | Econopoli | Scoop.it
L’incapacité du parti d’extrême droite à conquérir un département signe l’échec de la stratégie de la présidente du FN.

Caramba, encore raté ! Bien sûr, avec 25 % des voix, le Front national a remporté lors du premier tour de ces élections départementales son meilleur score à l’occasion d’un scrutin local.

Certes, il dispose désormais d’une soixantaine de sièges de conseillers généraux – sur plus de 2.000 cantons -, alors qu’il n’avait jusqu’ici qu’un sortant. Enfin, c’est vrai, le FN a progressé d’un tour à l’autre dans les cantons où il était encore présent, signe qu’il profite du renfort d’électeurs venus de la droite et, dans une moindre mesure, de la gauche.

Et pourtant, ce second tour des élections départementales est un échec pour le parti d’extrême droite. C’est surtout l’échec d’une stratégie, le “marinisme”, cette ligne concoctée par le tandem Marine le Pen – Florian Philippot qui prétend faire du FN la seule opposition au fameux “système UMPS”.

Echec aux portes du pouvoir
Le retour du clivage droite-gauche, qui fait de l’UMP, grande gagnante de ce scrutin, l’alternative naturelle au PS en 2017 est une fort mauvaise nouvelle pour la présidente du Front National. Et l’avènement du “tripartisme” claironné par le FN, et repris en choeur par nombre d’observateurs peu attentifs, est une illusion. La vie politique française continue d’être régie par un affrontement bipolaire droite-gauche.

Marine Le Pen le sait : elle ne pourra démontrer que le FN est susceptible de devenir un parti de gouvernement capable d’exercer des responsabilités nationales que s’il conquiert des positions de pouvoir au niveau local. Et s’il y fait la preuve de ses capacités de gestion.

Bien placé dans le Var, plus fort encore dans l’Aisne, et favori dans le Vaucluse qui semblait lui tendre les bras, le parti d’extrême échoue aux portes du pouvoir et ne décroche finalement aucun département. Son seul élu sortant, Laurent Lopez, est même battu à Brignoles (Var), ce qui confirme que le bilan du FN lorsqu’il est aux affaires n’est pas mieux jugé que celui des sortants qui portent d’autres étiquettes.

Parti “sans-ami”
Surtout, une fois encore, preuve est faite lors de ce tour final des départementales que, s’il demeure seul et sans allié, le FN ne peut quasiment jamais l’emporter en duel au mode de scrutin majoritaire. L’isolement confine le parti lepéniste à l’impuissance, et, à terme, à l’inutilité. Ce triste sort avait conduit le FN à exploser à la fin des années 90. Il ne manquera pas de réveiller les tensions internes dans les semaines à venir. Sans doute ceux qui ont rejoint récemment le parti d’extrême droite parce qu’ils piaffent de conquérir des mandats et d’exercer des responsabilités finiront ils par douter de la pertinence de leur choix.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

La mobilité comme injonction totalitaire du néolibéralisme

La mobilité comme injonction totalitaire du néolibéralisme | Econopoli | Scoop.it
Déménager parce que la crise, parce que le chômage. Sur son blog "Gaulliste libre", Laurent Herblay n’apprécie guère cette "injonction" car elle a pour conséquence, écrit-il, de "déraciner les hommes", de les faire rompre avec leurs "habitudes" et leurs "proches", de les "placer en permanence en situation d’insécurité".
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

» GEAB – Médias, finances, système-pétrole, appareil militaro-industriel, QE : la guerre des narratifs

» GEAB – Médias, finances, système-pétrole, appareil militaro-industriel, QE : la guerre des narratifs | Econopoli | Scoop.it
Dans le chaos qui caractérise toute crise, les discours explicatifs se multiplient comme autant de tentatives d’imposer sa vision du monde, dont l’enjeu est la domination de celui-ci. La « béance[1] » chaotique ouverte par une crise est aussi un espace de guerre narrative dont les vainqueurs seront soit les plus forts (pour un temps court), soit les plus lucides (pour un temps long).

Pour le citoyen ou acteur lambda, la grande difficulté consiste à ne pas perdre la tête au milieu de ces innombrables storytellings. La mission que se donne le GEAB depuis janvier 2006 est précisément celle-ci : aider ses lecteurs à dépasser les évidences et les bruits dominants, et tenter de se rapprocher au plus près de la réalité des évolutions profondes. Ce travail est important à titre individuel dans les décisions que chacun doit continuer à faire dans un contexte instable. Mais c’est plus important encore sur le plan collectif, car le choix narratif est bien entendu un choix d’avenir. Or, entre la narration qui s’impose par la force et celle qui prévaut par la réalité, une société peut s’enfermer dans un système idéologique ou s’engager résolument dans un monde ouvert.

Au XXe siècle, les peuples qui ont basculé dans des systèmes idéologiques déconnectés de la réalité ont probablement eu peu le choix. Aujourd’hui, les sociétés ultra-connectées et multi-informées ont une vraie responsabilité du choix de leur avenir. C’est pourquoi le GEAB et l’anticipation politique, sans prétendre avoir toujours raison, proposent une grille de lecture des narrations tentant d’optimiser l’objectivité et aider ses lecteurs à conserver le plus possible de distance face aux événements, à distinguer entre information factuelle et opinion, entre information fallacieuse et information fiable, et à se donner les outils pour forger et avoir confiance en sa propre opinion.

Nous avons déjà évoqué le fait que 2015 serait caractérisé par un « chevauchement monstrueux » entre monde d’avant et monde d’après, où les deux mondes sont en apparence à égalité : l’un par la puissance des outils de pouvoir dont il disposait et qui sont encore opérationnels (médias, armées, finance…), l’autre par sa force intrinsèque.

En réalité, le monde d’avant est désormais éminemment affaibli et son résidu de domination n’est plus que le fruit de ses efforts surhumains à « faire parler » ses outils de puissance à sa place, effort dans lequel il s’épuise, tout autant que l’URSS s’était épuisé dans la course à l’armement.

Notre équipe a choisi de rendre publique la première partie de la section « Perspectives », consacrée aux outils de puissance en crise, sachant que la deuxième partie propose une analyse du QE européen et de la parité euro-dollar.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Grèce - L'enfumage du Figaro sur la "pénurie de médicaments en Grèce" | Okeanews

Grèce - L'enfumage du Figaro sur la "pénurie de médicaments en Grèce" | Okeanews | Econopoli | Scoop.it
Hier, Le Figaro a publié un article d'Alexia Kefalas sur "l'accélération de la pénurie de médicaments en Grèce". Pour accompagner l'article, Le Figaro a mis une photo d'une queue devant une pharmacie d'Athènes. Pourtant, il n'y a la queue devant aucune pharmacie à Athènes.

Sommes-nous les victimes d'un nouveau bluff ?
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

» [Propagande] Annexion de la Crimée : Poutine était prêt à une confrontation nucléaire

» [Propagande] Annexion de la Crimée : Poutine était prêt à une confrontation nucléaire | Econopoli | Scoop.it
Absent depuis le 5 mars de la sphère publique, le président russe est apparu dimanche dans un documentaire. En docteur Folamour.

Alors que le président russe, Vladimir Poutine, n’est pas apparu en public depuis plus de dix jours, alimentant les rumeurs les plus folles, il a surgi dans un documentaire télévisé diffusé dimanche 15 mars et un confié un secret explosif : ses forces militaires étaient prêtes à une confrontation nucléaire lors de la crise en Crimée.

“Nous étions prêts à le faire”, à mettre en état d’alerte le dispositif nucléaire face “à la tournure la plus défavorable qu’auraient pu prendre les événements”, a déclaré le président russe dans ce documentaire diffusé sur la chaîne publique Rossia 1 à la veille des commémorations pour le première anniversaire du “retour” de la Crimée dans le giron russe.

L’armée russe aurait positionné en Crimée des batteries de missiles de défense côtière “Bastion”, des armes susceptibles de dissuader un navire de guerre américain qui était alors en mer Noire de s’immiscer, raconte Vladimir Poutine.

“On ignorait alors” si l’Occident allait intervenir militairement, poursuit-t-il. “C’est pourquoi j’ai été obligé de donner les instructions qu’il fallait à nos forces armées (…), de donner des ordres sur l’attitude de la Russie et de nos forces armées en toutes circonstances”, dit aussi Vladimir Poutine.

“Nous ne pouvions pas les abandonner”

“J’ai parlé avec mes collègues [occidentaux, NDLR] et je leur ai dit que c’était notre territoire historique, que des Russes habitaient là-bas, qu’ils étaient en danger et que nous ne pouvions pas les abandonner”, a poursuivi le président russe qui assure avoir sauvé la Crimée en déployant ses troupes pour empêcher un “effusion de sang”.

Martelant que la Russie n’avait pas eu l’intention d’annexer la Crimée avant la chute, en février 2014, du président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovitch, il a insisté :
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Grèce : petit guide contre les bobards médiatiques (et politiques) bobard 2...

Grèce : petit guide contre les bobards médiatiques (et politiques) bobard 2... | Econopoli | Scoop.it
Remarque : hier c'était le 300e billet du Coin du Comptoir, alors, tournée générale !! Suite de notre petite discussion sur les bobards de la dette grecque que les médias diffusent d'autant plus al...
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

La double peine des classes populaires

La double peine des classes populaires | Econopoli | Scoop.it
Pourquoi les classes populaires se détournent-elles un peu partout des partis de gouvernement, et singulièrement des partis de centre gauche qui prétendent les défendre ? Tout simplement parce que ces derniers ne les défendent plus depuis longtemps. Au cours des dernières décennies, les classes populaires ont subi l’équivalent d’une double peine, d’abord économique puis politique. Les évolutions économiques ont été peu favorables aux groupes sociaux les plus défavorisés des pays développés : fin de la croissance exceptionnelle des Trente Glorieuses, désindustrialisation, montée en puissance des pays émergents, destructions d’emplois peu ou moyennement qualifiés au Nord. Les groupes les mieux dotés en capital financier et culturel ont pu, au contraire, bénéficier à plein de la mondialisation. Le second problème est que les évolutions politiques n’ont fait qu’exacerber ces tendances. On aurait pu imaginer que les institutions publiques, les systèmes de protection sociale, les politiques suivies dans leur ensemble s’adaptent à la nouvelle donne, en demandant plus aux principaux bénéficiaires des évolutions en cours, afin de se consacrer davantage aux groupes les plus touchés. Or, c’est le contraire qui s’est produit.
En partie du fait d’une concurrence intensifiée entre pays, les gouvernements nationaux se sont concentrés de plus en plus sur les contribuables les plus mobiles (salariés hautement qualifiés et mondialisés, détenteurs de capitaux) au détriment des groupes perçus comme captifs (classes populaires et moyennes). Cela concerne tout un ensemble de politiques sociales et de services publics : investissements dans les TGV contre paupérisation des TER, filières éducatives élitistes contre écoles et universités abandonnées, etc. Et cela concerne bien sûr le financement de l’ensemble. Depuis les années 80, la progressivité des systèmes fiscaux a été fortement réduite : les taux applicables aux revenus les plus élevés ont été massivement abaissés, alors que les impôts indirects frappant les plus modestes ont été graduellement augmentés.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Crash de l’A320 : quand Jean-Pierre Elkabbach explorait la piste arabo-terroriste - Acrimed | Action Critique Médias

Crash de l’A320 : quand Jean-Pierre Elkabbach explorait la piste arabo-terroriste - Acrimed | Action Critique Médias | Econopoli | Scoop.it
- Jean-Pierre Elkabbach : « Parmi les 144 passagers victimes de cette catastrophe, il y a 67 Allemands, 45 Espagnols, c’est-à-dire 112. Qui sont les 32 autres ? »
- Alain Vidalies : « Il y a un certain nombre de nationalités, cela a été dit, des Belges, des Anglais, des Turcs, il y a des vérifications qui sont en cours puisque nous sommes à l’intérieur de l’espace Schengen… »
- JPE : « Justement on se disait avec Maxime Switec [présentateur du journal de 8h sur Europe 1] tout à l’heure, comment se fait-il qu’il y avait le nom des passagers mais pas leur nationalité ? »
- AV : « C’est la réalité quand vous prenez un avion à l’intérieur de la France ou à l’intérieur de l’espace Schengen… »
- JPE : « Et il n’y a pas de changement à envisager ? »
- AV : « Écoutez je pense qu’à ce moment-là ça voudrait dire qu’on ne pourrait plus prendre les billets par internet ou d’une manière facile donc je crois qu’il faut réfléchir à ces conséquences… »
- JPE : « Dans les noms que vous avez des passagers, il n’y en a pas qui viennent d’endroits où on pourrait soupçonner qu’ils sont en mission suicidaire ? »
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Ukraine : "La sortie de crise est possible"

Ukraine : "La sortie de crise est possible" | Econopoli | Scoop.it
Intervention de Jean-Pierre Chevènement, représentant spécial de la France pour la Fédération de Russie, à l'Assemblée générale de l'Association du Dialogue franco-russe, jeudi 26 mars 2015.

Je remercie le Dialogue franco-russe de m’avoir invité à participer à son Assemblée générale, en présence notamment du Vice-Ministre des affaires étrangères de la Fédération de Russie, M. Mechkov, et de Monsieur le Président Yakounine que je suis heureux de saluer.

Nous vivons avec la crise ukrainienne un moment difficile mais, comme le dit le proverbe, « c’est dans les crises qu’on voit ses véritables amis ». La France est particulièrement soucieuse de préserver l’avenir de la paix et de la relation franco-russe, comme l’ont montré les initiatives prises par le Président Hollande pour hâter une sortie de la crise ukrainienne.

J’organiserai mon propos en trois points.
cette crise, selon moi, était évitable ;
le Président de la République a tenté une médiation qui a abouti aux accords de Minsk II dont l’application doit permettre la levée des sanctions ;
il faut enfin et surtout donner un contenu positif à la sortie de crise en unissant nos efforts pour stabiliser l’Ukraine politiquement, mais aussi économiquement.

I – La crise ukrainienne, bien que prévisible, était évitable si des initiatives avaient été prises en amont d’un commun accord.

A) La crise était prévisible depuis longtemps car l’Ukraine, dans l’esprit de certains, a toujours été un « objet géopolitique ». L’extension de l’OTAN à certains pays anciennement membres du Pacte de Varsovie, a suscité des réactions de la partie russe surtout quand il a été question d’y faire adhérer des pays résultant de l’implosion de l’ex-URSS, notamment l’Ukraine et la Géorgie.

En 2008, la Conférence de Bucarest des pays membres de l’OTAN a écarté les candidatures de ces deux pays, à la demande conjointe de la France et de l’Allemagne. On se souvient aussi qu’en 2008 le Président Medvedev avait lancé l’idée d’un nouveau pacte de sécurité paneuropéen, proposition demeurée sans suite.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Moscou et Washington créeront une nouvelle station spatiale après 2024 / Sputnik France - Actualités - Prises de Position - Radio

Moscou et Washington créeront une nouvelle station spatiale après 2024 / Sputnik France - Actualités - Prises de Position - Radio | Econopoli | Scoop.it
La Russie et les Etats-Unis construiront une nouvelle station orbitale après la fin d'exploitation de la Station spatiale internationale (ISS), a annoncé samedi le directeur de l'Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos) Igor Komarov, en déplacement au cosmodrome de Baïkonour.

"Roskosmos et la NASA ont l'intention de coopérer dans la création d'une nouvelle station orbitale (…). Ce sera un projet ouvert à d'autres pays souhaitant y participer", a indiqué M.Komarov.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

» Revue de presse du 28/03/2015

» Revue de presse du 28/03/2015 | Econopoli | Scoop.it
"La Chine a longtemps frustré ceux qui s’attendaient à la voir s’écraser – ou ne serait-ce que perdre de l’altitude – qui avaient su faire la part des choses et étaient persuadés d’avoir raison. Ils ont pu percevoir la surabondance de biens immobiliers née de plusieurs années de mal-investissements. Ils savent que les domiciles inoccupés sont considérés comme des investissements à effet de levier élevé, que les spéculateurs achètent à la manière d’actions, dont les prix grimpent indéfiniment, comme si l’Etat en avait décidé ainsi, mais dans lesquels les gens ordinaires ne peuvent se permettre de vivre. Ceux qui s’attendrent à voir la chine s’écraser savent que la situation ne pourra pas durer. Puisque le secteur immobilier ajoute 15% au PIB de la Chine, lorsque la bulle éclatera, ils auront enfin eu raison."
more...
No comment yet.
Rescooped by Uston News from Chronique des Droits de l'Homme
Scoop.it!

Santé au travail : « Le patronat veut que la dégradation des conditions de travail soit la plus discrète possible »

Santé au travail : « Le patronat veut que la dégradation des conditions de travail soit la plus discrète possible » | Econopoli | Scoop.it

Le gouvernement multiplie les attaques contre les outils de défense de la santé des travailleuses et des travailleurs dans les entreprises : CHSCT, médecine du travail, inspection du travail... Échange sur ce sujet avec Eric Beynel, porte-parole de l’union syndicale Solidaires, qui fait partie des initiateurs de la campagne « Pour ne plus perdre sa vie à la gagner ».


Via Alcofribas
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

BNP Paribas Fortis accusée d’avoir trompé ses clients avec des titres grec

BNP Paribas Fortis accusée d’avoir trompé ses clients avec des titres grec | Econopoli | Scoop.it
La banque belge BNP Paribas Fortis aurait vendu à ses clients des obligations d’Etat grecques alors que la situation de ce pays se dégradait rapidement et que la question de sa solvabilité était clairement posée. Selon le quotidien Le Soir du samedi 28 mars, la filiale belge du groupe français – BNPP a racheté Fortis en 2008 et la possède à 100 % depuis la fin 2013 – a continué à faire la promotion de ces produits douteux durant plusieurs semaines entre 2009 et 2010, alors que Standard & Poor’s avait pourtant déclassé l’obligation d’Etat grecque.

Des milliers de particuliers, adeptes des placements de « bons pères de famille » s’étaient vus promettre un rendement supérieur à 4 %. Cinq ans plus tard, ils ont perdu de 50 % à 60 % de leur investissement, même si le Fonds européen de stabilisation est intervenu pour combler une partie de leur perte.

L’obligation a perdu quelque 82 % de sa valeur et un échange proposé aux clients en 2012 n’a rien arrangé compte tenu de la poursuite de la dégradation de la situation financière de la Grèce.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

» “Avec leurs sanctions contre la Russie, les États-Unis ont enfreint le droit international”, par Valéry Giscard d’Estaing

» “Avec leurs sanctions contre la Russie, les États-Unis ont enfreint le droit international”, par Valéry Giscard d’Estaing | Econopoli | Scoop.it
La France, l’europe, le monde…

Cet entretien a été conduitpar Isabelle Lasserre (Rédactrice en chef adjointe au service étranger du Figaro)

Dans ce stimulant entretien exclusif, Valéry Giscard d’Estaing a accepté, pour Politique Internationale, de décrypter les turbulences qui agitent la planète. De la crise ukrainienne au conflit israélo-palestinien en passant par l’avancée de Daech en Irak et en Syrie, l’ancien président livre son interprétation des principaux dossiers du moment. Comme le lecteur s’apprête à le découvrir, celui qui est également le maître d’oeuvre de l’ambitieux projet Europa – la création, au sein de l’UE, d’un ensemble fort et fédératif qui permettra à l’Union de progresser sur la voie tracée il y a soixante ans par les Pères fondateurs (1) – n’a rien perdu de sa profondeur de vues, de sa force de conviction et de son humour.

Isabelle Lasserre – Monsieur le Président, quelles sont les principales raisons qui vous ont poussé à concevoir Europa ?

Valéry Giscard d’Estaing – Mon projet repose, d’abord, sur un constat. Dans le monde actuel, caractérisé par la montée des grands États, la France est une puissance moyenne, tant par sa population que par sa taille. Elle a une histoire ancienne très glorieuse qui lui a valu, par le passé, une influence mondiale et une culture toujours vivante. Mais, aujourd’hui, son économie est très affaiblie ; son produit intérieur brut stagne ; et elle est, par surcroît, en cours de désindustrialisation rapide. L’une des raisons principales à cela, en dehors du laxisme économique et financier de sa politique, tient au fait que la trajectoire qu’avaient dessinée les créateurs français de l’Europe, Jean Monnet et Robert Schuman, a été interrompue au début des années 1990. Le traité de Maastricht a été signé en 1992 entre douze États membres, dont les six États fondateurs. Or le système européen s’est brusquement élargi à seize nouveaux États membres, sur un laps de temps relativement court, sans que ses structures aient été adaptées pour accueillir les nouveaux entrants et sans que les objectifs poursuivis par l’Union leur aient été précisés. Lorsqu’il avait été suivi, entre 1950 et 1992, le chemin tracé par les pères de l’Europe avait permis d’obtenir de brillants résultats, en particulier la mise en place d’une monnaie commune. Aujourd’hui, il faut impérativement reprendre la bonne voie. C’est le sens du projet Europa qui permet aux pays qui veulent poursuivre l’intégration européenne d’en franchir de nouvelles étapes.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

L'arène nue: La Grèce en route vers la « double monnaie » ?

L'arène nue: La Grèce en route vers la « double monnaie » ? | Econopoli | Scoop.it
Olivier Delorme, historien et spécialiste de la Grèce, vient de repérer une information intéressante sur le site grec To Pontiki. Des responsables européens auraient récemment évoqué, en cas d'échec des négociations entre la Grèce et l'Eurogroupe sur le sujet des réformes et d'impossibilité pour Athènes de faire face à ses dépenses courantes, de mettre en place provisoirement une « double monnaie ».

Idée farfelue ?
Pas forcément. Pas neuve en tout cas. En 2012, un économiste de la Deutsche Bank s'était fendu d'une étude dans laquelle il formulait exactement la même proposition.

Ce créatif individu, répondant au doux patronyme de Thomas Meyer, avait expliqué ceci : le gouvernement hellène étant sur le point de se trouver à court d'argent pour payer les traitement des fonctionnaires et les retraites - et faute de disposer d'une banque centrale nationale pouvant émettre des euros - il pourrait être amené à imprimer des reconnaissances de dette ou « IoU » («I owe you» ). Peu à peu, ces IoU se multiplieraient et finiraient par devenir une monnaie en tant que telle, que l'ont pourrait baptiser « Geuro ». Ce « Geuro » cohabiterait avec « l'euro-sans-G », l'un n'étant utilisé qu'en interne, l'autre pour les échanges commerciaux entre pays. Le « Geuro » pourrait - et même devrait - être sensiblement dévalué par rapport au « sans-G», ce qui ne manquerait pas de rendre à l'économie grecque sa compétitivité, notamment parce que le coût du travail s'en trouverait abaissé. La Grèce finirait ainsi par être remise sur pieds et, selon Thomas Meyer, par réintégrer l'euro-sans-G.

Sauf que.... sauf qu'on voit mal pourquoi elle ferait ça, la Grèce. Pourquoi renoncerait-elle à une santé économique tout juste retrouvée ? Pourquoi retourner en enfer alors qu'on vient juste d'en revenir ?

C'est absurde, et il est certain que le voyage vers la « double monnaie » serait un aller simple. C'est pourquoi d'autres économistes proposent de transformer l'euro en monnaie commune - et non plus unique – de manière définitive. Et non pas seulement pour la Grèce mais pour tout le monde !

C'est ce qu'envisageait encore récemment Jean-Michel Naulot ici, sur L'arène nue. Il conviendrait, disait-il « de tester la mise en place d’un système de monnaie commune : conserver l’euro pour les transactions extérieures et permettre des ajustements réguliers pour l’euro-drachme. Les dirigeants européens auraient-ils oublié que de 1999 à 2002 les pays de la zone euro ont déjà vécu avec ce système ? Les monnaies nationales étaient utilisées pour les transactions internes, l’euro pour les transactions externes. La seule différence, c’est qu’à l’époque les parités nationales étaient figées, non ajustables ». Ici, on le voit, la seconde monnaie, celle qui n'est utilisée qu'en interne, est nommée « euro-drachme ». Mais si on décide de l'appeler « Geuro ».... ça marche aussi.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Grèce - Alexis Tsipras voyage en classe économique pendant que l’avion présidentiel sauve des vies | Okeanews

Grèce - Alexis Tsipras voyage en classe économique pendant que l’avion présidentiel sauve des vies | Okeanews | Econopoli | Scoop.it
En décidant de se rendre à Bruxelles avec un avion de ligne et non pas avec l’avion de son ministère, Alexis Tsipras réalise un acte qui devrait être évident mais qui ne l’est pas dans cette Grèce de l’absurde.

Le plus impressionnant cependant, est que l’avion présidentiel, ainsi que cela a été déclaré par «Le sourire de l’enfant » (association venant en aide aux enfants en difficulté) a été utilisé pour le transfert en urgence d’un enfant d’Athènes à Hanovre en Allemagne.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Grèce - Sous-marins allemands, missiles russes et corruption : procès pour 33 personnes | Okeanews

Grèce - Sous-marins allemands, missiles russes et corruption : procès pour 33 personnes | Okeanews | Econopoli | Scoop.it
Grèce et corruption : 33 personnes seront jugées dans le cadre de contrats de défense pour l'achat de sous-marins allemands et de missiles russes
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

» “Comment devient-on rouge-brun ?”, par Daniel Schneidermann

» “Comment devient-on rouge-brun ?”, par Daniel Schneidermann | Econopoli | Scoop.it
C’est ma semaine : l’autre jour, j’étais traité par Soral de « sioniste de gauche ». Je devrais arriver à en rire, comme d’habitude. A traiter ça de haut. S’agissant de Soral, je n’ai pas de mal. S’agissant de son symétrique Quatremer, je n’y arrive pas.

Rouge brun. Brun comme les chemises brunes. Il faut se souvenir de ce que les mots veulent dire, Quatremer, avant de tweeter. C’est la première fois qu’on me traite de nazi, ça fait drôle. Enfin non, ça ne fait pas drôle du tout. C’est juste ignoble. Mais on en est là. Un journaliste de Libération en est là. Je sais que je ne suis pas le premier. Que pour Quatremer, et le carré d’« excommunicateurs » de sa secte, quiconque critique l’UE est aussitôt soupçonné. Parmi bien d’autres, Todd ou Sapir en ont fait l’expérience, pour ne pas parler de Mélenchon. Mais c’est la première fois que je ressens, dans ma chair, l’infamie de ce marquage. Fin de la parenthèse personnelle.

« Toral »
Après le tweet, il revient dans l’affaire sur son blog [une note reprise par Rue89, ce vendredi en fin de matinée, ndlr]. Pas lui, mais un de ses internautes, dont il reproduit le post, anonyme évidemment, sous le pseudonyme de « Toral ».

Entretemps, il faut croire qu’il s’est un peu calmé. Ce brave garçon qui me traite de nazi explique qu’il expurge le texte de « Toral » d’une « attaque personnelle ». Monsieur est trop bon. Attaque qu’on peut encore néanmoins liredans le forum d’un autre billet, et où j’apprends que je « passe le plus clair de mon temps à cracher mon amertume et ma bile ». Oui, c’est dans les commentaires du blog de Quatremer. Le même qui bannit impitoyablement tous ceux qui critiquent son eurolâtrie.

A propos de la vente par l’Etat de 3,96% de Safran, je résume donc les arguments de « Toral », endossés par Quatremer. Oui, l’Etat français a peut-être vendu quelques bijoux de famille, mais c’étaient des petits bijoux. Dont il n’avait pas vraiment besoin. Qui ne rapportaient pas grand-chose. Et il les a vendus un bon prix. Fermez le ban.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

  Sortie de crise: la France ne s'en sort pas si mal

  Sortie de crise: la France ne s'en sort pas si mal | Econopoli | Scoop.it
Contrairement à ce qu'on observe en Italie ou en Espagne, l'économie française est parvenu à retrouver son niveau d'avant-crise. Mais, depuis, elle peine à décoller. 

La reprise va-t-elle enfin revenir? Manuel Valls semble en être persuadé. "L'année 2015 sera l'année du retour à la croissance. Nous ferons bien mieux que les 1% qu'on nous annonce", a-t-il déclaré mercredi 25 mars sur France 3.

Difficile à ce stade d'être aussi optimiste que le Premier ministre, car ces dernières années, la croissance française a clairement marqué le pas. En 2014, le taux de 0,4% a fait pâle figure face à l'Allemagne (+1,6%), au Royaume-Uni (+2,6%) ou même l'Espagne (+1,4%).

Mais au-delà de ce constat, qu'en est-il sur une période plus longue? En prenant comme référence 2007, année où la crise a commencé à se faire sentir dans certains pays, le tableau est plus nuancé, comme l'illustre notre graphique (voir plus bas).
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Le cours de l'or oscille entre Yemen et raffermissement du dollar - Le Blog Finance

Le cours de l'or oscille entre Yemen et raffermissement du dollar - Le Blog Finance | Econopoli | Scoop.it
La situation géopolitique au Yemen, après l’intervention militaire de l’Arabie saoudite, aura permis cette semaine au cours de l’or de dépasser le seuil psychologique des 1200 dollars l’once, l’accès de faiblesse du dollar observé dans les premiers jours jouant également en sa faveur. Mais par la suite, un regain du billet vert aura inversé la tendance haussière.
A la suite des événements survenus au Yemen, l’or aura en effet joué en plein don rôle de valeur refuge, le cours de l’once atteignant son plus haut niveau en trois semaines.
Jeudi, l’Arabie saoudite et des pays alliés ont lancé une intervention militaire au Yémen en vue de contrer l’avancée de rebelles chiites soutenus par l’Iran. Les marchés auront immédiatement réagi, le précieux métal grimpant le jour même à son plus haut niveau depuis le 2 mars, à 1.220,11 dollars l’once.
Certains analystes estiment toutefois que la hausse des cours de l’or aura été provoqué en grande partie par la faiblesse de la monnaie américaine. A contrario, le raffermissement du billet vert observée vendredi aura fiat trébucher les matières premières dans leur ensemble.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

L'arène nue: Filikí Etería – La Grèce vue de Grèce : revue de presse

L'arène nue: Filikí Etería – La Grèce vue de Grèce : revue de presse | Econopoli | Scoop.it
Loin de Paris et de ses journalistes spécialistes de tout, de rien et surtout des clichés sur Syriza, il existe un pays où la presse traite de sujets aussi sérieux que l’Europe, la crise, la lutte contre la corruption et la "liste Lagarde". Ce pays se nomme la Grèce.

Les négociations avec l’UE : une liste des réformes contre la poursuite de l’aide financière.

Alors que le week-end dernier, les journaux To Vima et Ta Néa avaient peur des conséquences d’une “perte de temps” dans l’application de l’accord du 20 février et qui auraient pu provoquer un échec ou une rétrogradation de la Grèce, il semble que la rencontre Tsipras/Merkel de lundi 23 ait rassurée les lecteurs et les électeurs grecs.

En effet, une liste de réformes, attendue notamment par l’Eurogroupe et le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker doit être présentée ce lundi 30 mars par Athènes. Selon Ethnos (26 mars), cette liste devrait comprendre plusieurs volets (réformes fiscales, privatisations, etc.) et serait le fruit d’un accord permettant de débloquer des fonds pour la Grèce (une annonce est prévue à ce sujet pour mardi 31 mars).


Les relations Berlin-Athènes : entre doigt d’honneur, retour aux réalités et détente…

Selon Kathiremini (23 mars), les relations des ministres des finances grec (Y. Varoufakis) et allemand (W. Schäuble) seraient particulièrement tendues et auraient même atteint « un point limite ».

Il faut dire que la lettre qu’Alexis Tsipras avait adressée à Angela Merkel le 15 mars avait de quoi tendre les relations entre les deux pays. Le premier ministre grec invitait la chancelière allemande à ne « pas laisser un problème mineur de liquidité (…) se transformer en problème majeur pour la Grèce et l’Union ». Comme pour mieux clarifier sa position, Tsipras avait même fini par indiquer que s’il devait choisir entre remboursement des dettes et paiement des salaires et des retraites, il ne pourrait que choisir la seconde solution.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Schröder: il faut sortir de la spirale des sanctions Moscou-Occident / Sputnik France - Actualités - Prises de Position - Radio

Schröder: il faut sortir de la spirale des sanctions Moscou-Occident / Sputnik France - Actualités - Prises de Position - Radio | Econopoli | Scoop.it
l faut sortir de la spirale des sanctions réciproques adoptées sur fond de crise en Ukraine, a déclaré samedi l'ancien chancelier fédéral allemand Gerhard Schröder au magazine Der Spiegel.
"Les erreurs commises par toutes les parties pendant ce conflit nous ont entraînés dans une spirale des menaces, sanctions et violences. A présent, il faut sortir de cette spirale. Les accords Minsk-2 (sur la paix en Ukraine) montrent que tous les pays le souhaitent et que personne ne met en doute l'intégrité territoriale de l'Ukraine", a indiqué M.Schröder. 
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Le chômage tue | RussEurope

Le chômage tue | RussEurope | Econopoli | Scoop.it
Dans l’entre-deux tours des élections, deux nouvelles importantes n’ont pas reçu la couverture médiatique qui s’imposait. Pour la première, la hausse du nombre des demandeurs d’emplois en février 2015, cela peut se comprendre. Le Premier ministre, plus que gêné aux entournures, a refusé de commenter ce qui apparaît comme une dénonciation de sa politique. On comprend le silence médiatique intéressé sur cette nouvelle. Mais la seconde est encore plus importante. Selon une estimation de l’INSERM, corroborée par une étude dont les résultats ont été publiés en décembre dans la revue International Archives of Occupational and Environmental Health, le chômage pourrait « tuer » entre 10 000 et 20 000 personnes par an[1]. Ce fait, brut, nos rappelle que, derrière les chiffres, il y a des souffrances, des drames.

Le chômage tue.

Mon collègue Alberto Bagnai avait publié, à la fin de 2013, un remarquable article où il attaquait tous les hypocrites défenseurs de l’Euro et qui s’intitulait « L’eau mouille et le chômage tue »[2]. C’est ce que nous vérifions aujourd’hui.

Bagnai, dans son texte rappelait que : « On peut faire du mal à autrui pour plusieurs raisons : pour en tirer un avantage personnel, et dans ce cas on est un bandit ; sans avantage personnel, ou même avec un dommage pour soi, et dans ce cas on est un imbécile. Il s’ensuit que l’imbécile, au point de vue macroéconomique, est plus dangereux du bandit. Appauvrir sans s’enrichir, voire en appauvrissant soi-même, ne saurait pas être vu comme une bonne politique. » Cela revient à cette phrase de Gogol sur la Russie dont les deux plaies étaient les routes et les imbéciles. En France, les routes sont plutôt bonnes, mais nos imbéciles sont redoutables. Ils sont même meurtriers.

En fait, le chômage tue à la fois par les conséquences directes, souvent psychosomatiques qu’il induit, mais aussi parce que les chômeurs, privés de revenus décents, ne peuvent se soigner décemment. Il faut donc distinguer une surmortalité qui arrive rapidement (dans les 6 premiers mois) et qui est largement induite par le stress engendré par le chômage, d’une surmortalité de plus long terme induite par le décrochage social des chômeurs par rapport au système de santé. Mais, il faut aussi dire que l’état de santé des chômeurs est un “véritable ‘trou noir’ de la connaissance scientifique et médicale”, comme le déplore le psychiatre Michel Debout. En fait, ceci ne fait que conforter des analyses qui datent de plusieurs années.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

» Information, désinformation, manipulation : Cessons de fabriquer un ennemi russe, par Philippe Migault

» Information, désinformation, manipulation : Cessons de fabriquer un ennemi russe, par Philippe Migault | Econopoli | Scoop.it
more...
No comment yet.