L’Organisation internationale du Travail se réjouit de la position ferme adoptée par le Président des États-Unis, Barack Obama, contre le travail forcé qui touche quelque 21 millions de personnes dans le monde.