Les 30 milliards de la BPI peuvent-ils relancer l'industrie en France? | ECONOMIE ET POLITIQUE | Scoop.it
Elle a été présentée comme la clé de voute de la politique de réindustrialisation de la France. La banque publique d'investissement, ou BPI comme on l'appelle déjà, voit progressivement ses contours se dessiner. Hier, mardi, le chef du gouvernement, Jean-Marc Ayrault, a pour la première fois dévoilé les grandes lignes du futur ensemble qui doit regrouper Oséo, la CDC entreprises (Caisse des dépôts et des Consignations), le FSI (Fonds stratégique d'investissement) et Ubifrance.

 

"Au total, la BPI aura une capacité propre d'intervention dans le financement de l'économie de plus de 30 milliards d'euros, à la fois en prêts et en capital", a t-il déclaré. Un chiffre bien supérieur donc aux 20 milliards promis lors de la campagne, qui correspondait peu ou prou aux ressources actuelles des trois organismes. "Au delà, la banque aura vocation à mobiliser les financements privés, en intervenant aux côtés d'investisseurs privés, créant ainsi un effet de levier au bénéfice des entreprises", a-t-il précisé. En clair, la BPI interviendra comme un acteur de complément, à côté des organismes de financements privés. Pour dégager ces 10 milliards supplémentaires, le gouvernement compte sur les fonds drainés par le doublement du plafond du livret de développement durable (LDD).