e-Social
9.0K views | +0 today
Follow
e-Social
Impacts of e-social (everything is social now : media, mobile, solomo, smo, tv) on customer insights and brand strategies
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Google boosts Cloud Natural Language API with automatic content classification and deeper sentiment analysis

Google boosts Cloud Natural Language API with automatic content classification and deeper sentiment analysis | e-Social | Scoop.it
With the likes of Amazon’s Alexa, Google’s Assistant, Apple’s Siri, and Microsoft’s Cortana all vying for our attention through myriad voice-enabled connected devices and smart speakers, it makes sense that tech companies would invest heavily in natural language processing (NLP). After all, what’s the point of asking Alexa or Siri to read you the football scores or weather forecast if the digital assistant doesn’t understand your quirky brand of conversational speech?

But NLP is just as important in the written-word realm. Facebook, for example, has introduced NLP processing into Messenger to facilitate better interactions between humans and bots. For companies to embrace computer-powered customer service, machines have to understand things that come up as part of people’s normal parlance.

With that in mind, Google last year launched the Cloud Natural Language API for developers to integrate Google’s NLP technology into their own applications. This effectively means that any company has access to Google’s NLP for their own use-cases, which may include analyzing the sentiment of customer feedback contained on social media or in emails, extracting meaning and metadata from unstructured text, or perhaps even identifying actions contained within minutes of meetings. It’s about automating the process of deriving meaning from vast quantities of content, which would be impossible with purely human involvement.
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

SPECIAL #PARISRETAILWEEK - Les tendances du commerce de demain

SPECIAL #PARISRETAILWEEK - Les tendances du commerce de demain | e-Social | Scoop.it
Paris Retail Week révèle les tendances du commerce de demain auxquelles ne vont pas échapper les enseignes de l’alimentaire ni de la grande distribution.
Afin de satisfaire les clients toujours plus exigeants et fluidifier l’expérience, les supermarchés se réinventent : s’informer grâce aux étiquettes intelligentes, payer automatiquement sans passer par les bornes et recevoir un ticket de caisse dématérialisé… toutes ces innovations qui feront le parcours des courses du futur s’exposent au Salon Paris Retail Week.
Supermarché : zapper la queue et partir presque sans sortir le porte-monnaie
> Snapp’ a développé une application mobile « monop’easy » -> les clients de l’enseigne Monoprix peuvent depuis cet été faire les courses sans passer par l’étape chronophage de la caisse !
> Cylande, en partenariat avec yReceipts dématérialisation le ticket de caisse. Plus de papier, tout est envoyé sur le téléphone : ticket de caisse et promotion personnalisée.
> Ingenico propose des écrans qui permettent de payer directement les achats effectués grâce au sans contact. Un moyen rapide et facile.

Attirer les clients avec des bons plans et des vidéos promotionnelles
> La start-up Dilit présente une application de gaming sur le principe de PokémonGo qui permet aux utilisateurs de bénéficier de e-coupons de réductions chez les commerçants partenaires.
> La société Crown Heights propose une solution d’affichage dynamique basée sur la reconnaissance faciale. En vitrine, le supermarché diffuse des vidéos adaptées à la personne qui regarde l’écran.
> Together + augmente le drive to store en captant l’attention des passants avec des projections 3D. Grâce à ses LEDs, le système Hypervsn diffuse des vidéos holographiques en points de vente. Un affichage ludique et original !
> Budgetbox fournit des solutions digitales qui permettent de connaître à tout moment le montant de ses achats, passer en caisse sans décharger son panier, cumuler des points de fidélité et profiter de bons de réduction personnalisés.
L’expérience client immersive en supermarché
> Découvrir les produits dans un cadre virtuel, leurs prix, des informations complémentaires et faire son shopping devient possible même dans de petites surfaces grâce au casque HTC VIVE de Keyveo.
L’étiquetage des prix en temps réel
> SES-imagotag a développé des solutions digitales pour les vitrines et d’étiquetage interactif. Découvrir l’évolution des tarifs en temps réel, des offres ciblées ou encore la localisation des produits à l’intérieur d’un magasin devient possible grâce à ces dispositifs.
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Comment les community managers utilisent les réseaux sociaux en 2017

Comment les community managers utilisent les réseaux sociaux en 2017 | e-Social | Scoop.it
Dans le cadre de notre enquête annuelle, nous avons interrogé 1241 community managers sur leur usage des réseaux sociaux. On parle beaucoup de la guerre entre Snapchat et Instagram, de l’importance du format vidéo sur les réseaux sociaux… mais dans les faits, quels sont les plateformes utilisées par les CM ?
Facebook, Twitter et Instagram sur le podium

Les réseaux sociaux les plus utilisés par les marques sont Facebook, Twitter et Instagram. Facebook domine largement ses concurrents, puisque le réseau social est (très/plutôt) important pour 95% des community managers. Twitter est second (74%). Instagram prend la troisième place du podium avec 60%. Le top 5 est complété par LinkedIn (55%) et YouTube (48%). Les deux plateformes ont de l’importance pour de nombreux community managers.

Ensuite, un gap se creuse clairement. Pinterest se hisse à la sixième place du classement : seulement 16% des community managers attribuent de l’importance au « catalogue d’idées ». Nous avons parlé de Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn, YouTube et Pinterest. Mais nous n’avons pas parlé de Snapchat. Et pour cause : pour le moment, l’application n’intéresse pas vraiment les community managers. Seuls 11% d’entre eux attribuent de l’importance à Snapchat. Triste comparaison : Google+ obtient les mêmes résultats. Seul Viadéo fait pire, à 7%.
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Why GDPR is great news for marketers and will create a more efficient data economy

Why GDPR is great news for marketers and will create a more efficient data economy | e-Social | Scoop.it
As things stand, we are in a situation where the immensely valuable commodity of personal data is being collected by businesses either for free, or for a fraction of its true worth.

What’s more, data is being acquired via non-transparent means, used for undisclosed purposes, and sold without legal obligation to reveal its provenance.

Why anyone whose business relies on personal data would be ungrateful for the GDPR (General Data Protection Regulation) is a mystery to me: it is a huge step in the right direction, designed to benefit data holders and consumers alike. There are costs to becoming ready, and the potential risk of being fined for non-compliance – but these are short-term problems, which will soon be forgotten in the wake of a more transparent, efficient data economy.

In relation to digital advertising, the new regulation will have a positive impact on the quality of the data used for targeting, the relevance of ads, and the attitude towards those ads on behalf of the consumer. Ultimately, GDPR will greatly enhance the performance of any digital marketing campaign.
Creepy vs. Relevant

Online advertising treads a fine line between being creepy and relevant. An oft-cited example comes from the US clothing store, Target, which epitomises the current issue with targeted advertising. Using an algorithm to analyse the purchasing habits of its customers (based on data obtained from loyalty cards), Target was able to predict, amongst other things, when one of its shoppers became pregnant and adapt its marketing accordingly.
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

These email notifications build engagement, conversion, and trust

These email notifications build engagement, conversion, and trust | e-Social | Scoop.it
As a user of modern applications and services, you’ve almost certainly interacted with a variety of email notifications. These messages alert you when your post was shared on a social network, remind you to take a key step in activating your account for a productivity tool, or ask you to approve a scheduled bill payment from your bank.

Email notifications like these draw users back into apps and reinforce trust in services. They’re an important part of a great user experience and one of the most powerful tools product management teams have to drive conversion, retention, and growth.

As VP of Product at SparkPost, an email delivery service for product emails, I’ve had the privilege of working with best-in-class companies such as Pinterest, Intercom, HubSpot, and LinkedIn. They use email notifications to build user engagement and drive business metrics like conversion and retention. These emails offer great lessons for teams building both B2C and B2B products. Here are some essential ways they can drive conversion, increase retention, and further growth for both apps and services.
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

La blockchain expliquée à ma mère et ma grand-mère....

La blockchain expliquée à ma mère et ma grand-mère.... | e-Social | Scoop.it

En 1995, le journaliste Clifford Stoll écrivait à propos d’Internet qu’il s’agissait d’une technologie distante et surcotée qui n’aurait jamais ce qu’il fallait pour remettre en cause les grands modèles économiques de l’époque. Raté. Aujourd’hui, la blockchain provoque un débat assez similaire. Si ses grands principes sont encore majoritairement inconnus ou mal compris du grand public, son impact potentiel sur notre rapport au monde est colossal.

Expliquer ce qu’est la blockchain n’est pas une tâche facile, surtout quand c’est votre mère qui vous pose la question. Pas du genre à se dérober devant un bon challenge, voici une humble tentative de désépaissir ce sujet dans des termes que tout le monde -y compris les parents- pourront comprendre. Alors tiens toi bien, maman, c’est parti.

Quand Internet a commencé à se populariser, alors que nous nous languissions tous devant nos modems 256k, le Web c’était un peu le Far West. Des sociétés comme Google ou Facebook furent parmi les premières à connecter les gens et les informations de manière structurée et inédite. Elles ont ainsi formé un Internet centralisé, vertical, où la valeur vient de l’utilisateur, passe par d’immenses serveurs et termine en partie dans les poches d’actionnaires fortunés. Ce modèle s’est pérennisé et nous vivons aujourd’hui dans un monde où quelques superpuissances technologiques, comme Google, Amazon ou Facebook, règnent sur nos vies digitales, pour le meilleur et pour le pire. Jusque-là tu me suis ?

La force du nombre

Et si on pouvait challenger ce modèle vertical avec un nouveau paradigme décentralisé, où la valeur, au lieu de profiter à la richesse de quelques-uns, serait redistribuée au sein du réseau ? Voilà toute la proposition de valeur de la blockchain : des réseaux autonomes qui partagent et récompensent les tâches de manière sécurisée, en tirant parti de tous les utilisateurs. Toi, moi, et des millions d’internautes connectés les uns aux autres, chacun constituant un bloc avec son propre rôle à jouer pour renforcer la chaîne. Tu fournis un peu de puissance de calcul et la chaîne assure que les informations échangées soient exactes et sécurisées. Pas mal, non ?

Mais alors quel type d’informations les gens pourraient échanger sur ces réseaux ? Pour l’instant, notre imagination est la seule limite. Il y a aujourd’hui des milliers de projets qui couvrent tous les secteurs, avec des propositions toujours plus audacieuses. Tu as sans doute entendu parler de Bitcoin. Eh bien, il s’agit de l’un des premiers projets à tirer parti de la blockchain, en permettant tout simplement aux gens d’échanger une monnaie virtuelle, instantanément, sans intermédiaire (donc sans frais), anonymement et surtout de façon sécurisée.

more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from LAB LUXURY and RETAIL & MARKETING : Retail - Expérience Client - Luxe - Digital in Store - Future of Retail - Commerce Connecté - Omnicanal - Social Marketing & COMMUNICATION : Influence - Réseaux Sociaux -Transformation Digitale
Scoop.it!

Google, Apple, Amazon : la promesse des assistants vocaux

Google, Apple, Amazon : la promesse des assistants vocaux | e-Social | Scoop.it

20% des requêtes Google sur mobile sont vocales outre-Atlantique, où 4% des foyers possèdent Amazon Echo. J.Walter Thompson nous apprend également que 2 milliards de requêtes sont réalisées chaque semaine via Siri ou que 25% des utilisateurs d'assistants vocaux fantasment sur ces derniers...


Via Jérôme MONANGE
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

La bataille de la publicité se gagnera grâce à la data

La bataille de la publicité se gagnera grâce à la data | e-Social | Scoop.it

Google et Facebook dominent de façon outrancière le marché de la publicité en ligne. Une domination que tous les acteurs du marché dénoncent car ils ne parviennent pas à lutter contre. Pourtant, la concurrence s’organise, notamment les grands acteurs de l’informatique (Amazon, Microsoft, IBM) qui apportent une offre alternative très crédible tandis qu’Apple vient jouer les trouble-fêtes. Dans tous les cas de figure ne vous leurrez pas, les GAFAMI sont et restent les seuls maitres du jeu.

Google et Facebook règnent en maîtres sur les intentionnistes et les socionautes

La semaine dernière se tenait à Cologne la grand-messe de la publicité en ligne : dmexco. Comme chaque année, se sont près de 40.000 professionnels du secteur qui se réunissent pour se mettre d’accord sur le fait que c’était mieux avant, mais que l’avenir nous ouvre plein d’opportunités, donc qu’il ne faut pas trop s’intéresser au verre à moitié vide, quoi que pas tout à fait (la GDRP), mais quand même un peu (compte-rendu intéressant publié ici : Top five takeaways from Dmexco 2017).

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

A quoi sert une marque en 2017?

A quoi sert une marque en 2017? | e-Social | Scoop.it
Peut être avez-vous cliqué sur le titre en vous demandant pourquoi poser une question dont la réponse semble tellement évidente…

Nous savons tous à quoi sert la construction d’une marque.

Pourtant, il est difficile d’ignorer que le contexte a énormément évolué.

D’abord parce que beaucoup de produits se sont banalisés au point où la marque n’est plus si importante mais aussi parce que la clef d’entrée, de la plupart des achats, aujourd’hui est Google et que cela change fondamentalement la relation à la marque.

Déjà Muji (qui signifie «sans marque» en japonais) avait montré la voie, désormais, nombreux sont les sites qui fleurissent sur le même concept.

Ainsi, le lancement aux U.S. de «brandless»(des produits basiques qui sont tous présentés au même prix) est un vrai succes.

Dès lors, je pense qu’il est nécessaire de se poser quelques questions.
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Chronique de disruption : pourquoi les marques meurent de plus en plus vite… et comment l’éviter

Chronique de disruption : pourquoi les marques meurent de plus en plus vite… et comment l’éviter | e-Social | Scoop.it
C’est un constat implacable, dressé initialement par des équipes du Boston Consulting Group et aujourd’hui confirmé par deux chercheurs du Darmouth College : au fil des dernières décennies, l’espérance de vie moyenne des entreprises n’a fait que se réduire… et c’est à une véritable hécatombe de marques qu’on a assisté ces 15 dernières années.

Ainsi que viennent de le démontrer Vijay Govindarajan et Anup Srivastava*, en étudiant pas moins de 29 688 entreprises introduites sur les marchés boursiers entre 1960 et 2009, les sociétés introduites avant 1970 avaient en effet 92% de chances de survivre les cinq années suivantes, contre seulement 63% pour les organisations entrées en Bourse entre 2000 et 2009. Et les ravages de la « destruction créatrice » n’ont fait que s’accélérer depuis…

Mais à quoi cette mortalité de plus en plus précoce est-elle due ? Et quelles sont objectivement les entreprises les plus fragiles ? Dans ces contextes économiques de plus en plus incertains que nous connaissons, quels sont les nouveaux secrets de longévité pour les marques et entreprises qui viennent d’être créées ?

Comme vous le verrez ci-dessous, les réponses apportées à ces questions par l’étude de Vijay Govindarajan et Anup Srivastava s’avèrent riches d’enseignements, surtout pour les start-up du numérique en définitive. Car si quelques « e-brands » peuvent raisonnablement prétendre au statut de futures « licornes » de la nouvelle économie, gare aux désillusions pour la plupart des autres… et à la concurrence !

Une malédiction qui frappe en premier lieu les entreprises numériques ?

En se plongeant dans les bilans financiers de ces 29 688 structures qu’ils ont étudiées, afin d’analyser leurs investissements et leurs dépenses, les deux chercheurs américains ont constaté que les entreprises cotées après l’an 2000 dépensaient deux fois plus en capital organisationnel (personnel, brevets, R&D, propriété intellectuelle) que les sociétés plus anciennes, et deux fois moins en biens matériels (usines, locaux, équipements…).
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Les 10 règles de la nouvelle grammaire collaborative, ou comment mobiliser clients, influenceurs et salariés…

Les 10 règles de la nouvelle grammaire collaborative, ou comment mobiliser clients, influenceurs et salariés… | e-Social | Scoop.it
Au fil du temps, dans des environnements incertains et soumis à d’importantes mutations, cela devient de plus en plus évident : les vieilles recettes et les anciens modes de fonctionnement qui ont assuré pendant des années le succès de certaines entreprises ne garantissent plus désormais leur survie… Et après avoir si longtemps confiné la réflexion stratégique au sommet de leur hiérarchie et l’innovation au sein de départements dédiés, nombreuses sont les organisations à avoir enfin compris l’intérêt d’associer leurs salariés, mais également les clients et tout leur écosystème, à leur création de valeur.

Explosion de l’économie collaborative et du web 2.0 aidant, il faut dire aussi que la plupart des marques n’ont pu que constater ce bouleversement : habitués désormais à partager, à donner leur avis et à contribuer librement au sein de communautés sans frontière, les collaborateurs et les clients ne demandent qu’à s’impliquer davantage dans des projets porteurs de sens initiés par leur employeur ou leurs marques favorites…

Crowdfunding, crowdsourcing, co-working et co-création… : les approches et démarches collaboratives à l’initiative des marques se sont ainsi multipliées ces dernières années, sans que les entreprises disposent toujours du bon « mode d’emploi », générant parfois frustration et déception en lieu et place de l’élan et de l’émulation attendus… quand certaines ne se sont pas lourdement fourvoyées dans leur partenariat avec des influenceurs ou dans la mise en place d’outils collaboratifs ruineux, au final sous-exploités.

Quelles leçons tirer de ces échecs et, au-delà des spécificités propres à chaque démarche et aux parties prenantes associées, comment engager efficacement collaborateurs, clients et influenceurs ? Si tant est qu’ils existent, quels grands principes ou règles communes fondent cette nouvelle « grammaire collaborative » que toute entreprise rêve aujourd’hui de maîtriser ?
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Assistants vocaux, tendance de fond : ce qu’attendent les consommateurs (étude et infographie)

Assistants vocaux, tendance de fond : ce qu’attendent les consommateurs (étude et infographie) | e-Social | Scoop.it

Siri, Alexa, OK Google, Apple HomePod… Quels seront les impacts des assistants vocaux sur notre quotidien ?

L’étude, réalisée par J.Walter Thompson révèle que les consommateurs attendent des relations plus intimes avec leurs assistants vocaux ; une opportunité pour les marques de tisser des liens plus intimes avec leurs consommateurs.

J.Walter Thompson lance « Speak Easy » : une étude qui identifie la manière dont les marques doivent s'adapter et évoluer face au développement d'un monde où la « voix connectée » est reine.

Les principaux enseignements de ce rapport révèlent que les consommateurs développent une connexion émotionnelle plus forte avec les marques quand ils utilisent la reconnaissance vocale. L’étude, qui s’appuie sur une analyse en neuroscience réalisée par Neuro-Insight, l’une des agences de recherche en neuroscience les plus importantes, a permis de révéler que l’activité émotionnelle est deux fois plus importante quand les consommateurs posent une question à une marque à voix haute plutôt qu’à l’écrit.

Autre enseignement clé : 88% des utilisateurs de smartphone ont eu recours à des assistants vocaux ou les utiliseront à l’avenir. L’une des raisons de cet engouement s’explique certainement par le fait que le cerveau humain est deux fois moins sollicité, comme le démontre l’étude.

Speak Easy révèle également que les consommateurs préfèrent déléguer le contrôle de certaines tâches à leurs assistants vocaux, en passe de devenir des « majordomes digitaux ». 87% des utilisateurs d’assistants vocaux ont ainsi déclaré que "lorsque la reconnaissance vocale marche correctement, cela simplifie la vie".

Le rapport « Speak Easy » permet d’identifier quatre tendances sur la manière dont les consommateurs réagissent face à la reconnaissance vocale.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

On fantasme quand même bien sur les « Millennials » …

On fantasme quand même bien sur les « Millennials » … | e-Social | Scoop.it

Décodage de leur comportement, décryptage de leur vision du monde, scan au peigne fin de leur mode de consommation… Les fameux « Millennials » se font dresser le portrait tous azimuts, de manière approximative, parfois erronée, comme s’ils étaient une nouvelle évolution de l’espèce humaine. Analyse de cet écart entre fantasmes et réalité à travers deux études délivrées par Deloitte et l’agence La Chose et croisées par la rédaction d'INfluencia

« Je ne vois aucun espoir de futur pour notre peuple s’il doit dépendre de la frivole jeunesse actuelle, car il ne fait aucun doute qu’elle est insouciante au-delà de toute expression et imbue de ses opinions ». Ces mots, écrits par Hésiode, poète grec du VIIIème siècle av. J.C, illustrent l’éternelle fracture générationnelle entre une jeunesse fougueuse et des adultes parfois médusés par le comportement ardent de leurs enfants. Une incompréhension passagère qui, 2700 ans plus tard, n’a pas pris une ride. Un seul exemple : le sondage Ipsos pour Le Monde en 2011 où, malgré la conscience de l’avenir difficile des nouvelles générations, les Français jugeaient leurs jeunes assez égoïstes, paresseux et intolérants*.

Sévères les darons et les daronnes, mais ça ne change pas des générations de parents précédentes, si ? Cela n’a pas empêché le quotidien de concevoir avec son agence J.Walter Thompson, à l’occasion de cette rentrée 2017, une campagne pour recruter ces fameux millennials comme lecteurs si peu captifs (voir ci-dessous). Ainsi, à l’aide de visuels et de phrases qui en prennent avec humour le contre-pied, elle se met de leur côté et raconte leur réalité qui ne les empêchent pas de vivre leurs jeunes années comme n’importe qu’elle autre génération de jeunes, en pleine conscience, avec leurs idéaux, leur décontraction, leurs usages bien en phase avec leur époque ou leur point de vue sur ce que doit être le monde, leur présent et leur avenir.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

#Etude - Harris Interactive/ Amazon - Les TPE -PME à l'heure du ECommerce

#Etude - Harris Interactive/ Amazon - Les TPE -PME à l'heure du ECommerce | e-Social | Scoop.it
Chiffre d’affaires, emploi, quels bilans et quelles perspectives pour 2017 ? Quelle place pour le e-commerce dans les entreprises aujourd’hui ?

Dans le cadre d’une étude européenne concernant les perspectives des dirigeants de TPE-PME, Amazon a mandaté Harris Interactive pour éclairer les représentations des chefs d’entreprise en France, notamment sur la question du e-commerce. Cette étude est l’occasion pour les dirigeants de dresser leur bilan de l’année 2016 et de partager leurs attentes pour 2017, tout en prenant le temps de réfléchir aux nouvelles opportunités commerciales qui leur sont aujourd’hui ouvertes par le développement du commerce en ligne sous toutes ses formes.

Il apparaît d’emblée que les dirigeants de TPE-PME peinent à appréhender les possibilités permises par les différents outils digitaux et se sentent encore majoritairement peu concernés par le e-commerce. Pour développer les différents canaux de commerce en ligne et notamment les marketplaces, l’enjeu majeur est d’accompagner les dirigeants d’entreprise dans la connaissance et la compréhension des outils à leur disposition. En cela, la réussite des entreprises pratiquant aujourd’hui le e-commerce peut constituer un exemple.

Que retenir de cette enquête ?
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Innovation : le e-commerce dopé par les start-up

Innovation : le e-commerce dopé par les start-up | e-Social | Scoop.it

Quelles sont les start-up les plus innovantes dans le domaine du e-commerce et quel est leur impact dans ce secteur. Incontournable et grandissant selon l’étude menée par KPMG et la FEVAD à l’occasion de la Paris Retail Week.

L’accélération du secteur e-commerce en France (avec un CA de 72 mds d'euros en 2016, soit +15% par rapport à 2015) portée par une conjoncture favorable, exige de la part des start-up et des e-commerçants de surpasser les barrières à la collaboration encore existantes pour devenir de vrais partenaires d’innovation. Telle est l’une des conclusions de L’impact des start-up dans la dynamisation et l’innovation de l’e-commerce, étude menée conjointement pour la première fois KPMG et la FEVAD à l’occasion de la Paris Retail Week. Une enquête inédite qui comprend la première édition du classement « Start me up ! » destiné à identifier 60 start-up parmi les plus innovantes dans le domaine du e-commerce (infographie ci-dessous). L'occasion de découvrir : Grand Shooting, Platform.sh (digital), Oyst (paiement), Early Brids, HeuriTech, Datadome, Admo TV, Dareboost (data analytics), Botfuel, Teeps, Toky Woky (marketing, communication), Brainmeet, Whishibane (plateforme de vente, marketplace), Deliver.ee, Wing, Fretlink (logtech) ou encore Wynd, Find & Order et Frendy (omnicanal).

En outre, les auteurs attirent l'attention sur d'autres éléments de réflexion comme :

- face au rapprochement observé entre les start-up fournissant des solutions e-commerce et les principaux acteurs de la vente en ligne, l’étude analyse les raisons de ce phénomène récent ainsi que les différentes stratégies mises en œuvre pour développer les relations entre les start-up et les principaux acteurs du e-commerce
- l’étude permet de tirer des enseignements sur cette interdépendance croissante entre les e-commerçants et les start-up et sur l’établissement de stratégies gagnant-gagnant : primo, les start-up ne sont pas seulement des pourvoyeuses de solutions au profit des e-commerçants, elles sont devenues de vrais partenaires dans la recherche de solutions innovantes permettant de développer la performance et la compétitivité des sites marchands. Secundo, les relations entre start-up et grands groupes ne sont pas toujours évidentes : elles requièrent des efforts particuliers de la part des e-commerçants et notamment la mise à disposition de moyens propices à l’innovation ainsi qu’un accompagnement des start-up aux modes de fonctionnement des grands groupes
- les e-commerçants ne sont pas toujours prêts à franchir le pas au moment de s’engager dans une relation partenariale avec des start-up
- pourtant, dans un secteur où le rythme des innovations s’accélère dans tous les domaines -relation client, marketing, paiement, logistique- les e-commerçants auront du mal à suivre le rythme effréné des innovations. Les résultats dans leur globalité à lire ici

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Les nouveaux enjeux du retail en 2018

Les nouveaux enjeux du retail en 2018 | e-Social | Scoop.it

Le retail est en pleine effervescence. Symbole du bouleversement des magasins, H&M lance ces jours-ci à Londres, Arket, une nouvelle gamme d’enseignes lifestyle, imaginée comme un lieu de vie avec son café, ses objets de décoration, ses ustensiles culinaires et ses accessoires de bain. Un espace multifonctionnel reflétant l’air du temps. Que se passe-t-il donc dans l’univers du retail ? Le point avec Laetitia Faure, fondatrice du bureau de tendances marketing, Urban Sublime.

Rachat de Whole Foods par Amazon, enseignes qui deviennent d’immenses showrooms où l’on ne vend rien, tel le concept store Samsung 837 de New York : difficile de cerner la stratégie de certaines enseignes. Quelle place tient le retail aujourd’hui dans l’expérience client ?

Il est vrai que les lignes bougent très vite et c’est passionnant ! Les hôtels deviennent des salles de concert, les magasins se font librairies, les cafés se transforment en espaces de co-working, et les espaces de co-working en centres culturels !

Cela peut paraître déroutant mais les enseignes s’adaptent enfin aux modes de vie des consommateurs. Elles ont compris l’importance de répondre à plusieurs besoins, même si ceux-là ne font pas forcément partie de leur cœur de métier. Si le wifi est devenu essentiel, il est tout aussi important de prévoir aujourd’hui des espaces pour se restaurer comme le fait Arket ou Pirch aux USA. Certaines marques vont plus loin encore à l’instar de Cadillac qui propose des expositions temporaires destinées aux Millennials. Pour certaines marques, le but n’est plus forcément de vendre sur place, mais de marquer émotionnellement le consommateur.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Relation Clients : Nouvelles technologies, nouveaux parcours client

Relation Clients : Nouvelles technologies, nouveaux parcours client | e-Social | Scoop.it
Les nouvelles technologies présentent des contraintes pour les entreprises qui leur imposent de s’adapter à la volatilité d’une clientèle capable de faire des passerelles entre les différents canaux qu’elle utilise. Mais elles représentent également une formidable source d’amélioration continue et d’innovation qui permettent de réenchanter la relation clients. Le mot d’ordre est désormais l’open innovation, quand les startups et grandes entreprises s’unissent pour dépasser les limites du possible, ce que rend possible par exemple le hub numérique de La Poste.
Les objets connectés, l'ère du service

Le marché des objets connectés est en plein essor. Selon le cabinet Gartner, d’ici 2020, ce serait 26 milliards d’objets connectés (hors ordinateurs) qui seront présents dans le monde. Et le service à la clientèle fait partie des principaux services impactés dans les changements induits par ces objets. Ils sont essentiels, car ils permettent d’aller plus loin qu’une simple collecte de données. Grâce aux objets connectés, l’entreprise dispose d’une source d’information en temps réel indiquant si le produit donne satisfaction au client. Si tel n’est pas le cas, elle peut ajuster son offre à tout moment et donc sans cesse améliorer l’expérience utilisateur. De même, l’appareil étant connecté, les logiciels développés par les entreprises permettent une meilleure réactivité en termes de SAV. C’est tout l’objet d’une offre comme le bouton Darty par exemple, un objet connecté qui assure une interface en ligne avec l’utilisateur des produits de la marque. Loin d’être un gadget, le service, sorte d’incarnation physique du SAV, a déjà conquis 30 000 utilisateurs. Proposant le service du « well call back » de conciergerie à distance, il suffit d’appuyer sur le bouton pour être rappelé par un conseiller qui connaîtra l’historique complet de l’utilisateur et pourra le guider dans sa demande. Si ce n’est pas de la personnalisation ! La force de ce service, c’est aussi d’avoir su lier la technologie à l’humain. Il ne s’agit pas de déshumaniser la relation clients ici, mais bel et bien de remettre l’humain au centre, de façon ciblée et qualitative.
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

La newsroom d'Adidas : ce chef d'orchestre de la com digitale et du storytelling

La newsroom d'Adidas : ce chef d'orchestre de la com digitale et du storytelling | e-Social | Scoop.it

Depuis 2015, la newsroom Adidas Paris endosse le costume de chef d'orchestre de la communication digitale et du storytelling de la marque aux trois bandes dans l'hexagone. INfluencia a laissé passer la semaine de la créativité d'Adidas dans la capitale, marquée par trois raouts évènementiels au début du mois, pour discuter des enjeux derrière cette initiative.

Dans l’univers du tout info et du tout TV de l’Oncle Sam, la newsroom fascine. Elle a même inspiré une excellente série TV éponyme politiquement incorrecte. Dans l’imagerie populaire, cette salle de rédaction nourrie à l’adrénaline de l’actualité symbolise le paroxysme de la réactivité. Transformation digitale oblige, le social media représente aujourd'hui le principal défi de l'engagement marketing et publicitaire, en quête de réactivité, de ciblage, de pertinence, d'identité et d'identification. Pas étonnant donc que dès 2014 KLM, avec DDB & Tribal Amsterdam, mettait en place sa propre newsroom de 30 personnes, "Happy to help", pendant cinq jours. Plus récemment, McCANN France lançait LIVE, la nouvelle méthodologie globale social media du groupe. Adidas aussi a compris les enjeux fondamentaux autour de l'interactivité et de la conversation à la sauce chaîne d'info.

En 2015, la marque aux trois bandes repensait l’organisation de son équipe marketing France pour s’adapter à son environnement. Le but ? Etre en conversation permanente avec ses consommateurs et développer son attractivité. C'est dans ce contexte que naissait la Newsroom Paris, dirigée par l'ancien Brand Communication Manager Sport, Benoît Menard. Il y a deux semaines, Adidas a comme promis " enflammé Paris " lors de la finale de la Tango League sous la Canopée des Halles en présence de Karim Benzema qui pouvait interagir avec les joueurs grâce aux écrans LED placés sur chaque côté du terrain, mais aussi pendant la présentation de la nouvelle Predator Precision avec Zinedine Zidane, au Football Store des Halles, premier magasin Adidas au monde dédié 100% au football, accompagnée d'une exposition en réalité virtuelle ou encore pendant le lancement de l'EQT Adidas Originals au Palais de Tokyo.

Quel rôle, pour quelle mission et quel impact pour la newsroom d'Adidas pendant cette semaine dédiée à la créativité ? INfluencia en a parlé avec Benoît Menard.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Blockchain marketing technology has arrived and is about to explode

Blockchain marketing technology has arrived and is about to explode | e-Social | Scoop.it
When you think of blockchain, you usually think about cryptocurrencies like Bitcoin, Ethereum, and Litecoin. While these are interesting and disruptive in their own right, it is the non-currency applications of blockchain that could truly revolutionize how we do business.

The most obvious place we’ll see this is in marketing and advertising, especially as a means of controlling or eradicating the immense amount of ad fraud across the industry.

But how many blockchain marketing technologies exist right now, and how quickly are they being launched?

To help answer that question, the first ever Blockchain Marketing Technology Landscape has been launched today by Never Stop Marketing. Inspired by Scott Brinker’s scarily humongous Marketing Technology Landscape, this first iteration shows both the current situation and the immense promise blockchain technology can offer marketers and advertisers.
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

La position zéro de Google : le graal du SEO en 2017

La position zéro de Google : le graal du SEO en 2017 | e-Social | Scoop.it
Featured Snippet ou Position Zéro : de quoi parle-t-on ?

Lorsqu’un internaute pose une question, l’objectif premier de Google est de lui apporter la meilleure réponse possible. Cela se traduit par un « ranking » des pages des sites web indexé d’après un algorithme extrêmement complexe et dont les critères évoluent d’ailleurs régulièrement. Depuis la montée en puissance de la recherche mobile, les réponses doivent être encore plus rapides et mieux présentées. Et c’est maintenant au tour de la recherche vocale de modifier la façon de poser des questions et d’y répondre.

Google confirme sa volonté de transformer son moteur de recherche en un « assistant de haut niveau » capable de fournir aux internautes des réponses précises et rapides. C’est dans ce contexte, qu’il crée la position zéro pour mettre en avant ce qu’il estime être LA meilleure réponse à la question posée par les internautes.

La position zéro consiste en un « extrait optimisé » ou Featured Snippet qui affiche la réponse dans un bloc situé au-dessus de tous les résultats naturels. Dans l’exemple ci-dessous, l’encadré se détache très clairement du reste des résultats.
more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from Expérience client phygital -retail & digitale
Scoop.it!

Voice recognition will transform these 5 industries

Voice recognition will transform these 5 industries | e-Social | Scoop.it

“Alexa, what time is my next train to work?”

“There is a 20-minute delay. The next train departs from Berlin Central Station at 9:42 and will arrive at Westkreuz at 9:54.”

“Alexa, please email Janet and Tim to say: Sorry, my train is delayed. I’ll be 10 minutes late for our meeting, can we start at 10:10 a.m.?”

 

Conversational interactions like this one will undoubtedly be part of our future. Tech giants like Amazon, Google, Apple, and Microsoft are heavily investing in the race to become the leader in voice technology.

 

Voice interactions have been catapulted into the limelight in the past year, but why is this decade-old technology only now becoming a big deal? Although computers have been able to accept voice commands since the ‘90s, these interfaces never lived up to their potential. Thanks to the advancement of cloud data and AI, we are finally capable of delivering on the promise of a truly conversational interface.

 

The growing popularity of voice services like Amazon’s Alexa, Google’s Assistant, Apple’s Siri, and Microsoft’s Cortana have made conversational interfaces the number one priority for today’s tech giants. These applications seek to create a complex, keyboardless interaction using the simplest tool available — the human voice.

 

Top tech players’ renewed focus on advancing voice processing technology will be the main driver in spreading voice interfaces throughout other industries. Touchscreen interfaces existed before the iPhone, but the technology and interactions weren’t at the level to create widespread adoption until Apple made its move. Voice is now reaching a similar tipping point.


Via Catherine Clément
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

"Signal in the noise", ou comment réagir sur les comportements clients en réalité virtuelle et augmentée

"Signal in the noise", ou comment réagir sur les comportements clients en réalité virtuelle et augmentée | e-Social | Scoop.it

Visualiser, toucher et comprendre ses datas en réalité virtuelle et augmentée. Et (ré)agir en temps réel. Un mythe digne de Minority Report ? Pas si sûr. A l’occasion de Dmexco 2017, qui se tenait les 13 et 14 septembre à Cologne (Allemagne), SAP Hybris, le lab de SAP, proposait une expérience en réalité virtuelle futuriste. Mais assez représentative de l’utilisation de la réalité virtuelle comme outil de pilotage de ses données. Explications.

"VR & AR as a dashboard"

Equipé d’un casque Vive, l’utilisateur est plongé dans la situation d’un retailer et de ses consommateurs, ces derniers étant représentés par des bulles qui flottent dans l’espace. En prenant une bulle dans ses mains (virtuelles) et en l’ouvrant, l’utilisateur voit apparaitre une fiche avec toutes les données du client : nom, sexe, âge, date du dernier achat, nombres d’année de fidélité, montant des achats… Lorsqu’un point de friction se présente, la bulle passe en rouge. En l’ouvrant, il peut alors visualiser le problème et le résoudre en direct : appliquer une réduction ou changer la couleur d’un produit, par exemple.
"C'est une vue en temps réel sur les données que nous recevons de tous les clients actifs d'une marque spécifique. Nous affichons en réalité virtuelle la représentation physique de chaque étape logique d’un parcours client et des situations auxquelles il est confronté", explique Anja Wilbert, l’une des trois chefs de projet.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

[GDPR] E-commerçants, voilà ce qui vous attend

[GDPR] E-commerçants, voilà ce qui vous attend | e-Social | Scoop.it

252. C'est le nombre de jours restants avant la mise en application du règlement général de protection des données, le fameux GDPR. Quelles conséquences pour les petits et moyens e-commerçants ? Quelles mesures doivent-ils prendre pour être conformes aux exigences de cette nouvelle réglementation qui vise à protéger davantage les consommateurs ? L'entreprise Oxatis, éditrice d'une solution de e-commerce, a partagé ses bonnes pratiques en marge de la publication d'une étude sur les performances des PME françaises qui vendent sur Internet.

"La nouvelle règlementation concernera tous les traitements de données à caractère personnel et s'appliquera dès qu'un résident européen sera concerné, peu importe que l'entreprise ait son siège basé aux Etats-Unis", prévient Marc Schillaci, le président d'Oxatis.

Un consentement éclairé

Le premier principe du GDPR est celui du consentement éclairé. Il ne s'agira plus de demander à l'internaute qui navigue sur un site marchand d'accepter, oui ou non, les cookies, mais de lui permettre de définir ses préférences avec, par exemple, trois niveaux possibles (cookies obligatoires, fonctionnels et publicitaires) en indiquant à chaque fois leur utilité respective.

Les internautes devront aussi disposer de la portabilité de leurs données. "Si par exemple un internaute effectue des achats depuis trois ans sur Amazon. Il pourra demander au site marchand de récupérer ses données liées à ses habitudes de consommation pour les confier à un autre fournisseur de service comme Cdiscount par exemple", détaille Marc Schillaci, sans indiquer toutefois comment ce type d'opération se déroulera dans la pratique. Grâce à cette information, le second site marchand sera en mesure de fournir un meilleur service à l'internaute que s'il ne disposait d'aucune donnée sur ses habitudes d'achat.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Interview : le live-stream, une révolution pour les médias et les marques ?

Interview : le live-stream, une révolution pour les médias et les marques ? | e-Social | Scoop.it
Periscope, Facebook Live, Twitch, Youtube Live… L’expérience sociale de la vidéo en direct est arrivée presque comme une évidence. C’est pourtant une petite révolution pour les médias, les marques et les consommateurs. L’expérience live est de plus en plus forte, avec un dialogue immédiat et une accélération du temps dans les différents échanges en ligne. Du participatif en temps réel pour plus de transparence, ou une couche marketing de plus sans réel fond ? Pour Damien Douani, Benoit Descary et PPC, la réponse est claire. C’est une révolution. En tant que pionniers du genre, ils mettent à profit leurs expériences respectives pour proposer un livre, GO LIVE – Periscope et Facebook live : mode d’emploi. Vous y trouverez des conseils, des bonnes pratiques, des témoignages d’utilisateurs et de « live talents » ainsi que leur vision de cette évolution majeure. Ils nous livrent dans cette interview un état des lieux de la vidéo live et des problématiques qui lui sont liées, merci à eux !
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Etude Havas Shopper Observer et Infographie : l’humain et l’expérience au coeur du commerce de demain

Etude Havas Shopper Observer et Infographie : l’humain et l’expérience au coeur du commerce de demain | e-Social | Scoop.it
Contrairement à ce qu’on aurait pu craindre, l’inexorable ascension de la digitalisation et l’arrivée de l’intelligence artificielle, vécue comme une révolution par 64% des Français (source Havas Paris-PRW-OpinionWay Juillet 2017), ne se traduit pas par l’effacement du magasin physique. On assiste ainsi à la réinvention des points de vente, en quête de sens et de nouvelles interactions avec le consommateur. De nouveaux concepts de magasins fleurissent à travers le monde, qui ne sont plus de simples lieux de vente mais des lieux d’expérience. On le voit également avec l’importance prise par les employés, ayant aujourd’hui un rôle clé à jouer auprès des consommateurs. L’implication et l’engagement des employés sont devenus des facteurs de différenciation entre les marques.

Cette édition dessine les contours du nouveau visage du commerce. Un commerce dans lequel l’omniprésence du digital rend désormais nécessaire le fait de se rapprocher du consommateur, de lui donner confiance. Un commerce dans lequel la dimension humaine est fondamentale, qu’il soit on ou offline. Un commerce dans lequel il est essentiel de s’insérer dans la vie du consommateur sans frottement. Un commerce qui rend possible des stratégies et des voies de succès très différenciées. Mais un commerce qui doit plus que jamais prouver sa valeur ajoutée et répondre aux attentes de fluidité, de proximité et d’émotions.

« Les consommateurs ne sont pas prêts à une relation froide et désincarnée induite par l’arrivée du digital et de l’intelligence artificielle. Ils ont envie de vivre des expériences de consommation riches et entières. L’humain, le partage et l’engagement sont des notions de plus en plus importantes pour ces conso- citoyens. Leur demande est sans ambiguïté : il faudra ré-humaniser le commerce de demain. » souligne David Mingeon, Directeur Général Adjoint d’Havas Paris.
more...
No comment yet.