Economie Responsable et Consommation Collaborative
85.2K views | +19 today
Follow
Economie Responsable et Consommation Collaborative
Economie Responsable, Economie Sociale et Solidaire, Innovation Sociale, Consommation Collaborative, Développement Durable, Energie et Environnement.
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

L'indice qui calcule autrement la prospérité d'un pays

L'indice qui calcule autrement la prospérité d'un pays | Economie Responsable et Consommation Collaborative | Scoop.it
Pour évaluer la richesse d'un pays, il existe depuis les années 1930 le produit intérieur brut, ou PIB – il avait été créé pour mesurer l'effet de la Grande Dépression sur l'économie américaine. Cet indice, souvent critiqué en raison de ses critères strictement économiques, n'avait pas jusqu'à présent d'alternative ; désormais, il existe le SPI, pour « Social Progress Index », qui mesure le progrès social de chaque pays.

Ses concepteurs, des économistes et des statisticiens, ont pu présenter cette année les premiers résultats de leur travail entamé en 2009. Après une version bêta en 2013, l'édition de l'an dernier ne portait que sur 50 pays. Cette année, 133 pays représentant 99 % de la population mondiale sont passés au crible.
more...
la Fabrique Spinoza's curator insight, April 13, 2015 11:50 AM

Pour accéder aux résultats (carte du monde interactive, tableaux de données) : 

http://www.socialprogressimperative.org/data/spi?embed=true#map/countries/spi/dim1,dim2,dim3

Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Insatiable richesse : toujours plus pour ceux qui ont déjà tout

Les richesses dans le monde se concentrent de plus en plus aux mains d'une petite élite fortunée. Ces richissimes individus ont bâti et fait fructifier leur fortune grâce aux activités et aux intérêts perçus dans quelques secteurs économiques importants, notamment la finance, l'industrie pharmaceutique et les soins de santé.

Les entreprises opérant dans ces secteurs dépensent chaque année des millions de dollars en lobbying afin d'établir un environnement réglementaire qui protège et renforce leurs intérêts. Aux États-Unis, les activités de lobbying les plus prolifiques se concentrent sur les questions fiscales et budgétaires, autrement dit sur les ressources publiques qui devraient bénéficier au plus grand nombre, et non servir les intérêts de puissants groupes de pression.

Ce rapport présente la méthodologie ainsi que les sources de données d’Oxfam et offre des mises à jour sur les statistiques phares fréquemment citées telles que la statistique suivante de 2014 : « 85 milliardaires détiennent autant que la moitié de la population mondiale ».



Aurélien BADET's insight:

http://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/file_attachments/ib-wealth-having-all-wanting-more-190115-fr.pdf

more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

La véritable richesse

La véritable richesse | Economie Responsable et Consommation Collaborative | Scoop.it

À travers l’histoire de l’humanité, on observe que la notion de richesse évolue de manière constante. Pour chaque besoin, la richesse se définit d’abord comme avoir assez pour survivre. Puis beaucoup, trop et, enfin, plus du tout. Les classes pauvres suivent la même évolution avec un temps de retard sur les riches qui ont elles-mêmes un temps de retard sur les très riches.

Ce temps de retard entraîne une recherche perpétuelle de la pauvreté dans l’illusion d’une vaine recherche de richesse. Notre société est donc axée sur la recherche de la pauvreté maximale.



more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Bill Gates et les pauvres

Bill Gates et les pauvres | Economie Responsable et Consommation Collaborative | Scoop.it
L’homme le plus riche du monde parle de pauvreté (et il dit des choses intelligentes). Notre synthèse de la dernière « annual letter » de la Fondation Bill et Melissa Gates.
more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Les fausses vertus des riches

Le raz-de-marée économique a fait naître un sentiment d’hostilité légitime envers ceux que l’on nomme aujourd’hui « les 1% », ces super riches. De leur côté, ces multimillionnaires affirment avec conviction leur utilité sociale et que sans eux, nous n’aurions pas atteint un tel niveau de confort. Faisons-nous l’avocat du diable, pénétrons dans la sphère des puissants, voyons si les arguments qu’ils ont à plaider pour leur défense sont crédibles.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Un an de leurs revenus... éradiquerait quatre fois la pauvreté mondiale

Un an de leurs revenus... éradiquerait quatre fois la pauvreté mondiale | Economie Responsable et Consommation Collaborative | Scoop.it

D'après Oxfam, les revenus nets des 100 personnes les plus riches du monde ont atteint 240 milliards de dollars en 2012.

Dans un rapport publié le 18 janvier dernier - à la veille du Forum économique mondial de Davos (23-27 janvier) -, Oxfam pointe l'aggravation des inégalités des revenus mondiaux, notamment depuis la crise de 2008. Pour l'organisation humanitaire britannique, l'accroissement de cet écart empêche de s'attaquer au fléau de l'extrême pauvreté.

more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Le Parlement donne son feu vert à de nouveaux indicateurs de richesse

Le Parlement donne son feu vert à de nouveaux indicateurs de richesse | Economie Responsable et Consommation Collaborative | Scoop.it
Le Sénat a adopté jeudi une proposition de loi écologiste visant à prendre en compte d'autres critères que le PIB dans le pilotage des politiques publiques.
more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Les 1% possèdent 50% du monde. La nausée devant le rapport 2015 d’Oxfam

Les 1% possèdent 50% du monde. La nausée devant le rapport 2015 d’Oxfam | Economie Responsable et Consommation Collaborative | Scoop.it
Ce 19 janvier 2015, Oxfam publie son dernier rapport sur la répartition des richesses dans le monde. Sans surprise, les 1% s’accaparent une part toujours plus grande des richesses par rapport aux années précédentes. Les chiffres qui donnent le tournis font voler en éclat quelques certitudes. Voici notre sélection de 6 chiffres clés de l’étude dont on peut tirer un enseignement.
more...
No comment yet.
Scooped by Aurélien BADET
Scoop.it!

Livre : "La richesse, la valeur et l'inestimable : Fondements d'une critique socio-écologique de l'économie capitaliste" de Jean-Marie Harribey

Livre : "La richesse, la valeur et l'inestimable : Fondements d'une critique socio-écologique de l'économie capitaliste" de Jean-Marie Harribey | Economie Responsable et Consommation Collaborative | Scoop.it


La richesse est le trou noir de la science économique. Se réduit-elle à la valeur économique des marchandises ? Pour sortir de la crise sociale et écologique du capitalisme, faut-il procéder à une fuite en avant productiviste ? La théorie économique dominante ne sait pas répondre à ces questions parce qu’elle assimile la valeur d’usage à la valeur d’échange, elle postule que l’accumulation infinie du capital est porteuse de bien-être et tient pour acquis que les forces libres du marché conduisent la société à son optimum et à son équilibre. Ce livre propose une critique sociale et écologique de l’économie capitaliste contemporaine en effectuant un retour sur l’économie politique, d’Aristote à Smith et Ricardo, et sur sa critique radicale accomplie par Marx : le travail est le seul créateur de valeur économique, et cette valeur acquiert une reconnaissance sociale à travers l’échange monétaire, que celui-ci soit marchand ou non marchand. Mais l’humanité puise dans la nature des richesses irréductibles à la valeur économique, richesses que le capitalisme tente de transformer en nouvelles marchandises et donc en occasions de profit. Toutes les institutions internationales, prises de panique devant la dégradation écologique, s’évertuent à calculer la valeur intrinsèque de la nature, celle des services qu’elle rend, afin de la réduire à du capital qu’il s’agira de rentabiliser. En maintenant la distinction radicale entre richesse et valeur, ce livre montre au contraire l’importance de ce qui échappe à la quantification marchande parce que c’est inestimable.



more...
No comment yet.