Econopoli
Follow
Find
57.5K views | +90 today
Econopoli
Economie et Politique
Curated by Uston News
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Conférence de presse du 31 janvier 1964 - Charles de gaulle - paroles publiques - Ina.fr

Conférence de presse du 31 janvier 1964 - Charles de gaulle - paroles publiques - Ina.fr | Econopoli | Scoop.it
Au cours d'une conférence de presse donnée à l'Elysée le 31 janvier 1964, le général de Gaulle aborde plusieurs points importants : les institutions, l'Europe, la coopération de la France avec d'autres pays du monde, et l'ouverture de relations normalisées avec la Chine.
more...
No comment yet.
Rescooped by Uston News from Chronique des Droits de l'Homme
Scoop.it!

Quand Einstein s’inquiétait de l’enracinement du racisme aux Etats-Unis

Quand Einstein s’inquiétait de l’enracinement du racisme aux Etats-Unis | Econopoli | Scoop.it
Des milliers de documents écrits par Albert Einstein, connus comme les rouleaux de la mer morte de la physique, ont été rendus publics il y a quelques jours via Digital Einstein, un partenariat entre l’Université de Princeton, le Einstein Papers Project de l’Université Cal Tech et les Albert Einstein Archives de l’Université hébraïque de Jérusalem. ...
Via Alcofribas
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Grande-Bretagne : nouvelles accusations de corruption contre Alstom

Grande-Bretagne : nouvelles accusations de corruption contre Alstom | Econopoli | Scoop.it
Les accusations visent les agissements de la filiale Alstom Power Ltd ainsi que deux employés entre 2002 et 2010. Une audience préliminaire s'est tenue lundi matin.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

La fin programmée du pouvoir économique : La récente attaque du groupe multimédia Sony est révélatrice d’un changement majeur dans l’équilibre des forces à l’échelle du monde

La fin programmée du pouvoir économique : La récente attaque du groupe multimédia Sony est révélatrice d’un changement majeur dans l’équilibre des forces à l’échelle du monde | Econopoli | Scoop.it
Il serait faux de croire que seuls les Etats-Unis ou certains Etats développés peuvent se permettre une surveillance ou le piratage numérique à grande échelle. C’était le cas il y a peut-être dix ou quinze ans. Des moyens financiers et techniques colossaux étaient alors nécessaires. Avec l’augmentation exponentielle de la puissance informatique, la baisse tout aussi spectaculaire de ses coûts et le développement d’internet, la plupart des gouvernements peuvent le faire. Et la plupart le font. «La guerre se fait aujourd’hui dans le cyberespace. Discrètement. En tant que fournisseurs de services privés, évidemment nous ne vendons pas nos produits uniquement à des pays démocratiques». Cette autre phrase prononcée récemment par un directeur d’une grande entreprise informatique américaine en Suisse, qui évidemment souhaite conserver l’anonymat, est révélatrice. L’attaque de Sony, et surtout le fait que l’entreprise a plié sous la menace, annonce peut-être un nouvel ordre mondial.

Que cette attaque de Sony soit le fait de la Corée du Nord – ou pas, le grand public n’en aura probablement jamais la preuve – dans la pratique il aura suffit de quelques informaticiens de haut vol pour faire plier une grande entreprise basée sur le territoire américain. Et renoncer à la sortie d’un film au budget de 40 millions de dollars très attendu. Les Etats-Unis en font une affaire de sécurité nationale, ceci alors même que le département d’Etat américain avait été sévèrement piraté quelques semaines plus tôt.

Depuis des siècles, le schéma était pourtant assez simple: pour être le pays dominant il fallait être la plus grande puissance militaire et/ou la plus grande puissance économique et commerciale. L’un et l’autre étant souvent liés. Ce schéma n’avait pas tellement évolué jusqu’à présent. Mais le cas de Sony est peut être le symptôme d’un nouvel ordre mondial.

Aujourd’hui, le pouvoir a glissé vers les algorithmes et la puissance de frappe informatique. Auparavant, les coûts très élevés limitaient considérablement l’ampleur du phénomène, à seulement quelques Etats. Même si certains gouvernements n’étaient pas connus pour ce genre de pratiques, ils apparaissent maintenant comme des menaces de premier ordre.

Dans le cas de la Corée du Nord, le pays a aussi développé sa cyber défense en partie en réaction à une attaque. Suite à la découverte d’un virus informatique de l’agence de surveillance américaine (NSA) en 2010, le régime de Pyongyang aurait signé un accord de coopération avec l’Iran pour combattre leurs ennemis communs dans le cyberespace.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

La situation russe est-elle tenable? / Chute du rouble : l'opération sauvetage de Poutine décryptée

La situation russe est-elle tenable? / Chute du rouble : l'opération sauvetage de Poutine décryptée | Econopoli | Scoop.it
Tour d’horizon des différentes questions qu’il est légitime de se poser face à l’importance grandissante des événements géopolitiques.

La crise russe inquiète de plus en plus et peut laisser craindre un défaut sur sa dette voire un début de contagion vers d’autres régions. La situation est-elle tenable, qu’elle est l’avenir d’un pays aussi important que la Russie et le Président peut-il tenir en place? 

Analyse sous forme de questions-réponses. 

Comment en est-on arrivé à une telle situation? 
On avait quitté le président Vladimir Poutine en tant que médiateur de dernier recours dans la crise syrienne dans laquelle les Etats-Unis déclaraient que Bachar El-Assad (le président syrien) avait franchi la fameuse «ligne rouge». Des jeux olympiques fastueux à la gloire du président russe avaient suivi. Puis, la crise ukrainienne est intervenue avec un point de non-retour suite au crash de l’avion malaisien abattu en Ukraine provoquant une succession de sanctions de la part de la communauté occidentale à l’encontre de Moscou avec, en toile de fond un effondrement du prix du baril (le secteur des hydrocarbures pesant 20% du PIB et générant 50% des recettes budgétaires, le contrecoup de l’effondrement de prix du baril de pétrole depuis juin a donc été considérable). Il y a donc une association d’éléments maitrisables (les sanctions) et d’éléments exogènes (la baisse du prix du baril qui dépend de l’évolution des stocks et de la demande) (ndlr; Et SURTOUTde la spéculation US) qui expliquent la situation dans laquelle se situe aujourd’hui la Russie. 
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Mistral : Hollande joue ce qui lui reste de légitimité

Mistral : Hollande joue ce qui lui reste de légitimité | Econopoli | Scoop.it
Pour l'essayiste et élu local Roland Hureaux, Etats-Unis, Allemagne, Grande-Bretagne "triompheraient sans nul doute de voir notre pays" renoncer à livrer les Mistral. Car cela signifierait en fait notre affaiblissement et non celui de la Russie. Et il prévient : "De nombreux exemples montrent le lien entre politique internationale et légitimité. En France, la Commune a suivi la défaite de 1870 ; en Russie, les révolutions de 1905 et celle de 1917, voire celle de 1990, suivirent de graves revers militaires..."
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

À France Inter, la rébellion sera Potemkine ou ne sera pas - Acrimed | Action Critique Médias

À France Inter, la rébellion sera Potemkine ou ne sera pas - Acrimed | Action Critique Médias | Econopoli | Scoop.it
Il y a quelque chose de pourri à France Inter, et c’est la patronne de la station qui le dit. Le 5 décembre dernier, Laurence Bloch, la patronne en question, débarque dans les studios de Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek (tenants de l’émission « Si tu écoutes, j’annule tout ») pour faire une demande singulière : « soyez punk » !
Concrètement, Mme Bloch intime à ses animateurs d’être plus rebelles qu’ils ne le sont. En cause : aucun procès n’a été intenté à l’émission. « Ca fait trois mois que l’émission existe… Trois mois, hein ? Y a pas le moindre petit procès ! Rien ! » regrette ainsi Mme Bloch devant ses deux animateurs, visiblement très amusés de jouer si parfaitement la comédie (on pourra apprécier la qualité du sketch avec le son ci-dessous et notre transcription en fin d’article).
Emportée par son élan, la directrice de la station porte alors au pinacle deux anciens chroniqueurs bien connus de France Inter : Stéphane Guillon et Didier Porte : « Moi, ce qu’on m’a dit, c’est que du temps de Guillon, Porte, y en avait des procès ! » Rappelons que ces deux chroniqueurs ont été licenciés de France Inter en 2010, et que la station a été condamnée par les prud’hommes en 2012 pour le licenciement de Didier Porte, un licenciement jugé « sans cause réelle et sérieuse ». Rappelons également qu’à l’époque, Laurence Bloch était directrice-adjointe et responsable de l’antenne de France Inter…
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

L214 : bonne cause mauvaise méthode - observatoire des sondages

L214 : bonne cause mauvaise méthode - observatoire des sondages | Econopoli | Scoop.it
C’est Noël (ou presque). Autant dire le meilleur moment pour une organisation militante qui lutte contre les pratiques inhumaines d’élevage et d’abattage des animaux destinés à la consommation, d’attirer l’attention sur leurs conditions de vie et de mort. Quant au moyen pour y parvenir, l’un des plus efficaces et des moins coûteux, il est « tout trouvé » : le sondage par internet. C’est le choix effectué par l’association de défense des animaux L 214 qui annonce que « 47% des Français sont favorables à l’interdiction du gavage des oies » (OpinionWay, AFP, 20 décembre 2014, repris par l’ensemble de la presse), tout en se réjouissant que 29% de personnes interrogées « refusent d’acheter du foie gras pour des raisons éthiques liées à la souffrance animale » (« des chiffres en hausse »).

Et les ennuis commencent. Rappelons que les sondés par internet sont rémunérés, que sans cette rémunération si faible soit-elle nombre d’entre eux refuseraient de répondre. Par ailleurs, parmi ses 47% de « Français » une majorité de femmes et de personnes de moins de 35 ans, c’est à dire les sondés qui ne consomment pas, peu ou le moins de foie gras, indépendamment de son mode de production. Obtenir « une interdiction » de la part de personnes non concernées est, il est vrai, plus facile. Comme de recueillir leur réprobation sur la pratique du gavage, source de souffrance pour 60% des « Français ». De plus, souffrance ou pas, faut-il s’étonner de recueillir 77% d’opinions favorables à un mode de production du foie gras sans gavage, sous-entendu sans souffrance pour l’animal ? Consommateurs ou pas, qui est « pour » faire souffrir les animaux ? Quant au sondeur (OpiniowWay), parmi les majors des entreprises françaises de sondage, aucune ne peut prétendre être la plus compétente en matière de biais.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Comment la taxe sur les transactions financières est torpillée par la France

Comment la taxe sur les transactions financières est torpillée par la France | Econopoli | Scoop.it
C'était la promesse n° 7 du candidat François Hollande : soutenir une « action coordonnée au niveau européen pour imposer l'ensemble des transactions, y compris donc les produits dérivés ».

La taxe sur les transactions financières (TTF), aussi appelée « Robin des bois » ou Tobin, du nom de l'économiste qui l'a imaginée dans les années 1970, devait entrer en vigueur au 1er janvier 2016 en Europe. Mais elle semble, sinon enterrée, du moins s'éloigner de plus en plus.

Pourtant, le chef de l'Etat et son premier ministre ont été rappelés à l'ordre par 140 députés de leurs propres rangs, qui ont signé une lettre jeudi demandant à ce « que notre pays conserve intacte l'ambition initiale du projet qui inclut “toutes les transactions financières” ». Parmi ces derniers figurent entre autres l'ancien premier ministre Jean-Marc-Ayrault, Karine Berger, Aurélie Filippetti, Elisabeth Guigou, François Lamy…

CHANTAGE À LA DÉLOCALISATION

Cette lettre a été largement partagée pendant le week-end, alors que les 11 pays européens désireux de créer un tel impôt ne sont pas parvenus à se mettre d'accord le 9 décembre dernier à Bruxelles.

Lancée au lendemain de la crise financière de 2008, l'idée de la TTF était de prélever 0,1 % sur les échanges d'actions et 0,01 % sur les produits dérivés. Ceux-là, destinés à assurer leurs acheteurs contre des risques financiers (de change, de taux…), ont connu ces dernières années une croissance exponentielle.

Une banque française, BNP Paribas, en est un des champions européens, voire mondiaux. Et l'ensemble du secteur a brandi la menace des délocalisations si la taxe s'appliquait en l'état.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Qu'est-ce que la démocratie? | RussEurope

Qu'est-ce que la démocratie? | RussEurope | Econopoli | Scoop.it
Si l’on ne peut faire l’économie du principe de légitimité, il faut savoir sur quoi sera-t-il fondé. La Souveraineté peut être déléguée à un individu comme elle peut être exercée par le peuple. Dans le premier cas, le « souverain » n’est en réalité que le dépositaire de la Souveraineté.

La souveraineté du peuple.

La notion de souveraineté du peuple est donc fondatrice en ce qui concerne la légitimité d’un ordre politique démocratique. Elle institue le nécessaire équilibre entre le pouvoir de faire et de contrôler, pouvoir qui ne se réduit pas à la Potestas mais qui inclut l’Auctoritas, et la responsabilités des actes qui ont été pris. Il faut donc tenir compte de cet équilibre quand on analyse les contraintes qui en découlent et les possibilités de dévolution. La souveraineté du peuple est première, à travers, d'une part le couple contrôle/responsabilité fondateur de la liberté comme on l'a montré plus haut.

Ceci organise donc un « ordre » spécifique. La notion d’ordre a été mise à l’honneur par Hayek qui opposait la société décentralisée aux diverses tentatives de centralisation que l’on a connues dans les années vingt et trente du XXème siècle. En réalité, on peut définir un « ordre » tant par les institutions dont il est doté que par l’idéologie qu’il produit et qui sert bien souvent de justification aux actes de ses acteurs. De ce point de vue, l’ordre spontané envisagé par Hayek n’est pas simplement l’ensemble des institutions qui sont censées faire bien fonctionner les marchés, c’est aussi une idéologie spontanée, produite par une société individualiste et qui tend justement à renforcer cet individualisme. La contradiction entre cette idéologie et les institutions nécessaires au bon fonctionnement des marchés entraine dans la réalité une désintégration du mécanisme envisagé par Hayek et son remplacement par un pouvoir autoritaire qui n’a , lui, plus rien de spontané.

Au contraire, l’ordre démocratique se veut la reconnaissance de la nature politique de toute société et cherche donc à organiser le fonctionnement de cette dernière afin que tous puissent y participer sans vouloir préjuger de son résultat final.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Un éternel recommencement - Eco(dé)mystificateur

Un éternel recommencement - Eco(dé)mystificateur | Econopoli | Scoop.it
Je viens de terminer un livre passionnant intitulé « Danton- Le géant de la Révolution ». Écrit par un journaliste anglais, David Lawday, c’est une biographie qui se lit comme un roman et qui m’a permis de créer de nouvelles lacunes dans mon ignorance crasse en histoire. Je vous propose ci-après des extraits choisis qui, plus de 200 ans après que les faits se soient déroulés, me paraissent pourtant d’une brûlante actualité. A vous de juger.

Des ravages du libre-échange

« Que valait la réforme si elle négligeait le peuple ? Dans le pays, des centaines de milliers de membres de la classe laborieuse étaient alors sans emplois et démunis à la suite du traité de libre-échange signé en 1786 entre le gouvernement royal et l’Angleterre industrielle. Louis XVI avait pensé bien faire, mais alors que des marchandises moins chères se déversaient de Grande-Bretagne, cet accord paralysait l’industrie textile française, employeur de masse dans la capitale comme dans les provinces. Dans Paris seulement, 80 000 personnes étaient sans emploi. Versailles le comprendrait trop tard, mais le traité plongeait le glaive de l’ennemi ancestral au cœur de l’activité en France » 

De l’égorgement comme stratégie politique

« Le massacre dans les prisons fut impitoyable et total. Les sans-culottes comptaient leur contingent de brutes et de tueurs, tout comme la multitude modérée des réformateurs bourgeois comptait ses fanatiques et ses extrémistes purs et durs. La tuerie dura toute la nuit, le jour suivant et le surlendemain. Les ouvriers, artisans et apprentis des groupes de massacreurs allaient de cellule en cellule égorgeant les occupants ou les bâtonnant à mort, encouragés dans leur soif sanguinaire par les rugissements des hommes et des femmes qui se ruaient dans les cours des prisons, enivrés par la nouvelle de l’évènement. Le massacre fit quelque 1 600 victimes »

De l’esclavage par la dette

« Que demandez-vous ? Vous voulez que tous les Français s’arment pour la défense commune. Et bien, il est une classe d’hommes qu’aucun crime n’a souillés, qui a des bras mais qui n’a pas de liberté, c’est celle des malheureux détenus pour dettes ; c’est une honte pour l’humanité, pour la philosophie qu’un homme, en recevant de l’argent, puisse hypothéquer et sa personne et sa sûreté.[…] Je demande que la Convention nationale déclare que tout citoyen français, emprisonné pour dettes, sera mis en liberté, parce qu’un tel emprisonnement est contraire à la saine morale, aux droits de l’homme aux vrais principes de la liberté »
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Henri Proglio à la tête de Thales : les eaux troubles d'une nomination

Henri Proglio à la tête de Thales : les eaux troubles d'une nomination | Econopoli | Scoop.it
La nomination du très sarkozyste Henri Proglio à la tête de Thales, entreprise hautement stratégique dans le secteur de l'armement, devait intervenir lors d'un conseil d'administration d...
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Ces sociétés qui prospèrent sur le dos des chômeurs / France Inter

Ces sociétés qui prospèrent sur le dos des chômeurs / France Inter | Econopoli | Scoop.it
Six millions … le chiffre qui fait peur est atteint … 6 millions, c’est le nombre de demandeurs d’emploi en France toute catégorie confondue. Un chiffre atteint en mai dernier. Forcément, devant l’augmentation croissante des chiffres du chômage, Pôle Emploi n’a pas les moyens de tout faire. Il lui faut sous-traiter une partie des demandeurs d’emploi. C’est une possibilité dont dispose l’opérateur public depuis presque 10 ans maintenant. Chaque année, près de 250 000 demandeurs d’emploi sont donc accompagnés par des opérateurs privés de placement (OPP) pour différents types de prestations plus ou moins longues.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Temps de parole : BFM, la part belle au FN

Temps de parole : BFM, la part belle au FN | Econopoli | Scoop.it
Les chiffres du CSA pour les quatre premières semaines de la campagne des municipales suggèrent que les chaînes d’information ont une conception particulière de la représentation des formations (...)
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Gaz et rouble : les deux dernières victoires de Vladimir Poutine - Chroniques du Yéti

Gaz et rouble : les deux dernières victoires de Vladimir Poutine - Chroniques du Yéti | Econopoli | Scoop.it
La guerre bat son plein entre le camp occidental et la Russie. Et c’est Vladimir Poutine qui est en passe de remporter les deux dernières batailles de l’année : celle du rouble, après celle du gaz.

Gaz : l’UE se tire une balle dans le pied

Tout a commencé par un projet de gazoduc, le South Stream, qui devait mener à l’Europe, via la Bulgarie, ce gaz russe dont le vieux continent a un impérieux besoin.

Le seul hic du projet, piloté à 50% par le russe Gazprom, c’est qu’il voulait absolument éviter le transit par l’Ukraine, pays à hauts risques en pleine décomposition économique, politique, géopolitique, militaire.

Pressée par les États-Unis, promoteurs de sanctions disciplinaires contre à peu près tous ceux qui ne leur prêtent pas allégeance, la Commission européenne tergiversa tant et si bien que Vladimir Poutine ne se le fit pas répéter deux fois :

« Puisque la Commission européenne n’en veut pas, eh bien nous ne le ferons pas, et nous réorienterons nos ressources énergétiques vers d’autres régions du monde. »
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Vidéo : Airbus livre enfin son premier A350 à Qatar Airways

Vidéo : Airbus livre enfin son premier A350 à Qatar Airways | Econopoli | Scoop.it
Après de multiples rebondissements, Airbus l'annonçait le 15 décembre dernier et c’est désormais chose faite : l'avionneur a livré son premier A350 au Qatar. La compagnie Qatar Airways a commandé 80 appareils long-courrier.
Le feuilleton de la livraison de l’A350 à Qatar Airways prend fin. Le 15 décembre dernier Airbus reportait encore la livraison de son premier appareil au groupe Qatar Airways. Initialement prévue pour le 13 décembre, le constructeur européen expliquait connaître alors quelques "problèmes très mineurs" avec l’appareil et annonçait une nouvelle date de livraison : le 22 décembre.
Comme annoncé, le premier exemplaire du nouveau long-courrier d'Airbus, l'A350 a été livré à la compagnie Qatar Airways ce 22 décembre à la mi-journée. L'A350 va accueillir ses premiers voyageurs dès le 15 janvier 2015 sur la ligne quotidienne qui relie Doha à Francfort. 
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Critiquer Apple… et les autres/ La BBC enquête sur les fournisseurs d’Apple et ce n’est pas beau à voir

Critiquer Apple… et les autres/ La BBC enquête sur les fournisseurs d’Apple et ce n’est pas beau à voir | Econopoli | Scoop.it
Le journalisme d’investigation n’est pas mort. C’est la BBC qui en a apporté la preuve éclatante avec la diffusion, jeudi soir, de son émission Panorama consacrée aux conditions de travail chez Pegatron. La société chinoise est l’un des principaux sous-traitants d’Apple. L’équipe de la télévision britannique ne s’est pas contentée d’interroger des employés de Pegatron sur leurs conditions de travail. Elle a aussi réussi à faire embaucher dans une usine proche de Shanghai des employés qui ont pu filmer la ligne de production.

Le résultat est édifiant: des employés terrassés de fatigue qui dorment sur les lignes de test de l’iPhone 6, d’autres qui travaillent 18 jours non-stop ou encore des chambres où doivent s’entasser douze travailleurs. L’équipe de la BBC s’est aussi rendue en Indonésie, avec des conclusions plus terrifiantes encore. Dans des mines, des enfants de 12 ans cherchent de l’étain au péril de leur vie, en permanence sous la menace de glissements de terrain.

Apple s’est montré «offusqué» et a promis d’enquêter. Sans surprise. Mais il serait faux de tirer uniquement sur la firme de Tim Cook. Elle est a priori celle qui met le plus de pression sur ses fournisseurs, hélas sans une réussite totale. Et l’on aimerait aussi savoir ce qui se passe dans les usines Pegatron travaillant pour Toshiba, HP, Sony ou Microsoft.

Une chose est sûre, le téléphone alternatif Fairphone, conçu sur de meilleures bases éthiques, est la meilleure alternative.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Jean-Marie Harribey » Blog Archive » Le retour des savants illettrés

Jean-Marie Harribey » Blog Archive » Le retour des savants illettrés | Econopoli | Scoop.it
Ce pourrait être une suite aux exercices pratiques concernant la vacuité de la théorie économique néoclassique. L’année se termine par le renforcement de la pression exercée par les illettrés de l’économie pour apporter leur appui au gouvernement Hollande-Vals-Macron-Gattaz, ou bien pour préparer le prochain pas en avant libéral d’un quatuor qui n’a plus grand-chose de social. D’abord, un bon petit bourrage de crâne sur la retraite qui commence à refaire parler d’elle. Et puis, après le fiasco de la conférence de Lima sur le climat, un plaidoyer ô combien émouvant en faveur du marché pour arranger tout ça.


 

Retraites : le cycle des réformes se raccourcit

Dix ans s’étaient écoulés entre la première réforme des retraites et la deuxième (1993, 2003). Ensuite, il n’avait fallu attendre que sept ans pour la troisième (2010), et trois ans pour la quatrième (2013). Fin 2014-début 2015, on commence à parler de la cinquième, à peine l’encre de la dernière était-elle sèche.[1]

Trois savants illettrés de l’économie nous ressortent le truc du « Le pacte intergénérationnel est mort » (Le Monde, 19 décembre 2014) : Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes illettrés[2], Alain Villemeur, ancien responsable d’une centrale nucléaire, qui s’y connaît donc en risque intergénérationnel, et Hélène Xuan, spécialiste du problème du vieillissement démographique qui se résout en travaillant plus longtemps.

Ainsi, « le pacte intergénérationnel d’hier, amendé seulement à la marge sur son financement, est mort sans que personne ne s’en aperçoive ». Ils ont raison : ils ne s’étaient pas rendu compte que, pendant les quarante ans qui viennent de s’écouler, les fondements du salariat avaient craqué sous les coups de boutoir de la finance et des actionnaires, qui avaient engendré chômage de masse et précarité d’un côté et rentes mirifiques de l’autre. Ce fut la bérézina pour les cotisations sociales retraite comme santé. Rien à voir avec la rupture d’un pacte générationnel, mais tout avec une rupture sociale, une guerre de classes « sans que  personne ne s’en aperçoive ». Donc, ces bons docteurs illettrés, ignorant les statistiques de l’INSEE, d’Eurostat, de l’OCDE, du FMI et les travaux comme ceux de Thomas Piketty démontrant que les inégalités accrues pénalisent l’activité économique, nous délivrent la potion :

-        trois granules d’investissement sur des « actifs risqués », la finance ayant sans doute prouvé qu’elle savait gérer le risque ;

-        une pincée de capitalisation, la finance ayant une baguette magique créant de la richesse supplémentaire ;

-        une cuillerée de retraite par points, car « elle serait indépendante des aléas de la croissance », donc ne dépendrait plus du travail des actifs… ; comment se fait-il alors que les perspectives des régimes de retraites complémentaires par points de l’Agirc et de l’Arrco soient déclarées « alarmantes » par la Cour des comptes ?[3]

-        une louche de viagers pour « liquéfier le patrimoine », c’est-à-dire gaver les vieux de consommation ;

-        les travailleurs auront du « bol » car un contrat de travail unique leur est promis.

Cette amère potion est tout de même sucrée par un effort de formation sans précédent afin de… « reporter progressivement l’âge de départ à la retraite ».

Je n’invente rien. Et pourtant, j’aimerais que ce ne soit qu’un conte de Noël pour amuser les gogos. Mais non, ou bien les illettrés de l’économie réécrivent l’histoire, ou bien ils mentent sur le présent, ou bien ils vaticinent.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Henri Proglio à la tête de Thales : les eaux troubles d'une nomination

Henri Proglio à la tête de Thales : les eaux troubles d'une nomination | Econopoli | Scoop.it
La nomination du très sarkozyste Henri Proglio à la tête de Thales, entreprise hautement stratégique dans le secteur de l'armement, devait intervenir lors d'un conseil d'administration de l'entreprise ce lundi dans la soirée. Mais la réunion vient d'être annulée. "Marianne" vous dévoile les coulisses d'une affaire qui démontre, une nouvelle fois, le poids des réseaux et des grands corps de l'administration à la tête de l'Etat. D'autant que cette nomination, qui est loin de faire l'unanimité au sein même du gouvernement, remet en selle un entrepreneur pour le moins décrié...
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Serbie: jamais de sanctions contre la Russie (présidente du parlement)

Serbie: jamais de sanctions contre la Russie (présidente du parlement) | Econopoli | Scoop.it
Malgré la décision stratégique d'adhérer à l'Union européenne, la Serbie ne renoncera pas à la coopération avec la Russie et n'imposera jamais des sanctions contre elle, a promis lundi la présidente du parlement serbe Maja Gojkovic, en visite à Moscou.
"Notre décision stratégique (d'adhérer à l'Union européenne, ndlr) n'est pas et ne sera pas un obstacle à la promotion ultérieure des relations fraternelles avec la Russie. La Serbie n'imposera jamais de sanctions contre la Russie, les sanctions n'ayant jamais apporté rien de bon à personne et ne pouvant contribuer à la résolution des problèmes quels qu'ils soient", a déclaré Mme Gojkovic devant les députés à la Douma (chambre basse du parlement russe).

© RIA Novosti.
Les sanctions et les relations UE-USA vues par les Européens
Et d'ajouter que la Serbie ne savait que très bien que les sanctions faisaient toujours souffrir avant tout le peuple.
"Nous sommes persuadés que pour résoudre les problèmes, c'est le dialogue et seulement le dialogue qui est nécessaire", a souligné la parlementaire. 
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Petit bréviaire de la Fed pour décoder les propos de Ben Bernanke

Petit bréviaire de la Fed pour décoder les propos de Ben Bernanke | Econopoli | Scoop.it
Parlez-vous le "Fedspeak" ? Décrypter ce langage propre aux responsables de la Réserve fédérale (Fed, banque centrale américaine), en extraire la substantifique moelle, est devenu, ces dernières semaines, le sport préféré des analystes et des investisseurs. A l'heure où la banque centrale tâche de préparer les esprits à un changement de cap de sa politique monétaire, l'exercice est devenu plus sensible que jamais.

Le président de l'institution, Ben Bernanke, ne cesse d'ailleurs de le revendiquer : la "communication" et la "transparence" sont des priorités. "La Fed a fait de grands progrès dans ce domaine", a-t-il affirmé, lors d'un discours sur le centenaire de l'autorité monétaire, mercredi 10 juillet.

Et pour cause : le prédécesseur de M. Bernanke, Alan Greenspan, jargonnait tellement qu'il avait été rebaptisé "the master of obfuscation", "le maître de l'obscurcissement". Autrement dit capable, mieux que personne, d'embrouiller les esprits. "Si vous m'avez compris, c'est sans doute que je me suis mal exprimé", est une de ses plus célèbres sentences.

Changement d'ambiance avec Ben Bernanke. Patron de la Fed depuis 2006, le banquier central a décidé d'entrouvrir les portes d'une institution aussi verrouillée que la base militaire de Fort Knox (Kentucky). D'abord en diffusant les prévisions économiques et en publiant plus régulièrement les procès-verbaux des réunions. Ensuite en instaurant, en 2011, une conférence de presse une fois tous les quatre mois.

C'est aussi lui qui mit en place la stratégie dite de "forward guidance". Une démarche qui vise à donner des indications sur l'orientation à long terme de sa politique afin d'influencer le comportement des investisseurs. Problème : "Il s'est fait un peu avoir avec toute cette transparence", estime Evariste Lefeuvre, analyste chez Natixis à New York.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

17.000 MILLIARDS de $ : voici pourquoi les USA sont aux abois !

17.000 MILLIARDS de $ : voici pourquoi les USA sont aux abois ! | Econopoli | Scoop.it
VOICI L'ENNEMI ! Ceux qui ont pillé la réserve fédérale en s'octroyant à eux-même des prêts pour combler leur énormes fautes de gestion ! (...)
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Blog gaulliste libre: Un dirigeant véritable ? La France en compte au moins un (billet invité)

Blog gaulliste libre: Un dirigeant véritable ? La France en compte au moins un (billet invité) | Econopoli | Scoop.it
Fabrice Brégier. Ce nom vous rappelle-t-il quelqu’un ? Peu de personnes répondront par l’affirmative. Car le patron d’Airbus depuis le 1er juin 2012 est quelqu’un de discret. S’affirme-t-il donc trop peu ?

Fin 2013, Airbus signait la plus grande année commerciale de son histoire, avec 1619 commandes et 1503 ventes nettes. Se permettant même de décrocher une commande ferme de 31 A350 par Japan Airlines, succès historique auprès d’une compagnie qui avait toujours acheté Boeing.

La réalisation du nouvel A350 fut le contre-exemple de toutes les erreurs commises sur l’A380, erreurs que Fabrice Brégier finit par corriger et résoudre une par une lorsqu’il prit la direction d’Airbus. Il géra finement la transition de l’A320 à l’A320 NEO, et finit l’année 2014 en tenant la livraison de ses A350 au Qatar en temps et en heure. Voilà ce qu’est une bonne façon de s’affirmer.

A l’heure où nombre de dirigeants économiques passent plus de temps sous les feux des médias qu’au milieu de leurs équipes, n’appliquent que des actions simplistes de « cost killing » sans connaissance de leur appareil industriel, à l’heure ou l’ego est confondu avec la personnalité, il est réconfortant de voir une autre trempe de dirigeant montrer l’exemple.

La recette habituelle du dirigeant superficiel est de se partager pour moitié en communication bruyante et mondanités diverses, pour moitié en considérations uniquement financières, sans s’appuyer sur des notions liées au métier de l’entreprise. Fabrice Brégier est d’un autre bois.

Il connaît sur le bout des doigts les milliers de compétences qui constituent le métier de l’avionneur. Visite directement les bureaux d’étude et les ateliers pour discuter avec les opérationnels de terrain. La stratégie est pour lui une maîtrise complète et concrète de son sujet. Elle passe par une exigence de tous les instants, appliquée à lui-même et à ses collaborateurs directs. Ce profil d’homme humble et modeste mais intérieurement très fort est de ceux que l’on ne rencontre que trop rarement.

Le monde néo-libéral a engendré une classe de dirigeants que l’on peut qualifier de « communico-financiers ». Leurs seules « compétences » ne sont plus que celles des annonces de presse et d’établissement de contrats d’externalisation, avec le coût du travail comme unique critère de différenciation.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

ANALYSE DETAILLEE DU PROJET DE LOI MACRON : En route pour le « régressisme » ? – Le blog de Gérard Filoche

ANALYSE DETAILLEE DU PROJET DE LOI MACRON : En route pour le « régressisme » ? – Le blog de Gérard Filoche | Econopoli | Scoop.it

Dire qu’ils ont essayé, lors des « Etats généraux » du 6 décembre 2014 de faire plaisir à Valls en remplaçant de facto le mot « socialisme » par le mot « progressisme » ! Quant on découvre la loi Macron il faut au moins inventer le mot « régressisme ». Jamais sans doute, un gouvernement issu de la gauche n’a osé proposer une loi aussi rétrograde, libérale, en tout point destructrice des droits des salariés.

C’est un projet qui porte sur le droit du travail, fait par un ministre de l’économie. C’est un retour au milieu du XIXème siècle, avant qu’on invente un ministère du travail.

Un projet dont le titre III, étonnamment intitulé « TRAVAILLER » donne toute la mesure. On ne fera pas l’injure de penser qu’une loi dite  « Pour la croissance et l’activité »  montre du doigt les fainéants de chômeurs ou l’indolence des travailleurs dans un pays où leur productivité est une des plus fortes du monde, mais on peut sans doute y voir le vivre pour travailler opposé au travailler pour vivre.

Ils la justifient tous les matins dans les radios officielles, en affirmant qu’il faut « déréguler pour libérer les énergies et créer de l’emploi ».  C’est évidemment l’inverse. C’est là ou il y a le moins de réglementation qu’il y a le plus de chômage.

La preuve, on l’a : cela fait dix ans qu’ils dérégulent et depuis dix ans, le chômage s’accroit. L’ANI du 11 janvier 2013 et la loi qui en est issue du 14 juin 2013, devaient, en assouplissant les licenciements, « sécuriser l’emploi » : on a 250 000 chômeurs de plus. Et la loi Macron propose d’assouplir encore plus les licenciements, cela fera encore plus de chômeurs, bien sur.

En 1992, le travail de nuit a été autorisé pour les femmes, il paraît que c’était pour l’égalité professionnelle hommes femmes et pour l’emploi. Vingt ans plus tard, 7,4 % des salariés travaillent de nuit en 2012, contre 3,5 % en 1991 soit un total de 3,5 millions de personnes. Un million de femmes ont été frappées de plein fouet par cette nuisance. Elles sont aujourd’hui plus de 9 % à être des travailleuses de nuit : deux fois plus qu’il y a 20 ans ! Et il y a un million et demi de chômeurs de plus ! Et Macron nous propose, dans sa nouvelle et maudite loi libérale, de travailler « en soirée » (sic)…

C’est grotesque de chercher à vendre du parfum à minuit ou le dimanche à des touristes chinois présumés alors qu’ils restent en moyenne 7 jours à Paris et que leurs « tours opérators » ont planifié d’avance une demie journée d’achats en plein jour de semaine ! Les touristes chinois de toute façon achètent du parfum en duty free à l’aéroport surtout si l’aéroport a été vendu à une société chinoise !  Alors pourquoi faire venir des femmes pauvres et précaires, qui n’ont pas le choix, vendre des parfums « en soirée » ou le dimanche ?  Ca ne marchera pas, et elles seront obligées de rentrer chez elles en banlieue à 2 h du matin, ou de ne pas voir leurs enfants le dimanche. Pour rien, car maintenant Macron l’avoue, sa loi ne prévoit aucune majoration de salaire le dimanche ni « en soirée ».

La déréglementation à la Macron, (et de ses annexes Mandon, Rebsamen) on va l’étudier ci dessous,  frappe tout, l’inspection du travail, la médecine du travail, la justice du travail, le droit pénal du travail, les institutions représentatives du personnel, et même le bulletin de paie qui deviendra opaque. Elle s’en prend aussi à toutes les professions de droit, avocats, avoués, notaires, huissiers, greffiers, afin de les soumettre aux « firmes » juridiques anglo-saxonnes qui s’empareront ainsi du traitement de nos successions et des ventes. Alors qu’il aurait fallu  transformer ces officines en service public et contrôler leurs actes et leurs couts, elles vont, au contraire, être éclatées et davantage soumises aux puissantes et rapaces multinationales juridiques.

more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Présidentielle grecque : 700 000 euros en liquide pour voter "correctement" - Chroniques du Yéti

Présidentielle grecque : 700 000 euros en liquide pour voter "correctement" - Chroniques du Yéti | Econopoli | Scoop.it
C’est le député grec Pavlos Chaïkalis, membre du parti des Grecs indépendants, qui a vendu la mèche : 700 000 euros en liquide, plus le remboursement d’un de ses prêts bancaires et des contrats publicitaires, c’est ce qui lui aurait été proposé en douce pour voter “correctement” à la présidentielle grecque.

Pavlos Chaïkalis livre le nom de l’auteur présumé de la tentative de corruption : Giorgos Apostolopoulos [photo ci-contre], conseiller de deux premiers ministres et de trois dirigeants politiques, conseiller politique de deux banquiers et de la Deutsche Bank, personne de confiance de plusieurs hommes d’affaires grecs.

À l’appui de ses révélations, Pavlos Chaïkalis a remis une vidéo aux autorités judiciaires il y a une quinzaine de jours. Le nom du Premier ministre Antonis Samaras y est distinctement évoqué. Celui-ci a porté plainte contre Chaïkalis. Et la justice n’a toujours pas donné suite à l’affaire au prétexte que la vidéo transmise serait un « matériau obtenu illégalement ».

Rappelons que la présidentielle grecque se déroule en trois tours devant le Parlement, que Stavros Dimas, candidat proposé par le gouvernement Samaras (et “activement” soutenu par la Commission européenne), doit obtenir pour être élu 200 voix aux deux premiers tours (17 et 23 décembre), 180 au dernier (29 décembre). Faute de quoi des législatives seraient automatiquement organisées début 2015, avec le “risque” de voir Syriza l’emporter. Le premier tour a été un véritable camouflet pour la coalition au pouvoir qui n’a rassemblé que 160 voix en faveur de Dimas.
more...
No comment yet.
Scooped by Uston News
Scoop.it!

Conférence de presse de Vladimir Poutine, rouble , pétrole, tensions, et ... panique bancaire en Biélorussie (bank run)

Conférence de presse de Vladimir Poutine, rouble , pétrole, tensions, et ... panique bancaire en Biélorussie (bank run) | Econopoli | Scoop.it
Le président russe Vladimir Poutine a déclaré, ce samedi, qu’aucun pays ne parviendrait à «intimider, contenir ou isoler» la Russie, assurant être prêt à «passer par certaines difficultés» pour garantir la souveraineté du pays, frappé de sanctions en raison de la crise ukrainienne.

«Évidemment, personne ne parviendra à nous intimider, à contenir ou à isoler la Russie. Personne n’y est jamais parvenu et personne n’y parviendra jamais», a affirmé Vladimir Poutine dans un discours à l’occasion de la Journée des travailleurs des agences de sécurité.

Nouvelles sanctions

Rappelant que des tentatives similaires contre la Russie avaient été faites à plusieurs reprises au cours de l’histoire, Vladimir Poutine a ajouté que la pays devait «être prêt à passer par certaines difficultés et à toujours donner une réponse adéquate à toutes les menaces contre la souveraineté, la stabilité et l’unité de la société».

Les Occidentaux ont imposé ce vendredi de nouvelles sanctions contre Moscou, les États-Unis interdisant tous les échanges commerciaux avec la Crimée, annexée par la Russie au printemps dernier, tandis que le Canada a interdit l’entrée sur son sol à vingt responsables politiques russes et séparatistes ukrainiens, visant aussi les secteurs pétroliers et gaziers.

«La Russie paye cher sa position indépendante et son soutien à ses compatriotes, à la Crimée, à Sébastopol et il semble parfois pour le simple fait que nous existons», a lancé l’homme fort du Kremlin. Vladimir Poutine a également révélé que les services de sécurité russes avaient identifié 230 agents étrangers au cours de l’année et déjoué huit attaques terroristes.

«L’activité des services de renseignement étrangers opérant en Russie augmente», a-t-il affirmé. L’annexion de la Crimée et le conflit entre forces ukrainiennes et rebelles prorusses dans l’Est de l’Ukraine ont provoqué la pire dégradation des relations entre Moscou et les Occidentaux depuis la fin de la Guerre froide.
more...
No comment yet.